Tous les articles par Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

L’éternité dans une heure

eternite-tammet2eternite-tammet

 

Parmi mes lectures actuelles, l’édition poche d’un ouvrage de Daniel Tammet initialement paru l’an dernier aux éditions Arènes. ; L’éternité dans une heure. En une série de courts articles, l’écrivain-mathématicien nous familiarise avec des aspects inattendus des mathématiques. Il explore ainsi les rapports des axiomes et théorème avec la rhétorique et le langage juridique chez les Grecs (Les formes du discours), se livre à un inventaire des différentes façons de compter chez des peuples très divers (Islandais, Chinois…) dont certains, comme les Pirahãs ignorent superbement les nombres et le calcul (Compter jusqu’à quatre en islandais), évoque l’influence du zéro dans l’œuvre de Shakespaere (Le zéro de Shakespeare).  Vraiment très intéressant.

Table

Préface

1. Valeurs familiales

2. L’éternité dans une heure

3. Compter jusqu’à quatre en islandais

4. Proverbes et tables de multiplication

5. Intuitions d’élèves

6. Le zéro de Shakespeare

7. Les formes du discours

8. Les grands nombres

9. L’homme de neige

10. Les cités invisibles

11. Seuls dans l’univers ?

12. Le calendrier d’Omar Khayyam

13. Compter de onze en onze

14. L’admirable nombre Pi

15. Les équations d’Einstein

16. Les calculs d’un romancier

17. Le livre des livres

18. La poésie des nombres premiers

19. Toutes les choses sont créées inégales

20. La mère idéale

21. Parlons d’échecs

22. Les statistiques et l’individu

23. La cataracte du temps

24. Au plus haut des cieux

25. L’art des mathématiques

Remerciements

Complément d’information

Conférence de Daniel Tammet à Paris Diderot

… et quelques vidéos glanées sur Youtube :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Sur les doigts, jusqu’à 9999

9999

Pour compléter un des plus gros succès de ce carnet, la chronique Compter avec les doigts de la main datée du 20 janvier 2013, je me dois de vous signaler la parution récente aux Presses polytechniques et universitaires romandes d’un ouvrage intitulé Sur les doigts, jusqu’à 9999 de Jérôme Gavin et Alain Schärlig.

En voici la présentation et le sommaire  tels que sur le site de l’éditeur :

Qui n’a jamais montré un nombre sur ses doigts? Pour nous c’est commun. Mais notre limite, c’est 10… Les anciens, eux, montaient jusqu’à 99 sur une seule main. Et donc jusqu’à 9999 sur les deux en cas de besoin. Et ils l’ont fait pendant au moins deux mille ans. C’est ce qui est décrit dans ce livre: ses auteurs ont trouvé des traces de la numération digitale depuis les anciens Grecs jusqu’aux Persans du 17e siècle, en passant par des bas-reliefs romains, un docteur de l’Eglise du 8e siècle, et des icônes byzantines.

    • Introduction Des doigts et des nombres
    • 1 La plus ancienne description, curieusement liée au calcul de la date de Pâques (dès le 7e siècle)
    • 2 Les premières allusions, montrant que les Grecs anciens savaient (dès le 5e siècle avant J.-C.)
    • 3 Les allusions latines, montrant que le monde romain savait aussi (dès le 1er siècle avant J.-C.)
    • 4 En Occident, dès la fin du Moyen Age, où l’on voit l’influence des chiffres arabes (dès le 13e siècle)
    • 5 Du côté de l’Orient, un phénomène implanté jusqu’en Perse (dès le 10e siècle)
    • 6 Le calcul sur les doigts, avec ou sans fixation de la date de Pâques (dès le 8e siècle)
    • 7 Les suggestions, parfois coquines, ou l’art de dire avec un nombre (dès le 1er siècle avant J.-C.)
    • 8 Un coup d’oeil à l’arithmologie, ou à l’art de faire dire aux nombres plus qu’une quantité (depuis toujours)
    • Conclusion En résumé…
    • Annexes Bède est bien le plus ancien
    • A propos de 9999
    • La « table » sur les mains
    • Bibliographie des ouvrages cités
    • Index des noms propres

Voir aussi

les autres ouvrages d’Alain Schärlig,

un article paru sur le site de L’Extension

la vidéo ci-dessous.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Vive les collections de poches et leurs éditeurs

Quand je vais au travail à pied ou en bus, j’ai souvent avec moi un livre de poche que je lis ou feuillette le long du trajet. Ce format est bien pratique pour le lecteur impénitent que je suis et c’est ainsi que j’ai découvert maintes pépites littéraires, historiques ou philosophiques.

En voici quelques exemples, qui me permettront en même temps de dresser une liste de ces collections et de leurs éditeurs :

les ouvrages de Jean François dans la Bibliothèque Allia ;

La bataille d’Occident d’Éric Vuillard en collection Babel chez Actes Sud ;

Le Musée de la conversation de Roger Alexandre aux Éditions Manucius ;

Comment j’ai fait mon dictionnaire d’Émile Littré dans La Petite collection des Éditions du Sonneur ;

Les archives de la comtesse D, roman épistolaire d’Alexis Apoukhtine dans la Petite bibliothèque Ombres

sans oublier Le Livre de poche, les Éditions SillageLe Petit Mercure (Mercure de France) Petite bilbliothèque Rivages et Petite bibliothèque Payot

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Du Surhomme au Tour de la France par deux enfants

Je vous convie ici à suivre avec moi les chemins sinueux d’une recherche sur internet. Tout est parti d’un texte de Léon Trotsky. Il s’agit d’article sur Nietszche, signé ” Antide Oto “, paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l’Orient) d’Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900 et repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l’ancien monde). Intitulé « A propos de la philosophie du surhomme » et accessible dans la section française de Marxists International Archive, c’est une véritable démolition de l’auteur d’Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme.

Voici qui m’incite à chercher avec un moteur de recherche bien connu des informations sur la philosophie du surhomme. Je trouve alors parmi les premières réponses, outre le texte de Trotsky et un article de Wikipedia, des liens concernant le tome 7 de la Contre-histoire de la philosophie d’un philosophe bien connu, notamment sur le site officiel de Michel Onfray et sur Banquet par Onfray. Et c’est là que j’apprends l’existence d’un Nietzsche français, Jean-Marie Guyau (1854-1888), dont l’œuvre aurait influencé le philosophe allemand. Si je savais ce que Nietzsche pouvait devoir à Schopenhauer et à Stirner, j’avoue mon ignorance sur ce philosophe tuberculeux mort à 33 ans qui avait développée une philosophie vitaliste exigeante.

Ma curiosité piquée à vif par les biographies trouvées sur Wikipédia, Les classiques des sciences sociales ou la Revue des ressources, je commence une recherche sur lui, découvrant ainsi

que ses nombreux ouvrages sont nombreux, certains édités après sa mort par son beau-père (entendez le second mari de sa mère), le philosophe Alfred Fouillée, et sont en bonne partie disponibles sur Gallica ou dans Wikisource ;

qu’un site lui est consacré  par Laurent Muller, professeur de philosophie ;

que son Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction  parue pour la première fois en 1885 chez Alcan où elle connaîtra  chez cet éditeur 21 éditions jusqu’en 1925  (la 1ère et la 16 sont sur Gallica)  a été rééditée plusieurs fois ces dernières années :

chez Allia en 2008 ;

 chez Encre marine en la même année, ce dernier éditeur publiant également un ouvrage de Philippe Saltel intitulé La puissance de la vie. Essai sur l’Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction de J.-M. Guyau (cf. le compte rendu de , Archives de Philosophie 3/2009 (Tome 72), p. 551 disponible sur Cairn ; des extraits de cet ouvrage sont disponibles sur le site Tiens etc où il es beaucoup question de Guyau) ;

chez Payot en 2012 avec les textes de Nietzsche et de Kropotkine ;

que son article « Critique de l’idée de sanction », initialement paru en 1883 dans la Revue philosophique de France et de l’étranger, a été repris sous le titre Contre l’idée de sanction aux éditions de l’Herne…

De nombreux articles lui sont consacrés et la liste ci-dessous est loin d’être exhaustive :

Jean-Claude Leroy, « Jean-Marie Guyau, précurseur de l’esthétique moderne », in revue Semiosis (1998).

M. Lochu, « Jean-Marie Guyau, philosophe (1854-1888) », in Le Mouton fiévreux (1ère série) n° 8 (2003).

Jean-Paul Lambert, « L’irréligion de l’avenir. Jean-Marie Guyau et l’option nominaliste », Revue du MAUSS 2/2003 (no 22), p. 305-313.

Simone Manon, « Experience de la mort au coeur de la vie. Jean-Marie Guyau », 30 novembre 2009, Philolog.

Et pourquoi Le Tour de la France par deux enfants figure-t-il dans le titre de cette chronique ? C’est que la mère de Jean-Marie Guyau, Augustine Tuillerie en est l’auteur, sous le pseudonyme de G. Bruno. Ce bréviaire laïque des écoliers de la IIIe République, publié initialement en 1877 a connu de très nombreuses nombreuses éditions jusque dans les années 1930 et au-delà : les 128e (1884), 191(1889) et 386e (1922) sont numérisées dans Gallica et la 326e est reproduite dans Wikisource.

_______________________________________________________________

PS. Cette chronique aurait dû paraître en novembre 2012, mais est resté jusqu’ici à l’état de brouillon. En fait, depuis la décembre 2009, j’ai publié publié 404 billets sur ce carnet… et il reste actuellement 409 brouillons en réserve !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

1914 : mémoires vives, un dossier du BBF

Le Bulletin des Bibliothèques de France (BBF) consacre son numéro d’octobre 2014 à la Grande Guerre dans les fonds de bibliothèques. Très intéressant ! Comme cette publication est en ligne, je vous laisse la découvrir sans plus de commentaire. Ah, si, quand même : je regrette l’absence des illustrations dans la version en ligne…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Albums de l’internat et salles de garde

Bal de 1913

Photographie : Medic@

Ayant eu aujourd’hui à cataloguer l’Album de l’internat des hôpitaux de Paris 1934-1935 comportant une reproduction de la composition du maître Charles Tochet pour le Bal de l’internat 1913 (voir ci-dessus) et celui de 1934-1935 illustré par Lucien Jonas, j’ai découvert ce type de publications dont un nombre important a été numérisé dans Medic@. Offerts par les eaux minérales de Pougues ou de Vittel, ces albums présentent des portraits de groupe d’internes des hôpitaux de Paris, réalisées notamment par le Studio Pierre Petit, et souvent accompagnées d’un nombre plus ou moins importantde reproductions de décorations de salles de garde. C’est notamment le cas de l’Album de l’Internat des Hôpitaux de Paris 1913 (voir ci-dessous).

Salle de garde de Beaujon

Photographie : Medic@

A propos de salle de garde, voir l’ouvrage d’Augustin Cabanès paru en 1917 chez Montagu, La “salle de garde”. Histoire anecdotique des salles de garde des hôpitaux de Paris.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Biographie médicale : quelques ouvrages utiles

Ayant parfois à identifier des médecins pour cataloguer un livre, je me suis intéressé à la biographie médicale. Voici une courte liste d’ouvrage classés dans l’ordre chronologique de parution.

Pour des biographies consacrées à un médecin, voir notamment la Bibliothèque numérique Medic@ (BIU Santé).

Des mises à jours seront faites…

Nicolas François Joseph Eloy. Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne, ou mémoires disposés en ordre alphabétique pour servir à l’histoire de cette science et à celle des médecins, anatomistes, botannistes, chirurgiens et chymistes de toutes nations. Mons : H. Hoyois, 1778. 4 vol. En ligne. Commentaire.

Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale. Paris : Panckoucke, 1820-1825. 7 vol. En ligne. Commentaire.

Jean-Eugène Dezeimeris (1799-1852). Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne, ou  Précis de l’histoire générale, technologique et littéraire de la médecine ; suivi de la Bibliographie médicale du dix-neuvième siècle ;  et d’un Répertoire bibliographique par ordre de matières. Paris : Béchet jeune, 1828-1839. 4 vol. En ligne.

Amédée Dechambre (dir). Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales. Paris : G. Masson, P. Asselin, 1864-1889. 100 vol. en cinq séries. En ligne. Commentaire.

Biographie médicale par ordre chronologique d’après Daniel Leclerc, Eloy, etc. ; mise dans un nouvel ordre, revue et complétée par MM. Bayle et Thillaye. Paris : A. Delahays, 1855. 2 vol. En ligne.

_____________________

Commentaires des ouvrages ci-dessus

Cette édition est entièrement refondue par rapport à celle de 1756. Elle donne des sources très intéressantes provenant des histoires de la médecine de Leclerc, Freind, Clifton, Moreri, James ou Manget. Malgré des erreurs, ce dictionnaire reste un ouvrage de référence biographique.

Cf. BIU Santé

L’Encyclopédie méthodique est une entreprise de longue durée, demi-séculaire, puisqu’elle s’étend de 1782 à 1832, pour aboutir à un monument de 210 volumes in-4°, 157 de texte sur deux colonnes et 53 de planches.

A l’intérieur de cet ensemble monumental se trouvent 13 volumes consacrés à la médecine, contenant  [dont] la biographie médicale, c’est-à-dire des vies de médecins célèbres avec les notices de leurs ouvrages.

Cf. BIU Santé

Dictionnaire en 100 volumes, publié sous la direction d’Amédée Dechambre. L’ouvrage est extrêmement riche en informations sur tous les domaines de la médecine, de la chirurgie, de l’hygiène, de la “géographie médicale”, et des sciences connexes (chimie, biologie, botanique…) de son temps. On y trouve très souvent un état historique des questions traitées. Il comporte de nombreuses biographies. Il est composé d’articles dont les plus importants font des dizaines de pages. Nombre de ses collaborateurs sont les grands noms de la médecine ou de la science de l’époque.

On trouvera le projet éditorial exposé par son auteur dans le premier volume de la première série et dans le premier volume de la quatrième série.

Articles signés. Bibliographies nombreuses.

Cf. BIU Santé

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Krimi : une anthologie du récit policier sous le Troisième Reich

KrimiVoici ma dernière lecture, Krimi : une anthologie du récit policier sous le Troisième Reich, ouvrage paru aux éditions Anacharsis. Les textes ont été choisis, présentés et traduits de l’allemand par Vincent Platini, de Freie Universität de Berlin, qui a précédemment publié deux articles sur le même sujet :

« Le Krimi sous le Troisième Reich : une invention de l’étranger », Transatlantica, 1, 2012

« Éclipse, exil et survie du Krimi en Allemange nazie (1933-1945) », Belphégor: Littérature Populaire et Culture Médiatique, 9-3, 2010

Il a soutenue à la Sorbonne en décembre 2010 une thèse de littérature comparée intitulée Démons du crime : les pouvoirs du truand et son instrumentalisation idéologique dans la littérature et le cinéma de l’entre-deux-guerres (Allemagne, États-Unis, France) et publié aux éditions de La Découverte, parallèlement à son anthologie, Lire, s’évader, résister. Essai sur la culture de masse sous le Troisième Reich.

Depuis la parution de cette anthologie, son auteur a eu à répondre à de nombreux entretiens :

avec Hervé Delouche (813) à la librairie L’Atelier (2bis rue du Jourdain Paris 20°) le 21 mai 2014 : morceaux choisis sur Le blog du polar de Velda et vidéos avec leur résumés sur Libfly

avec Sébastien Lepaque dans Le Figaro (22 mai 2014)

avec Olivier Saint-Vincent sur le site Philosophe voyou le 12 juin 2014

avec François Forestier dans Le Nouvel Obs (10 juillet 2014)

avec William Irigoyen sur Arte

Plusieurs comptes rendus  en ont été fait :

par Christophe Berurier sur Le Nouveau Cénacle

par Laurent Lemire dans Livres hebdo n° 993 (11 avril 2014)

La lecture des textes de l’anthologie, mais aussi de l’introduction générale, des présentations de chaque nouvelle et du dossier documentaire, est des plus édifiantes. A l’exception de Lettre ouverte au front de l’est publiée dans la clandestinité par les opposants Adam Kuckhoff et John Sieg, qui stigmatisent les exactions et crimes de guerre perpétrés contre les populations soviétiques par l’armée allemande, la plupart de ces récits occultent tout simplement la réalité quotidienne de l’oppression politique et de la guerre. Cela est particulièrement net avec Dix alibis irréprochables d’Edmund Finke (1941) et pour L’annexe 27 de Zinn (1944) dont le ton y est des plus légers. mettant en scène une Allemagne (ou une Autriche dans le cas d’Edmund Finke) atemporelle, bucolique, vaudevillesque.

D’autres préfèrent les aventures exotiques de héros récurrents – Fatal héritage de Paul Pitt (1937) dont l’action se passe à Los Angeles, est une des nombreuses histoires mettant en scène de John Kling et de son fidèle Burthe – ou des huis clos oppressants – La gaine de Werner Bergengruen (1933) ou Sortie de scène d’Adam Kuckhoff (1938). Si la vie du petit peuple de Berlin est évoquée dans Schenke, simple brigadier de Hans Joachim Freiherr von Reitzenstein (1933) ou dans Meurtre à cinq sous de C.V. Rock (1940), c’est toujours pour louer le respect de l’ordre et le nécessaire combat contre le crime.

Pourtant, comme l’a remarqué Jorge Borges à propos de l’Argentine peroniste, la vertu des tyrannies est d’obliger les artistes à inventer des métaphores, et certains ne s’en privent pas, comme d’Adam Kuckhoff dans Sortie de scène avec son personnage d’acteur fou jouant Guillaume Tell le tyrannicide, ou Michael Zwick dont la nouvelle Une mauvaise consience tranquille (1934) présente un méchant au patronyme très Troisième Reich – “Sturm” comme Sturmabteilung (SA) – qui sera assassiné par le narrateur dont il avait ruiné les parents. La critique sociale et politique reste malgré tout possible dans un jeu complexe avec la censure d’un régime qui tente vainement de promouvoir le bon polar allemand.

Bref, un ouvrage à lire, tant pour les amateurs de polars que pour les historiens et autres curieux.

Krimi-Tables

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Citoyenné mondiale, cosmopolitisme

Lourme-Citoyennete-MondialeEn cataloguant un ouvrage récent de Louis Lourme intitulé Le nouvel âge de la citoyenneté mondiale (PUF, 2014), je me suis rendu compte combien ce sujet était relativement difficile à coter selon la classification Dewey où il n’est même pas mentionné dans l’index.

Où le classer ? Voyons un peu ce que nous avons déjà en rayon. En 323.6 Citoyenné où il se trouvera plongé dans la masse de sujets connexes (nationalité, naturalisation…) qui n’ont guère à voir avec lui ? En 32Coulmas-Cosmopolitisme7.17 Coopération internationale où est rangé Les citoyens du monde : histoire du cosmopolitisme de Peter Coulmas (Albin Michel, 1995) ? Archibugi-DemocratieEn 327.101 Théorie et philosophie des relations internationales, cote choisie pour l’ouvrage de Daniele Archibugi La Démocratie cosmopolitique. Sur la voie d’une démocratie mondiale (Le Cerf, 2009) traduit par Louis Lourme ? Et je passe sur d’autres possibilités. Ah la la, quelle dure condition que celle de catalogueur ؟ (ceci est un point d’ironie).

En fait, si le cosmopolitisme est absent de la Dewey, c’est tout simplement que les publications sur le sujet sont assez peu nombreuses et souvent en liaison avec d’autres thèmes : la République des Lettres du XVIIIe ou la philosophie stoïcienne, le pacifisme du temps de la guerre froide ou l’altermondialisme d’aujourd’hui, les projets de langue universelle de Leibniz à Zamenov, sans parler des tensions entre cosmopolitisme et nationalisme mais entre cosmopolitisme et internationalisme.

Pourtant, même si, selon Peter Coulmas, son ouvrage était, quand il est paru en 1995, le premier consacré au cosmopolitisme en tant que tel de ses origines à nos jours. plusieurs livres sont parus depuis. En témoigne la bibliographie qui accompagne l’article « Cosmopolitisme » dédigé par Louis Lourme dans le DicoPo, Dictionnaire de théorie politique.

Je ne m’étendrai pas ici sur l’histoire des citoyens du monde, le premier d’entre eux étant le philosophe cynique Diogène de Sinope et leur représentant le plus médiatique siècle dernier, Garry Davis. Je voudrais juste signaler que le XVIIIe siècle fut un grand moment de cette histoire, avec notamment Immanuel Kant et son Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique parue en 1784 (voir Kant cosmopolitique, sous la direction de Yves Charles Zarka, Caroline Guibet Lafaye, Editions de l’Éclat, 2008) et le révolutionnaire Anacharsis Cloots, dont La République du genre humain de 1792 a été rééditée l’an dernier aux éditions Mille et une nuits par… Louis Lourme encore.

 Pour aller plus loin sur le sujet, je vous invite à visiter les sites des spécialistes de la question que sont Louis Lourme et de Daniele Archibugi et ceux d’organisations historiques (Citoyens du monde) ou de création beaucoup plus récente (Organisation pour une citoyenneté universelle). Voir aussi l’Appel en faveur d’une citoyenneté mondiale du 3 mars 1966.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts