Figures de la sinologie (1) Paul Pelliot

pelliot

(Dernière mise à jour : 24 mai 2012)

Comme je vous disais dans une précédente chronique, depuis quelques temps, je m’intéresse à la Chine sous ses divers aspects. C’est ainsi que j’ai été amené à aborder la sinologie et ses éminents représentants. Un livre de Philippe Flandrin, Les sept vies du mandarin français, m’a fait découvrir l’un deux, Paul Pelliot. Cet ouvrage très documenté, qui pourrait donner la matière de plusieurs romans, m’a donné envie d’en savoir plus sur cet orientaliste auquel le Collège de France et l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres ont consacré un colloque en octobre 2008. Si les actes n’en sont pas encore parus, du moins vous pouvez vous reporter aux 3 chroniques que Canal Académie lui a dédiées en cette occasion.

Sa vie en deux mots

Paul Pelliot (1878-1945) allie les qualités de chercheur  et de savant – linguiste, sinologue et tibétologue, il parlait 13 langues – à celle d’explorateur et d’homme d’action.

Membre de l’École française d’Extrême-Orient située à Hanoï, il est à 21 ans à Pékin  pour y récupérer des manuscrits. C’est au moment de la Révolte des Boxers et il participe très activement à la défense des Légations  occidentales assiégées pendant l’été 1900.

Entre 1906 et 1908, il mène une expédition scientifique au Turkestan. Il achète alors une grande partie des manuscrits découverts près de Dunhuang dans les grottes de Mogao (plus d’informations). De retour en France fin 1909, il étudie ces précieux manuscrits déposés à la Biliothèque nationale. Il est professeur au Collège de France à partir de 1911. Il poursuit jusqu’à sa mort ses travaux qui font encore autorité aujourd’hui.

Cette vie de savant installé connait un interlude, lorsque il est nommé attaché militaire à Pékin. Il a alors pour mission d’aider les Russes blancs en Sibérie et en Mongolie, tels l’Ataman Grigori Semenov et le baron Ungern.

Pour plus de détails, vous pourrez lire, outre le livre de Philippe Flandrin, des notices biographiques sur les sites de l’Ecole Française d’Extrême-Orient et de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dans la base de données de l’Ostasiatisches Seminar de l’Université de Zurich ou sur Wikipédia.

Liste de ses publications

Sources utilisées pour établir cette listes

L’ouvrage de Paul Flandrin.

Les biographies en lignes citées ci-dessus.

Le catalogue en ligne des éditions Adrien Maisonneuve – Librairie d’Amérique et d’Orient où ont été publiées les oeuvres posthumes de Paul Pelliot ainsi que les documents liés à la Mission Pelliot.

Le catalogue de la BnF propose 366 publications (dont de nombreux tirés à part) où Paul Pelliot intervient soit comme auteur principal, soit comme auteur secondaire (traducteur, éditeur scientifique, préfacier…). C’est dire si la présente liste est loin d’être complète.

Abréviations utilisées

BEFEO : Bulletin de l’Ecole Française d’Extrême-Orient

JA : Journal Asiatique

Les publications

« Traduction et annotation du Mémoire sur les coutumes du Cambodge, de Tcheou Ta-kouan», in BEFEO, 1902, 2, p. 123-177. Accessible sur Gallica.

« Le Fou-Nan », in BEFEO, 1903, 3, p. 248-303. Accessible sur Gallica.

« Deux itinéraires chinois de Chine en Inde à la fin du VIIIe siècle », in BEFEO, 1904, 4, p. 131-413. Accessible sur Gallica

« Première étude sur les sources annamites de l’histoire d’Annam », in BEFEO, 1904, 4, p. 617-671, (avec le R. P. L. Cadière)

« Notes sur l’Asie centrale. 1. Les « Trois Grottes » et les ruines de Tegurman au Nord de Kachgar », in BEFEO, 1906, 6, p. 255-270. Accessible sur Gallica.

« Une bibliothèque médiévale retrouvée au Kan-Sou », in BEFEO, 1908, 8, p. 501-529. Accessible sur Gallica.

« Notes de bibliographie chinoise. II. Le droit chinois », in BEFEO, 1909, 9, pages 123-152. Accessible sur  Gallica.

« Notes de bibliographie chinoise : III. L’oeuvre de Lou Sin-yuan»,in BEFEO, 1909, 9, pages 211-250 et 424-470. Accessible sur Gallica ici et .

« Un traité manichéen retrouvé en Chine », in JA, 1911, série 10 t. 18, p. 499-617. Accessible sur Gallica.

« Les influences iraniennes en Asie centrale et en Extrême-Orient », Revue d’Histoire et de Littérature Religieuses, 1912, N.S. 3, pp. 97-119.

« Répertoire des collections Pelliot A et B. du fonds chinois de la Bibliothèque Nationale », in T’oung-pao, 14, 1913.

« Un traité manichéen retrouvé en Chine », 2e série, in JA,1913, série 11 t. 1, p. 99-199, 261-394,  (avec É. Chavannes). Accessible sur Gallica ici et .

« Sur quelques mots d’Asie centrale attestés dans les textes chinois », in JA, 1913, série 11 t. 1, p. 451-469. Accessible sur Gallica.

« Mo-ni et manichéens », JA, 1914, série 11 t. 3, pp. 461-470.

« Les documents chinois trouvés par la Mission Kozlov à Khara-Khoto », in JA, 1914, série 11 t. 3, p. 503-518. Accessible sur Gallica.

« Le Chou-king et le Chang-chou-che-wen », Mémoires concernant l’Asie orientale II, 1916, p. 123-177.

« Le ‘Cha-tcheou-tou-fou-t’ou-king’ et la colonie sogdienne de la région du Lob Nor», JA, 1916, p. 111-23.

Le sûtra des causes et des effets du bien et du mal, édité‚ et traduit d’après les textes sogdien, chinois et tibétain, (avec Robert Gauthiot et la collaboration d’Emile Benveniste), Paris, P. Geuthner, 1920, 2 vol. Voir la note de lecture de E. Gaspardone, in BEFEO 30, p. 161-162, accessible sur Persée.

« A propos des Comans », in JA, 1920, série 11 t. 15, p. 125-186. Accessible sur Gallica.

Les grottes de Touen-houang, Paris, P. Geuthner, 1920-1924, 6 vol. Accessible sur le site japonais Digital Archive of Toyo Bunko Rare Book.

« Les Mongols et la Papauté : documents nouveaux édités, traduits et commentés par M. Paul Pellio t» (avec la collaboration de MM. Borghezio, Masse‚ et Tisserant), Revue de l’Orient chrétien, 1922-1931, 3e sér. 3 (23), 1922/23, pp. 3-30; 4(24), 1924, pp. 225-335; 8(28),1931, pp. 3-84.

« Les traditions manichéennes au Foukien », T’oung Pao, 1923, 22, , p. 193-208.

« Neuf notes sur des questions d’Asie Centrale», T’oung Pao, 1929, 24, p. 201-265.

« Les grands voyages maritimes chinois au début du XVe siècle », in T’oung Pao, 1933, p. 237-452.

« Brèves remarques sur le phonétisme dans l’écriture chinoise », in T’oung Pao, 1936, 32, p. 161-166.

« A propos du « tokharien » », in T’oung Pao, 1936, 32, p. 259-284.

Histoire secrète des Mongols : restitution du texte mongol et traduction française des chapitres I à VI, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1949. Accessible en ligne sur le site Les classiques des sciences-sociales.

Notes sur l’histoire de la Horde d’Or, suivi de Quelques noms turcs d’hommes et de peuples finissant en -ar (är), -ur (ür), -ïr (ir), Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1950.

Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta-Kouan, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1951. Accessible sur le site de Vorasith sur le Cambodge ; la première partie de ce texte est aussi disponible sur le site d’Angkor Vat. Voir ma chronique sur Angkor selon les premiers témoignages.

Les débuts de l’imprimerie en Chine, Paris, 1953. Accessible en ligne sur le site Les classiques des sciences sociales.

Notes on Marco Polo, 3 vol., Paris, ed. L. Hambis, 1959-63.

Histoire ancienne du Tibet, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1960.

Notes critiques d’histoire kalmouke, 2 vol., Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1960.

Recherches sur les chrétiens d’Asie centrale et d’Extrême-Orient, 2 vol., Paris, Fondation Singer-Polignac, 1973-84.

Notes sur l’histoire de la Horde d’Or, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient, 1980.

Grottes de Touen-houang : Carnets de notes, 6 vol., Paris, Collège de France, 1981-92.

L’inscription nestorienne de Si-ngan-fou, Paris, Collège de France, 1996.

Les routes de la région de Turfan sous les T’ang ; suivi de L’histoire et la géographie anciennes de l’Asie centrale dans « Innermost Asia », édité par Jean-Pierre Drège, Paris, Institut des hautes études chinoises du Collège de France, 2002.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sic transit gloria mundi (1) Pigault-Lebrun

enfant-carnaval

 Je viens d’achever la lecture de L’enfant du carnaval, livre consacré par Stéphane Audeguy à Pigault-Lebrun. Saviez-vous que cet auteur aujourd’hui oublié fut très célèbre en son temps et qu’il eut, sur des écrivains comme Stendhal, Balzac ou Flaubert, une grande influence ? Non ? Et bien, pour tout dire, moi non plus, jusqu’à ces derniers jours. Continuer la lecture de Sic transit gloria mundi (1) Pigault-Lebrun

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De l’horrible danger de la lecture

Cette chronique est consacrée à ce vice impuni (?), la lecture. Elle doit son nom à un texte satirique de 1765, dans lequel Voltaitre s’en prend à l’intolérance religieuse et à la censure obscurantiste. Il n’est pas très difficile à trouver sur internet : Continuer la lecture de De l’horrible danger de la lecture

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Impressions d’Extrême-Orient et la renarde dans la littérature chinoise

Revues.org a récemment intégré  Impressions d’Extrême-Orient, revue qui n’existe que sous forme électronique et dont la vocation est

de contribuer à mieux faire connaître et apprécier les littératures d’Extrême-Orient en proposant des traductions inédites de textes littéraires issus des aires culturelles que notre équipe est en mesure de couvrir : Chine, Japon, Inde, Vietnam, Corée, Thaïlande. Elle s’efforcera également de tenir ses lecteurs au courant des travaux menés dans ce domaine par la jeune équipe Littératures d’Extrême-Orient, texte et traduction.

Continuer la lecture de Impressions d’Extrême-Orient et la renarde dans la littérature chinoise

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Mille et un jours

Contes orientaux ou supercherie littéraire ?

Les Mille et un jours, contes persans paraissent en cinq volumes en 1710, 1711 et 1712. L’ouvrage se présente comme la traduction d’un manuscrit que l’orientaliste François Pétis de La Croix aurait reçu le « Dervis Moclès » (le derviche Fidèle), ce dernier ayant traduit et adapté en persan des récits indiens connus dans une version en langue turque, sous le titre d’al-Farage bada al-schidda. Le conte-cadre est l’histoire d’une princesse du Cachemire, Farrukhnaz, qui, à la suite d’un songe où elle a vu un cerf abandonner une biche dans un piège,

juge les hommes par ce cerf et est persuadée que ce sont tous des ingrats et des perfides.

Continuer la lecture de Les Mille et un jours

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Théâtre du monde, atlas d’hier, atlas imaginaires

La bibliothèque du tourisme et des voyages (BTV)  ou bibliothèque Trocadéro propose jusqu’au 20 mars une exposition intutulée « Théâtre du monde : atlas d’hier, atlas imaginaires ».

Voir aussi Le Théâtre du monde ou nouvel atlas, ouvrage en ligne trouvé sur le site des bibliothèque spécialisées de la ville de Paris. (Mise à jour du 8 mars 2010 : si le  lien ne fonctionne pas, partir de la page Catalogue des bibliothèques municipales spécialisées, aller dans collections numérisées, sélectionner cartes et plans et choisir et choisir atlas Hondius-Janssonius.)

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Misanthropie littéraire. 2. Le Misanthrope de Juste Van Effen

 (Dernière mise à jour : 1er mars 2012)

Du périodique au livre

 Le Misanthrope est d’abord une feuille périodique à la manière du Spectateur d’Addison. Il parait  en 1711 et 1712 à La Haye. L’auteur en est Juste Van Effen (1684-1735), écrivain hollandais et polygraphe francophone dont la vie vous est résumée dans les notices ci-dessous. C’est sa première entreprise littéraire et elle eut alors un certain succès. Continuer la lecture de Misanthropie littéraire. 2. Le Misanthrope de Juste Van Effen

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Misanthropie littéraire. 1. Personnages et œuvres

Dernière mise à jour : 03/12/2011

Lorsque je commençais à rédiger cette chronique, je m’intéressais principalement à repérer les suites données à la pièce de Molière afin d’en trouver des versions en ligne. Cependant, j’ai rapidement compris que la célèbre comédie de notre répertoire ne pouvait être séparée du thème de la misanthropie dans la littérature. Continuer la lecture de Misanthropie littéraire. 1. Personnages et œuvres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel