Les quatrains d'Omar Khayyam et leurs traductions françaises

(Dernière mise à jour  : 27 mai 2014)

Je possède quelques traductions des robâiyât d'Omar Khayyam, le célèbre astronome, mathématicien et poète persan des confins des XIe et XIIe siècles, et cela faisait quelques temps que je souhaitais faire une chronique bibliographique à ce sujet.

Or voici que le n° 59 de la Revue de Téhéhran consacre justement un dossier à Khayyam, avec notamment un article sur Sarah Mirdâmâdi sur « Les » lectures de Khayyâm en France. Outre ce dossier récent, la même revue a publié par le passé des articles consacrés à des sujets proches, dont une biographie (une autre figure dans le dossier), un article sur la terre dans les quatrains d’Omar Khayyâm, et deux autres, plus généraux, sur les formes poétiques persanes et la dimension mystique de la poésie classique persane .

Autres sources utilisées :

L'article de Wikipedia et le site Omar Khayyam persan dont les contenus sont pratiquement identiques...

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand..., avec notamment des traductions et des bibliographies.

Le blog Omar Khayyam Rubaiyat créé en avril 2012..

Le catalogue de la BNF et le SUDOC.

Archive Internet, Gallica et Google livres.

La thèse de Karim Hayati Ashtiani, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, 2004, Université Lumière Lyon 2

L'article de Sara Saidi Bouroujeni, Etude critique des traductions en français d'un quatrain d'Omar Khayyâm, Archive of SID, Sixième année, Numéro 13, printemps-été 2011, publiée au printemps 2011

Enfin The Rubáiyát of Omar Khayyám : an updated bibliography, ouvrage essentiel de Jos Coumans paru en 2010 aux Leiden University Press. Je n'ai pu y accéder qu'en janvier 2012, bien après la parution en ligne de cette chonique. Je m'en suis largement servi pour ma mise à jour du 20 janvier 2012.

 

L'objet de cette chronique est essentiellement de faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Je ne m'étendrai donc pas sur la vie de Khayyam (voir les diverses biographies signalées plus haut) ni sur les divergences d'interprétations qui apparaissent dès les premières traductions européenne, l'anglaise de Fitzgerald en 1859 et la française de Jean-Baptiste Nicolas en 1867 (voir notamment « Les » lectures de Khayyâm en France). Il s'agit donc plus d'une bibliographie commentée que d'une étude.

Les traductions sont données dans l'ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais (l'ouvrage de Jos Coumans donnne à ce sujet de précieuses informations) et l'indication succincte d'éventuelles rééditions. Quand j'ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d'éditions critiques, les liens ont été faits.

Je ferai ultérieurement une chronique sur les différents manuscrits existants.

Enfin, à ceux qui voudraient se lancer dans une recherche sur Khayyam et ses quatrains sur internet ou dans la documentation papier, voici deux petits rappels :

  1. Si la forme internationale translittérée est ´Omar Hayyām (1048-1131), il ne faut pas oublier que, selon les pays, les époques, les traducteurs et les éditeurs, les variantes orthographiques sont nombreuses. En voici un échantillon : ´Omar Khayyām ; Omar Khayam ; ʿUmar Khayyām ; ´Umar-i-Khayyám ; Omar Khèyam ; Omar Kheyyam ; Omar Keyyam ; Omar Xayām ; Omar Chajjám ; Omar Alkhayyámí ; Omar-i-Khajjam ; Omar Qayyam ; Omar Caiiam ; Omar Chiam. A noter qu'en persan, le nom complet du poète, Ghiyās od-Dīn Abol-Fath Omār ibn Ebrāhīm Khayyām Neyshābūri, s'écrit ainsi : غیاث الدین ابو الفتح عمر بن ابراهیم خیام نیشابوری 

  2. Ne pas oublier non plus que ces quatrains sont souvent désignés par leur nom persan, dont les graphies varient elles aussi : rubaiyat ; rubayat ; robaiyat, robaïat, roubaïates, sans oublier le singulier robaï ou rubaï parfois utilisé pour un pluriel... Quant à Sadegh Hedayat, il parle des chants de Khayam. Et en persan, cela s'écrit ainsi : رباعيات

 

Bibliographie chronologique des traductions des quatrains de Khayyam

 

1857 - Joseph Héliodore Garcin de Tassy (1794-1878)

"Note sur les Rubâ'iyât de 'Omar Khaïyâm". In: Journal Asiatique, vol. 1, tome 9, p. 548-554. Disponible sur le site Omar Khayyam Nederland, sur Archives Internet, sur Gallica.

Cet article comporte la traduction de quelques quatrains de Khayyam.

1867 - Jean-Baptiste Nicolas (1814-1875)

Les Quatrains de Khèyam, traduits du persan, par J.-B. Nicolas. Paris : Imprimerie impériale, 1867. Disponible sur Archive Internet, sur Google livres ici et et sur Hathi Trust. Le texte est également accessible sur Omar Khayyam Nederland.

La première traduction française importante avec 464 quatrains. Nicolas prend dans sa traduction le contrepied de l'interprétation de Fitzgerald : pour lui, les quatrains de Khayyam doivent être replacés dans la tradition soufie.

 Après presqu'un siècle, la traduction est reprise plusieurs fois entre 1965 et 1980 dans une adaptation de J.-P. Vibert et Pierre Seghers comportant seulement 179 quatrains.

L'intégralité des 464 quatrains est réédités chez Waleffe en 1967 avec 10 miniatures persanes, en 1987 chez Liber et en 2000 par l'éditeur Jean Maisonneuve qui publie une édition bilingue persan-français reproduisant en fac-simile dans un format réduit l'édition de 1867.

Curieusement, malgré sa conception de  Khayyam comme mysique soufi, c'est sa traduction que les éditeurs de La gloire des athées ont choisi pour les 11 quatrains figurant dans leur anthologie de textes rationalistes et antireligieux paru en 2005 aux Nuits rouges.

Jean-Baptiste Nicolas avait publié dès 1863 un article sur "Les Quatrains de Khayam" dans la Revue de l'Orient, de l'Algérie et des colonies, chez B. Duprat, avec la traduction de 50 quatrains.

1900 - Etty Couzyn

Le Rubaiyát d'Omar Khayyám d'après Edward FitzGerald. Traduits en vers libres. [S.l., s.n., circa 1900].

Et une traduction de la version d'Edward FitzGerald ! D'autres suivront...

1902 - Charles Grolleau

Les Quatrains d'Omar Kháyyám, traduits du persan sur le manuscrit conservé à la "Bodleian Library" d'Oxford, publiés avec une introduction et des notes, Paris : Carrington, 1902. Disponible sur Gallica.

L'ouvrage comporte 158 quatrains. A en croire la notice qui accompagne la réédition faite en 2008 par les éditions Allia, bien que ce livre porte la mention "traduit du persan",

il semble cependant que cet angliciste, auteur par ailleurs de traductions de Chesterton et de Wilde, ait surtout utilisé la version de Fitzgerald - en s'appuyant - il l'avoue lui-même sur la traduction littérale en anglais du même manuscrit, riche en notes, faite par Edward Heron Allen en 1899.

Il s'agirait donc d'une traduction de traduction. Déjà que traduire un texte de poésie est une tâche ardue, se pose ici la question de la fidélité à l'original, qui doit être bien lointaine...

Par contre les notes qui accompagnent le texte de la plupart des rééditions - mais pas de celle des éditions Allia... - ne sont pas sans intérêt pour la compréhension. Il en est de même pour l'introduction (en mode image ; en html) et l'appendice qui contient notamment des articles d'Ernest Renan et de Théophile Gautier et un résumé succinct de la doctrine soufie. Présents encore dans l'édition de 1992 chez Ivrea (qui reprend celle de 1978 chez Champ Libre),  ceux-ci disparaissent par la suite dans les éditions parues chez d'autres éditeurs, comme par exemple en 1995 aux éditions Mille et une nuits (qui comporte quand même une postface de Chochana Boukobza, une Vie de Khayyam et des repères bibliographiques). Quant à la bibliographie donnée dans l'édition de 1902, cela fait longtemps qu'elle a disparue...

La traduction de Charles Grolleau a fait l'objet d'éditions illustrées par Ciolkowski (G. Crès, 1922) ou Nathalie Jonckheere (les Points cardinaux, 1998).

La dernière édition date de 2013, réalisée par Georges Nataf chez Berg international.

1903 - Fernand Henry

Les "Rubáiyát" d'Omar Keyyam, le poète-astronome de la Perse, traduits en vers français d'après la version anglaise d'Ed. Fitz-Gerald, avec notices, texte anglais en regard, commentaire, notes, bibliographie et index, par Fernand Henry. Paris : J. Maisonneuve, 1903.

Encore une traduction de traduction, et en plus en vers français... Elle ne semble pas avoir fait l'objet de rééditions. Mais je serais curieux de consulter l'appareil critique.

1910 - Robert Delpeuch

Rubáiyat, poème d'Omar Khayyám, traduction française de M. Robert Delpeuch d'après la version de Edward Fitzgerald. Paris : Edition du Studio : P. Ollendorff, 1910.

Encore du Fitzgerald traduit.

1910 - Jules de Marthold

Rubaiyât d'Omar Kháyyâm mis en rimes françaises d'après le manuscrit d'Oxford par Jules de Marthold. Paris, Ch. Carrington, 1910.

1920 - Claude Anet (1868-1931) et Mirza Muhammad

Les 144 quatrains d'Omar Khayyam, traduits littéralement par Claude Anet et Mirza Muhammad. Paris : la Sirène, 1920. Le texte est accessible sur le site Omar Khayyam Nederland en html|en pdf.

Selon Armand Robin, ce serait "la meilleure traduction, de fort loin [...] ; elle est jolie plutôt que forte". En 1957, au Club des libraires de France, cette traduction fait l'objet d'une nouvelle édition accompagnée d'une étude et de la traduction nouvelle de 22 quatrains par Gilbert Lazard. En 1988 paraissent aux Nouvelles éditions Tchou Robâ'iyât du sage Khayyam, avec seulement 16 quatrains.

1921 - J. Carpentier

Roubayyat de Hafiz et d’Omar Khayyam, traduction de J. Carpentier d’après l’adaptation anglaise de J. L. Cranmer Byng pour Hafiz et d’après la version poétique anglaise d’Edward Fitzgerald pour Omar Khayyam. Paris, Francis Lebègue éditeur, 1921.

Toujours d'après Fitzgerald.

1922 - Yvonne Ferrand-Weyther

Doubles-quatrains d'après Omar Kheyam. Paris, Gallimard, 1922.

De la même traductrice : La vigne d'Omar Kheyam. St. Félicien en Vivarais, Pigeonnier, 1933.  Edition en vers illustrée de gravures sur bois.

1922 - A. Dubout

"'Omar Hayyam. Poémes", in la Revue mondiale, août 1922, p. 271-277, 399-402.

1923 - Iwan Gilkin

Soixante-dix quatrains d'Omar Khayyam. Bruxelles, Editions de la "Vie Intellectuelle", 1923.

Tiré à 310 exemplaires.

1924 - Franz Toussaint (1879-1955)

Rubaiyat de Omar Khayyam, traduits du persan. Paris : L'édition d'art H. Piazza, 1924. Collection Ex Oriente lux.

Le texte est accessible dans la Grande bibliothèque poétique de Damien Bardot.

Traduction depuis le texte original persan de 170 quatrains rendus dans une prose poétique. Largement diffusée et rééditée de 1924 à 1979 par les Editions d'art Henri Piazza aujourd'hui disparues. C.'est dans cette traduction que  des générations de lecteurs francophones (ma mère, moi...) ont abordé les poèmes de Khayyam.

Une édition, parue en 1957 chez Lubineau et tirée à 550 exemplaires, comporte 200 quatrains.

Voici deux rééditions récentes des traductions de Franz Toussaint :

La corde de la sagesse, traduction du perse en français Franz Toussaint, traduction du perse en arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, préface Abou Hafs Abdeljalil. Paris : Bachari, 2008.

Rubaiyet Omar al-Khayyam, calligraphie Salah Moussawy, traduction française Franz Toussaint, traduction arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, introduction Abou Hafs Abdejalil. Paris : Bachari, 2010.

Certains quatrains ont été mis en musique par Jean Cras en 1925 :

Robaiyat : quatrains persans du XIe siècle de Omar Khayyam, traduction de Franz Toussaint ; musique de Jean Cras. Paris : M. Senart, 1925.

1925 - François Arousseau

Les Quatrains d'Omar Khayyām, traduction de F. Aurousseau, d'après la 4e édition anglaise d'Edward Fitz Gerald ; illustrations de Henri Bey.  Foix : Éditions du "Domaine", 1925.

Toujours Fitzgerald... 101 quatrains.

1926 - Henri Jaccard

Les Quatrains d'Omar Khayyamm,rendus en vers français par Henri Jaccard. Lausanne : Payot, 1926.

1931 - Abolgassem Etessam-Zadeh

Les Rubaiyat d'Omar Khayyam, texte persan et traduction en vers français par A.-G. E'tessam-Zadeh. Téhéran, Librairie-Imprimerie Béroukhim, 1931.

Cette traduction a été éditée en France dès 1934 chez Maurice d'Hartoy. L'ouvrage est alors couronné par l'Académie française. Une réédition réalisée en 1987 par l'Association pour le rayonnement de la culture iranienne, avec le texte persan et la traduction française en regard

Elle est reprise aussi dans une édition que je possède, parue vers 1960 à Téhéran chez Tahrir Iran Co,  The Quatrains of Abolfat'h Ghia'th-E-Din Ebrahim Khayam of Nishabur,  avec des traductions en anglais, français, allemand, arabe, le texte persan et des illustrations d'Akbar Tadjvidi.

1935 - Arthur Guy

Les Robaï d'Omer Kheyyam‎, étude suivie d'une traduction française en décalque rythmique avec rimes à la persane‎, Arthur Guy. Paris‎ :Société française d'éditions littéraires et techniques‎, 1935.‎

328 quatrains.

Réédition en 1938 chez Malfère

En 1949 paraît aux Editions de l'Empire Omar Kheyyam. Les Robaï illustrés de pointes sèches originales ded'Oscar Spielmann.

1936 - Enrique Uribe White

Rubaiyata, de Omar Khayyam, traduit en français par Enrique Uribe White. Bogotá, Editorial Minerva, 1936.

1942 - Edouard Rolland

En relisant Omar Khayyam. Rabat : F. Moncho, [1942].  Adaptation en vers français. Précédé d'un article de Théophile Gautier, extrait du «Moniteur universel» du 8 décembre 1867.

1946 - Yves-Gérard Le Dantec

Omar Khayyâm. Les Roubáiyát, traduits en vers français d'après la version anglaise d'Edward FitzGerald. Paris, Jacques Haumont, 1946.

Une nouvelle traduction de la version de Fitzgerald.

1947 - Jacques Broussier

Quatrains adaptés d'Omar Khayyam. Bruxelles, Editions d'art et d'histoire, 1947.

1949 - Arthur Guy

Omar Kheyyam. Les RobaÏ, [traduit du persan par Arthur Guy], pointes sèches originales par Oscar Spielmann. [Paris], Éditions de l'Empire, 1949

1951 - Sylvain Nassi

Chajjam, Omar. Choix de quatrains,  versifiés et classés par S(ylvain) Nassi. Lausanne, Held S.A., 1951.

1954 - Eléonore Niquille

Rubaiyat d'Omar Khayyám. Aurillac, Clairac 1954.

1957 - Richard Bak

La Robayat d'Omar Kheyyam. Du persan. Version française. [S.l., s.n.], 1957. Impr. Desclée & Cie.

77 quatrains.

1958 - Pierre Pascal

Les Robâ'iyyât d'Omar Khayyâm de Neyshaboor; pour la première fois, traduits en vers français par Pierre Pascal; d'après les plus anciens manuscrits, récemment découverts, de la Bibliothèque de l'Université de Cambridge [MS. Or. 1724] et de la Bibliothèque de Chester Beatty de Dublin, le codex Khayyamien de Mohammed Ali Furughi et divers manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris [Suppl. Persan 1417 et 1477]; fac-simile du manuscrit de la Bibliothèque de l'Université de Cambridge [et du manuscrit supp. Persan 1477 de la Bibliothèque nationale] ; illustrations photographiques du traducteur. Rome: Éditions du coeur fidèle, 1958.  Réédition en 1966 chez le même éditeur.

400 quatrains.

1958 - Armand Robin (1912-1961)

Rubayat, présentation et texte français d'Armand Robin. Paris : Club français du livre, 1958.

260 quatrains. Réédition chez Gallimard en 1994, avec une préface d'André Velter. Une nouvelle édition en 2003, à Meknès, sans la préface d'André Velter. Personnellement, je possède l'édition de 1994 et je trouve la note d'accompagnement d'Armand Robin très intéressante, notamment sur les vicissitudes du texte original.

1959 - Emile Désiron

Les Roubâiyât d'Omar Kheyyâm / [traduction anglaise] d'Edward Fitzgerald ; traduction en vers français par Émile Désiron. Louvain : Nauwelaerts ; Paris : B. Nauwelaerts, [1959?]

Est-ce une traduction de l'anglais ? Vraisemblablement.

1959 - Otoman Zar-Adusht Ha'nish (1856-1936) / Pierre Martin

Omar Khayyam dans ses Robaiyat, avec une biographie du poète, astronome et homme d'État persan, par le Dr Otoman Zar-Adusht Ha'nish ; traduit de l'anglais par Pierre Martin. [Genève‎ : Ed. Mazdaznan ; Paris‎ : Aryana, G. Vidal‎, [ca 1959]

Encore une traduction de l'anglais. Je la cite comme curiosité, à cause de la personnalité d'Otoman Zar-Adusht Ha'nish (1856-1936), fondateur d'un culte syncrétique mêlant christianisme et zoroastrisme : mazdanan. La traduction de Pierre Martin est disponible sur le site Mazdeen.

1960 - Mahdy Fouladvand

Les Quatrains d’Omar Khayyam, nouvelle traduction littérale, suivie de notes et de la concordance du texte persan en transcription, par Mahdy Fouladvand, Paris : G. –P. Maisonneuve, Besson et Chantemerle, 1960.

Comporte 3 séries :

  • 1ère série : 128 quatrains
  • 2e série : 75 quatrains
  • 3e série (Ecole de Khayyam) : 40 quatrains

Du même traducteur, avec une préface datée de 1965, traduction française et texte persan en regard :

Quatrains khayyamiens, nouvelle traduction classée selon l'ordre alphabétique, suivie de notes, accompagnée du texte persan, par Mahdy Fouladvand. [Téhéran,] : Impr. du Ministère iranien de la culture et des arts, s. d. [1965 ?]

Une nouvelle traduction paraît en 1995 aux Editions du Rocher :

Omar Khayyaâm. Les quatrains.

Comporte 2 séries :

  • 1ère série : 155 quatrains
  • 2e série : 93 quatrains

1961 - Christovam de Camargo

Les roubaïates d'Omar Khayyam, présentation et traduction d'après l'original persan par Christovam de Camargo. [S.l.], Seghers, 1961.

182 quatrains.

1964 - Roger Lescot

Anthologie de la poésie persane : XIe-XXe siècle, textes choisis par Z. Safâ, traduits par G. Lazard, R. Lescot et H. Massé. Paris : Gallimard, 1964.

Cet ouvrage, réédité en 1987, comporte une trentaine de quatrains de Khayyam traduits par Roger Lescot.

1965 - J.-P. Vibert

Omar Khayyam. Les Roubaïates, traduit du persan par J.-B. Nicolas, adaptation par J.-P. Vibert et Pierre Seghers.Paris: Seghers [Gerard & Co., Verviers], 1965.

Réédité en 1973, 1979 (SNED), 1980.

1969 - Victor Bernard

Les Rubaiyat d'Omar Khayyâm, retraduits d'après [la traduction anglaise d'] Edward Fitzgerald, par Victor Bernard ; avant propos d'Abel Doysié. - [Paris]: Le Cerf-volant, [1969].

Fitzgerald a encore frappé !...

1969 - Maurice Chapelan (1906-1992)

Cent quarante deux robaï d'Omar Khayyâm, [adaptation poétique de] Maurice Chapelan. Paris : B. Grasset, 1969.

Dans son article sur « Les » lectures de Khayyâm en France, Sarah Mirdâmâdi estime que cette traduction est une des plus belles. Cependant, selon la notice trouvée dans le SUDOC, elle résulte d'une  comparaisons de traductions en français et en anglais, dont celle de Edward Fitzgerald. Elle n'a pas été rééditée...

1970 - Auguste Testuz

Les quatrains d'Omar Khayyam. Genève, Avec une préface de Marc Chesneau. Genève, [s.n.], 1970.

124 quatrains. Ouvrage tiré à 300 exemplaires.

1971 - Taha ben Kempta

Omar Keyyam. Robayyat(extraits). [S.l.], Nouvelles Editions Polaires, 1971.

12 quatrains.

1977 - Roland Bauza

Omar Khayyam. Vingt quatrains. Les Baux-de-Provence, Atelier Louis Jou, 1977.

Tiré à 100 exemplaires. 20 quatrains.

1979 - Jacques Gaucheron

Omar Khayyâm. Robaïat. Avant lecure et transcription poétique [...] Suivi d'un tombeau d'Omar. Paris, Les Editeurs français réunis, 1979.

Réédition en 2002 et en 2012 par Le Temps des cerises.

80 quatrains.

1983 - Vincent-Mansour Monteil (1913-2005)

Quatrains [d'] Omar Khayyam [et] Ballades [de] Hafez de Shiraz ; introduction et choix de poèmes traduits du persan par Vincent Monteil ; calligraphies de Blandine Furet. Paris : Sindbad, 1983.

Comporte 172 quatrains avec le texte persan en regard de la traduction. Trois rééditions : une chez Sindbad en 1998 ; deux chez Actes Sud en 1996 et 2004.

1987 - Pierre Seghers

Omar Kayyâm. Sa vie et ses quatrains Rubâ'iyât. Paris, Seghers, 1987.

161 quatrains.

1987 - Ibrahim Dossa

Omar Khayyam. [Paris], Slallow, [1985].

1988 - Fuad Rouhani

Le Vin de Nishapour: promenades photographiques dans les "Rubâiyât" du poète Omar Khayyâm; [photogr. de] Shahrokh Golestan; [calligr. de Nasrollah Afjei]; nouv. trad. de Fuad Rouhani. - Paris, Souffles, 1988.

72 quatrains.

1990 - Frank Lalou

Omar Khayyam. Ne blâme pas ceux qui s'enivrent. Bordeaux, Blake, 1990.

1992 - Hassan Rezvanian

Les quatrains du sage Omar Khayyâm de Nichâpour et de ses épigones, présentation, traduction et notes [par] Hassan Rezvanian. Paris : Imprimerie nationale, 1992.  (La Salamandre)

637 robâyât traduits. Deux rééditions : en 1993 à l'Imprimerie nationale et en 2008 chez Actes Sud., dans la collection Babel.

1993 - Sadegh Hedayat (1903-1951) / M.F. Farzaneh et Jean Malaplate

Les chants d'Omar Khayam, édition critique [par] Sadegh Hedayat ; traduit du persan par M.F. Farzaneh et Jean Malaplate. Paris : J. Corti, 1993.

Il s'agit de la traduction de l'édition des Tarânehâ yè Khayyam publiée par l'écrivain iranien Sadegh Hedayat (1903-1951) en 1934. En fait, seul Jean Malaplate a traduit les 143 quatrains, M.F. Farzaneh s'étant chargé du texte de Sadegh Hedayat qui s'inscrit dans la tradition du Khayyam sceptique ennemi des dévots.

1995 - Pierre Lesinge

Les Rubaiyats d'Omar Khayyam, [trad. par] Pierre Lesinge [d'après la trad. anglaise d'Edward Fitzgerald]. Paris, la Pensée universelle, 1995.

Encore Fitzgerald traduit...

1997 - Gilbert Lazard

Cent un quatrains, trad. du persan et présenté par Gilbert Lazard. Paris, la Différence, 1997.  Texte persan et trad. française en regard.

En 2002, Gallimard publie cette traduction sous le titre Cent un quatrains de libre pensée. Mais en fait, dès 1957, Gilbert Lazard publie la traduction de 22 quatrains de Khayyam dans une réédition de la traduction de Claude Anet et Mirza Muhammad.

2000 - Jean Rullier

Les quatrains : robaïyat, nouvelle version établie et présentée par Jean Rullier. Paris, le Cherche Midi éd., 2000.

182 quatrains.

2001 - Abolgassem Parviz

Omar Xayam. Quatrins. Paris, RAC, 2001.

Edition bilingue français-persan.

2005 - Omar Ali Shah (1922-2005) / Patrice Ricord

Les quatrains d'Omar Khayyam, préfacés et traduits du persan par Omar Ali Shah,traduit de l'anglais par Patrice Ricord. Paris : Albin Michel, 2005.

Et une dernière traduction de l'anglais, l'édition originale étant de 1964... Intéressante néanmoins pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui "propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d'après un manuscrit familial datant de 1153". L'idée qu'il se fait de Khayyam est à l'opposé de l'image du poète libertin et sceptique qu'en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

7 réflexions sur “ Les quatrains d'Omar Khayyam et leurs traductions françaises ”

  1. Monsieur,

    Je suis devant ce que je penese s'agir de deux quatrains d'Omar Khayyam, que je n'arrive pas à identifier. Ils apparaissent page 39 de PITON LA LUNE, ouvrage de Boris Gamaleya, et je souhaiterais pouvoir les envoyer à quelqu'un qui me mettrait sur la voie, mais ppur cela il me faudrait une adresse email de'une personne cultivée et généreuse.
    Sincèrement,
    Alvaro

  2. Je ne connais malheureusement pas Boris Gamaleya que, soit dit en passant, je vous remercie de me faire connaître.
    L'influence discrète de Khayyam peut se rencontrer chez bien des créateurs et par exemple au cinéma, avec Abbas Kiarostami qui cite certains quatrains dans "Et la vie continue" (mais après tout, il est Iranien...) ou Guy Debord dans "In girum imus nocte et consumimur igni".
    Ne pourriez-vous pas m'envoyer le texte de ces quatrains, des fois que je puisse les identifier ? Cependant, comme je pars demain et serai éloigné d'internet jusqu'à mercredi prochain, ne vous étonnez pas si je réponds tardivement.
    Cordialement.
    Jean S.

  3. Une bouteille à la mer : quelqu'un pourrait m'en dire plus sur la présumée traduction parue vers 1900 par Etty Couzyn ? J'en possède un exemplaire sympathique en peau d'autruche... et aimarais, en tant que libre hère, en donner un peu plus d'information que ce dont je dispose, à savoir quasi rien

    Amicalmement,

    YG

  4. Je m'interroge sur l'édition de Pierre Seghers. Elle fait partie d'une édition limitée avec de jolies lithographies mais j'aimerais avoir votre avis sur la qualité de la traduction.

    Cette édition vous semble-t-elle intéressante en dehors du fait que l'auteur fait déjà référence dans le milieu littéraire pour de magnifiques ouvrages.

  5. J'avoue ne pas avoir d'avis sur la question, n'ayant pas eu l'occasion de la consulter, mais je pense que j'aurais les mêmes réserves que vous. Personnellement, les traductions qui ont ma préférence sont celles de Vincent-Mansour Monteil, de Jean Malapate et de Hassan Rezvanian, ayant a priori plus confiance dans les connaissances linguistiques de ces trois traducteurs. Ceci dit, je ne suis malheureusement pas spécialiste de la langue et de la littérature persanes.

  6. Monsieur,
    J'ai hérité d'un des 100 exemplaires des "vingts quatrins d'Omar Khayyam" de Roland Bauza (imprimé a l'atelier Louis Jou en 1977).
    J'aurais voulu en connaitre la valeur.

  7. Je ne suis personnellement pas compétent pour répondre à votre question. Mais si un des visiteurs de mon carnet a une idée...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">