La presse ouvrière lyonnaise au début de la Monarchie de Juillet

En cherchant tout autre chose, je suis tombé sur ce site fort intéressant contenant des documents utiles à ceux qui s’intéressent

…. à l’histoire de la classe ouvrière, et singulièrement des canuts,

…. et à l’histoire de la presse en France, et particulièrement à Lyon :

Voir ici la présentation du projet mené par une équipe de chercheurs de l’ENS-LHS (UMR Triangle).

Il s’est achevé en 2010 avec la parution de L’Écho de la fabrique : naissance de la presse ouvrière à Lyon, 1831-1834 dont vous pouvez voir la présentation sur Le comptoir des presses d »universités, sur Fabula ou sur Non de non !

Voir aussi

  • l’article de Jacques Guilhaumou, « De « peuple » à « prolétaire(s) » : Antoine Vidal, porte-parole des ouvriers dans « L’Echo de la Fabrique » en 1831-1832″, disponible sur HAL-SHS ;
  • « L’Echo de la Fabrique: portrait de Maurice Vichard, vainqueur de la Bastille devenu prolétaire », extrait donné sur le site Révolution francaise

Livres censurés, livres de l’Enfer

Au sujet de la censure des livres, voici quelques références. A compléter…

100 livres censurés

Paru en 2010 aux éditions du Chêne, ce livre d’Emmanuel Pierrat est ainsi présenté sur le site Le choix des libraires :

Chefs-d’oeuvre romanesques, essais de génie, théories novatrices… 100 livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie et ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index, sont ici présentés par Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure. À travers un parcours érudit et joyeux, et à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’auteur nous raconte l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place. Des nouveaux contes de La Fontaine aux révolutions des sphères célestes de Copernic, de Darwin à Hugo, en passant par Diderot et Soljénitsyne ou Nabokov, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie variée.

Emmanuel Pierrat, avocat bibliophile et spécialiste de la censure, invite, à travers une centaine de livres relatifs à la sexualité, la religion, la politique, le pouvoir, la science ou encore la drogue et la sorcellerie, à redécouvrir des chefs d’œuvre romanesques, des essais de génie, des théories novatrices ayant tous fait l’objet de condamnations, d’anathèmes, d’autodafés et autres mises à l’index. Des Contes de La Fontaine à la Théorie des planètes de Copernic, de Darwin à Sade, en passant par Diderot et L’Archipel du Goulag ou Lolita, ce sont autant d’histoires de livres et d’écrivains édifiantes, servies par une plume alerte et une iconographie allant des livres en cage aux pages caviardées, des « unes » dénonçant le scandale aux portraits des gens de lettres stigmatisés. L’auteur nous raconte, à l’aide d’anecdotes et de mises en perspective, l’histoire de ce patrimoine culturel de l’humanité, qui a pour point commun d’avoir bousculé idées reçues et pouvoirs en place.

Voir aussi d’Emmanuel Pierrat

L’Enfer de la Bibliothèque nationale

Quelques généralités

Un billet paru dans L’Œil électronique, également disponible sur le blog  Biblio.

La bibliographie de Guillaume Apollinaire (1880-1918)

Guillaume Apollinaire s’y connaît un peu en matières de livres érotiques censurés : Les Onze mille verges sont parues pour la première fois en 1907, Les Exploits d’un jeune Don Juan en 1911.

En 1913, avec Fernand Fleuret et Louis Perceau, il fait paraître au Mercure de France L’Enfer de la Bibliothèque nationale : icono-bio-bibliographie descriptive, critique et raisonnée, complète à ce jour de tous les ouvrages composant cette célèbre collection avec un index alphabétique des titres et noms d’auteurs. Cette bibliographie de 415 pages  aura une 2e édition la même année chez le même éditeur.

Léger changement de titre en 1919 pour la parution d’une nouvelle édition dans la Bibliothèque des curieux : L’Enfer de la Bibliothèque nationale : bibliographie méthodique et critique de tous les ouvrages composant cette célèbre collection, avec une préface, un index des titres et une table des auteurs. Celle-ci connaîtra 3 rééditions en fac-similé par Slatkine (1970), Martino publishing (2002) et Ressouvenances (2009).

La bibliographie de Pascal Pia (1903-1979)

Les Livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : C. Coulet et A. Faure, 1978. 2 vol., 839 p.

Les livres de l’Enfer : bibliographie critique des ouvrages érotiques dans leurs différentes éditions du XVIe siècle à nos jours. Paris : Fayard, 1998. 887 p.

L’exposition « Eros au secret » (BNF, 4 décembre 2007 au 2 mars 2008)

L’Enfer de la Bibliothèque : Éros au secret.  Bibliothèque nationale de France, 2007. 460 p.

Bibliographie disponible sur le site de la BNF.

Présentation dans les Chroniques de la BNF.

Communiqué de presse sur le site de la BNF :

Dans les années 1830, les ouvrages imprimés dits « contraires aux bonnes mœurs » publiés sous le manteau, poursuivis ou condamnés, sont séparés du reste des collections de la Bibliothèque royale et rassemblés afin de constituer une section distincte intitulée Enfer et conservée à la Réserve des livres rares. Quelques années plus tard, le cabinet des Estampes procède à l’identique.

Dès lors, l’Enfer devient un lieu mythique, objet de toutes les curiosités et de tous les fantasmes. Pour la première fois, la Bibliothèque nationale de France expose cette part obscure de ses collections et lève le voile sur l’Enfer.

A travers plus de 350 œuvres, un double parcours est offert au public. L’un explore le contenu de l’Enfer : quels sont les livres, les documents, les images que l’on a classés là ? L’autre concerne son histoire : comment l’Enfer s’est-il constitué au département des Imprimés et au département des Estampes ? Comment a-t-il évolué ?

« Avec l’Enfer, nous entrerons dans la littérature telle qu’elle n’est pas enseignée », annoncent les commissaires de l’exposition qui ajoutent : « de l’Arétin aux romans libertins du XVIIIe siècle, nous nous aventurerons dans un monde imaginaire où les personnages obéissent à toutes les fantaisies du désir ; avec Sade, nous accéderons à la volupté quand elle s’accorde avec le crime ; nous ferons entendre l’excès de la parole pamphlétaire, quand le discours politique devient pornographique. Nous nous engagerons dans le monde de l’anonymat, du pseudonyme, des fausses adresses, des dates trompeuses. Un regard sur l’édition clandestine, plus précisément aux XIXe et XXe siècles, permettra d’entrevoir ses réseaux, et ses supercheries ».

Outre Sade, plusieurs grandes figures de la littérature rythmeront l’exposition, tels Guillaume Apollinaire, à l’origine, en 1913, du premier catalogue imprimé de L’Enfer de la Bibliothèque nationale, Pierre Louÿs, Georges Bataille ou Pierre Guyotat, mais aussi quelques autres, acteurs méconnus ou à jamais anonymes de la célébration de l’érotisme et du sexe.

Une large place sera offerte aux premières manifestations de la photographie pornographique ainsi qu’aux estampes japonaises, entrées à la Bibliothèque grâce à la générosité des premiers collectionneurs occidentaux.

Pénétrer dans l’Enfer de la Bibliothèque, c’est plonger dans l’atmosphère des lieux clos, celle des couvents, des boudoirs, des bordels, des prisons mais aussi des bibliothèques.

Si la cote « Enfer » apparaît sous le règne de Louis-Philippe, elle n’est en aucune façon une création du pouvoir ou une décision du législateur mais elle relève de la seule décision de la Bibliothèque. Nous montrerons à travers des catalogues, des circulaires, des correspondances, comment l’Enfer s’est enrichi, comment, d’une cote « mal famée », on est passé à un objet reconnu par le monde de la recherche et de la bibliophilie. Pour chaque lecteur, elle demeure, encore aujourd’hui, le territoire obscur et brûlant de l’interdit et du désir.

Voir aussi sur ce thème le dossier « Erotisme et pornographie » dans la Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 7, 2001.

Autres bibliothèques, autres enfers

Voici quelques enfers évoqués par Emmanuel Pierrat sur le site du Dilettante :

Il existe d’ailleurs un modèle mythique à ce type d’Enfer : tous les amateurs de curiosa savent que la plus impressionnante et la plus ancienne des collections de porn books est conservée à la Bibliothèque vaticane. Mais il est aussi un Enfer, dénommé Réserve spéciale, à la Bibliothèque de l’Arsenal, un Private Case à la British Library, une section réservée à Saint-Petersbourg…

Sur l’enfer de la Britih Library, voir The Private case : an annotated bibliography of the private case erotica collection in the British (museum) library, de Patrick J. Kearney parue en 1981 et complétée sur le site de l’auteur. Une présentation de cet ouvrage figure dans Studies in human sexuality: a selected guide de Suzanne G. Frayser etThomas J. Whitby.

D’autres bibliothèques que ces prestigieux établissement ont leur enfer, comme la Bibliothèque municipale de Lisieux.

Voyage au pays des…

Depuis 2007, les éditions Cartouche se proposent de faire découvrir au lecteur curieux des peuples méconnus,généralement minoritaires dans leur pays, à travers la collection Voyage au pays des… Les deux premiers ouvrages de cet collection, parus en avril 2007, s’ntéressaient aux Mapuches du Chili et de l’Argentine et aux Gagouzes de Moladvie. Le dernier, sorti le mois dernier, porte sur les Salars du Tibet oriental. Entre temps, les différents continents ont été explorés, que ce soit

Vu le nombre d’ethnies existant dans le monde (voir liste sur Wikipédia), cette collection a encore de beaux jours devant elle…

Bibliographie concernant le rire

(Dernière mise à jour : 16 octobre 2012)

Voici une intéressante bibliographie trouvée dans le 1er volume des Oeuvres complètes de Regnard. Des Recherches sur les époques de la naissance et de la mort de Regnard. Précédées d’un Essai sur le talent de Regnard et sur le talent comique en général, avec un tableau des formes comiques et dramatiques et une bibliographie complète des ouvrages concernant le rire et le comique (Paris, 1854) :

BIBLIOGRAPHIE

DES OUVRAGES

CONCERNANT LE RIRE ET LE COMIQUE.

Poétique d’Aristole, chapitres II et V.

Cicéron, de Oratore, livre II.

Quintilien, de l’Institution de l’orateur, livre VI, chapitre III.

Traité du Ris, contenant son essance, ses causes et merveilleux effais, curieusement recerchés, raisonnes et observés ; par M. Laurent Joubert, conselier et médecin ordinaire, du Roy, et du Roy de Navarre, premier Docteur regèant, Chancelier et Juge de l’Université an médecine de Mompelier. Item, La cause morale du ris de Democrite, expliquée et temognee par Hippocras. Plus un dialogue sur la Cacographie Françoise, avec des Annotacions sur l’orthographie de M. Joubert; Paris, 1579, in-12.

De Somniis ac Synesi per somnia ; de Risu ac Ridiculis ; de Synaugiâ Platonicâ; par Celsius Mancinius; Ferrare, 1591, in-4°; Francfort, 1598, in-8°.

De Risu, ejusqué causis et effectis, dilucidè ac philosophicè tractatis, libri II; par Antoine Laurent Politien; Francfort, 1603, in 4°.

Tractatus de Risu, par Elpidius Berrelarius; Florence, 1603, in-4°.

Opuscula de Voluptate et Dolore, de Risu et Flelu, de Somno et Vigiliâ, de Famé et Siti, par Kicander Jossius; Francfort, 1603, in-8°.

Physiologia Crepitûs ventris et Risûs, cum Ritu depositionis scholasticse, par Rodolphus Goclenius; Francfort, 1607, in-12.

Eryci Puteani Democritus, sive de Risu dissertatio saturnalis. Louvain, 1612, in-12, 22 pages.

Dissertatio de Risu, par Schmid; Jéna; 1630.

De naturali et praeternaturali Risu, par Léonard Simon ; Messine, 1656, in-4

De Risu oratorio et urbano, par Morojagio, Italien.

Dissertatio de risu sardonico, par George Francus; Heidelberg, 1683.

De Risu et Fletu, par Marcus Mâppïïs; Strasbourg, 1684, thèse de 36 pages in-4°.

Réflexions sur le Ridicule et sur les moyens de l’éviter, par l’abbé de Bellegarde; Paris, 1696, un volume in-12. En 1699 parut une quatrième édition, dans le même format, avec de nouveaux développements.

De ludicra Dictione, in quo tota jocandi ratio ex veterum seriptis affirmatur, par Fran\Vavassor, jésuite; Leipsick, 1722, seconde édition.

Dissertatio de Risu, par Kaisin; Lyon, 1733.

Dissertatio inauguralis physico-medica de Risu, par J. S. F. Lupichius ; Bâle, 1738, in-4», 22 pages.

Dissertatio de Risu a splene, par J. Zacharie Platner; Leipsick, 1738, 16 pages in-4°.

Dissertatio de Risûs commodo et incommodo in oeconomiâ vitali, par Albert; Halle, 1746.

Harlequin, oder Vertheidigung des Groteske-Komischen, von Moeser, 1761, in-8°.

Traité des causes physiques et morales du Rire, relativement à l’art de l’exciter, par Poinsinet de Sivri; Amsterdam, 1768, in-12 de 134 pages.

Geschichte der komischen Litteratur, von Karl Friedrich Floegel; Liegnitz et Leipsick, 1784, 4 vol. in-8°.

Vorschule der Aesthetik, von Jean Paul Richter; Baireuth 1804, sechstes programm.

Du Rire, article publié par M. de Senancour, dans le Mercure de France, n° 141, 8 février 1812.

Traité médico-philosophique sur le Rire, par Denis Prudent Roy, docteur en médecine; Paris 1814, in-8°.

[Ajout : voir aussi la Dissertation médico-chirurgicale sur le rire, considéré comme phénomène séméiologique : présentée et soutenue à la Faculté de Médecine de Paris, le 9 avril 1812 / par Denis-Prudent Roy,… -impr. Didot Jeune (Paris)-1812]

Versuch einer Théorie des Komischen, von St-Schutze; Leipsick 1817, in-12.

Vorlesungen ueber die Aesthetik, von Georg Wilhem Friedrich Hegel, herausgegeben vonHotho; Berlin, 1837, 3 vol. in-8°.

Gaspard Dornavius, dans son Amphitheatrum Sapientioe Socraticoe joco-serioe ; Home, dans ses Principes de Critique, chapitre 7;  Alexandre Gérard, dans son Essai sur le goût, lre partie, sixième paragraphe ; James Beattie, dans le second volume de ses nouveaux Essais philosophiques ; Le Batteux, dans sa Théorie des Belles-Lettres ; Joseph Priestley, dans ses Leçons de Rhétorique et de Critique (1762) ; Mendelshon, dans la seconde partie de ses Ecrits philosophiques ; Lessing, dans sa Dramaturgie et dans son Laocoon ; Riedel, dans sa Théorie des Beaux-Arts et des Belles-Lettres ; Bouterwek, dans son Esthétique (Gcettingue, 1806); le professeur Meiner, dans son Traité succinct de psychologie (Gcettingue et Gotha. 1773) ; Sulzer, dans sa Théorie générale des Beaux-Arts (Biel 1777); Eschenburg, dans son Essai d’une théorie et d’une bibliographie des Belles-Lettres ; Feder, dans son Traité de la volonté humaine, première partie (Gcettingue etLemgo, 1779, in-8°) ; Jovianus Ponlanus, dans la seconde partie de ses oeuvres en prose (Bâle, 1538, in-4°) ont aussi parlé accessoirement du rire et du comique.

 

Quelques ajouts à la bibliographie ci-dessus :

Philosophie du rire, par P. Scudo. Paris : Poirée, 1840.

De l’esprit, du comique, du rire, par Louis Philbert. Paris : impr. A. Quantin, 1876.

Le rire, par Coquelin cadet ; ill. de Sapeck. 2e éd. Paris : P. Ollendorff, 1887.

Le rire : essai sur la signification du comique, par Henri Bergson. Paris, 1900.

> Voir une bibliographie sur cet ouvrage réalisée par les PUF. Cette bibliographie comporte aussi de nombreuses références sur le rire.

Essai sur le rire, ses formes, ses causes, son développement et sa valeur, par James Sully… ; trad. de l’anglais par L. et A. Terrier. Paris : F. Alcan, 1904.

Quelques références plus récentes :

« Quatre essais sur le rire » [par François Roustang, Mikkel Borch-Jacobsen, Jean-Luc Nancy… [et al.]] , in Critique, n ° 488-489, janv.-févr. 1988.

« Le rire » [dossier de trois articles de Jacques Le Goff, Laurence Moulinier et Antoine de Baecque], in Annales. Histoire, Sciences Sociales, 52e année, n°3, 1997.

Quentin Skinner. « La philosophie et le rire », in Conférences Marc Bloch, 2001

Le rire, numéro thématique du Le philosophoire 2002/2 (n° 17). 200 pages

Gilbert Diatkine « Le rire », Revue française de psychanalyse 2/2006 (Vol. 70), p. 529-552

Laure Flandrin, « Rire, socialisation et distance de classe », in Sociologie, N°1, vol. 2 | 2011 (un grand merci aux deux internautes qui me l’ont indiqué)

Pourquoi rire?  Paris : Gallimard, 2011. 256 p. (Folio Essais, n° 555)

Voir aussi

> la bibliographie sur le thème « Rire, pour quoi faire ? » réalisée par le CDI de l’IFA de Rouen

> la partie consacrée au rire dans la bibliographie réalisée par l’école internationale du rire

Fous littéraires

J’ai récupéré dernièrement ce document en ligne : Les Fous littéraires, sélection bibliographique pour la Bnf. Il a été réalisée par l’Institut International de Recherches et d’Explorations sur les Fous Littéraires, Hétéroclites, Excentriques, Irréguliers, Outsiders, Tapés, Assimilés, sans oublier tous les autres, dont le site n’est malheureusement plus très actif depuis bientôt un an… Du moins m’offre-t-il quelques pistes fort intéressantes pour des recherches de documents en ligne ou non. A suivre…

Impostures et mystifications littéraires

(Dernière mise à jour : 17/11/2011)

A l’occasion du 1er avril, une exposition sur les impostures littéraires a été organisée à bibliothèque universitaire de Lettres de l’université de Tours. J’ignore jusqu’à quand elle va durer, mais du moins m’a-t-elle donné le thème de cette chronique qui nécessitera sans doute quelques compléments.

Quelques ouvrages récents

Cela faisait quelques temps que je souhaitais aborder ce sujet. Depuis que j’ai fait l’acquisition, l’an dernier, de l’excellent ouvrage de Frédéric Rouvillois, Le collectionneur d’impostures (Flammarion, 2010). Sous la forme d’articles d’une à trois pages généralement accompagnés de références bibliographique, l’auteur présente toute une série d’impostures et de mystifications dans les domaines les plus divers (littérature, peinture, cinéma, politique, religion…) classées dans un ordre semi-alphabétique selon le nom du principal protagoniste (Claude des Armoises, Minou Drouet, Perkin Warbeck…) ou de l’objet ou ouvrage concerné (faux morceaux de la Vraie Croix, Les Protocoles des Sages de Sion…).

Autre ouvrage organisé dans l’ordre alphabétique d’un dictionnaire, mais cette fois circonscrit à la littérature : Les grandes impostures littéraires de Philippe Di Folco (Ecriture, 2006). Outre des notices bien faites commençant à chaque fois par un résumé de l’affaire avant d’en aborder l’analyse, l’auteur propose un « Petit guide à l’usage des futurs imposteurs » (p.285-342) et d’une conséquente bibliographie commentée (p. 343-355).

L’ouvrage le plus récent présenté à l’exposition citée ci-dessus est l’ouvrage de Jacques Finné, Des mystifications littéraires (José Corti, 2010). Son organisation est tout autre que celle des deux précédents. Après deux parties intitulées « Des mystifications en général » (p.11-44) et « Du plagiat » (p. 49-171), l’auteur étudie, dans « Des mystifications littéraires » (p. 173-404) plusieurs cas d’apocryphes (ex. : le Journal de Jack l’Eventreur), de supposés (ex. : Adoré Flouquette), de pseudonymes, de mystifications involontaires (ex. : Omar Khayyam) sans oublier « les petites guerres personnelles : les premières traductions des Mille et une nuits » (p. 335-381). La quatrième partie de l’ouvrage (p. 403-493) est entièrement consacrée à Howard Phillips Lovecraft et à son Necronomicon. L’ouvrage comporte également de nombreuses références bibliographiques en notes et une bibliographie sélective (p. 501-507) où figure un autre livre de Jacques Finné : Les grandes mystifications (Verviers : André Gérard, 1975).

Je voudrais citer enfin deux ouvrages que je n’ai pas encore consultés, tous deux de Jean-François Jeandillou :

Supercheries littéraires : la vie et l’oeuvre des auteurs supposés (Droz, 2001), incontournable tant pour Jacques Finné que pour Philippe Di Folco. Je laisse ce dernier en faire la présentation :

Anthologie très universitaire mais assez complète sur les cas de supercheries littéraires français les plus marquants depuis le XVIIe siècle.

Esthétique de la mystification : tactique et stratégie littéraires. Paris, les Ed. de Minuit, 1994. 239 p. (Propositions).

Numéros thématiques de revues

La Revue de la Bibliothèque nationale de France a consacré son n° 13, « Autour du faux » (juillet 2003), et son n° 31, « Blagues et supercheries » (2009). Les sommaires sont accessibles sur le site de la BNF.

Le n° 116 (2002) de Romantisme, « Canulars, mystifications et impostures littéraires », est accessible sur Persée.

Ouvrages anciens sur la question

Charles Nodier a fait paraître anonymement en 1812 un ouvrage intitulé Questions de littérature légale: Du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres, accessible su Gallica et Google livres. En 2003, Jean-François Jeandillou en a publié une édition chez Droz, dont la préface et la quatrième de couverture sont également accessible sur Google livres.

En 1872, Octave Delepierre fait paraître à Londres Supercheries littéraires, pastiches, suppositions d’auteurs dans les lettres et les arts accessible sur Archive.org.

Paul Lacroix, alias le bibliophile Jacob, publie en 1875 Mystificateurs et mystifiés : histoires comiques, accessible sur Gallica. Il avait déjà publié entre 1856 et 1858 les trois volumes de son Histoire des mystificateurs et des mystifiés dont le premier volume est accessible sur Google.

En 1911 paraît un livre d’Augustin Thierry, Les grandes mystifications littéraires. Une deuxième série est publiée en 1913. Ces deux volumes sont consultables sur Archive.org.

Ne pas oublier ces deux références incontournables :

Joseph-Marie Quérard. Les supercheries littéraires dévoilées, galerie des écrivains français de toute l’Europe qui se sont déguisés sous des anagrammes, des astéronymes, des cryptonymes, des initialismes, des noms littéraires, des pseudonymes facécieux ou bizarres. Paris, 1847-1853. 5 vol. Une 2e édition par Gustave Brunet en 1866 avec de nouvelles notice. Réédition de 1964 en 3 vol. chez Maisonneuve & Larose accessible sur Gallica.

Antoine Barbier. Dictionnaire des ouvrages anonymes. Paris, P. Daffis 1872-1879. 4 vol. Accessible sur Gallica.

Grandes collections de documents sur l’histoire du catholicisme

Voici quelques références en histoire religieuses. J’ai privilégié comme d’habitude les ressources gratuites proposant du texte intégral. Le tout sera à compléter… (Dernière mise à jour : 13 juin 2012)

Les Bollandistes et les Acta sanctorum

Les Bollandistes sont un groupe de Jésuites, qui tiennent leur nom de Jean Bolland, au 17e siècle.

Chargés d’éditer une collection de vies des saints, les  Acta Sanctorum, ils ont produit un nombre important d’ouvrages dont la publication échelonnée sur 3 siècles (Bruxelles, 1643–1770 ; Paris et Rome, 1866-1887 ; Bruxelles, 1894–), encore inachevée (les mois de novembre et décembre ne sont pas terminés). A noter que ces ouvrages sont exclusivement en latin, qui reste pour eux la langue internationale.

La collection  comprend actuellement 63 volumes, plus un volume supplémentaire de 1875 contenant des tables et des outils de recherche dans les différents volumes. Elle est accessible gratuitement en ligne sur des sites comme Documenta catholica omnia (voir plus bas) et Patristique.org (voir plus bas), mais une version payante a également été développée Proquest (cf.présentation par  Ménestrel).

Les Bollandistes publient aussi la revue Analecta Bollandiana et ont un site internet.

Voir aussi les Petits Bollandistes, abrégés en français des Acta Sanctorum : ils sont disponibles sur Gallica.

The Catholic Encyclopedia

Basé aux Etats-Unis, ce site internet donne accès à l’ensemble de l‘Encyclopédie Catholique, avec ses 15 volumes en anglais rédigés entre 1905 et 1914. Utile pour les domaines historiques, biographiques et théologiques.

Documenta catholica omnia

Site officiel de la « Cooperatorum Veritas Societas », « dont les membres ont personnellement et volontairement promis obéissance au Saint Père. Donne accès à des ouvrages numérisés : Patrologie Latine et Encyclopédie théologiique de Migne, Acta Sanctorum, MGH

Patristique.org

Site très complet sur les pères de l’église, crée par un Augustin de l’Assomption. Collections de documents en format PDF, cours, liens…

Cartes anciennes de la Chine

Ceux qui fréquentent un peu ce carnet ont pu constater qu’entre autres choses, je m’intéresse à la Chine et aux cartes anciennes. Ce billet concerne les deux.

La bibliothèque de l’université de science et de technologie de Hong Kong propose une base de données concernant la Chine dans les cartes anciennes européennes et deux expositions en ligne :

China in Maps: 16th – 19th Century  (27 June 1997 – 15 October 1997)

China in Maps – A Library Special Collection Chinese (6 June – 31 December 2002)

Le département de géographie de l’Université baptiste de Hong Kong a mis en ligne, pour une période allant de 475 avant l’ère commune jusqu’à la naissance de la République chinoise en 1911,

de nombreuses des cartes chinoise anciennes

des biographies succinctes de plusieurs cartographes chinois (ou tout comme Matteo Ricci), le tout en chinois…

Voir aussi How Rome Went to China, partie de l’exposition de la bibliothèque du Congès, Rome Reborn: The Vatican Library & Renaissance Culture (January 8 – April 30, 1993)

Cette sélection restreinte a été dressée à l’aide de Lexilogos et de Map history où vous trouverez plus de liens. Cependant, ceux-ci concernent surtout des cartes de la Chine réalisées par des Européens.

Voir aussi l’article Géographie chinoise de Wikipedia.

Dernière mise à jour : 5 septembre 2017.

Une bonne partie des liens de cette chronique (en rouge) sont obsolètes.

L’exposition Mame à Tours

(Dernière modification : 14 juin 2011)

Comme nos collègues carnetiers de Mame et fils nous l’annonçaient le 7 février dernier, une captivante exposition est consacrée à cette maison d’édition tourangelle (voir affiche ci-dessous). Je l’ai visitée dimanche dernier et je compte bien y retourner avant sa clôture le 30 avril. Les exemplaires figurant dans les vitrines et les panneaux explicatifs apportent un ensemble très riche d’informations sur la famille Mame et son œuvre tant éditoriale que politique et sociale. A voir absolument si vous êtes en Touraine.

Pour aller plus loin, je vous conseille de visiter le blog et le site Mame & fils réalisés dans le cadre du projet Mame,

Voici aussi quelques chroniques en rapport avec la maison Mame par Le bibliomane moderne :

Alfred Mame et Cie (Tours) à l’Exposition Universelle de Paris en 1867

Portrait : Alfred Mame (1811-1893) : c’est lui qui donne à la maison Mame toute son envergure dans le domaine de l’édition et de la philanthropie sociale.

Toquade de bibliophile : Les cartonnages dits « romantiques à médaillon » : la maison Mame a édité de nombreux ouvrages de ce type.

Ne pas oublier La maison Mame à Tours (1796-1975), billet du blog de Gallica, daté du 29 janvier 2010.

Voir aussi La Maison Mame : courte bibliographie (2 décembre 2013).

Emile Zola photographe

Le musée du Jeu de Paume propose actuellement deux expositions de photographies au château de Tours du 28 novembre 2010 au 29 mai 2011. L’une est consacrée à André Kertész et a pour thème l’intime plaisir de la lecture. L’autre est intitulée Zola photographe.

En effet, l’auteur de Germinal a été un amateur éclairé de l’art photographique. Ce n’est d’ailleurs pas vraiment une découverte comme en témoigne les archives de l’INA avec les documentaires suivants :

le premier, daté de 1961, a été tourné chez son fils ;

en 1979, un livre de Massin et de François Emile-Zola, Zola photographe, est abordé sur les plateasu d’Apostrophes  et du Regard des femmes  ;

en 1982 est organisée une  exposition ;

en 1987, ses Carnets d’enquêtes regroupant des photographies sur Paris paraissent dans la collection « Terres humaines » chez Plon

Chroniques de la bibliothèque de Babel