Tous les articles par Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

Le fonds ancien de la Bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer et sa bibliothèque numérique

La découverte d'une édition rare de Shakespeare à la Bibliothèque d’agglomération de Saint-Omer est une bonne occasion de découvrir son riche fonds ancien dont une partie a fait l'objet d'un numérisation. Ainsi ce « First Folio » de Shakespeare est-il comme l'arbre qui cache la forêt, mais le bruit fait autour permet de rappeler que les trésors patrimoniaux des bibliothèques ne France ne se trouvent pas seulement à Paris.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Livres imaginaires... La Quiquengrogne et Le Fils de la bossue par Victor Hugo

Quiquengrogne. Encart publicitair de la Librairie Charles Gosselin (1833)

Soit deux citations extraites de documents que trente-cinq années séparent, et qui nous présentent deux ouvrages jamais parus de Victor Hugo :

M. Victor Hugo, dont le dernier drame, Le Roi s'amuse, est en répétition, doit publier cet automne un nouveau volume de poésies et deux romans. Le premier, qui a pour titre la Quiquengrogne, a été acheté 15.000 francs par les libraires Charles Gosselin et Eugène Renduel. Ce titre a quelque chose de bizarre. Qu'est-ce que la Quiquengrogne ? Nous avons entendu faire déjà si souvent cette question que nous sommes heureux de pouvoir répondre par un document à peu près officiel. Voici l'extrait d'une lettre de M. Victor Hugo lui-même à ses éditeurs : « La Quiquengrogne est le nom populaire de l'une des tours de Bourbon-l'Archambault. Le roman est destiné à compléter ses vues sur l'art du moyen âge, dont Notre-Dame de Paris a donné la première partie. Notre-Dame de Paris, c'est la cathédrale ; La Quiquengrogne, ce sera le donjon. L'architecture militaire, après l'architecture religieuse. Dans Notre-Dame j'ai peint plus particulièrement le moyen-âge sacerdotal ; dans La Quiquengrogne, je peindrai plus spécialement le moyen-âge féodal, le tout selon mes idées, bien entendu, qui, bonnes ou mauvaises, sont à moi. Le Fils de la Bossue paraîtra après La Quiquengrogne et n'aura qu'un volume. »

(1) Les catalogues romantiques de 1832 et années suivantes annonçaient deux romans de Victor Hugo, qui n'ont jamais paru : la Quinquengrogne, 2 vol. in-8°, et le Fils de la bossue, 1 vol. in-8°.

Théophile Gautier. Autobiographie (1867)

Comme, le suggère Théophile Gautier dans son « Avant-propos » du Capitaine Fracasse,

On dresserait un curieux catalogue de ces romans qui n’ont pas été faits et dont le plus célèbre est la Quiquengrogne de Victor Hugo.

Faut-il faire une distinction entre ces livres non écrits et les livres imaginaires ? Pour moi, ces livres projetés par leur auteur, mais jamais écrits ou du moins publiés, constituent une catégorie particulière de livres imaginaires, leur contenu étant finalement aussi fictifs pour le lecteur que celui du Necronomicon Necronomicon d’Abdul al-Hazred (Lovecraft) ou du Voyage d’hiver d’Hugo Vernier (Geoges Perec).

Encore peut-on distinguer parmi ces ouvrages promis à l'éditeur, mais finalement jamais réalisés, ceux qui se limitent à un simple titre simplement jeté en patûre aux éditeurs et ceux qui ont été un peu plus réfléchis sans parvenir pourtant à la publication. Si Le Fils de la bossue relève du premier cas, La Quiquengrogne semble appartenir au second, Hugo ayant accordé une certaine importance à ce projet, même si celui-ci n'a jamais abouti. C'est ainsi que le terme quiquengrogne devint au XIXe siècle synonyme de roman que l’on n’écrira jamais.

Voir sur ce sujet l'article de Françoise Chenet, « La Quiquengrogne: histoire d'un titre » sur le site du Groupe Hugo (Université Paris 7)

 

 

 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Indexation documentaire, langages analytiques, classifications...

Définitions

Classification

Définition par l'ADBS

Langage documentaire permettant l'organisation d'un ou plusieurs domaines de la connaissance en un système ordonné de classes et sous-classes. Celles-ci ainsi que leurs relations peuvent être représentées par les indices d'une notation. Ces indices sont explicités par un libellé textuel. Différents critères peuvent être choisis pour différencier les classifications_: le mode de division et de structuration (classification à facettes) ; la notation décimale ou alpha-numérique ; la couverture des domaines de la connaissance traités (classification encyclopédique telles la CDU et la classification de Dewey, spécialisée ou sectorielle) ; leur structure et organisation (classification hiérarchique), etc.

Extrait de la définition par le dictionnaire de l'ENSSIB

En son sens générique, la classification est une « répartition systématique en classes, en catégories, d'êtres, de choses ou de notions ayant des caractères communs notamment afin d'en faciliter l'étude; résultat de cette opération » (Trésor de la langue française informatisé). Elle répond à un besoin constant de l’esprit humain d’organiser les savoirs pour les articuler entre eux (la démarche encyclopédique, par exemple), et de  catégoriser les savoirs au sein d’une hiérarchie ou d’une chronologie (classification des espèces, par exemple). Dans les bibliothèques, ce système est hiérarchisé de façon à organiser les connaissances en ensembles de contenus voisins et à organiser entre ces connaissances des jeux de relations.

Indexation

Définition par l'ADBS

Processus destiné à représenter, au moyen des termes ou indices d'un langage documentaire ou au moyen des éléments d'un langage libre, les notions caractéristiques du contenu d'un document (ressource, collection) ou d'une question, en vue d'en faciliter la recherche, après les avoir identifiées par l'analyse. Les combinaisons possibles des notions identifiées sont représentées explicitement (indexation précoordonnée) ou non (indexation postcoordonnée) en fonction des possibilités du langage documentaire utilisé.

Définition par le cours de J-L. Baraggioli et Bernard Desnoues sur Dewey et Rameau (Médiadix)

L'indexation est une opération intellectuelle par laquelle on va codifier le contenu d'un document. Cette opération consiste à analyser le contenu de ce document (quel que soit son support), et de le transcrire dans un langage documentaire. A partir de cette indexation, on devra pouvoir effectuer une recherche des documents par leur sujet. La double finalité du processus d'indexation est donc de normaliser la codification du contenu des documents (sujet) et pour l'utilisateur de faciliter la recherche du document.

Langage documentaire

Définition par l'AFNOR trouvée dans Introduction à l'indexation, cours en ligne d'Alexandre Serres, URFIST Bretagne-Pays de Loire :

Procédé conventionnel de représentation des informations d’un document sous une forme condensée et normalisée. Langage artificiel, constitué de représentations de notions et de relations entre ces notions et destiné, dans un système documentaire, à formaliser les données contenues dans les documents et dans les demandes des utilisateurs.

Thesaurus

Définition de l’AFNOR, 1987 :

Langage documentaire fondé sur une structuration hiérarchisée d’un ou plusieurs domaines de la connaissance et dans lequel les notions sont représentées par des termes d’une ou plusieurs langues naturelles et les relations entre notions par des signes conventionnels.

Définition de l’AFNOR, norme NF Z 47-100, 1981 :

Un thesaurus est une liste d’autorité organisée de descripteurs et de non descripteurs obéissant à des règles terminologiques propres et reliés entre eux par des relations sémantiques (hiérarchiques, associatives ou d’équivalence). Cette liste sert à traduire en un langage artificiel dépourvu d’ambiguïté des notions exprimées en langage naturel.

Les définitions ci-dessus ont été trouvée dans une présentation de l’indexation à l’aide d’un thesaurus et plus particulièrement du thesaurus Motbis, Indexation et thesaurus, sur le blog Recherche d'Info de Marie-Hélène Paturel.

Quelques documents en ligne

Classifications, listes d'autorités et langages documentaires

Cours de J-L. Baraggioli et Bernard Desnoues sur Dewey et Rameau (Médiadix)

Langages documentaires et outils linguistiques, in Documentaliste-Sciences de l'Information 2007/1 (Vol. 44). 120 pages. (Cairn)

Introduction à l'indexation par Alexandre Serres de l'URFIST de Bretagne-Pays de Loire

Classifications anciennes

Panorama de Bibliomab

Un exemple de classification ancienne

Classification décimale universelle (CDU)

 

Classification décimale Dewey

Liste d'autorités RAMEAU

RAMEAU (Bnf)

Liste d'autorités MeSH

Le MeSH produit par la NLM et traduit en français par l’INSERM (avec la participation de l’INIST) est utilisée en médecine.

Le MeSH bilingue anglais - français (Inserm)

Classement par mots clés MeSH (CISMeF)

Autres

Webliographie d'un cours "Langage documentaire et indexation" (Université Paris 7 Diderot)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Livres imaginaires chez... le baron Corvo

Hadrien S'enferma alors pour Se reposer, fumant et lisant les Comptes rendus de Livres non écrits, dans quelques vieux numéros de la Monthly Review. L'un d'eux Le fit réfléchir. Il s'intitulait ; Rappport de Thucydide sur le Discours de Périclès à l'occasion du couronnement du Édouard VII.

Baron Corvo, Hadrien VII, chap. XV.

Dans sa préface à la traduction française d'Hadrien VII qu'il a fait paraître en 1952 à La Table ronde, Jules Castier rappelle que Frederick Rolfe, alias le baron Corvo, a lui-même rédigé en 1903/04, en collaboration avec Sholto Douglas, une série de comptes rendu fantaisistes de livres qui n'ont jamais été écrits comme les Communiqués de Machiavel sur la guerre sud-africaine, la Vie de Carlyle par Johnson, De moribus et populis Americae de Tacite, les Lettres de Lord Chesterfield à M. Piermont Morgan, un Discours de Cicéron sur Jeanne d'Arc, etc. Ces textes ont été réédités chez Tragara Press en 1985. Je n'en ai pas trouvé d'édition en français.

Pour revenir a un thème qui m'est cher, ce même baron Corvo a fait paraître, également en 1903, une traduction anglaise des Rubaiyat d'Omar Khayyam.

Chronique en relation ; Catalogues d'ouvrages imaginaires

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

L'éternité dans une heure

eternite-tammet2eternite-tammet

 

Parmi mes lectures actuelles, l'édition poche d'un ouvrage de Daniel Tammet initialement paru l'an dernier aux éditions Arènes. ; L'éternité dans une heure. En une série de courts articles, l'écrivain-mathématicien nous familiarise avec des aspects inattendus des mathématiques. Il explore ainsi les rapports des axiomes et théorème avec la rhétorique et le langage juridique chez les Grecs (Les formes du discours), se livre à un inventaire des différentes façons de compter chez des peuples très divers (Islandais, Chinois...) dont certains, comme les Pirahãs ignorent superbement les nombres et le calcul (Compter jusqu’à quatre en islandais), évoque l'influence du zéro dans l'œuvre de Shakespaere (Le zéro de Shakespeare).  Vraiment très intéressant.

Table

Préface

1. Valeurs familiales

2. L’éternité dans une heure

3. Compter jusqu’à quatre en islandais

4. Proverbes et tables de multiplication

5. Intuitions d’élèves

6. Le zéro de Shakespeare

7. Les formes du discours

8. Les grands nombres

9. L’homme de neige

10. Les cités invisibles

11. Seuls dans l’univers ?

12. Le calendrier d’Omar Khayyam

13. Compter de onze en onze

14. L’admirable nombre Pi

15. Les équations d’Einstein

16. Les calculs d’un romancier

17. Le livre des livres

18. La poésie des nombres premiers

19. Toutes les choses sont créées inégales

20. La mère idéale

21. Parlons d’échecs

22. Les statistiques et l’individu

23. La cataracte du temps

24. Au plus haut des cieux

25. L’art des mathématiques

Remerciements

Complément d'information

Conférence de Daniel Tammet à Paris Diderot

... et quelques vidéos glanées sur Youtube :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Sur les doigts, jusqu'à 9999

9999

Pour compléter un des plus gros succès de ce carnet, la chronique Compter avec les doigts de la main datée du 20 janvier 2013, je me dois de vous signaler la parution récente aux Presses polytechniques et universitaires romandes d'un ouvrage intitulé Sur les doigts, jusqu'à 9999 de Jérôme Gavin et Alain Schärlig.

En voici la présentation et le sommaire  tels que sur le site de l'éditeur :

Qui n’a jamais montré un nombre sur ses doigts? Pour nous c’est commun. Mais notre limite, c’est 10… Les anciens, eux, montaient jusqu’à 99 sur une seule main. Et donc jusqu’à 9999 sur les deux en cas de besoin. Et ils l’ont fait pendant au moins deux mille ans. C’est ce qui est décrit dans ce livre: ses auteurs ont trouvé des traces de la numération digitale depuis les anciens Grecs jusqu’aux Persans du 17e siècle, en passant par des bas-reliefs romains, un docteur de l’Eglise du 8e siècle, et des icônes byzantines.

    • Introduction Des doigts et des nombres
    • 1 La plus ancienne description, curieusement liée au calcul de la date de Pâques (dès le 7e siècle)
    • 2 Les premières allusions, montrant que les Grecs anciens savaient (dès le 5e siècle avant J.-C.)
    • 3 Les allusions latines, montrant que le monde romain savait aussi (dès le 1er siècle avant J.-C.)
    • 4 En Occident, dès la fin du Moyen Age, où l’on voit l’influence des chiffres arabes (dès le 13e siècle)
    • 5 Du côté de l’Orient, un phénomène implanté jusqu’en Perse (dès le 10e siècle)
    • 6 Le calcul sur les doigts, avec ou sans fixation de la date de Pâques (dès le 8e siècle)
    • 7 Les suggestions, parfois coquines, ou l’art de dire avec un nombre (dès le 1er siècle avant J.-C.)
    • 8 Un coup d’oeil à l’arithmologie, ou à l’art de faire dire aux nombres plus qu’une quantité (depuis toujours)
    • Conclusion En résumé…
    • Annexes Bède est bien le plus ancien
    • A propos de 9999
    • La « table » sur les mains
    • Bibliographie des ouvrages cités
    • Index des noms propres

Voir aussi

les autres ouvrages d'Alain Schärlig,

un article paru sur le site de L'Extension

la vidéo ci-dessous.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Vive les collections de poches et leurs éditeurs

Quand je vais au travail à pied ou en bus, j'ai souvent avec moi un livre de poche que je lis ou feuillette le long du trajet. Ce format est bien pratique pour le lecteur impénitent que je suis et c'est ainsi que j'ai découvert maintes pépites littéraires, historiques ou philosophiques.

En voici quelques exemples, qui me permettront en même temps de dresser une liste de ces collections et de leurs éditeurs :

les ouvrages de Jean François Billeter dans la Bibliothèque Allia ;

La bataille d'Occident d'Éric Vuillard en collection Babel chez Actes Sud ;

Le Musée de la conversation de Roger Alexandre aux Éditions Manucius ;

Comment j’ai fait mon dictionnaire d'Émile Littré dans La Petite collection des Éditions du Sonneur ;

Les archives de la comtesse D, roman épistolaire d'Alexis Apoukhtine dans la Petite bibliothèque Ombres

sans oublier Le Livre de poche, les Éditions SillageLe Petit Mercure (Mercure de France) Petite bilbliothèque Rivages et Petite bibliothèque Payot...

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Du Surhomme au Tour de la France par deux enfants

Je vous convie ici à suivre avec moi les chemins sinueux d'une recherche sur internet. Tout est parti d'un texte de Léon Trotsky. Il s'agit d'article sur Nietszche, signé " Antide Oto ", paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l'Orient) d'Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900 et repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l'ancien monde). Intitulé « A propos de la philosophie du surhomme » et accessible dans la section française de Marxists International Archive, c'est une véritable démolition de l'auteur d'Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme.

Voici qui m'incite à chercher avec un moteur de recherche bien connu des informations sur la philosophie du surhomme. Je trouve alors parmi les premières réponses, outre le texte de Trotsky et un article de Wikipedia, des liens concernant le tome 7 de la Contre-histoire de la philosophie d'un philosophe bien connu, notamment sur le site officiel de Michel Onfray et sur Banquet par Onfray. Et c'est là que j'apprends l'existence d'un Nietzsche français, Jean-Marie Guyau (1854-1888), dont l'œuvre aurait influencé le philosophe allemand. Si je savais ce que Nietzsche pouvait devoir à Schopenhauer et à Stirner, j'avoue mon ignorance sur ce philosophe tuberculeux mort à 33 ans qui avait développée une philosophie vitaliste exigeante.

Ma curiosité piquée à vif par les biographies trouvées sur Wikipédia, Les classiques des sciences sociales ou la Revue des ressources, je commence une recherche sur lui, découvrant ainsi

que ses nombreux ouvrages sont nombreux, certains édités après sa mort par son beau-père (entendez le second mari de sa mère), le philosophe Alfred Fouillée, et sont en bonne partie disponibles sur Gallica ou dans Wikisource ;

qu'un site lui est consacré  par Laurent Muller, professeur de philosophie ;

que son Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction  parue pour la première fois en 1885 chez Alcan où elle connaîtra  chez cet éditeur 21 éditions jusqu'en 1925  (la 1ère et la 16 sont sur Gallica)  a été rééditée plusieurs fois ces dernières années :

chez Allia en 2008 ;

 chez Encre marine en la même année, ce dernier éditeur publiant également un ouvrage de Philippe Saltel intitulé La puissance de la vie. Essai sur l’Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction de J.-M. Guyau (cf. le compte rendu de , Archives de Philosophie 3/2009 (Tome 72), p. 551 disponible sur Cairn ; des extraits de cet ouvrage sont disponibles sur le site Tiens etc où il es beaucoup question de Guyau) ;

chez Payot en 2012 avec les textes de Nietzsche et de Kropotkine ;

que son article « Critique de l'idée de sanction », initialement paru en 1883 dans la Revue philosophique de France et de l'étranger, a été repris sous le titre Contre l'idée de sanction aux éditions de l'Herne...

De nombreux articles lui sont consacrés et la liste ci-dessous est loin d'être exhaustive :

Jean-Claude Leroy, « Jean-Marie Guyau, précurseur de l'esthétique moderne », in revue Semiosis (1998).

M. Lochu, « Jean-Marie Guyau, philosophe (1854-1888) », in Le Mouton fiévreux (1ère série) n° 8 (2003).

Jean-Paul Lambert, « L'irréligion de l'avenir. Jean-Marie Guyau et l'option nominaliste », Revue du MAUSS 2/2003 (no 22), p. 305-313.

Simone Manon, « Experience de la mort au coeur de la vie. Jean-Marie Guyau », 30 novembre 2009, Philolog.

Et pourquoi Le Tour de la France par deux enfants figure-t-il dans le titre de cette chronique ? C'est que la mère de Jean-Marie Guyau, Augustine Tuillerie en est l'auteur, sous le pseudonyme de G. Bruno. Ce bréviaire laïque des écoliers de la IIIe République, publié initialement en 1877 a connu de très nombreuses nombreuses éditions jusque dans les années 1930 et au-delà : les 128e (1884), 191(1889) et 386e (1922) sont numérisées dans Gallica et la 326e est reproduite dans Wikisource.

_______________________________________________________________

PS. Cette chronique aurait dû paraître en novembre 2012, mais est resté jusqu'ici à l'état de brouillon. En fait, depuis la décembre 2009, j'ai publié publié 404 billets sur ce carnet... et il reste actuellement 409 brouillons en réserve !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

1914 : mémoires vives, un dossier du BBF

Le Bulletin des Bibliothèques de France (BBF) consacre son numéro d'octobre 2014 à la Grande Guerre dans les fonds de bibliothèques. Très intéressant ! Comme cette publication est en ligne, je vous laisse la découvrir sans plus de commentaire. Ah, si, quand même : je regrette l'absence des illustrations dans la version en ligne...

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts