Les estampes japonaises de l’ukiyo-e au japonisme : tentative de webographie

Les informations sur les images du monde flottant (ukiyo-e) et leurs reproductions abondent sur internet, notamment sur les sites des musées et bibliothèques, ceux des marchands d’arts spécialisés ou non dans l’estampe japonaise et sur des blogs spécialisés dans le Japon et son patrimoine artistique. Je voudrais faire ici une sélection de quelques sites, à compléter au fil de mes découverte et de vos suggestions.

 

Introductions

L’article de Wikipédia sur l’ukiyo-e.

Le site Viewing japanese prints

Le blog Estampes japonaises

 

Galeries et expositions en ligne

Images du monde flottant (Coconino World)

Les expositions :

L’estampe japonaises. Images d’un monde éphémère (BNF)

Estampes japonaises des Hautes-Alpes (Archives des Hautes-Alpes)

Images du monde flottant (Coconino World)

Les collections d’estampes japonaises du Brooklyn Museum

Les estampes proposées sur les sites de marchands d’art

ArtMeMo

Fuji arts

Galerie am Haus der Kunst Monika Schmidt

Japanese prints London

Tanakaya

Toshidama japanese prints

Ukiyoe artgallery

Ukiyo e gallery

La collection de Ross Walker sur Ohmi gallery

Les estampes proposées sur des sites sur le Japon comme Bushido

 

Techniques et glossaires

Ressources Wikipédia : Catégories ; Formats de l’ukiyo-e ; Glossaire de l’ukiyo-e

Glossaire de l’Ukiyoe-artgallerie

Glossaire du blog Estampes japonaises

 

Artistes

Je renvoie ici à des sites sur ces artistes. Vous pouvez compléter avec les articles de Wikipédia.

Utagawa Hiroshige 歌川 広重 (1797-1858) connu aussi sous les noms d’Andō Hiroshige 安藤 広重 ou d’Ichiyūsai Hiroshige 一幽斎廣重.

Utagawa Hiroshige II (1826-1869)

Katsushika Hokusai 葛飾 北斎 (1760–1849) ; voir aussi ici

Utagawa Kuniyoshi (1798-1861)

Tsukioka Yoshitoshi 月岡 芳年 (1839-1892) connu aussi sous le nom de Taiso Yoshitoshi 大蘇 芳年

 

Thèmes

Outre les images érotiques ou shunga (images de printemps), auxquelles on les réduit trop souvent, les estampes japonaises ont abordé des thèmes aussi divers que le théâtre kabuki, illustré par l’éphémère Tōshūsai Sharaku, Utagawa Toyokuni et Hiroshige (série des 47 ronin d’après la pièce épique Chūshingura), les images de jolies filles (bijin-ga) chères à Utamaro et à Hokusai, les images d’oiseaux et de fleurs (kachō-ga) et les images de paysages (fūkei-ga) et autres « vues célèbres » (meisho-e) réalisées par Hokusai (Trente-six vues du mont Fuji) et Hiroshige (Les Soixante-neuf Stations du Kiso Kaidō).

Après l’ukiyo-e

Shin hanga

Sōsaku hanga

Influence artistique en Occident : le japonisme et ses suites

Articles :

Wikipedia

Université de Hong Kong

Metropolitan museum

L’histoire par l’image

Bibliographie sélective de la BNF

Yvonne Thirion, « Le Japonisme en France », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1961, vol. 13, p. 117-130

Thèmes particuliers

Claude Monet et sa collections d’estampes japonaises sur

Intermonet

Givernews

Giverny.fr

Picasso et les images érotiques japonaises

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Les Anglais dans la Résistance

Un documentaire sur un aspect méconnu de la Résistance française : le rôle qu’y ont joué les agents du SOE – Special Operations Executive. Parmi eux, Richard Heslop « Xavier » que mon grand-père a eu l’occasion de croiser dans les maquis de l’Ain en ces sombres années.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

La Retirada et la Nueve : se souvenir des Républicains espagnols

Un collègue et ami, très au fait de l’histoire des mouvements syndicaux et de la gauche socialiste (au sens fort du mot…) et libertaire, me signale une rencontre devant avoir lieu au premier étage des Halles de Tours ce mardi  21 avril à 18 heures avec Evelyn Mesquida, auteur de La Nueve. Cette rencontre est organisée par la toute jeune association Retirada 37, fondée dernièrement pour faire vivre les mémoires et les valeurs des Républicains espagnols exilés.

Retirada ? Nueve ? Kezaco, demanderont peut-être certains d’entre vous. Un petit rappel s’impose.

Le premier terme, Retirada, désigne la calamiteuse retraite des Républicains espagnols au début de l’année 1939 vers la France généreuse et fraternelle de la IIIe République qui les parqua dans des camps en plein hiver sur les plages languedociennes… Vous trouverez de nombreuses infos sur ce sujet, notamment sur le site du Musée de l’histoire l’immigration et sur Nopasaran36.

Quant à la Nueve, il s’agit de la 9e compagnie du régiment de marche du Tchad, qui faisait lui-même partie de la 2e division blindée ou Division Leclerc. Cette compagnie comportait 160 hommes dont 146 républicains espagnols, souvent anarchistes.  Elle a participé à la libération de l’Afrique du nord et de la France, et notamment à celle de Paris, le 24 août 1944.

Pour plus d’informations, voir les bibliographies des articles Retirada et Nueve dans Wikipédia, dont, parmi les ouvrages récents :

Serge Barba, De la Frontière aux Barbelés : les chemins de la Retirada 1939, Trabucaire, 2009. Recension de cet ouvrage par Ralph Schor, Revue européenne des migrations internationales, vol. 26 – n°2 | 2010.

Joseph Bartoli, Laurence Garcia, Georges Bartoli, La Retirada : exode et exil des républicains d’Espagne, Actes Sud, 2009. Infos sur le sites de l’éditeur.

José Cubéro. Les Républicains Espagnols, La Retirada. Editions Cairn, 2013. Infos sur le site de l’éditeur.

Evelyn Mesquida, La Nueve, 24 août 1944 : ces Républicains espagnols qui ont libéré Paris, Paris, Le Cherche Midi,‎ 2011. Voir ci-dessous un entretien de l’auteur.

Paco Roca (trad. Jean-Michel Boschet, préf. Anne Hidalgo, post. Robert S. Coale), La Nueve : Les Républicains espagnols qui ont libéré Paris [« Los surcos del azar »], Paris, Delcourt, coll. « Mirages »,‎  avril 2014. Excellent bande-dessinée que j’ai eu le plaisir de recevoir à Noël…

Voir aussi les vidéos ci-dessous :

La Retirada, chapite 5 de La conquête de la République en Espagne 1931-2007, documentaire réalisé dans le cadre de Réalisons l’Europe, projet pédagogique audiovisuel du Collège André Malraux de Paron (Yonne). Voir ci-dessous l’ensemble de ce documentaire :

Alberto Marquardt, La Nueve ou les oubliés de la victoire, documentaire de 52 minutes, 2008 :

Louis Llech et Louis Isambert, L’exode d’un peuple, documentaire de  tourné à l’hiver 1939 sur l’exode des républicains espagnols dans les Pyrénées-Orientales. Voir un extrait (18 des 36 minutes que compte le film).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Quelques notes autour des rapports du cinéma et de la littérature

Les rapports entre littérature et cinéma sont multiples. Ils prennent d’abord la forme de l’adaptation cinématographique d’une oeuvre littéraire préexistante, depuis Les Mousquetaires de la Reine de Méliès à la trilogie du Seigneur des anneaux réalisée par Peter Jackson.

Vient ensuite la figure de l’écrivain-scénariste ou dialoguiste tels Audiard, Dali, Prévert et tant d’autres au sujet desquels le site Monsieur Akdin donne une bibliographie (A-L | M-V). Celle-ci se réfère fréquemment à l’Anthologie du cinéma invisible de Christian Janicot paru en 1995 qui donne une centaine d’exemples de projets inaboutis.

Cependant cet excellent ouvrage ne parle pas, ni de La Fleur de l’âge qui vit la fin du duo Prévert / Carné, ni de la brève collaboration de Michel Audiard et de Patrick Modiano à une adaptation de L’instinct de mort de Jacques Mesrine. collaboration interrompue  par l’assassinat de Gérard Lebovici qui en était l’initiateur.

Le film prévu devait être réalisé par Philippe Labro, écrivain et réalisateur comme le sont Emmanuel Carrère, David Foenikos, Frédéric Beibeger et tant d’autres.

Dialoguiste, scénariste, réalisateur, l’écrivain peut aussi se transformer en acteur, comme l’a fait récemment Michel Houellebecq. Un exemple plus inattendu nous en est donné dans un article de Gérard Farasse paru dans la onzième livraison de Secousse et dont je vous donne ici le début, tout en vous en conseillant la lecture complète et fort instructive sur le site de la revue.

L’homme qu’on voit de dos

L’homme est entré, costume sombre, cravate, chapeau façon Stetson et, tandis que le grelot de la porte cesse peu à peu de tinter, s’est dirigé vers un rayonnage de cette librairie d’ancien et a mis le nez sur le dos des livres. Les murs sont tapissés de centaines d’ouvrages, la plupart reliés dans des tons fauves et rouges, qui s’accordent avec celui des boiseries et qui jettent un éclat d’incendie sur les lieux.
Le libraire est en train de raccompagner un client dont on ne voit que le dos. Le soleil dore la vitrine et la rend semblable à une icône. C’est une belle journée, une journée légère comme il en est au début du printemps. Le libraire a tourné un bref instant le regard vers le nouvel arrivant, puis est revenu discrètement s’asseoir à sa table de travail où s’entassent des catalogues de ventes aux enchères. Une petite statuette de scribe égyptien, celle d’Ahmès, qui provient sans doute du British Museum, situé non loin de la David Morgan antiquarian bookshop, veille sur son travail.
L’homme au chapeau, qui s’est découvert en pénétrant dans ces lieux, comme on fait dans une église, promène un doigt aveugle sur les titres mal lisibles des volumes, hésite entre plusieurs tentations puis extrait l’un d’entre eux des rayonnages. Il l’ouvre. Un parfum retenu captif depuis peut-être plusieurs siècles, enfin délivré, monte à ses narines, l’envahit, et vient embaumer la pièce. L’encre semble encore fraîche, le papier craque.
– Puis-je vous aider ? s’enquiert le libraire.
–Je suis à la recherche d’un ouvrage de Louis Francisque Lélut, Du démon de Socrate. Le titre complet…
Du démon de Socrate, spécimen d’une application de la science psychologique à celle de l’histoire. Vous tombez bien. Je viens d’acquérir un lot provenant de l’ancienne bibliothèque de la Salpêtrière, où fut enfermée Manon, et il s’y trouve. On ne s’intéresse plus guère à Lélut.
– Mais aussi pourquoi avoir voulu faire de Socrate un aliéné ? Il lui aura fallu plus de trois cents pages in-octavo pour démontrer qu’il souffrait d’hallucinations.
Tel est le dialogue qu’on peut entendre dans L’Espion aux yeux froids, film d’Edward William sorti dans les années soixante. Tel est le code qui permet aux deux agents secrets de se reconnaître.
–Vous n’avez pas été suivi ? demande le libraire en remontant d’un doigt ses lunettes pour mieux lire les documents que lui tend son complice.
– J’ai pris toutes mes précautions, j’ai emprunté le métro.
Le spectateur n’est pas aussi optimiste que ce dernier car il a vu deux hommes, engoncés dans leur trench-coat, à l’air peu  recommandable, se hâter à sa suite pour ne pas perdre sa trace. Il apprendra plus tard que le libraire a été poignardé. Un seul coup, mais un coup mortel qui ne peut avoir été porté que par un expert. Pas de traces de lutte.
On retrouvera son corps gisant dans une mare de sang dans l’arrière-boutique avec, auprès de lui, l’ouvrage ouvert de Lélut, sur lequel l’inspecteur de Scotland Yard, pour qu’on puisse apprécier sa connaissance du français, ironisera finement, en découvrant qu’il a été édité chez Trinquart : « Il a trinqué », dira-t-il. En vain : personne ne l’a compris.
*
Jacques Besson, dans Les Cahiers du cinéma, prétend que l’homme qu’on n’a vu que dedos sortir de la librairie n’est autre que Jorge Luis Borges.

[Lire la suite]

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Honoré de Balzac

Honoré de BALZAC
1799-1850

L’auteur de la Comédie  humaine a publié sous le pseudonyme d’Horace de Saint-Aubin. C’est le cas de l’ouvrage intitulé Dom Gigadas paru en 1840. où il fait l’éloge des Arlésienne.

Horace de Saint-Aubin. Dom Gigadas. Paris :  1840,  chap. III, p. 29-30

DOM GIGADAS
III
Les Saintes-Marie

Quoi qu’il en fût, le maître et le valet, l’un tirant et l’autre rechargeant le fusil et ramassant les pièces abattues, et tous deux échangeant quelques paroles sur les coups singuliers, se trouvèrent au bout d’une couple d’heures sur la route qui va d’Arlcsaux Saintes-Maries, et réciproquement. Cetle route, d’habitude fort solitaire, et que l’on peut parcourir en entier sans rencontrer un seul être vivant, était alors aussi peuplée qu’une rue de Paris, et présentait un spectacle que les yeux d’un solitaire devaient trouver curieux et ceux d’un jeune homme attrayant. Les belles filles d’Arles passaient dans tout l’éclat de leurs atours printaniers, les unes brunes, les autres blondes, presque toutes également remarquables par la fraîcheur de leur teint et par la régularité de leurs traits. Arles est proverbiale pour la beauté de ses femmes, et maintenant que tout est dégénéré, elle justifie encore cette réputation. Ou peut la traverser en entier sans voir un laid visage, au rebours de Paris, ou l’on peut se promener tout un jour sans découvrir une jolie femme. C’est un héritage que cette ville impériale tient du peuple-roi, et qui, mieux que des théâtres et des statues, témoigne de l’amour que les Humains lui portaient.

Au xvne siècle, les Artésiennes se vêtaient d’un costume qui rappelait celui des antiques Romaines, et qui s’alliait bien avec leur beauté imposante. La partie la plus remarquable de ce costume était le drôlet, sorte de tunique à manches courtes, qui se mettait par-dessus la robe et qui a été remplacée par la mante espagnole. Leur coiffure a changé aussi; mais dans tous les temps elles se sont fait remarquer par la coquetterie de leur chaussure qui compose une partie d’autant plus importante de l’habillement, que leurs jupes ne descendent guère qu’à mi-jambe.

Alors comme aujourd’hui, elles employaient de préférence les étoffes claires et brillantes; mais leurs robes dessinaient les hanches au lieu de les ensevelir sous des plis innombrables. Qu’elles y prennent garde, les aimables filles, un étranger qui ne ferait que passer dans leur ville pourrait en inférer que l’exquise pureté de leurs formes commence à s’altérer, et quiconque y séjournera deux jours, attestera que ce serait calomnie.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Anatole France

Anatole FRANCE
1844-1924

Anatole France connaît Arles. Il y est venu. Cependant, il ne la mentionne brièvement que dans la préface d’un livre et dans un de ses romans.

Bibliographie

Paul Arène et Albert Tournier. Des Alpes aux Pyrénées : étapes félibréennes ; préf. par Anatole France. Paris : Flammarion, 1892.

Anatole France. Le Lys rouge.Paris : Calmann-Lévy, 1894, chap. VII, p. 123

DES ALPES AUX PYRENEES
Préface

L’année prochaine, s’il m’est donné de vivre et de respirer encore la douce lumière du jour, mes amis, nous irons ensemble porter nos hommages pieux à la Vénus d’Arles. Je sais bien que l’Aphrodite de la Coloniajulia Arelatmsis est captive sur les bords de la Seine. Elle a été portée en trophée dans les jardins de Versailles, puis au musée du Louvre. Mais son âme et son génie sont encore en Provence. On les retrouve dans la pure beauté des femmes dans les lignes du paysage, dans la poésie vivante des félibres.

LE LYS ROUGE
Chapitre VII

— Arles, dit-il. Connaissez-vous Arles ? C’est la pure beauté ! J’ai vu dans le cloître de Saint-Trophime des colombes se poser sur les épaules des statues, et j’ai vu les petits lézards gris se chauffer au soleil sur les sarcophages des Aliscamps. Les tombes sont maintenant rangées des deux côtés du chemin qui mène à l’église. Elles sont en forme de cuve et servent la nuit de lit aux malheureux. Un soir, me promenant avec Paul Arène, je rencontrai une bonne vieille qui étendait des herbes sèches dans la tombe d’une vierge antique, expirée le jour de ses noces. Nous lui souhaitâmes une bonne nuit. Elle répondit : « Dieu vous entende ! Mais un sort mauvais veut que cette cuve soit ouverte du côté du mistral. Si la fente se trouvait dans l’autre partie, je serais couchée comme la reine Jeanne. »

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Victor-Eugène Ardouin-Dumazet

Victor-Eugène ARDOUIN-DUMAZET

Journaliste, écrivain, militaire, géographe,  Victor-Eugène Ardouin-Dumazet a publié de 1893 à 1901 une série d’ouvrages intitulés Voyages en France. Le volume 12 renferme une description d’Arles et de sa région.

Bibliographie

Voyage en France…. Tome 12. Paris : Berger-Levrault, 1897, p. 102-117.

Voyage en France (extraits)

VII

DES ALPILLES EN ARLES

Arles 26 décembre

[…]

Je voulais poursuivre à pied ma course vers Arles, mais le mistral souffle avec une violence telle, je vois arriver des gens dont la figure semble si bleuie et ratatinée par le froid, que je capitule et me décide à louer une voiture, un char à bancs découvert, traîné par un petit cheval plein de feu. Nous avons mis une demi -heure pour faire les 9 kilomètres séparant les deux villes. Après avoir dépassé la tour et gravi quelques mamelons rocheux, on traverse une large plaine très plate, couverte de vignobles, couverte d’eau en ce moment, toute cette région se prêtant à merveille à la submersion et permettant ainsi de lutter contre le phylloxéra. A cette époque, avec les vignes noyées, on pourrait se croire revenu à l’époque lointaine où Arles était entourée d’immenses lagunes communiquant avec la mer et formant, à Tentrée de la région maritime du fleuve, un port intérieur où les barques rhodaniennes, les navires de la Méditerranée et les radeaux portés sur des outres — utriculaires — naviguant sur la Durance et les étangs, constituaient le centre commercial le plus considérable du monde romain. Mais ces eaux sont aujourd’hui désertes et bien réduites en surface, l’exhaussement continu du sol a permis de livrer les champs à la culture, il n’en reste que des mares ou des marais roseliers fournissant aux cultures les abris contre le mistral.

Au-dessus de ces plaines horizontales et verdoyantes se dressent les anciennes îles des étangs arlésiens, collines rocheuses d’un caractère insulaire encore. Le Gastelet et ses ruines féodales, le mont de Cordes, la butte de Montmajour, si belle avec les ruines de son abbaye, sa chapelle et ses grands arbres, forment comme un petit archipel. Au delà on traverse le grand canal du Vigueirat, ancien lit de la Durance, qui dessèche et féconde à la fois la plaine jadis lacustre et l’on atteint Arles par une rue de maisons basses, blanchies à la chaux et la place Lamartine, voisine de la gare.

Arles, à ces abords de la voie ferrée, est une des plus tristes villes du Midi ; la rue d’accès est un fossé, on arrive à l’entrée de voies étroites, irrégulières, pavées de petits cailloux de la Grau. Aussi l’impression première, difficile à effacer, est-elle des plus défavorables à l’ancienne métropole de la Gaule impériale. Combien la ville aurait gagné à posséder sa gare près des Aliscamps, sur la route de Marseille ! Le voyageur arrivant dans ce qui fut la Rome des Gaules aurait pénétré par les beaux boulevards plantés d’arbres, ces esplanades, cette Lice ensoleillée, abritée du mistral, bordée d’un côté de jardins et de cafés et, de l’autre, par les eaux vives du canal de Craponne. Il aurait vu, dès ses premiers pas, une cité riante et gaie comme le sont toutes les villes de Provence sur leur cours. Il rencontrait le théâtre romain, les Arènes, Saint-Trophime, c’est-à-dire les merveilles de la cité antique. Arles n’aurait pas gagné ce renom de tristesse qu’elle ne mérite pas plus que les autres villes du Midi. Celles-ci n’ont-elles pas toutes un noyau de ruelles étroites, sordides, puantes souvent, sans caractère? Arles, au contraire, dans ses voies les plus sombres, montre des détails pittoresques et charmants.

Mais on n’apprécie bien ces antiques cités que si on les trouve au delà d’une zone moderne, large, aérée, couverte d’arbres, confortable en un mot. On aime courir par les vieilles rues de Marseille, de Nîmes, d’Avignon, de Valence ou de Montpellier après avoir été. imprégné de la gaîté répandue dans la cité moderne. Si le train ou la voiture nous amenaient au milieu de ces vieux quartiers, on éprouverait une sensation de tristesse.

Tel est le cas pour Arles où, comble de malechance, les abords de la gare sont d’une solitude et d’une laideur indescriptibles. Les premières rues de la cité, malgré les ornements sculptés, les grandes portes à marteau, les niches ornées d’une statue de saint, portent la peine de cette entrée rébarbative.

Et pourtant, grâce au costume et à la beauté des femmes qui circulent dans les voies étroites, Arles fait peu à peu disparaître cette impression; on se plaît par ces rues biscornues, ne « piquant » nulle part, où tant de détails charmants attirent Pattention, d’où le ciel paraît d’un bleu si éclatant.

Les édifices antiques attirent d’abord le visiteur. Les arènes laissent une impression de mélancolie, la ruine, trop haute pour le cordon de maisons endormies qui l’entourent, n’a pas la beauté imposante des arènes de Nîmes*, le théâtre, malgré son extrême délabrement, et dont il reste seulement les gradins, produit une sensation plus profonde. Deux colonnes de nobles proportions, supportant un morceau d’entablement, c’est tout ce qui subsiste de la scène, mais elles ont une beauté propre si grande! On resterait longtemps à les contempler.

La scène s’adosse à la rue du Cloître, étroite et somnolente qui entoure Saint-Trophime, la merveille d’Arles. Nulle part l’art roman n’a rien produit de comparable à cet arc couvert de sculptures, porche de l’église vénérable. L’architecture romane, ici, parla multitude des figures de saints, d’anges et d’animaux est un précurseur de la floraison merveilleuse qu’amènera l’art gothique. L’église elle-même est, à l’intérieur, assez banale, mais une de ses portes ouvre sur le cloître, un des plus étranges et des plus admirables monuments religieux du Midi. Il ne faut pas chercher ici les fines colonnettes du cloître du Mont-Saint-Michel, ni la grâce exquise de Fontevrault : l’architecture est massive, sur deux côtés les voûtes sont soutenues par des arcs romans, deux autres faces sont gothiques. Les figures sont barbares et cependant l’ensemble est d’un effet magique, cette cour herbue, ouvrant sous un grand carré de ciel bleu, a d.es dimensions restreintes et elle donne une impression de grandeur et de foi, due sans doute au contraste entre les proportions massives des voûtes et la délicatesse élégante des colonnettes doubles, surmontées de chapiteaux délicatement fouillés.

VIII

D’ARLES EN CRAU

Encore en Arles. — La Lice. — Les Aliscamps. — La décadence d’Arles. — Moyens de la prévenir. — Campagne arlésienne. — Le mistral et le chemin de fer. — Entrée en Crau. — Aspect de la plaine. — Les troupeaux et les bergeries. — Les oasis : l’étang d’Entressen. — La gare de Miramas. — A travers la Grau. — Les canaux d’irrigation. — Eyguières.

Eyguières. Décembre.

La place sur laquelle s’ouvre Saint-Trophime, avec son obélisque de granit, son hôtel de ville surmonté dîme coupole et de la statue de Mars, l’ancienne église ransformée en musée où l’on a réuni les précieux débris de l’ancienne métropole romaine, est, malgré ses faibles dimensions, une des plus belles et des plus nobles de province. Mais elle est moins vivante que la place des Hommes ou du Forum, sur laquelle on voit deux colonnes antiques engagées dans une muraille moderne. La place des Hommes a les hôtels, les cireurs de souliers, des platanes, une fontaine, c’est-à-dire la vie. Là viennent se grouper les ouvriers agricoles pour s’engager au travail dans les mas de la Camargue et de la Grau.

Mais sur l’esplanade de la Lice surtout est la rumeur de la Cité. La foule s’y forme en deux groupes: les hommes habillés de vêtements sombres devant les cafés, les Arlésiennes élégantes et graves se promenant sur la chaussée. Les boutiques de foire, les omnibus pour les faubourgs, les zouaves de la garnison mettent du bruit et de la couleur sur ces larges avenues ensoleillées, longées par le jardin public. Près de cette partie vraiment animée de la ville, contrastant avec les ruelles tortueuses et sombres, est une autre promenade d’une douceur majestueuse : les Aliscamps, si célèbres aux siècles passés, et qui conservent encore, malgré les mutilations, les envois aux musées et la destruction d’une partie de la nécropole pour l’assiette des ateliers du chemin de fer, tant de tombeaux antiques, du moyen âge et de la Renaissance.

Ces Aliscamps, c’est-à-dire les Champs Élysées où les fidèles tenaient à dormir de leur dernier sommeil, ne sont pourtant plus qu’une avenue très courte, bordée de mausolées, et de chapelles ruinées, ombragés par de grands peupliers. Ce furent jadis une ville funéraire immense. Non seulement les Arlésiens s’y faisaient enterrer, mais leshabitants des villes riveraines du Rhône envoyaient leurs morts au fil de l’eau, en des cercueils soigneusement calfatés ; on déposait le prix des funérailles dans le cercueil et, à Arles, une confrérie arrêtait les funèbres colis et procédait aux obsèques dans la terre sanctifiée par le tombeau de l’apôtre d’Arles, saint Trophime. La richesse de la nécropole était énorme, tombeaux païens et chrétiens en faisaient un véritable musée. Tout cela a été presque entièrement détruit ; les pauvres restes des Aliscamps n’en sont pas moins aujourd’hui encore un des sites les plus saisissants de l’ancienne cité impériale.

Cette destruction des Aliscamps pour la construction des ateliers et des voies du chemin de fer a été une faute irréparable. Certes, à ces travaux, Arles a gagné de résister à sa dépopulation constante, mais on eût pu obtenir le même résultat sans étrangler l’antique cité entre les noires constructions du chemin de fer et la digue formidable qui cache à Arles la vue du fleuve sous prétexte de la préserver des inondations. Il suffisait de faire passer le chemin de fer au delà des Aliscamps, dans la direction de l’est.

Aujourd’hui le mal est accompli, Arles ne peut plus s’étendre; elle a perdu la navigation qui l’animait et n’a pas su profiter de l’occasion inespérée de devenir un point de transit entre le Rhône et la mer. Au lieu d’empêcher le développement de Port-Saint-Louis , elle aurait dû apporter tous ses soins à venir en aide à la ville naissante et pousser au dragage des hauts-fonds sur le bas Rhône pour lui donner un tirant d’eau plus considérable. Arles aurait pu alors laisser à Saint- Louis les grands navires et recevoir sur les quais aujourd’hui déserts de sa gare maritime des bâtiments calant de 3 à 4 mètres.

Rien n’est navrant comme l’état actuel de ce port d’Arles si vivant il y a cinquante ans encore. A peine un ou deux navires, ou plutôt de grandes barques de cabotage, y viennent-ils de temps à autre. Les grands vapeurs fluviaux de Lyon à Port-Saint-Louis y déposent rarement des marchandises. Le mouvement total atteint à grand’peine 9,000 tonnes.

L’état actuel de la population d’Arles explique cette décadence. Sur les 25,000 habitants de la commune, la moitié, à peine, habitent la ville ; le reste est dans les villages. La ville a été désertée par son aristocratie et sa bourgeoisie, nul ne peut prendre l’initiative de la création de services maritimes. Cependant une grande maison lyonnaise de construction de navires y a établi des chantiers. La commune elle-même est trop vaste, son territoire couvre 103,000 hectares, plus que bien des arrondissements, plus de deux fois la surface du département de la Seine. La presque totalité de la Camargue, une partie de Crau en dépendent. Les habitants d’Arles exploitent au loin, par des fermiers, ces vastes terrains agricoles, ils sont donc tournés vers la gestion du sol et non vers le commerce et l’industrie. Leur produit le plus célèbre, le saucisson, se fabrique à Tarascon.

Peut-être, si ces immenses espaces étaient répartis en communes : Saint-Louis, Raphèle, Saint-Martin-de-Grau, Mas-Thibert et, dans la Camargue: Saliers, Albaron, la Gapelanayé, le Sambuc, les Salins-de-Giraud, ces groupes de mas et ces bourgs perdus disposant de leurs ressources fiscales pourraient-ils se développer, au grand avantage de la cité même ; celle-ci pourrait alors se tourner vers l’exploitation de sa situation géographique, si belle encore, et devenir un centre vital pour le Midi. Si l’étendue lui est mesurée sur la rive gauche, elle a, dans son faubourg de Trinquetaille, entre les deux bras du Rhône, des espaces illimités pour s’étendre. Il serait facile d’en faire la tête de ligne du réseau navigable du Midi par un tronçon de canal de deux kilomètres à peine reliant le canal d’Aiguesmortes vers Saint-Gilles au Petit-Rhône et en coupant, entre Arles et Fourques, par un autre canal, l’extrême pointe nord de la Camargue.

Arles peut donc espérer encore la prospérité. La mise en valeur de la Camargue et de la Crau est pour elle une certitude d’accroissement.

J’ai longuement parlé de la Camargue dans un précédent voyage. Il me reste maintenant à traverser la Grau pour achever la visite de cette région provençale arrosée, fertilisée ou à fertiliser par la Durance.

Jadis la plaine pierreuse venait jusqu’aux abords de la ville, le canal de Graponne a permis de transformer en prairies et en vignobles le désert infertile. On les atteint aussitôt après avoir traversé la région basse des marais couverte de vignes submergées, bornée, au nord, par le mamelon et les ruines fauves de Montmajour et les crêtes blanches des Alpilles. Pour franchir cette dépression et atteindre Arles, le canal court sur une longue rangée d’arcades.

Et aussitôt gravi ou traversé le talus à peine sensible qui porte la Crau, on est dans un pays d’aspect opulent : grandes prairies encadrées d’arbres, mas vastes et cossus entourés d’arbustes fleuris et précédés de belles avenues de platanes. Les arbres du Nord : peupliers, ormes, saules, marronniers, se mêlent aux pommiers. Sans les figuiers et les cyprès, sans le ciel d’un éclat implacable en cette fin d’année, on pourrait se croire dans les parties les plus bocagères de la Normandie. Mais celle-ci n’a pas en tel nombre les mas et les villas.

Bientôt les cyprès plantés au bord de la voie ferrée masquent cet heureux paysage dont le petit hameau de Raphèle, doté d’une station, est le centre vivant. Le mistral atteint ici toute sa violence ; rien ne l’arrête, on l’a vu immobiliser des trains sur le chemin de fer et les ingénieurs n’ont pu remédier au fléau qu’en imitant les cultivateurs et en faisant de la ligne ferrée une avenue majestueuse de noirs cyprès. Le vent, au delà de la voie, vers le Rhône, fait plier les joncs de l’immense étang des Chanoines, dont le colmatage fera un jour une opulente prairie. Au delà de ces marais, on entre dans la Crau encore sauvage; il y a bien au nord, sur les rives du canal de Craponne et de la roubine de la Chapelette le village et les mas de Saint-Martin-de-Crau, mais le chemin de fer, tout en les desservant par une station, se tient dans la partie encore inculte. Vers le sud se dressent les bâtiments d’une fabrique de dynamite qui a trouvé dans la Grau un isolement propice.

Au bord de la voie c’est la solitude, les seules habitations sont les maisons de garde-barrière, très classiques avec leurs assises trapues et le grand arceau ouvrant sur un vestibule donnant accès dans l’intérieur. Peu à peu la Crau se précise : champ de pierre fauve sans bornes, couvert de maigres taillis de chênes verts. Ceux de ces ar-
bustes qu’on a laissés croître sont assez hauts et montrent que la Grau aurait pu devenir une truffière ou une pinède si le pâturage des moutons n’avait été de tout temps la seule et désastreuse exploitation de l’immense champ de cailloux .

Ces abords de la Crau ont donc encore des taches de verdure ; on a tenté de les conquérir en plantant des amandiers, dont s’alignent les troncs noirs et rugueux, contournés par le vent. Parmi les champs de pierre et les plantations, l’eau de la Durance a permis aux habitants de Saint-Martin de créer quelques belles oasis de prairies, de cultures et de vignes. Ces dernières traces de la volonté humaine disparaissent : voici le véritable désert de la Grau, plaine sans fin de cailloux entre lesquels, en cette saison, croît une herbe courte, à peine visible, pacagée par des moutons roux, qui s’abriteront ce soir dans les bergeries semées çà et là. Ces umbles constructions, sous ce ciel clair, et dans la plaine rase, prennent parfois l’aspect de vastes édifices. Au loin on aperçoit encore des bouquets d’arbres indiquant un mas né au bord d’un canal. Ces parties cultivées sont des coussouls.

Un de ces mas appelé les Poulagères est au milieu de tas énormes d’ordures ménagères, formant avenue sur les deux côtés d’un embranchement du chemin de fer. Ce sont les débris recueillis dans les rues de Marseille et transportés chaque jour par train spécial. La grande cité en se débarrassant ainsi de ses ordures, concourt à la transformation de la Crau, à laquelle elle fournit des éléments fertilisants par F humus, qui manque si complètement à ce désert pierreux. Les cailloux sont exploités : les trains qui ont amené les gadoues aux Poulagères ramènent les galets à Marseille, où ils sont utilisés pour le macadam.

L’emplacement de ce dépôt a été choisi entre les deux branches du canal des Alpilles appelées de Langlade et d’istres, dont les eaux compléteront l’œuvre des gadoues. Cette partie de la Crau pourra ressembler un jour à la région d’Arles ; déjà, autour du vaste étang d’Entressen aux eaux bleues, s’étendent des prairies, des champs, des lignes d’arbres et des mas.

L’oasis d’Entressen est vite disparue, car la Crau recommence plate, nue, semée de cailloux, toute vibrante de lumière, mais bornée au loin par les collines isolées d’istres et la ligne de rochers de Miramas, derrière lesquels s’étalent les eaux de la petite mer de Berre.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Gustave Flaubert

Gustave FLAUBERT
1821-1880

L’auteur de Madame Bovary et de L’éducation sentimentale est venu à Arles à deux reprises et la ville figure plusieurs fois présente dans sa correspondance et ses récits de voyages.

Bibliographie

Oeuvres complètes de Gustave Flaubert. Paris : Club de l’honnête homme, 1973-1974

Voyage aux Pyrénées et en Corse, dans le tome 10, p. 314-315

Correspondance, 1830-1850, dans le tome 12

Voyage en famille, paru dans

Oeuvres complètes de Gustave Flaubert. Notes de voyages. I. Italie – Egypte – Palestine -Rhodes. Paris : Louis Conard, 1910,  p. 10-11

Voyages. Paris : Arléa, 1998, p. 97

EXTRAITS DE LETTRES

À SA SŒUR.

Marseille, dimanche soir, après la poste [28 septembre 1840.]

Nous sommes arrivés ce matin à Marseille, après nous être embarqués à Toulouse par le canal du Midi et avoir vu Castelnaudary, les écluses de Saint-Ferréol, Carcassonne, où nous sommes restés un jour, Narbonne, Nîmes, le pont du Gard et Arles. Tu ne peux pas te figurer ce que c’est que les monuments romains, ma chère Caroline, et le plaisir que m’a procuré la vue des Arènes.

À ERNEST CHEVALIER.

[Rouen, 15 mars 1842.]

Seulement, quelquefois, quand le soleil se couche, je songe que j’arrive tout à coup à Arles. Le crépuscule illumine le cirque et dore les tombeaux de marbre des Aliscamps, et je recommence mon voyage, je vais plus loin, plus loin, comme une feuille poussée par la brise

 À ERNEST CHEVALIER.

[Rouen, 21 octobre 1842.]

Adieu, écris-moi, voyage bien, [regarde et tâche de tirer quelque bon
coup]. Rappelle-toi qu’Arles est la ville des langues fourrées.

À ALFRED LE POITTEVIN.

Marseille mardi soir, 10 heures. 15 [avril 1845].

J’ai revu les Arènes que j’avais vues pour la première fois il y a cinq ans.  Qu’ai-je fait depuis ? (Ce qui peut s’écrire tout aussi bien avec un point d’exclamation qu’avec un point d’interrogation.) J’ai revu mon figuier sauvage poussé dans les assises du vélarium, mais sec, sans feuilles, sans murmures. Je suis monté jusque sur les derniers gradins en pensant à tous ceux qui y ont rugi et battu des mains, et puis il a fallu quitter tout cela. Quand on commence à s’identifier avec la nature ou avec l’histoire, on en est arraché tout à coup de façon à vous faire saigner les entrailles. En allant au pont du Gard j’ai vu deux ou trois charrettes de Bohémiens. A Arles [j’ai été le soir avec Hamard au café de la Rotonde et j’ai payé un verre de kirsch à un sergent. Sens-tu combien c’est beau ! J’ai examiné toutes les fillettes et j’en ai vu d’exquises, surtout deux.] Le dimanche, j’ai été à la messe pour les examiner plus à loisir. [J’en ai vu une surtout, une pâle et maigre, qui était d’une humidité chaude.] Je me suis promené sur le Théâtre, dans les arènes. [J’ai causé avec une garce du boxon qui est en face du théâtre, en face] ce vieux théâtre où l’on a joué le Rudens et les Baccbides, où Ballio et Labrax  ont éjaculé leurs injures et éructé leurs obscénités. [Je ne suis pas monté dans les appartements. Je ne voulais pas sortir de la poésie (à Avignon mêmement, j’avais causé dans la rue avec ces dames). Je te raconterai tout cela plus tard quand tu le voudras.

EXTRAITS DE JOURNAUX DE VOYAGES

Voyage aux Pyrénées et en Corse

A Arles également j’aurais voulu rester plus longtemps et y savourer longuement toutes les délicatesses sans nombre du cloître Saint-Trophime, qu’il faut avoir vu pour aimer et pour désirer encore Arles. Souvenir romain, un souvenir triste et grave, surtout sur le soir. Son amphithéâtre n’est pas, comme celui de Nîmes, presque intact et retrouvé tout entier comme une statue déterrée, il est enfoui jusqu’au milieu dans la terre et les loges supérieures sont démantelées; on dirait que les gradins qui s’écroulent veulent descendre dans l’arène. Malgré les tours de Charles Martel on ne pense guère aux Francs, et malgré la chaumière laissée comme spécimen de toutes celles qui emplissaient naguère le cirque, on ne pense guère non plus au moyen âge.
Ces monuments romains sont comme un squelette dont les os çà et là passent à travers la terre; aux ondulations du gazon on devine la forme du mort. Le théâtre est encore enfoui sous les maisons voisines et il n’y a qu’un coin qui se montre; sur une plate-forme qui faisait face aux bancs de pierre et que j’ai jugée la scène, deux colonnes de marbre blanc sont encore debout, hautes toutes deux, décorées d’une collerette de feuilles d’acanthe, tandis que toutes les autres sont étendues, mutilées, à leurs pieds. C’est par là qu’on a joué Plaute et Térence et que les Mascarilles du monde latin ont fait rire le peuple; l’ombre de la comédie latine palpite encore là. Au coin de la rue une fille sur sa porte attendait l’aventure (carmen bomini tenentem), mais les bougies du lupanar qui devaient brûler jour et nuit étaient éteintes, tant toute splendeur se perd; pauvre ruine d’amour, à côté de la ruine de l’art et qui vivait dans son ombre. Les Arlésiennes sont jolies. On en voit peu, on m’a dit qu’on n’en voyait plus. On ne voit donc plus rien maintenant C’est là ce qu’on appelle le type gréco-romain; leur taille est forte et svelte à la fois comme un fût de marbre, leur profil exquis est entouré d’une large bande de velours rouge qui leur passe sur le haut de la tête, se rattache sous leur cou et rehausse ainsi la couleur noire de leurs cheveux et fait nuance avec l’éclat de leur peau, toute chauffée de reflets de soleil.

Voyage en famille

A Arles, le soir. — Café de la Rotonde. — Saint-Trophime. — Promenade seul, dans les rues en pente, entre le théâtre et le cirque. Au théâtre on déblayait… — Etrange silence ; arbre qui passe au-dessus du mur; pots de chambre que l’on vidait sur le théâtre même. O Plaute ! . . . — Je fais le tour, j’entre sur le théâtre et je regarde l’ensemble. — Conversation. — Arlésienne à l’air stupide, yeux chassieux et coiffure mal peignée.
Puis je m’en retournai , écrasé par l’histoire et entendant les cris rauques de Labrac et du Soro. — Arlésiennes : les belles me semblent en plus grande quantité que la première fois.
Aljscamps. — Plaine de tombeaux, chemin de fer, chapelle avec ses cercueils vides. — La jeune fille morte le jour de ses noces : le crâne était plein de terre et une longue plante sans feuilles avait poussé dedans.
Musée. — Le Silène, sans tête, cuisse molle, ventre flasque et emph, poitrine large; on est tenté de prendre son ventre et d’en manier les plis gras. — Tête de Cjbèle sans nez. — Jolis tumulus. — Le guide : « J’ai des dictionnaires latins, grecs… ». — Le marché, jeune fille avec sa mère. — La messe : les enfants dans une chapelle; femme au teint de marbre jauni, au coin d’un pilier, maigre et pâle. C’est dans une église pareille et dans une telle atmosphère que Don Juan arrive et se tient caché derrière les colonnes, à regarder les cous penchés, les profils purs inclinés sur le prie-Dieu, respirant la femme et l’encens.
Aux environs d’Arles, vieille forteresse et vieux couvent, sur un grand rocher : broussailles dans les pierres, air arabe de l’architecture. — Conduit là par un petit cheval de la Camargue, ardent et maigre.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Alexandre Dumas

Alexandre DUMAS
1802-1870

Alexandre Dumas, auteur d’un nombre considérable de romans, a également écrit plusieurs récits de voyages. Dans l’un d’eux, consacré au Midi de la France, figure une description d’Arles en 1834 précédée d’une longue introduction historico-archéologique.

Bibliographie

Ce texte a eu plusieurs éditions, séparément ou en dans des recueils.

Nouvelles Impressions de voyage (midi de la France). Vol 2. Bruxelles : Hauman, 1841.

Oeuvres complètes d’Alexandre Dumas. Série 8. Paris :  au bureau du “Siècle”, 1851.

Le Midi de la France. Paris : Calmann-Lévy, 1887.

Le Midi de la France. Paris : Fabbri, 2004. (Bibliothèque Alexandre Dumas ; 38).

Le Midi de la France. Impression de voyages. Le Joyeux Roger, 2007.

Impressions de voyage. Midi de la France. Bourin éditeur 2011.

ARLES

Arles est la Mecque des archéologues français: c’est la cité antique par excellence. Des monuments romains forment le sol, et autour d’eux, à leurs pieds, à leur ombre, dans leurs crevasses, a poussé, l’on ne sait comment, par la force végétative de la civilisation religieuse de saint Louis, une seconde ville gothique, qui à son tour a donné naissance à des maisons qui, tant bien que mal, ont formé la ville moderne. Au premier aspect, ce sont ces deux dernières que l’on aperçoit; mais l’œil interroge-t-il les fondations, fouille-t-il les ruelles, réunit-il les débris, c’est la ville romaine qui reparaît, avec son théâtre, son cirque, son prétoire , ses thermes , son forum , le palais de ses empereurs, son autel de la Bonne Déesse et son temple de Jupiter Olympien. Le squelette du géant a été mal enseveli, et de tous côtés ses ossements percent la terre.

C’est qu’Arles, s’il faut en croire Ausone, était la reine des Gaules : » Le lieu elle était bâtie, écrivaient Honorius et Théodose à Agricola, préfet des Gaules, était si heureusement choisi, elle avait une si grande foule de commerçans, tant de voyageurs affluaient dans son port, que tout ce qui naissait ailleurs venait à elle : si bien que, devenue l’entrepôt du monde, on eût dit, à la quantité des objets qu’étalaient ses marchés, que ces richesses exotiques étaient le produit de son propre sol. En effet, tout ce que le riche Orient, l’odorante Arabie, la fertile Afrique, la molle Assyrie, la belle Espagne et la Gaule féconde recueillaient dans leurs campagnes, elle le prodiguait, au besoin, au désir ou au caprice du sybarite le plus raffiné, et tout ce qui était produit venait à elle par terre, par mer et par fleuve, dans des barques, dans dés navires et dans des chariots (1).

Aussi la ville d’Arles fut-elle chère à Constantin. Elle balança Byzance dans son esprit ; car un temps il l’avait habitée; il y avait été heureux, et sa femme, Fausta, y avait mis au jour son fils aîné, qui porta le même nom que lui. Quelle fut la cause qui empêcha Arles de devenir la seconde capitale du monde? on ne sait. Constantin s’en dégoûta t-il comme un amant d’une maîtresse, et lui fut-il infidèle en voyant les eaux bleues du Pont-Euxin et les rivages fleuris du Bosphore? Son dégoût lui vint-il du danger qu’il courut dans son palais sur le Rhône, la nuit où, prévenu par sa femme, il vit, caché derrière une tapisserie, son beau-père Maximin Hercule s’avancer vers le lit impérial, son épée à la main, et poignarder un eunuque qu’il avait fait coucher à sa place? Ou bien encore le terrible mistral, le fléau de ces contrées, parut-il un ennemi trop obstiné, un adversaire trop violent, à un homme qui avait respiré le vent frais d’Oslie et. la brise parfumée de Naples ? Ce fut d’Arles que partit Constantin pour aller combattre Maxence ; ce fut pendant le voyage des Gaules à Rome qu’une croix lumineuse lui apparut, avec l’inscription in hoc signo vinces ; et ce fut en double souvenir de sa ville chérie et de sa victoire sainte qu’il fit frapper des médailles d’or, d’argent et de bronze, portant d’un côté une main qui sort d’un nuage tenant une croix, et de l’autre côté une légende com- posée de ces deux mots : Arelas civitas.

Maxence noyé dans le Tibre, et tous les prisonniers élargis, l’empereur, solennellement baptisé par le pape Silvestre, revint à Arles, en 314 il assembla un concile, en 316 fit célébrer les jeux décennaux, et en 324 nomma trois césars : Crispus, qu’il avait eu de Minervine sa première femme; Constantin, qui, ainsi que nous l’avons dit, était à Arles de Fausta, fille de Maximin Hercule, et Li- cinius, son neveu. Puis, voulant consoler la ville qu’il allait quitter de son abandon, ainsi qu’on donne à la femme qu’on répudie un riche douaire, il lui fit venir des bords du Nil un obélisque de granit; il enrichit son palais de magnifiques statues et desplendides colonnades, et fit construire à grands frais un aqueduc au moyen duquel les eaux des montagnes voisines furent conduites dans les réservoirs publics ; puis enfin il y établit le siège du prétoire des Gaules, ce qui la faisait presque grande et auguste à l’égal de Rome et de Constantinople.

Aussi fut-ce à Arles que saint Aignan, évêque d’Orléans, voyant sa ville assiégée par Attila, vint demander secours à Aétius, préfet des Gaules, qui avec le secours de Mere-Wig vainquit le roi des Huns près de Châlons.

La puissance romaine s’éteignit à Arles avec Jules Valère Majorien. Il traversa les Alpes en 438, s’empara de Lyon, et, trouvant, comme Constantin, Arles merveilleusement située, il résolut d’y établir sa cour impériale.

Ce fut pendant son séjour en celte ville et dans le palais de Constantin qu’il invita Sidoine Apollinaire à s’asseoir à sa table ; et c’est à cette circonstance que nous devons la lettre du poète à Montius son ami, lettre dans laquelle il consigne les détails de ce grand festin, sept grands seigneurs avaient assisté, et il fait la description du palais, orné, dit-il, de magnifiques statues placées entre des colonnes de marbre.

Majorien, assassiné à Tortone, perdit avec la vie l’empire d’Occident, et la ville d’Arles, qui était restée seule colonie romaine, passa en 463 sous la domination des Goths ; elle resta sous leur domination jusqu’en 357, époque à laquelle Vittegis céda au roi des Francs Childebert la ville d’Arles et tout ce qu’il possédait dans les Gaules.

Le nouveau maître d’Arles y fit un voyage, y donna des jeux et des combats à l’instar des jeux et des combats romains. Un jour qu’il chassait dans les environs de la ville, il trouva au milieu d’une forêt et sur une petite montagne plusieurs pieux anachorètes. Touché de leur piété, il fonda le monastère de Montmajour.

En 732 les Sarrasins d’Espagne, ayant é battus entre Tours et Poitiers par Karl Martel, refluèrent sur les provinces méridionales, et, furieux de leur défaite, ils pillèrent la ville d’Arles, renversèrent ses monumèns, et ensevelirent sous leurs débris les trésors d’art amassés par cinq siècles de civilisation romaine. Chassés par Karl Martel en 756, ils reparurent en Provence en 797, Karl le Grand les vainquit deux ans après, et leur tua vingt mille hommes près de la montagne de la Corde.

Ce fut en honneur de cette victoire, dit monsieur de Noble de La Hauzière dans son histoire d’Arles, que Karl le Grand  fit construire au bas de la montagne du Montmajour une petite chapelle qu’il dédia à la sainte Croix. Une inscription latine en lettres onciales, dégradée et presque illisible, constate cette érection (2).

Malheureusement pour l’authenticité de cette dédicace, les  nouvelles études historiques ne reconnaissent ni l’inscription, ni la victoire qu’elle consacre. Il est donc probable que les moines de Sainte-Croix, ne voulant pas prier pour Charles Martel, qui avait.fortement rançonné toutes les communautés religieuses au secours desquelles il était venu, auront fait honneur de sa victoire à son petit-fils. D’ailleurs ia véritable date de la conservation de l’église de Sainte Croix, constatée par une charte, est postérieure à Karl-le- Grand de deux cent vingt ans. Élevée par l’abbé Rambert, supérieur du monastère de Montmajour, elle fut dédiée en 1019 par Pons de Marignan, archevêque d’Arles.

Le démembrement de l’empire de Karl le Grand arriva. La Provence, la Bourgogne et l’Empire échurent à Lod-Her. En 833, dégoûté du monde, il prit l’habit religieux, laissant son fils Louis II empereur, son fils Lod-Her II, roi de Lorraine, et son fils Karl, roi d’Arles et de Provence.

Enfin, l’empereur Karl le Chauve démembra de nouveaux états, érigea la ville d’Arles en royaume, et lui donna pour roi Bozon, qui était déjà gouverneur de Provence et d’Italie. Le nouveau royaume dont Arles était la capitale se composait de la Provence, du Dauphiné, du comtat Venaissin, de la principauté d’Orange, d’une partie du Lyonnais et delà Bourgogne, de la Franche-Comté, et du Piémont et de la Savoie jusqu’à Genève.

Le royaume d’Arles subsista pendant deux cent cinquante-cinq ans, et fut gouverné par onze rois (3)  puis il passa sous l’autorité des consuls. Quatre-vingt-neuf ans s’écoulèrent dans des alternatives continuelles de royauté et de république; puis enfin, en 1220, podestat fut établi.

Ce fut pendant cette période et au milieu de ses troubles civils qu’Arles vit s’élever sa splendide basilique de Saint- Trophime, et la première partie de son cloître; elle possédait déjà Montmajour. Ce fut donc du onzième au douzième siècle que la civilisation religieuse porta ses fruits, et que l’art chrétien prit racine sur le sol païen.

Pendant cent quarante-quatre ans, la ville, tantôt république, tantôt commune, et tantôt royaume, passa des mains des podestats dans celles des confrères, des mains des confrères dans celles des consuls, des mains des consuls dans celles des sénéchaux, et des mains des sénéchaux en celles de-l’empereur Charles IV, qui abdiqua en faveur de Charles V. Cette abdication eut lieu à Villeneuve-lès-Avignon, et de ce jour le titre de roi d’Arles s’éteignit pour les empereurs, et la ville retomba sous la domination des comtes de Provence, rois de Naples, de Sicile et de Jérusalem, titre que portait encore en 1480 le bon roi René, l’artiste couronné, qui se consolait avec son pinceau et sa viole de la perte de son sceptre et de ses trois royaumes.

Deux ans après, Louis XI, en sa qualité d’héritier de Charles III, prenait à son tour le titre de comte, de Provence, que portèrent ses successeurs, et réunissait Arles à la France.

Nous demandons pardon à nos lecteurs de cette longue introduction historico-archéologique ; mais elle ne sera pas perdue pour le voyageur qui, comme nous, arrivera le soir à Arles, et qui voudra prendre d’avance une idée de la ville qu’il parcourra le lendemain.

Nous restâmes trois jours à Arles , et il ne faut pas moins que ce temps bien employé pour tout voir et bien voir. Notre première visite fut pour la place des Bonhommes. Dans un rayon de cinquante pas elle nous offrit des restes de trois civilisations distantes l’une de l’autre de mille ans. Le premier est l’obélisque de granit égyptien, le seul que ferait retrouvé en France , et qui est, comme nous l’avons dit, un don de Conslantin à la ville qu’il quittait; une portion de la façade d’un grand-monument, qu’on croit appartenir au Capitole , et dont il ne reste qu’une partie de la frise et les deux colonnes qui la soutiennent; enfin la basilique de Saint-Trophime, merveilleux pendant à celle de Saint-Gilles: ces deux basiliques étant d’autant plus curieuses qu’elles sont, nous le croyons du moins, les deux monuments complets de l’art byzantin en France. Au reste , une chose digne de remarque, c’est qu’on reconnaît dans l’ornementation de la façade de Saint Trophime l’influence que la vue des modèles antiques qu’il avait sous les yeux a exercée sur l’architecte, qui a surmonté sa porte principale d’un fronton triangulaire, pareil à celui que les restes du Capitole lui offraient encore, et qui a orné sa corniche de palmettes rampantes, filles naturelles peut-être, mais à coup sûr filles reconnues , de l’architecture romaine.

Près de l’église de Saint-Trophime s’élève son cloître, moitié roman , moitié gothique, et l’un des plus curieux de France peut-être. A la quantité d’ornements qui couvrent les draperies des personnages sculptés dans les chapiteaux des piliers romains , il est facilede reconnaître le style byzantin du xuesiècle. Conslantinople essayait de dédommager Arles de lui avoir enlevé l’empire du monde.

L’amphithéâtre est plus grand mais aussi plus dégradé que celui de Nîmes. A l’époque où les Sarrasins désolèrent le Midi , une partie de la population se réfugia dans les arènes, et, murant ses arceaux, se fit du monument romain une forteresse impre< nable. Bientôt des tours grandircnt au-dessus des portes, des maisons s’étahlirent avec ordre, une ville enfin ‘s’éleva au milieu de la ville, isolée, mais complète , ayant son faubourg, ses remparts, ses rues, sa place publique et son église. De cette ville étrange , il ne reste plus aujourd’hui qu’une seule maison.

Les autres ont été démolies quand le gouvernement s’est enfin aperçu qu’il possédait à Nîmes et à Arles des merveilles à rendre Rome jalouse.

Après les arènes, le monument le plus important est le théâtre , dont l’érection précède la conquête romaine et remonte à la colonisation grecque. Arles avait reçu , si l’on en croit les vers de Festus Avienus , de ses voisins de Marseille le surnom de Theline (4), à cause de la fécondité de son sol. Les descendants d’Euxène lui avaient déjà donné leurs dieux, ainsi que le prouvent les fragments retrouvés du temple de Diane d’Éphèse. Ils voulurent encore lui faire connaître leurs poètes, et lui firent don d’un théâtre. Il n’était point encore fini lorsque les Romains leur succédèrent. De là la différence de travail qui existe entre les deux colonnes de marbre africain , debout encore, qui supportent un morceau d’architecture avec la frise au-dessus, et la partie opposée, dite aujourd’hui la tour de Roland, et qui est d’un goût tout à fait barbare.

Puis vient la promenade d’Éliscamp, ainsi appelée des deux mots latins Elisei campi. Autrefois ce fut un vaste cimetière où païens et chrétiens vinrent avec une foi différente, mais avec un même espoir, se coucher à côté l’un de l’autre. Leurs tombes sont confondues et entremêlées; mais on reconnaît les uns au D et à l’M quiJes recommandaient aux dieux mânes, ‘et les autres à la croix qui les mettait sous la protection du Sauveur. Presque tous ces tombeaux ont été fouillés : une partie a été emportée par les habitants de la Crau , pour faire des auges et des dalles; d’autres, dont les seuls couvercles ont été utilisés, sont béants et vides; et quelques-uns de ceux-ci montrent encore la séparation de pierre qui empêchait le mari et la femme, quoique couchés dans le même tombeau , de confondre jamais leurs ossements. Enfin , de distance en distance , le sol , retentissant sous les pieds qui le foulent, prouve qu’à côté de ces tombeaux profanés il en reste de vierges et’intacts, que n’ont fouillés encore ni la curiosité ni l’avarice.

Le musée d’Arles, à qui celui de Paris a enlevé son chef-d’œuvre , la Vénus au miroir, s’est enrichi des dépouilles des autres monuments ; tous lui ont fourni leur contingent ‘de débris: mais la plus riche récolte qu’il a faite lui vient du champ de la mort. Là est une collection de tombeaux du Bas-Empire , riche comme je n’en sais aucune autre , et dont les bas-reliefs peuvent servir à l’histoire de la décadence de l’art. Les plus anciens, au reste , ne m’ont paru remonter qu’au commencement du IVe siècle.

Le gouvernement accorde 700,000 fr. par an pour les fouilles d’Arles; il ferait mieux d’y envoyer un préfet artiste, et de mettre à sa disposition un bataillon de pionniers. Nous avons une armée de quatre cent mille hommes , sur lesquels trois cent cinquante mille se reposent. Ne pourrait-on pas sans inconvénient grave en distraire cinq cents, qu’on employerait à déblayer la nouvelle Pompéia ?

 Il est curieux, au reste, de se promener autour des remparts d’Arles; l’enceinte des murailles est presque un second musée. De vingt pas en vingt pas, on rencontre, incrusté dans le mur, un fragment de colonne, un débris de chapiteau. Partout où les Romains avaient élevé des monuments , on a de ces monuments bâti des villes avec leurs églises et leurs remparts , et cependant à peine s’aperçoit-on qu’il manque quelquespierres à ces gigantesques constructions.

L’un des trois jours que nous passâmes à Arles était un jour de fête, ou plutôt de marché ; il y avait une foire de moutons. Cent vingt-cinq ou cent trente mille brebis, descendues des plaines de la Crau, étaient parquées au pied des remparts du midi. Cette circonstance , assez indifférente en elle-même, eut pour ma curiosité de voyageur un excellent résultat : ce fut celui de faire sortir de leurs maisons, et dans leurs costumes de fêtes, les Arlaisiennes , que je n’avais encore vues qu’allant à la fontaine ou filant sur le seuil de leurs portes. Vers les trois ou quatre heures de l’après-midi , abandonnant le bonlevard extérieur aux élégants et aux dandys de la ville, elles se répandirent dans les rues , circulant bras dessus , bras dessous , par rangées de sept ou huit jeunes filles , s’arrêtant de porte en porte, pour commérer, en formant des groupes bruyants et moqueurs. Leur réputation de beauté est tout à fait méritée, et non-seulement elles sont belles, mais encore gracieuses et distinguées. Leurs traits sont d’une délicatesse extrême , et appartiennent surtout au type grec; elles ont généralement les cheveux bruns, et des yeux noirs veloutés , comme je n’en ai vu qu’aux lndiens et aux Arabes. De temps en temps, au milieu d’un groupe ionien , passe rapidement une jeune fille , marquée au type sarrasin , avec ses yeux longs et relevés aux coins , son teint olivâtre, son corsage flexible et son pied d’enfant, ou une grande femme , au sang gaulois, aux cheveux blonds et aux yeux bleus, à la démarche grave et tranquille, comme celle d’une antique druidesse. Presque toutes sont fraîches et épanouies comme des Hollandaises; car l’humidité du climat, qui à trente ans flétrira leur beauté d’un jour, leur donne ce teint blanc et rose qu’ont les fleurs qui bordent les fleuves ou qui poussent dans les marais. Malheureusement pour le peintre et le poète , qui vont cherchantle beau et le pittoresque, ces gracieuses jeunes filles de Bellovèse , d’Euxène , de Constantin et d’Abdérame, ont perdu une partie de leur charme le jour où elles ont renoncé au costume national, qui, résumant pour elles tout le passé, se composait de la tunique courte des jeunes filles spartiates , du corsage et de la mantille noire des’Espagnoles, du soulier à boucle des Romaines, de la coiffe étroite d’anubis et du large bracelet gaulois. De tous ces vêtements pittoresques, les Arlaisiennes n’ont gardé que leur antique et originale coiffure , qui , toute dépareillée qu’elle semble avec la taille longue et la manche à gigot, ne laisse pas que de conserver à leur aspect une physionomie toute particulière , que leurs amants sont loin d’avoir. Les Arlaisiens n’ont rien de remarquable; aussi dit-on généralementleshommes de Tarascon et les femmes d’Arles, commeon ditles Romaines et les Napolitains.

N’est-il pas remarquable que , du costume national , la dernière chose que l’on abandonne soit sa coiffure? Dans tous les ports de mer du Midi, on rencontre parles rues une foule de Turcs et de Grecs qui ont adopté les habits’et le pantalon , et conservent obstinément le turban. Les ambassadeurs de la Sublime Porte eux-mêmes nous offrent tous les jours cette singulière anomalie en se présentant dans nos salons et dans nos spectacles avec le costume français etla tête cachetée de leur calotte grecque comme des bouteilles de vin de Bordeaux.

Lorsque la ville aux vieux débris cesse d’être galvanisée par quelque fête ou par quelque marché, elle se recouche et se rendort dans sa poussière romaine. Bien plutôt pareille à une tente militaire , placée au bord d’un fleuve par une colonie errante et lassée, qu’à une une cité vivace, Arles fut une villa impériale, et non pas une ville souveraine. Embellie et décorée par fantaisie , puis abandonnée par caprice , cette maîtresse royale n’a plus, depuis cinq siècles , une raison suffisante de vitalité. Sa position sur le Rhône, source de richesse pour elle quand ses murs renfermaient un empereur magnifique ou un roi guerrier, n’a plus aucune valeur maintenant qu’elle n’est qu’une ville de troisième ordre. Sous la république et l’empire-, Arles reprit une vie factice et momentanée ; car le commerce , repoussé des mers, reflua dans les fleuves , et, d’exportatif qu’il était, devint intérieur : aussi , comme à Avignon , tout ce qui est marin , portefaix , employé des ports, est-il républicain , tandis qu’au contraire les gentilshommes, les boutiquiers et les paysans sont généralement carlisles. Ces deux opinions se partagent la cité. Comme partout, la ville haute , qui a commencé par être une aire féodale , est aristocrate , tandis que la ville basse, dont les chaumières primitives sont venues se grouper autour du château , et peu à peu s’y sont changées en maison , se souvenant de son origine populaire , est ‘presque entièrement démocratique.

Arles, qui de rétrograde était devenue stationnaire , commence cependant aujourd’hui à marcher, mais lentement encore ,’mais d’un pas embarrassé, et plutôt avec la débilité de la vieillesse qu’avec l’bésitation de l’enfance. Quoique peuplée de dixhuit mille habitants , elle n’a qu’une marchande de modes , qui ne peut pas vivre de son commerce , et, depuis cinq ans seulement , un libraire , qui ne se soutient qu’avec l’aide des maisons d’Aix et de Marseille. Auparavant, les seuls livres qui s’y vendissent étaient des livres de prières colportés par des marchands forains.

Aussi Arles, à notre avis, ne doit-elle pas être considérée comme une ville vivante, mais comme une ville morte ; tout ce qu’on pourrait faire pour ranimer son commerce ou son industrie serait chose inutile et perdue : c’est un pèlerinage d’artiste et de poète, en non pas une station de commerçant ou de voyageur. Jamais les rois de Naples n’on tenté de repeuplcr Herculanum et Pompéia,et ils ont bien fait : un tombeau n’est poétique qu’autant qu’il est muet, et sa plus grande solennité lui vient de son silence et de sa solitude.

Or, Arles est une tombe, mais la tombe d’un peuple et d’une civilisation , une tombe pareille à celle de ces guerriers barbares avec lesquels on enterrait leur or, leurs armes et leurs dieux; la ville moderne est campée sur un sépulcre , et la terre sur laquelle est dressée sa tente renferme autant de richesses dans son sein qu’elle offre de pauvreté et de misère à sa surface.

______________________________________________________________

(1) Vita imp. Honor. et Theod. lib. II, § 3. OEUV. COMPL. —VIII.

(2) Sachent tous que le sêrénissime prince Charles le Grand, roi de France, ayant fait le siège de la ville qui était au pouvoir des infidèles, et s’en étant rendu maître par la force de ses armes, les Sarrasins qui restaient dans ces contrées étant venus en grand nombre pour s’emparer de cette ville et s’y fortifier, le prince s’avança avec son armée pour les combattre, e emporta sur eux une victoire complète pour laquelle voulant laisser un témoignage de sa reconnaissance envers Dieu, il fit dédier le temple en l’honneur -tic la sainte Croix; il prit soin aussi de relever sur ses ruines le présent monastère de Montmajour, dédié à saint Pierre. Ce bâtiment avait été entièrement détruit par ces infidèles et rendu inhabitable; il le rétablit dans son ancienne splendeur, y appela un nombre de religieux pour y faire le service divin, le dota pour l’avenir et lui fit de magnifiques prêsens. On y voit encore cette épitaphe,:

Plusieurs des Français qui ont péri dans ce combat reposent dans la chapelle de ce monastère.

FRÈRES, PRIEZ POUR EUX.

(3) Bozon I, Louis Bozon II, Hugues I, Conrad I, Rodolphe lII, dit le Fainéant, Gérardu, dit l’Usurpateur, Conrad Il, dit le Salique, Henry III, dit le Noir, Henry IV, Henry V et Conrad lII.

(4) Thili, mamelle.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Le Louvre et la bande dessinée

Sans doute beaucoup d’entre vous le savent-ils déjà, mais je je le  signale aux autres. Un accord établi entre les éditions Futuropolis et celles du Musée du Louvre prévoit que, chaque année, un auteur présente une œuvre artistique revisitant le musée. Le premier auteur à participer à cette collection a été Nicolas de Crécy en 2006 avec Période glacière. D’autres en suivi depuis. En voici la liste su le site du Louvre.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel