Projets inaboutis de Jean Vigo

Pour compléter ma chronique sur le cinéma invisible, voici un extrait de la filmographie de Jean Vigo parue dans Ciné Club en 1949 et reproduite dans l’Hommage à l’Atalante hébergé sur le site Marcel Carné :

Dans les papiers de Jean Vigo, on a retrouvé un certain nombre de projets plus ou moins avances (projets de scénarios, scénarios, découpages).
LIGNES DE LA MAIN.
Documentaire humoristique.
Une des premières lignes du scé­nario mentionne l’entrée chez une chiromancienne, d’un acrobate marchant sur les mains. Vigo en­visageait, pour interprète princi­pal, un danseur acrobatique, tel Pomiès.
LA DOUBLE MORT DE FREDERIC BELOT.
Scénario de Claude Aveline, d’après son roman.
CONTREBANDIERS.
Projet de scénario.
CHAUVINISME.
Scénario humoristique sur les chauves.
L’EXECUTION DE MARINCHE.
Scénario de Claude Aveline, en collaboration avec Jean Vigo. d’après un épisode de Le Point du Jour, roman de Claude Ave­line.
LOURDES‑
Projet de scénario.
LE BAGNE.
Autre titre : L’Evadé du Bagne. Scénario d’après les reportages parus dans Le Petit Parisien et les ouvrages Au bagne et l’Hom­me qui s’évada, d’Albert Londres. Adaptation cinématographique : Julien Dupont et Eugène Dieu­donné.
Réalisation : Jean Vigo. Interprètes envisagés : Eugène Dieudonné et Gaby Morlay ou Florelle.
Jean Vigo n’envisageait de faire ce film que s’il pouvait le tour­ner à la Guyane.
Quatorze autres scénarios ont été retrouvés dans les papiers de Jean Vigo (notamment La boîte à sur­prise de Paul Gilson, Matinée, de Léon Lévy et Henry Storck, Si on pariait, de Jules Supervielle) sans que rien puisse indiquer s’il avait d’intention de les réaliser.

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Tout ce que j’ai reçu jusqu’à présent pour le plus vrai et assuré, je l’ai appris des sens, ou par les sens : or j’ai quelquefois éprouvé que ces sens étaient trompeurs, et il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompés.

Descartes, Méditations métaphysiques, I

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques, trompe-l’œil et objets impossibles sont une illustration parfaite de ce qu’écrit Descartes à propos du caractère trompeur de nos sens et notamment de la vue. Mon intérêt pour ces étrangetés iconiques remonte à loin, à ma découverte des œuvres de M. C. Escher. Je voudrais réunir ici quelques exemples de ces images trompeuses et quelques sites et ouvrages où il en est question.

Continuer la lecture de Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles