Les Soirées amusantes de Huvier et les jeux du temps passé

Les chroniques de Bernard Galimard-Flavigny sont décidément une mine pour le curieux. Dans celle parue dans les Petites affiches. La loi, n° 38, du 23 février dernier, laquelle est disponible sur son blog, il traite d’un ouvrage de François Huvier des Fontenelles (1757-1823) intitulé Les Soirées amusantes, ou Entretien sur les jeux à gages, et autres, paru en 1788, à Paris, chez la veuve Duchesne, actuellement disponible sur le site de la Bayerische Staat Bibliothek.

C’est une source de premier choix sur les jeux usités à la fin de l’Ancien Régime qui sert de référence concernant ce domaine. Voir par exemple des sites spécialisés comme l’Académie des jeux oubliés dont il est la source principale, voire unique, pour des jeux comme le chat qui dort, le jeu de la peur ou chnif, chnof, chnorum.

Pour plus d’informations cet ouvrage et son auteur, je vous renvoie aux ressources suivantes :

Le site de la librairie Villa Browna.

Antoine-Alexandre Barbier. Dictionnaire des ouvrages anonymes et pseudonymes… tome 3. 2e éd. Paris : chez Barrois l’Aîné, 1824. Disponible sur Google livres.

Léon Techener. Bibliothèque champenoise ou Catalogue raisonné‎ d’une collection de livres curieux d’opuscules rares, de documents inédits ou imprimés, de chartes, d’autographes, de cartes et d’estampes relatifs à l’ancienne province de Champagne. Paris‎ : L. Techener‎, 1886. Partiellement accessible sur Google livres.

Pour aller plus loin sur les jeux,voir les ouvrages suivants :

Pierre Berloquin. Cent jeux de tables. Flammarion, 1976.

Cet ouvrage a connu plusieurs rééditions sous des titres divers, comme le rappelle l’auteur qui a écrit de nombreux livres sur les jeux (voir bibliographie).

Jean Boussac. Encyclopédie des jeux de cartes : jeux de combinaisons, de ruse, de hasard, patiences, etc. L. Chailley , 1896. Disponible sur Gallica.

Jean-Marie Lhôte. Histoire des jeux de société : géométries du désir. Flammarion, 1995.

L’ouvrage étant quelque peu onéreux, deux ans plus tard, une sorte d’abrégé par le même auteur est paru chez le même éditeur : Dictionnaires des jeux de sociétés. Ces deux ouvrages sont malheureusement épuisés. Par contre, Berg International a réédité en 2010 Le symbolisme des jeux, initialement paru en 1976.

Th. de Moulidars. Grande encyclopédie méthodique, universelle, illustrée, des jeux et des divertissements de l’esprit et du corps. Librairie illustrée, 1888. Disponible sur Gallica.

Dernière mise à jour : 21 novembre 2012.

Les recommandations du W3C en français

Le World Wide Web Consortium (W3C) est un organisme de standardisation à but non-lucratif, fondé en octobre 1994 pour promouvoir la compatibilité des technologies du World Wide Web (HTML, XHTML, XML, RDF, CSS, PNG…). Plus d’infos sur le site web de cet organisme ou, pour ceux qui comme moi auraient quelques difficultés avec la langue de Shakespeare, sur Wikipedia francophone.

Ancien employé du W3C, Karl Dubost a mis une traduction en français de certaines recommandations du W3C sur son site web, lequel est par ailleurs fort agréable à parcourir pour ses photos et ses textes.

Blablabla, un mot de Paul Gordeaux

Voici ce que j’ai pu lire, entre autres choses, sur le site consacré à Paul Gordeaux :

Blablabla

Bla-bla-bla, blablabla ou blabla :

Paul Gordeaux inventa ce terme qu’il utilisait fréquemment dans les histoires qu’il racontait à ses amis. Au nombre de ceux-ci Pierre Bénard, directeur du Canard enchaîné, reprit le terme dans ses articles.

Le mot plut aux journalistes anglo-saxons qui l’utilisèrent à leur tour. Le Pandit Nehru, l’employa à la Tribune des Nations Unies au début des années 1960 – “Tout ça, c’est du bla-bla-bla, comme dit le Canard Enchaîné” !  En 1978, le mot fit son entrée dans le dictionnaire de l’Académie française et le Larousse ne tarda pas à le consacrer officiellement.

Le commentaire de Charles André Gordeaux après ce billet qui précise la date de la première occurrence de blabla : le 27  février 1946  dans Le Canard enchaîné. Le TLF ne fait pas mention de cette origine (voir en annexe).

Paul Gordeaux est aussi le créateur de bandes dessinées verticales parues dans France Soir de 1950 à 1972, Le crime ne paie pas et Les amours célèbres, auxquelles de nombreux dessinateurs (ex.: Albert Uderzo) collaborent. Avec le dessinateur Henry Blanc (créateur du Jeu des 7 erreurs, collaborateur de Paul Grimault sur « La Bergère et le ramoneur…), il adapte aussi en bande dessinée, de février 1957 à septembre 1960, le feuilleton radiophonique de Francis Blanche et de Pierre Dac, Signé Furax. Au total, il est l’auteur de plus de 10.000 bandes dessinées.

Et je ne parle pas ici de ses opérettes, comédies, pièces de théâtres, contes, nouvelles

________________________________________________________________

Annexe. Définition de blabla dans le TLF

 

BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, subst. masc.


BLA(-)BLA(-)BLA, BLA(-)BLA, (BLA BLA BLA, BLA-BLA-BLA, BLA BLA, BLA-BLA)subst. masc.
Fam. Énoncé ou suite d’énoncés verbeux, et parfois mensonger(s), destiné(s) à masquer le vide de la pensée, à éblouir quelqu’un, ou à endormir sa vigilance. C’est du blablabla!; faire, raconter du blablabla. Synon. pop. baratin :

Début de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)1. Mais Paule m’a cent fois proclamé son horreur du bla-bla-bla, des consignes et de l’action directe.Fin de l'objet 1 de la requête (Paragraphe)
H. BAZIN, La Mort du petit cheval, 1949, p. 177.

2. J’ai décidé de venir, ici, après tous les beaux discours de mensonge, de bla-bla, de venir ici dire la vérité.
A. ARNOUX, Les Crimes innocents, 1952, p. 68.

Rem. Attesté dans Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr. ainsi que dans QUILLET 1965, DUB., et ROB. Suppl. 1970. ESN. 1966 atteste le verbe blablater au sens de « bavarder » en lang. estudiantin.
PRONONC. ET ORTH. : [blablabla]. Pt Lar. 1968 écrit le mot avec trait d’union : bla-bla ou bla-bla-bla (cf. aussi ex. supra). Les dict. admettent blablabla ou blabla. QUILLET 1965 enregistre uniquement blablabla.
ÉTYMOL. ET HIST. [1945 blabla, 1947 blablabla (d’apr. ESN.)]; 1949 bla-bla-bla, supra ex. 1; 1952 bla-bla, supra ex. 2.
Onomatopée, peut-être en rapport avec blaguer* « dire des propos ridicules ou des mensonges ».

Goscinny

Une relecture récente des albums d’Astérix de la grande époque et la découverte des Inédits de Gotlib (Dargaud, 2004) dernièrement reçus pour mon anniversaire m’ont amené à effectuer une petite moisson sur celui qui fut le créateur du premier et le père spirituel du second.

Je commencerai justement ce petit panorama par des propos de ce même Gotlib recueillis par Tristan Savin et parus en 2007 dans le Lire hors-série n° 6 consacré à René Goscinny. Intitulés “Gotlib, les Dingodossiers, Perec et l’humour juif“, ces souvenirs du temps de Pilote sont accessibles sur le site de L’Express. De cette collaboration demeure le témoignage dans les dessins des Dingodossiers eux-même, comme vous pouvez notamment le voir ici et

Approfondissons la recherche avec le site officiel, Goscinny.net, celui d’un passionné, Goscinny.free.fr, sans oublier la Librairie Goscinny (voir notamment son catalogue des ouvrages sur Goscinny) et le site officiel d’Asterix. Le site de l’INA propose tout un dossier et un documentaire réalisé pour les 25 ans du décès de Goscinny.

Parmi les numéros spéciaux de périodiques, outre le Lire hors-série n° 6 sur Goscinny déjà cité, voir le n° 1 de cette revue sur Astérix, paru en 2006. Sapristi! n° 35 (1996) est également consacré à Goscinny et contient une conséquente bibliographie (p. 45-54) notamment de ses albums et de ses travaux dans les journaux. Voir aussi Schtoumpf n°22 (1973).

Goscinny est bien connu pour son activité de scénariste de bandes dessinées, mais je me souviens aussi de lui pour ses Minichroniques, série télévisée humoristique, initialement diffusée sur TF1 pendant les vacances de Noël de 1976 et 1977 où Goscinny apparait en commentateur jovial et malicieux des mésaventures de français ordinaires confrontés à des situations qui sont comme une suite des Mythologies de Roland Barthes. Je n’avais alors que 12 et 13 ans, et elles m’avaient particulièrement marqué, notamment celle consacrée à la méchanceté des choses, hilarante illustration de la loi de Murphy. Vous pouvez la visionner, ainsi que les 25 autres sur le site de l’INA ou sur Youtube. Voir Wikipedia pour plus d’informations.

https://www.youtube.com/watch?v=AFDFUXwFJNk

Il a travaillé avec plusieurs dessinateurs, pour de nombreuses séries et des personnages fort divers. Voici un inventaire non exhaustif du travail accompli avec Albert Uderzo [ce qui suit est en chantier] :

  • Jehan Pistolet, inventé en 1952, connait 5 aventures : Jehan Pistolet corsaire prodigieux (43 pages), Jehan Pistolet corsaire du Roy (45 pages), Jehan Pistolet et l’espion (45 pages), Jehan Pistolet en Amérique (44 pages) et Jehan Pistolet et le savant fou (23 pages). En 1989, les éditions Lefranc publient les 2 premières aventures en album. En 1998, les Editions Albert René entreprennent de publier l’intégrale de cette série… sauf qu’il y manque Jehan Pistolet et le savant fou. Plus d’informations sur Forum Goscinny.
  • Luc Junior
  • Benjamin, Benjamine
  • Oumpah-Pah. Voir le site officiel d’Asterix
  • Astérix
Pour en savoir plus

Laurence Houot. “Exposition “René Goscinny au-delà du rire” au Mahj : visite en 10 escales”, site de France Info, 26 septembre 2017.

Catel et Anne Goscinny. Le roman des Goscinny : naissance d’un Gaulois. Grasset, 2019.

Dernière mise à jour : 8 janvier 2023

 

Luddisme et résistance à la technique

Trouvant son origine dans le nom du mythique ouvrier anglais, John ou Ned Ludd (parfois appelé « King Ludd » ou « General Ludd »), qui aurait détruit deux métiers à tisser en 1780, le terme luddisme a d’abord désigné un mouvement ouvrier en Angleterre dans les années 1811-1816, avant d’être utilisé plus généralement pour stigmatiser ceux qui s’opposent aux nouvelles technologies. Cependant, plus qu’une simple néophobie, le luddisme peut aussi être interprété non comme un refus des techniques, mais une résistance à certains aspects asservissants du machinisme aux mains du patronat.

Présentation générale

Une bibliographie commentée : “Luddisme. Machine arrière !” (BM de Lyon)

Deux articles :

Frédérique Roussel, “Rage against the machines”, Ecrans, 21 juillet 2007

Louise Demory, “Une révolte anti-moderne : le luddisme”, Novopress|Québec, 28 août 2008

Le premier luddisme et ses suites

Cédric Biagini et Guillaume Carnino (coord.), Les Luddites en France, résistance à l’industrialisation et à l’informatisation. L’Echappée, 2010.

Kevin Binfield

“Luddites et luddisme”, Tumultes 2/2006 (n° 27), p. 159-171. Accessible sur Cairn.

Writings of the Luddites, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004.

Sur ce livre :

Francois Jarrige, “Kevin Binfield (ed.), Writings of the Luddites, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 2004, 279 p. ISBN : 0-8018-7612-5. 49,95 dollars”, Revue d’histoire du XIXe siècle, 31 | 2005.

Vincent Bourdeau et al.

“Le passé d’une désillusion : les luddites et la critique de la machine”, Actuel Marx 1/2006 (n° 39), p. 145-165.

Les luddites : bris de machines, économie politique et histoire, Ere, 2006. Collab. : François Jarrige et Julien Vincent. Aperçu sur Google livres.

Sur ce livre :

La présentation sur le site de l’éditeur

Philippe Minard, “Le retour de Ned Ludd. Le luddisme et ses interprétations”, Revue d’histoire moderne et contemporaine 1/2007 (no 54-1), p. 242-257. S’intéresse aussi à l’ouvrage de Kevin Binfield. Accessible sur Cairn.

Iorwerth Prothero traduit par Judith Lyon-Caen, “Vincent Bourdeau, Francois Jarrige et Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, Éditions Ère, 2006, 160 p. ISBN 2-915453-11-X, 15 euros.”, Revue d’histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, p.198-200. Accessible sur Revues.org.

Nicolas Chevassus-au-Louis, Les briseurs de machines: de Ned Ludd à José Bové, Seuil, 2006.

François Jarrige

“Une “armée de justiciers” ? Justice et répression du luddisme en Angleterre (1811-1816)”, Table ronde organisée par le SNES – Blois, 15 octobre 2010

“Au temps des “tueuses de bras”. Les bris de machines et la genèse de la société industrielle (France, Angleterre, Belgique, 1780-1860) “, Revue d’histoire du XIXe siècle, Thèses et HDR soutenues, 2009. Accessible  sur Revues.org.

Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Presses universitaires de Rennes, 2009

Face au monstre mécanique : une histoire des résistances à la technique, Ed. IMHO, 2009.

Sur ces 2 ouvrages :

« Du misonéisme au luddisme », Le blog de l’histoire, 10 novembre 2009.

Philippe Minard, “”À bas les mécaniques !”: du luddisme et de ses interprétations”, in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 01/06/2010. Accessibles sur Revues des livres.

Eric Hobsbawm, “The Machine-Breakers”, Past & Present, n° 1, février 1952, p. 57-70, trad. fr. “Les briseurs de machines”, in Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 53-4 bis, supplément 2006, p. 13-28. Accessible sur Cairn

Kirkpatrick Sale, La révolte luddite : briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation, traduit de l’américain par , et préf. Celia Izoard, L’Echappée, 2006.

Malcolm Thomis

The Luddites : Machine-Breaking in Regency England, Newton Abbott, David & Charles / Archon Books, 1970.

Luddism in Nottinghamshire, Londres, Phillimore, 1972.

Dans les années 1970, cet auteur a pris le contrepied du mythe luddite, affirmant que “le nombre et la gravité des incidents violents ont été exagérés, et ne voyant dans le luddisme qu’un phénomène purement « industriel » dénué de dimension politique et plus encore de portée révolutionnaire” (cf. Philippe Minard).

Edward P. Thompson, La Formation de la Classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard, 1988 (1963)

Sur l’ouvrage et l’auteur :

Clément Homs, “L’historien du luddisme, Edward P. Thompson, et l’”économie morale de la foule””, Critique de la valeur, 23 mai 2007

Bruno Astarias, “Le luddisme”, Echanges, n° 113, été 2005, p. 43. Notes à partir du livre de E. P. Thompson,  La Formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard, 1988, traduit de The Making of the English Working Class. Article accessible sur Mondialisme.org

Le néo-luddisme

Jacques Wajnsztejn, “Néo-luddisme et résistances ouvrières”, Temps critiques, février 2001

Un site néo-luddite français : Pièces et Main d’Oeuvre

Néo-luddisme et Anarcho-primitivisme : qu’est-ce que c’est ? : une série de références sur la question

Deux visions du néo-luddisme : John Zerzan et Theodore Kaczynski (Unabomber)

Dernière mise à jour : 10 avril 2024.

Développement durable ou décroissance soutenable ?

Deux dates, deux rapports, un constat

 

1972 : le 1er rapport du club de Rome ou rapport Meadows, The limits to growth ? (Halte à la croissance) remet en cause le modèle de croissance dominant. Voir le commentaire approfondi de ce document (cf. Manicore.com, site de Jean-Marc Jancovici).

Mars 2005 : Le rapport de 1300 scientifiques commandé par l’ONU pour évaluer l’état des milieux naturel de la planète constate qu’environ 60 % des écosystèmes permettant la vie sur Terre ont été dégradés et préconise des changements radicaux en matière de développement et d’éducation.

 Deux réponses à la crise écologique

 

Développement durable

Agora21

Association4d

Centre de recherche et d’information pour le développement – CRID

Internationa Institut for Sustainable Devlopment – IISD

Média-terre

Quelques ouvrages sur le sujet

Décroissance soutenable

Biosphère, réseau de documentation des écologistes activistes

Casseurs de pub et la revue La décroissance

Décroissance.info

La décroissance : dix question pour en débattre

La décroissance, une utopie ?

Institut d’études économiques et sociales por la décroissance soutenable – IEESDS

Réseau des Objecteurs de Croissance pour l’Après-Développement – ROCADe

Nicholas Georgescu-Roegen, théoricien de la décroissance (Encyclopédie Agora)

Quelques ouvrages sur le sujet

Sérendipité

Lu dans Livres hebdo, n° 849, 21 janvier 2011

A Rennes, des lecteurs regrettent leur bibliothèque.

“Sous couvert d’études sociologiques attestant la défection des bibliothèques municipales, nous subissons dans notre quartier rennais une amputation “vitale” qui nous condamne à ne plus amener aussi librement ni nous-mêmes ni nos enfants aux joies de la sérendipité…”

La quoi ? Sérendipité. Vite, mon dico. Rien dans le Robert. Idem dans le Larousse. Par contre, dès que je tape dans Google, ce n’est pas le vide, mais le trop plein. Ce mot, apparu au XVIIIe siècle a déjà une longue existence dans le monde anglo-saxon (serendipity), alors que les lexicographes français semblent tarder à l’adopter.

La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Ce concept discuté est, en particulier, utilisé en recherche scientifique.

Extrait de l’article de Wikipédia

Le site Intelligence créative propose plusieurs autres définitions, à commencer par celle de Horace Walpole, inventeur du mot en 1754, défintion qui me semble, ô combien correspondre à ce qu’est une recherche sur internet, au fil des rayons d’une bibliothèque, dans un catalogue ou un dictionnaire :

Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la recherche de quelque chose d’autre (accident and sagacity while in pursuit of something else).

Ledit Walpole se serait inspiré d’un conte persan,  Voyages et aventures des trois princes de Serendip, paru à Venise deux siècles plus tôt.

Je signalerai encore trois articles qui me semblent bien faits sur le sujet :

  • Le premier, daté du 19 juillet 2009 sur Internetactu, est de Rémi Sussan qui s’intéresse particulièrement à un ouvrage  Pek van Andel, chercheur en sciences médicales à l’université de Groningue, et Danièle Bourcier, directrice de recherche en sciences sociales au CNRS, De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit : Leçons de l’inattendu, paru chez L’Act Mem. Voir aussi sur le même site un article de Xavier de la Porte daté du 20 décembre 2010.

  • Le deuxième, daté du 1er février 2005 sur Automates intelligents, est aussi signé par ce même Pek van Andel.

  • Le troisième, daté du daté du 27 novembe 2009 sur le site Les devenirs de la philosophie à Paris 8 est de Anthony Le Cazals.

Sans doute la plupart d’entre vous connaissaient-ils déjà ce mot, mais en ce qui me concerne, j’ai appris quelque chose, et cela par une découverte et une interrogation de hasard. Mais n’est-ce pas là une des formes de la sérendipité ?

(Dernière mise à jour : 9 mars 2011)

Géographie et langue(s)

Le thème énoncé en titre peut se diviser en trois sujets principaux :

  1. Géographie linguistique
  2. Vocabulaire des géographes
  3. Toponymie

Pour une première orientation bibliographique, j’ai notamment utilisé les ressources de la bibliothèque universitaire de Tours où je travaille… A compléter, corriger, etc…

1. Géographie linguistique : langues et territoires du culturel au politique

Documents papier (ouvrages et numéros de périodiques)

Généralités (en ordre chonologique inversé)

Langue et espace. Pessac : MSHA, 2011

Les espaces linguistiques : nouveaux acteurs dans la mondialisation, numéro de Revue internationale de politique comparée, vol. 14, n° 1, 2007

Langues et territoire, numéro de Hérodote, n° 105, 2002

Roland Breton. Géographie des langues. 3e éd. Paris : PUF, 1995

Atlas of the world’s languages. London : Routledge, 1994

Géopolitique des langues, numéro de Hérodote, n° 42, 1986

Sur une aire géographique

Europe orientale : Conflits et minorités dans l’Europe post-communiste, numéro de Géographie et cultures, n° 38, 2001

Méditerranée : Europe and the Mediterranean as Linguistic Areas : convergencies from a historical and typological perspective. Amsterdam : Phi : J. Benjamins Publishing Company, 2007

Sur une langue

Anglais : Géopolitique de l’anglais, numéro de Hérodote, n° 115, 2004

Arabe : Mohamed Benrabah.Devenir langue dominante mondiale : un défi pour l’arabe. Genève : Droz, 2009

Français : Ariane Poissonier, Gérard Sournia. Atlas mondial de la francophonie : du culturel au politique. Paris : Autrement, 2006

Swahili : Pierre Alexandre. Les Swahili entre Afrique et Arabie. Paris : Karthala, 1991

Internet

Ethnologue, languages of the world

L’aménagement linguistique dans le monde,site de l’université de Laval (Québec)

Une curiosité : la première carte linguistique de l’Europe (1741)

Sur le site de l’IGN, voir la carte de la France dialectale

2. Vocabulaire du géographe : des mots pour comprendre

Ouvrages

Voir la cote 910.3

Un exemple spécifique : le vocabulaire de géographie agraire

Voir les publications sur ce sujet de Paul Fénelon (1903-1993), ancien professeur aux universités deTours et d’Orléans.

Sur cet auteur, voir sa notice nécrologique dans les Annales de géographie, 1994, n° 579, p. 507-509, disponible dans Persée

Dans les années 1960, Paul Fénelon a fait paraître dans plusieurs livraisons de Norois, un « Vocabulaire de géographie agraire »

1960, n° 28, p. 428-452 :     Abaca –  Azotobacter

1961, n° 30, p. 230-242 :     Baawande – Besin

*1961, n° 31, p. 353-373 :   Besoche – Bytesarbeid

1962, n° 33, p. 41-56 :        Cabal – Cédrat

1962, n° 34, p. 199-212 :     Céleri – Charrue

*1962, n° 35, p. 332-341 :   Chasé – Chocheron

*1962, n° 36, p. 386-396 :   Chou – Complanteur

1963, n° 37, p. 40-55 :        Compoix – Czarnoziem

1963, n° 39, p. 275-294 :     Daba – Dvor

*1964, n° 41, p. 51-64 :       Eaux et Forêt – Emousse

1964, n° 43, p. 349-369 :     Empaillage – Eyzines

1965, n° 46, p.224-239 :      Fabrecoulier – Floquets

1965, n° 47, p. 368-386 :     Flore – Fuye

1966, n° 50, p. 230-257 :     Gaaing – Guyot

Sauf exception (*), ces fascicules sont accessibles en ligne sur Persée.

En 1970, Paul Fénelon fait paraître son Vocabulaire de géographie agraire. Une 2e édition revue et augmentée paraît en 1989.

Voir aussi son Dictionnaire d’histoire et de géographie agraires multilingue paru en 1989, réédité eb 1991.

 

3. Toponymie : la marque de la langue sur les lieux et inversement

Ouvrages

Pour les ouvrages, voir la cote 910.014

Internet

Sur le site de l’IGN,

soit dans la rubrique Toponymie et noms de lieux

soit dans le site associé IGN Education la rubrique Comprendre la toponymie

voir notamment les brochures suivantes en ligne :

La sciences des noms géographiques

André Bégorier, Les noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux

Le site de la toponymie francophone

Sur Wikipedia, voir les articles

« Toponymie »

« Toponymie française »

La section sur le sujet du site Lexilogos

Napoléon (5) Itinéraire(s)

G. Lenotre, dans ses croquis de l’épopée, débute ainsi sa chronique intitulée “L’art de vérifier les dates” :

Dépouillant la correspondance de l’Empereur, imprimée ou encore inédite, les papiers de la secrétairerie d’Etat, le publication de Chuquet, d’Henry Houssaye, de Frédéric Masson, d’Albert Vandal, les registres de la guerre, le Moniteur, le Journal de l’Empire, les bulletins de l’armée, les Mémoires des contemporains, cent et cent autres dcuments, M. Albert Schuermans est parvenu à dresser sous le titre de l’Itinéraire général de Napoléon Ier, un “calendar”, du 15 août 1769 au 5 mai 1821, indiquant pour chaque date – sauf, bien entendu, les lacunes obligées des premières années – l’endroit où se trouvait le grand homme et ce qu’il faisait ce jour là.

Continuer la lecture de Napoléon (5) Itinéraire(s)

Napoleon (4) Anecdotes

Je suis en train de lire Napoléon, croquis de l’épopée de G. Lenotre. Ce prolifique historien (cf. sa bibliographie réalisée par Georges Fenoglio Le Goff) a sévi entre la guerre franco-prussienne et la Seconde Guerre mondiale. Grand compilateur de sources, il a pu s’attirer ce trait peu amène d’un  de ses contemporains : « Après tout, que fait-il ? Il prend du tien, il prend du mien et il signe Lenotre… » (cf. article de Pierre Assouline, “La peste soit de Roth”, daté du 29 décembre 2010). Cela ne l’empêcha pas d’être élu in extremis à l’Académie français, où il n’eut pas le loisir de siéger, étant rattrapé par la grande faucheuse. Continuer la lecture de Napoleon (4) Anecdotes

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search