Anarchie : petit répertoire à l’usage des curieux, chercheurs ou militants

Je vous l’annonçais dans une précédédente chronique : je souhaite aborder les ressources en ligne sur les différentes écoles de pensée politique et/ou économique. Voici une première sélection sur l’anarchisme. Comme son titre l’indique, elle s’adresse à tous et  pas spécialement aux militants. Personnellement, des trois catégories d’utilisateurs potentiels indiquées ci-dessus, je me situerais plutôt dans la première…

La présente sélection fera l’objet d’une mise à jour plus ou moins régulière. Dernière mise à jour : 21 novembre 2017.

Continuer la lecture de Anarchie : petit répertoire à l’usage des curieux, chercheurs ou militants

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce « mot » n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, « Unica Zürn, Bellmer et Perec », Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Y a-t-il une philosophie chinoise ?

La question posée en titre peut surprendre qui ne fréquente pas les terres de la philosophie et de la sinologie. Elle aurait également surpris les Jésuites qui au XVIIe siècle découvraient la tradition confucéenne et pouvaient écrire, à l’instar du Père Bouvet en 1697,

Il est vrai que depuis longtemps, hors la philosophie, dont on fait la principale étude de la Chine, cette Nation a extrêmement négligé toutes les autres sciences.

Pour les philosophes, de Leibniz à Voltaire, il va de soi que la Chine posséde une solide tradition philosophique et qu’il importe de s’y intéresser. Puis vient Hegel et, avec lui, l’exclusion de la Chine hors du champ philosophique. Depuis, la plupart des philosophes placent la tradition chinoise du côté des sagesses pratiques. L’opinion des sinologues en la matière est tout autre, et sur la frontière entre ces deux domaines, les hésitations et circonlocutions  diplomatiques se multiplient pour qualifier ce commun objet d’étude.

Voici, très grossièrement résumé, l’objet du fascicule 27 de la revue Extrême-Orient Extrême-Occident paru en 2005, intitulé Y a-t-il une philosophie chinoise ? Un état de la question. Je suis en train de le lire sous sa forme papier (c’est quand même moins pénible pour un lunetteux à verres progressifs…), mais il est également disponible sur  Persée,

En consultant Electre, je note que peu d’ouvrages contiennent dans leur titre l’expression « philosophie chinoise ». Il s’agit soit de traductions (le terme « philosophie » en français correspond-il réellement à celui qui lui répond en chinois ?), soit de publications s’intéressant à la « philosophie chinoise moderne », donc passée par l’influence directe ou indirecte de la philosophie occidentale :

Feng, Youlan, Précis d’histoire de la philosophie chinoise, Mail, 1985.

Mou Zongsan, Spécificités de la philosophie chinoise, Cerf, 2003.

La philosophie chinoise moderne, Revue internationale de philosophie, n° 232, 2005/2. Ce fascicule est consultable sur Cairn.

Le terme « pensée chinoise » est souvent préféré à celui de « philosophie ».

Philosophies d’ailleurs. 1, Les pensées indiennes, les pensées chinoises, les pensées tibétaines, Hermann 2009.

Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Seuil, 2002. Voir des extraits de l’introduction de cet ouvrage sur le site de l’exposition Chine organisée par la BNF. Voir aussi la page de l’auteur sur le site du Collège de France.

Marcel Granet, La pensée chinoise, 1934. Plusieurs rééditions. Un classique de la sinologie. Cet ouvrage est consultable parmi les Classiques des sciences sociales.

Francois Jullien,

La philosophie inquiétée par la pensée chinoise, Seuil, 2009.

La pensée chinoise dans le miroir de la philosophie, Seuil, 2007.

Voir aussi sur la question la conférence du 24 janvier 2005 faite par Romain Graziani, Du point de vue de la pensée chinoise que vous trouverez parmi Les lundis de la philosophie organisés par Francis Wolff sur le site de l’ENS.

Enfin, Philosophie magazine, dans son n° 20 de juin 2008, propose un dossier sur « La pensée made in China » dont voici la présentation :

La Chine attire, fait peur. D’un côté, nous avons tendance à envisager la tradition chinoise comme une réserve de sagesse millénaire, nous rêvons de trouver, du côté du confucianisme ou du taoïsme, des alternatives à la vision du monde cartésienne et dualiste qui prédomine en Occident. De l’autre, nous nous inquiétons de voir ce pays accéder au rang de puissance mondiale, de sa croissance économique, de son gigantisme, de la répression au Tibet, de son mépris des droits de l’homme. Dans les deux cas, nous ne la percevons qu’à travers des stéréotypes. Loin d’être un empire hermétique, la Chine est en perpétuelle évolution, capable de métamorphoses stupéfiantes, en dialogue depuis plus de deux siècles avec les catégories occidentales. Dans ce dossier, nous entendons faire justice à cette Chine complexe et protéiforme : Jean-Philippe de Tonnac s’interroge sur la portée symbolique et politique de la présence des jeux Olympiques, héritage de la culture grecque, à Pékin ; Michaël Lackner et Ivan Kamenarovic pointent quelques « intraduisibles » ; Jean-Luc Domenach, spécialiste des relations internationales, et Joël Thoraval, anthropologue, livrent leurs regards sur la Chine actuelle ; la philosophe Régine Pietra rappelle les fondamentaux du bouddhisme, du taoïsme et du confucianisme ; les sinologues Vincent Goossaert et Sébastien Billioud en déclinent les formes contemporaines ; enfin la philosophe Anne Cheng revient sur l’invention de la « pensée chinoise ».

Mise à jour du 30 octobre 2012

Marie-Julie Maître. Réception et représentation de la philosophie chinoise en France du seizième au vint-et-unième siècle, thèse de doctorat d’Études des systèmes sous la direction de Bruno Pinchard et Gregory Lee présentée et soutenue publiquement le 7 juillet 2010. Université Jean Moulin Lyon 3. Disponible en ligne en format html et en format pdf.

Mise à jour du 19 novembre 2012

En 1994, la revue Philosophie avait consacré son n°44 à la philosophie chinoise avec les articles suivants :

Jean-François Billeter, « Arrêt, vision et langage : Essai d’interprétation du Ts’i wou-louen de Tchouang-Tseu »

Anne Cheng, « Li ou la leçon des choses »

François Jullien, « Le détour de la parole, ou Confucius face à Socrate »

Ernst Victor Zenker, Histoire de la philosophie chinoise. Payot, 1936 (1ère édition allemande : 1926). Disponible parmi Les classiques des sciences sociales.

Mise à jour du 11 avril 2013

Y a-t-il une philosophie chinoise ? Chine en question, 20 juin 2011

La philosophie chinoise moderne, Revue internationale de philosophie n°232, 2005.

Dossier documentaire & Bibliographie, rubrique « Pensée chinoise », Monde en Question.

Mise à jour du 14 février 2017

4 conférences en ligne sur le site de l’Université ouverte des humanités (UOH) :

Présentation générale des 4 conférences

Évolution du confucianisme coréen

Histoire du confucianisme : vue panoramique

La pensée de Xun zi

Lao zi, Daode jing : le livre de la voie et de la vertu

La pensée chinoise contemporaine : entre modernité et invention d’une tradition, conférence d’Anne Cheng dans le cadre de l’Université de tous les savoirs (UTLS).

Ces 5 conférences sont accessibles à partir de Canal-U.

Ne pas oublier les leçons sur l’histoire intellectuelle de la Chine données par Anne Cheng au Collège de France.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De l’apiculture

L’apiculture était le violon d’Ingre de mon grand-père. Je ne suis pas expert en la matière, ayant peu profité de mes séjours ardéchois pour en apprendre les secrets. J’en garde néanmoins une certaine nostalgie. Alors, quand au hasard d’une recherche sur Voltaire (1), je suis tombé sur La ruche écologique (devenue depuis La ruche sauvage  : mise à jour du 16/10/2011), j’en ai exploré les différentes rubriques. Sont ainsi abordés le symbolisme de l’abeille, la mythologie de l’apiculture, les diverses formes de ruches, avec pour chaque article une bibliographie succincte…

En tant que bibliothécaire, j’ai été particulièrement intéressé par la bibliothèque de l’apiculteur qui comporte des titres allant de -300 (Aristote, Histoire des animaux) à 2009 aujourd’hui. Les ouvrages peuvent être classés par ordre alphabétique de titres ou d’auteurs, par ordre chronologique ou par sujet. Pour les ouvrages tombés dans le domaine public, leur disponibilité en ligne est indiquée… Bref, un bon instrument de travail.

Alors, si vous avez quelque intérêt pour cet art  millénaire…

Mise à jour du 16/10/2011 : un lien supplémentaire sur l’apiculture écologique : La ruche populaire ou la ruche de l’abbé Warré

 ____________________________________________

(1) Extrait du site :

Rappelons que Voltaire fut un observateur de ses abeilles qu’il élevait partout où il vécut, tant à Cirey qu’à Ferney.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire

(Dernière mise à jour : 6 juin 2012)

Réédité récemment  aux éditions Kirouv et aux éditions D. Reinharc [mise à jour du 1er février 2011], cet ouvrage est une réponse au Traité de la tolérance (cf Gallica). Attribué à l’abbé Antoine Guénée, il met en avant les erreurs d’interprétation faites par Voltaire au sujet de l’Ancien Testament et souligne combien le grand philosophe est ignorant des langues anciennes.

Il est vrai que l’auteur est bien placé pour en juger. Fils d’un couple d’hôteliers, Antoine Guénée est né à Etampes en 1717. Doué pour l’étude, il a obtenu grâce à l’appui des Barnabites dont il fréquente le collège, une bourse pour étudier à Paris. Considéré comme un des grands spécialistes français du grec et de l’hébreu, il a écrit plusieurs ouvrages sur le judaïsme et les origines de la religion chrétienne faisant autorité dans toute l’Europe.

Je ne rentrerai pas ici dans les détails de sa vie et de ses activités que vous pourrez trouver dans Le corpus etampois avec notamment :

deux notices biographiques, l’une parue la Biographie étampoise par Léon Marquis (1881) et l’autre publiée par Clément Wingler dans l’hebdomadaire Étampes-Info du 16 mai 2003

une bibliographie de ses ouvrages

diverses autres informations

Les Lettres sont accessibles sur Google livres et sur Archive.org, mais curieusement absentes de Gallica, alors que la BNF en possède plusieurs éditions parues entre 1769 et 1863 (voir Annexe 1).

Les philosophes réagissent vigoureusement contre la « troupe théologique », par exemple en avril 1769, dans la  Correspondance littéraire, philosophique et critique, où ils traitent par le mépris ce « recueil d’atrocités et de platitudes » (cf. Annexe 2) et défendent le « patriarche » de Ferney. Ce dernier, ébranlé par les attaques du pére Guénée, y répond dans l’article Juifs des Questions sur l’Encyclopédie, puis, plus tardivemet, dans Un chrétien contre six juifs publié en 1777 : Voltaire joue le rôle du chrétien, et les six juifs sont ceux de Guénée (cf. Gallica : ex. 1 et ex. 2 ; Archive.org ; Google livres : ex. 1 et ex. 2) .

Cependant, le succès des Lettres est certain dans le public cultivé, comme en témoignent deux articles enthousiastes parus dans L’Esprit des journaux du 7 juilletn1772 et 6 décembre 1776, à l’occasion de la parution des 4e et 5e éditions. Leur notoriété durera plusieurs décennies. Le spectateur français au XIXe siècle débute un article 31 décembre 1804 par l’éloge ci-dessous (voir la suite de l’article dans Gallica) :

Et en 1821, dans une Vie de Voltaire guère favorable aux idées du philosophe en matière de religion, François-Antoine-Joan Mazure (1776-1828) dit beaucoup de bien des Lettres et de leur auteur en rappelant combien cette attaque a été sérieuse pour le maître de Ferney (cf. Annexe 3). Les éditions de 1805, 1815, 1817, 1857 et 1863 montrent que l’intérêt pour cet ouvrage et son auteur perdure jusqu’à la fin du Second Empire.

Puis vient l’éclipse, et celle-ci sera durable. Faut-il en accuser les républicains voltairiens ou cette curieuse figure d’abbé ami des juifs, fussent-ils fictifs, ne dérange-t-elle pas les lecteurs catholiques de la presse assomptionniste et antisémite de cette fin du XIXe siècle ? Ne faut-il pas plutôt y voir un désintérêt progressif dans une France sécularisée où la culture religieuse s’efface. Alors parler de  « 160 ans de censure tacite, pour protéger le ‘grand Voltaire’ de la Révolution » ( cf. Aschkel.info) me semble quelque peu exagéré.

Me semble également exagéré, et, plus encore, anachronique le fait de parler, à l’occasion de cette réédition, de l’antisémitisme de Voltaire (cf. Jerusalem post ; Aschkel.info). Faut-il rappeler que l’antisémitisme en tant qu’idéologie raciste date du milieu du XIXe siècle ? Il ne s’agit pas de nier ici l’attitude hostile du philosophe vis à vis des Juifs. Les citations à ce sujet sont nombreuses, à commencer par l’article Juifs du Dictionnaire philosophique (cf. Gallica). Cependant, à y regarder de plus près, il s’agit là plutôt d’une forme d’antijudaïsme, non pas l’antijudaïsme chrétien classique vis à vis du peuple « déicide », mais d’un antijudaïsme « philosophique » dirigé contre ce que Voltaire perçoit comme l’intolérance et la superstition de la religion juive, à laquelle il s’attaque comme il le fait pour le christianisme et pour  l’islam (par exemple avec sa tragédie Mahomet). Pour aller plus loin sur cette délicate question, le mieux est de se reporter à Utpictura18, un programme de recherche développé depuis 2009 dans le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille et hébergé sur les sites de trois universités : Aix-Marseille, Toulouse 2 et Montpellier 3.

Annexe 1. Les éditions des Lettres de quelques juifs conservées à la BNF (extrait du catalogue)

1
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 2nde édit.Paris : Prault, [s.d.]

2
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Lisbonne (Paris : L. Prault), 1769

3
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Isbonne (Paris : L. Prault), 1769

4
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 3e édition augmentée. Paris : Moutard, 1772

5
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 3e édit. revue, corrigée et augmentée. Paris : Moutard, 1772

6
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1776

7
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1781

8
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonois à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] 5e édition, revue, corrigée et considérablement augmentée. Paris : Moutard, 1781

9
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 6e édition… [Précédé d’une notice sur l’auteur.] Paris : Méquignon junior, an XIII-1805

Voir ce qu’en dit Barbier

10
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques Juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… 7e édition… Tome I… 1815

11
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand, par M. Guénée. 7e édition revue, corrigée d’après les manuscrits de l’auteur et augmentée de ses ″Mémoires sur la fertilité de la Judée″. [Avec une notice sur l’auteur.], Paris : Méquignon junior, père 1815

12
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire, extrait d’un plus grand… et Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. 8e édition… augmentée de notes… [Par Beuchot.]. Versaille : impr. de J.-A. Lebel, 1817

Voir ce qu’en dit Barbier

13
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire. 9e édit. 1817

14
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1857

15
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1863

Annexe 2. La réaction des philosophes

Extrait de la Correspondance littéraire d’avril 1769, consultable sur Gallica :

Annexe 3. La postérité d’Antoine Guénée

Extrait de la Vie de Voltaire par François-Antoine-Joan Mazure. L’ouvrage entier est consultable sur GallicaBernard Gineste en a réalisé la saisie en mode texte dans Le corpus etampois.

A cette époque Voltaire avoit inondé la France et l’Europe d’un torrent d’idées impies, et l’on avoit point encore vu d’écrivain se dévouer impunément à ses fureurs, à sas calomnies, et au ridicule dont il écrasoit toujours ses faibles adversaires. Il est vrai que Larcher l’avoit attaqué avec succès sur des points de critique et d’érudition historique; l’abbé Foucher lui avoit démontré son ignorance dans ses citations orientales; mais on n’avoit point encore osé l’attaquer de front, ni lutter pour ainsi dire pied à pied contre lui sur ce qui appartient à l’érudition sacrée. Nul n’avoit opposé le texte même aux citations frauduleuses ou aux interprétations forcées, le sang-froid imperturbable de la raison ou d’une plaisanterie toujours décente, aux bouffonneries ou aux injures; l’abbé Guénée publia ses Lettres de quelques Juifs portugais, et ce livre porta un coup presque mortel à Voltaire. On y voit paroître à nu la mauvaise foi qui déshonora si long-temps son beau génie dans tout ce qu’il a écrit contre la religion. Renouveler sans cesse des difficultés résolues, sans faire mention des réponses qu’on y a faites, affecter une immense érudition et n’être que copiste, insulter aux commentateurs mêmes, où il puise ses propres objections, se contredire, louer, blâmer tour-à-tour la même chose, afficher des connoissances qu’il n’a jamais eues, traduire le latin comme un écolier, hébraïser ne sachant pas lire l’hébreu, écrire enfin sur la langue grecque, et ne l’entendre que sur de mauvaises versions latines: tels furent les reproches que l’on osa lui faire, et auxquels il ne put répondre. En effet, l’abbé Guénée, avec une critique toujours sage, toujours décente, toujours pressante, le ramène sans cesse aux faits que son adversaire admet ou rejette tour-à-tour, aux auteurs qu’il cite lui-même, aux textes qu’il falsifie ou qu’il n’entend point, aux suppositions absurdes qu’il présente. Il ouvre les livres dans lesquels Voltaire avoue qu’il a puisé ses objections, et il lui prouve que ces auteurs, tels que Wolaston, Aben-Ezra, Leclerc, Newton, expriment une opinion contraire. En vain d’Alembert, en lui parlant de cet ouvrage, essaie de traiter l’auteur avec mépris, Voltaire, plus juste, lui répond: «Le secrétaire juif, nommé Guénée, n’est pas sans esprit et sans connoissances; mais il est malin comme un singe, il mord jusqu’au sang en faisant semblant de baiser la main.»

L’attaque étoit enfin devenue sérieuse, et Voltaire, pour la première fois, se voyoit réduit à la nécessité de respecter ses adversaires, et de désavouer encore ses écrits avec sa candeur ordinaire. «L’auteur de cette correspondance, dit-il, sous le nom d’un prétendu neveu, a la cruauté d’imputer à sa victime je ne sais quelles brochures, les unes judaïques, les autres anti-judaïques, dont ce cher ami est très-innocent. Il expose un vieillard plus qu’octogénaire, couché déjà peut-être dans le lit de la mort, à la barbarie de quelques persécuteurs qu’il croit animer par ses délations calomnieuses; et c’est en feignant de le ménager, en lui prodiguant des louanges ironiques, en l’appelant [p.266] grand homme, qu’il lui porte respectueusement le poignard dans le cœur.»

Après avoir fait la distinction du vrai philosophe et de ceux qu’il nomme lui-même de misérables charlatans, il ajoute que les philosophes de nos jours sont des hommes d’État, des citoyens illustres, profondément instruits, cultivant les sciences dans une retraite occupée et paisible, des magistrats d’une probité inaltérable. «Ils sont tolérans et vous êtes bien éloigné de l’être, continue-t-il, vous qui employez toutes sortes d’armes contre un vieillard isolé, mort au monde, en attendant une mort prochaine; contre un homme que vous n’avez jamais vu, qui ne vous a jamais pu offenser. Pourquoi faites-vous contre lui trois volumes? pourquoi, dans ces trois volumes, toutes ces ironies continuelles, toutes ces accusations? Je ris quelquefois des calomnies atroces que vous vous êtes permis de recueillir et de répéter contre mon ami; soyez persuadé que je n’en ris pas toujours. Vous lui imputez je ne sais quelles brochures intitulées: Dictionnaire philosophique, Questions de Zapata, Dîner du comte de Boulainvilliers, et vingt autres ouvrages un peu trop gais, à ce qu’on dit. Je suis très-sûr, et je vous atteste qu’ils ne [p.267] sont point de lui. Ce sont des plaisanteries faites autrefois par des jeunes gens. Il y a bien de la cruauté (je parle ici sérieusement) à vouloir charger un homme accablé de soucis et d’années, un solitaire presqu’inconnu, un moribond, des facéties de quelques jeunes plaisans qui folâtraient il y a quarante ans. Vous espérez lui faire intenter un procès criminel par des fanatiques; vous perdrez votre peine; il sera mort avant qu’il soit ajourné, et s’il est en vie, il confondra les calomniateurs… Comment me consolerais-je des calomnies, ajoute le prétendu neveu, dont vous ne cessez d’accabler un homme qui doit m’être cher? que vous a-t-il fait, encore une fois?… Je ne vous dit pas: Vous êtes un calomniateur; je vous dis: Vous êtes la trompette de la calomnie. Il ne convient pas à un homme aussi éclairé et aussi spirituel que vous l’êtes, de répéter des discours de café… Au fonds, votre livre est une facétie; c’est un savant professeur qui représente une comédie où il fait paroître six acteurs juifs; il joue tout seul tous les rôles.»

On voit par ces citations combien le livre de l’abbé Guénée avoit tourmenté Voltaire; et combien, malgré son ressentiment mal déguisé, il paroissoit craindre ce nouvel adversaire. Il ne parloit plus avec le ton si tranchant, si insultant qu’il avoit employé naguère contre le savant et modeste Larcher. «Je vous répète, disoit-il aux six Juifs portugais, ce que mon ami qui aimoit à répéter a dit tant de fois: Le monde entier n’est qu’une famille, les hommes sont frères; les frères se querellent quelquefois, mais les bon cœurs reviennent aisément. Je suis prêt à vous embrasser, vous et M. le secrétaire, dont j’estime la science, et style et la circonspection dans plus d’un endroit scabreux.»

Malgré tous ses désaveux, Voltaire, qui se représente ici comme un solitaire inconnu, comme un moribond que l’on veut accabler par la calomnie et le fanatisme, venoit de publier sa Bible commentée par les aumôniers du roi de Prusse, ouvrage que nulle expression ne peut assez dévouer à l’infamie. Qui, de lui ou des défenseurs du christianisme, troubloit ainsi sa vieillesse, sa retraite profonde, et l’obscurité de sa solitude?

Il se consoloit de ces disgraces par les hommages que le roi de Prusse et l’impératrice Catherine venoient rendre à sa vieillesse et à sa renommée […]

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Alice au pays des merveilles

(Dernière mise à jour : 15 septembre 2010)

 Le 4 juillet 1862, une petite fille de 11 ans, Alice Liddell, fille d’un de ses amis, demande au logicien Charles Lutwidge Dodgson d’écrire un roman pour elle. L’héroïne se nommera Alice et son auteur signera Lewis Carroll…

La suite est un succès mondial qui laisse aujourd’hui quelques traces sur internet. Petite tentative d’inventaire à compléter, corriger, etc.

Plan

  

Informations générales

Deux sites anglophones riches d’information et d’illustrations :

 Alice in Wonderland

Bedtime Story

Dossiers de La petite bibliothèque ronde

Ne pas oublier Wikipedia.  

 Le manuscrit et les éditions

Le manuscrit est visible dans la galerie en ligne de la British Library. Pour connaître son histoire, voir l’article que lui consacre La petite bibliothèque ronde.

La première édition d’Alice’s Adventures in Wonderland paraît en 1865 avec 42 vignettes de John Tenniel, qui seront reprise dans nombe d’éditions postérieures, jusqu’aux édititions html présentes sur les sites suivants :

eBooks@Adelaide

Wikisource

Le roman a une suite dès 1872, Through the Looking-Glass, and What Alice Found There.

Ces deux ouvrages, le premier dans une édition de 1866, le second dans celle de 1872 sont consultables en un seul document dans l’Arno-Schmidt-Referenzbibliothek.

Ils figurent également sur le site de la Sabian Assembly, avec des commentaires par Marc Edmund Jones datant de 1928 (à prendre avec précaution…)

Une édition avec les illustrations de Lewis Carroll, parue en 1886 à Londres et New York chez Macmillan & Co, est reproduite sur le site du Project Gutenberg.

Un certain nombre d’éditions en anglais figurent dans Archive.org.

La première édition en français d’Alice est celle parue à Londres, chez Macmillan and Co, en 1869. Intitilé Aventures d’Alice au pays des merveilles. Elle est issue d’une traduction d’Henri Bué et comporte, comme la première édition anglaise, 42 vignettes réalisée par John Tenniel. Cette édition est accessible sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

D’autres suivont, surtout à partir des années 1930, dans des traductions de

Bernard-Henri Gausseron (1910)

Marie-Madeleine Fayet (1930)

Michel Arnaud (1931)

Henriette Rouillard (1935)

René Bour (1937)

Elisabeth Bonville et Pierre Noriey (1939)

Suzanne Minost (1940)

André Bay (1942)

Cette liste n’est pas complète ; pour plus d’informations, voir le catalogue de la BNF  

Les illustrateurs

Plusieurs listes des illustrateurs d’Alice sur les sites suivants

Archive.org

Dave Neal

Lauren Harman

Les principaux illustrateurs

John Tenniel (1820-1914), illustrateur de la première édition anglaise, en 1865. Plus d’infos sur Victorian Web

Peter Newell  (1862-1924), illustrateur de l’édition parue en 1901, chez Harper & Brother. Plus d’infos Aliang.net

Artthur Rackham (1867-1939), illustrateur de l’édition parue à Londres, chez 1907, chez William Heinemann. Plus d’infos sur Art passions

La société Atomic Antelope vient de commercialiser une version ipad d’Alice avec des illustrations de l’édition de 1865 par John Tenniel. Plus d’informations sur Miwim.      

Les adaptations cinématographiques

Voici ce qu’il en est dit sur le site English class

Alice au pays des merveilles a été porté à l’écran pour la première fois, en 1903 par Cecil Hepworth, avec Mabel Clark dans le rôle d’Alice.

Note : Il s’agit sans doute de l’adaptation signalée sur le blog de Delphine Bresson

En 1933, Norman Z. Mc Leod, ancien dessinateur de poupées et spécialiste des trucages, tourne une version avec la petite Charlotte Henry, en tête d’une distribution où l’on retrouve Cary Grant (la tortue), W.C Fields (Humpty Dumpty) mais également Gary Cooper (le Chevalier Blanc) et Richard Arlen (en Chat du Cheshire).

Autres adaptations au cinéma : Alice (1948) de Carol Marsh, Alice au pays des merveilles (1951) version de Walt Disney.

Il convient d’y ajouter maintenant celle de Tim Burton (2009). Voir le site officiel.

Mais cette liste n’est pas exhaustive, comme le montre celle figurant sur Wikipedia.  

Divers

Une biographie d’Alice Liddel sur Ricochet jeunes.

The Advent of Alice: A Celebration of the Carroll Centenary: Exhibition Catalogue, The Rosenbach Museum & Library. Accessible sur Google livres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jean-Loïc Le Quellec, archéologue saharien et démonteur de mythes

Samedi dernier, j’ai écouté Mauvais genres sur France Culture. L’émission de ce 19 juin dont je vous conseille l’écoute, avait pour titre archéologie fiction. En voici l’argument :

Mondes perdus, sciences maudites et mythologies délirantes à l’affiche ce soir d’un Mauvais Genres qui fera la part belle à deux récentes publications de l’archéologue et saharien Jean Loic Le Quellec: Des martiens au Sahara et La dame blanche et l’Atlantide, tous deux publiés chez Errance-Actes sud. Deux ouvrages qui analysent par le menu toutes les supercheries et hypothèses délirantes néées de la fabrication ou de l’analyse erronnée de preuves archéologiques, la plupart minérales.

 

Sur les ouvrages

Quelques informations complémentaires données par l’éditeur.

Des Martiens au Sahara : chroniques d’archéologie romantique, Actes Sud, 2009

Des Martiens ont atterri au Sahara durant la préhistoire (la preuve : ils sont représentés sur les peintures du Tassili !), les hommes ont connu les dinosaures (on a des traces de pas qui le prouvent !), les géants bibliques ont réellement existé (on a retrouvé leurs squelettes !), l’arche de Noé et le jardin d’Eden ont été retrouvés en Turquie, les lignes de Nazca sont d’anciennes pistes d’atterrissage, les anciens Mayas utilisaient des crânes de cristal aux mystérieux pouvoirs…

Quel point commun entre ces différentes affirmations ? Elles sont toutes fausses ! Et pourtant, elles se prétendent scientifiques. Elles font le bonheur des amateurs (et éditeurs) d’archéologie-fiction. Quand elles ne s’appuient pas sur des manipulations, supercheries ou autres coups montés par des personnages peu scrupuleux, elles continuent de tenir pour acceptables des arguments pourtant démentis depuis belle lurette.

Ou bien elles résultent au mieux d’une lecture naïve pratiquée sur des documents authentiques par des auteurs incompétents mais de bonne foi, au pire de mensonges montés en toute connaissance de cause par de véritables imposteurs. Toutes sont aussi très largement diffusées par des articles, livres et même revues spécialisées dans ce genre de littérature, et aussi par d’innombrables sites Internet et films documentaires.

Mille théories délirantes font ainsi l’objet de livres qui deviennent souvent des best-sellers, alors que les thèses que défendent leurs auteurs sont réfutées depuis long-temps, souvent depuis le XIXè siècle ou le début du XXè. Cet ouvrage fait le tour de quelques-uns de ces véritables « mythes scientifiques » modernes, afin de montrer comment ils se sont construits, d’examiner les données erronées sur lesquelles ils s’appuient et, le cas échéant, de dénoncer les présupposés politiques et raciaux qui les sous-tendent.

Ce livre fait donc oeuvre utile en incitant le lecteur à davantage de vigilance.

La Dame blanche et l’Atlantide : Ophir et le Grand Zimbabwe : enquête sur un mythe archéologique, Editions Errance, 2010.

Cette enquête minutieuse, conduite autour d’une image rupestre célèbre, la « Dame Blanche », permet de faire un point sur les présupposés mythiques infusant nombre de recherches scientifiques, particulièrement dans le cas des études d’art rupestre.

Elle met aussi en lumière l’existence de surprenantes passerelles entre travaux savants et productions littéraires ou artistiques (romans, films, bandes dessinées, récits d’aventures). En effet, le dépouillement des archives et de la correspondance de l’abbé montrent que le moteur premier des travaux qu’il a réalisés en Afrique australe comme de ceux de son élève Henri Lhote au Tassili était la recherche d’anciennes colonies « blanches » disparues, et qui se seraient établies, dès la préhistoire, au coeur du continent Noir.

Tant Breuil que Lhote ont alors retrouvé sur les roches africaines des peintures rupestres qui leur ont paru représenter des « dames blanches » qu’ils ont aussitôt interprétées comme des déesses ou des reines propres aux anciens royaumes dont ils croyaient avoir découvert les vestiges. Ce faisant, ils ressuscitaient et nourrissaient à la fois deux mythes : celui d’une Atlantide saharienne pour Henri Lhote et, pour l’abbé, celui de l’identification des grandes ruines du Zimbabwe à la ville mythique d’Ophir, d’où, selon la Bible, le roi Salomon tirait ses fabuleuses richesses.

Avec le recul, nous voyons bien maintenant que leurs théories n’étaient qu’un reflet maladroit des idées de leur temps, particulièrement du contexte colonial au Sahara et de l’apartheid en Afrique du Sud. A leur insu, la production scientifique de ces deux savants avait pour fonction de justifier la présence blanche en Afrique, et elle fut amplement instrumentalisée dans ce sens. Pourtant, des études récentes ont désormais démontré que la « Dame Blanche » qui fascina tant l’abbé Breuil n’était en réalité ni blanche ni même une femme.

Une question demeure : si une telle interpénétration de la science et du mythe au service du politique fut possible au milieu du XXe siècle, qu’en est-il de nos jours ?

Pour plus d’informations sur cet ouvrage :

Extrait publié dans La Recherche, n°439, mars 2010, p.64-67 

L’abbé Breuil et la Dame blanche du Brandberg. Naissance et postérité d’un mythe,  Les Nouvelles de l’Archéologie,  2007, tome 106 4e trimestre 2006, p. 21-28.

 

Sur Jean-Loïc Le Quellec

Visiter son site, L’esprit des pierres, qui fait la part belle à l’art rupestre saharien, à la préhistoire et à la mythologie. Vous y trouverez par exemple

une bibliographie générale sur la mythologie

des documents bibliographiques introuvables ici et

des ressources télécharchargeables, avec entre autres choses des polices de caractères tifinâgh

Voir aussi la courte notice qui lui est consacrée sur Bibliomonde.

Jean-Loîc Le Quellec préside l’AAARS – Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Robert Morel, un éditeur curieux

(Dernière mise à jour : 13 novembre 2013)

Je possède un exemplaire de La littérature en perles, excellent petit livre consacré aux perles de nos écrivains (à ne pas confondre avec les coquilles des typographes…) et paru aux éditions Robert Morel. Il m’arrive fréquemment de voir chez les bouquinistes des ouvrages  publiés chez cet éditeur. Ceux-ci sont toujours curieux tant par leur forme que par leur contenu.

J’ai donc souhaité en savoir un peu plus et j’ai d’abord ramené dans mes filets les deux sites ci-dessous :

Le site officiel des Amis de Robert Morel, avec sa visite diaporama, ses liens, ses actualités

Un site de Jacques Métille avec notamment une liste de livres, laquelle renvoie à de brèves présentations accompagnées de photographies des ouvrages (cliquez par exemple sur celle ci-dessus)

Je vous invite à les visiter pour découvrir vous aussi cet éditeur joyeux ainsi que le qualifiait une exposition itinérante de 2001.

Pourquoi pas des livres ronds, carrés, triangulaires, troués, cubiques, reliés en bois ou en cuivre, imprimés sur des vieux papiers, de liège, filtre ou d’emballage, et même sans couverture, si c’est cela qui va de soi ?

Pourquoi faudrait-il qu’un livre ressemblât toujours à un autre livre ? Est-ce que vous ne changez pas souvent de chapeaux, de présidents, de mouchoirs, et même de femmes ?

Rober Morel

Voir aussi

Célébration de Robert Morel dans la bibliothèque numérique de Lyon

l’article Robert Morel éditeur sur le blog Le livre à la carte

Robert Morel, une aventure éditoriale au XXème siècle, mémoire de Reine Bürki disponible dans la bibliothèque numérique de l’ENSSIB

Sur le site de Jules Mougin, j’ai trouvé la liste exhaustive des titres de la collection O à laquelle appartient La littérature en perles. Je la reprends ci-dessous. Vous retrouverez ces mêmes titres, mais pas dans le même ordre, sur le site du fonds Robert Morel de la Médiathèque Louis-Joseph de Château-Arnoux, avec des renvois vers la liste de Jacques Métille.

Comme plusieurs autres collections des éditions Robert Morel (Les CélébrationsLa Collection blanche), les O sont une création d’Odette Ducarre (cf. WikipédiaJacques Métille ;  Regard, toute petite revue d’art, n° 92,  février 2006 ; ma chronique du 12 janvier 2011 : O comme Odette Ducarre).

N° 1. Les Mots de Mao.

N° 2. Les Jurons et les gros mots.

N° 3. Les Secrets d’amour.

N° 4. Les Fêtes à souhaiter A/C.

N° 5. Pense-bête.

N° 6. Secret de rebouteux.

N° 7. Le Mots de Picasso.

N° 8. 32 pierres précieuses.

N° 9. 365 fromages.

N° 10. O de Saint-Tropez.

N° 11. Les Mots de le Corbusier.

N° 12. Les Mots d’amour (Lui à Elle).

N° 13. 71 tisanes.

N° 14. Histoires de fous.

N° 15. Les Fêtes à souhaiter D/H.

N° 16. Les fêtes à souhaiter I/N.

N° 17. Les Mots de Che Guevara.

N° 18. O de 1968.

N° 19. Les Mots de Degas.

N° 20. Leurs derniers mots.

N° 21. 36 trucs pour mieux conduire.

N° 22. Les Mots d’amour (elle à lui).

N° 22HS. Robert Morel éditeur :1968.

N° 22HS. Robert Morel éditeur : 1969.

N° 23. O TV.

N° 23HC. Aujourd’hui Saint-Mamet.

N° 23HC. 100 trucs pour gagner du temps.

N° 24. Les Mots historiques.

N° 25. O des santons.

N° 26. Les Mots de Van Gogh.

N° 27. Recettes pour bien rêver.

N° 28. La Littérature en perles.

N° 29. O olympique.

N° 30. Les Mots de Fidel Castro.

N° 31. 88 réponses à tout.

N° 32. Les plombiers-zingueurs.

N° 33. O des petits Suisses.

N° 34. Les Vrais mots d’enfants.

N° 35. SOS automobile.

N° 36. Nasser bavard.

N° 37. Je mange des fleurs.

N° 38. Ce sera toi .

N° 39. Dali bavard.

N° 40. La vie de château.

N° 41. 130 superstitions.

N° 42. Les Mots d’Oscar Wilde.

N° 43. Les Grandes plantes.

N° 44. A Coeur Joie.

N° 45. Guide de l’occasion (automobile).

N° 46. Les perles du libraire.

N° 47. XX animaux et talismans.

N° 48. Le Petit Rabelais.

N° 49. Les billets doux (elle à lui).

N° 50. Je lis les écritures.

N° 51. Comment reconnaître les insectes nuisibles.

N° 52. 99 menteries.

N° 53. Secrets d’un brocanteur.

N° 54. Les Secrets des enfants.

N° 55. Les Fêtes à souhaiter O/Z.

N° 56. Les Mots de Charles Baudelaire.

N° 57. O des œufs > voir le billet que lui consacre BiblioMab

N° 58. Petite histoire un peu sainte.

N° 59. Urgent Crier.

N° 60. Dicton de Provence.

N° 61. Je t’aime.

N° 62. Décrocher la lune.

N° 63. Sagittaire.

N° 65. Bonne année.

N° 66. Le Petit Béjart illustré.

N° 67. Durand.

Sans numéros:

Pense à tout.

Aide-mémoire.

Mon O

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’oiseau des contes (2) L’oiseau des contes littéraires

En complément d’un précédent billet sur une anthologie de contes issus de la tradition oral sur le thème de l’oiseau, voici un début de liste de contes issus de la littérature savante et portant sur ce même thème. Evidement elle sera complétée, corrigée, et si vous avez des remarques et informations.. 

 

 Le langage des oiseaux (ou la conférence des oiseaux)

Auteur : Farid-Uddin Attar

Texte en ligne :

  • Une version en format html sur Simorg.net
  • Une version html en persan
  • Une version numérisée d’édition ancienne dans Google livres : 1857

Bibliographie

 

L’oiseau blanc

Auteur : Denis Diderot.

Texte en ligne :

  • Une versions en format html dans les pages dédiées à Denis Diderot dans Wikisource.
  • Les version numérisées d’éditions anciennes dans Gallica ou Google livres  : 1821 ; 1875. 

 

L’oiseau bleu

Auteur : Madame d’Aulnoy.

Texte en ligne :

Une version gasconne du conte sur le site Pyrene.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Livres interdits : quelques références

Livres interdits et censure au XVIIe siècle

Ce site du CRHL17 – Centre de recherches sur l’histoire du livre au XVIIe siècle propose notamment

une importante bibliographie rétrospective complétée par une bibliographie annuelle de 2000 à 2007, mais aucune depuis cette date…

un répertoire général des livres interdits, défendus, clandestins, des libelles, pamphlets, et autres « mauvais livres » du XVIIe siècle (1661-1715)

Dictionnaire critique, littéraire et bibliographique des principaux livres condamnés au feu, supprimés ou censurés

Paru en 1806 sous la plume du bibliographe, bibliophile et bibliothécaire – mais ces trois termes sont-ils séparables ? – Gabriel Peignot, ce classique comporte 2 volumes accessibles sur internet :

Tome 1. Sur Gallica et sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

Tome 2. Sur Google livres

Il a fait l’objet d’un reprint en 1966.

Index librorum prohibitorum

C’est évidemment la référence sur les livres interdits en pays catholiques et un vrai guide du bibliophile, les ouvrages condamnés étant par définition difficiles à trouver. Pour plus d’information sur ce symbole de la censure ecclésiastque, voir

Wikipédia.org

Le blog du bibliophile. Voici un extrait d’un billet du 3 août 2007 :

Pour un livre, dans une Europe très catholique, la mise à l’index signifiait souvent un « arrêt de mort » puisqu’il pouvait par exemple être mis au bûcher.

C’est au 16ème siècle que le pape Paul IV publia le premier index. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que ce fût à la demande de l’Inquisition. Cette liste fût ensuite confirmée en 1564 au Concile de Trente aboutissant peu après à la création d’une Congrégation de l’Index (1571), chargée de remettre à jour la fameuse liste, d’elle même ou sur l’ordre du pape.

Ce que vous savez peut-être moins, c’est que l’Index fût régulièrement complété et mis à jour jusqu’en 1948, et la 32ème édition, qui contenait alors 4000 livres prohibés pour des raisons diverses (« hérésie », ce qui ouvre des possibilités assez larges, mais aussi immoralité, licence sexuelle, etc.). Des suppléments furent ajoutés jusqu’en 1961, avant la suppression de l’index par Vatican II en 1966.

Franz Heinrich Reusch, Der Index der verbotenen Bücher : ein Beitrag zur Kirchen- und Literaturgeschichte, 1883-1886, consultable sur Archive.org :

Tome 1 (ex. 1ex. 2 ; ex. 3ex. 4)

Tome 2, 1ère section (ex. 1ex. 2 )

Tome 2, 2e section ( ex. 1ex. 2)

Plusieurs éditions sont accessibles sur internet :

  1. 1569. Sur Google livres

  2. 1596. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  3. 1597.Sur Google livres

  4. 1664.Sur Google livres

  5. 1667. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  6. 1704. Sur Google lixres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  7. 1711. Sur Google livres

  8. 1717. Sur Google lixres

  9. 1726. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  10. 1744. Sur Google livres

  11. 1747. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  12. 1758. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  13. 1770. Sur Google livres

  14. 1786. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

  15. 1806. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2)

  16. 1819. Sur Google livres

  17. 1821. Sur Google livres

  18. 1834. Sur Google livres

  19. 1835. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex.3 ; ex. 4)

  20. 1838. Sur Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3)

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel