Autour de Gautier d’Agoty

J’ai fait allusion, dans un précédent billet, à la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence, où je découvris maintes merveilles.

C’est là que je vis pour la première fois la Myologie complète en couleur et grandeur naturelle du médecin et anatomiste Joseph-Guichard Du Verney (1648-1730). Cet ouvrage, paru en 1746,  est réputé pour les illustrations de Jacques Fabien Gautier d’Agoty (1716-1785) et notamment pour son Ange anatomique.

Sur Gautier d’Agoty, voyez la notice biographique ci-dessous, extraite du volume 4  du Dictionnaire historique, ou biographie universelle de François-Xavier Feller :

D’AGOTY ( Jacques Gautier ) , peintre ; graveur, anatomiste, naquit à Marseille vers l’an 1710. Il se fit passer pour l’inventeur d’un procédé pour graver et imprimer en couleurs naturelles ; cependant un artiste nommé Leblon avait employé un procédé semblable avec celte seule différence qu’il ne faisait usage que de trois couleurs, tandis que d’Agoly en employait quatre (le noir, le blanc, le jaune et le rouge). D’Agoty s’occupa de peinture , d’anatomie, de physique et d’histoire naturelle, et dans chacune de ces parties, il s’est distingué et a composé des ouvrages qui ne sont pas sans mérite ; les principaux sont 1° Myologie de la tête, en 8 planches coloriées, Paris, 1745, grand in-4 ; 2° Myologie du pharinx, du tronc el des extrémités, en 12 planches, ibid., 1748, grand in-4 : ces deux collections, gravées d’après les dissections et avec des tables explicatives de Duverney (voy. ce nom ), ont été réunies sous le lilre de Myologie complète, ou description de tous les muscles du corps humain, en 20 planches, Paris, 1746, grand in-4 ; 3° Anatomie complète de la tête et de toutes les parties du cerveau, 8 planches avec les labiés explicalives , ibid., 1748 , in-4 ; 4° Anatomie générale des viscères, angiologic et nécrologie, etc., en 18 planches, ibid., 1752, in-4; 5° Exposition anatomique de la structure du corps humain, etc., en 20 planches, Marseille, 1759, 17G3 et 1770, iu-fol. ; 6° Exposition anatomique des organes des sens, etc., 7 planches, ibid., 177i>, in fol. ; parmi les autres ouvrages de J. Gautier d’Agoty, nous citerons Lettre concernant le nouvel art d’imprimer les tableaux avec quatre couleurs, Paris , 1749, in-12 ; Nouveau système de l’univers, ibid., 1750-51. 2 vol. in-12; la Zooge’nic , ou generation des animatur , Paris j 1750, in-12 ; Observations sur la physique, l’histoire naturelle et la peinture ( origine primitive du Journal de physique). 18 numéros publiés de 1752 à 1755 ; Observations sur la peinture et sur les tableaux anciens et modernes, Paris, 1753, 2 то!, in-12 ; Collection de plantes usuelles gravées en couleurs, ibid., 1767, in-4. D’Agoly est mort en 1785.

Je voudrais vous proposer ici une présentation des divers sites où peut être consulté un exemplaire de ce livre remarquable. Ce sera l’occasion de se familiariser avec chacun d’eux, et notamment à leur offre de documents anciens numérisés.

Une recherche dans la bibliothèque numérisée de la bibliothèque Méjanes

Depuis le temps où j’en fréquentais le fonds ancien, la bibliothèque Méjanes a numérisé une partie de ses collections qui sont désormais accessibles en ligne dans sa bibliothèque numérique. Dans la section patrimoine numérisé, plusieurs modes de recherche sont possibles. Certaines portent sur les fonds spéciaux (fonds Peiresc ; Fonds Zola), sur les thèmes abordés, sur les types de documents. Une recherche simple permet de trouver l’ exemplaire de la Myologie évoqué plus haut.

Méjanes

E-Corpus, bibliothèque numérique euro-méditerranéenne

Lors d’une recherche sur Google, j’ai pu repéré le même exemplaire dans E-Corpus, riche plate-forme à laquelle participe la bibliothèque Méjanes. En voici la présentation :

e-corpus bibliothèque numérique collective et patrimoniale répertorie et diffuse de multiples documents: manuscrits, archives, livres, journaux, estampes, enregistrements sonores

Gérée par le Centre de Conservation du Livre (Arles-France), cette plateforme hybride valorise la diversité culturelle dans le monde et en particulier dans l’espace euro méditerranéen. Elle propose des corpus thématiques et une grande quantité de données numériques issues de nombreux établissements de plusieurs pays. Elle s’appuie sur les technologies les plus modernes pour un accès simple, multimédia et multilingue.

E-Corpus

La Bibliothèque nationale de France et ses multiples ressources

Le site de la BNF vient de changer entièrement d’aspect.

BNF

Pour la recherche qui nous intéresse, voici quelques pistes.

Sous la rubrique Evènements et cultures, nous pouvons explorer les expositions virtuelles, très riches en documents iconographiques. Ainsi, dans un recoin de l’exposition Rouge, j’ai pu trouver un lien vers l’Ange anatomique.

Cependant, pour obtenir des résultats un peu plus « ciblés », c’est sous la rubrique Collections et services, que nous trouvons deux onglets fort utiles

La banque d’images est un service de la BNF qui permet d’obtenir des images et tirages numériques de très nombreux documents iconographiquse. Pour les estampes de la Myologie, une recherche simple avec l’expression « Myologie complète«  donne 24 résultats dont l’inévitable l’Ange anatomique.

Banque images bnf

Gallica est une bibliothèque numérique bien connue des personnels de bibliothèques et des chercheurs. Cependant, il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’elle ne donne pas seulement accès aux collections numérisées de la BNF, mais aussi à celles d’un certain nombre de bibliothèques partenaires ,ces documents étant alors sur le site de la bibliothèque partenaire vers lequel un lien est fait : si je cherche la Myologie complète, j’accède à des exemplaires numérisés se trouvant dans Medic@ (voir chapitre suivant). A cela s’ajoute l’expérimentation d’une offre numérique incluant des documents soumis au droit d’auteur proposés par les partenaires commerciaux de la BnF, à savoir des e-distributeurs et des éditeurs. Pour avoir plus de détail sur Gallica, vous pouvez vous reporter à la page de Présentation de Gallica. Europeana et notamment au graphique présentant la plate-forme d’accès aux documents numériques de Gallica.

Gallica

Le site de la Bibliothèque interuniversitaire de médecine (Paris)

La Bibliothèque interuniversitaire de médecine propose deux points d’entrées à son site :

bium

Médecine et odontologie donne accès à la partie consacrée à l’enseignement et à l’actualité de la médecine moderne.

Histoire de la médecine et de l’art dentaire a une  page d’accueil très riche (voir ci-dessous) où vous trouverez,  entre autres choses :

Parenthèse. Il s’agit du même exemplaire que celui qui est accessible à partir de Gallica, la BIUM étant partenaire de la BNF.

bium2

La National Library of Medicine (Etats-Unis d’Amérique)

Le site de la National Library of Medicine est, comme le précédent, extrêmement riche.

nlm

Je m’en tiendrai ici à ce qui concerne l’histoire de la médecine et aux nombreuses expositions en ligne. A voir notamment celle-ci :

nlm2

C’est là, parmi les liens vers d’autres recueils d’anatomie sur internet, que figure un exemplaire de la Myologie de la Killam Library, (Dalhousie University, Halifax). Seules les planches en sont accessibles et  l’Ange anatomique n’y figure pas.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Autour de Gautier d’Agoty »

  1. J’ai lu l’extrait sur Gautier d’Agoty que vous présentez avec beaucoup d’intérêt. Je note que dans cet extrait il est dit « nous nierons […] Observations sur la physique, l’histoire naturelle e la peinture ».
    Faut-il, selon vous, en conclure qu’il y ait une possibilité que G d’A ne soit pas l’auteur de cet écrit?
    Je vous pose la question car je suis en train de recenser un livre orienté non vers la peinture mais vers l’alimentation et où il est dit que dans le texte cité ci-dessus il est question d’une poudre alimentaire très nourrissante et qui se garde plusieurs années à base de semoule et d’extrait de viande. Le contenu de la poudre m’intéresse moins que la paternité du texte.
    Merci par avance de votre réponse.

  2. En fait, quand j’ai repris le texte brut j’avais omis certaines fautes qui s’y étaient introduites lors du passage depuis le format image. Il ne faut donc pas lire « nous nierons » mais « nous citerons« .
    Merci de m’avoir donner l’occasion de revoir et corriger cette chronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *