Catalogues d’ouvrages imaginaires

Connaissez-vous l’ouvrage de Maximilien Twagiramutara. Soixante millions de mythos, publié en 2007 par la Librairie Bruaene, à Bruxelles ? Non ? C’est que vous n’avez-pas lu comme je l’ai fait dernèrerement Mot pour mot : kel ortograf pr 2m1 ? paru la même année sous la plume de Vincent Cespedes. Vous sauriez alors que Max – appelons le ainsi, comme le fait son amie Noémie – est un correcteur fort intéressé par la question de l’orthographe française sur laquelle je reviendrai sans doute prochainement, et surtout que ce Tutsi fondateur de l’IFA (Institut des Francophonies alternatives)… est tout aussi dénué d’existence que son livre qui appartient à la grande famille des ouvrages imaginaires comme le Le Necronomicon d’Abdul al-Hazred (Lovecraft), The Approach to Al-Mu’ tasim de Mir Bahadur Ali (Jorge Luis Borges), L’Ombre du Vent de Julián Carax (Carlos Ruiz Zafón) ou Le Voyage d’hiver d’Hugo Vernier (Geoges Perec).

Mais à propos, existe-t-il des catalogues les répertoriant ? La réponse est oui, dont au moins deux relativement récents, sans parler de la List of fictional books de Wikipedia, et quelques exemples plus anciens.

Mille et un livres imaginaires

Jacques Geoffroy. Mille et un livres imaginaires. Frasne (Jura) : Cavenas, 1997.

Visiter le blog de l’auteur (même s’il semble un peu à l’abandon) ainsi que sa fictiothèque.

Extrait du site :

[Mille et un livres imaginaires] présentait une quarantaine d’extraits ou de description de livres imaginaires : Eléments de Pataphysique du Docteur Faustroll (Jarry), Autour d’une fosse vide de Calixto Bandera (Cavino), L’An 2013 de Moravagine (Cendrars)… Un index de plus de mille titres, depuis A coat of many colours de Nahum Cordovero jusqu’à Zéliskar de Dorinval, inventorie quelques-unes de ces oeuvres imaginaires de la littérature française et étrangère.

La bibliothèque invisible

bibliotheque-invisibleStéphane Mahieu. La bibliothèque invisible : catalogue des livres imaginaires. Paris : Ed. du Sandre, 2014.

Sur l’auteur ;

C’est à un ‘pataphysicien émérite né en 1957, que revenait la responsabilité de leur donner collectivement un peu de corps. Auteur de plusieurs ouvrages sur les confins de la pensée et de l’expression, il a traité auparavant du Phalanstère des langages excentriques (2005), du spiritisme dans son Petit manuel de littérature d’outre-tombe (2008) ou encore d’un corpus politique croquignolet composé par les écrits des dictateurs, Le Guide suprême (2009). (Extrait de L’Alamblog)

Ce qu’en dit Fabula.

Présentation de l’éditeur :

La Bibliothèque invisible traite des livres qui n’existent pas, mais dont on trouve le titre, le nom d’auteur et la description dans des romans, des pièces de théâtre, des pamphlets, voire des bandes dessinées. On ne peut les emprunter en bibliothèque ou les acheter en librairie. Ils ne s’ouvrent qu’à l’intérieur d’autres livres. Ils peuvent apparaître au détour d’un roman, comme dans La Vie mode d’emploi de Perec, relever d’un but satirique comme le catalogue de la bibliothèque de Saint-Victor que donne Rabelais dans Pantagruel ou participer du canular comme la fausse vente aux enchères de la bibliothèque du comte Fortsas.
Plus de 1 500 livres imaginaires sont cités dans La Bibliothèque invisible et trois cents d’entre eux font l’objet d’une notice détaillée. Le lecteur découvrira ainsi les ouvrages rédigés par Sherlock Holmes ou son rival le professeur Moriarty, l’histoire du Necronomicon et des livres maudits créés par H.P. Lovecraft, l’œuvre volumineuse de De Selby telle qu’imaginée par l’écrivain irlandais Flann O’Brien, les écrits des personnages de Balzac, de Nabokov ou d’Umberto Eco.
Certains fonds importants se sont dégagés au fur et à mesure des lectures, comme les fonds Borges, Vila-Matas ou Roussel. Les plus célèbres auteurs n’ont pas négligé ce jeu comme Shakespeare, Poe ou Hugo.Turgot et Dickens ornèrent leur cabinet de travail de faux livres aux titres réjouissants.
Un texte de présentation étudie les modalités d’apparition du livre imaginaire, en donne une typologie et examine quelques ouvrages qui ont fini un jour par être réalisés et sont passés de ce côté-ci du miroir.
Savants fous, philosophes oubliés, auteurs de pièces injouables ont leur place dans la bibliothèque invisible qui double les bibliothèques réelles et les révèle. Il n’est jamais assez de livres, telle pourrait être la leçon donnée par les écrivains qui ont rêvé ces ouvrages introuvables.

La bibliothèque du comte Fortsas

Parmi les bibliothèques de livres imaginaires citées ci-dessus, voir notamment le soi-disant catalogue de la bibliothèque du comte Fortsas paru initialement en 1840 et réédité voici quelques années par les éditions des Cendres. Son histoire canularesque est résumée sur le blog du Bibliophile ainsi que dans unouvrage d’Emmanuel Hoyois paru en 1867, Documents et particularités historiques sur le Catalogue du comte de Fortsas,

La bibliothèque de Saint-Victor

Rabelais donne dans le chapitre 7 de Pantagruel le catalogue des livres de la bibliothèque de Saint-Victor à Paris, lesquels livres sont imaginaires et ont fait l’objet de maints commentaires. Selon Voltaire, on ne s’est jamais tant moqué de tous nos livres de théologie que dans le catalogue des livres que trouva Pantagruel dans la bibliothèque de Saint-Victor. Au XIXe siècle Paul Lacroix (le bibliophile Jacob) et Gustave Brunet s’y sont intéressés (cf. Catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor au seizième siècle, rédigé par F. Rabelais [in Pantagruel] commentée par le bibliophile Jacob, et suivi d’un Essai sur les bibliothèques imaginaires, par G. Brunet, J. Techener, 1862). Cette bibliothèque de Saint-Victor est pourtant bien réelle comme le rappelle Dominique Poirel (cf. « Une bibliothèque médiévale : la librairie « fort magnificque » de Saint-Victor », Littératures classiques, 2008, n° 66, p. 27-38) :
Proverbiale par sa richesse et ridicule par son contenu, la bibliothèque ici dépeinte offre aux yeux de Rabelais et de ses lecteurs le type achevé, c’est-à-dire foisonnant et démodé, de la bibliothèque médiévale.

 Paul Masson et le catalogue de la BNF

Raymond-Josué Seckel. « Un blagueur à la Bibliothèque : Paul Masson (1849-1896), alias Lemice-Terrieux », La Revue de la BNF, 2OO9, n° 31, p. 12-20.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Ce bon docteur O. Uplavici ou comment un auteur peut naître d’une référence bibliographique fautive

Il y a bientôt deux ans, pour une chronique sur la rédaction des références bibliographiques (laquelle est d’ailleurs le plus gros succès de ce carnet…), j’étais tombé sur ces articles concernant la vie édifiante du docteur O. Uplavici :

Clifford Dobell. « Dr O. Uplavici (1887-1938) ». Parasitology  juin 1938, vol. 30 n° 2, p 239-241 et Isis, mai 1939, vol. 30 n° 2, p. 268-272. Reproduit dans l’article ci-dessous d’André Lienhart.

François Lapèlerie(1)« La vie édifiante du Docteur O. UPLAVICI ». BBF, 1992, vol 37. n° 6, p.30. Publié sous la forme d’un encart dans l’article « Trois ans de CD-Rom dans une bibliothèque universitaire », BBF, 1992, n° 6, p. 20-32, ce texte figure aussi en ligne en format html sur une page d’archive de l’INSA de Lyon sur les références bibliographiques reprise dans le site de Patrick Saint-Jean.

André Lienhart. « Ces auteurs qui n’ont jamais existé : Student, N. Bourbaki et la figure emblématique de la référence erronée, O. Uplavici ». Site Histoire de l’anesthésie et de la réanimation.

L’histoire en une phrase (mais cela ne vous dispense pas de lire les articles…) :

Le docteur O. Uplavici est né en 1887 de l’erreur de bibliographes peu férus en langue tchèque lors du signalement d’un article sur la dysentrie (en tchèque : o uplavici) et a poursuivi sa carrière dans les revues scientifiques, nombreux étant ses citateurs, jusqu’en 1938, année où le biologiste Clifford Dobell révèle toute l’affaire.

Morale de l’histoire :

Evitez de commettre des erreurs dans la rédaction de références de documents en langues étrangères ou même dans notre propre langue – ne pas confondre nom et prénom, erreur classique pour les Occidentaux citant des auteurs chinois ou japonais, ou le titre avec le nom de l’auteur comme pour le docteur Uplavici – et ne citez que les documents que vous avez réellement  consultés, ce qui évite ce genre de confusion regrettable, une bibliographie devant être rigoureuse tant pour l’usage qu’en fera la communauté scientique que pour la crédiblité de la personne qui l’a rédigée.

 ______________

(1) Et non Lapellerie comme il est indiqué par certains pour signaler ce document. C’est en tout cas l’orthographe utilisé dans l’article initial.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Pierrone la Bretonne, compagne de Jeanne d’Arc

En faisant une recherche sur Jeanne d’Arc – vous savez, la bonne Lorraine qu’Anglais brûlèrent à Rouen et qu’un certain parti politique a hélas enrôlée sous sa bannière tricolore – je fus fort ébahi d’apprendre qu’elle avait suscité des adeptes en la personne de prophétesses venues se joindre à son entourage comme Catherine de la Rochelle et Pierrone la Bretonne. Cette dernière a eu un sort similaire à celui de la native du Barrois, puisqu’elle fut brûlée vive le 3 septembre 1430 sur le parvis de Notre-Dame de Paris, quelques mois avant le bûcher de Rouen (cf. Journal d’un bourgeois de Paris).

Après son exécution, Pierrone tombe dans un oubli profond d’où la tire Narcisse Quellien(1) à la fin du XIXe siècles suscitant publications, polémiques etc. car cet auteur ne s’est pas embarassé pour inventer certains détails quand ceux-ci manquaient dans les archives (Pierrone rebaptisée Perrinaïc ; naissance supposée à Guranhuel…). Il lança non sans talent à partir de 1891 une vaste campagne afin d’en faire une héroïne nationale, tentant en particulier de susciter une souscription publique pour l’érection d’une gigantesque statue de bronze en son honneur sur un piédestal de 60 pieds au sommet du Menez Bré. Arthur de La Borderie et d’autres historiens n’eurenl aucun mal à dévoiler la mystification et la campagne prit fin en 1895 aussi vite qu’elle avait commencé (cf. Institut culturel de Bretagne).

Mais il n’empêche que Pierrone la Bretonne a belle et bien existé, même si elle différait sans doute l’image qu’en a donné Quillien. Voici quelques lectures pour vous faire une idée sur la question.

Narcisse Quellien. Perrinaïc, une compagne de Jeanne d’Arc. Paris, Fischbacher, 1891.

Voir le compte rendu par Gemain Lefèvre-Pontalis,  Bibliothèque de l’école des chartes, 1892, vol. 53, p. 162-164.

W. Pascal-Estienne. Perinaïk. Une Bretonne compagne de Jeanne ďArc. Étude historique. Préface de Lionel Bonnemère. 2e édition. Paris, Camuel, 1893.

Voir le compte rendu par Gemain Lefèvre-Pontalis,  Bibliothèque de l’école des chartes, 1895, vol. 56, p. 168-171.

Arthur de La Borderie. « Une prétendue compagne de Jeanne d’Arc ; Pierrone et Perrinaïc », Le Correspondant, 1894, t. 139 = t. 175, p. 898-912.

Edmond Biré. « Choses de Bretagne » in Dernières causeries historiques et littéraires. Lyon, E. Vitte, 1898.

Voir aussi 4e édition (1927)

Le P. Stephen CoubéJeanne d’Arc et la France. Paris : P. Lethielleux, [1910]

Charles Le Goffic. « La vraie Perrinaïc » in L’âme bretonne. Paris, H. Champion, 1910.

___________

(1) Après quelques précurseurs comme Jules Michelet ou Anatole France dont La vie de Jeanne d’Arc paraissait alors dans la Revue des familles.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Tranches peintes de livres

Un ami a attiré mon attention sur les tranches peintes de livres anciens (en anglais : fore-edge paintings) en m’envoyant un lien les concernant sur La boîte verte nous donne un échantillon. Cela a évidemment suscité ma curiosité et m’amène à vous présenter cette mini-chronique.

Brève présentation historique

De quoi s’agit-il ? De scènes peintes sur le bord antérieur d’un livre,

soit directement sur le livre fermé, de sorte qu’elles sont visible directement sur la gouttière,

soit, selon l’acceptation la plus répandue du terme, réalisées lorsque le livre est ouvert, la peinture étant appliquée sur l’extrême bord de la surface des pages et l’œuvre n’étant alors visible que si l’on décale les pages de sorte que la gouttière  soit oblique : ces peintures sont invisibles quand le livre est fermé.

Les tranches peintes sont anciennes, remontant peut-être au Xe siècle : elles étaient composées de dessins symboliques ou de motifs héraldiques en or et en couleurs comme ceux réalisés par Thomas Berthelet pour le roi Henry VIII. Puis viennent des portraits avec au XVIe siècle l’artiste vénitien , Cesare Vecellio.

La technique permettant de rendre ces peintures invisibles quand le livre est fermé apparaît entre 1649 et 1653 en Angleterre avec Samuel Mearne , un relieur à la famille royale, et les relieurs Stephen et Thomas Lewis. L’art de la peinture de paysages est lancé par William Edwards Halifax autour de 1750. Il utilise d’abord un monochrome (noir ou gris) et plus tard , une gamme complète de couleurs.

Bien que l’art des tranches peintes soit déjà ancien, la majorité ont été réalisées à la fin du XIXe et au XXe siècles , principalement sur ​​les livres datant du début du XIXe siècle.

Pour aller plus loin

Des articles

« Tranches peines » de Wikipédia, et surtout ses versions en anglais et en allemand

« Fore-edge painting » du Bookbinding and the Conservation of books. A Dictionary of Descriptive Terminology sur le site Cool.conservation

« Fore-edge-painting » du Lexikon der optischen Medien, mit über 200 Fachbegriffen, von A bis Z du site Werner Nekes

« Les tranches peintes ou fore-edge paintings » et « Un monument de la bibliophilie : les Pillone » (ce dernier à propos de Cesare Vecellio).sur le Blog du bibliophile,

Dans le chapitre 6 du  Nouveau manuel du relieur par Sébstien Lenormand (1900), voir la partie « Dorure sur tranche » : ce manuel est disponible sur le site Le moulin du verger.

Une conférence filmée du libraire de livres anciens Philip Pirages dont je vous recommande les vidéos disponibles sur Youtube

On the Edge. The Hidden Art of Fore-Edge Book Painting, site spécialisé de la Boston Publi Library, dont vous pourrez également voir 8 ouvrages parmi les vidéos accessibles sur Youtube.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Voici bientôt quatre ans, j’ai consacré une chronique à Pigault-Lebrun, auteur de pièces de théâtre et de romans qui, pour être légers, n’en ont pas moins eu un réel succès en son temps et même plusieurs décennies après sa mort. J’avais également découvert qu’il avait écrit un recueil de citations contre la religion chrétienne intitulé Le Citateur, publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Comme je préparais alors une webographie sur l’athéisme, j’avais entrepris d’en faire la liste et de repérer celles qui étaient disponibles en ligne. Puis j’avais laissé cela parmi les très nombreux brouillons qui constituent la partie immergée de ce blog.

Voici quelques jours, j’ai voulu reprendre cette recherche et j’ai découvert, parmi les apostilles consultables sur le site des éditions Plein chant, un intéressant parallèle entre Le Citateur et Le Petit citateur, ce dernier ouvrage ayant pour auteur un certain Jules Choux. Je vous en donne ci-dessous un extrait pour servir d’introduction à la liste des éditions du Citateur, laquelle fera l’objet de mises à jour.

   Le Citateur, par Pigault-Lebrun (Jean-Nicolas Barba, libraire, palais du Tribunat, derrière le Théâtre-Français, n° 51) parut pour la première fois en 1803 (2 volumes in-12) et le fils de Jean-Nicolas Barba, Gustave, installé rue de Seine, en donna une nouvelle édition en 1830, précédée de cet avertissement: «Il existe dans le commerce une contrefaçon entièrement tronquée, publiée dans le format in-8°. Je déclare que cet ouvrage étant ma propriété, je poursuivrai [etc.]». En 1811 déjà avait paru une contrefaçon, mais en 2 volumes in-12, sous la fausse rubrique de Hambourg, à Paris en réalité. Le Citateur fut souvent réimprimé, mais restait rare car les dévots s’appliquaient à le détruire puisque il avait été mis à l’index, condamné par un décret du Saint-Office, le 22 novembre 1820, puis le 20 janvier 1823. Le Petit Citateur de Jules Choux parut pour la première fois en 1869, publié dans la clandestinité à Bruxelles, sous la fausse rubrique de Paphos. On serait tenté d’en attribuer la publication à Jules Gay, mais sans preuve. Dans la mesure, néanmoins, où il sera publié une seconde fois par Jean Gay, le fils de Jules, en 1881, sous la raison éditoriale Gay et Doucé, avec la même fausse rubrique: Paphos, on peut croire que Jules Gay en fut l’éditeur.

Si Le Petit Citateur fut publié successivement par Jules Gay puis par son fils, il est curieux de constater que Le Citateur fut également publié à Bruxelles, et par Jean Gay, ce qui montrait que les deux livres s’adressaient aux mêmes lecteurs, les curieux amateurs de livres clandestins. Cela en 1879, dans une collection nommée «Bibliothèque verte». Pour attirer plus de curieux encore que n’en attirait le nom de Pigault-Lebrun, Jean Gay voulut innover; il s’explique, dans un avant-propos signé G[ay]. D[oucé]:

«Voulant modifier le ton criard qu’offre l’impression en encre noire sur papier blanc, après avoir étudiés les diverses impressions faites sur papiers nuancés et celles en encre de couleurs, nous avons reconnu que l’encre verte foncée était préférable à toute autre.

Nous publions donc le présent livre en encre verte, et s’il reçoit un bon accueil du public lettré, comme nous l’espérons, nous nous proposons de le faire suivre par une série d’ouvrages curieux.»

Mal lui en prit, car un critique littéraire de la revue mensuelle d’Octave Uzanne n’apprécia guère: «Je ne parlerai que pour mémoire d’une réimpression du Citateur de Pigault-Lebrun. Obéissant à une ingénieuse fantaisie, les éditeurs avaient demandé à l’imprimeur une impression en encre verte, mais cet essai n’a pas réussi» (Le Livre, janvier 1880, «Correspondances étrangères», p. 16).

Lorsque Jean-Nicolas Barba édita les Œuvres complètes de Pigault-Lebrun, de 1822 à 1824, en 20 volumes in-8°, il s’abstint d’y inclure Le Citateur et La Folie espagnole. Qu’à cela ne tienne, la Bibliothèque des Curieux, équivalent affadi de Gay et Doucé, à cette différence près qu’elle était légale, publia les deux titres dans le même volume.

Dans la lite ci-dessous sont donnés le nom de l’éditeur, la date des éditions repérées et éventuellement le lien vers une version numérisée.
Barba

Les marchands de nouveautés

  • 1834
  • 1836

Gay et Doucé, 1879

Degorce-Cadot, 1887

Librairie de la Bibliothèque Nationale

R. Baudouin, 1978

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Le voyage d’hiver & ses suites

VHIl y a bientôt deux ans, dans une précédente chronique, j’ai eu l’occasion d’aborder Le voyage d’hiver de Georges Perec et ses suites, lesquelles étaient alors dispersées dans divers volumes et fascicules de la Bibliothèque oulipienne.

En octobre dernier (oui, je sais, cela m’avait échappé à l’époque…), dans l’excellente collection La Librairie du XXIe siècle, les éditions du Seuil ont réunis l’ouvrage initial de Perec et une vingtaine de ceux qui le suivent et le complètent dans un seul volume intitulé Le voyage d’hiver & ses suites et postfacé – Les voyages différents – par Jacques Roubaud, oulipien bien connu et auteur de la première suite, Le voyage d’hier, et sans doute de quelques autres, car si certains auteurs des suites – Reine Augure, Mikhaïl Gorliouk ou Hugo Vernier lui-même – sont fictifs, ils sont sans doute autant de masques pour Jacques Roubaud, Jacques Jouet, Valérie Beaudouin ou Etienne Lecroart.

Chaque nouvelle peut être considérée comme un chapitre dans un roman collectif nécessairement inachevé, car il est toujours possible d’en imaginer d’autres. Nul doute que d’ici quelques temps, cet ouvrage fera l’objet d’une édition réactualisée, à moins qu’on ne lui ajoute un deuxième volume. Dès cette année, Michèle Audin a publié dans le n° 216 de La Bibliothèque Oulipienne une nouvelle suite, La vérité sur le Voyage d’hiver, et il est peu douteux que d’autres membres de l’Ouvroir la suivront sur cette voie. J’attends avec impatience ces nouveaux chapitres de l’épopées vernierienne.

Pour un complément d’information, voir les sites du Monde et de France Culture.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Jean-Pierre Autheman

Jean-Pierre AUTHEMAN  Né en 1946

Dessinateur et scénariste de bandes dessinées, auteur notamment des séries Condor et Vic Valence -, Jean-Pierre Autheman est Arlésien. Certaines de ses histoires se déroulent à Arles et dans ses environs.

L'Arlesien

L’Arlésien(Acte Sud, 1992), histoire d’un ancien déserteur de la guerre d’Algérie revenu au pays et confronté à un trafic de peintures de Van Gogh. Mais sont-ils authentiques ?

Le filet de Saint Pierre

Le filet de Saint-Pierre (Glénat,1992), où un ancien résistant de Camargue, l’Amiral, reprend du service avec quelques collègues septuagénaires.

Place des hommes

Place des hommes (Glénat, 1992) : le titre est tiré d’une place fameuse d’Arles où se trouve une statue de Mistral et l’hôtel Lidiador (fortement inspiré de l’hôtel Nord Pinus) dont a hérité le toréador José Montès. Et c’est alors que les ennuis commencent…

IMG_9393

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Un peu de couleur

Nuancier1

Depuis quelques semaines, un manuscrit hollandais conservé à la bibliothèque Méjanes fait grand bruit sur internet depuis qu’un médiéviste néerlandais, Erik Kwakkel, l’a signalé sur son blog. Bientôt reprise par les sites Gizmodo et Colossal, l’information s’est répandue, passant de la sphère universitaire à Pinterest, Elle Déco au Mouv’ et des mondes anglophones et francophones à des sites japonais, grecs etc.

De quoi s’agit-t-il ? Du père de tous les nuanciers (cf.Alain Korkos,Arrêt sur images), De klaerlightende spiegel der verfkonst (Traité des couleurs servant à la peinture à l’eau), conçu en 1692 par un nommé A. Boogert qui y explique comment composer des couleurs à l’aquarelle, les mélanger, les éclaircir… C’est, semble-t-il, son seul ouvrage connu. Encore celui-ci n’a-t-il jamais été imprimé, restant à l’état d’une maquette de 400 feuillets dont vous pouvez vous faire une idée en consultant sa notice bibliographique et en le feuilletant sur e-corpus.

Nuancier2

 Je profite de l’occasion pour vous signaler quelques autres ressources en ligne sur la couleur. Outre le portail de Wikipédia qui y est dédié, je connais un peu les trois sites suivants :

Poupre, site réalisé par un passionné et qui, bien qu’il n’ait pas été remis depuis novembre 2012 et soit un peu vérolé par la publicité, est fort riche en informations avec notamment sa présentation des divers nuanciers et chroma, le dictionnaire des couleurs.

Colorsystem, dont les concepteurs sont les professurs Narciso Silvestrini et Ernst Peter Fischer, présente soixante et onze théories des couleurs, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, et aussi la signification des couleurs pour divers systèmes culturelles.

Contribution au Traité des Couleurs de J.W. von Goethe par le peintre Jean-Christophe Sekinger.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Propos décousus sur les origines helvètes de Frankenstein, la météorologie suisse et le Baedeker

Dans  le n° 56 d’Allez savoir !, le magazine de l’UNIL (Université de Lausanne) que j’ai feuilleté dernièrement, un article d’Anne-Sylvie Sprenger nous rappelle que Frankenstein n’aurait pas vu le jour sans la Suisse et ses étés pourris (c’est le titre de l’article, n’y voyez aucune hostilité de ma part pour le pays des verts pâturages… mais pourquoi sont-ils si verts ?).

Au sujet des conditions météorologiques estivales instables de la Confédération – du reste partagé en cet été 1816 avec une bonne partie du globe – il se trouve que je connais une plaisante brochure intitulée Oh ! la Suisse ! impressions partiales en vers libres et quelconques publiée par un touriste grincheux prétendûment nommé Rossberg, pseudonyme alpestre sous lequel se cacherait Auguste-Charles-Lucien Pelecier, militaire natif de Besançon. Il en existe deux éditions sensiblement différentes dans leur début, l’une parue en 1896 à Besançon, l’autre publiée en 1898 à Paris et suivie d’une Palinodie. La première est disponible sur Gallica.

baedekerOutre les conditions météorologiques déplorables d’un séjour en Helvétie, cette satire vise le Baedeker, ce guide du voyageur moderne, qui a pour

[...] but de guider les esprits indécis
des gens au goût peu sûr [...] pour qu’enfin on puisse
s’extasier où il faut.

C’est l’ancêtre des Guides Joanne et du Michelin. Inventé par Karl Baedeker, il a sévi auprès des voyageurs du XIXet du début du XXe siècle avec son format poche et sa couverture rouge au lettrage doré. D’abord publié en allemand dès les années 1828 avec le premier tome de Rheinreise, il connait un succès international dont témoigne le nombre de ses éditions en français dès 1832 et en anglais à partir de 1861.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… Paul Arène et Gilbert Tournier

Paul ARENE  1829-1886

Gilbert TOURNIER 1855-19 ??

Paul Arène, né à Sisteron, a évoqué dans La chèvre d’or et dans Jean des figues, les choses et les gens de son pays natal. Gilbert Tournier, né dans l’Ariège, a été avocat, homme de lettre, journaliste, historien, félibre. Ils se sont associés pour écrire et publier en 1892 Des Alpes aux Pyrénées où tout naturellement Arles a sa place.

Paul Arène et Albert Tournier. Des Alpes aux Pyrénées : étapes félibréennes ; préf. par Anatole France. Paris : Flammarion, 1892.

ARLES

On nous reproche quelquefois, à nous autres Provençaux, de parler trop souvent et trop volontiers de la Provence. Le fait est sans doute exact, mais le reproche me semble médiocrement justifié.

Que peut-on, en effet, demander à l’artiste, à l’écrivain, sinon qu’il exalte et traduise ce qu’il aime et connaît le mieux, — et qu’aime-t-il le mieux, que connait-il le mieux, sinon la chère terre natale ?

Dans tous les cas, si c’est là un travers, souhaitons que ce travers soit partagé par quiconque tient un pinceau, un ébauchoir ou une plume. L’art national, les lettres françaises ne risqueront que d’y gagner, car toute province a sa beauté, tout coin de champs sa poésie.

Et non pas seulement, certes ! dans le Midi.

Arles-PArene2Pendant que Ferdinand Fabre, Alphonse Daudet, Cladel, Pouvillon écrivaient leurs nouvelles et leurs romans pénétrés de soleil, parfumés de senteurs montagnardes, Coppée, subtil parisien, découvrait des trésors de grâce mélancolique dans les petites rues tristes des faubourgs et parmi les grêles banlieues.

Gérard de Nerval, parisien aussi, mérite peut-être autant de gloire pour ses fins paysages mouillés d’Ile-de- France où passe l’ombre de Sylvie, que pour les descriptions lumineuses qu’il nous rapporta d’Orient. C’est au pays normand que nous devons Madame Bovary, le moins contesté de nos modernes chefs-d’œuvre ; et, puisqu’il s’agit de Flaubert, qui, après Chateaubriand, sut faire tenir le plus d’horizon dans une phrase, rappelons-nous cette phrase de Salammbô où, en plein désert africain, à propos de je ne sais quelles barbares funérailles, surgit magnifiquement évoquée la vision de la patrie gauloise : «  .. Mais les Latins se désolaient de ne pas recueillir leurs cendres dans des urnes ; les nomades regrettaient la chaleur des sables où les corps se momifient, et les Celtes, trois pierres brutes, sous un ciel pluvieux, au fond d’un golfe plein d’îlots. »

Arles-PArene3Au surplus, pour en revenir à la Provence, ce diable de pays met vraiment quelque malice à faire qu’on s’occupe de lui.

Quand ce ne sont pas les poètes, ce sont les savants qui s’en mêlent !

Pour être juste, il faut reconnaître que le savant est ici doublé d’un poète et d’un artiste.

Quielle agréable surprise de trouver au pays d’Arles et, crayon en main pour prendre des croquis dont nous ne manquerons pas de nous emparer, le docteur Charcot et ses enfants, également amoureux des choses de la nature et de l’art. Il aime ainsi se délasser des grands travaux qui ont porté son nom aux quatre points cardinaux de l’univers, dans ce petit coin de Provence, terre de prédilection qu’il affectionne en connaisseur délicat, et qu’il visita souvent avec ses excellents amis Aubanel et Mistral.

Deux heures, tout Arles est sur les portes.

Arles-PAreneUne musique parcourt les rues, précédée de gamins marchant au pas et se disputant l’honneur de porter un grand bâton en haut duquel reluisent au soleil, dans l’éblouissement de leurs vives couleurs et de leurs dorures, les « joies » de la course de taureaux : longs rubans frangés et cocardes.

Car c’est aujourd’hui beau dimanche , un bruit de cloches remplit l’air, et il y a des courses aux arénes.

Suivons le monde qui se dirige vers l’amphithéâtre; et, par une enfilade d’escaliers noirs, de voûtes sombres, crevés ça et là et barrés d’une irruption de soleil, montons jusqu’aux derniers blocs de la frise.

Arles-PArene4Vu de là, le spectacle est admirable : au pied de l’immense mur, la ville et la plaine, avec le Rhône plus vaste et plus lent à cause du voisinage de la mer; à l’intérieur, autour de l’ovale de sable déjà envahi, sous un ruissellement de rayons qui rend plus éclatants les tons de vieil or de cette montagne de pierres croûlantes et brûlées, une foule bariolée s’agite le long des gradins devant un triple rang d’arcades, noires en bas de la nuit des couloirs, mais au-dessus découpées en pleine lumière et faisant dentelle sur l’azur.

Arles-PArene5Incendié par le soleil, tout un côté des gradins est vide. En face, les spectateurs se groupent dans l’ombre carrée que projette une vieille tour sarrasine plantée là, tout en haut des ruines, comme à la cime d’un grand roc. Chacun s’installe du mieux qu’il peut sur les dalles disjointes, parmi les débris fleuris d’herbes. Trois ou quatre tentes retenues par des cordes abritent — souvenir du vélum de pourpre ! — des buvettes improvisées. Un tapis rouge, jeté sur un fragment de mur revêtu de marbre où se lisent des lettres latines, indique les places d’honneur réservées à MM. les officiers. C’est là qu’étaient jadis les sièges des vestales.

Arles-PArene6Le haut de l’édifice, assez large et relativement aplani, sert de promenoir pendant les entr’actes qui séparent chaque course. Finement gantées, le teint mat et pâle sous l’ombrelle, les Arlésiennes au costume classique blanc et noir, les Beaucairoises plus fantaisistes, en jupon bleu, en fichu rouge, balaient du satin de leur traîne la poussière des siècles. C’est une musique de rires, une fusillade de regards noirs ou vert de mer, un défilé de nuques brunes et de corsages en chapelle — suivant la galante expression du pays — sous les plis fins, accumulés, transparents et blancs des mousselines.

A vrai dire, les promeneuses m’ont fait oublier les taureaux ; et tandis qu’en bas, dans une tempête alternée d’applaudissements et de sifflets, la jeunesse court et se culbute autour de Boucabeou, un Camarguais fauve, croisé d’espagnol, qui porte une cocarde de cent francs entre les cornes, je me sens vaguement et doucement attendri à la pensée de cette antique cité latine, autrefois capitale avec des Empereurs, puis République libre, aujourd’hui, hélas ! déchue et sous-préfecture, mais demeurée fidèle aux vieux usages, et qui vient fièrement, joyeuse et parée comme aux jours de gloire, s’asseoir dans son amphithéâtre qu’elle n’arrive pas à remplir.

Il est bon quelquefois de rêver du passé. Demain est un pays tout noir, comme a dit Gustave Mathieu, le mystère nous en sépare ; et revivre dans les aïeux, semble encore ce que l’homme a trouvé de mieux pour allonger un peu la faible somme de jours que nous accordent les dieux avares !

Arles-PArene7

Voici quelques années déjà nous fîmes avec notre cher Monselet l’obligatoire tournée des cafetons sous la conduite d’un camarade qui, natif du pays, voulut bien jouer le rôle de Virgile dans notre promenade à travers les cercles de cet enfer aimable et bon enfant ?

Après une journée perdue en doctes flâneries, nous avions dîné à la Croix-Blanche, chez l’hôte Moulin, un brave homme qui, en ce siècle de maîtres d’hôtel déguisés en croque-morts, de sauces chimiques et de boissons frelatées, a conservé en même temps que le noble costume immaculé dont les chefs d’autrefois se revêtaient aux jours de bataille, la tradition des plats sincères et des vins faits avec du raisin.

Au dessert, les forces étant revenues, nous voulûmes parcourir Arles la nuit et admirer encore ce que nous avions admiré déjà. Avec la nuit, le détail disparaît; sur un fond moins distinct les lignes des monuments s’agrandissent et évoquent, plus poétiques, les images du passé.

Nous vîmes ainsi le Rhône tout d’argent sous le clair de lune, immense entre ses rives perdues dans l’ombre et poussant ses flots à grand bruit. Nous vîmes l’obélisque, et Saint-Trophime, et les arènes, et le théâtre antique où les cigales, habitantes d’un vieux figuier poussé dans les débris de marbre, s’étaient lues pour laisser une chouette, l’oiseau de Minerve, chanter.

Devant un palais, on nous montra deux colonnes du portique curieusement tortillages en cep de vigne : Théophile Gautier, à qui jamais mot ne manqua pour traduire exactement une image, appelait ces colonnes, colonnes d’ordre Salomnique.

On alla ensuite aux Aliscamps, noyés de transparences féeriques, nous dérangeâmes deux amoureux en train de roucouler sur une tombe. Le Compo-Santo arlésien, où le paladin Roland voulut être enterré, est d’une belle mélancolie avec ses alignements de tombeaux romains, les uns intacts, les autres béants sur lesquels en cette saison, les peupliers balancés au vent promènent lentement la claire dentelle de leur ombre. L’herbe est partout fleurie et drue. Des couples s’y égarent à la tombée du jour; et dans des trous creusés exprés sur le couvercle des tombeaux, le soir, les oiseaux viennent boire.

Que le bon saint Trophime, évangélisateur des Gaules, leur pardonne ce sacrilège : aiix environs de l’étroite grotte cachée par un rideau de figuiers sauvages et de ronces où si longtemps il confessa, les asphodèles, nobles et droites sur leur tige évoquent irrésistiblement de vagues pensers virgiliens.

Il en fut toujours un peu ainsi au pays de la Vénus d’Arles.

La chrétienne sévérité s’y voile, malgré tout, de douceur antique.

Sans compter que parmi les belles patriciennes de la cité des Constantin qui voulurcnt dormir à l’ombre de ton ermitage, ô Trophime ! et dont nous foulons émus, par quels lointains ressouvcnirs ? les tombes vides et fleuries, plus d’une peut-être en pleurant Jésus songeait encore à Adonis, et confondait avec quelque nouvelle Psyché venue d’Orient cette adorable Magdeleine, sainte par les larmes et l’amour, et qui fut « la douce amie de Dieu sur terre », comme disait il y a quatre cents ans un vieux poète provençal contemporain de Nostradamus, bon Français, parfait catholique, mais tout de même un peu païen.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel


Carnets de recherche