Archives par mot-clé : Bande dessinée

Classer les bandes dessinées

Ce billet résulte de la fusion et de la mise à jour de deux messages que j’avais adressés à biblio.fr lors d’un intéressant débat sur ce sujet entre le 13 février et le 6 avril 2007. Il y aura sans doute des améliorations à apporter…

Une distinction fictions/documentaires

Les bd « témoignages documentaires », nombreuses depuis quelques années (voir la chronique Bandes dessinées et sciences humaines)

Les autobiographies (le Journal de Naud et sur un mode plus fantasmatique L’ascension du Haut Mal de David B)

Les reportages (Le photographe, d’Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre ;  Rural, d’Etienne Davodeau ; les reportages-bédés de XXI)

Les essais (Dol, de Philippe Squarzoni)

Les bd de fiction, les plus nombreuses traditionnellement

Au sein des fictions, plusieurs critères de distinction sont possibles et peuvent être croisés pour créer autant de sous catégories qu’il semblera nécessaire :

Le « ton » de l’ouvrage avec la distinction entre une bd à dominante humoristique et celle qui ne l’est pas

Le public avec la distinction traditionnelle par âge enfants/ados/adultes

L’univers, avec une distinction entre

un monde ordinaire, quotidien avec des personnages plus que des héros (Monsieur Jean ; Tendre banlieue ; Le cahier bleu)

un monde extraordinaire avec des aventures et des héros, qu’il s’agisse d’aventures se déroulant

à notre époque contemporaine (Tintin), qui se déclinent notamment sur le mode de l’enquête policière (Nestor Burma)

dans un autre univers, qu’il s’agisse du passé avec les pirates, les aventures de cap et d’épée, les westerns…, d’un futur plus ou moins lointain (Carmen McCallum ; Sillage), d’uchronies (Empire) ou d’univers décalés (La Nef des fous)

Il faudrait ajouter une catégorie spéciale pour les bd « ésotériques », très en vogue en ce moment (phénomène Da Vinci Code ?), et qui peuvent se dérouler tant dans notre univers contemporain que dans le passé (Le Triangle secret ; INRI) et pour lesquelles Glénat a créé une collection spéciale, La loge noire.

Peut aussi se poser la question de savoir s’il faut classer à part les adaptations d’œuvres littéraires (La recherche du temps perdu ; Ibicus ; L’Amérique de Kafka…) et une certaine « bd d’auteurs ». Et que faire de l’OuBapo ?

Le classement matériel

Au sujet du classement des BD par dessinateurs

Cela à l’avantage de réunir au même endroit les bd d’un dessinateur dont les univers peuvent parfois être très différents. Exemple : Isabelle Dethan avec le « peplum » égyptien Sur les terres d’Horus, l’univers décalé du Roi cyclope et les chroniques autobiographiques et familiales comme Tante Henriette ou Ingrid. J’aurais pu tout aussi bien prendre pour exemple Larcenet, Davodeau.

Cela a quand même un inconvénient. A part les « afficionados », les lecteurs ne connaissent pas toujours le dessinateur ou le scénariste d’une série ou d’un « one shot », mais plutôt le titre de la série et, plus encore, son héros principal, cette dernière remarque valant non seulement pour les enfants, mais aussi de nombreux adultes. Ce n’est donc pas aider ce public que de ranger les bd par dessinateurs ou par scénaristes, à moins de faire les renvois nécessaires physiquement dans les bacs et dans les rayons et pas dans un catalogue que seuls de rares initiés utilisent avec quelque succès.

Au sujet du classement par séries et/ou héros

Et ici apparaît une difficulté, si on choisit de privilégier l’un ou l’autre de ces deux derniers critères. Tout va bien si le titre de la série et le nom du héros sont identiques comme dans la bd jeunesse et humoristique traditionnelle (Astérix, Tintin, Lucky Lucke, Gaston Lagaffe, Spirou, Les Schroumpfs, Achille Talon, Félix le chat, Zig et Puce et j’en passe…) ou pour des séries plus récentes et plus « adultes » n’appartenant pas à ce registre (Carmen McCallum, Travis, Monsieur Mardi Gras des Cendres…).

Cependant, il arrive souvent que le héros d’une série ne soit pas éponyme (Nävis pour Sillage ; Nao pour Aquablue…). Or une partie du public, du moins au début, quand il n’en a lu qu’un album ou qu’il en a simplement entendu parler, une partie du public ne connait souvent que le nom du héros sans se souvenir précisément de celui de la série. Pour de tels cas, des renvois me semblent nécessaires, du héros vers le titre de la série ou inversement selon le choix fait initialement.

D’autre part, des renvois vers les « séries-filles » issues d’une « série-mère » me semblent égalemen utiles si ces séries ne sont pas rangées ensemble (Nävis qui conte la jeunesse de l’héroïne de Sillage ; Carmen+Travis qui conte les aventures communes des deux héros éponymes, les trois séries ayant en commun leur scénariste, mais non le dessinateur ; Code McCallum pour la jeunesse de Carmen…)

Au sujet des formats, des bacs

Cependant, le seul fonds de bd que je « gère » étant mon fonds personnel, je ne veux pas critiquer les choix faits par les collègues bibliothécaires des BM (les bédés sont hélas bien peu présentes en BU…) ayant une réelle expérience professionnelle en la matière. Ils doivent souvent faire intervenir d’autres critères dont je n’ai pas parlé, comme le format, la question du rangement en bacs ou en rayons, etc.

Il s’agit là de réflexions se fondant non sur une expérience professionnelle en BM (je travaille en BU de Droit où les bd manquent désespérément), mais sur mes propres goûts pour la bande-dessinée et ma fréquentation assidue de librairies spécialisées dans ce type d’ouvrages (je ne parle pas de genre, tous les genres littéraires pouvant être déclinés sur ce support).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bandes-dessinées détournées (1) Pastiches

(Dernière mise-à-jour : 6 janvier 2012)

Pastiches et pornographie

Le pastiche de bande-dessinée consiste  à imiter le style et/ou à reprendre les personnages d’une bande-dessinée. Beaucoup sont nettement pornographiques, dans la tradition des  Tijuana bible ou dirty comics, ces parodies sexuelles en huit pages produites aux États-Unis entre les années 1920 et les années 1950. Vous trouverez plus d’informations à leur sujet dans Wikipedia et dans le numéro hors-série de Beaux-arts, Un siècle de BD américaine.

Dans les années 1970 par les Air Pirates Funnies underground reprennent le flambeau :

The Air Pirates était un petit groupe de dessinateurs underground basé à San Fransico (composé de Dan O’Neill, Ted Richards, Bobby London et Gary Hallgren) qui réalisèrent au début des années 70 plusieurs comic books parodiant les histoires et personnages de l’univers Disney. Sexe, défonce et drogues diverses étaient au programme des Air Pirates Funnies qui, comme d’autres bandes dessinées de l’époque surfant sur ces thèmes connurent un beau succès. Mais ces pirates de l’air sont surtout connus pour avoir été poursuivis en justice en 1972 par les productions Disney qui les accusaient de violer marques déposées et copyright.
Ne voulant pas baisser leur crayon, les dessinateurs tentèrent leur chance devant la justice. Et en 1980, après des années de batailles juridiques, Disney accepta finalement de lâcher l’affaire en échange de quoi les « Pirates » s’engeagaient à ne plus recommencer. Le temps des frasques du comics underground était déjà bien loin…

Extait de Vroom tchac zowie

Pour  l’école franco-belge, Roger Brunel s’est particulièrement illustré en la matière depuis 1978 (cf. Wikipedia et BD Gest’), de sorte qu’une recherche dans Google « pastiches bd » retombe invariablement sur lui parmi, aux dépens d’autres auteurs comme Jaap de Boer et Joop Van Linden, dont Nathalie la petite hôtesse démarque l’héroïne de François Walthéry (cf. le site finlandais Kraivudkomiks).

 

Les pastiches de Tintin

Cependant, tous les pastiches en bande-dessinée ne sont pas fatalement marqués par le sexe et la grivoiserie. Voyez le cas de Tintin qui a fait l’objet de nombreuses imitations et éditions pirates ou apocryphes. Plusieurs sources existent sur ce thème :

Un article de Wikipedia.

Deux sites spécialement consacrés : Tintin pirates et Tintin est vivant.

Des listes de titres réalisées par BD Gest’, Objectif Tintin, Frédéric Grolleau ou le Forum des Tintinophiles.

Ces bandes-dessinées peuvent être classées en trois catégories principales :

Les classiques pastiches pornos : Tintin en Suisse, Tientien en Bordelie de l’inévitable Brunel et j’en passe…

Les pastiches plutôt fidèles à l’univers d’Hergé

notamment ceux d’Yves Rodier (cf. Wikipedia), auteur entre autres d’une des trois version de l’Alph-art achevées sans Hergé (cf. Tintin est vivant ; Tintin pirates ; Les Septembriseurs), d’un sympathique Tintin et le lac de la Sorcière, visible sur L’univers tintinophile, ou de Tintin reporter pigiste au XXème, téléchargeable sur Fichier PDF

Objectif Monde de Savard, commenté sur Tintin vivant

Les pamphlets idéologiques, catégorie très riche et hétérogène par ses influences :

Extrême droite : le dossier de Tintin est vivant

Extrême-gauche  : Tintin révolutionnaire

Décroissance : Les aventures de Pinpin. La fin de l’or noir, initialement paru en cahier central du numéro de La décroissance de novembre/décembre 2005, repris dans Casseurs de pub en BD, commenté dans Tintin pirates et visible partiellement sur  Econologie

Critique de la société télévisuelle : Tintin dans Loft Story ; Qui veut des bonbons sur le site Parodies

Opposition à la politique occidentale dans le monde arabe : le dossier de Tintin est vivant

Racisme / antiracisme : voir une bande dessinée sud-africaine reprenant un passage de Tintin au Congo visible sur Kraivud komiks

 

Et les autres ?

Par rapport à Tintin, les autres héros de bande-dessinée semblent n’avoir fait l’objet que d’un nombre limité de pastiches. Il s’agit alors surtout de pastiches pornos, sur lesquels je préfère ne pas insister.

Cependant, si je cherche un peu des pastiches d’un autre genre, je déniche

un Léonard révolutionnaire (le lien semble être brisé)

les pastiches des belles histoires de l’Oncle Paul répertoriés sur Tout Spirou

dans la série de Turf, La Nef des fous, les Schloumpfs, créatures agressives et anthropophages, pastichent les paisibles Schtroumpfs  de Peyo

des pastiches de Lucky Luke : Banlieue ouest, une aventue de Rocky Luke ; Unlucky Luke, de Roba et Tillieux dans Spirou, n° 2996

des pastiches de Spirou : Pirates, un pastiche de Spirou, partiellement visible sur Spirates (le lien semble être brisé) ; L’Accélérateur atomique, dans la série des formidables aventures de Lapinot, par Trondheim ; dans l’album Blondin et Cirage découvrent les Soucoupes volantes de Jijé, le Marsupilami africain (Marsupilamus Africanus), animal pastichant le Marsupilami créé peu de temps auparavant par Franquin (cf. Wikipedia)…

J’arrête là cet inventaire à la Prévert que je vous laisse compléter…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bande-dessinée « alternative » et microédition

La définition de la bande-dessinée « alternative » – dite aussi « indépendante », encore que les deux termes ne se recoupent pas complètement – est un peu fluctuante comme le suggère un article de Wikipedia. Pour faire simple, la bande-dessinée alternative se caractérise par de petites structures éditoriales – il peut s’agir de collecifs d’auteurs -, une certaine recherche graphique et de petits tirages. Vous pourrez voir que ce n’est pas toujours si simple, mais je me contenterai pour l’instant de ce point de départ.

Dernière mise à jour : 6 mars 2017. Continuer la lecture de Bande-dessinée « alternative » et microédition

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu en résidence à l’université de Tours

Marc-Antoine Mathieu, un des auteurs majeurs de la bande-dessinée française contemporaine (non, ce n’est pas une exagération), est en résidence à l’université de Tours. Selon la conférence inaugurale qui a eu lieu hier soir,  il dirigera un atelier intitulé  « Détournements, une expérience autour de la bande-dessinée » ainsi présenté : Continuer la lecture de Marc-Antoine Mathieu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Webographie de la bande dessinée

Le n° 51 de la revue de l’ABF, BIBLIOthèque(s), daté de juillet dernier, porte sur la bande dessinée, notamment sur ses rapports avec les  bibliothèques (« La bande dessinée dans les bibliothèques publiques françaises. Destinées et aléas », par Olivier Piffault ; « Au château des destins croisés. La BD de BDP en BU » par Georges Dasque, Christine Sibille et Sophie Astier), mais aussi sur ses différentes facettes avec des articles sur les mangas, le roman graphique, la bande dessinée en Afrique francophone, etc. Continuer la lecture de Webographie de la bande dessinée

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire de la bande dessinée (3) Naissances

Scénariste et théoricien, professeur à l’École Européenne Supérieure de l’Image, Thierry Smolderen a publié à la fin de l’année dernière un ouvrage des plus interessants sur les Naissances de la bande dessinée de William Hogarth à Winsor McCay. Continuer la lecture de Histoire de la bande dessinée (3) Naissances

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire de la bande dessinée (2) Coconino

Coconino est un ensemble complexe et foisonnant de sites dédiés à la bande dessinée (voir plan ci-dessous). Il offre notamment la possibilité de lire en ligne des  œuvres anciennes et parfois plus récentes, constituant ainsi un véritable patrimoine numérique.  Je m’en tiendrai ici à ce qui concerne l’histoire du 9e art.  Continuer la lecture de Histoire de la bande dessinée (2) Coconino

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire de la bande-dessinée (1) Quelques pistes

J’ai un certain penchant pour la bande-dessinée. Encore cela ne veut-il pas dire grand chose, car ce type de documents peut aussi bien s’adapter à la fiction qu’au documentaire : voir les bédés-reportages de la revue XXI ou celles que j’ai présentées en sciences humaines et sociales. Bref, dire j’aime la bande-dessinée, c’est comme dire le cinéma, la littérature ou la peinture. Le terme recouvre trop de genres, trop de styles divers. Continuer la lecture de Histoire de la bande-dessinée (1) Quelques pistes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bande-dessinée et sciences humaines et sociales

Il est bien difficile parfois de faire accepter de « nouveaux » supports (mais la bande-dessinée est-elle nouvelle, elle qui remonte à Rodolphe Töpffer, voire au-delà…) dans des institutions aussi vénérables que nos bonnes bibliothèques universitaires. Ainsi en est-il de la liste ci-dessous que j’ai proposée  pour joindre à notre fonds de sciences humaines et sociales. Sans effet jusqu’à présent. Continuer la lecture de Bande-dessinée et sciences humaines et sociales

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts