L’éléphant dans le noir

Voici quelques années, j’avais abordé la parabole des aveugles et de l’éléphant, pendant asiatique de la parabole chrétienne des aveugles. Les hasards de la sérendipité m’ont conduit à au compte rendu suivant, concernant un ouvrage que j’espère bien trouvé à l’occasion dans les bacs des bouquinistes :

Idries Shah (1924-1996) est un sage soufi né en Inde. Sans doute est-ce dans son pays d’origine qu’il a entendu cette version de l’histoire qui met en scène, non plus des aveugles, mais des voyageurs perdus dans la nuit :

Il était une fois des voyageurs qui, dans la nuit noire, se heurtèrent à un éléphant endormi sur ses pattes. Chacun en tâta avec effroi une partie ; sur ce, l’éléphant se réveilla et s’éloigna pacifiquement, toujours dans le noir de cette nuit sans lune. Aussitôt les voyageurs encore sous le choc se mirent à décrire l’étrange animal que seules leurs mains avaient touché. Si tous étaient d’accord pour lui trouver la peau rugueuse et couverte de poils durs, ils ne purent se mettre d’accord sur sa forme: c’est comme un énorme pilier, dit celui qui avait tâté le pied de la bête ; non cela a plutôt la forme d’un grand éventail, affirma celui qui avait palpé l’oreille ; mais pas du tout, c’est une espèce de corde, estima celui qui en avait saisi la queue … Ainsi en est-il de l’homme qui n ‘a l’expérience que d’une partie de la réalité de l’Etre, et dont l’esprit limité ne peut en appréhender la totalité.

Cité par Lylian Kesteloo dans son compte rendu.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts