Affiches impertinentes, improbables, incorrectes, insolites par Alain Weill

L’ouvrage ci-dessous est à  voir absolument pour tous les amateurs de curiosités décalées.

 

La page de titre comporte en outre les deux citations suivantes qui donnent le ton :

« Décidément, la vie quotidienne est faite d’absurdité »

Gaston de Palowski

« Regardant la réalité en farce »

Louis Scutenaire

Voici ce qu’en disent

l’Alamblog de Lekti-ecriture :

Spécialiste de l’affiche et l’auteur avec François Caradec du fameux Café-concert, 1848-1914 (Fayard, 412 pages, 45 euros), ouvrage épuisé et ré-épuisé, vient de produire chez l’éditeur d’art Gourcuff Gradenigo, un recueil d’images curieuses qui, quoique historiques, restent dignes d’illustrer avec humour notre monde

le site de l’éditeur :

Un petit ouvrage au titre explicite qui invite le lecteur à découvrir à travers le temps, une série d’affiches qui traitent de petits et de grands sujets. Un régal d’impertinence de cruauté et d’humour noir. Archéologue du graphisme et de la publicité, Alain Weill a publié Le Design graphique (Découvertes Gallimard) et organise régulièrement des expositions d’affiches.

Pour une présentation un peu moins succincte, voir le site Paperideas.

Une bibliographie figure en fin d’ouvrage que je compte bien exploiter prochainement : 

Philippe Boulanger, Alain Cohen, Le Trésor des paradoxes, Belin 2007

Jean-Michel Ribes, Le rire de résistance, Beaux-arts, 2007

Encyclopédie des farces et attrapes et mystifications, Jean-Jacques Pauvert, 1964 (hélas difficile à trouver)

Certaines citations sont tirées de ces ouvrage.

On peut lire (ou relire) tout Alphonse Allais et les auteurs hydropathes – avec internet tout est devenu facile.

 Comme je suis d’accord avec cette dernière remarque.

Alain Weill est un spécialiste de l’affiche. Bonne occasion de tenter une petite bibliographie non exhaustive de ses ouvrages. Cela fera un début pour une bibliographie plus vaste sur le thème de l’affiche.

L’Affiche française, PUF, 1982 (Que sais-je ?)

L’Affiche dans le monde, Somogy, 1984

Brenot, Hoebeke, 1986

Affiches et art publicitaire, Mayer, 1987

Texte à propos de l’exposition Chantons l’affiche dans le cadre du Mois du graphisme d’Echirolles de 1994

Affiches 1900, Bibliothèque de l’image, 1998

Affiches Art déco, Bibliothèque de l’image, 1998

La saga de la marque mondiale Un Cointreau, Editions du Chêne, 1999

La mode parisienne : La Gazette du Bon Ton (1912-1925), Bibliothèque de l’image, 2001

Les Parisiens de Poubot, Le Cherche Midi, 2001

Les maîtres de l’affiche 1900 = Masters of the poster 1900 = I maestri del manifesto liberty, Bibliothèque de l’image, 2001

Le design graphique, Gallimard, 2003

Chocolate posters, Queen Art Publishers Inc, 2003, avec Israel Perry

Travel posters = Affiches de voyage,  Queen Art Publishers Inc, 2003, avec Israel Perry

Cassandre, Bibliothèque de l’image, 2005

Jules Alexandre Grün : les affiches = the posters,  Queen Art Publishers Inc, 2005, avec Israel Perry

Le café-concert (1848-1914), Fayard, 2007, avec François Caradec 

120 ans de Moulin Rouge, Seven sept, 2010

Détournements d’images

J’ai vu l’été dernier à Arbois une exposition de Plonk et replonk, artistes helvétiques spécialistes détournement d’images, notamment à travers de vieilles cartes postales et leur blog Zbrablog Hevetus IV. J’avais pris connaissance de leurs travaux dans Le Tigre. Cette excellente revue entrée récemment en hibernation provisoire (?), proposait entre autres choses fort intéressantes, ce type d’illustrations décalées comme l’étiqueteuse à poisson

Ceci pour dire que j’étais plutôt sensibilisé au sujet avant que l’atelier de Marc-Antoine Mathieu à l’université de Tours (voir chronique précédente) ne me donne envie de  vous proposer quelques liens sur ce thème. J’en connaissais déjà certains et j’ai glané les autres à la suite de la conférence inaugurale du 4 octobre dernier. Il ne peut s’agir que d’une ébauche, tant le domaine est vaste.

Un domaine protéiforme

Ce qui concerne le détournement et la manipulation d’images est très présent sur Internet à l’heure où Photoshop et autres logiciels font de chacun d’entre nous un créateur potentiel.qui devra être complétée. En fait, aujourd’hui tout artiste plasticien détourne les images, d’une manière ou d’une autre, détourne, manipule, utilise des images préexistantes pour en tirer du neuf.

Colagene, clinique d’illustration témoigne de cette réalité. Cette agence propose les réalisations de plusieurs artistes et une rapide exploration du site montre l’importance des procédés de manipulation d’image ; collage vintage ou moderne ; photomontage ; mix media ; numérique

Une forme de résistance ?

Le détournement  d’images est parfois une forme de résistance volontariste et virulente

  • à un régime politique, comme le nazisme visé par John Heartfield dans ses photomontages contre Hitler ;
  • à une société prise dans sa globalité, telle la France gaullienne et pompidolienne moquée par le professeur Choron au temps d’Hara Kiri ou par les situationnistes, véritables spécialistes en la matière (mise à jour du 17 décembre 2010) ;
  • à un aspect particulier du monde moderne, par exemple avec la lutte anti-pub des  Adbusters.

Même sous sa forme ludique et/ou onirique, il s’agit souvent d’une forme de refus de la pesanteur du réel. Cependant il est facilement récupéré par la logique économique, notamment publicitaire (cf. exemples glanés sur Colagene).

Le collage

Le grand procédé du détournement d’images reste le collage, hérité des pratiques surréalistes. Parmi les précurseurs figurent Max Ernst avec notamment Une semaine de bonté (cf. livre ; exposition au musée d’Orsay) et Jacques Prévert (cf.collages visibles ici et , ailleurs et plus loin).

Aujourd’hui, les collages de Philippe Lemaire dans la Nouvelle revue moderne se situent dans la lignée de Max Ernst. Cependant le collage est très présent sur la Toile et les sites de Michelle Caplan, Alejandro ChavettaJean David, Scot Hacker, Eva Lake, Jean-Jacques Lebon, Winston Smith en montrent la grande variété et richesse artistique.

Parmi tant de ressources possibles, outre celles déjà citées, j’en retiendrai encore deux, réalisées par des artistes, où vous pourrez trouver des réalisations originales et des liens.

Le détournement des icônes de la culture populaire

Une des cibles privilégiées du détournement d’images sont les icônes de la culture populaire, qu’il s’agisse

Les deux derniers exemples touchent à la bande-dessinée. Il faut dire que ce média est particulièrement touché par le détournement. J’y reviendrai ultérieurement…

Mise à jour du 27 octobre 2010 : Bandes dessinées détournées (1) Pastiches

Mise à jour du 17 décembre 2010 : Bandes dessinées détournées (2) Substitutions

Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu en résidence à l’université de Tours

Marc-Antoine Mathieu, un des auteurs majeurs de la bande-dessinée française contemporaine (non, ce n’est pas une exagération), est en résidence à l’université de Tours. Selon la conférence inaugurale qui a eu lieu hier soir,  il dirigera un atelier intitulé  « Détournements, une expérience autour de la bande-dessinée » ainsi présenté : Continuer la lecture de Marc-Antoine Mathieu

L’abbé Raynal

Parmi les plus éminents acteurs des Lumières, l’abbé Raynal est quelque peu oublié aujourd’hui. Avec le site Sur les pas de l’abbé Raynal, la Société d’Etude Guillaume-Thomas Raynal répare cette injustice, en rappelant sa place auprès de Diderot, avec lequel il collabore pour la fameuse Encyclopédie et l’Histoire des deux Indes, de Rousseau, qu’il encourage à publier son fameux discours à l’Académie de Dijon sur progrès des sciences et des arts, ou de Voltaire, qui le recommande auprès de l’Académie de Berlin.

Vous pouvez découvrir ses œuvres sur Gallica ou dans la liste proposée par Wikipédia.

Histoire des deux Indes

L’abbé Raynal est surtout connu pour son Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens dans les deux Indes, dont la première édition est de 1770. Il y en aura beaucoup d’autres. Il y rejoint d’autres grands noms du XVIIIe siècle dans sa condamnation de l’esclavage. L’ouvrage fait l’objet, en 1781, d’une condamnation du Parlement « à être lacéré et brûlé par l’exécuteur de la Haute-Justice » ce qui contraint l’auteur à s’exiler quelques années.

Listes non exhaustives des diverses éditions avec les liens vers les versions en ligne. (Mise à jour du 15 mars 2011 :  voir la présentation des 49 éditions de l’Histoire des deux Indes sur le site présenté ci-dessus, et merci à Gilles Bancarel)

Amsterdam : [s.n.], 1770. 6 vol. in-8. Disponible sur Gallica : t.1 (+ 2e ex. ) ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6

Amsterdam : [s.n.], 1772. 6 vol. in-8.

Amsterdam : [s.n], 1773. 6 vol.

Amsterdam, La Haye : Gosse fils, 1773-1774. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.1

Amsterdam : J.-P. Dufour, 1775.  7 vol. in-8

Genève : chez les libraires associés, 1775.  3 vol. in-4 + 1 atlas. in-4. Voir sur Gallica les illustration de Charles Eisen et de Marillier

La Haye : Gosse fils, 1776. 7 vol. in-12. Partiellement disponible sur Google livres : t.6

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 8 vol. in-12

Genève : J.-L. Pellet, 1780. 4 vol. in-4 + 1 atlas in-4

Genève : [s.n.], 1781. 10 vol. in-12. Disponible sur Gallica :  t.1 ; t.2 ; t.3 ; t.4 ; t.5 ; t.6 ; t.7 ; t.8 ; t.9 ; t.10 [Liens à faire]

[Liste à compléter]

Lettre à l’Assemblée nationale

Précurseur de la Révolution, il en condamne les excès dans une longue lettre à l’Assemblée nationale lue lors de la séance du 31 mai 1791. Ce texte est reproduit, ainsi que la réponse de Robespierre, dans l’ouvrage de Prosper-Charles Roux, Histoire parlementaire de la révolution française, t. 9, p. 461-468 (cf. Google livres).

Voir aussi  parmi les condamnations contemporaines de cette Lettre :

  • la brochure Boissy d’Anglas, à Guillaume-Thomas Raynal, sur sa lettre à l’Assemblée, 1791 (cf. Gallica)
  • les réflexions de M. de Sinety contenues dans les Archives parlementaires (cf. Gallica).

Par contre, bien des années après cet événement, Lucien Bonaparte cite cette Lettre en termes élogieux dans ses Mémoires parus en 1836 (cf. Gallica).

L’Antiquité en ligne (1) Deux pistes à explorer

Suite à un message concernant ma chronique sur les droits de l’Antiquité, je découvre avec intérêt deux ressources qui me semblent fort intéressantes :

 

La bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de l’université de LilleIII propose

un site : voir notamment les bibliographies et les comptes rendus ainsi que de nombreux liens

un tout jeune blog qui a débuté en août dernier

 

AWOL – The Ancient World Online, blog de Charles Ellwood Jones, bibliothécaire à l’Institute for the Study of the Ancient World de l’université de New York.

 

A vous de juger.

25e conférence de l’Association Cartographique Internationale

En 2011 la France accueille la 25e conférence de l’Association Cartographique Internationale et fête à cette occasion les 50 ans de la première assemblée générale de l’association. Durant ces 50 ans, l’ACI a su avec talent conserver ses deux objectifs fondamentaux : être, grâce à un contenu scientifique solide et renouvelé, la conférence internationale de référence en matière de cartographie et de géomatique et rester une conférence ouverte à différents publics : les chercheurs, les décideurs dans le domaine de la géomatique, les enseignants et les amoureux de la cartographie.

[…]

Dates à retenir :

4 octobre 2010 Date limite de soumission des communications

Novembre 2010 Ouverture des inscriptions

Cf. site de la conférence.

L’Académie française en 1640 selon Edmond Rostand

LE JEUNE HOMME, à son père
L’Académie est là ?

LE BOURGEOIS
                    Mais… j’en vois plus d’un membre ;
Voici Boudu, Boissat, et Cureau de la Chambre ;
Porchères, Colomby, Bourzeys, Bourdon, Arbaud…
Tous ces noms dont pas un ne mourra, que c’est beau !

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 2.

Voir In libro veritas ou Wikisource.

 Sur ces Académiciens dont le souvenir s’est quelque peu perdu, voici deux bons points de départ :

Ont-ils écrit quelque chose, et ces ouvrages sont-ils accessibles en ligne ? Oui pour certains. Je leur consacrerai peut-être un jour des notices.

Abréviations utilisées pour l’édition, la lecture, l’écriture, les bibliothèques…

Abréviations, sigles et acronymes sont très utilisés dans le monde des bibliothèques et de la documentation. Je vais vous proposer prochainement quelques outils pour les décrypter.

En voici déjà un pour les abréviations utilisées pour l’édition, la lecture et l’écriture. Ce document synthétise deux listes trouvées sur le site Au domicile des mots dits. Cliquez sur le document pour le grossir.

 

Vocabulaire de la documentation et des bibliothèques

A l’occasion de l’élaboration d’un glossaire pour le portail de notre SCD, notre groupe a consulté plusieurs ressources imprimées ou en ligne. Vous pouvez en prendre connaissance ici, si vous vous intéressez au vocabulaire si particulier en usage dans le monde de la documentation et des bibliothèques.

Cette liste sera mise à jour en fonction de mes propres découvertes ou de vos suggestions.

Mise à jour du 17 octobre 2016. Apparemment, les BU françaises (dont la mienne) et autres organismes à vocation documentaire ne jugent plus utiles de proposer un vocabulaire de la documentation en ligne, car la plupart des documents sur ce thème ont disparu : voir (ou plutôt ne plus voir) les liens en rouge. Continuer la lecture de Vocabulaire de la documentation et des bibliothèques

François Payot, sieur de Lignières (ou Linières)

 

LE TIRE-LAINE
Ay ! …

CHRISTIAN, sans le lâcher
Je cherchais un gant !

LE TIRE-LAINE, avec un sourire piteux
Vous trouvez une main.
(Changeant de ton, bas et vite.)
Lâchez-moi. Je vous livre un secret.

CHRISTIAN, le tenant toujours
Quel ?

LE TIRE-LAINE
Lignière…
Qui vous quitte…

CHRISTIAN, de même
Eh bien ?

LE TIRE-LAINE
… touche à son heure dernière.
Une chanson qu’il fit blessa quelqu’un de grand,
Et cent hommes – j’en suis – ce soir sont postés ! …

Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, acte I, scène 3.

Voir In libro veritas ou Wikisource.

Qu’Edmond Rostand soit remercié d’attirer l’attention sur ce poète libertin, et ce malgré quelques légers anachronismes :  né en 1628, François Payot, sieur de Lignières, n’aurait que quatorze ans au moment de la fameuse scène de l’hôtel de Bourgogne…

Voici quelques ressources pour y puiser des informations :

Le site Cyrano(s) de Bergerac

Emile Magne, Un ami de Cyrano de Bergerac, le chevalier de Lignières : plaisante histoire d’un poète libertin, d’après des documents inédits, Paris, R. Chiberre, 1920, disponible dans Archive Internet.

Charles-Louis Livet, Clef historique et anecdotique du Grand dictionnaire des précieuses, in Antoine Baudeau de Somaize, Le dictionnaire des précieuses, Paris, P. Jeannet, 1856, t. 2, p. 274-276, disponible sur Google livres.

L’auteur qui s’est sans doute le plus  intéressé à ce poète est Frédéric Lachèvre (1855-1943), bibliographe, érudit et critique littéraire français spécialiste du libertinage au XVIIe siècle (cf. Wikipédia).

« François Payot de Linières », in Mélanges, Paris, 1920, p.215-225, consultable sur Gallica.

Les derniers libertins, vol. 11, 1924.

Liste des poèmes de Linières extraite de la Bibliographie des recueils collectifs de poésies (1597-1700) .

Il précise, dans une note de son édition des Satires de Boileau commentées par lui-même : reproduction du commentaire inédit de Pierre Le Verrier avec les corrections autographes de Despréaux, Paris, 1906, p.124, consultable sur Gallica :

A la page 142 du même ouvrage, voici un commentaire de Pierre Le Verrier concernant Linières :

Sans doute est-ce François Lachèvre qui passe les annonces suivantes, signées Lach., dans L’Intermédiaire des chercheurs et curieux des 10 et 30 octobre 1906 :

Voir 2 poèmes de cet auteur sur le site Les grands classiques.

Dernière mise à jour : 16 juin 2014

Chroniques de la bibliothèque de Babel