L’effondrement et les collapsologues

Il y a une incompatibilité radicale entre notre système économique et politique et la biosphère. L’un ou l’autre doit mourir.

Pablo Servigne

Après l’anthropocène, il était inévitable que je m’intéresse aux notions d’effondrement et de collapsologie. Sur la question, l’Institut Monumentum est une mine d’informations, il est vrai un peu partiale, puisqu’il s’agit d’un laboratoire d’idées où se regroupent les principaux collapsologues français comme Pablo Servigne, l’inventeur du terme, et Yves Cochet. Ceux-ci sont souvent considérés comme des prophètes de malheur, des catastrophistes, un peu comme Cassandre pendant la guerre de Troie. Ces discours, qui dérangent notre confort, nos habitudes, nos certitudes, ont du mal à être entendus. Mais Cassandre avait raison et Troie s’est bien effondrée sous les assauts des Achéens. Alors, pourquoi ne pas s’intéresser un peu à ces idées qui nous dérangent, des fois que certaines se révèlent exactes ? En attendant mieux, voici un peu de documentation.

Continuer la lecture de L’effondrement et les collapsologues

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Parmi les mots qui s’inscrivent avec insistance dans notre vocabulaire ces dernières années, deux forment une alliance singulière. l’apocalypse, vieux mythe qui mobilise plus que jamais philosophes, spécialistes des sciences sociales et critiques littéraires, et l’anthropocène, concept de géologie qui suscite désormais la discussion chez les historiens, les géographes, les anthropologues, etc. Le couple qu’ils forment suggère à la fois la fascination de la fin, l’idée que « l’homme » en est responsable et la banalisation d’un certain fatalisme devant l’échelle des phénomènes ; comment lutter contre une ère géologique ?

Jean-Paul Engélibert, Fabuler la fin du monde

L’ouvrage de Jean-Paul Engélibert m’a incité à établir un programme de lecture sur les fictions d’apocalypse et à m’intéresser un peu à la notion encore récente et discutée d’anthropocène. Récente, car le mot ne date que du début des années 2000. Discutée parce que, même parmi ses partisans, tous ne sont pas d’accord sur le début de cette nouvelle ère, hésitant notamment entre le néolithique ou la révolution industrielle. Dans ce dernier cas, certains jugent qu’il est inapproprié de rendre l’humanité (anthropos) entière responsable de ce qui relève surtout du développement d’un certain genre de sociétés humaines, la société occidentale, capitaliste et industrielle. Aussi lui préfèrent-ils le mot capitalocène.

J’ai souhaité rassembler ici un peu de documentation sur la question. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

Continuer la lecture de L’Anthropocène ou l’homme comme facteur géologique

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts