Pause estivale

Je me retire pour quelques semaines dans mon estivale demeure familiale et jurassienne. Point n’y ai accès à internet, ce dont je me passe fort bien. Si, si, un mois de sevrage, ça ne fait pas de mal, bien au contraire. Lectures et balades, voici mon quotidien pour les semaines à venir. Mais je pense bien vous en ramener quelques idées d’ouvrages, d’auteurs ou de monuments à découvrir. J’apporte du reste l’ordi pour commencer à les rédiger.

Bon été à tous.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (1) Caricatures

Je n’apprécie guère, je l’avoue, le supposé grand homme des Invalides. Aussi quel plaisir lorsque je lis dans La mort du Vazir-Moukhtar de Iouri Tynianov (1) :

Cela s’appelle la gloire. L’ombre débile d’un officier nerveux qui s’appelait Napoléon Bonaparte avait autrefois été ainsi remplie de regards humains. Et au Conseil des Cinq-Cents, Bonaparte avait perdu connaissance ; après cela seulement, sa main s’était emparé du secret : celui des mathématiques et de la légèreté militaire. Il avait également pris des leçons au théâtre ; Talma lui avait enseigné son éloquence hachée et même les défauts d’une prononciation que le gens croyaient simple et solennelle.

Je me rappelais avoir vu quelque part – dans un manuel scolaire ? – la gravure ci-dessus, témoignage des leçons du grand acteur Talma au nouvel empereur. Il n’a pas était bien difficile de la retrouver sur la toile. Du coup, j’ai voulu élargir ma recherche aux caricatures anti-napoléoniennes. Voici ce qu’a donné la pêche. Continuer la lecture de Napoléon (1) Caricatures

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

En feuilletant L’Intermédiaire des chercheurs et curieux ou un forum culturel au XIXe siècle (1). Caricatures contre le Christ

A propos du graffiti Alexamenos sebete theon.

Extraits de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux Vol. 9, 1876. Source Gallica. 

N° 184, col.30-31

N° 185, col. 61

N° 186, col. 92

N° 187, col. 115

N° 198, col. 463-464

N° 199, col. 497-498

N° 201, col. 561-562

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bulletin des lois

Ce billet est le troisième d’une série concernant quelques ouvgages et périodiques anciens conservés à la BU Droit de l’université François-Rabelais (Tours), où je travaille.

Bulletin des lois. – Paris : Imprimerie nationale, 1794-1931.

Etat de collection :

Ière République : 1ère S 1,1794-3,1795 ; 5,1795 ; 2ème S 1,1795, ; 9,1799 ; 3ème S 1,1799-9,1803; Ier Empire : 1,1804-20,1814 (lac.); Royaume : 1,1814-1455,1848 ; IIème République : 1848-1852 (lac.) ; IId Empire : 1853-1870 (lac.) ; IIIème République : 1871-1921.

Tables quinquennales 1864-1868 et 1869-1873 et 1904-1908. Tables décennales 1864 à 1903.

 

La notice ci-dessus concerne un périodique, le Bulletin des lois qui a paru de 1794 à 1931. La collection à la BU Droit de Tours n’en est pas complète, puisque, outre des lacunes de moindre importance indiquées (lac.), manquent les années de 1796 à 1798 et de 1922 à 1931.

Le titre de ce périodique a eu plusieurs formes successive entre 1794 et 1931. Je vous les indique dans un document intitulé Origines et précurseurs du Journal officiel de la République françaises. Lois et décrets.

Des informations supplémentaires sur Wikipedia

Une collection incomplète du Bulletin des lois est consultable  sur Gallica. La numérisation de la collection de la BNF n’est sans doute pas achevée. Voir Patrimoine numérique.

Le Bulletin des lois est partiellement consultable sur Genealogie.com : vous pouvez y faire une recherche, mais l’accès aux informations finales est réservé aux abonnés. Un peu frustrant…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Emer de Vattel et Le droit des gens, ou Principes de la loi naturelle appliqués à la conduite et aux affaires des nations et des souverains

Ce billet est le deuxième d’une série concernant quelques ouvgages anciens conservés à la BU Droit de l’université François-Rabelais (Tours), où je travaille. D’autres suivront.

 

Vattel, Emer de.

Le droit des gens, ou Principes de la loi naturelle ‪appliqués à la conduite et aux affaires des nations et des souverains. – Nouvelle édition augmentée. – A Lyon : Robert et Gauthier Libraires, 1802. – 3 vol. ; 17 cm.

 

La notice ci-dessus concerne une édition de 1802 de l’ouvrage le plus connu du juriste suisse Emer de Vattel (1714-1767), dont la 1ère édition est de 1758.

 

Sur Emer de Vattel

Voir par exemple la notice qui lui est consacrée sur JurisPedia.

A compléter par un ouvrage de Frédéric Alexandre Jeanneret James et de Henri Bonhôte, Biographie neuchâteloise, tome 2, p. 409-416, consultable sur Google livres.

Pour aller plus loin :

A.Mallarmé, « Emer de Vattel », in Les fondateurs du droit international : F. de Vitoria, A. Gentilis, F. Suarez, Grotius, Zouch, Pufendorf, Bynkershoek, Wolf, Wattel, de Martens ; leurs oeuvres, leurs doctrines, Paris, 1904, p. 331-383, consultable sur Gallica.

Emmanuelle Jouannet, Emer de Vattel et l’émergence doctrinale du droit international classique, Pédone, 1998. Thèse de doctorat en droit public soutenue à l’université de Paris 2 en 1993.

Michel Senellart, « La qualification de l’ennemi chez Emer de Vattel », Astérion, Numéro 2, juillet 2004, en ligne sur Revues.org.

 

Editions

Extrait de la Biographie neuchâteloise :

Le Droit des gens ou principes de la loi naturelle, appliqués à la conduite et aux affaires des nations et des souverains. Londres 1758, 2 volumes in-4°. Cette édition, faite sous les yeux de l’auteur, est très-rare maintenant et a longtemps été considérée comme la meilleure. Elle fut imprimée à Neuchâlel, quoiqu’elle porte Londres sur le titre. Des exemplaires ayant le même millésime portent Leyde, d’autres Ncuchâtel. Voici la liste des autres éditions françaises du Droit des gens qui nous sont connues : Format in-4°, Neuchâlel 1773, Bâle 1774, Amsterdam 1775, Neuchâlel 1777, Nimes 1783. – Format in-8°, Neuchâtel 1777, Lyon 1802, Lyon 1820, Paris 1820, Paris 1830, Paris 4 835-38. – Format in-t 2°, Bâlc 1777, Ncuchâtel 1777, Lyon 1802. Enfin une dernière édition française du Droit des gens a été publiée en 1839, et c’est jusqu’à présent la plus complète; elle porte pour titre : Le Droit des gens ou principes de la loi naturelle , appliqués à la conduite et aux affaires des souverains. Edition précédée d’un essai de l’auteur sur le droit naturel, pour servir d’introduction à Vétude du droit des gens ; illustrée de questions et d’observations par M. le baron de Chambrier d’Oleyres, ancien ministre, avec des annexes nouvelles de M. de Vattel el de M. J.-G. Sulzer, et un cnmpendium bibliographique du droit de la nature et des gens, el du droit public moderne, par M. le comte d’Bauterive (M. de Hoffmanns) membre de la Chambre des députés. Paris 1839, 2 vol. in-8°.Les principales augmentations sont: Dans le tome I »: 1° Essai sur le fondement au droit naturel et sur le premier principe de l’obligation où se trouvent les hommes d’en observer les lois, pour servir d’introduction à l’étude du droit des gens, par Vattel ; 2° Le commencement des questions de droit des gens et observations sur le Traité du Droit des gens de M. de Vattel, par M. de Chambrier d’Oleyres ; 3° Une dissertation sur cette question : « La loi naturelle pcuf elle porter la société à sa perfection , sans le secours des lois politiques? par Vattel ; 4°Des recherches sur un principe fixe qui serve à distinguer les devoirs de la morale de ceux du droit naturel, par J.-G. Sulzer.

Dans le tome II : 1° La suite des questions de droit des gens et observations sur le Traité du Droit des gens de Vattel, par M. de Chambrier d’Oleyres ; 2° Un dialogue entre Jules-César et Cicéron sur la question de savoir s’il est permis, en certaines circonstances, d’attenter à la vie du chef de l’Etat, par Vattel. (Quelques exemplaires ont été imprimés à part sous ce titre: Ils!-il permis, en certaines circonstances , d’attenter à la vie du chef de l’Etal ? Dialogue entre Jules-César et Cicéron. Extrait des annexes du 2TM« volume d’une nouvelle édition du Droit des gens, publiée avec un commentaire et des notes de M. le baron de Chambrier et M. de Hoffmanns. Paris 1″ janvier 1837, de IV et 17 pages. Il n’a été tiré de ce dialogue remarquable qu’une quarantaine d’exemplaires; l’impression ayant été interrompue par les libraires, pour complaire à un grand prince, qui pensa que cette publication, toute de principes, pourrait avoir des conséquences.) 3° Un compendium bibUographique du droit de la nature et des gens et du droit public moderne , en six divisions , subdivisées en sections et paragraphes, comprenant 746 articles.

Traductions du Droit des gens, en allemand : v. Vattels Volkerrecht ûbersetzt vonJ.-P. Schulin. Frankfurt und Leipzig 1760, 3 vol. in-8°. – En italien: Il diritto delie genti, tradotto dal francesc. Milano 1805,3 vol. in-8°. – En espagnol : El derecho de gcnies, o Principios de la ley natural, aplicados à la conducla y los intereses de las naciones y de los principos. Trad. por e! licenciado D. Manual-Pascual Hernandez, individuo del illustre colegio de Abogados de esta corte. Madrid 1820. Item, trad. por J.-B.J. G.; y lerminada por algunas reflexiones a cerca de cicrlas ideas fundamentales da esta obra. Burdeos 1822, 4 vol. in-l2°. Item, trad. en castellano, por L.-M. Otarena. Paris 1824, 4 vol. in-18°.

Editions en ligne :

sur Gallica : 1758 ; 1835

sur Google : 1758 (tome 2) ; 1830 (tome 1)  ; 1835 (tome 2) ; 1863 (tome 1) ; 1916 (vol. 2)

sur le site La recherche du bonheur, une version html

Editions conservées dans les bibliothèques universitaires françaises.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Samuel von Pufendorf et Le Droit de la nature et des gens

Ce billet est le premier d’une série concernant quelques ouvgages anciens conservés à la BU Droit de l’université François-Rabelais (Tours), où je travaille. D’autres suivront.

 
 

Pufendorf, Samuel von (1632-1694). Auteur

Barbeyrac, Jean (1674-1744). Traducteur

Le Droit de la nature et des gens :  ou systeme general des principes les plus importans de la morale, de la jurisprudence, et de la politique / Par le baron de Pufendorf ; traduit du latin par Jean Barbeyrac … Avec des notes du traducteur, & une préface qui sert d’introduction à tout l’ouvrage. – Sixiéme edition, revûë de nouveau, & fort augmentée. – A Basle : Chez Emanuel Thourneisen, 1750. – 2 vol.

 
 

La notice bibliographique ci-dessus se rapporte à la 6e édition de la traduction française par Jean Barbeyrac de l’ouvrage de Samuel von Pufendorf intitulé De jure naturae et gentium.

Sur Samuel von Pufendorf

On peut se contenter de la notice de Wikipédia. Mais pourquoi ne pas utiliser une bonne vieille biographie universelle comme les érudits du XIXe siècle savaient si bien en faire. Prenons par exemple celle éditée par Charles Weiss, Biographie universelle, ou Dictionnaire historique contenant la nécrologie des hommes célèbres de tous les pays. Voici ce qui est écrit aux pages 82-83 de son tome 5, paru en 1841 et consultable sur Gallica :

Pour une étude plus approfondie des théories juridiques de Pufendorf.

Heinrich von Treitschke, Samuel von Pufendorf, in Historische und politische Aufsätze, tome 4, Leipzig, 1897, p. 202-203.

P.Avril, Pufendorf, in Les fondateurs du droit international : F. de Vitoria, A. Gentilis, F. Suarez, Grotius, Zouch, Pufendorf, Bynkershoek, Wolf, Wattel, de Martens ; leurs oeuvres, leurs doctrines, Paris, 1904, p. 331-383, consultable sur Gallica.

Cahiers de philosophie politique et juridique, n° 11, 1987, intitulé Des théories du droit naturel, consultable sur Gallica.

De nombreuses références bibliographiques dans l’ouvrage de Robert Derathé, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Vrin, 1970, p.425-428, aperçu sur Google livres.

 Editions

Consultables en lignes

Editions du texte original en latin,  De jure naturae et gentium :

sur Google : 1672 ; 1684 ; 1744 (tome 1)

Editions de la traduction française

sur Archive.org : 1706 (tome 2)

sur Gallica : 1706 ; 1740 (livre 8)

sur Google : 1740 (tome 2) ; 1750 (tome 2) ; 1771

 Conservées dans les bibliothèques universitaires françaises (cf. SUDOC) :

Editions en latin

Editions en français

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La grammaire de Port-Royal

Sur France Culture, l’émission « Tire ta langue » du  2 mai (1)  avait pour invités Daniel Orhan (des éditions Allia) et Dominique Mazuet (libraire à Paris XIVe) pour la Grammaire générale et raisonnée, dite grammaire de Port-Royal, d’Arnauld et Lancelot (1660) rééditée par Allia. Bonne occasion pour voir ce que nous pouvons glaner sur le sujet.

 

Sur Antoine Arnauld

Voir sa notice biographique sur le site Bibliothèque de la Société de Port-Royal.

 

Editions de la Grammaire de Port Royal

Différentes éditions de cette Grammaire générale et raisonnée, contenant les fondemens de l’art de parler sont disponibles sur internet, d’autres n’ont pas pu être trouvées en ligne

1660 : 1ére édition, disponible sur  Gallica

1664 : 2e édition

1664 : 2e édition (sic)

1679 : 4e édition disponible sur Google livres

1709 : 5e &dition

1754 : nouvelle édition, disponible sur Gallica

1756 : édition par Charles Pinot Duclos

1768 : édition par Charles Pinot Duclos, disponible sur Gallica

1780 : nouvelle édition revue corrigée et augmentée par M. l’abbé Fromant, disponible sur Archive.org et Google livres.

1803 : édition par M. Petitot

1810 : 2e édition par M. Petitot,  disponible sur Archive.org. Un article élogieux, signé Sagues, lui est consacré dans le Mercure de France, en novembre 1811. Il peut être lu sur Google livres.

1830 : reprise de l’édition de Charles Pinot Duclos

1846 : introduction historique par M. A. Bailly, disponible sur Google livres

1966 : édition par Herbert E. Brekle

1968 : reprint par Slatkine de l’édition de 1846

1969 : reproduction en fac-similé de l’édition de 1830 ; préface de Michel Foucault

1972 : réimpression des éditions de Paris, 1660 et 1662

1975 : édition en anglais à La Haye, avec une préface de Arthur C. Danto et un essai de Norman Kretzmann. Compte rendu dans Language, vol. 54, No. 4 (Dec., 1978), pp. 917-920, accessible dans la base JSTOR (accès limité).

1994 : reprint par Slatkine de l’édition de Charles Pinot Duclos

1997 : présentation de Jean-Marc Mandosio

2010 : reprise de l’édition de 1997 

Quelques références

Marc, Dominicy. La naissance de la grammaire moderne : langage, logique et philosophie à Port-Royal. Bruxelles : P. Mardaga, 1984. Réédité en 1988.

Roland Donzé. La grammaire générale et raisonnée de Port-Royal : contribution à l’histoire des idées grammaticales en France. Berne : Francke, 1967. 2e édition mise à jour en 1971.

Jean-Claude Pariente.

L’Analyse du langage à Port-Royal : 6 études logico-grammaticales. Paris : Minuit, 1985.

Antoine Arnauld : philosophie du langage et de la connaissance. Paris : Vrin, 1995.

Sophie Piron.

« La grammaire du français au XVIIe siècle », Correspondance, vol.17 n° 1, sept. 2008. En ligne sur le site du Centre collégial de développement de matériel didactique. Fait partie d’une série d’articles du même auteur consacrés à la grammaire de français du XVIe au XVIIe siècle.

Voir aussi sur son blog la partie concernant l’histoire de la grammaire.

(1) Ce billet est un peu tardif, car j’ai une fâcheuse tendance à en commencer plusieurs à la fois. Je suis en train de me mettre à jour avant de partir en vacances.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes : un ouvrage oubliable d’Alfred Sudre

Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme. Toutes les puissances de la vieille Europe se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : le pape et le tsar, Metternich et Guizot [1], les radicaux de France et les policiers d’Allemagne.

Quelle est l’opposition qui n’a pas été accusée de communisme par ses adversaires au pouvoir ? Quelle est l’opposition qui, à son tour, n’a pas renvoyé à ses adversaires de droite ou de gauche l’épithète infamante de communiste ?

Il en résulte un double enseignement.

Déjà le communisme est reconnu comme une puissance par toutes les puissances d’Europe.

Il est grand temps que les communistes exposent à la face du monde entier, leurs conceptions, leurs buts et leurs tendances; qu’ils opposent au conte du spectre communiste un manifeste du Parti lui-même.

C’est à cette fin que des communistes de diverses nationalités se sont réunis à Londres et ont rédigé le Manifeste suivant, qui est publié en anglais, français, allemand, italien, flamand et danois.

Vous avez tous reconnu le début d’une brochure célèbre dont le texte intégral peut facilement être trouvé sur internet. Cet opuscule, écrit par Karl Marx et Friedrich Engels et publié en février 1848, a été diffusé à l’origine sous le titre Manifeste du Parti communiste, puis republié sous le titre Manifeste communiste (plus d’infos sur Wikipédia).

Cette même année 1848, Alfred Sudre fait paraître son Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes. L’ouvrage embrasse alors toute l’histoire des idées communistes de Sparte… à Proudhon (cf. Gallica). En 1850, la 4e édition comporte un chapitre supplémentaire… sur Pierre Leroux (cf. Google.fr). Pas un mot de Karl Marx et de Friedrich Engels, deux ans après la parution du Manifeste communiste, dont le titre suffisamment explicite aurait dû attirer l’attention de l’auteur… Plus surprenant encore, la 5e édition, parue en 1856, reste muette à leur sujet (cf. Google livres). Continuer la lecture de Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes : un ouvrage oubliable d’Alfred Sudre

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les livres anciens : la classification « Brunet-Parguez-Coulouma »

La classification Brunet, du nom de l’immortel auteur du Manuel du libraire et de l’amateur de livres, m’est un peu familière. Je me souviens l’avoir utilisée pour analyser le contenu de collections provençales du XVIIIe siècle, et notamment de celle du Marquis de Méjanes, du temps où je préparais mon mémoire de DEA sur les Bibliothèques privées en Provence occidentale au siècle des lumières. Mais cela fait bien longtemps : bientôt vingt ans…

Voici qu’un message trouvé dans bibliopat me l’a remise en mémoire :

Bonjour,

la bibliothèque municipale de Senlis vient de mettre à jour la consultation en ligne de son catalogue des fonds anciens.

Outre les accès traditionnels par auteur, titre et titre uniforme, une navigation thématique basée sur la table « Brunet-Parguez-Coulouma »a été mise en place.

La consultation est accessible directement à l’adresse suivante : www.bmsenlis.com/sitebmsenlis/fda/index.php

Au nom du fameux libraire ont été joints ceux de deux éminents bibliothécaires. Voici ce qu’en dit Le guichet du savoir de la bibliothèque municipale de Lyon :

La classification systématique Brunet-Parguez est utilisée pour classer les livres anciens. Il s’agit de la Table du manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, codée en vue de son utilisation sur ordinateur par Guy Parguez, bibliothécaire à la Bibliothèque municipale de Lyon » en 1968.

Note sur le codage de la table de Brunet en vue de son utilisation par ordinateur :

Alors que les bibliothèques universitaires classent en rayons leurs livres d’après le sujet, il serait souhaitable de pouvoir retrouver, au moins en catalogues, les livres anciens traitant une question donnée, autrement dit d’ajouter sur la fiche d’un ouvrage, la ou les notations qui lui reviendraient dans un classement systématique, ce qui permettrait de coder également une bonne partie des vedettes de forme.

Il s’agit de choisir un système qui permette assez facilement de noter certains sujets particulièrement étudiés dans les siècles passés et plutôt mal traités dans les classifications actuelles ; par exemple diverses questions religeuses (Ouvrages concernant les anges et les démons, Traités de Théologie morale, Catéchismes, etc.), scientifiques (Alchimie, Médecine spagirique, Astrologie), historiques (Récits de voyage concernant un pays déterminé), héraldiques, certains sports (jeu de paume etc.), et qui puisse également rendre compte de certaines manières actuelles de concidérer les anciens sujets

Il a semblé que la cinquième édition du Brunet, Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres. Paris, Didot 1865, répondait assez bien à ces préoccupations.

Elisabeth Coulouma a repris cette table dans le Cadre de classement systématique du catalogue des livres anciens imprimés.

Classification Brunet-Parguez parmi les outils et sites internet de références du du Guide méthodologique du SUDOC.

Guy Parguez travaillait à la bibliothèque municipale de Toulouse. Voici ce qui est dit de sa classification dans l’article d’Élisabeth Coulouma et Christian Peligry, « Le fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse », BBF, 1982, n° 12, p. 699-705, disponible sur le site de l’ENSSIB :

Le catalogue systématique utilise le cadre de la table du Manuel du libraire de Brunet, codée par MM. Parguez et Martin. Chaque rubrique est affectée d’un indice numérique et alphabétique, qui pourrait entrer en mémoire dans le cadre de l’automatisation du catalogue collectif des livres anciens. Ce système qui est celui des libraires de l’ancien régime, convient mieux aux fonds anciens et aux livres du XIXe siècle, que les classifications modernes. En cas de doute pour une indexation, on peut toujours se référer au Manuel et à sa table. Mais Brunet ne recense que des « livres » proprement dits, il ne dépouille pas les recueils factices ; on obtient une sorte de macro-documentation. L’intérêt de notre catalogue documentaire est de représenter tout le le fonds ancien, y compris brochures, feuilles volantes, estampes. Ce faisant nous utilisons en définitive ce cadre avec une conscience moderne : en l’absence de « facettes » et de « sous-facettes », nous donnons plusieurs indices à un même ouvrage, l’un analysant la forme, l’autre le contenu général, parfois un 3e ou 4e indice, précisé ou non d’un mot matière ou d’une date, privilégiant un point de vue particulier, ou une partie du document d’intérêt local. En subdivisant peut-être exagérément ce catalogue systématique, nous avons tenté de suppléer l’absence d’un catalogue analytique. Notre projet serait d’adjoindre au catalogue un mode d’emploi sous forme de liste de renvois d’orientation et renvois au fichier auteurs-anonymes, et d’index de mots-clés. Depuis sa rédaction initiale, la Table de Parguez a donc été sensiblement modifiée à Toulouse ; dans le cadre d’un catalogue collectif, si d’autres bibliothèques ou des bibliographes l’utilisaient, il faudrait unifier ou coordonner les pratiques et préciser les interprétations.

Voir aussi ce qui concerne la classification, l’indexation et et les recherches thématiques de l’article suivant : « Recensement des livres anciens des bibliothèques françaises », BBF, 1971, n° 1, p. 1-32, disponible sur le site de l’ENSSIB.

Quant au Manuel de Jacques-Charles Brunet, dont la 1ère édition est de 1810, vous trouverez sur Gallica sa 5e édtion en 6 volumes (1860-1865) et les 2 volumes du supplément (1878-1880). Voir notamment sa table méthodique, contenu dans le tome 6. Celle-ci peut aussi être consultée dans Google livres.

Il faut rappeler que Brunet n’est pas à proprement parler l’inventeur de cette classification en 5 classes (théologie ; jurisprudence ; sciences et arts ; belles lettres ; histoire), mais qu’il repend la classification utilisée par les libraires de Paris au XVIIIe siècle et notamment par Guillaume-François Debure, libraire du quai des Augustins, dans sa Bibliographie instructive, ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers (1763-1768). Vous pouvez la consulter sur Archive.org. C’était une source essentielle pour des bibliophiles des Lumières comme le Marquis de Méjanes qui y avait constamment recours pour ses acquisitions.

 Voir aussi cet article de Bibliomab sur les classifications des livres anciens.

Annexe. Les principales classes de la table « Brunet-Parguez-Coulouma »

1 RELIGION

11 ECRITURE SAINTE

12 LITURGIE

13 CONCILES

14 SAINTS PERES ou Pères de l’Eglise

15 THEOLOGIENS

16 OPINIONS SINGULIERES

17 RELIGION JUDAIQUE

18 RELIGIONS DES PEUPLES ORIENTAUX

19 APPENDICE SUR LA THEOLOGIE

2 – DROIT ET JURISPRUDENCE

20 INTRODUCTION

21 DROIT DE LA NATURE ET DES GENS

22 DROIT POLITIQUE

23 DROIT CIVIL ET DROIT CRIMINEL

24 DROIT CANONIQUE OU ECCLESIASTIQUE

3 – SCIENCES ET ARTS

30 INTRODUCTION, DICTIONNAIRES et MELANGES

31 SCIENCES PHILOSOPHIQUES

32 SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

33 SCIENCES NATURELLES

34 SCIENCES MEDICALES

35 SCIENCES MATHEMATIQUES

36 APPENDICE AUX SCIENCES : SCIENCES OCCULTES

37 ART

38 ARTS MECANIQUES ET METIERS

39 EXERCICES GYMNASTIQUES

4- BELLES-LETTRES

41 LINGUISTIQUES

42 RHETORIQUE

43 POESIE

44 THEATRE, POESIE DRAMATIQUE

45 OEUVRES LITTERAIRES ET FICTION EN PROSE

46 CRITIQUE LITTERAIRE ,  PHILOLOGIE

47 EPISTOLAIRES

48 POLYGRAPHES

49 COLLECTIONS D’OUVRAGES, EXTRAITS et MELANGES

5 – HISTOIRE ET SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

51 PROLEGOMENES HISTORIQUES

52 HISTOIRE UNIVERSELLE ANCIENNE ET MODERNE

53 HISTOIRE DES RELIGIONS ET DES SUPERTITIONS

54 HISTOIRE ANCIENNE

55 HISTOIRE MODERNE

56 SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Oulipo & C°

Dès ma première chronique, je vous ai parlé de l’Oulipo, ou plutôt de ses précurseurs. Voici une petite sélection autour du fameux Ouvroir, avec quelques curiosités annexes. Comme d’habitude, cela fera l’objet de mises à jour plus ou moins régulières.

Voir les chroniques sur ce sujet.

Dernière mise à jour : 5 avril 2017.

Continuer la lecture de Oulipo & C°

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel