Translittération et transcription (1) Le chinois

Ceux qui s’intéressent un tant soit peu à la Chine ne peuvent que constater la variété des transcriptions des mots chinois, qu’il s’agisse de noms propres ou de noms communs. Cela est vrai d’un ouvrage à l’autre, mais aussi au sein d’un même ouvrage où peuvent coexister deux ou trois systèmes de romanisation du mandarin, notamment dans les bibliographies. Véritable casse-tête qui nécessite des tables de correspondance.

Cette variété s’explique à la fois

Par un morcellement géolinguistique des études sinologiques, chaque grande aire culturelle ayant développé son propre système : EFEO pour les francophones, Wade-Giles pour le monde anglo-saxon…

Par une évolution historique et politique : aux systèmes développés par les anciennes puissances coloniales et les missionnaires se substitue le hanyu pinyin promu par la République populaire de Chine.

Les exemples ci-dessus concernent l’utilisation de l’alphabet latin pour écrire le mandarin (romanisation). Cependant l’effort de transcription a pu utiliser d’autres alphabets (cyrillique, arabe, braille) et porter sur d’autres langues chinoises.

Enfin, il faut noter le rôle des Chinois eux-même non seulement pour la transcription phonétique de leur(s) langues avec différents pinyin prenant en compte les 4 tons du mandarin, mais aussi pour les systèmes de transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés et pour la translittération de termes étrangers en caractère chinois.

Je tente dans la présente webographie de rassembler des documents en ligne sur ces différents aspects. Mais comme toujours je ne prétends pas être exhaustif. Alors, si vous avez des pistes…

Quelques présentations générales

Dans la partie Extraits et sucs de la langue chinoise du site de Jean-Victor Camille Gruat, vous trouverez une présentation des systèmes de transcription du chinois.

Sinoptic offre aussi un intéressant dossier sur la question.

Sur Wikipédia :

la partie Système de transcription de l’article sur le mandarin

la partie Transcriptions de l’article sur les langues chinoises

Voir aussi Pinyin.info (en anglais).

A noter que ces présentations générales s’intéressent surtout aux systèmes de romanisation du mandarin.

Romanisation

Plusieurs modes de romanisation du mandarin et les autres langues chinoises existent (cf. l’article de Wikipédia intitulé Romanisation des langues chinoises). Les systèmes indiqués ci-dessous concernent surtout le mandarin standard ou putonghua,.

L’autre grande langue chinoise ayant fait l’objet de romanistion est le cantonnais (cf. article de Wikipédia).

Romanisations d’origines non-chinoises (Europe, Etats-Unis)

Bortone-Allegra en Italie

EFEO (Ecole française d’Extrême-Orient) inventé par Séraphin Couvreur

NB : Ne pas confondre avec le système d’Arnold Vissière

A. Vissière: Méthode de transcription française des sons chinois, adoptée par le Ministre des Affaires ètrangeres (Extrait du Bulletin du Comité de l’Asie Française.) Paris 1902. Voir sa critique dans « Notre système de transcription du chinois », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1902, vol. 2 n° 2, p. 178-184

Lessing-Othmer pour les germanophones

Wade-Giles, l’un des plus répandus, surtout dans le monde anglo-saxon.

Yale, utilisé aux Etats-Unis pour le cantonais et le putonghua

Romanisations d’origines chinoises ou utilisées par des populations chinoises

Beifangxua Latinxua Sin Wenz (拉丁化新文字), dont

l’intérêt historique est d’être le premier système de romanisation utilisé par les chinois natifs en lieu et place des sinogrammes. Il fut développé par l’Union des républiques socialistes soviétiques et utilisée par les immigrants chinois, jusqu’à ce que la plupart d’entre eux quittèrent le pays »

>> lire la suite sur Wikipédia.

Gwoyeu Romatzyh (国语罗马字), romanisation du mandarin utilisée à Taïwan de 1928 à 1986

>> plus d’infos sur Wikipédia.

Mandarin Phonetic Symbols II

Pinyin ou hanyu pinyin (汉语拼音 : « épeler les sons de la langue des Hans »), conçu par Zhou Youguang et utilisé en République populaire de Chine.

>> le document de l’Unesco

>> le Guichet du savoir de la BM de Lyon

>> l’article de Wikipédia

Pinyin postal

Au début du XXe siècle, la Chine (à la fin de la dynastie Qing) utilisait le système de pinyin postal (mandarin : 郵政式拼音 ; hanyu pinyin : yóuzhèngshì pīnyīn), basé sur le Wade-Giles dans un but postal, principalement pour les toponymes sur les lettres et les timbres..

>> lire la suite sur Wikipédia.

Tongyong Pinyin (通用拼音), utilisé à Taiwan.

Les systèmes d’origine chinoise prennent en compte les quatre tons du mandarin, représentés en pinyin par les diacritiques suivants :

  1. ¯ Ton haut (macron) ;
  2. ˊ Ton montant (accent aigu) ;
  3. ˇ Ton descendant légèrement puis remontant (hatchek ou caron) ;
  4. ˋ Ton descendant et bref (accent grave).

Pour en savoir plus sur les langues tonales.

Quelques tables de correspondance

Ces tables de correspondances comparent surtout sur des systèmes de romanisation, c’est pourquoi je les place ici :

Zhuyin (ou Bopomofo) / Wade-Giles / MPS II / Yale / Tongyong/ Hanyu Piyin / Gwoyeu Romatzyh (Wikipédia)

Pinyin / Wade-Giles / EFEO / Bopomofo (Sinoptic)

Pinyin / Wade-Giles / Lessing-Othmer / EFEO / Beifang Lantinxua (International Library of Communist Left)

Pinyin / EFEO (Sinoptic)

Unger / Pinyin / Wade-Giles (Sinoptic)

Wade-Giles / Pinyin (bibliothèque du Congrès)

Zhuyin Fuhao / Wade-Giles / MPS2 / Yale / Tongyong Pinyin / Hanyu Pinyin / Gwoyeu Romatzyh (Pinyin.info)

Ces différentes transcriptions du mot « Chine », trouvées sur le site de Jean Victor Camille Gruat, nous rendent sensibles la nécessité de telles tables :

(zh)(o)(ng)(g)(u)(o) ㄓㄨㄥㄍㄨㄛ (Bopomofo)

zhongguo (Hanyu Pinyin)

jhongguo (Tongyong Pinyin)

jonhhwo (Gwoyeu Romatzyh)

zhungguo (Beifangxua Latinxua Sin Wenz)

chung-kuo (Wade-Giles)

tchong-kouo (EFEO)

jung-gwo (Yale)

чжунго (système russe)

Autres langues chinoise ayant fait l’objet de romanisations

Le cantonnais : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Le wu dont le shanghaien est une variante : en l’attente de plus d’informations sur le sujet, je vous renvoie à l’ébauche d’article existant dans Wikipédia.

Cyrillisation

Quelques informations sur Pinyin.info.

Arabisation

Xiao’erjing (小儿经), xiao’erjin (小儿锦ٍ) ou xiaojing (小经 ou 消经 ) utilisée par diverses minorités ethniques de Chine converties à l’islam (les Hui, les Dongxiang et les Salar), et anciennement les Dounganes d’Asie centrale.

Transcription phonétique du mandarin en braille

Numeral type for mandarin chinese, développé par William Hill Murray à la fin du XIXsiècle à partir du braille : il s’adresse tant aux voyants qu’aux non-voyant. Plus d’informations sur Pinyin.info.

Voir aussi l’ouvrage de  C.F. Gordon Cumming, The inventor of the numeral-type for China by the use of which illiterate Chinese both blind and sighted can very quickly be taught to read and write fluently (1899), disponible sur Archive.org.

Transcription phonétique utilisant des caractères chinois simplifiés

Fǎnqiè (反切), utilisée pour la prononciation des sinogrammes propre à la grammaire chinoise traditionnelle.

Bopomofo (ㄅㄆㄇㄈ : bo (ㄅ) pour la consonne b /p/ ; po (ㄆ) pour la consonne p /ph/ ; mo (ㄇ) pour la consonne m /m/ ; fo (ㄈ) pour la consonne f /f/) ou Zhùyīn fúhào (caractères traditionnels : 注音符號 ; simplifiés : 注音符号 ; signification : « symboles phonétiques ») utilisé à Taiwan : plus d’inforamtions sur Pinyin.info.

Translittération de termes étrangers en caractère chinois

Voir sur Wikipédia

l’article de Translittération en caractère chinois

le paragraphe Adaptation de mots étrangers dans l’article sur le Mandarin standard

Références pour le livre ancien (4) Héraldique et livres anciens

Prévoyant le cas où vous pourriez être un jour  confronté au problème de l’identification des armoiries d’une reliure, j’ai glané sur internet ou sur les rayons de mes bibliothèques habituelles les quelques ressources ci-dessous. Une telle liste ne pouvant être que lacunaire, toute suggestion sera la bien venue.

Commençons par un document imprimé consulté voici quelques mois.Yves Devaux dans « Héraldique et bibliophilie : dix siècles d’art et d’histoire » (Arts & métier du livre, n° 274, sept-oct 2009, p.34-41) fait une présentation synthétique des principaux ouvrages de références sur la question.

Suivent deux ouvrages initialement imprimés et désormais disponibles en ligne.

Michel Popoff est l’auteur d’une Bibliographie héraldique internationale (Le Léopard d’Or, Paris, 2003) qu’il a gracieusement mis à la disposition de la Société française d’héraldique et de sigillographie

L’Armorial général de France dressé par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica. A propos, de quoi s’agit-il ? Voici quelques informations glanées sur le site de la BNF :

L’Armorial général de France ou Armorial d’Hozier, né d’un édit de 1696 portant obligation à tous les sujets du roi de faire enregistrer leurs armoiries, fait aujourd’hui fonction d’armorial quasi officiel de l’Ancien Régime. Il contient plus de 115000 armoiries familiales classées par provinces et 3000 armoiries de villes et communautés. Il regroupe trois séries de manuscrits :

deux séries de textes qui donnent une description des armoiries – l’Armorial général cotes « Français 32146 à 32193 » et l’exemplaire dit « authentique » cotes « Français 32194 à 32227 »,

une série d’illustrations : les blasons coloriés cotes « Français 32228 à 32262 ».

Textes et blasons sont complémentaires. Ils sont classés par provinces puis par généralités.

Il existe deux tables imprimées pour les séries de textes et une table manuscrite pour la série des blasons :

PARIS, Louis, Indicateur du Grand armorial général de France : recueil officiel dressé en vertu de l’édit de 1696, publ. sous la dir. de Louis Paris, Paris, Mme Bachelin-Deflorenne, 1865. Document numérisé

ROBERT, Ulysse, Indicateur des armoiries des villes, bourgs, villages, monastères, communautés, corporations, etc. contenues dans l’Armorial général de d’Hozier, Paris, A. Picard, 1879.
Salle X – Ouvrages de référence par discipline [929.6 ROBE i]

Table des blasons coloriés de l’Armorial général de France
Cette table manuscrite en deux volumes reprend le classement des familles par province et généralité : il vaut donc mieux connaître l’origine géographique de la famille pour ne pas avoir à dépouiller l’ensemble des volumes.
Salle de références de Richelieu [017 MSS HOZI B1-B2]

Pour toute recherche sur les ressources généalogiques du département des Manuscrits :

GERARD, Jean-Philippe, Répertoire des ressources généalogiques et héraldiques du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Versailles : Mémoire et documents, 2003 Salle de références de Richelieu [929.1 GER] Manuscrits occidentaux [8° IMPR 8836 double], à demander à la banque de salledressé en vertu de l’édit de 1696 par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica.

Le billet Identifier les armoiries d’une reliure de Pierre Margige, alias aka Reup comporte notamment une étude comparative des meilleurs outils en ligne sur ce thème :

Les meilleurs outils :

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T1 (Maisons souveraines, Femmes & Personnalités ecclésiastiques).

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T2 (Les autres)

Les plus : Assez complet, et spécialisé dans le domaine qui nous intéresse. En fin de volumes, des index des pièces et meubles très utiles.
Les moins : En mode image seulement sur Gallica, et de mauvaise qualité (on n’y voit pas grand chose sur les illustrations). Recherche par mot impossible, donc.

La base Provenance des livres anciens de la bibliothèque de Lyon

Les plus : Richement documentée, spécialisée, illustrée d’excellentes photographies, moteur de recherche efficace, facile d’utilisation… Un modèle.
Les moins : Par nature restreinte aux seules collections lyonnaises, donc parfois insuffisamment riche.

La base blasons sur Euraldic.com

Les plus : Reprend les armoriaux de Rietstap, d’Hozier, et plein d’autres. Le plus riche que j’ai trouvé (il revendique 150.000 blasons !).
Les moins : Une très longue liste triée par noms, sans moteur de recherche.

Le site Armorial général [Ce site semble désaffecté. JS 21/10/2011]

Les plus : Moteur de recherche avancée intégré, nombreuses illustrations.
Les moins : Moins riche que le précédent, et parfois très, très lent, voire inaccessible.

Le site Héraldique Européenne

Les plus : Illustré, organisé, avec des informations sur les détenteurs des blasons.
Les moins : Illustrations modernes et normalisées, parfois éloignées des armoiries anciennes trouvées. Beaucoup moins complet que les autres, et organisation figée donc parfois difficile de s’y retrouver.

Pour effectuer des recherche dans les bases gratuites de blasons, Il a même concocté un moteur Google personnalisé : Akareup-Blasons

Pour approfondire sur l’héraldique en général :

Art du blason et identité graphique

Le hérault d’armes avec son traité d’héraldique où vous trouverez entre autre une bibliographie et des liens

Le site de Laurent Garnier avec son

Les signets BNF sur ce thème

Et ne pas oublier le Traité d’héraldique de Michel Pastoureau.

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, « L’araignée du Prophète » (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme « forgés ou faibles », en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans une vidéo du Cheikh Mohamed Hassan.

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: « Pourquoi avoir créé cette créature inutile? » Dieu répondit: « Le jour où tu comprendras viendra ». Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Et oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros trouvent refuge dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un billet de Zaitchick intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise !

 

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Départager deux canditats ayant obtenu un nombre égal de voix

Il existe plusieurs solutions au problème posé en titre. En voici trois touchant le personnel politique :

La désignation du candidat le plus âgé, comme cela se fait pour les députés et les sénateurs en France (voir Vie publique). Et que fait-on si les deux adversaires sont jumeaux ?

Le tirage au sort, comme pour le président du Sénat Thaïlandais (extrait du site de l’Union interpalementaire). Le tirage au sort n’est-il pas d’ailleurs de nature bien plus démocratique que l’élection, comme les Athéniens l’avaient bien compris ? Voir à ce propos ces deux citations trouvée dans l’article Stochocratie de Wikipédia :

Aristote : « Il est démocratique que les magistratures soient attribuées par le sort, et oligarchique qu’elles soient électives » Les Politiques, IV, 9, 4 Traduction: Pierre Pellegrin

Montesquieu : « Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie. Le suffrage par le choix est de celle de l’aristocratie. Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie. » De l’esprit des lois.

La désignation par une assemblée parlementaire, comme aux Etats-Unis où pour l’élection du président, « si deux ou plusieurs personnes ont obtenu cette majorité et un nombre égal de voix, la Chambre des représentants choisira alors le président, selon la même procédure, parmi les cinq personnes ayant obtenu le plus grand nombre de voix ». (extrait de l’article 2 de la Constitution des Etats-Unis) ».

Cependant, la solution la plus originale me semble être celle du point-milieu adoptée lors de l’élection du président du Weldon-Institute de Philadelphie… du moins à en croire Jules Verne (cf. Robur le Conquérant, chapitre II) :

Uncle Prudent était un personnage considérable, et, en dépit de son nom, cité pour son audace. Très riche, ce qui ne gâte rien, même aux Etats-Unis. Et comment ne l’eût-il pas été, puisqu’il possédait une grande partie des actions du Niagara Falls ? À cette époque, une société d’ingénieurs s’était fondée à Buffalo pour l’exploitation des chutes. Affaire excellente. Les sept mille cinq cents mètres cubes que le Niagara débite par seconde, produisent sept millions de chevaux-vapeur. Cette force énorme, distribuée à toutes les usines établies dans un rayon de cinq cents kilomètres, donnait annuellement une économie de quinze cents millions de francs, dont une part rentrait dans les caisses de la Société et en particulier dans les poches de Uncle Prudent. D’ailleurs, il était garçon, il vivait simplement, n’ayant pour tout personnel domestique que son valet Frycollin, qui ne méritait guère d’être au service d’un maître si audacieux. Il y a de ces anomalies.

Que Uncle Prudent eût des amis, puisqu’il était riche, cela va de soi ; mais il avait aussi des ennemis, puisqu’il était président du club, ― entre autres, tous ceux qui enviaient cette situation. Parmi les plus acharnés, il convient de citer le secrétaire du Weldon-Institute.

C’était Phil Evans, très riche aussi, puisqu’il dirigeait la Walton Watch Company, importante usine à montres, qui fabrique par jour cinq cents mouvements à la mécanique et livre des produits comparables aux meilleurs de la Suisse. Phil Evans aurait donc pu passer pour un des hommes les plus heureux du monde et même des Etats-Unis, n’eût été la situation de Uncle Prudent. Comme lui, il était âgé de quarante-cinq ans, comme lui d’une santé à toute épreuve, comme lui d’une audace indiscutable, comme lui peu soucieux de troquer les avantages certains du célibat contre les avantages douteux du mariage. C’étaient deux hommes bien faits pour se comprendre, mais qui ne se comprenaient pas, et tous deux, il faut bien le dire, d’une extrême violence de caractère, l’un à chaud, Uncle Prudent, l’autre à froid, Phil Evans.

Et à quoi tenait que Phil Evans n’eût été nommé président du club ? Les voix s’étaient exactement partagées entre Uncle Prudent et lui. Vingt fois on avait été au scrutin, et vingt fois la majorité n’avait pu se faire ni pour l’un ni pour l’autre. Situation embarrassante, qui aurait pu durer plus que la vie des deux candidats.

Un des membres du club proposa alors un moyen de départager les voix. Ce fut Jem Cip, le trésorier du Weldon-Institute. Jem Cip était un végétarien convaincu, autrement dit, un de ces légumistes, de ces proscripteurs de toute nourriture animale, de toutes liqueurs fermentées, moitié brahmanes, moitié musulmans, un rival des Niewman, des Pitman, des Ward, des Davie, qui ont illustré la secte de ces toqués inoffensifs.

En cette occurrence, Jem Cip fut soutenu par un autre membre du club, William T. Forbes, directeur d’une grande usine, où l’on fabrique de la glucose en traitant les chiffons par l’acide sulfurique ― ce qui permet de faire du sucre avec de vieux linges. C’était un homme bien posé, ce William T. Forbes, père de deux charmantes vieilles filles, Miss Dorothée, dite Doll, et Miss Martha, dite Mat, qui donnaient le ton à la meilleure société de Philadelphie.

Il résulta donc de la proposition de Jem Cip, appuyée par William T. Forbes et quelques autres, que l’on décida de nommer le président du club au « point milieu » .

En vérité, ce mode d’élection pourrait être appliqué en tous les cas où il s’agit d’élire le plus digne, et nombre d’Américains de grand sens songeaient déjà à l’employer pour la nomination du président de la République des Etats-Unis.

Sur deux tableaux d’une entière blancheur, une ligne noire avait été tracée. La longueur de chacune de ces ligues était mathématiquement la même, car on l’avait déterminée avec autant d’exactitude que s’il se fût agi de la base du premier triangle dans un travail de triangulation. Cela fait, les deux tableaux étant exposés dans le même jour au milieu de la salle des séances, les deux concurrents s’armèrent chacun d’une fine aiguille et marchèrent simultanément vers le tableau qui lui était dévolu. Celui des deux rivaux qui planterait son aiguille le plus près du milieu de la ligue, serait proclamé président du Weldon-Institute.

Cela va sans dire, l’opération devait se faire d’un coup, sans repères, sans tâtonnements, rien que par la sûreté du regard. Avoir le compas dans l’œil, suivant l’expression populaire, tout était là.

Uncle Prudent planta son aiguille, en même temps que Phil Evans plantait la sienne. Puis, on mesura afin de décider lequel des deux concurrents s’était le plus approché du point milieu.

Ô prodige ! Telle avait été la précision des opérateurs que les mesures ne donnèrent pas de différence appréciable. Si ce n’était pas exactement le milieu mathématique de la ligne, il n’y avait qu’un écart insensible entre les deux aiguilles et qui semblait être le même pour toutes deux.

De là, grand embarras de l’assemblée.

Heureusement, un des membres, Truk Milnor, insista pour que les mesures fussent refaites au moyen d’une règle graduée par les procédés de la machine micrométrique de M. Perreaux, qui permet de diviser le millimètre en quinze cents parties. Cette règle, donnant des quinze-centièmes de millimètre tracés avec un éclat de diamant, servit à reprendre les mesures, et, après avoir lu les divisions au moyen d’un microscope, on obtint les résultats suivants :

Uncle Prudent s’était approché du point milieu à moins de six quinze-centièmes de millimètre, Phil Evans, à moins de neuf quinze-centièmes.

Et voilà comment Phil Evans ne fut que le secrétaire du Weldon-Institute, tandis que Uncle Prudent était proclamé président du club.

Un écart de trois quinze-centièmes de millimètre, il n’en fallut pas davantage pour que Phil Evans vouât à Uncle Prudent une de ces haines qui, pour être latentes, n’en sont pas moins féroces.

Les journaux de la Commune de Paris

En lisant l’excellent  ouvrage que Xavier Noël a consacré à Paschal Grousset (Les Impressions Nouvelles, 2010) et plus spécialement le chapitre consacré à son action politique pendant la Commune, je remarque que la presse parisienne a connu entre la mi-mars et la fin-mai 1871 une grande floraison de titres éphémères, bientôt balayés par la réaction versaillaise. Je me suis donc mis en quête de documents sur le sujet et voici ce que j’ai trouvé. Comme toujours, cela reste à compléter…

S’informer sur les journaux de la Commune de Paris

Un article de Wikipédia assez détaillé

Jules Lemonnyer. Les journaux de Paris pendant la Commune : revue bibliographique complète de la presse parisienne du 19 mars au 27 mai… Paris : Jules Lemonnyer, 1871. Accessible sur Gallica. Cet ouvrage donne pour chaque titre présenté le nom de ses principaux rédacteurs, le nombre de numéros et la période de parution, et, selon les titres, des détails plus ou moins nombreux sur la vie, souvent éphémère ces publications. Les titres y sont classés par ordre alphabétique.

Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple, Paris, L’Harmattan, 2005. Sur l’un des plus fameux journal communard, celui de Jules Vallès. Critique de cet ouvrage dans l’article d’Odile Krakovitch, « Maxime Jourdan, Le Cri du Peuple… », Revue d’histoire du XIXe siècle , 34 | 2007, en ligne. Voir aussi sur ce même périodique l’article qui lui est consacré dans Wikipédia.

Lire les journaux de la Commune de Paris en ligne

Journal des journaux de la Commune : tableau résumé de la presse quotidienne, du 19 mars au 24 mai 1871, lois, décrets, proclamations, rapports et informations militaires, séances de la Commune, etc., reproduits d’après le « Journal officiel » de Paris, extraits des autres journaux organes ou défenseurs de la Commune…. Paris : Garnier frères, 1872. 2 tomes accessible sur Gallica. Le titre est suffisamment parlant : il s’agit d’une anthologie d’extraits de journaux donnés dans l’ordre chronologiques.

Journal officiel de la Commune. Accessible sur Gallica et Les classiques en sciences sociales, ainsi que sur le site de l’association Smolny pour quelques numéros. Voici ce qu’il en est dit dans Wikipédia :

Cette édition va du no 79, daté du 20 mars au no 144 daté du 24 mai. Le 30 mars, au lieu du no 89, parut un no 1 du Journal officiel de la Commune de Paris, mais ce titre fut abandonné dès le lendemain pour l’ancien, et il ne fut pas repris. Ce journal avait deux éditions : une édition grand format, le matin, vendue 15 centimes, et une « Petite édition du soir », datée du lendemain, dans laquelle on trouvait l’essentiel de celui du matin. Cette édition à 5 centimes était celle que lisait le peuple de Paris. Après la Semaine Sanglante, afin que les bourgeois versaillais puissent connaître le nom de tous les Communards « officiels », un éditeur de Paris, Victor Bunel réimprima le Journal officiel. Ce fut un grand succès de librairie. Le Journal Officiel se découpe en deux parties : une « partie officielle » qui publie les décrets de la Commune, , et une partie « non officielle », beaucoup plus longue où l’on pouvait lire les Nouvelles de Paris et de la province, des « Nouvelles étrangères », des articles nécrologiques, des études d’intérêt général. Cette partie donne aussi les comptes rendus des séances officielles du Conseil de la Commune.

Le général Pichegru

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2014)

J’ai dit dans une précédente chronique l’attachement que j’ai pour Arbois. 

Le général Pichegru est, avec Pasteur, une des grandes figures issues de cette cité jurassienne. Il eut en son temps une renommée nationale lors des guerres menées par la jeune Républiques contre les puissances européennes coalisées contre elle. Cependant, sa mémoire a été mise à mal par sa supposée trahison de 1795 et par sa réelle participation au complot de Cadoudal contre Bonaparte en 1804. C’est à peine si une rue d’Arbois porte son nom et si une plaque commémorative figure sur sa maison natale.

Les quelques références qui suivent ont pour seule ambition de faire un peu mieux connaître ce grand oublié de l’histoire officielle. Elles seront à compléter et toute information sera la bienvenue.

 

Biographies

 

Sur les sites

Wikipedia

Assemblée nationale

Hérodote

1789-1815

Napoléon Bonaparte – L’épopée impériale

Wars175x

 Ouvrages récents

Philippe Arnould. Pichegru, général en chef de la République : imposture et trahison. Paris : Les impliqués, 2014.

Henri Lambert. Accusé Pichegru, levez-vous ! : gloire et misère d’un grand soldat. Bordeaux : les Dossiers d’Aquitaine, 2004. Partiellement consultable sur Google livres.

Bernard Saugier. Pichegru : de la gloire de la Hollande à la prison du temple. Stasbourg : Coprur, 1995.

 Biographies anciennes

Histoire du General Pichegru : précédée d’une notice sur sa vie. Paris : Barba, 1802.

« Pichegru (Charles) », in François-Xavier Feller,François Marie Pérennès, Jean Baptiste Pérennès. Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, , tome 10.  Paris : Gauthier frères, 1834. Consultable sur Google livres.

Ne pas oublier les deux chroniques que lui consacre Ernest Girard dans ses Chroniques arboisiennes.

 

Sources iconographiques

 

De la gloire au cachot : principaux épisodes

La campagne de Hollande et la capture de la flotte hollandaise

Le grand épisode de la campagne de Hollande est la capture de la flotte hollandaise au Helder près de île de Texel (23 janvier 1795), glorifié par représentations iconographiques. Le souvenir en subsiste dans cet extrait de La Chamborant, marche du 2e Hussard (plus d’info ici) :

Fils de ceux dont les grands sabres frappent,

Bousculant les rangs de l’ennemi,

Des héros d’Austerlitz, de Jemmapes,

Friedland et Valmy,

Des houzards qui chargeant botte à botte,

Au Texel au milieu des glaçons

La cernant, virent toute une flotte

Baisser pavillon

La « trahison » de Pichegru

 G. Caudrillier. La trahison de Pichegru et les intrigues royalistes dans l’est avant fructidor. Paris, 1908. Disponible sur Gallica.

H. Bourdeau. Pichegru a-t-il trahi à Mannheim ? (septembre 1795). Paris, 1909. Disponible sur Gallica.

La déportation en Guyane et l’évasion vers l’Angleterre

[A compléter]

De sa participation au complot de Cadoudal à son suicide

Hippolyte Treille. La Vérité dévoilée par le temps, ou le Vrai dénonciateur du général Pichegru signalé. Paris, 1805. Disponible sur Gallica.

Procès instruit par la Cour de justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres, prévenus de conspiration contre la personne du Premier Consul ; recueilli par des sténographes. (27 pluviôse-4 messidor). Paris, 1804. 8 vol. 4 Tomes 1, 2, 4 et 6 disponibles sur Google livres.

Augustin Charles Guichard. Procès célèbres de la révolution; ou, Tableau historique de plusieurs procès. Paris, 1814. 2 vol. Disponible sur Google livres.

C. M. Pierret. Pichegru, son procès et son suicide. Paris, 1825. Disponible sur Google livres.

Léonce Grasilier. Par qui fut livré le général Pichegru : d’après des documents entièrement inédits. Paris, 1906. Disponible sur Gallica.

Frédéric Barbey. La mort de Pichegru. Paris : Perrin, 1909. Disponible sur Archive.org.

Le souvenir de Pichegru au temps de la Restauration et après

Charles Nodier se fit un ardent défenseur de son compatriote franc-comtois (cf. Souvenirs et portraits. Paris : Eugène Renduel, 1833. Disponible sur Google livres) non sans susciter les critiques de ses contemporains comme  on le voit chez Sainte-Beuve ou dans cette réaction d’un lecteur du Globe en 1826, à la fin de la Restauration , période pourtant très favorable au souvenir de Pichegru.

De ce regain de notoriété attestent les statues élevées à Besançon et à Lons-le-Saunier.

De Pichegru et de sa statue, ou recueil de renseignements relatifs à la vie privée, militaire et politique de ce Gal ; avec des notes historiques et biographiques concernant les souscriptions ouvertes en son honneur…: Par une société de souscripteurs et de gens de lettres. Impriemerie de Sétier, 1828.

Infos complémentaires sur ce monument érigé entre 1826 et 1828 sur la base Mérimée.

Sur sa dernière demeure, voir ce billet du site de Tombes-sepultures.com.

En 1911, Georges Denola tourne un film Pathé  intitulé Bonaparte et Pichegru. Plus d’information.

Les manuscrits des robâiyât d’Omar Khayyâm

(Dernière mise à jour : 29 mars 2012)

En décembre 2010, je vous proposais une chronique sur les traductions françaises des robâiyât d’Omar Khayyâm en vous promettant d’aborder prochainement la question des manuscrits. Ce projet est resté à l’état de brouillon que je vous communique ci-dessous en attendant de le compléter.

Les manuscrits

Manuscrits conservés à la bibliothèque nationale, indiqués par Charles Grolleau dans la bibliographie qui accompagne sa traduction :

Supplément Persan 745. Diwan de Emad, daté de l’an 786 de l’Hégire (1384). Sur le côté blanc de la feuille 64, un des possesseurs de ce manuscrit a écrit 6 rubaiyat d’Omar. Sur les feuilles contenant le colophon se trouve une variante du quatrain 112 du manuscrit de la Bodléienne.

Ancien fonds 349, ff. 181-210, 213 rubaiyat, daté de l’an 920 de l’Hégire (1514).

Supplément Persan 823, ff. 92-113, 349 rubaiyat: A. H. 934(1527).

Supplément Persan 826, ff. 391-394, 75 rubaiyat: A. H. 937 (153o).

Supplément Persan 793, f. 104, 6 rubaiyat d’une écriture du xi » siècle de l’Hégire.

Supplément Persan 833 (Ms de l’Atash Kadah), 31 rubaiyat: A. H. 1217 (1802).

Manuscrit du XVIIIe siècle conservé parmi les manuscrit orientaux de la bibliothèque universitaire d’Uppsala.

Manuscrit écrit à Schiraz en 1460/1461 (866 de l’Hégire), conservé à la Bodleian Library d’Oxford. Garcin de Tassy l’a utilisé  pour sa «  »Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm » parue en juin 1857 dans le Journal asiatique. Les 158 quatrains ont été traduits, en anglais par Fitzgerald (1859), en français par Charles Grolleau (1909) ou Jules de Marthold (1910). Une centaine de ces quatrains sont incertains. Ce manuscrit, qui porte la cote MS Ouseley 140, est accessible en ligne sur le site de la Bodleian Library.

Manuscrit d’Istanbul, 375 quatrains.

Manuscrit de 464 quatrains traduits en français par J.-B. Nicolas (1861).

Manuscrit de Calcutta, 516 quatrains.

Manuscrit de Lucknow, 845 quatrains.

Manuscrit de 1259 du scribe Mohammed al Qâwim de Nichapour, acheté en 1949 par le bibliophile anglais Chester Beatty, et contenant 172 quatrains traduits en français par Vincent Monteil (1983).

Manuscrit de 1207 dit de « Cambridge », acheté en 1950 à Téhéran. Anthologie de 252 quatrains qui ont été traduits par le professeur Arthur J. Arberry (en 1952, il a expertisé le manuscrit « Chester-Beatty »).

Manuscrit de 1206, conservé aux Etats-Unis et contenant 247 quatrains.

Manuscrit de 1153 découvert  « dans une immense bibliothèque familiale », 111 quatrains traduits en anglais par Omar Ali-Shah.

Au sujet des manuscrits

Barthélemy Csillik. Les Manuscrits mineurs des Rubâʼiyât de Omar Khayyâm dans la Bibliothèque nationale. Société anonyme Szeged Városi nyomda és Könyvkiadó, 1933. (Travaux de la Bibliothèque Universitaire de Szeged. N° 2)

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte ?

Extrait de L’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, 1ère année, 1864, p.50 :

Où Alceste envoyait-il le sonnet d’Oronte — Autrefois le sens du fameux vers:

Franchement, il est bon à mettre au cabinet!

n’était point douteux pour moi : mais depuis que j’ai lu les éclaircissements des commentateurs, je suis aussi embarrasséqu’un médecin de Molière, lorsque Galien et Hippocrate’ne sont pas d’accord.— Selon M. Littré (art. Cabinet de son Dict.),cabinet signifie bureau, armoire à compartiments, et Alceste voulait dire : « Votre sonnet doit être gardé en portefeuille,non publié, » ce qui est un peu anodin pour un homme qui, après s’être longtemps contenu, finit par dire franchement sa pensée.D’après Furetière, cabinet est synonyme de lieu d’aisance, en sorte qu’Alceste aurait tout bonnement destiné le sonnetd’Oronte à l’usage que chacun sait. A la bonne heure, cela ne manque pas d’énergie; mais cela semble bien peu… académique.Quelle est la véritable explication ? Y aurait-il parmi les correspondants de l’Intermédiaire. quelque docteur Pangloss assez bon pour me tirer d’embarras? C.-D. C.

Ceux qui souhaitent connaître les réponses possibles à cette grave question de vocabulaire et d’histoire littéraire peuvent se reporter aux pages suivantes de ce même volume, où interviennent, entre autres, Eudore Soulié, auteur de Recherches sur Molière et sur sa famille parues en 1863, et le fameux bibliophile Jacob, alias Paul Lacroix :

p. 62

p. 105

p. 119

p. 311

p. 325

Cartographie chinoise ancienne

Pour faire suite à une chronique antérieure sur les cartes anciennes de la Chine, voici quelques pistes sur la tradition cartographique chinoise.

Bref résumé historique

La cartographie chinoise remonterait à 2000 avant notre ère (cf. Yann Caradec). Hubert Delahaye cite des textes du XIe siècle où il est fait mention de l’usage de cartes. Cependant, les plus anciennes cartes chinoises connues datent des années 160 avant J.-C. (dynastie Han). Ce sont des « cartes topographiques » à l’échelle  1:90 000 où le repérage se fait à l’aide d’une grille orthogonale ne correspondant à des latitudes et des longitudes.

Les supports utilisés pour les dessins cartographiques exécutés au pinceau sont la soie, mais aussi le papier dès le Ier siècle de notre ère. A partir du XIe siècle, l’usage de la boussole contribue aux progrès des cartographe et l’utilisation de la gravure sur bois et de l’impression xylographique élargit le cercle des usagers des cartes.

Quelque témoins de l’avance de la cartographie chinoise avant qu’elle ne s’occidentalise à partir de la fin du XVIe siècle au contact des missionnaires jésuites :

La plus ancienne carte imprimée dans le monde date de 1155 : c’est une carte chinoise.

Le premier recueil connu de cartes qu’on qualifierait d’Atlas date de 1311-1312 après J.-C. (Atlas Mongol de ChuSsu-pên).

La plus ancienne carte de navigation chinoise trouvée date de 1416 après J.-C.

Quelques personnalités qui ont marqué l’histoire de la cartographie chinoise :

P’ei Hsiu (224-271), ministre des travaux publics, le père de la cartographie chinoise, édite en 267 un manuel des levés topographiques et de cartographie où il ordonna l’emploi systématique de règles de mesure d’angles et de distances sur le terrain.

Kia Tan (729-805) réalise une carte de l’Asie à l’échelle d’environ 1/1 000 000 mesurant 10 m sur 9 m

Zhu Siben (1273-1337) réalise vers 1320 une mappemonde sur laquelle les Chinois vont fonder leur connaissance du monde pendant des siècles.  Voici ce qu’écrit à ce sujet Joanna Waley-Cohen dans Les sextants de Pékin :

 A partir de la fin du XVIe siècle, la cartographie chinoise s’occidentalise d’abord au contact des missionnaires jésuites comme Matteo Ricci.

 

Esquisse de biblio-webographie

Synthèses sur la cartographie chinoise

Hubert Delahaye, « Petite histoire de la cartographie chinoise », Hérodote, 1981, n° 20, p. 102-115. Disponible sur Gallica.

Philippe Pelletier, « Trop loin à l’est… c’est l’ouest », Les grands dossiers de Sciences humaines, 2008, n° 12. Disponible sur le site de Sciences humaines.

 J.B. Harley et David Woodward (éd.). The History of Cartography. Volume Two, Book Two. Cartography in the Traditional East and Southeast Asian Societies, University of Chicago Press, Chicago-London, 1994. Recension par Christian Jacob sur Academia.edu.

Etudes particulières de cartes chinoises anciennes

Edouard Chavannes, « Les deux plus anciens spécimens de la cartographie chinoise », Bulletin de l’Ecole française d’Extrême-Orient, 1903, t. 3, p. 214-247. Disponible sur Persée.

Etienne Balazs, « Une carte des centres commerciaux de la Chine à la fin du XIe siècle », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, 1957, vol. 12, n° 4, p. 587-593. Disponibles sur Persée.

Pascal Poumailloux. « Une vision de l’Afrique à travers la cartographie chinoise », in Civilisations des mondes insulaires, Khartala, 2011, p. 109-119. Disponible sur Google livres sauf les pages 113 et 114.

Résumé de la conférence du Professeur Lin Meicun sur « La Chine et les routes de la soie » où il est question d’une « carte de la route de la Soie du XVIe siècle découverte récemment au Japon », Annuaire de l’Ecole pratique des hautes études, Section sciences historiques et philologiques, 141 (2008-2009),  2011, p. 327-330. Disponible sur Revues.org.

Documents en ligne sur la cartographie en général contenant un aperçu de la cartographie chinoise

Yann Caradec, Histoire de la cartographie, mémoire de fin d’études de l’Ecole Polytechnique.

François Cavayas, Introduction à la cartographie, cours de l’uiniversité de Montréal.

Pierre Delprat, La représentation de la Terre en cartographie, cours l’Ecole Nationale des Sciences Géographiques (ENSG).

Références pour le livre ancien (3) Formats des livres

(Dernière mise à jour : 28/11/2011)

Pour commencer : le panorama général donné sur Bibliomab.

Pour approfondir : le livre d’Edouard Rouveyre, Connaissances nécessaires à un bibliophile

Pour préciser quelques questions de vocabulaire :

Cette définition donnée par le glossaire du bibliophile de Galaxidion :

Format

Forme et dimension d’un livre, souvent désignées par les termes: in-folio, in-quarto, in-octavo, etc., Ces termes font référence au nombre de plis dans la feuille imprimée.
Ainsi, in-folio désigne la feuille pliée en deux et formant 4 pages; in-quarto désigne la feuille pliée en quatre et formant 8 pages; in-octavo désigne la feuille pliée en huit et formant 16 pages; etc. Comme le format de la feuille d’origine est variable, la dimension obtenue au pliage l’est aussi.
Les principaux formats de papier sont les suivants, par ordre croissant : pot, couronne, écu, coquille, carré, raisin, jésus, colombier. Ces appellations proviennent des motifs qui étaient autrefois filigranés dans le papier, suivant le format. On parlera donc, pour plus de précision, d’in-octavo jésus, in-octavo couronne, etc. Pourtant ces termes sont de moins en moins utilisés par certains libraires et bibliographes. De nos jours, ceux-ci préfèrent indiquer les dimensions d’un volume en centimètres.
Cependant, voici une désignation moins approximative pour les amateurs de précision :

  • in plano : très grand format ; feuille à plat non pliée
  • in folio : format atlas ; feuille pliée en deux, soit une fois
  • in quarto : format grand cahier ; feuille pliée en 4 soit deux fois
  • in octavo : format petit cahier d’écolier ; feuille pliée en 8 soit trois fois
  • in douze, in seize, in dix-huit : format livre de poche ; feuille pliée en seize ou subdivisée en 6/6 ; 8/4 ; 14/4 ou 12/6 soit quatre fois
  • in vingt et quatre, in trente et deux : très petits formats
  • au-delà on désignera ces ouvrages sous le terme  » minuscule « . Il sera dès lors approprié d’en donner un format en centimètres (on peut toutefois rencontrer des formats très réduits restitués en termes classiques, par exemple, in-364.

Cette précision donnée par Le blog du Bibliophile :

Pour simplifier et codifier les formats, on utilise depuis le 19ème une côte moyenne appelée « format bibliographique », et qui est la suivante, pour les principaux formats:

(la dimension est celle de la hauteur du livre)
Grand in-folio : plus de 40 cm
In-folio : moins de 40 cm
In-4 : moins de 30 cm
In-8 : moins de 25 cm
In-12 : moins de 20 cm
In-16 : moins de 16 cm
In-18 : moins de 14 cm
In-32 : moins de 10 cm.

Voir aussi ce qui concerne le format du papier dans la papeterie ancienne.

Mise à jour du 30 mai 2017 : une vidéo de Cécile Essentiam sur le sujet.

Chroniques de la bibliothèque de Babel