Archives par mot-clé : Oulipo

Musiques et sonorités potentielles

En discutant avec un collègue de l’OuLiPo, de l’OuBaPo et autres OuXPos, je me suis rendu compte que je ne savais rien de l’OuMUPo – Ouvroir de Musique Potentielle, ni même s’il en existe un. La rapide recherche que j’ai alors menée m’a révélé tout un monde à découvrir. Continuer la lecture de Musiques et sonorités potentielles

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le voyage d’hiver & ses suites

VHIl y a bientôt deux ans, dans une précédente chronique, j’ai eu l’occasion d’aborder Le voyage d’hiver de Georges Perec et ses suites, lesquelles étaient alors dispersées dans divers volumes et fascicules de la Bibliothèque oulipienne.

En octobre dernier (oui, je sais, cela m’avait échappé à l’époque…), dans l’excellente collection La Librairie du XXIe siècle, les éditions du Seuil ont réunis l’ouvrage initial de Perec et une vingtaine de ceux qui le suivent et le complètent dans un seul volume intitulé Le voyage d’hiver & ses suites et postfacé – Les voyages différents – par Jacques Roubaud, oulipien bien connu et auteur de la première suite, Le voyage d’hier, et sans doute de quelques autres, car si certains auteurs des suites – Reine Augure, Mikhaïl Gorliouk ou Hugo Vernier lui-même – sont fictifs, ils sont sans doute autant de masques pour Jacques Roubaud, Jacques Jouet, Valérie Beaudouin ou Etienne Lecroart.

Chaque nouvelle peut être considérée comme un chapitre dans un roman collectif nécessairement inachevé, car il est toujours possible d’en imaginer d’autres. Nul doute que d’ici quelques temps, cet ouvrage fera l’objet d’une édition réactualisée, à moins qu’on ne lui ajoute un deuxième volume. Dès cette année, Michèle Audin a publié dans le n° 216 de La Bibliothèque Oulipienne une nouvelle suite, La vérité sur le Voyage d’hiver, et il est peu douteux que d’autres membres de l’Ouvroir la suivront sur cette voie. J’attends avec impatience ces nouveaux chapitres de l’épopées vernierienne.

Pour un complément d’information, voir les sites du Monde et de France Culture.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Oulipien par anticipation (4) Lipogrammes anciens

Il ne s’agit pas ici de réécrire l’histoire du lipogramme(1), mais simplement de proposer quelques ouvrages d’auteurs s’étant soumis à cette contrainte avant la parution… de La disparition. Bonne lecture.

P. H. M. Le Carpentier, Essais lipogrammatiques et lettres originales, familières et badines, Paris, E. Dentu, 1858. Accessible dans Google livres

Joseph Raoul Ronden, La pièce sans A : comédie en un acte et en prose, précédée d’un prologue…, Paris, Chaunereau [et] Pigobeau, 1816. Accessible sur Archive.org.

Voir aussi ce qui concerne les lipogrammes dans les curiosités littéraires et autres amusements philologiques.

___________________________________________________

(1) Georges Perec l’a fort bien fait dans un article qui fait référence, paru dans l’ouvrage de l’ Oulipo, La littérature potentielle : créations, re-créations, récréations, Gallimard, 1971, p.73-89.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les situations dramatiques

Cet après-midi chez un bouquiniste, j’ai rapidement feuilleté un ouvrage d’Étienne Souriau, Les deux cent mille situations dramatiques (Flammarion, 1950, réédition 1970) dont le titre n’est pas sans me rappeler les Dix mille milliards de poèmes de Raymond Queneau. C’est qu’il y est bien question de combinatoire, l’auteur distinguant six fonctions essentielles à partir desquelles sont déterminées toutes les situations dramatiques possibles, qui seraient au nombre de 210 141(1).

Ses idées ont d’ailleurs eu quelques prolongements dans les travaux de l’Atelier de Littérature Assistée par la Mathématique et les Ordinateurs (ALAMO), fortement lié à l’Oulipo. Si j’en crois un article de Josiane Jonquel-Patris, ALAMO : une expérience de douze ans, trouvé sur le site de l’oulipien Paul Braffort, dans le cadre de ce groupe de travail, Simone Balazard et Nicole Modiano ont inventé un système de génération de textes dramatiques baptisé SCENARIO,fondé sur le principe imaginé par Etienne Souriau et prolongé par Léon Bopp(2).

Cependant, rappelons à ceux qui ne le sauraient pas (tout comme moi jusqu’à cet après-midi…) qu’en 1895, les situations dramatiques avaient été fixées au nombre de 36 par Georges Polti(3), lequel s’appuyait sur les travaux de Carlo Gozzi et de Johann Wolfgang von Goethe.

_________________

(1) Cf. Jean-Pierre Goldenstein, Lire le roman, De Boeck Supérieur, 2005, p. 64-65.

(2) Cf. Léon Bopp, Philosophie de l’art, Gallimard, 1954.

(3) Cf. Georges Polti, Les 36 situations dramatiques, 3e ed. mise au courant et augmentée de trois index bibliographiques des oeuvres et des auteurs cités dans cet ouvrage, Éditions d’aujourd’hui, 1980. Voir sur le sujet :

(Dernière mis-à-jour : 23 mai 2016)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le voyage d’hiver de Georges Perec : tentative d’épuisement d’un sujet

Tous les amateurs de Georges Perec connaissent Le voyage d’hiver. Sur l’argument de ce texte, je vous renvoie aux articles parus sur Calounet, Voix et silence et Paperblog, ainsi qu’ à Fatrazie. Je voudrais pour l’instant établir quelques listes :

liste des éditions de la nouvelle de Perec

liste des ouvrages homonymes n’ayant a priori rien à voir avec cette nouvelle

liste des  suites oulipiennes de cette nouvelle

(Dernière mise à jour : 21 juin 2017)

Continuer la lecture de Le voyage d’hiver de Georges Perec : tentative d’épuisement d’un sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’OuLiPo à Rennes

Dernier projet en date des élèves de Lisaa

Des Chicago, des sardinosaures, des paronomases… Ces appellations incongrues sont des jeux oulipiens,des classiques du genre. Dans le cadre d’un partenariat avec Lisaa Rennes, soixante étudiants en design graphique se sont emparés des contraintes définies par l’OuLiPo et du vocabulaire technique des bibliothèques (désherbage, récolement, massicot…) pour en proposer une création plastique. “A la façon de”, ces compositions graphiques, tout en lettres, en couleurs et en formes surprenantes, offrent un regard poétique et humoristique sur la création littéraire.

Les contraintes ne sont pas toujours faciles à deviner, c’est là toute la difficulté et le jeu.

Présentée sous la forme d’une vingtaine de pièces uniques, l’exposition s’affiche sur les vitres de deux espaces de la bibliothèque, la mezzanine jeunesse et le 5e étage.

Oulipo du 8 octobre 2010 au 02 janvier 2011 Bibliothèque / Les Champs Libres / Rennes

Patrice Guinche / directeur d’études section design graphique
p.guinche@lisaa.com
tel 02 99 79 23 79td

la blogosphère de lisaa Rennes
http://lisaa-line.blogspot.com/2010/07/entre-guillemets-oulipo.html

 

Voir sur le site Les champs libres des photographies de l’exposition et l’annonce de plusieurs conférences sur l’Oulipo :

13 octobre : François Le Lionnais, un érudit visionnaire, par Olivier Salon

20 octobre : l’OuLiPo et les mathématiques, par Michèle Audin

et quelques autres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Littérature à contraintes

En fouinant sur le site de l’Université ouverte des humanités, je suis tombé sur la perle ci-dessous que je vous laisse découvrir :

Langue, texte, énigme : c’est autour de ces trois pôles que l’écriture littéraire s’essaie à fabriquer de l’art : la poésie – et dans une moindre mesure le roman et la prose de fiction – sont d’abord des objets sonores, qui par le rythme, les sonorités créent une musique en même temps qu’ils offrent du sens ; la portée du texte s’enrichit des sonorités qui le soutiennent. L’objet poétique est également un objet visuel : qu’il soit imprimé ou manuscrit, le mot s’affiche d’abord sur la page, et joue d’une spatialité, d’une beauté graphique en créant d’autres relations, de proximité ou de hiérarchie. Il n’y a pas enfin de bonheur poétique sans que le sens échappe un peu, sans que le texte qui nous est offert ne joue à se cacher en même temps qu’il se montre ; c’est notre perspicacité, notre finesse, notre regard au monde qui sont exercés sur l’objet poétique ; qu’on la lise ou la compose, l’œuvre poétique, l’œuvre à contraintes exercent notre connaissance de l’âme humaine.

Trois modules interactifs sur la littérature à contraintes du 8ième siècle à aujourd’hui.

Poésie et prouesses :
Denis Hüe, professeur de littérature française à l’Université Rennes 2.

OuLiPo, Extension à la prose :
Frédéric Forte, poète et membre de l’OuLiPo ;
Anne-Françoise Garreta, maître de conférences en littérature française à l’Université Rennes 2 en alternance à l’Université de Duke (E-U), écrivaine, membre de l’OuLiPo .

Lecture potentielle, à la recherche d’une contrainte connue :
Dominique Raymond, doctorante à l’Université Laval (Québec) et chargée de cours en littérature à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Litterature-contraintes

Auteurs :        Frédéric FORTE
Anne-Françoise GARRETA
Denis HÜE
Dominique RAYMOND

 Conception :  Francis BLANCHEMANCHE
Damien COLLOC
Yann GARANDEL
Amélie ROULEAU 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Oulipo & C°

Dès ma première chronique, je vous ai parlé de l’Oulipo, ou plutôt de ses précurseurs. Voici une petite sélection autour du fameux Ouvroir, avec quelques curiosités annexes. Comme d’habitude, cela fera l’objet de mises à jour plus ou moins régulières.

Voir les chroniques sur ce sujet.

Dernière mise à jour : 24 février 2017.

Continuer la lecture de Oulipo & C°

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

E S A R T I N U L O C

Extrait de Fatrazie, excellent site dédié aux jeux de lettres et d’esprit, à l’Oulipo, à la ‘Pataphysique… et au célébrissime philosophe Jean-Baptiste Botul :

LIPOGRAMME : Un mot savant pour désigner une contrainte simple :  il s’agit de produire un texte sans utiliser une (ou plusieurs) lettre(s) donnée(s). La rédaction est d’autant plus difficile que le texte est long , que le nombre de lettres interdites augmente ou que ces dernières ont une fréquence importante. Rappelons qu’en français les onze lettres les plus fréquentes sont dans l’ordre

E S A R T I N U L O C

Selon Perec, dans un entretien recueilli par Jacques Bens et Alain Ledoux, publié dans Jeux & Stratégie n°1 (1980),  ce « mot » n’aurait qu’un anagramme en français : ulcérations (1). Cet entretien est consultable sur les sites suivants :

Fatrazie 

 Hic sunt chamelones

Jerôme Hubert

Molloy

Dans une note de bas de page de l’article de Dominique de Liège, « Unica Zürn, Bellmer et Perec », Essaim, n° 16, 2006/1 (cf. Cairn) , je peux lire ceci :

[86] Grâce aux travaux de Rémi Schulz, j’apprends, le 8 décembre 2005, en corrigeant ce texte, que le premier titre envisagé par Georges Perec pour son recueil de poèmes hétérogrammatiques Alphabets était : Roselanuit, en hommage et claire allusion à l’œuvre de Hans Bellmer Rose ouverte la nuit. Roselanuit est l’anagramme de la suite des lettres esartinulo, les dix lettres les plus employées en français et qui sont la base de la construction des poèmes d’Alphabets. « Ce qui n’est pas confirmé par le hasard n’a aucune validité… »

Dans un billet de Rémi Schulz sur Quaternité, nous pouvons lire, au sujet du recueil Alphabets de Perec

[…] Il s’agit d’un recueil de 176 onzains composés de 1974 à 76, répartis en 16 séries de 11 onzains. Un onzain est un poème de 121 lettres répétant 11 fois une séquence de 11 lettres différentes, le tout présentant si possible un sens minimal.

Perec a débuté son entreprise par une série ESARTINULOC, avec des contraintes supplémentaires portant sur toute la série […]

Dans Désordre alphabétique, chapitre 38 du Bestiaire ébloui des lexies tératoïdes(2), les deux listes des lettres classées par fréquence alphabétique décroissante y sont un peu différentes : 

E A S I N T R L U O D C P M V G F B Q H X J Y Z K W

E A S I T N R U O L D C M P V Q F G H B J X Y Z K W

Une autre version de l’article ci-dessus, parue dans Le Soir du 19 novembre 1997 et reproduite dans typographie@listes.irisa.fr, complète la série de la manière suivante : 

E S A R T I N U L O C M P D G B F V H Z Y Q X J K W 

Voir aussi un billet de Bernard G sur son blog.

Un exemple d’ulcérations de Perec trouvé parmi les Oulipian Exercises de Gilles Esposito-Farèse :

  

 (1) Extrait du site Cette adresse comporte cinquante signes

Mais sait-on que Georges Perec composa un poème de 400 vers qui ne sont qu’anagrammes mises bout à bout du même tirage ESARTINULOC (« Ulcérations », Bibliothèque oulipienne, n°1) ? Le même Perec qui suggéra qu’Henri Beyle choisit Stendhal en hommage aux îles Shetland

(2) Ce dernier a fait l’objet d’une éditition papier, malheureusement épuisée :

Éric Angelini, Daniel Lehman. Mots en forme : bestiaire ébloui des lexies tératoïdes. Paris : Quintette, 2001

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts