Arles selon… Louis Aragon

Louis ARAGON
1897-1982

Romancier, essayiste, critique d’art, journaliste (Ce Soir ; Les Lettres Françaises), poète surtout, il a été un des fondateurs du mouvement surréaliste et ensuite un membre éminent et fidèle du parti communiste français. Il est l’auteur d’une œuvre considérable dans laquelle Arles figure deux fois.

PLUS BELLE QUE LES LARMES
Les yeux d’Elsa, 1945
(extraits)

Il y a dans le vent qui vient d’Arles des songes
Qui pour en parler haut sont trop près de mon cœur
Quand les marais jaunis d’Aunis et de Saintonge
Sont encore rayés par les chars des vainqueurs

LES NOYES
Le nouveau crève-cœur, 1948

La forme de mon cœur est celle de la ville
Il y souffle un grand vent on ne sait d’où venu
O noyés dans les eaux que caressent les îles
Vous descendiez le fil d’un long rêve inconnu
Vous hâtant regrettés des herbes de la berge
Vers le repos promis des lointains Aliscans
Où dorment les héros les morts ont leur auberge
On y parvient un soir on y parvient mais quand
Vous dérivez avec vos histoires diverses
Les yeux aveuglément sur le ciel étoilé
Vous passez sous le pont la tête à la renverse
Sans voir les palais blancs par le fleuve frôlés
Puisque Arles vous attend allez il est trop tard
Vous pleurerez ailleurs sous des pierres sans nom
Ici toute la nuit n’est qu’un chant de guitare
Et mon amour y semble un immense Avignon

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Jean Aicard (2)

Jean AICARD 1848-1921

Romancier, poète, membre de l’Académie française, Jean Aicard est un homme de la Provence centrale, l’actuel département du Var : né à Toulon, maire de son village Solliès-Ville, auteur de Maurin des Maures. Pourtant une partie de son œuvre est consacré au pays d’Arles : une part importante du recueil Poèmes de Provence et ses romans Le roi de Camargue et Notre Dame d’Amour.

POÈMES DE PROVENCE

Poèmes de Provence, parus en 1873 chez A. Lemerre, suivie dès l’année suivante d’une édition revue et augmentée. Parmi les vingt-neuf poèmes parus dans cette dernière, nous avons choisi de reproduire « La ferrade » et « Arles ». dans leur intégralité. Cependant, dans le « Le Rhône » qui  figure aussi dans ce recueil, Jean Aicard évoque les Arlésiennes. En voici l’extrait :

Sans pouvoir t’ indigner le mistral te devance…
Ah ! tu voudrais marcher toujours plus lentement !
Et même, pour mieux voir le ciel de la Provence,
Tu voudrais un seul jour n’être qu’un lac dormant.

Car voici par essaims les belles filles d’Arles,
Leurs cheveux couronnés du large velours noir,
Le cœur pris au langage amoureux que tu parles,
Qui sur tes bords charmants viennent rêver le soir.

Tu reflètes le ciel et leurs yeux, leur visage,
Et leur sein rebondi comme un doux raisin mûr;
Et le mirage vert du riant paysage
Frissonne renversé dans tes reflets d’azur.

LA FERRADE

 Les taureaux de Camargue, errant à l’aventure,
Ardents comme autour d’eux la farouche nature,
Heurtant leur corne aiguë au tronc des tamarins,
Boivent à pleins naseaux, avec les sels marins,
La force et l’âpre orgueil des libertés sauvages,
Et parfois, dans les joncs désolés des rivages.
On les voit, effarant les oiseaux d’alentour,
Beugler vers l’infini leurs colères d’amour.

 Donc ils sont fiers, ils sont libres, et l’île est grande.
Un jour il faut aller les prendre dans leur lande
Et qu’ils sentent, vaincus, soumis au fer brûlant,
La marque de leur maître imprimée à leur flanc.
Des bouviers à cheval les lacent par les cornes,
Puis les traînent, la honte emplissant leurs yeux mornes,
Dans un cirque mal clos par des chars et des pieux.

Le taureau lent promène autour de lui ses yeux.
Dans un brasier le fer se chauffe à blanc. La foule
(Car l’homme est curieux même du sang qui coule)
Vient se presser autour du cirque trop étroit;
Parfois cent spectateurs se hissent sur un toit.
La Ferrade ! On y vient d’Arles; c’est une fête.

Les cornes en avant, baissant sa lourde tête,
Le taureau fait entendre un mugissement sourd,
Quand un jeune homme leste, au cou nerveux, accourt
Et saisit à pleins poings ses cornes redoutables.
A l’entour, sur les toits, sur les chars, sur les tables,
On frémit. Le lutteur, se sentant regardé,
Veut vaincre seul ; il veut, de sueur inondé,
L’œil luisant à travers sa chevelure noire,
Rouge, cambrant les reins et tordant la mâchoire,
Arc-bouté sur ses pieds, d’un brusque mouvement
Étendre tout du long l’animal écumant.
Le noir taureau secoue en vain l’homme qu’il traîne ;
Il recule; on entend son pied creuser l’arène ;
Sa queue ondule; il souffle et gronde à chaque pas,
Mais le dompteur le suit et ne le lâche pas.
Et les femmes, d’un œil fixe, les lèvres pâles.
Regardent en tremblant les deux superbes mâles.

 L’homme, un pied en avant, sent contre son genou
Par instants s’appuyer le mufle chaud et mou.
« Hourrah, l’ami! tiens bon, mon homme! » On l’encourage
Tandis que, maîtrisant l’animal fou de rage,
Sur les cornes, leviers vivants, l’homme hardi
Pèse; et l’ardent taureau qui résiste a roidi
Son cou large où le sang afflue avec la force.
La chemise en sueur moule les nœuds du torse.
Les deux efforts se font équilibre un moment :
Les champions égaux sont là, sans mouvement…
Oh ! comme alors le cœur vous bat, blondes et brunes !
On peut voir, au visage ému de quelques-unes,
Quels doux prix obtiendra le jeune et beau vainqueur !…
Soudain l’homme adroit cède, et d’un effort trompeur
Dans le sens même où tend la résistance aveugle,
Il abat le taureau qui s’allonge, et qui beugle
Couché sous le genou de son fier ennemi.

 C’en est fait! — Le vaincu gisant ferme à demi
Ses yeux pleins de regret de la lande marine,
Puis, frémissant, soufflant du feu de sa narine,
S’abandonne en silence aux morsures du fer.
Deux fois déshonoré, dans sa force et sa chair.

ARLES

Arles, tes Aliscamps sont pleins d’éclats de rire ;
C’est là que les amants aujourd’hui vont se dire
L’éternité de leurs amours :
Les sarcophages creux, aux deux bords de la route,
Sont leurs bancs familiers, et la Mort les écoute
Quand ils disent ce mot : toujours!

Oh ! qui d’eux ou de vous, tombeaux de pierre creuse,
Qui dit vrai ? Les amants ont la jeunesse heureuse.
Vous le néant du souvenir ;
Mais chaque Avril vieillit les amants; vous, les combes
Pleines de mousse humide où boivent les colombes,
Chaque Avril vous fait rajeunir.

O portiques, châteaux qui croulez, la lumière
Sur vos frontons noircis joue à travers le lierre,
Et vous fait paraître vivants.
Ruines, devant vous le passant cherche et songe ;
Est-ce la vie ou bien la mort, l’herbe qui ronge
Vos murs qui tremblent à tous vents ?

Sous les arceaux du cloître une servante alerte
Vient pour emplir sa cruche au puits ; la cour déserte
S’étonne du bruit de son pas ;
Toi, vieux puits, que sais-tu de la vie étemelle?
— « La corde lentement a détruit ma margelle,
Mais ma source ne tarit pas ».

Toi, cirque immense, où sont tes héros, tes athlètes
Qui voyaient autour d’eux tant de milliers de têtes,
Tant d’yeux attentifs, tant de mains ? —
Deux colonnes, voilà ce qui subsiste encore
Du théâtre où l’acteur sous le masque sonore
Rhythmait les larges vers romains…

Quoi! tout serait-il mort? Rien n’est resté d’un monde?
Taisons-nous, écoutons : cette terre féconde
Devient si dure en s’échauffant
Qu’émue au moindre choc elle sonne, elle vibre.
Et qu’on entend frémir son âme antique et libre
Même sous les pas d’un enfant.

Ne nommons pas la mort dans cette cité d’Arles
Où tu grondes, ô Rhône ! ô Mistral, où tu parles!
Où, sous l’azur toujours serein,
Le taureau camarguais dompté mugit de honte.
Où quand on met le pied sur la terre, il en monte
Un bruit fort comme un chant d’airain !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Alain Paire, un ami des arts et lettres en Provence : petite webographie

Suite à un message de Philippe Ferrand, un ami travaillant à la bibliothèque Méjanes, je voudrais attirer votre attention sur le travail d’un de mes compatriotes, le galeriste, libraire, critique d’art  et écrivain aixois Alain Paire.

Même si ce dernier a fermé sa galerie en décembre 2013 après 19 ans d’activités, il n’en reste pas moins très actif :

2 séries d’articles parus dans La Provence :

“Derrière les toiles d’Henry Pearlman” (10 articles sur l’expo Chefs-d’oeuvre de la collection Pearlman, Cézanne et la modernité au musée Granet)

“Artistes au camp des Milles” (6 articles)

4 films d’une dizaines de minutes visibles sur Mativi :

Antonin Artaud

Simone Weil

Walter Benjamin

Germain nouveau

ses chroniques sur Webradio Zibeline! tous les mardis matin à 10 heures

son site internet toujours plein d’information sur l’histoire littéraire et artistique en Provence

des conférences : celle sur les artistes du camps des Milles en janvier dernier (attention : les premières minutes de la vidéo sont muettes ou quasiment, la prise de son étant apparemment déficiente…)

des entretiens (ou interviews pour parler franglais…) : celui avec Bernard Baissat le 6 mars 2014 dans l’émission Si Vis Pacem sur Radio libertaire  (1ère partie, 2e partie)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon

La Médiathèque de la Communauté urbaine d’Alençon vient d’ouvrir sa bibliothèque numérique qui comporte notamment le fonds d’Adhémard Leclère, administrateur colonial au Cambodge entre 1886 et 1911. Cette collection se compose de 36 dossiers manuscrits, rassemblés par Adhémard Leclère, sur l’histoire, la religion, l’économie et la société khmère, et d’ouvrages sur la littérature, les sciences, l’histoire, dont celle de la ville d’Alençon, la politique, l’art, la religion et l’orientalisme.

Nous avions déjà rencontré Adhémard Leclère dans une précédente chronique sur le conte de Cendrillon chez les Chams et d’autres contes du Cambodge.

Voir aussi mes autres chroniques concernant le Cambodge.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Catalogues d’ouvrages imaginaires

Connaissez-vous l’ouvrage de Maximilien Twagiramutara. Soixante millions de mythos, publié en 2007 par la Librairie Bruaene, à Bruxelles ? Non ? C’est que vous n’avez-pas lu comme je l’ai fait dernèrerement Mot pour mot : kel ortograf pr 2m1 ? paru la même année sous la plume de Vincent Cespedes. Vous sauriez alors que Max – appelons le ainsi, comme le fait son amie Noémie – est un correcteur fort intéressé par la question de l’orthographe française sur laquelle je reviendrai sans doute prochainement, et surtout que ce Tutsi fondateur de l’IFA (Institut des Francophonies alternatives)… est tout aussi dénué d’existence que son livre qui appartient à la grande famille des ouvrages imaginaires comme le Le Necronomicon d’Abdul al-Hazred (Lovecraft), The Approach to Al-Mu’ tasim de Mir Bahadur Ali (Jorge Luis Borges), L’Ombre du Vent de Julián Carax (Carlos Ruiz Zafón) ou Le Voyage d’hiver d’Hugo Vernier (Geoges Perec).

Mais à propos, existe-t-il des catalogues les répertoriant ? La réponse est oui, dont au moins deux relativement récents, sans parler de la List of fictional books de Wikipedia, et quelques exemples plus anciens.

Mille et un livres imaginaires

Jacques Geoffroy. Mille et un livres imaginaires. Frasne (Jura) : Cavenas, 1997.

Visiter le blog de l’auteur (même s’il semble un peu à l’abandon) ainsi que sa fictiothèque.

Extrait du site :

[Mille et un livres imaginaires] présentait une quarantaine d’extraits ou de description de livres imaginaires : Eléments de Pataphysique du Docteur Faustroll (Jarry), Autour d’une fosse vide de Calixto Bandera (Cavino), L’An 2013 de Moravagine (Cendrars)… Un index de plus de mille titres, depuis A coat of many colours de Nahum Cordovero jusqu’à Zéliskar de Dorinval, inventorie quelques-unes de ces oeuvres imaginaires de la littérature française et étrangère.

La bibliothèque invisible

bibliotheque-invisibleStéphane Mahieu. La bibliothèque invisible : catalogue des livres imaginaires. Paris : Ed. du Sandre, 2014.

Sur l’auteur ;

C’est à un ‘pataphysicien émérite né en 1957, que revenait la responsabilité de leur donner collectivement un peu de corps. Auteur de plusieurs ouvrages sur les confins de la pensée et de l’expression, il a traité auparavant du Phalanstère des langages excentriques (2005), du spiritisme dans son Petit manuel de littérature d’outre-tombe (2008) ou encore d’un corpus politique croquignolet composé par les écrits des dictateurs, Le Guide suprême (2009). (Extrait de L’Alamblog)

Ce qu’en dit Fabula.

Présentation de l’éditeur :

La Bibliothèque invisible traite des livres qui n’existent pas, mais dont on trouve le titre, le nom d’auteur et la description dans des romans, des pièces de théâtre, des pamphlets, voire des bandes dessinées. On ne peut les emprunter en bibliothèque ou les acheter en librairie. Ils ne s’ouvrent qu’à l’intérieur d’autres livres. Ils peuvent apparaître au détour d’un roman, comme dans La Vie mode d’emploi de Perec, relever d’un but satirique comme le catalogue de la bibliothèque de Saint-Victor que donne Rabelais dans Pantagruel ou participer du canular comme la fausse vente aux enchères de la bibliothèque du comte Fortsas.
Plus de 1 500 livres imaginaires sont cités dans La Bibliothèque invisible et trois cents d’entre eux font l’objet d’une notice détaillée. Le lecteur découvrira ainsi les ouvrages rédigés par Sherlock Holmes ou son rival le professeur Moriarty, l’histoire du Necronomicon et des livres maudits créés par H.P. Lovecraft, l’œuvre volumineuse de De Selby telle qu’imaginée par l’écrivain irlandais Flann O’Brien, les écrits des personnages de Balzac, de Nabokov ou d’Umberto Eco.
Certains fonds importants se sont dégagés au fur et à mesure des lectures, comme les fonds Borges, Vila-Matas ou Roussel. Les plus célèbres auteurs n’ont pas négligé ce jeu comme Shakespeare, Poe ou Hugo.Turgot et Dickens ornèrent leur cabinet de travail de faux livres aux titres réjouissants.
Un texte de présentation étudie les modalités d’apparition du livre imaginaire, en donne une typologie et examine quelques ouvrages qui ont fini un jour par être réalisés et sont passés de ce côté-ci du miroir.
Savants fous, philosophes oubliés, auteurs de pièces injouables ont leur place dans la bibliothèque invisible qui double les bibliothèques réelles et les révèle. Il n’est jamais assez de livres, telle pourrait être la leçon donnée par les écrivains qui ont rêvé ces ouvrages introuvables.

La bibliothèque du comte Fortsas

Parmi les bibliothèques de livres imaginaires citées ci-dessus, voir notamment le soi-disant catalogue de la bibliothèque du comte Fortsas paru initialement en 1840 et réédité voici quelques années par les éditions des Cendres. Son histoire canularesque est résumée sur le blog du Bibliophile ainsi que dans unouvrage d’Emmanuel Hoyois paru en 1867, Documents et particularités historiques sur le Catalogue du comte de Fortsas,

La bibliothèque de Saint-Victor

Rabelais donne dans le chapitre 7 de Pantagruel le catalogue des livres de la bibliothèque de Saint-Victor à Paris, lesquels livres sont imaginaires et ont fait l’objet de maints commentaires. Selon Voltaire, on ne s’est jamais tant moqué de tous nos livres de théologie que dans le catalogue des livres que trouva Pantagruel dans la bibliothèque de Saint-Victor. Au XIXe siècle Paul Lacroix (le bibliophile Jacob) et Gustave Brunet s’y sont intéressés (cf. Catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor au seizième siècle, rédigé par F. Rabelais [in Pantagruel] commentée par le bibliophile Jacob, et suivi d’un Essai sur les bibliothèques imaginaires, par G. Brunet, J. Techener, 1862). Cette bibliothèque de Saint-Victor est pourtant bien réelle comme le rappelle Dominique Poirel (cf. « Une bibliothèque médiévale : la librairie « fort magnificque » de Saint-Victor », Littératures classiques, 2008, n° 66, p. 27-38) :
Proverbiale par sa richesse et ridicule par son contenu, la bibliothèque ici dépeinte offre aux yeux de Rabelais et de ses lecteurs le type achevé, c’est-à-dire foisonnant et démodé, de la bibliothèque médiévale.

 Paul Masson et le catalogue de la BNF

Raymond-Josué Seckel. « Un blagueur à la Bibliothèque : Paul Masson (1849-1896), alias Lemice-Terrieux », La Revue de la BNF, 2OO9, n° 31, p. 12-20.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Ce bon docteur O. Uplavici ou comment un auteur peut naître d’une référence bibliographique fautive

Il y a bientôt deux ans, pour une chronique sur la rédaction des références bibliographiques (laquelle est d’ailleurs le plus gros succès de ce carnet…), j’étais tombé sur ces articles concernant la vie édifiante du docteur O. Uplavici :

Clifford Dobell. « Dr O. Uplavici (1887-1938) ». Parasitology  juin 1938, vol. 30 n° 2, p 239-241 et Isis, mai 1939, vol. 30 n° 2, p. 268-272. Reproduit dans l’article ci-dessous d’André Lienhart.

François Lapèlerie(1)« La vie édifiante du Docteur O. UPLAVICI ». BBF, 1992, vol 37. n° 6, p.30. Publié sous la forme d’un encart dans l’article « Trois ans de CD-Rom dans une bibliothèque universitaire », BBF, 1992, n° 6, p. 20-32, ce texte figure aussi en ligne en format html sur une page d’archive de l’INSA de Lyon sur les références bibliographiques reprise dans le site de Patrick Saint-Jean.

André Lienhart. « Ces auteurs qui n’ont jamais existé : Student, N. Bourbaki et la figure emblématique de la référence erronée, O. Uplavici ». Site Histoire de l’anesthésie et de la réanimation.

L’histoire en une phrase (mais cela ne vous dispense pas de lire les articles…) :

Le docteur O. Uplavici est né en 1887 de l’erreur de bibliographes peu férus en langue tchèque lors du signalement d’un article sur la dysentrie (en tchèque : o uplavici) et a poursuivi sa carrière dans les revues scientifiques, nombreux étant ses citateurs, jusqu’en 1938, année où le biologiste Clifford Dobell révèle toute l’affaire.

Morale de l’histoire :

Evitez de commettre des erreurs dans la rédaction de références de documents en langues étrangères ou même dans notre propre langue – ne pas confondre nom et prénom, erreur classique pour les Occidentaux citant des auteurs chinois ou japonais, ou le titre avec le nom de l’auteur comme pour le docteur Uplavici – et ne citez que les documents que vous avez réellement  consultés, ce qui évite ce genre de confusion regrettable, une bibliographie devant être rigoureuse tant pour l’usage qu’en fera la communauté scientique que pour la crédiblité de la personne qui l’a rédigée.

 ______________

(1) Et non Lapellerie comme il est indiqué par certains pour signaler ce document. C’est en tout cas l’orthographe utilisé dans l’article initial.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Pierrone la Bretonne, compagne de Jeanne d’Arc

En faisant une recherche sur Jeanne d’Arc – vous savez, la bonne Lorraine qu’Anglais brûlèrent à Rouen et qu’un certain parti politique a hélas enrôlée sous sa bannière tricolore – je fus fort ébahi d’apprendre qu’elle avait suscité des adeptes en la personne de prophétesses venues se joindre à son entourage comme Catherine de la Rochelle et Pierrone la Bretonne. Cette dernière a eu un sort similaire à celui de la native du Barrois, puisqu’elle fut brûlée vive le 3 septembre 1430 sur le parvis de Notre-Dame de Paris, quelques mois avant le bûcher de Rouen (cf. Journal d’un bourgeois de Paris).

Après son exécution, Pierrone tombe dans un oubli profond d’où la tire Narcisse Quellien(1) à la fin du XIXe siècles suscitant publications, polémiques etc. car cet auteur ne s’est pas embarassé pour inventer certains détails quand ceux-ci manquaient dans les archives (Pierrone rebaptisée Perrinaïc ; naissance supposée à Guranhuel…). Il lança non sans talent à partir de 1891 une vaste campagne afin d’en faire une héroïne nationale, tentant en particulier de susciter une souscription publique pour l’érection d’une gigantesque statue de bronze en son honneur sur un piédestal de 60 pieds au sommet du Menez Bré. Arthur de La Borderie et d’autres historiens n’eurenl aucun mal à dévoiler la mystification et la campagne prit fin en 1895 aussi vite qu’elle avait commencé (cf. Institut culturel de Bretagne).

Mais il n’empêche que Pierrone la Bretonne a belle et bien existé, même si elle différait sans doute l’image qu’en a donné Quillien. Voici quelques lectures pour vous faire une idée sur la question.

Narcisse Quellien. Perrinaïc, une compagne de Jeanne d’Arc. Paris, Fischbacher, 1891.

Voir le compte rendu par Gemain Lefèvre-Pontalis,  Bibliothèque de l’école des chartes, 1892, vol. 53, p. 162-164.

W. Pascal-Estienne. Perinaïk. Une Bretonne compagne de Jeanne ďArc. Étude historique. Préface de Lionel Bonnemère. 2e édition. Paris, Camuel, 1893.

Voir le compte rendu par Gemain Lefèvre-Pontalis,  Bibliothèque de l’école des chartes, 1895, vol. 56, p. 168-171.

Arthur de La Borderie. « Une prétendue compagne de Jeanne d’Arc ; Pierrone et Perrinaïc », Le Correspondant, 1894, t. 139 = t. 175, p. 898-912.

Edmond Biré. « Choses de Bretagne » in Dernières causeries historiques et littéraires. Lyon, E. Vitte, 1898.

Voir aussi 4e édition (1927)

Le P. Stephen CoubéJeanne d’Arc et la France. Paris : P. Lethielleux, [1910]

Charles Le Goffic. « La vraie Perrinaïc » in L’âme bretonne. Paris, H. Champion, 1910.

___________

(1) Après quelques précurseurs comme Jules Michelet ou Anatole France dont La vie de Jeanne d’Arc paraissait alors dans la Revue des familles.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Tranches de livres peintes

Un ami a attiré mon attention sur les tranches peintes de livres anciens (en anglais : fore-edge paintings) en m’envoyant un lien les concernant sur La boîte verte nous donne un échantillon. Cela a évidemment suscité ma curiosité et m’amène à vous présenter cette mini-chronique.

Brève présentation historique

De quoi s’agit-il ? De scènes peintes sur la tranche d’un livre,

soit directement sur le livre fermé, de sorte qu’elles sont visibles directement sur la gouttière,

soit, selon l’acceptation la plus répandue du terme, réalisées lorsque le livre est ouvert, la peinture étant appliquée sur l’extrême bord de la surface des pages et l’œuvre n’étant alors visible que si l’on décale les pages de sorte que la gouttière soit oblique : ces peintures sont invisibles quand le livre est fermé.

Les tranches peintes sont anciennes, remontant peut-être au Xe siècle : elles étaient composées de dessins symboliques ou de motifs héraldiques en or et en couleurs comme ceux réalisés par Thomas Berthelet pour le roi Henry VIII. Puis viennent des portraits avec au XVIe siècle l’artiste vénitien, Cesare Vecellio.

La technique permettant de rendre ces peintures invisibles quand le livre est fermé apparaît entre 1649 et 1653 en Angleterre avec Samuel Mearne, un relieur à la famille royale, et les relieurs Stephen et Thomas Lewis. L’art de la peinture de paysages est lancé par William Edwards Halifax autour de 1750. Il utilise d’abord un monochrome (noir ou gris) et plus tard, une gamme complète de couleurs.

Bien que l’art des tranches peintes soit déjà ancien, la majorité ont été réalisées à la fin du XIXe et au XXe siècles, principalement sur ​​les livres datant du début du XIXe siècle.

Pour aller plus loin

Des articles

« Tranches peintes » de Wikipédia, et surtout ses versions en anglais et en allemand

« Fore-edge painting » du Bookbinding and the Conservation of books. A Dictionary of Descriptive Terminology sur le site Cool.conservation

« Fore-edge-painting » du Lexikon der optischen Medien, mit über 200 Fachbegriffen, von A bis Z du site Werner Nekes

« Les tranches peintes ou fore-edge paintings » et « Un monument de la bibliophilie : les Pillone » (ce dernier à propos de Cesare Vecellio) sur le Blog du bibliophile,

Dans le chapitre 6 du Nouveau manuel du relieur par Sébastien Le Normand (1900), voir la partie « Dorure sur tranche » : ce manuel est disponible sur le site Le moulin du verger.

Une conférence filmée du libraire de livres anciens Philip Pirages dont je vous recommande les vidéos disponibles sur Youtube

On the Edge. The Hidden Art of Fore-Edge Book Painting, site spécialisé de la Boston Public Library, dont vous pourrez également voir 8 ouvrages parmi les vidéos accessibles sur Youtube.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Voici bientôt quatre ans, j’ai consacré une chronique à Pigault-Lebrun, auteur de pièces de théâtre et de romans qui, pour être légers, n’en ont pas moins eu un réel succès en son temps et même plusieurs décennies après sa mort. J’avais également découvert qu’il avait écrit un recueil de citations contre la religion chrétienne intitulé Le Citateur, publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Comme je préparais alors une webographie sur l’athéisme, j’avais entrepris d’en faire la liste et de repérer celles qui étaient disponibles en ligne. Puis j’avais laissé cela parmi les très nombreux brouillons qui constituent la partie immergée de ce blog.

Voici quelques jours, j’ai voulu reprendre cette recherche et j’ai découvert, parmi les apostilles consultables sur le site des éditions Plein chant, un intéressant parallèle entre Le Citateur et Le Petit citateur, ce dernier ouvrage ayant pour auteur un certain Jules Choux. Je vous en donne ci-dessous un extrait pour servir d’introduction à la liste des éditions du Citateur, laquelle fera l’objet de mises à jour.

   Le Citateur, par Pigault-Lebrun (Jean-Nicolas Barba, libraire, palais du Tribunat, derrière le Théâtre-Français, n° 51) parut pour la première fois en 1803 (2 volumes in-12) et le fils de Jean-Nicolas Barba, Gustave, installé rue de Seine, en donna une nouvelle édition en 1830, précédée de cet avertissement: «Il existe dans le commerce une contrefaçon entièrement tronquée, publiée dans le format in-8°. Je déclare que cet ouvrage étant ma propriété, je poursuivrai [etc.]». En 1811 déjà avait paru une contrefaçon, mais en 2 volumes in-12, sous la fausse rubrique de Hambourg, à Paris en réalité. Le Citateur fut souvent réimprimé, mais restait rare car les dévots s’appliquaient à le détruire puisque il avait été mis à l’index, condamné par un décret du Saint-Office, le 22 novembre 1820, puis le 20 janvier 1823. Le Petit Citateur de Jules Choux parut pour la première fois en 1869, publié dans la clandestinité à Bruxelles, sous la fausse rubrique de Paphos. On serait tenté d’en attribuer la publication à Jules Gay, mais sans preuve. Dans la mesure, néanmoins, où il sera publié une seconde fois par Jean Gay, le fils de Jules, en 1881, sous la raison éditoriale Gay et Doucé, avec la même fausse rubrique: Paphos, on peut croire que Jules Gay en fut l’éditeur.

Si Le Petit Citateur fut publié successivement par Jules Gay puis par son fils, il est curieux de constater que Le Citateur fut également publié à Bruxelles, et par Jean Gay, ce qui montrait que les deux livres s’adressaient aux mêmes lecteurs, les curieux amateurs de livres clandestins. Cela en 1879, dans une collection nommée «Bibliothèque verte». Pour attirer plus de curieux encore que n’en attirait le nom de Pigault-Lebrun, Jean Gay voulut innover; il s’explique, dans un avant-propos signé G[ay]. D[oucé]:

«Voulant modifier le ton criard qu’offre l’impression en encre noire sur papier blanc, après avoir étudiés les diverses impressions faites sur papiers nuancés et celles en encre de couleurs, nous avons reconnu que l’encre verte foncée était préférable à toute autre.

Nous publions donc le présent livre en encre verte, et s’il reçoit un bon accueil du public lettré, comme nous l’espérons, nous nous proposons de le faire suivre par une série d’ouvrages curieux.»

Mal lui en prit, car un critique littéraire de la revue mensuelle d’Octave Uzanne n’apprécia guère: «Je ne parlerai que pour mémoire d’une réimpression du Citateur de Pigault-Lebrun. Obéissant à une ingénieuse fantaisie, les éditeurs avaient demandé à l’imprimeur une impression en encre verte, mais cet essai n’a pas réussi» (Le Livre, janvier 1880, «Correspondances étrangères», p. 16).

Lorsque Jean-Nicolas Barba édita les Œuvres complètes de Pigault-Lebrun, de 1822 à 1824, en 20 volumes in-8°, il s’abstint d’y inclure Le Citateur et La Folie espagnole. Qu’à cela ne tienne, la Bibliothèque des Curieux, équivalent affadi de Gay et Doucé, à cette différence près qu’elle était légale, publia les deux titres dans le même volume.

Dans la lite ci-dessous sont donnés le nom de l’éditeur, la date des éditions repérées et éventuellement le lien vers une version numérisée.
Barba

Les marchands de nouveautés

  • 1834
  • 1836

Gay et Doucé, 1879

Degorce-Cadot, 1887

Librairie de la Bibliothèque Nationale

R. Baudouin, 1978

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Le voyage d’hiver & ses suites

VHIl y a bientôt deux ans, dans une précédente chronique, j’ai eu l’occasion d’aborder Le voyage d’hiver de Georges Perec et ses suites, lesquelles étaient alors dispersées dans divers volumes et fascicules de la Bibliothèque oulipienne.

En octobre dernier (oui, je sais, cela m’avait échappé à l’époque…), dans l’excellente collection La Librairie du XXIe siècle, les éditions du Seuil ont réunis l’ouvrage initial de Perec et une vingtaine de ceux qui le suivent et le complètent dans un seul volume intitulé Le voyage d’hiver & ses suites et postfacé – Les voyages différents – par Jacques Roubaud, oulipien bien connu et auteur de la première suite, Le voyage d’hier, et sans doute de quelques autres, car si certains auteurs des suites – Reine Augure, Mikhaïl Gorliouk ou Hugo Vernier lui-même – sont fictifs, ils sont sans doute autant de masques pour Jacques Roubaud, Jacques Jouet, Valérie Beaudouin ou Etienne Lecroart.

Chaque nouvelle peut être considérée comme un chapitre dans un roman collectif nécessairement inachevé, car il est toujours possible d’en imaginer d’autres. Nul doute que d’ici quelques temps, cet ouvrage fera l’objet d’une édition réactualisée, à moins qu’on ne lui ajoute un deuxième volume. Dès cette année, Michèle Audin a publié dans le n° 216 de La Bibliothèque Oulipienne une nouvelle suite, La vérité sur le Voyage d’hiver, et il est peu douteux que d’autres membres de l’Ouvroir la suivront sur cette voie. J’attends avec impatience ces nouveaux chapitres de l’épopées vernierienne.

Pour un complément d’information, voir les sites du Monde et de France Culture.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel


Carnets de recherche