Essai sur l’indifférence en matière politique par Armand Granel

En ces temps où, paraît-il, l’indifférence en matière politique grandit avec l’abstention1, il peut être intéressant de voir ce qu’il pouvait être dit sur cette question voici 150 ans. En examinant une liste d’ouvrages du XIXe siècle proposés en don par la Bibliothèque municipale de Toulouse, j’y ai trouvé le titre suivant, dont il existe une version numérisée su Gallica : Essai sur l’indifférence en matière politique d’un certain Armand Granel, avocat. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais je le signale, à tout hasard…

  1. Encore faudrait-il être sûr que cette dernière est toujours l’indice d’une indifférence et non d’une grande exigence que le système politique actuel ne peut satisfaire…

Les ravages de la com’ : la Méjanes devient « les » Méjanes

Dernière idée brillante de… De qui au fait ? La mairie d’Aix ? Le directeur de la Méjanes ? Le service de com’ qui n’avait rien a faire ? Bref, si j’en crois le dernier numéro de Côté Méjanes, notre bonne vieille bibliothèque municipale portera désormais un nom au pluriel, histoire de bien montrer, s’il en était besoin, qu’elle est en fait constituée d’un réseau. Et puis, il faut bien donner du travail aux créateurs graphiques qui ont concocté le nouveau logo. L’argent utilisé pour ce genre d’opération de communication n’aurait-il pas pu être mieux employé ?

Peut-être aussi voulait-on justifier le « s » final de « Méjanes » hérité du père fondateur de la bibliothèque, laquelle a, depuis plus de deux siècles, porté ce nom sans que personne ne s’avise d’y toucher. Comme le rappelle Philippe Ferrand dans la Lettre aux Amis de la Méjanes

la Méjanes a la chance d’appartenir, depuis 1810, au cercle restreint des bibliothèques assez célèbres pour être identifiées par le seul nom de leur fondateur : la Bodleyenne (Oxford, 1602), l’Ambrosienne (Milan, 1609), la Mazarine (Paris, 1643), l’Inguimbertine (Carpentras, 1745). . Il est possible qu’elle soit la première et la dernière à mettre son nom au pluriel.

D’autres institutions, comme la Sorbonne (Robert de Sorbon, chapelain de Louis IX), auraient aussi de bonnes raisons d’adopter le pluriel, mais elles s’en gardent pour conserver le prestige de leur nom au singulier.

Mais après tout, il se pourrait bien que cette brillante idée tombe à l’eau face à la force de l’usage et à l’ancrage profond de la Méjanes dans la mémoire aixoise. La communication, ce n’est jamais que de l’éphémère et du futile. Seul importe ce qui demeure, une institution culturelle riche de deux siècles d’histoire et d’un fabuleux patrimoine.