L’affaire Jules Durand

Le dernier volume de la collection Histoire de la justice de l’Association française pour l’histoire de la justice (AFHJ) a pour titre Punir et réparer en justice du XVe au XXIe siècle. Edité sous la direction de l’historienne médiéviste Claude Gauvard, il traite de plusieurs erreurs judiciaires et condamnations outrancières et des révisions et réhabilitations auxquelles elles ont données lieu.

Voici les victimes de la justice évoquées dans l’ouvrage : Jeanne d’Arc, le chevalier de La Barre, Charles Baudelaire, le capitaine Dreyfus, Jules Durand, Violette Nozière, Patrick Dils, Loïc Sécher. Je pense que la plupart de ces noms évoque quelque chose pour vous, mais savez-vous qui est Jules Durand (1980_1926) ? Non ? Je vous résume l’affaire en quelques mots.

Ce syndicaliste et docker anarchiste (?) du Havre a été accusé à tort d’assassinat et condamné à mort en novembre 1910. Grâce à une importante mobilisation, sa peine est commuée en sept années de réclusion. Gracié partiellement et libéré en février 1911, totalement innocenté en 1918, il n’en est pas moins devenu fou pendant son incarcération et finit sa vit en 1926, dans un asile psychiatrique. Tels sont les effets d’une erreur judiciaire…

Continuer la lecture de L’affaire Jules Durand

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire, anticipation et uchronie et dystopie : La Grande Librairie du 30 octobre 2019

Le thème de la semaine était « Faut il écrire ou réécrire l’histoire? »

Les invités et leurs livres

Laurent Binet. Civilizations (Grasset)

Léonora Miano. Rouge impératrice (Grasset)

Michelle Perrot. Le chemin des femmes. (Robert Laffont, Bouquins)

Margaret Atwood. Les Testaments (Robert Laffont), suite de La Servante écarlate et Booker Prize 2019

Suggestions du libraire de La Flibuste à Fontenay-sous-Bois

Jack London. Le talon de fer > lire en ligne

Jack Finney. Le voyage de Simon Morley

Roland C. Wagner. Rêves de gloire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

1989, la fin d’un monde et le début… de quoi au fait ?

J’ai grandi dans un monde bipolaire. En ce temps là, missiles américains et soviétiques stationnaient de part et d’autre d’un rideau de fer qui coupait l’Europe en deux depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ailleurs, la Guerre froide avait aussi des points chauds où Etats-Unis et Union soviétiques s’affrontaient par alliés et supplétifs interposés (Afghanistan, Ethiopie…).

Ce monde s’est effondré en 1989, et comme beaucoup de mes contemporains, je n’ai rien vu venir. Après lui, avec le triomphe du libéralisme ou, pour mieux dire, du capitalisme sur l’ensemble de la planète serait venue la fin de l’histoire. Mais l’histoire peut-elle avoir une autre fin… que la fin de l’humanité ?

Je vous propose ici une petite sélection sur cette année pivot… et les élucubrations (?) de Francis Fukuyama. A compléter au fur et à mesure…

Articles

Aleksander Smolar. Révolutions de l’an 1989 : fin d’un monde et naissance d’un siècle. Politique étrangère, vol. 65 n° 3-4 (2000), p.901-913

Jean-Noël Jeanneney. La « fin de l’histoire » faribole ou forfanterie ? Vingtième Siècle, no 69 (2001), p. 95 à 104.

Dossiers

Johanna Luyssen. 1989-1990 : l’année de la chute du Mur, site de Libération, 30 octobre 2019.

Emissions radiophoniques

1989, la fin des certitudes, 5 épisodes de l’émission Le cours de l’histoire de Xavier Mauduit sur France Culture.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: “A nous, Science humaine”. Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: “Et maintentant?”

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Continuer la lecture de Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le français de nos régions

Cette chronique n’a pas pour objet les langues régionales, déjà abordées dans la chronique sur les langues de France, mais la variation du français dans l’espace (mots régionaux, expressions locales, variantes de prononciation et accents).

En fait, je vais surtout vous recommander les travaux de Mathieu Avanzi, qu’il s’agisse de son Atlas du français de nos régions. (Armand Colin, 2017) ou de ses contributions disponibles

Continuer la lecture de Le français de nos régions

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Mise en ligne des Nouvelles de l’estampe

J’ai reçu hier ce message du plus grand intérêt pour ceux qui s’intéressent à l’estampe et à la gravure. Donc, je diffuse…

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que les Nouvelles de l’estampe viennent d’inaugurer leur espace sur OpenEdition Journals : https://journals.openedition.org/estampe/
C’est sur cette plateforme publique d’édition électronique en sciences humaines et sociales, qui propose plus de 500 revues scientifiques représentant le meilleur de la recherche française, que notre revue, la seule revue académique sur l’estampe et la gravure, des origines à nos jours, fera désormais paraître l’intégralité de ses articles.

Vous pouvez d’ores et déjà y trouver les numéros 227 à 261, c’est-à-dire les neuf dernières années de parution. Les nouvelles parutions viendront s’y ajouter au fur et à mesure de leur acceptation et de leur traitement éditorial.

Le fonctionnement de la revue ne change bien sûr pas : le comité de lecture reçoit les textes et juge de leur intérêt et validité scientifique, avant leur éventuelle prise en charge pour publication par la revue. De même pour les textes sur la création contemporaine, dans le respect du droit d’auteur des artistes dont il sera question.

N’hésitez pas à diffuser la nouvelle autour de vous, dans les cercles pouvant être intéressés par notre publication : nous vous remercions d’ainsi contribuer à faire vivre cette revue unique en son genre !

Bien à vous,
Rémi Mathis
Rédacteur en chef

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

Le Darknet n’est pas si sombre que ça et, malgré des dérives, reste un espace de liberté et de résistance aux puissants (Etats, multinationales, etc.). La preuve avec cette explication Jean-Philippe Rennard, docteur en économie, professeur à Grenoble Ecole de Management et auteur de Darknet : mythes et réalités (Ellipses, 2016. 2e éd. 2018) :

Continuer la lecture de Le Darknet ou comment résister au pouvoir des puissants

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La beauté du Nord, des terrils… et du traquet motteux

Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, parle de belle manière de son pays et de sa renaissance après le temps des mines.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Commune est en lutte

Chanson de Jean-Roger Caussimon et Philippe Sarde
écrite pour le film Le Juge et l’Assassin de Bertrand Tavernier (1975)

Sans doute, mon amour, on n’a pas eu de chance
Il y avait la guerre
Et nous avions vingt ans
L’hiver de 70 fut hiver de souffrance
Et pire est la misère
En ce nouveau printemps…
Les lilas vont fleurir les hauteurs de Bell’ville
Les versants de la Butte
Et le Bois de Meudon…
Nous irons les cueillir en des temps plus faciles…

La Commune est en lutte
Et demain, nous vaincrons…

Suite du texte de la chanson

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts