Archives par mot-clé : Poésie

La ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)

Mulan 木兰 (Magnolia) ou Hua Mulan 花木兰 (Fleur de magnolia) est l’héroïne d’une histoire bien connue en Chine. Digne exemple de piété filiale, elle s’était déguisée en homme pour remplacer son vieux père, servit pendant douze ans dans l’armée des rois Wei au temps de l’empereur Taiwudi ou Tuoba Tao (408–452) et devint général. Cependant, à la fin de la guerre, elle ne demanda rien de plus qu’un cheval (ou un chameau selon les versions) pour regagner le foyer paternel et reprendre ses tâches et vêtements féminins à la grande stupéfaction de ses anciens compagnons d’armes qui pendant toutes ces années n’avaient pas soupçonné qu’elle était une fille (ouf, sa vertu a été préservée). Fin de l’histoire ? Oui, dans la ballade sur laquelle je vais revenir ci-dessous. Malheureusement, si on en croit la suite de la légende, l’empereur Touba Huang apprit que le général Hua était en réalité une femme et voulut en faire sa concubine. Celle-ci refusa plusieurs fois et devant l’obstination de l’empereur, elle finit par se suicider avec son épée. Suivent de superbes funérailles organisées par l’empereur et le rideau peut enfin tomber.(1)

L’histoire a été déclinée sous forme de roman populaire et illustré ou de bande dessinée, de dessin animé disneyen ou non, et de film grand spectacle(2) . Il y aurait sans doute là matière à étude approfondie. Dans Mulan:five versions of a classic Chinese legend with related texts paru en 2010, Shiamin Kwa et Wilt L. Idema se sont ainsi intéressés à deux poèmes de l’époque Tang, une pièce de théâtre du XVIe siècle (Ci Mulan ti fu conjun = La fille Mulan rejoint l’armée à la place de son père), un opéra pékinois de 190? (Mu Lan congjun = Mulan rejoint l’armée) et un film de 1939. Il faudra sans doute que je me procure cet ouvrage.

Pour l’heure, je voudrais simplement me limiter la recherche de documents sur la ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)(3), un des deux poèmes évoqués ci-dessus, et notamment à la recherche du texte original et de ses traductions en français et éventuellement dans d’autres langues.

Voici la présentation qu’en fait le texte liminaire accompagnant la première traduction par Stanislas Julien :

Mou-lân est le nom d’une fille qui, voyant son père malade et hors d’état de répondre à la conscription, s’enrôla pour lui, et servit, sans être reconnue, pendant douze ans. Cette romance, que quelques auteurs attribuent à Mou-lân elle même, a été composée sous la dynastie des Tang, qui ont régné de 502 à 556. Elle est tirée du Supplément de l’Anthologie chinoise, en 8 volumes, intitulée Thang-chi, c’est-à-dire « Vers de la dynastie des Tang, » sous laquelle fleurirent (de 618 à 904) les poètes les plus célèbres de la Chine. M. Stanislas Julien, à qui nous devons la communication de cette romance, se propose de publier bientôt la traduction francaise de l’Anthologie des Tang.(4)

Le texte chinois de cette ballade peut être consulté sur les sites suivants :

Vent du soir (avec une traduction en français)

Wikisource (avec une traduction en anglais)

China the Beautiful (en caractères traditionnels = fanti , simplifiés = jianti ou calligraphiés et avec une traduction en anglais)

site de du professeur Lu-sheng Chong (fanti, avec une transcription en pinyin et une traduction en anglais)

Tsoi Dug (fanti, avec une transcription en pinyin et une traduction en anglais)

Mulan’s Corner (fanti, jianti, avec traduction en allemand)

Zhongwen

La première traduction en français est celle de Stanislas Julien, parue en 1832 dans le tome 37 de la Revue de Paris (Gallica et Google livres) et reprise en 1834 dans Tchao-chikou-eul, ou l’Orphelin de la Chine, drame en prose et en vers, accompagné des pièces historiques qui en ont fourni le sujet, de nouvelles et de poésies chinoises (Google livres). Patrice-François-Marie Cruice la publie en 1840 dans ses Études littéraires sur l’apologue, la poésie lyrique, la poésie épique, chez les Français, les Anglais, les Allemands, les Italiens et les Espagnols, et sur la poésie hébraïque et la poésie orientale (Google livres). En 1859, elle figure dans le tome 2 des Avadânas : contes et apologues indiens inconnus jusqu’à ce jour, suivis de fables, de poésies et de nouvelles chinoises traduits par Stanislas Julien (Google livres).(5)

Ce n’est pas cette traduction que j’ai rencontrée sur plusieurs sites web, mais deux autres, à laquelle je rajoute une troisième que m’a signalée Pierre Palpant (mise à jour du 19 mai 2012) .

La première, déjà signalée, est celle figurant sur le Vent du soir, dont l’auteur est Bertrand Goujard, et que vous retrouverez sur divers sites.

La seconde est un peu moins répandue et le nom du traducteur m’est pour l’instant inconnu.

Enfin, la traduction de Sung Nien-Hsu, extraite de son Anthologie de la littérature chinoise des origines à nos jours publiée chez Delagrave en 1932, doit sa présence sur internet au travail de Pierre Palpant qui la met en parallèle avec celle de Stanislas Julien sur le site Chine ancienne(6) .

Pour mémoire, voici les incipits des quatre traductions en français que j’ai pu trouver jusqu’à présent :

Stanislas Julien (le premier vers, qui suggère le bruit de la navette, est parfois absent) :

Tsi-tsi, puis encore tsi-tsi,

Mou-lân tisse devant sa porte.

On n’entend pas le bruit de la navette,

On entend seulement les soupirs de la jeune fille.

Bertrand Goujard :

Grince et crisse, frôle et puis grince et crisse,

C’est Mulan qui à son huis tisse.

On n’entend point métier sonner,

On n’entend que plaintes et soupirs.

Inconnu (les deux premiers vers sont souvent omis) :

Mulan tisse sur son seuil, mais ce bruit répété

N’est pas celui de sa navette ; vous n’entendez que ses soupirs.

Pense-t-elle à quelqu’un ? Se souvient-elle de quelqu’un ?

Elle ne pense à personne, elle ne se souvient de personne.

Sung Nien-Hsu

« Tsi, tsi, »

— devant la porte, Mou lan tisse.

Soudain, le bruit de la navette s’interrompt,

on n’entend plus que les soupirs de la jeune fille.

Yoto Yotov inventorie 8 traductions en français danss son article« La Ballade de Mou-lan » sur site Notes du mont Royal (ajout du 12 mars 2016).

En ce qui concerne les traductions en anglais, l’une d’elle, parue parue dans The Asiatic journal, vol.23, mai-août 1837 (Google livres), calque semble-t-il celle de Stanislas Julien. Peut-être est-ce la première traduction en cette langue. En voici l’incipit :

Tsi-tsi;—still, still, Tsi-tsi; Moulan is weaving before the door. One hears not the sound of the weaving-shuttle; nothing is heard but the sighs of this young girl.

D’autres traductions existent dont les auteurs et les incipits sont indiqués ci-dessous :

Traduction de Han H. Frankel (The Flowering Plum and the Palace Lady: Interpretations of Chinese Poetry, Yale University Press, 1976) ;sans doute la plus répandue sur internet :

Tsiek tsiek and again tsiek tsiek,

Mu-lan weaves, facing the door.

You don’t hear the shuttle’s sound,

You only hear Daughter’s sighs.

Traduction de Jack Yuan (2006) ; moins diffusée, c’est celle qui figure dans Wikisource :

The sound of one sigh after another,

As Mulan weaves at the doorway.

No sound of the loom and shuttle,

Only that of the girl lamenting.

Traduction d’un auteur inconnu ; peu d’occurences :

Busily busily cricket sings

By the door the maiden Mulan weaves

Why isn’t the shuttle’s sound heard

But only the maiden Mulan’s sighs?

Traduction de Fook H. Eng (?) ; peu d’occurences :

The insects chirping happily outside,

Mulan sat opposite the door weaving;

No sound of the shuttle was heard,

Only sighs of the girl.

Fook H. Eng a eu l’excellente idée de regrouper ces quatre traductions sur un même document. Qu’il en soit remercier !

Mis à jour du 3 septembre 2021

Je viens de découvrir la vidéo ci-dessous sur la chaîne Youtube de France Culture dans la catégorie La véritable histoire des héros de notre enfance.

Notes

(1) Si vous souhaitez plus de précision sur cette tragédie, je vous invite à consulter les articles qui y sont consacrés entre autre sur Wikipédia, sur le site de Christèle Herbeaux Del-Pino ou sur China the beautiful. Si vous êtes germanisants, vous pouvez lire, au sujet de la jeune fille qui va à la guerre (Vom Fraünlein das zum Krieg zieht), les remarques faites par Ferdinand Josef Wolf dans le volume 3 de ses Jahrbuch für romanische und englische Literatur paru en 1861 (Google livres) au sujet d’une communication d’Adolf Erbert parue dans ce même volume (Google livres). Où on constate que ce thème est très répandu… en Europe !

(2) Liste non exhaustive (extraite de NationMaster) des films qui se sont inspirés de cette histoire :

The story of Hua Mulan has inspired a number of film and stage adaptations. These include the following:

  • Hua Mulan Joins the Army(1927 film) – a Chinese silent film released by the Tianyi Film Company and directed by Li Pingqian
  • Mulan Joins the Army(1928 film) – Mingxin Film Company production, directed by Hou Yao. The film was a flop, in part due to the Tianyi film that was released the previous year
  • Mulan Joins the Army(1939 film) – popular Chinese film made during the war, directed by Bu Wancang
  • Lady General Hua Mulan(1964 film) – Hong Kong opera film
  • Mulan (1998 film) – Disney animated feature based on the Mulan legend

Note : il faut y ajouter le film de Ma Chucheng, Mulan (2010, Hong Kong)

(3) Voici ce qui est écrit sur le site Vent du soir au sujet de la distinction entre ces deux termes :

木蘭辭 : on trouve aussi 木蘭詩. 詩 est le terme générique pour poésie ou poème, 辭 désigne des formes poétiques plus irrégulières, on l’a préféré ici.

(4) Des présentations plus développées et plus récentes de la ballade sont donnée dans l’anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive, Vent du soir et à la fin de l’article de Thierry Mauffrey, “A propos d’odes et de ballades en Chine ancienne : peut-on parler de poésie héroïque ?”, paru en juin 2000 dans Camenae n° 4. Sur le Táng shī (fanti: 唐詩; jianti: 唐诗), voir le site Wengu Zhixin. Voir aussi sur le même site, Poésies de l’époque des Thang (VIIe, VIIIIe et IXe siècles de notre ère), … avec une étude sur l’art poétique en Chine, par le marquis d’Hervey-Saint-Denys, paru initialement en 1862. Je n’ai pas encore pu trouver le supplément du Táng shī d’où est extraite la ballade de Mulan.

(5) “M. Stanislas Julien vient de publier un recueil de fables indiennes qu’il a découvertes dans une Encyclopédie chinoise intitulée Yu-lin « la forêt des comparaisons ». Nos lecteurs n’ont assurément pas oublié trois charmantes fables que le savant sinologue a bien voulu extraire de son manuscrit en leur faveur, et qui ont paru dès le mois d’octobre 1858, dans les colonnes de cette Revue. Ils n’ont eu alors qu’un seul regret, celui de ne pouvoir en lire davantage : aujourd’hui ils peuvent se satisfaire amplement, car le recueil de M. Julien renferme plus de 120 apologues variés, presque tous aussi curieux qu’intéressants” (cf. Revue orientale et américaine, Volume 3, 1860, p. 196. livres).

(6) Voir ci-dessous le courriel de Pierre Palpant.

(Dernière mise à jour : 3 septembre 2021)

Parodies de la traduction de FitzGerald pour les Rubaiyat

Ayant trouvé des informations sur  des parodies de la traduction des Rubaïat par FitzGerald dans l’article consacré à Edward FitzGerald par la version anglophone de Wikipedia, je me suis mis en quête de leurs éventuelles versions en ligne. J’ai pu ainsi en trouver 12 sur Old Fashioned American Humor (OFAH) et sur Project Gutenberg (PG). Je laisse les anglophones, anglicistes et anglicisans apprécier la saveur, mes compétences dans cette langue supposée incontournable étant des plus sommaires.

 

Parodies en accessibles en ligne

Gelett Burgess. The Rubaiyat of Omar Cayenne. New York: F. A. Stokes, 1904. Disponible sur OFAH et sur PG.

J. L. Duff. The Rubaiyat of Ohow Dryyam. Disponible sur OFAH et sur PG.

Oliver Herford. The Rubáiyát of a Persian Kitten. Disponible sur OFAH et sur PG.

Wallace Irwin. The Rubaiyat of Omar Khayyam Jr. Disponible sur OFAH et sur PG. Illustations sur Flickr

Henry Walcott Boynton. The Golfer’s Rubaiyat. Disponible sur PG.

Mary Wallace Bundy Little. The Rubaiyat of a Huffy Husband. Disponible sur PG.

Carolyn Wells. The Rubáiyát of Bridge. New York and London: Harper and Bros., 1909. Illustré par May Wilson Preston. Disponible sur OFAH et sur PG.


Les traductions anglaises des Rubaiyat

J’ai commis en décembre 2010 une chronique sur les traductions françaises des Rubaiyat d’Omar Khayyam. Je vous propose ici son équivalent sur les traductions anglaises.

Tout comme la précédente, cette chronique vise essentiellement à faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Il s’agit ici encore d’une bibliographie commentée plus que d’une étude.

Pour établir cette liste, j’ai utilisé notamment les sources ci-dessous :

Jos Coumans. The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliographyAmsterdam University Press, 2011. 249 pages. Partiellement consultable sur Google livres. Voir la chronique que je lui ai consacrée.

M. Bayate-Mokhtari,Omar Khayyam et ses traducteurs français et anglais”, extr. de : Iran moderne  actes du XXIXe Congrès  international des Orientalistes, Paris, juillet 1973. Paris : l’Asiathèque, 1976. p. 4-6. Je n’ai pas pu encore consulter cet article.

Un catalogue de la libraire Maggs Bros sur la littérature anglaise du XIXe et du XXe siècle, p. 267 et  p. 406 et suiv. 

The Online Books Page

Le site de la librairie Stillman books.

 La bibliographie de Karim Hayati Ashtiani pour sa thèse, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, soutenue en 2004 à l’université de Lyon 2.

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

L’article Rubaiyat of Omar Khayyam de Wikipedia.

Le site The rubaiyat

Le site Books and writers

Bob Forrest propose plusieurs articles concernant les Rubaiyat sur son site. Il collabore aussi à Omar Khayyam Nederland

Scott Jermyn. « Loaves of Bread and Jugs of Wine : Three translations of Omar Khayyam », Meta, vol. 34 n° 2, juin 1989, p. , 242–252. Une étude comparative assez pertinente, il me semble, des traductions de Fitzgerald, d’Arberry et de Ali-Shah et Graves.  (Référence indiquée par Jean-Louis Breuil)

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits. Sur les manuscrits utilisés pour les traductions et qui sont parfois indiqués, voir mon billet sur le sujet.

Comme d’habitude, cette chronique  fera l’objet de rectifications en fonction des informations récoltées. Alors, si vous en avez…

Dernière mise à jour :  8 octobre 2020.

Continuer la lecture de Les traductions anglaises des Rubaiyat

L’araignée salvatrice, la religion, la littérature, le cinéma et la bande-dessinée

En lisant le billet intitulé La fiole et la tête du Prophète du carnet Culture et politique arabe, je suis tombé en arrêt sur cette carte postale algérienne des années 1920-1930 :

Carte postale algérienne, années 1920-1930
Carte postale algérienne, années 1920-1930

Cela vous rappelle peut-être quelque chose. Non ? Allez, je vous aide : une réminiscence cinématographique. Voilà, je pense que certains d’entre vous voient à quoi je fais allusion. Mais avant tout, voyons un peu cette carte postale.

Que représente-t-elle ? Mahomet (Mohamed, Muhammad…) s’apprête à rentrer dans une grotte avec un compagnon. En arrière-plan, ses ennemis, les Koreïchites (Qoraïchites…) lancés à sa poursuite. A l’entrée de la grotte, une araignée tisse sa toile…

Une rapide recherche sur internet me permet d’apprendre ce que bien des musulmans savent dès leur enfance : l’histoire de l’araignée, de la colombe et du prophète. Cette histoire, tirée des hadiths (ne me demandez pas plus de précisions, car je n’ai pu en trouver), raconte que Mahomet et Abou Bakr, son plus proche compagnon, se réfugièrent dans une grotte pour échapper à leurs poursuivants Qoraïchites. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, une araignée tissa sa toile à l’entrée de la grotte et une colombe pondit ses œufs sur une branche qui barrait cette même entrée. Lorsque les soldats arrivèrent, ils crurent que personne n’avait pu y pénétrer  sans déchirer la toile d’araignée ni faire fuir la colombe et ils rebroussèrent chemin (voir aussi l’addendum).

Il s’agit d’un des miracles de Mahomet qui a inspiré à François Coppée son poème, “L’araignée du Prophète” (disponible sur Gallica et Wikisource). Cependant, comme j’ai pu le constater sur divers sites et forums consacrés à l’islam et le plus souvent d’obédience musulmane, bien des docteurs considèrent les hadiths relatant la toile d’araignée devant la grotte comme “forgés ou faibles”, en d’autre termes non authentiques. Un bref résumé de ces disputes est donnée dans une vidéo du Cheikh Mohamed Hassan. [NB : J’ai appris depuis que c’était un salafiste, mais cela n’enlève rien à la réalité de la dispute et je regrette bien que la vidéo ne soit plus accessible…]

D’ailleurs, cette belle histoire aurait eu un précédent, et là encore les hasards de la navigation webienne m’apprennent ce que bien des juifs savent aussi dès leur enfance, puisqu’il s’agit d’une anecdote mettant en scène le roi David. Celui-ci, voyant un jour une araignée dans son jardin, s’étonna devant Dieu: “Pourquoi avoir créé cette créature inutile?” Dieu répondit: “Le jour où tu comprendras viendra”. Il comprit en effet, lorsque plus tard, pourchassé par Saül, il se cacha dans une grotte. Une araignée tissa alors sa toile sur toute la surface de l’entrée. Saül, voyant la toile, en déduisit qu’aucun homme n’était dans cette grotte et s’en alla. David était sauvé.

Ajoutons que l’araignée aurait tissé une toile prenant la forme d’une étoile à six branche et que cette étoile était également présente sur le bouclier des soldats lors de toutes les batailles remportées par Israël sur ses ennemis, le bouclier de David ou Magen David (voir l’article Etoile de David de Wikipédia).

D’où cette histoire est-elle tirée ? Selon la réponse donnée par le rabbin Jacques Kohn à une question posée sur le site Cheela,

Ce récit se trouve dans le אלפא ביתא דבן סירא (« Alphabet de Ben Sira »), un ouvrage anonyme datant de l’an 700 à l’an 1000 de l’ère commune que l’on peut consulter sur le site http://www.daat.ac.il/daat/hasfarim/alfa-bensira1.PDF

Ne connaissant pas l’hébreu, j’aurais bien voulu trouver une traduction de cet Alphabet de Ben Sira, lequel est surtout connu sur la grande toile comme une des sources du mythe de Lilith. Mais laissons cela et voyons plutôt la date de rédaction de l’ouvrage : entre les débuts du VIIIe et la fin du Xe siècle. A l’époque, l’islam existait déjà (l’Hégire date de 622) et connaissait une assez forte expansion avec la conquête du Maghreb et bientôt celle de la péninsule ibérique (711-732). Ainsi un écrivain juif vivant en milieu musulman aurait très bien pu entendre l’histoire de Mahomet et de l’araignée – si tant est que celle-ci existait déjà – et la réécrire en changeant les principaux personnages : l’histoire de David pourrait fort bien être postérieure à celle de Mahomet. Etonnant, non ?

Alors, laquelle des deux versions est à l’origine de l’autre ? Pour l’heure, je me garderai bien de trancher et peut-être faudrait-il leur chercher des origines communes dans un vieux fonds méditerranéen. N’étant pas assez savant en la matière, je vous laisse juge, et si certains d’entre vous ont des lumières sur la question, qu’ils n’hésitent pas à les partager.

Une question se pose cependant : lorsqu’il réalisa Le Tombeau hindou, Fritz Lang connaissait-il une de ces deux versions, et si oui, laquelle ? Eh oui, voici la réminiscence cinématographique annoncée plus haut, et si, ici encore, je ne pense pas pouvoir répondre à la question posée, je me ferai un plaisir de vous rappeler cet épisode de l’aventure exotique en deux volets de l’architecte Harald Berger et la danseuse Seetha (Le Tigre du Bengale / Le Tombeau hindou). Ayant fui la cour du roi Chandra, les héros se réfugient dans une grotte où se trouve une statue de Shiva à laquelle Seetha demande de l’aide par la prière. Une araignée tisse alors sa toile à l’entrée de la grotte avec le même effet sur leurs poursuivants que celui constaté sur les Qoraïchites ou sur Saül. Ici encore l’araignée est la fidèle exécutrice de la volonté divine, qui peut du reste changer, car lorsque cet imbécile d’Harald ne trouve rien de mieux que de manger les offrandes offertes à la déesse, ils sont découverts et emprisonnés.

Est-ce tout ? Non. Le titre de ce billet mentionne la religion (islam et judaïsme), la littérature (poème de François Coppée), le cinéma (Fritz Lang). Et qu’en est-il de la bande dessinée ? J’y arrive avec cette perle extraite de Mustang n°62 (Photonik, 1ère série, épisode 9) et trouvée dans un billet de Zaitchick intitulé… Quand Photonik cite Fritz Lang !

Et vive l’intertextualité… ou le plagiat, à votre guise _________________________________________________________________

Addendum

Voici une note trouvée au bas de la page 71 du tome 15 de l’Histoire universelle: depuis le commencement du monde jusqu’a présent (Amsterdam et Leipzig, chez Askée et Merkus, 1760). La polémique religieuse n’y est jamais bien loin.


Dernière mise à jour : 30 septembre 2021.

Les manuscrits des robâiyât d’Omar Khayyâm

En décembre 2010, je vous proposais une chronique sur les traductions françaises des robâiyât d’Omar Khayyâm en vous promettant d’aborder prochainement la question des manuscrits. Ce projet est resté à l’état de brouillon que je vous communique ci-dessous en attendant de le compléter.

Les manuscrits

Manuscrits conservés à la bibliothèque nationale, indiqués par Charles Grolleau dans la bibliographie qui accompagne sa traduction. Certains sont disponibles sur Gallica :

Supplément Persan 745. Diwan de Emad, daté de l’an 786 de l’Hégire (1384). Sur le côté blanc de la feuille 64, un des possesseurs de ce manuscrit a écrit 6 rubaiyat d’Omar. Sur les feuilles contenant le colophon se trouve une variante du quatrain 112 du manuscrit de la Bodléienne.

Ancien fonds 349, ff. 181-210, 213 rubaiyat, daté de l’an 920 de l’Hégire (1514).

Supplément Persan 823, ff. 92-113, 349 rubaiyat: A. H. 934(1527).

Supplément Persan 826, ff. 391-394, 75 rubaiyat: A. H. 937 (153o).

Supplément Persan 793, f. 104, 6 rubaiyat d’une écriture du xi” siècle de l’Hégire.

Supplément Persan 833 (Ms de l’Atash Kadah), 31 rubaiyat: A. H. 1217 (1802).

Manuscrit du XVIIIe siècle conservé parmi les manuscrit orientaux de la bibliothèque universitaire d’Uppsala.

Manuscrit écrit à Schiraz en 1460/1461 (866 de l’Hégire), conservé à la Bodleian Library d’Oxford. Garcin de Tassy l’a utilisé  pour sa “”Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm” parue en juin 1857 dans le Journal asiatique. Les 158 quatrains ont été traduits, en anglais par Fitzgerald (1859), en français par Charles Grolleau (1909) ou Jules de Marthold (1910). Une centaine de ces quatrains sont incertains. Ce manuscrit, qui porte la cote MS Ouseley 140, est accessible en ligne sur le site de la Bodleian Library.

Manuscrit d’Istanbul, 375 quatrains.

Manuscrit de 464 quatrains traduits en français par J.-B. Nicolas (1861).

Manuscrit de Calcutta, 516 quatrains.

Manuscrit de Lucknow, 845 quatrains.

Manuscrit de 1259 du scribe Mohammed al Qâwim de Nichapour, acheté en 1949 par le bibliophile anglais Chester Beatty, et contenant 172 quatrains traduits en français par Vincent Monteil (1983).

Manuscrit de 1207 dit de “Cambridge”, acheté en 1950 à Téhéran. Anthologie de 252 quatrains qui ont été traduits par le professeur Arthur J. Arberry (en 1952, il a expertisé le manuscrit “Chester-Beatty”).

Manuscrit de 1206, conservé aux Etats-Unis et contenant 247 quatrains.

Manuscrit de 1153 découvert  “dans une immense bibliothèque familiale”, 111 quatrains traduits en anglais par Omar Ali-Shah.

Au sujet des manuscrits

Barthélemy Csillik. Les Manuscrits mineurs des Rubâʼiyât de Omar Khayyâm dans la Bibliothèque nationale. Société anonyme Szeged Városi nyomda és Könyvkiadó, 1933. (Travaux de la Bibliothèque Universitaire de Szeged. N° 2)

Dernière mise à jour : 21 août 2020.

Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français

Je possède quelques traductions des robâiyât d’Omar Khayyam, le célèbre astronome, mathématicien et poète persan des confins des XIe et XIIe siècles, et cela faisait quelques temps que je souhaitais faire une chronique bibliographique à ce sujet.

Or voici que le n° 59 de la Revue de Téhéhran consacre justement un dossier à Khayyam, avec notamment un article sur Sarah Mirdâmâdi sur « Les » lectures de Khayyâm en France. Outre ce dossier récent, la même revue a publié par le passé des articles consacrés à des sujets proches, dont une biographie (une autre figure dans le dossier), un article sur la terre dans les quatrains d’Omar Khayyâm, et deux autres, plus généraux, sur les formes poétiques persanes et la dimension mystique de la poésie classique persane . Continuer la lecture de Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français