Webographie de la bande dessinée

Le n° 51 de la revue de l’ABF, BIBLIOthèque(s), daté de juillet dernier, porte sur la bande dessinée, notamment sur ses rapports avec les  bibliothèques (« La bande dessinée dans les bibliothèques publiques françaises. Destinées et aléas », par Olivier Piffault ; « Au château des destins croisés. La BD de BDP en BU » par Georges Dasque, Christine Sibille et Sophie Astier), mais aussi sur ses différentes facettes avec des articles sur les mangas, le roman graphique, la bande dessinée en Afrique francophone, etc. Continuer la lecture de Webographie de la bande dessinée

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Vanités

(Dernière mise à jour : 28 novembre 2012)

J’ai récemment feuilleté à la section Lettres de notre chère bibliothèque universitaire le catalogue d’une exposition qui s’est tenue au musée Maillol jusqu’au 28 juin 2010. Son titre : « C’est la vie ! » : vanités du Caravage à Damien Hirst. L’ouvrage a l’air fort intéressant et documenté et fera certainement partie de mes prochaines lectures. En attendant, glanons quelques renseignements sur ce thème des vanités qui recoupe en partie celui des danses macabres.

A part l’article de Wikipédia, il me faudra sans doute consulter sur le thème les catalogues d’autres expositions :

Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle : méditations sur la richesse, le dénuement et la rédemption, au Musée des Beaux-Arts à Caen (27 juillet-15 octobre 1990) et au Musée du Petit Palais à Paris (15 novembre 1990-20 janvier 1991).

Vanitas vanitatum omnia vanitas : anatomie des vanités, à la Maison Erasme à Bruxelles du 12 avril au 13 juillet 2008, autour d’une surprenante Eve anatomique :

,

 Vanité : Mort, que me veux-tu ? à la Fondation Pierre Bergé du 23 juin au 19 septembre 2010. Ne pouvant disposer pour l’instant du catalogue édité aux éditions La Martinières,, je me rabats sur le dossier de presse, les articles d’Exporevue,  de Télérama, du Figaro, de Narthex ou de L’agora des arts ou encore sur le blog de Noémie Levain.

Des images de vanités ne sont pas bien difficiles à trouver via Google ou sur Wikimedia Commons.

Un dossier bien illustré sur le thème figure sur le blog de Wodka.

Voir aussi

Beaux Arts magazine no 282, décembre 2007

Anne-Marie Charbonneaux (dir.), Les vanités dans l’art contemporain, Flammarion, 2005, 231 p.

Delphine Gleizes, « « Vanités ». codes picturaux et signes textuels », Romantisme, 2002, vol. 32, n° 118, p. 75-91. Disponible sur Persée, malheureusement sans les illustrations…

Karine Lanini. Dire la vanité à l’âge classique : paradoxes d’un discours0. Thèse soutenue en décembre 2003, et publiée aux éditions Honoré Champion, dans la collection Lumières Classiques en 2006. Voir son dossier iconographique.

Élisabeth Quin, iconographie d’Isabelle d’Hauteville, Le Livre des Vanités, Paris, Regard, 2008, 359 p. Voir ce qu’en dit Wodka et l’entretien du Nouvel observateur avec Elisabeth Quin, où on voit que le livre se focalise surtout sur les crânes…

 

הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָבֶל 

  

Hevel Havelim, hakol havel

Vanitas vanitatum omnia vanitas

Vanité des vanités, tout est vanité

Extrait de L’Ecclesiaste (קהלת Qohelet).

Texte hébreu et traduction sur Sefarim.

Traductions de Darby, Renan, Segond et Crampon sur Wikisource.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Littérature à contraintes

En fouinant sur le site de l’Université ouverte des humanités, je suis tombé sur la perle ci-dessous que je vous laisse découvrir :

Langue, texte, énigme : c’est autour de ces trois pôles que l’écriture littéraire s’essaie à fabriquer de l’art : la poésie – et dans une moindre mesure le roman et la prose de fiction – sont d’abord des objets sonores, qui par le rythme, les sonorités créent une musique en même temps qu’ils offrent du sens ; la portée du texte s’enrichit des sonorités qui le soutiennent. L’objet poétique est également un objet visuel : qu’il soit imprimé ou manuscrit, le mot s’affiche d’abord sur la page, et joue d’une spatialité, d’une beauté graphique en créant d’autres relations, de proximité ou de hiérarchie. Il n’y a pas enfin de bonheur poétique sans que le sens échappe un peu, sans que le texte qui nous est offert ne joue à se cacher en même temps qu’il se montre ; c’est notre perspicacité, notre finesse, notre regard au monde qui sont exercés sur l’objet poétique ; qu’on la lise ou la compose, l’œuvre poétique, l’œuvre à contraintes exercent notre connaissance de l’âme humaine.

Trois modules interactifs sur la littérature à contraintes du 8ième siècle à aujourd’hui.

Poésie et prouesses :
Denis Hüe, professeur de littérature française à l’Université Rennes 2.

OuLiPo, Extension à la prose :
Frédéric Forte, poète et membre de l’OuLiPo ;
Anne-Françoise Garreta, maître de conférences en littérature française à l’Université Rennes 2 en alternance à l’Université de Duke (E-U), écrivaine, membre de l’OuLiPo .

Lecture potentielle, à la recherche d’une contrainte connue :
Dominique Raymond, doctorante à l’Université Laval (Québec) et chargée de cours en littérature à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Litterature-contraintes

Auteurs :        Frédéric FORTE
Anne-Françoise GARRETA
Denis HÜE
Dominique RAYMOND

 Conception :  Francis BLANCHEMANCHE
Damien COLLOC
Yann GARANDEL
Amélie ROULEAU 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sic transit gloria mundi (4) François-Hugues Forget de Molière d’Essertines

En relisant une de mes chroniques sur la misanthropie littéraire datée du 24 février dernier, j’ai remarqué cette référence dans la partie  Alceste avant Molière :

En 1623, dans un épisode de la Polyxène de F.H. de Molière d’Essertines, un personnage nommé Alceste est présenté comme jaloux et querelleur.  Accessible sur Google livres.

Molière d’Essertines ! Ainsi notre grand dramaturge aurait un homonyme ? Oui da, et même un peu plus, comme le rappelle François Henri Joseph Blaze (dit Castil-Blaze) dans Molière musicien (Paris, 1852). Dans le tome 1, p.141-150 (cf. Google livres), l’auteur dresse la liste de plusieurs personnes parmi lesquelles le comédien et dramaturge Molière le Tragique et le romancier libertin Molière d’Essertines, et cite encore  une quinzaine de localités portant ce nom, avant d’ajouter :

Jean-Baptiste Poquelin n’a jamais fait connaître la raison qui lui fit choisir, adopter le surnom de Molière, qu’un auteur comédien avait déjà porté.

Le site Tout Molière a pourtant son idée sur cette question :

On ignore la raison qui pousse notre dramaturge, Jean-Baptiste Poquelin pour l’état civil, à adopter le pseudonyme de Molière. « Jamais il n’en a voulu dire la raison, même à ses meilleurs amis », écrit Grimarest. On sait aussi que des villages du midi portent ce nom, dans le Tarn-et-Garonne ou le Gard, mais cette piste n’est pas à retenir, car on trouve sa première signature sous ce pseudonyme en juin 1643 sur le contrat de fondation de L’Illustre Théâtre, donc avant sa tournée en province. On pense que notre poète a pu choisir son nom de théâtre en hommage à un romancier, François de Molière d’Essertines, libertin notoire, assassiné en 1624. On lui doit un roman, Polyxène, qui connut un succès très honorable — Charles Sorel en écrivit une suite —, et dans lequel on trouve un Alceste, un Philinte, ainsi qu’un fleuve Oronte, noms que notre poète utilise dans son Misanthrope.

Alors, qui est-il ce Molière d’Essertines ? Nous pouvons évidemment recourir à Wikipédia pour le savoir. Nous pouvons aussi revenir à l’ouvrage de Castil-Blaze  (cf. Google livres) :

MOLIÈRE (François Picardet, sieur d’Essertines et de) vivait à la cour et fut assassiné vers 1623. Plusieurs attribuent à ce Molière les tragédies du précédent; c’est une ereur qu’ils ont puisée dans le dictionnaire de Moreri.

— Il faut demeurer d’accord que ce furent MM. de Gomberville, de Coulomby, Faret et Molière, qui, les premiers, écrivirent avec une extrême pureté ; comme étant des principaux de ceux qui s’étaient heureusement dégagés de l’ignorance ancienne. M. de Molière traduisit un livre espagnol de Guévare, du Mépris de la cour (1621, in-8), fit la Semaine amoureuse, et la première partie de Polyxène.

» On ne doit pas prendre aussi le sieur de Molière, qui a fait un dictionnaire historique et poétique, pour celui qui a fait le roman de Polyxène, ni pour celui qui a fait l’École des femmes. Chacun d’eux a son prix et sa réputation à part.

» Plusieurs autres romans ont eu du cours en divers temps, comme la Polyxène de Molière, dont il y a deux suites différentes, qui toutes deux ne sont pas du môme auteur.» Baillet, Jugements des savant*.

— Le sieur Sorel ayant dit que Molière, auteur de la Polyxène, eût pu produire un jour de meilleures choses, s’il n’eût point été aussi malheureux que d’Audiguier, ajoute qu’ils ont tous deux été assassines par ceux qu’ils tenaient pour leurs amis.

« Molière, traducteur du Menosprecio de Guevara, est moins connu par cette version que par le roman de Polyxène qu’on ne lit pourtant plus il y a longtemps, non plus que ses autres ouvrages qui consistent, non pas, comme dit Moréri, en diverses pièces de théâtre, car il n’en a fait aucune, mais uniquement dans le livre intitulé la Semaine amoureuse, et en quelques lettres (sept) qui se trouvent imprimées dans des recueils (celui de Faret) publiés au commencement du XVIIe siècle. On ne le confondra pas avec le Molière si célèbre par ses comédies, mais il faut se garder aussi de le confondre avec le Molière auteur d’un dictionnaire français historique.

» Ch. Sorel, en sa bibliothèque française, page 261, place Molière, auteur de Polyxène (roman), parmi les traducteurs qui écrivaient poliment et qui, suivant les maximes de Malherbe, gardèrent une grande pureté dans leur style. » Bayle, Dictionnaire, etc., au mot Audiguieu (d’).

  Ces diverses pièces de théâtre, que Moréri attribue à Molière le romancier, prouvent de nouveau l’existence de Molière le Tragique, le comédien qui les avait faites.

  La mort avait empêché Molière d’Essertines d’achever son roman ; deux auteurs s’empressèrent d’en écrire la suite et le dénouement.

  La Polyxène du sieur de Molière, avec la suite publiée par le trieur de Pomeray. Paris, Toussaint du Bray, 1632,1635, in-8

  La Vraye suite des advenlures de La Polyxène du feu sieur de Molière, suivie et conclue sur ses mémoires, (sans nom d’auteur). Paris, Ant. de Sommaville, 1634, in-8.

  Odes spirituelles sur l’air des chansons de ce temps, du sieur de Molière, 1623, in-8, publiées par sa veuve, ce qui prouve que l’auteur fut assassiné vers 1623, tandis que Bayle place en 1630 ce funeste événement.

— Depuis la mort de nostre pauvre Molière, je treuve de si grandes douceurs dans les entretiens qui ont quelque chose de triste et de funeste, que je n’en sçaurois divertir ma pensée. » Voilà ce que je lis dans une des lettres que Faret a recueillies et publiées, chez Toussaint Quinet, en deux volumes in-12, sous la date de 1634 ; mais celte lettre ne porte ni date, ni signature. Page 511 du tome second.

  Saint-Arnand déplore aussi la mort de Molière, qu’il désigne sous le nom de Lysis en ses Visions.

Puis quand il me souvient de l’horrible aventure
Qui mit tout mon bonheur dedans la sépulture
En y mettant Lysis, et qu’il m’est défendu
De chercher seulement le bien que j’ai perdu,
Je m’abandonne aux pleurs, je trouble tout de plaintes,
Un mortel désespoir me donne mille atteintes,
Et parmi les tourments qui m’otent le repos,
Songeant à ses écrits je dis à tout propos,
O belle Polyxène, amante infortunée!
Tu dois bien regretter sa courte destinée,
Puisqu’une telle fin t’interdit d’espérer
Celle des longs travaux qui te font soupirer!
Le précieux enfant d’une si rare plume !
Beau livre, grand trésor ! niais trop petit volume:
Ouvrage que la mort empêcha de finir!
Je crois que l’ayant vu tout bon sens doit tenir
Que lu plus belle chose en quoi que l’on souhaite
Se pourra désormais appeler imparfaite,
Si plutôt on ne dit que pour être divin,
O livre non pareil! ta n’as point eu de fin.
Et je n’en mettrai point à l’ennui qui me ronge :
Car soit que ton auteur me vienne voir en songe,
Et que je pense à Iui comme je fais toujours,
Mes larmes et mes cris auront un même cours,
Ma pitié lui veut rendre à jamais cet hommage;
En tous lieux où j’irai, sa vaine et pâle image
Visible à moi tout seul et regrettable a tous,
Me contera sa mort, me contera ses coups.
Et m’inspirant au cœur ce que pour allégeance
Lui pourra suggérer une horrible vengeance,
Contre cul assassin rempli de trahison,
Qui termina ses jours en leur verte saison,
Me mettra dans les mains les plus pesantes chaînes,
Les feux les plus ardents, et les plus longues gènes,
Pour en punir ce monstre, et faire un châtiment
Que l’on puisse égaler à mon ressentiment.

Voici aussi deux études :

Edmond Révérend du Mesnil, François de Molière, Seigneur d’Essertines, Anne Picardet, sa femme, et leur famille d’après les documents authentiques, Charolles, Lamborot, 1888. Un précision du moliériste Hyacinthe Gorgomar dans« Moliérer-Molière » sur  le site L’Affaire Corneille-Molière :

Si Anne Picardet était bien la femme de François II Molière, sieur d’Essertines, celui auquel Livet fait allusion est son fils François III Molière d’Essertines, auteur de La Polyxène, de La Semaine amoureuse, d’une traduction du Mépris de Cour de Guevara et d’un certain nombre de poèmes et lettres, mort assassiné en 1624, cinq ans après la publication du recueil en question.

Werner Werth, Francois de Molière, sein Leben und seine Werke, ein Beitrag zur Literaturgeschichte des 17. Jahrhunderts. Inaugural-Dissertation, Berlin, E. Ebering, 1916, VI-134 p.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Rroms (ou Roms)

Dernière mise à jour : 12/01/2011

Outre l’article Roms de Wikipédia (voir notamment sa bibliographie) et des liens disponibles sur le site Liens utiles, la présente chronique, qui fera l’objet de mises à jour prochaines, doit beaucoup aux sources suivantes.

Rroms, « tsiganes », « gens du voyage », in Le Tigre, vol. 28, novembre-décembre 2008, excellent dossier d’une revue qui ne l’est pas moins.  Voir le dossier sur le site de la revue qui en décrit ainsi le contenu :

Un pamphlet : Rroms, tsiganes, nomades, gitans, « gens du voyage »… Pour la plupart des gens et, fait plus grave, pour bien des institutions, des médias ou des hommes politiques, ces termes sont équivalents. Et pourtant ils n’ont rien à voir. Le Tigre montre comment l’ignorance, les amalgames, et l’hostilité séculaire vis-à-vis d’un peuple conduisent à une situation de non-droit et d’exclusion. Un entretien avec Saimir Mille, président de l’association La Voix des Rroms, sur les travers de la politique d’expulsion des bidonvilles ainsi que sur l’étau dans lequel sont pris les Rroms, entre la répression et l’assistance. Un état des lieux sur le droit français et les discriminations multiples à l’encontre des « gens du voyage » pointées par la Halde. Et un article historique de Jacques Sigot sur le déni de mémoire d’un camp d’internement de Tsiganes à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le site de l’association La Voix des tsiganes avec notamment un intéressant historique sur qui sont les Rroms ?

La revue Etudes tsiganes.

Le site A part entière.

Le site du Conseil de l’Eurpoe avec de nombreuses informations sur les Rroms, notamment ici et .

Marcel Courthiade, professeur de langue et de civilisation rromani à l’Inalco :

L’identité Rromani, série de 6 artiticle datés de mars 2010 et figurant dans les articles de la catégorie Roms, tsiganes et gens du voyage de Differences,la revue du MRAP

« Les Roms, ces boucs émissaires », interview par Olivier Pascal-Moussellard daté de du jeudi 25 août 2010 et disponible sur le site de Télérama.

Emmanuel Guibert, Alain Keler, Frédéric Lemercier, Des nouvelles d’Alain, reportage en bande-dessinée , in XXI, n° 8 à 11, excellentissime revue d’information trimestrielle.

Céline Bergeon, « Roms et gens du voyage : l’histoire d’une persécution transnationale« , jeudi 29 juillet 2010, disponible sur le site du Monde diplomatique.

Bibliographie de référence sur les Roms par Sophie Paglai sur le site de l »association Mesemrom

Exposition Un autre regard sur les gens du voyage par l’association Vent d’Ici & d’Ailleurs avec une bibliographie

Claire Auzias

Les poètes de grand chemin, voyage avec les Roms des Balkans, Michalon,1998

Les Funambules de l’histoire, les Tsiganes entre préhistoire et modernité, La Digitale, 2002

Samudaripen, Le génocide des Tsiganes, L’Esprit frappeur, 2002

Roms, Tsiganes, voyageurs, l’éternité et après ? Ed. Indigène, Montpellier

Morgan Garo

Les Rroms. Une nation en devenir ?, Editions Syllepse, collection Histoire : enjeux et débats, Paris, 2009. Présentation sur le site Cafés géographiques

« La langue rromani au cœur du processus d’affirmation de la nation rrom », Hérodote n°105, 2002, Disponible sur Cairn

« Les Rroms et les organisations évangéliques : entre culte religieux et stratégie « politique » ? », Hérodote n°119, 2005. Disponible sur Cairn

Samuel Delépine, « Tsiganes d’Europe. Une minorité en danger ? », Diploweb, 14 septembre 2008.

Samuel Delépine et Yannick Lucas, « Les Rroms migrants en France ou comment faire d’une population en danger une population dangereuse », Actes du colloque « La fabrique de populations problématiques par les politiques publiques », Nantes, 2007, 10 p.

Grégoire Cousin, « Rroms migrants », EspacesTemps.net, 16 avril 2009.

« Les Tsiganes », page consacrée aux Rroms et à la langue rromani sur le site Aménagement linguistique dans le monde, tenu par le linguiste Jacques Leclerc.

Milena Guest et Alexandra Nacu, « Roms en Bulgarie, Roms en Roumanie – quelle intégration ? », Méditerranée,n°110, 2008. Disponible sur.Revues.org

Jean-Pierre Liégeois, Roms et tsiganes, La Découverte, 2009

Les Rroms (ou Roms, si vous préférez) sont un peuple d’origine indienne venu de la moyenne vallée du Gange, il y a 800 ans environ.  Aujourd’hui dispersés dans le monde entier, ils sont surtout présents en Europe où on en compte environ 12 millions, notamment en Roumanie et en Bulgarie. Ils sont environ un demi-million en France.

Ils se subdivisent en plusieurs groupes.

Rroms dits « orientaux » (85% du total)

Sintés, Manouches, « êtres humains », en France (~ 4%)

Kalés ou Gitans (~10%), présents notamment dans la péninsule Ibérique.

Gypsies ou Romanichals en Grande-Bretagne (~ 0,5%)

Aujourd’hui sédentaires à 96%, contrairement à l’image d’éternels voyageurs qui leur est attachée,  ils sont un peuple sans territoire ni revendications territoriales, mais avec une forte conscience identitaire, notamment fondée sur leur langue, le rromani.

–Motho, manqe, Rrome ! a
Kaj si amari phuv,
Amare plaja, amare lenaˇ
Amare umala thaj amare ves´a
Kaj si amare limóra ?
–Ande lava tale,
ande lava amare cˇhibaˇqere !

« Dis-moi
Dis-moi, le Rrom,
où est notre terre,
nos montagnes, nos fleuves,
nos champs et nos forêts ?
Où sont nos tombes ?
–Ils sont dans les mots,
Dans les mots de notre langue ! »

Eslam Drudak

Parlée en France par 120 000 personnes dans une communauté de 200 000 à 300 000 personnes (cf. Marcel Courthiade, professeur à l’INALCO, L’Humanité, 9/2/2002. NB : les chiffres concernant la population rrom en France varie sensiblement selon les sources…), cette langue est proche de l’hindi. C’est au XVIIIe siècle que Valyi Istvan constate la ressemblance entre le vocabulaire des Rroms de son village natal et des mots du sud de l’Inde. Ecrite depuis le début du XXe siècle en divers alphabets, cette langue dispose depuis 1990 d’une écriture commune visant à permettre une meilleur diffusion de la littérature rrom.

Pour plus d’information sur le sujet voir : Morgan Garo, « La langue rromani au coeur du procesus d’affirmation de la nation rrom », in Hérodote, n° 105, 2002, p.154-165, disponible sur Cairn.

Le mot Tsigane vient du grec Atsinganos, secte qui a disparu au IXe siècle, dans l’Empire byzantin, et pratiquant une variante de la religion persane manichéenne : ses fidèles refusaient le contact physique avec tous les autres, qu’ils considéraient impurs d’où leur nom Atsinganos, « non touchés ». Quand les Rroms sont arrivés d’Asie, comme ils gardaient une certaine distance, les paysans byzantins les ont pris pour un nouveau contingent de cette secte. De ce nom Atsinganoi, dérive Zingari en Italie, Tsigani dans les langues slaves et en roumain, Zigeuner en allemand, Cigane en portugais, Tsigane en français (et Cigains en vieux-français)…

Ce mot n’a pas de définition réelle et plusieurs groupes n’ayant aucun rapport entre eux sont appelés Tsiganes par les populations ignorantes et souvent racistes à leur égard. Ils ont pour principal point commun leur nomadisme.

Les Irish Travellers ou Tinkers,  formés à l’origine par des paysans celtes chassés de leur terres par la famine.

Les Yéniches, issus de populations germaniques déracinées par la guerre de Trente Ans et présents en Allemagne, France, Suisse et Autriche.

Les Balkano-Egyptiens.

Les Quinqui ou Mercheros d’Espagne.

Les Rudar ou Beás, à l’origine des Roumains du sud de la Serbie.

Les Taters de Scandinavie.

Le 1er Congrès International des Rroms (Londres, 1971) a revendiqué le droit légitime de ce peuple à être reconnu sous son véritable nom de « Rrom ».

Outre la langue et cette revendication au nom de Rroms (lequel signifie « hommes » et vient du sanskrit « Ḍomba», qui signifiait « artiste, artisan, qui crée de son esprit, de ses mains »), les divers groupes de ce peuple ont en commun d’avoir connu l’oppression dans les divers pays où ils ont pu s’installer. Réduits en esclavage en Moldavie et en Valachie du XIVe siècle à 1856, mutilés lorsqu’ils étaient surpris à parler leur langue dans l’Espagne du XVIe siècle, ils sont en butte aux lois prises à leur encontre partout en Europe (voir l’exemple de l’Empire autrichien).

De cette méfiance des populations sédentaires vis à vis de ces éternels migrants, Flaubert donne ici un exemple pour la France du XIXe siècle (source : shigepekin).:

Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. — Voilà la troisième fois que j’en vois — Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sous — Et j’ai entendu de jolis mots à la Prud’homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre. C’est la haine que l’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au solitaire, au poète — Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère — Il est vrai que beaucoup de choses m’exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton.

Gustave Flaubert, lettre à George Sand datée du 12 juin 1867

Extrait de la Correspondance, tome III, janvier 1859-décembre 1868, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, 1 744 p. Édition établie par Jean Bruneau..

Entre 1933 et 1945, ils ont perdus de 200 000 à 500 000 des leurs lors du génocide perpétré par les nazis et leurs alliés. Désigné sous le nom de Samudaripen, « meurtre collectif total », celui-ci n’a été reconnu qu’en 1982 par Helmut Kohl. Il fait l’objet d’une journée de commémoration le 8 avril, date d’une très ancienne fête rrom de Transylvanie : le « jour des chevaux ».

Tout d’abord ils sont déclarés asociaux, ensuite on les met dans un camp de concentration, enfin on les extermine.

Un rescapé cité par Claire Auzias, Samudaripen. Le génocide des Tsiganes, L’esprit frappeur, 2004

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Des Arboisiens en Guyane : la colonisation de la Mana

Le saviez-vous ? De 1824 à 1828, trois familles arboisiennes, les Pageoz, les Giboudeau et les Briffe, soit environ 27 individus jeunes, ont été transplantées en Guyane pour participer à la colonisaion de la Mana, à la Nouvelle Angoulême. Ce fut un échec, tout au moins pour eux…

Plus d’informations sur ici ou .

Voir aussi le Précis sur la colonisation des bords de la Mana: à la Guyane française publé en 1835 pa le Ministère de la Marine et des Colonies et disponible sur Google livres.

Mise à jour du 18 novembre 2012

Jean-Maurice Durand, L’autre histoire de la Nouvelle-Angoulême ; une utopie agricole dans la Guyane du XIX siècle, Ibis rouge éditions, 2010.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les séries de l’été 2010

L’été est, pour les divers quotidiens nationaux, le temps des séries, entendez par là un ensemble d’articles consacrés à un même thème, bon moyen de fidéliser le lecteur. En voici quelques unes, au cas où elles vous auraient échappé. Liste partielle et partiale à compléter, évidemment…

Les Echos

  • Ces femmes qui ont changé l’économie
  • Les nouveaux lieux de la mondialisation

Le Figaro

  • Les énigmes de l’art

Libération

  • Excentriques

Le Monde

  • La saga des revues : 30 articles parus du 13 juillet au 15 août

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sic transit gloria mundi (3) Paschal Grousset

(Mise à jour : 23/09/2015)

Voici que je découvre, sur le fort intéressant blog Le magasin des enfants, la parution d’une biographie de Paschal Grousset par Xavier Noël.

Cela fait quelques temps que je souhaite consacrer un billet à cet étonnant personnage qui s’opposa à Napoléon III, fut involontairement à l’origine de l’affaire Victor Noir et participa à la Commune de 1871,  avant de s’occuper, sous la IIIe République, de littérature jeunesse et de culture physique  Pour plus d’informations, je vous invite à consulter, outre Wikipédia et la biographie évoquée ci-dessus, le site Brauddurand.net, Le Rocambole n° 51, les actes du colloque de Grisolles et quelques billets de La brochure.

J’avais lu l’été dernier Les exilés de la terre qu’il écrivit sous le nom d’André Laurie, un de ses nombreux pseudonymes, et qui n’est pas sans présenter quelques similitudes avec l’univers de Jules Verne. Et pour cause : n’est-il pas l’auteur des premières versions des Cinq cents millions de la Bégum et de L’Etoile du Sud et les deux hommes n’ont-ils pas cosigné L’Epave de la Cynthia ? Au lendemain de la mort de Jules Verne, Paschal Grousset fait paraître dans Le Temps du 26 mars 1905 un article élogieux que vous pouvez lire dans un dossier du site israelien Zvi Har’El’s Jules Verne Collection.

Une bibliographie de ses ouvrages figure sur  Noosfere et plusieurs d’entre eux sont disponibles sur Gallica et les éditions Des barbares ont récemment réédité Spiridon le muet et Un roman dans la planète Mars.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliographie historique arboisienne

J’ai quelques attaches à Arbois, capitale du vignoble jurassien. Vous trouverez sur Wikipédia un certain nombre d’informations et de liens sur cette ville. Par ailleurs, le catalogue de la bibliothèque intercommunale Arbois, vignes et villages signale de nombreux ouvrages avec ce mot en sujet ou en titre. Mon propos est ici de tenter une bibliographie sur l’histoire d’Arbois avec, quand cela et possible, des accès aux versions numérisées des ouvrages. Il ne s’agit là que d’une ébauche. Des mises à jour régulières sont prévues. Dernière mise à jour : 15 janvier 2018. Continuer la lecture de Bibliographie historique arboisienne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De quoi Jura est-il le nom ?

Les vacances sont closes, les chroniques reprennent. Dans mon précédent billet, je prenais congé de vous en vous annonçant mon départ pour le Jura. Mais qu’est-ce que le Jura ? A quoi ce nom vous fait-il penser ?

Si vous êtes Français et que vous connaissez un peu la géographie administrative de notre beau pays, cela évoquera pour vous un des quatre départements de la région Franche-Comté. Et  si vous êtes œnologue, vous n’ignorez pas l’importance de son vignoble, à la différence, hélas, de la plupart de nos concitoyens…

Si vous êtes Suisse, vous viendra d’abord à l’esprit la République et canton du Jura, ou peut-être aussi les trois districts francophones du Jura bernois. 

Si vous êtes géographe, vous penserez à un massif montagneux qui s’étend depuis les environs d’Oyonnax ou de Bellegarde dans l’Ain jusqu’au sud de l’Allemagne (Jura souabe et Jura franconien), et caractérisé notamment par des terrains calcaires datant du… Jurassique, évidemment !

Ce sont là les différents aspects que je souhaiterais développer dans de prochaines chroniques : les deux entités historiques et culturelles que sont, d’une part le Jura français et plus largement, la Franche-Comté, et d’autre part le Jura suisse, et la réalité transfrontalière du massif  jurassien.

La listes de ces chroniques vous sera donnée ci-dessous par ordre de publication. .

  1. Le général Pichegru
  2. Le cahier d’écolier d’Arbois
  3. Le Dictionnaire d’Alphonse Rousset, une référence jurassienne
  4. Charles Toubin, archéologue et linguiste jurassien

Voir aussi ces quelques liens.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel