Archives par mot-clé : Poésie

Les manuscrits des robâiyât d’Omar Khayyâm

En décembre 2010, je vous proposais une chronique sur les traductions françaises des robâiyât d’Omar Khayyâm en vous promettant d’aborder prochainement la question des manuscrits. Ce projet est resté à l’état de brouillon que je vous communique ci-dessous en attendant de le compléter.

Les manuscrits

Manuscrits conservés à la bibliothèque nationale, indiqués par Charles Grolleau dans la bibliographie qui accompagne sa traduction. Certains sont disponibles sur Gallica :

Supplément Persan 745. Diwan de Emad, daté de l’an 786 de l’Hégire (1384). Sur le côté blanc de la feuille 64, un des possesseurs de ce manuscrit a écrit 6 rubaiyat d’Omar. Sur les feuilles contenant le colophon se trouve une variante du quatrain 112 du manuscrit de la Bodléienne.

Ancien fonds 349, ff. 181-210, 213 rubaiyat, daté de l’an 920 de l’Hégire (1514).

Supplément Persan 823, ff. 92-113, 349 rubaiyat: A. H. 934(1527).

Supplément Persan 826, ff. 391-394, 75 rubaiyat: A. H. 937 (153o).

Supplément Persan 793, f. 104, 6 rubaiyat d’une écriture du xi » siècle de l’Hégire.

Supplément Persan 833 (Ms de l’Atash Kadah), 31 rubaiyat: A. H. 1217 (1802).

Manuscrit du XVIIIe siècle conservé parmi les manuscrit orientaux de la bibliothèque universitaire d’Uppsala.

Manuscrit écrit à Schiraz en 1460/1461 (866 de l’Hégire), conservé à la Bodleian Library d’Oxford. Garcin de Tassy l’a utilisé  pour sa «  »Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm » parue en juin 1857 dans le Journal asiatique. Les 158 quatrains ont été traduits, en anglais par Fitzgerald (1859), en français par Charles Grolleau (1909) ou Jules de Marthold (1910). Une centaine de ces quatrains sont incertains. Ce manuscrit, qui porte la cote MS Ouseley 140, est accessible en ligne sur le site de la Bodleian Library.

Manuscrit d’Istanbul, 375 quatrains.

Manuscrit de 464 quatrains traduits en français par J.-B. Nicolas (1861).

Manuscrit de Calcutta, 516 quatrains.

Manuscrit de Lucknow, 845 quatrains.

Manuscrit de 1259 du scribe Mohammed al Qâwim de Nichapour, acheté en 1949 par le bibliophile anglais Chester Beatty, et contenant 172 quatrains traduits en français par Vincent Monteil (1983).

Manuscrit de 1207 dit de « Cambridge », acheté en 1950 à Téhéran. Anthologie de 252 quatrains qui ont été traduits par le professeur Arthur J. Arberry (en 1952, il a expertisé le manuscrit « Chester-Beatty »).

Manuscrit de 1206, conservé aux Etats-Unis et contenant 247 quatrains.

Manuscrit de 1153 découvert  « dans une immense bibliothèque familiale », 111 quatrains traduits en anglais par Omar Ali-Shah.

Au sujet des manuscrits

Barthélemy Csillik. Les Manuscrits mineurs des Rubâʼiyât de Omar Khayyâm dans la Bibliothèque nationale. Société anonyme Szeged Városi nyomda és Könyvkiadó, 1933. (Travaux de la Bibliothèque Universitaire de Szeged. N° 2)

Dernière mise à jour : 21 août 2020.

Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français

Je possède quelques traductions des robâiyât d’Omar Khayyam, le célèbre astronome, mathématicien et poète persan des confins des XIe et XIIe siècles, et cela faisait quelques temps que je souhaitais faire une chronique bibliographique à ce sujet.

Or voici que le n° 59 de la Revue de Téhéhran consacre justement un dossier à Khayyam, avec notamment un article sur Sarah Mirdâmâdi sur « Les » lectures de Khayyâm en France. Outre ce dossier récent, la même revue a publié par le passé des articles consacrés à des sujets proches, dont une biographie (une autre figure dans le dossier), un article sur la terre dans les quatrains d’Omar Khayyâm, et deux autres, plus généraux, sur les formes poétiques persanes et la dimension mystique de la poésie classique persane .

Autres sources utilisées :

L’article de Wikipedia et le site Omar Khayyam persan dont les contenus sont pratiquement identiques…

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

Le blog Omar Khayyam Rubaiyat créé en avril 2012..

Le catalogue de la BNF et le SUDOC.

Archive Internet, Gallica et Google livres.

La thèse de Karim Hayati Ashtiani, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, 2004, Université Lumière Lyon 2. Voir notamment cette courte bibliographie des traductions françaises de Khayyam.

L’article de Sara Saidi Bouroujeni, Etude critique des traductions en français d’un quatrain d’Omar Khayyâm, Archive of SID, Sixième année, Numéro 13, printemps-été 2011, publiée au printemps 2011.

Une chronique de Yoto Yotov sur le site Notes du Montroyal.

Enfin The Rubáiyát of Omar Khayyám : an updated bibliography, ouvrage essentiel de Jos Coumans paru en 2010 aux Leiden University Press. Je n’ai pu y accéder qu’en janvier 2012, bien après la parution en ligne de cette chronique. Je m’en suis largement servi pour ma mise à jour du 20 janvier 2012.

L’objet de cette chronique est essentiellement de faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Je ne m’étendrai donc pas sur la vie de Khayyam (voir les diverses biographies signalées plus haut) ni sur les divergences d’interprétations qui apparaissent dès les premières traductions européennes, l’anglaise de Fitzgerald en 1859 et la française de Jean-Baptiste Nicolas en 1867 (voir notamment « Les » lectures de Khayyâm en France). Il s’agit donc plus d’une bibliographie commentée que d’une étude.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais (l’ouvrage de Jos Coumans donnne à ce sujet de précieuses informations) et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits.

Je ferai ultérieurement une chronique sur les différents manuscrits existants.

Enfin, à ceux qui voudraient se lancer dans une recherche sur Khayyam et ses quatrains sur internet ou dans la documentation papier, voici deux petits rappels :

  1. Si la forme internationale translittérée est ´Omar Hayyām (1048-1131), il ne faut pas oublier que, selon les pays, les époques, les traducteurs et les éditeurs, les variantes orthographiques sont nombreuses. En voici un échantillon : ´Omar Khayyām ; Omar Khayam ; ʿUmar Khayyām ; ´Umar-i-Khayyám ; Omar Khèyam ; Omar Kheyyam ; Omar Keyyam ; Omar Xayām ; Omar Xayyām ; Omar Chajjám ; Omar Alkhayyámí ; Omar-i-Khajjam ; Omar Qayyam ; Omar Caiiam ; Omar Chiam. A noter qu’en persan, le nom complet du poète, Ghiyās od-Dīn Abol-Fath Omār ibn Ebrāhīm Khayyām Neyshābūri, s’écrit ainsi : غیاث الدین ابو الفتح عمر بن ابراهیم خیام نیشابوری 

  2. Ne pas oublier non plus que ces quatrains sont souvent désignés par leur nom persan, dont les graphies varient elles aussi : rubaiyat ; rubayat ; robaiyat, robaïat, roubaïates, sans oublier le singulier robaï ou rubaï parfois utilisé pour un pluriel… Quant à Sadegh Hedayat, il parle des chants de Khayam. Et en persan, cela s’écrit ainsi : رباعيات

Continuer la lecture de Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français