Tous les articles par Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

La Transition bibliographique

A ceux qui s’intéressent au catalogage et à ses évolutions (FRBR, RDA…), sujet auquel j’ai consacré deux chroniques en novembre et décembre 2012, je voudrais signaler que depuis cet été, un site Internet créé par la BNF et par l’Abes vous informe sur la Transition bibliographique. Il remplace celui hébergé par l’ENSSIB : RDA en France.

Pour plus d’infos sur le sujet, voir la page de la BNF consacrée à la Transition bibliographique en France.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Chaux-des-Crotenay = Alésia ?

Le 22 août dernier, l’association Archéo Jura Sites organisait une intéressante journée porte ouverte à Chaux-des-Crotenay, site supposé de la bataille d’Alésia.

Telle est du moins la thèse émise par André Berthier en 1961. Officiellement, depuis le Second Empire, le site de la dite bataille serait Alise-Sainte-Reine en Bourgogne. Un décret de Napoléon III, aujourd’hui introuvable, en aurait décidé ainsi. Mais est-ce au pouvoir politique de dire la vérité historique et ce décret n’est-il pas aussi abusif que les lois mémorielles qui étouffent la recherche historique au nom du devoir de mémoire ?

Du reste, dès les années 1850, cette théorie officielle  a été vigoureusement discutée, combattue, réfutée, notamment en faveur d’Alaise situé également en Franche-Comté ou, si vous préférez, en territoire séquane. Lire à ce propos les ouvrages de Jules Quicherat, L’Alésia de César rendue à la Franche-Comté: réfutation de tous les mémoires pour Alise (1857) et Conclusion pour Alaise dans la question d’Alesia (1858). Il peut être intéressant aussi de se reporter à la bibliographie établie en 1859 par Ernest Desjardin pour un autre ouvrage sur la question. Cependant, d’autres sites ont été proposés dans le massif jurassien (Izermore dès les années 1860 ; Salins-les-Bains en 1974). Je vous conseille de consulter à ce propos l’historiographie du débat sur la localisation d’Alésia figurant dans Wikipédia.

J’ignore si Chaux-des-Crotenay est vraiment Alésia. Du reste est-il souhaitable que cela soit définitivement prouvé ? Les habitants y perdraient leur belle tranquillité… Pourtant, ayant assisté à une visite organisées autour de la ville sacrée haute, notamment l’enclos cultuel Berthier, le mur des scouts, le mur cyclopéen du chemin des ânes, ainsi qu’à une conférence sur le mobiler archéologique recueilli par André Berthier lors des rares fouilles et sondages autorisés, je trouve que ces vestiges archéologiques méritent notre attention et sans doute des fouilles plus approfondies. Or celles-ci ont toujours étaient interdites ou freinées par les autorités compétentes de l’archéologie française. Car, selon le mot de Capucine Moulas, Alésia est un tabou archéologique et une bombe politique.

N’étant pas spécialiste de la question, je vous renvoie au site d’ArchéoJuraSites où vous trouverez en ligne :

L’association est également dépositaire des Archives André Berthier pour lesquelles elle a organisé un portail documentaire spécifique. Elle est aussi à l’origine d’une page Facebook sur La découverte d’André Berthier.

Par ailleurs, d’après ce que j’ai compris lors mes recherches sur internet pour écrire ce billet,  après la mort d’André Berthier, une crise parmi ses partisans a entrainé une scission et la création en 2005 de l’Association André Berthier – Centre d’études et de documentation sur l’Alésia jurassienne (AAB cédaj). Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un tel schisme se produit, puisque dès 1985, l’Institut Vitruve s’est formé en rupture avec A.L.E.S.I.A.

Je vous signale encore qu’il existe un aperçu sur Google livres d’Alésia, l’ouvrage d’André Berthier et d’André Wartelle paru en 1990 aux Nouvelles éditions latines, et je laisse le mot de la fin à Abraracourcix dans cette case extraite du Bouclier arverrne :

Asterix-Alesia

Dernière mise-à-jour : 3 septembre 2015

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Voyage en uchronie

Je suis actuellement en train d’achever la lecture d’un roman de de Kim Stanley Robinson,  Chroniques des années noires (The Years of Rice and Salt) qui relate ce qu’aurait pu être l’histoire du monde si la peste avait éradiqué la quasi-totalité des Européens (plus d’info sur les sites Le cafard cosmique et  Quarante-deux).

Cet excellent ouvrage m’incite à vous proposer ci-dessous les quelques ressources que j’ai pu trouver sur l’uchronie, cette utopie dans l’histoire qui doit son nom à un ouvrage du philosophe Renouvier paru en 1876, même s’il en existait avant lui quelques exemples comme les uchronies napoléoniennes de Louis-Napoléon Geoffroy et de Joseph Méry ou, plus loin dans le temps, Pascal et son nez de Cléopatre ou Tite-Live imaginant Alexandre le Grand en Italie.

Références générales

Ouvrages et articles imprimées

Denis Guiot. « Faire de l’uchronie », in Mouvances, no 5, juillet 1981. En ligne sue NooSFere.

Jacques Boireau. « La Machine à ralentir le temps », in Imagine…, no 14, 1982.

Emmanuel Carrère. Le Détroit de Behring : Introduction a l’uchronie. Paris : P.O.L., 1986

Éric Vial et Stéphane Nicot. « Les seigneurs de l’histoire. Notes sur l’uchronie », article publié successivement dans

Univers 1988, anthologie composée par Pierre K. Rey. J’ai Lu, mars 1988,

Les univers de la science-fiction, Galaxies, Hors série n° 1, 1998.

Pierre Corbell. « L’uchronie. Une ancienne science inspire un nouveau sous-genre », in Solaris n°110, juillet 1994. En ligne sur NooSFere.

Serge Perraud. « L’uchronie : pour une histoire différente », in Présence d’esprit n°7, 1995. En ligne sur NooSFere.

Gérard Klein. « Préface » de l’ouvrage de William Gibson et Bruce Sterling, La Machine à différences, Livre de poche nº 7231, 2001. En ligne sur Quarante-deux.

Éric B. Henriet

L’Histoire revisitée. Paris : les Belles lettres, 1999. Avec une préface d’Éric Vial. Une  2e édition revue et augmentée est parue en 2004 et a reçu le Grand Prix de l’Imaginaire 2005.

Voir sa présentation par Philippe Curval, Magazine littéraire, nº 429, mars 2004

L’uchronie. Klincksieck, 2009.

Voir sa présentation par Philippe Curval, Magazine littéraire, nº 485, avril 2009

Karine Gobled, Bertrand Campeis. Le Guide de l’uchronie. Editions ActuSF, 2015. Préface d’Éric B. Henriet.

Sites, blogs et dossiers en ligne

La Porte des mondes. Ce site, créé par Pedro Mota et herbergé par NooSFere, est la principale ressource en ligne sur le sujet dans le domaine francophone. Les amateurs d’uchronies auront compris qu’il doit son nom au roman de Robert Silverberg qui m’a fait découvrir ce genre de fiction quand il parut en 1977 chez Robert Laffont dans la collection L’Âge des Etoiles.

Uchronews, le journal de l’uchronie. Ce blog  contient notamment deux articles du spécialiste actuel de l’uchronie, Éric B. Henriet :

« Uchronie : histoire d’un mot », courte introduction ce sujet.

« Point sur l’uchronie de 2004 a 2013 » pour servir de complément à son Histoire revisitée.

Toujours dans le domaine francophone, voir aussi les dossiers en ligne du Cafard cosmique et de Yozone et les articles de NooSFere et de Wikipédia.

Dans le domaine anglophone, voir le site Uchronia : The Alternate History List.

Aspects particuliers

Point de divergence et temps du récit

Le point de divergence ou évènement divergent est le point précis où l’histoire officielle et celle contée dans une uchronie divergent. Il faut bien noter que, comme le fait remarquer Denis Guiot, « basée sur l’événementiel et l’homme providentiel, l’uchronie est aux antipodes de la conception marxiste de l’Histoire qui considère le développement des forces productives comme la base du devenir historique. »

De fait, les principales uchronies renvoient souvent à une bataille gagnée ou perdue (Waterloo, Austerlitz..) ou à la mort précoce ou retardée d’un grand homme (Alexandre, César, Napoléon, Hitler…). Mais cela suffit-il réellement à faire prendre à l’histoire un autre cours ? Comme le dit Paul Veyne dans Comment on fait l’histoire, « en 1789, les intérêts de classe de la bourgeoisie victorieuse se heurtaient au manque d’un grand homme, mais le poids de ces intérêts étaient si grand qu’ils auraient de toute façon vaincu le frottement ; même si Bonaparte n’était pas né, un autre sabre se serait levé pour occuper son rôle. » De même, dans Le faiseur d’histoire de Stephen Fry, le fait qu’Adolf Hitler ne soit pas né, n’empêche en rien l’émergence du parti nazi, bien au contraire…

Le choix du point de divergence par l’auteur est délicat, car il doit être à la fois reconnaissable par le lecteur moyen, mais aussi crédible,  et permettre un développement intéressant. En voici un certains nombre trouvé sur le site Défis d’histoire :

  • Si Louis XVI n’avait pas été arrêté à Varennes
  • Si Brutus n’avait pas osé tuer César
  • Si la bombe d’Orsini avait tué Napoléon III
  • Si Napoléon avait triomphé de sa campagne de Russie
  • Si la Fronde avait réussi
  • Si Nelson avait perdu la bataille de Trafalgar
  • Si les Etats-Unis d’Amérique avaient voté pour le français comme langue officielle
  • Si François Mitterrand l’avait emporté en 1974
  • Si la Wehrmacht avait envahi et occupé le Royaume-Uni
  • Si Ponce Pilate avait épargné Jésus
  • Si les Arabes avaient triomphé à Poitiers
  • Si Philippe IV le Bel était devenu Grand maître de l’ordre du Temple en 1306
  • Si Lénine était mort dans un accident de train le 9 avril 1917
  • Si Clemenceau avait été élu président de la République en 1920
  • Si Napoléon avait triomphé à Waterloo
  • Si les Français avaient évacué Diên Biên Phu début décembre 1953
  • Si Béziers avait résisté à la Croisade des Albigeois à l’été 1209
  • Si l’Invincible Armada espagnole l’avait emporté contre la flotte anglaise
  • Si Einstein n’avait pas inventé la théorie de la relativité
  • Si Kennedy avait survécu à l’attentat de Dallas
  • Si les Alliés avaient raté le débarquement du 6 juin 1944
  • Si le gouvernement français avait continué la guerre en 1940
  • Si les Vikings s’étaient installés en Amérique du Nord
  • Si la Peste noire avait décimé vers 1348 la quasi-totalité de la population européenne
  • Si de Gaulle était mort mitraillé dans sa DS en 1962
  • Si Christophe Colomb avait conquis l’Europe à la tête d’une armée d’Indiens
  • Si Jeanne d’Arc était morte à Orléans
  • Si Hannibal avait remporté la IIème Guerre Punique
  • Si Hitler était mort en 1930 dans un accident de voiture
  • Si les Sudistes Confédérés avaient gagné la guerre de Sécession
  • Si Luther avait vraiment réformé l’Eglise
  • Si François Ier n’avait pas triomphé à Marignan en 1515
  • Si en 1588 l’Espagne avait converti l’Angleterre
  • Si Hitler avait été tué par la bombe du 20 juillet
  • Si la France avait stoppé Hitler dès 1936
  • Si le roi d’Angleterre avait gagné la Guerre de Cent ans
  • Si Richelieu avait été disgracié lors de la journée des Dupes
  • Si Napoléon avait été battu à Austerlitz
  • Si le général de Gaulle avait remporté le référendum de 1969
  • Si Franklin Roosevelt avait été assassiné à Miami en 1933
  • Si Alexandre le Grand n’était pas mort prématurément
  • Si Vercingétorix avait battu César à Alésia
  • Si le général Boulanger était entré à l’Elysée en 1889
  • Si le Japon, au lieu d’attaquer les États-Unis en 1941, avait attaqué l’Union soviétique en même temps que l’Allemagne
  • Si le poignard de Ravaillac avait glissé et épargné Henri IV
  • Si Dumouriez et Kellermann avaient été vaincus à Valmy en 1792
  • Si Hitler avait réussi son examen d’entrée aux Beaux-Arts de Vienne
  • Si le dauphin Charles avait été assassiné par Etienne Marcel en 1358
  • Si la guerre de 1870 n’avait pas eu lieu
  • Si les Francs de Saint Louis avaient remporté la Septième croisade en 1250
  • Si le maréchal Pétain s’était envolé pour Alger en novembre 1942
  • Si l’Allemagne avait gagné la guerre en septembre 1914
  • Si Grigori Raspoutine avait imposé une Russie populiste et religieuse
  • Si la Seconde Guerre mondiale avait commencé en 1938
  • Si Guillaume le Conquérant avait perdu la bataille d’Hastings en 1066
  • Si en 1945, la bombe atomique n’avait pas été au rendez-vous
  • Si Israël avait été rayé de la carte en 1973
  • Si Kennedy avait lancé une attaque sur Cuba en 1962

 Le point de divergence peut être mentionné ou non dans le récit, lequel se déroule le plus souvent plusieurs décennies (Le Maître du Haut-Château de Philip K. Dick : présentationextraits ; Fatherland de Robert Harris :  extraits), voir plusieurs siècles après la divergence (La Porte des mondes de Robert Silverberg : présentation), afin que ses répercussions soient bien visibles. Cependant certaines uchronies peuvent se limiter au récit de la divergence elle-même (Ponce Pilate de Roger Caillois : extraits + post-scriptum et addendum ; Le complot contre l’Amérique de Philip Roth : extraits). D’autres suivent sur une longue période l’évolution de cette histoire uchronique (Roma AEterna de Robert Silverberg : présentation).

NB ; Cette partie sur les points de divergence condense plus ou moins l’article de Wikipédia. Les présentations et les extraits des ouvrages cités figurent sur NooSFere et Défis d’histoire.

Projets uchroniens sur internet

Sites autour d’une trame uchroniue

Fantasque Time Line. Et si la France avait continué le combat en 1940…

Sites proposant diverses trames uchroniques :

Althistory Wiki (en anglais)

Deviantart (en anglais)

Sobel Wiki (en anglais)

Uchronies.org

Domaines proches

Je vous propose ci-dessous quelques liens vers des articles de Wikipédia, en attendant de faire moi-même des chroniques sur ces sujets dont les problématiques peuvent interférer avec celles de l’uchronie :

Histoire contrefactuelle

Mondes possibles

Voyages dans le temps

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

La cigale et la fourmi : anthologie

J’avais commencé voici quelque temps la collecte de fables sur le thème de la cigale et de la fourmi. J’ai notamment utilisés des  sites spécialisés dans les fables – Fables affables ; Shanaweb – ou des documents en ligne – La Fontaine pastiché – que je vous invite à visiter pour compléter cette petite anthologie.

______________________________________________

En guise d’introduction
Louis Moland
Analyse des fables de La Fontaine

La fable de la Cigale et la Fourmi est une des plus anciennes et des plus répandues qui existent. On la trouve dans les conteurs du moyen âge aussi bien que dans Ésope et dans Phèdre. Une des plus jolies versions qu’on en connaisse est celle du « Chastoiement d’un père à son fils, » poëme didactique du XIIIe. siècle, imité de la Disciplina clericalis de Pierre-Alphonse; elle commence ainsi :

Un saiges hom dist à son fils :

Filz, esgarde com li formiz

Porchace son vivre en esté,

Que en hiver en ait plenté…

La fourmi a de tout temps servi à donner aux hommes des leçons de travail et d’épargne. Salomon a dit dans ses Proverbes :
» Allez à la fourmi, ô paresseux ; considérez sa conduite et apprenez à devenir sage ;
« Puisque, n’ayant ni chef, ni maître, ni prince, « Elle fait néanmoins sa provision durant l’été et amasse pendant la moisson de quoi se nourrir. »
Quelques naturalistes ont essayé de détruire cette antique réputation de la fourmi. Quand leurs observations seraient exactes, elles n’auraient point d’importance en ce qui concerne l’apologue, qui ne prétend nullement à l’infaillibilité scientifique. On pourrait faire remarquer aussi que la cigale ne se serait souciée ni de mouche ni de vermisseau, car elle ne se nourrit pas d’insectes.

On a souvent critiqué la moralité de cette fable. Cela tient à ce que l’on s’est placé, pour la juger, à un point de vue faux. On suppose que La Fontaine présentera fourmi comme un modèle à suivre de tout point. Ce n’est pas ainsi qu’il faut l’entendre. La fourmi remplit son rôle conformément au caractère que l’apologue lui prête. Elle est laborieuse, elle est économe, mais elle est peu charitable. La cigale est imprévoyante : les défauts se font contraste, l’un punit l’autre. Le Noble, qui refit cette fable après La Fontaine, pour rendre la cigale plus coupable et faire paraître la fourmi moins dure, raconte que la cigale, pendant l’été, se moquait de la peine que prenait la fourmi. La revanche de celle-ci est de la sorte un peu plus légitime, mais non pourtant exemplaire.

Quelques-uns des anciens fabulistes qui ont traité le même sujet se sont abstenus d’attribuer à la fourmi un refus positif. Dans la poétique fable du persan Saadi, le Rossignol et la Fourmi., la fourmi se borne à dire : « Vous n’avez pas réfléchi, jeune insensé, que le printemps est suivi de l’automne. » De même saint Cyrille fait adresser à la malheureuse cigale un long sermon par celle qu’elle implore, sans indiquer si, à la suite de son beau discours, la fourmi se montrera impitoyable ou se laissera attendrir. Dans le poète persan, on peut supposer que la fourmi garde trop bon souvenir des chansons dont le rossignol l’a régalée tout l’été, pour se montrer inflexible. Quant à la fourmi de saint-Cyrille, c’est une bonne religieuse, un peu trop prodigue sans doute d’admonestations appuyées de textes de la sainte Écriture, mais qui, pour être conséquente avec elle-même, s’empressera de réchauffer celle qui a froid et de nourrir celle qui a faim. Autre est le personnage de La Fontaine : c’est, comme l’a si bien représenté le dessinateur Grandville, l’âpre fermière normande aux yeux secs, aux traits durs, qui n’a jamais été sensible aux charmes de la musique et dont le malheur du prochain ne saurait toucher l’âme. La Fontaine a été jusqu’au bout dans le caractère de ce personnage, et lui a fait répondre par une méchante plaisanterie à la requête de la cigale. Comme moralistes, Saadi et saint Cyrille sont sans doute plus prudents. Comme artiste, La Fontaine a eu raison.

On ne peut certes reprocher à La Fontaine d’avoir incliné, par un effet de son caractère et de son humeur, du côté des thésauriseurs impitoyables, lui qui avait chanté tout l’été, comme la cigale, et qui se trouva fort dépourvu quand vinrent l’âge et l’hiver. Heureusement pour lui, ni Mme de La Sablière, ni Mme d’Hervart ne ressemblaient à la fourmi trop parcimonieuse.

______________________________________________

 Ésope (VIIe-VIe siècle av.JC)
De la fourmi et de la cigale

La Fourmi faisait sécher son froment qui avait contracté quelque humidité pendant l’hiver. La Cigale mourant de faim, lui demanda quelques grains pour subvenir à sa nécessité dans la disette où elle se trouvait. La Fourmi lui répondit durement qu’elle devait songer à amasser pendant l’été pour avoir de quoi vivre pendant l’hiver. « Je ne suis point oisive durant l’été, répliqua la Cigale, je passe tout ce temps-là à chanter. – Oh bien, repartit la Fourmi, puisque cela est ainsi, je vous conseille de danser maintenant ; vous méritez bien de mourir de faim. » Cependant que nous avons force du corps, il faut que nous fassions provision pour sustenter notre viellesse débile. Par l’hiver tu entendras la vieillesse par l’été, l’adolescence et la fleur de ieunesse.

Phèdre
La Fourmi et la Mouche

La Fourmi et la Mouche contestaient assez vivement de leur prix. La Mouche commença la querelle en disant : « Peux-tu bien comparer ta position à la mienne ? dans les sacrifices, je goûte la première les entrailles des victimes; j’établis ma demeure sur les autels , et je parcours ainsi tous les temples sacrés. Je siège sur le front des rois, et, si je veux même, je cueille un baiser sur la bouche de la femme la plus chaste : je ne fais rien et je jouis des plus beaux avantages. Eh bien! est-il dans ton existence quelque chose de comparable, misérable campagnarde? — Sans doute, répondit la Fourmi, il est. glorieux de siéger au banquet des Immortels, mais comme convive, et non comme parasite importun. Tu habites les autels; mais, dès que l’on t’y aperçoit, on te chasse. Tu parles de rois, de baisers surpris aux dames : folle! tu te vantes là de choses que, par pudeur, tu devrais cacher. Tu ne fais rien ; mais aussi, lorsque le besoin se fait sentir, tu n’as rien. Tandis que j’amasse avec ardeur quelques grains pour mon hiver , je te vois voltiger le long des murs, cherchant un honteux repas. L’été, tu me fatigues de tes bourdonnemens ; pourquoi te tais-tu donc l’hiver ? Lorsque le froid te saisit et te tue, je rentre saine et sauve dans ma demeure, où je trouve l’abondance. En voilà assez, je crois, pour rabattre ton orgueil. »
Cette fable nous apprend à connaître deux caractères différens, celui de l’homme qui fait parade de faux avantages, et celui de l’homme dont la veru brille d’un solide éclat.

Gilles Corrozet (1510-1568)
Des fourmis et de la cigale ou grillon

Une grand’troupe de fourmis
Ensemble en un creux s’étaient mis,
Et avaient durant tout l’été
Amassé grande quantité
De blé, qu’ils avaient pu trouver
Pour se nourrir durant l’hiver ;
Lequel venu, une cigale
De qui la cure principale
Est de chanter l’été durant,
Laquelle était faim endurant,
Vint aux fourmis, et leur pria
Lui donner si peu qu’il y a
De leur blé. Ce qu’ils refusèrent,
Et par rigueur lui demandèrent
Qu’elle avait fait l’été passé,
Sans avoir son pain amassé.
Dit la cigale : ” Je chantais
Et par les blés je m’ébattais. –
Lors, dirent les fourmis ainsi,
Il faut que l’endures aussi
Puisqu’ainsi est que tu as tant
Chanté l’été en t’ébattant,
Il te faut en hiver danser
Ainsi te faut récompenser. ”
Qui ne pourvoit en temps et heure
En grand’nécessité demeure

Issac de Bensserade (1612-1691)
La cigale et la fourmi

On connaît les amis dans les occasions.
Chère Fourmi, d’un grain soyez-moi libérale ;
J’ai chanté tout l’été : tant pis pour vous Cigale ;
Et moi j’ai tout l’été fait mes provisions.
Vous qui chantez, riez, et toujours sans souci,
Ne songez qu’au présent, profitez de ceci.
Pleurs, dit un vieux refrain, sont au bout de la danse.
J’ajoute : l’on périt faute de prévoyance.

Jean de La Fontaine (1621-1695)
La cigale et la fourmi

La cigale , ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.

Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
«Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’oût , foi d’animal,
Intérêt et principal.»

La fourmi n’est pas prêteuse ;
C’est là son moindre défaut
«Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
– Vous chantiez ? j’en suis fort aise.
Eh bien : dansez maintenant.»

Charles Lenfant, chevalier de Saint-Gilles (….-….)
La cigale et la fourmi

(extrait de La Muse mousquetaire, 1709)

Le temps n’est plus de la belle saison ;
L’hiver approche , et la neige à gros flocon
Tombe du ciel. Cigale verdelette
Ne chante plus : autre soin l’inquiète ;
C’est du dîner dont il est question.
Mais où dîner ? Car de provision
Il n’en est point ; nulle précaution.
D’aller aux champs sucer la tendre herbette
Le temps n’est plus. [variante : Il n’est plus temps]
Elle va droit à l’habitation
De la fourmi. Belle réception,
Mais rien de plus. Il faut faire diète
Quand on est vieux. C’est trop tard qu’on regrette
Les jours perdus et de faire moisson
Le temps n’est plus. [variante : Il n’est plus temps]

Edouard Jouin (XVIIIème)
La cigale et la fourmi

Par un soleil d’hiver, hélas ! bien court été,
La Fourmi butinait parmi l’herbe flétrie.
Elle voit la Cigale à la mine amaigrie
Qui se mourait de faim pour avoir trop chanté. Prends ce grain, lui dit-elle, et qu’avec la gaieté
Il te rende la vie.
Tu ne trouves plus rien, mais j’ai dans mon grenier
Les trésors du beau temps dernier :
Ne crains donc plus la faim : chante encore, pauvre amie

Jean-Espérance-Blandine de Laurencin (1733 – 1812)
La cigale et la fourmi

Dame cigale, en la belle saison ,
Où tout se trouve en abondance,
Ne pensant qu’à faire bombance,
Chantoit, sautoit de buisson en buisson;
Et de la Fourmi, sa voisine ,
Railloit l’humeur chagrine.
A son compte toujours pensant à l’avenir,
L’avare de son bien ne savoit pas jouir.
Sans cesse accumuler, quelle étrange folie !
La Fourmi cependant alloit toujours son train.
Et sa dépense étoit remplie
Abondamment du meilleur grain.

Comme en ce bas monde tout passe !
Du beau temps l’hiver prit la place.
Aux champs, plus d’herbe ni de fleur,
Tout fut brûlé par la saison glaciale.
N’ayant rien gardé, la cigale
Très-fréquemment dinoit par cœur.
Elle alloit périr de misère :
En cette extrémité que faire ?
Je connois bien , dit-elle, un grenier bien fourni ;
Mais cette avare, la fourmi,
Ne m’en ouvrira pas la porte.
Allons la trouver cependant;
Car autrement, Je suis une cigale morte.
Elle y va; fa fourmi soudain
Lui donne un sac du meilleur grain;
Puis ajoute : Voyez, ma mie,
A quoi sert mon économie !
Aurois-je pu sans elle ainsi tous soulager !
Et jouir du plaisir si doux de partager ?
Cependant soyez diligente ;
Vous n’aurez pas toujours un tel appui :
Car quand on compte sur autrui,
On est souvent trompé dans son attente.

Ce même sujet a été traité par le célèbre La Fontaine, et si j’ai osé le remanier après lui, c’est que , suivant la remarque d’un écrivain non moins fameux dans un autre genre, la moralité de sa fable est mauvaise, ou présente du moins un mauvais côté.

Jean Jacques Boisard (1744-1833)
La cigale et la fourmi

Chante , chante, ma belle amie,
Étourdis-toi ; voltige avec légèreté ;
Profite bien de ton Été,
Et vite hâte-toi de jouir de la vie;
L’Hiver approche…..Ainsi parloit un jour
La Fourmi thésauriseuse
A la Cigale, à son gré trop joyeuse ;
Avez-vous dit, radoteuse m’amour,
Lui répliqua la chanteuse ?
L’Hiver approche ! Hé bien-nous mourrons toutes deux;
Vos greniers seront pleins, et les miens seront vides ;
Or donc, en maudissant les Dieux,
Vous quitterez bientôt vos épargnes sordides…
Moi, je veux en chantant aller voir mes ayeux.
Aussi je n’ai jamais retenu qu’un adage :
Amasser est d’un fol, et jouir est d’un sage.

Laurent P. Jussieu (1792-1866)
L’abeille et la fourmi

(extrai de Fables et contes en vers)

À jeun, le corps tout transi,
Et pour cause,
Un jour d’hiver, la fourmi,
Près d’une ruche bien close
Rôdait plein de souci.
Une abeille vigilante
L’aperçoit et se présente :
“Que viens-tu chercher ici?
Lui dit-elle – Hélas, ma chère,
Répond la pauvre fourmi,
Ne soyez pas en colère.
Le faisan, mon ennemi,
A détruit ma fourmilière;
Mon magasin est tari;
Tous mes parents ont péri
De faim, de froid, de misère.
J’allais succomber aussi,
Quand du palais que voici
L’aspect m’a donné courage.
Je le savais bien garni
De ce bon miel, votre ouvrage;
J’ai fait effort, j’ai fini
Par arriver sans dommage.
Oh! me suis-je dit, ma sœur
Est fille laborieuse;
Elle est riche et généreuse,
Elle plaindra mon malheur;
Oui, tout mon espoir repose
Dans la bonté de son cœur.
Je demande peu de chose;
Mais j’ai faim, j’ai froid, ma sœur !
– Oh! oh! répondit l’abeille,
Vous discourez à merveille;
Mais, vers la fin de l’été,
La cigale m’a conté
Que vous aviez rejeté
Une demande pareille.
Quoi? Vous savez?
– Mon Dieu, oui,
La cigale est mon amie.
Que feriez-vous aujourd’hui
Si j’étais insensible et fière,
Si j’allais vous inviter
À promener ou chanter?
Mais rassurez-vous, ma chère;
Entrez, mangez à loisir;
Usez-en comme du vôtre;
Et surtout, pour l’avenir,
Apprenez à compatir
À la misère d’un autre.”

Barthélemy de Beauregard (1803–18??)
La Cigale et la fourmi

La Cigale est un peu flâneuse,
Peu prévoyante et trop chanteuse;
Ce sont là ses mauvais côtés;
Mais elle a bien ses qualités :
Nul ne sait mieux pardonner une injure
On connaît sa mésaventure,
Quand, au plus fort de la froidure,
Une voisine, hélas ! d’un toù plein de dédain^
Lui refusa jusqu’au plus petit grain.
Un jour, de grandes fourmis rouges,
Race anglaise, par la couleur,
Et plus encore par le coeur,
En bataillons pressés, s’échappant de leurs bouges,
Enlevaient, en passant, de nombreux pucerons
Pour allaiter leurs nourrissons,
S’applaudissaient de ces tristes victoires,
Et venaient subjuguer de pauvres fourmis noires,
Les asservir*, s’emparer de leurs biens,
En faire enfin, chose à peu près égale,
Des Irlandais ou des Indiens.
Du haut d’un buisson, la Cigale,
Apercevant cette bande infernale
Dont elle sait les coupables desseins,
Et voyant à ses pieds
Justement la voisine
Dont, au plus fort de la famine,
Elle n’avait reçu que des refus grossiers,
Descend, vole, l’appelle :
« Vite! vite! courez, dit-elle;
Voici venir votre rouge ennemi. »
Elle aussi court, crie en jetant l’alarme,
Pour rassembler tout le peuple fourmi,
Et trouve un indicible charme,
Au souvenir d’un vieux méfait,
A s’en venger par un bienfait.
Honteuse et repentante,
Mais aussi bien reconnaissante,
La Fourmi vint, pour elle et pour ses gents,
Apporter des remercîments,
Promettant bien désormais d’être bonne,
Et, sinon de prêter toujours;
Car on en est souvent pour ses débours.
De faire au moins toujours l’aumône.

Paris, 26 décembre 1863. Suite de la fable de La Fontaine

Louis-Dominique Champeau (1817-1880)
La cigale et la fourmi 

LA CIGALE.
J’ai chanté
tout l’été,
Mais je suis bien dépourvue,
Depuis que la bise est venue
Pas un seul petit morceau
De mouche et de vermisseau !
Irai-je crier famine
Chez la fourmi, ma voisine?
Je la vois venir quel bonheur!
Bonjour, ma sœur !

LA FOURMI.
Bonjour, ma mie !

LA CIGALE.
Secourez-moi, je vous prie. Comment ?
Veuillez me prêter
Quelque grain, pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
Car mon angoisse est mortelle,
Je vous paîrai, foi d’animal.
Intérêt et principal.

LA FOURMI.
Oh, oh ! je ne suis pas prêteuse,
C’est là mon moindre défaut.
Que faisiez-vous ou temps chaud ?
Répondez, belle emprunteuse.

LA CIGALE.
Nuit et jour, à tout venant,
Je chantais, ne vous déplaise.

LA FOURMI.
Vous chantiez, j’en suis fort aise ;
Eh bien ! dansez maintenant.

LA CIGALE.
Apprenez la prévoyance
Dès votre enfance.
Puisse ma mort,
Vous faire éviter mon sort !

Raymond Belfeuil (18?? -1???)
La cigale et sa fille

Une vieille cigale
S’emportait
Contre sa fille qui chantait :
« Ma fille, crains la rafale,
Disait-elle; tes chants causent mon désespoir.
Pourquoi perdre le temps, du matin jusqu’au soir ?
C’est un grand mal que la paresse !
Ramasse un peu de grain avant qu’il fasse noir,
— Calmez-vous, répondit la fille, rien ne presse.
Les vieilles gens sont toujours en souci !
Les étés sont longs, Dieu merci !
De quoi vous mettez-vous en peine ?
En paressant je me crois reine.
Si le travail, d’ailleurs, offre tant d’agrément,
Pourquoi ne m’avoir pas élevée autrement ? »

Les enfants de leurs mères
Sont les juges les plus sévères.
Le bon exemple, assurément.
Est le plus sage enseignement.

Charles Beaulieu 18??-????
La Cigale et la Fourmi
Contre-partie des fables de Jean de la Fontaine

A Mademoiselle Ernestine A***

Une vieille fourmi lasse enfin d’amasser,
A jouir voulut commencer;
Je suis riche, dit-elle, et souvent je m’ennuie;
On dit que les beaux arts enfantent la gaîté :
Cultivons les beaux arts; les beaux arts dans la vie
Doivent par l’agrément, avoir sur la santé,
Une douce influence;
Si j’apprenais la danse?
A mon âge danser! Non, apprenons le chant:
Dame cigale en ce moment,
De besogne étant peu pressée,
De m’enseigner elle prendra le soin,
Pour l’honneur seul ; car elle est trop sensée
Pour douter que du riche on puisse avoir besoin.
Dans sa généreuse pensée,
Notre fourmi s’en va trouver
Son ancienne emprunteuse,
Cigale la chanteuse ;
Et pour le lui faire approuver,
Expose son projet.
La cigale moqueuse,
Sourit, Et dit :
Moi pour vous plaire ,
Répondre à votre désir,
Nenni : Rappelez-vous ma chère,
Que je refuse le plaisir,
A celle , qui pour me punir,
Me refusa le nécessaire.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Quelques liens sur Edouard Lucas

En feuilletant les comptes-rendus de la 13e session de l’Association française pour l’avancement des sciences tenue à Blois en septembre 1884, j’ai découvert une conférence sur le calcul et les machines à calculer (accessible aussi ici) .

Voulant en savoir plus sur son auteur, Edouard Lucas, je n’ai pas tardé à me rendre compte qu’il était assez connu, tant pour ses travaux plutôt ardus sur la théorie des nombres (test de primalité de Lucas-Lehmer pour les nombres de Mersenne) et les des machines à calculer (réglettes de Genaille-Lucas), que pour ses récréations mathématiques (tome 1 ; tome 2 ; tome 3) à destination d’un plus large public. Inventeur de la tour de Hanoï (voir aussi ici), casse-tête aujourd’hui classique, il s’est aussi intéressé au problème géographique des quatre couleurs, au saut du cavalier, au calendrier perpétuel,  les carrés magiques et à bien d’autres questions mathématiques.

Pour en savoir plus

Le site Edouard Lucas ; vous y trouverez notamment la liste de ses publications.

Les articles d’Anne-Marie Décaillot :

L’arithméticien Édouard Lucas (1842–1891) théorie et instrumentation. Revue d’histoire des mathématiques, tome 4 no. 2 (1998), p. 191-236. Accessible aussi ici.

Edouard Lucas (1842-1891) : le parcours original d’un scientifique français dans la deuxième moitié du XIXè siècle. Thèse de doctorat : Sciences de la vie et de la terre. Histoire des mathématiques : Paris 5 : 1999. Voir le résumé.

Les Récréations Mathématiques d’Édouard Lucas: quelques éclairages. Historia Mathematica, Volume 41, Issue 4, November 2014, p. 506–517.

La notice qui lui est consacrée sur le site de Robert A. Nowlan, A Chronicle of Mathematical Peopel.

La fiche de C. Poisard : Une histoire des instruments et machines à calculer.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Peinture et bande-dessinée : quelques pistes

Un article intitulé « L’édition d’art mise sur le neuvième de ses arts »  paru dans le Livres hebdo n° 1041 (8 mai 2015) me fournit la matière et l’envie d’écrire cette chronique.

Les auteurs de bandes dessinées n’ont pas attendu les dernières années pour s’intéresser aux peintres et à la peinture. Ainsi, sur les 41 albums la série Les grandes bibliographie en bande dessinée parus en 1983 et 1984 à Edito-Services SA, quatre sont consacrés à des peintres : Léonard de Vinci, Michel ange, Picasso et Van Gogh, ce dernier étant du reste un peintre qui apparaît relativement souvent en bande-dessinée…

Depuis quelques années, il faut noter le rôle joué par la collection Futuropolis/Musée du Louvre (le même éditeur travaille aussi avec le musée d’Orsay – Moderne Olympia de Catherine Meurisse  – et avec celui de Cluny), mais aussi évoquer la toute récente collection Les grands peintres chez Glénat. A noter, chez ce même éditeur, une nouvelle série sur Le Caravage par Milo Manara et un manga intitulé Les deux Van Gogh.

C’est également avec Vincent Van Gogh (Vincent et Van Gogh) que Gradimir Smudja a commencé chez Delcourt ses séries consacrées à l’art, les suivantes étant dédiées à Toulouse-Lautrec (Le bordel des muses) et l’histoire de l’art (Au fil de l’art). Chez le même éditeur, Jean Dytar a publié en 2014 La vision de Bacchus autour Giorgione et d’Antonello de Messine.

Chez Casterman sont parus notamment un Rembrandt par Typex et Kiki de Montparnasse par Catel et José-Louis Bocquet. Dupuis, en partenariat avec le Centre Georges Pompidou, publie un Dalí signé Baudouin.

Chez Fluide Glacial Binet propose Un jour au musée avec les Bidochon (2 volumes parus), alors qu’un éditeur de livres d’art comme Hazan publie Je l’appelle Monsieur Bonnard de Joan Sfar.

Ce panorama serait incomplet s’il n’évoquait pas quelques pures fictions ayant, au moins partiellement, le monde de l’art pour objet. En voici quelques exemples : L’écorché et L’angélus scénarisés par Frank Giroud ; La vengeance du Comte Skarbek de Sente et Rozinski ; Le maître de peinture de Makyo, Richaud et Faure ;  Les voleurs d’oreilles, tome 2 des aventures de Dick Hérisson par Didier Savard où plane encore l’ombre de… Vincent Van Gogh, comme elle plane dans L’Arlésien de Jean-Pierre Autheman avec son histoire de faux…

Enfin ne pas oublier les auteurs de bandes-dessinées  qui ont développé une activité proprement picturales : Enki Bilal qui expose à la Biennale d’art contemporain de Venise, Philippe Druillet avec ses peintures autour du monde de Sloane, Laurent Parcelier qui depuis bientôt vingt ans est passé de la bande-dessinée à la peinture impressionniste…

Pour aller plus loin

Comme je suis en train de terminer cette chronique, je découvre les dossiers suivants :

Quand la bande-dessinée se fait peinture de la médiathèque de Châteauroux

Peinture et tableaux en bande dessinée disponible sur BD-Theque

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Arles selon… deux voyageurs allemands du XVème siècle, Hans von Waltheym et Hieronymus Münzer

Hans von Waltheym, Hieronymus Münzer

Deux Allemands ont visité Arles à la fin du XVe siècle : Hans von Waltheym en 1474 et Hieronymus Münzer en 1494. Ils ont l’un et l’autre décrit la ville. Ils se sont intéressés à un certain nombre de réalités : les unes ont retenu l’attention des deux voyageurs, les autres n’ont frappé que l’un d’eux. Si tous deux ont été sensibles à l’importance d’Arles et à la figure de Louis Aleman, le premier, patricien saxon de la ville de Halle, s’intéresse tout particulièrement aux reliques qui ponctuent son pélerinage, alors que le second, médecin humaniste natif de Nürenberg, est plus impressionné par les restes du passé romain.

Bibliographie

Sur  les deux voyageurs

Deux voyageurs allemands en Provence au XVe siècle, numéro spécial de Provence historique, t. 41 fasc. 166, 1991. Voir notamment l’article et les document suivants :

Jérôme Münzer, « L’itinéraire de Jérôme Münzer : en l’an 1495 (traduction Paul Amargier et Jean-Louis Charlet) », p. 586-599

Louis Stouff. Arles au Moyen Age. La Thune, 2000, p. 28-35

Sur Hans von Waltheym

R. Dürrer, Bruder Klaus. Die ältesten Quellen über den seligen Nikolaus von der Flüe, sein Leben und seinen Einfluss, I. Sarnen 1917-1921, p. 58-66 Auszüge

F. E. Welti,

« Hans von Waldheims Reisen durch die Schweiz im Jahre 1474 », Archiv des Historischen Vereins des Kantons Bern, 25, 1920, p. 89-154 Auszüge.

Die Pilgerfahrt des Hans von Waltheym im Jahre 1474, Bern 1925.

Die Pilgerfahrt des Hans von Waltheym im Jahre 1474. Herausgegeben von Friedrich Emil Welti. Bern : Gedruckt bei Stämpfli & Cie, 1925.

A. Werminghoff, « Das Oberbadische Land im Pilgerbuche des Hans von Waldheim », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 76, 1922, pp. 74-83 Auszüge

Birte Krüger/Klaus Krüger (Hg.). Ich, Hans von Waltheym.  Bericht über eine Pilgerreise im Jahr 1474 von Halle in die Provence. Mitteldeutscher Verla, 2014. (Forschungen zur hallischen Stadtgeschichte, Bd. 21).

Sur Hieronymus Münzer

Hieronymus Münzer, Le voyage de Hieronimus Monetarius à travers la France, 17 septembre 1494-14 avril 1495, F. Paillart,‎ 1939.

L. Pfandl, « Itinerarium hispanicum Hieronymi Monetarii (1494-1495) », Revue. Hisp., 48, 1920, p. 1-179.

Eugène Deprèz. « Jérôme Münzer et son voyage dans le Midi de la France en 1494-1495 », Annales du Midi, t. 48, 1936, p. 56-79. Article suivi du texte en latin.

Ph. Goldschmidt, « Le voyage de Hieronimus Monetarius à travers la France », Humanisme et Renaissance, t. 6, 1939, p. 55-75, 198-200, 324-348, 529-539.

Le pèlerinage de Hans von Waltheym – 1474
Extrait concernant Arles et les Saintes-Maries
Traduction Annie Faugère

Item, Arles est une grande ville et le Rhône y coule. L’auberge s’appelle « Au cheval blanc ». Arles est un archevêché et l’archevêque s’appelle Archiepiscopus Arlatensis etc.

Item, à Arles dans l’église, est enterré le cardinalis Arlatensis : il s’appelle Ludovicus. Il était, dans le consilium Basiliensis, vice cancelarius et habitait à Bâle dans la maison des chevaliers teutoniques. Ça, je l’ai vu à l’époque souvent, moi, Hans von Waltheym ; je n’en doute pas. L’honorable Heinrich Wennemar bourgmestre de Magdebourg l’a vu à Bâle souvent et bien vivant et à Bâle il s’appelait Cardinalis Arlatensis etc.

Item, ce même cardinal, les Français l’appelaient saint Louis et il a fait là beaucoup de grandes manifestations et de grands miracles car, dans le chœur où il repose il y a, et sont suspendus beaucoup de cierges et images de cire aussi grandes que des adultes. Il y a aussi suspendues de nombreuses armures et autres choses. Mais il n’est encore ni canonisé ni béatifié. Le pape  ne veut pas le béatifier parce qu’il était un conciliariste et était au concile de Bâle. C’est pourquoi il reste non béatifié etc.

Item, devant la ville d’Arles, il y a beaucoup de moulins à vent sur des tours en pierre etc.

Item, devant la ville d’Arles, le grand prince de la chrétienté, le seigneur Roland a combattu contre les païens ainsi qu’on peut encore le voir aux ossements etc.

Item, le jeudi après Saint Marc l’évangéliste ou Misericordias Domini nous  écoutâmes la messe à Arles, tôt, dans la cathédrale, près du tombeau de saint Louis, qui s’appelle « Ad beatam Mariam Annunciatam » etc.

Item, dans la ville des Trois Maries il y a un monastère de l’ordre des Bénédictins. Il n’y a là pas plus de deux moines. Dans l’église reposent les deux sœurs de sang de Notre-Dame, et Marie Jacobé et Marie Salomé et le corps de sainte Sarah qui a été la servante de Notre-Dame et, en plus, la tête de saint Jacques le petit etc.

Item, dans cette même église on célèbre les fêtes de ces sa intes. Pour sainte Marie Jacobé, le vingt-cinquième jour du mois de mai et pour Marie Salomé le vingt-deuxième jour du mois d’octobre.

Item, les deux saintes Marie ont été enterrées sous l’église dans une caverne dans une grotte. Les chanoines me donnèrent de la terre dans laquelle elles ont été enterrées et je la rapportais avec moi au pays etc.

Item, au milieu de l’église il y a une fontaine. Celui qui a les fièvres et boit de cette fontaine est guéri de la maladie.

Item, la ville se trouve dans la mer et vers la Catalogne et appartient au roi de Sicile.

Item, sur un mille de chemin on n’apas d’eau douce, mais de nombreux fossés en apportent du Rhône à travers la campagne. Cette eau n’est pas très fraîche. Item, entre Arles et les TroisMaries, notre plus grande crainte et peur c’étaient les Catalans qui habitent très près. Ils prennent les gens, ils les enchaînent sur des bateaux. Ils doivent ensuite ramer et rester prisonniers à vie etc.

Item, aux Trois Maries, le soleil fait aussi du sel exactement de la même manière qu’à Marseille. Il y avait là vingt-trois tas de sel, chacun aussi grand qu’un tas de foin ici au pays quand trois ou quatre charretées de foin sont à côté les unes des autres. Dans l’église des Saintes-Maries est écrit la collecte suivante. Propiciare quesumus, Domine, nobis famulis tuis per beatarum virginis etmatris tue Marie sororumque tuarumque matertarum Marie Jacobi et Marie Salome, quarum corpora in presenti requiescunt ecclesia, merita gloriosa, ut earum pia intercessione ab omnibus semper protegamur adversis per eum qui venturus etc. [Traduction : Sois propice, Seigneur, envers nous tes serviteurs par les mérites glorieux de la sainte Vierge ta mère et des sœurs de ta mère les saintes Marie Jacobé et Marie Salomé dont les corps reposent dans la présente église, afin que par leur pieuse intercession nous soyons toujours protégés de toute adversité, par Celui qui vient etc.]

Item, le soir, après le dîner, nous allâmes nous promener au bord de la mer. En ville, en chemin dans une auberge, un prêtre se joignit à nous. Il avait été en Catalogne chez ses amis. Il nous fut dit qu’il voulait aller le lendemain à Arles. Ce même prêtre était avec nous et nous avec lui et nous décidâmes d’aller ensemble le vendredi à Arles etc.

Item, le vendredi, tôt, nous fîmes les sept milles des Trois Maries à Arles et le prêtre nous précéda et nous guida à travers les flaques d’où la mer s’était retirée, de sorte que nous chevauchâmes deux milles plus près qu’à l’aller etc.

Item, à Arles nous mangeâmes et continuâmes jusqu’à Tarascon : trois milles etc.

L’itinéraire de Jérôme Münzer – 1495
Extrait concernant Arles
Traduction Paul Amargier & Jean-Louis Charlet

12 septembre. Quittant Marseille, admirant au passage les superbes arcs de l’aqueduc, traversant durant 15 lieues des champs féconds, puis des contrées stériles, nous arrivâmes, enfin, à Arles, la plus vieille ville de Provence. Passant sur les bords d’un grand lac poissonneux, nous découvrîmes ensuite d’innombrables sépultures. Ce sont des sarcophages sculptés, de telle sorte que dix ou quatorze corps peuvent être ensevelis dans chacune de ces urnes, fermées par des dalles de pierre. Elles sont innombrables et rien, à travers le temps, ne peut les entamer.

Dans la cité, que je pense plus grande que Marseille, je suis entré dans la chapelle de saint Antoine : sa tête et la majeure partie de ses ossements furent exposés en grande pompe et avec cantilènes. Nous avons vu aussi dans la haute église, épiscopale, le corps de saint Trophime, le premier évêque d’Arles, qui était l’un des 72 disciples. De même, la tête de saint Etienne, le proto-martyr, et plusieurs autres reliquaires superbement décorés d’or et d’argent. De même la sépulture de saint Louis d’Arles, évêque, célèbre par ses miracles.

Louis-AlemanLouis-Aleman-2A, Arles, il y a aussi un théâtre construit autrefois par les Romains de façon remarquable. Autour d’un espace central, 62 arcades, édifiées en,très grand appareil et plein cintre, entourent l’ensemble : constructions semblables à celles de Vérone ou du Colisée à Rome. Inestimables, sans aucun doute, sont de telles œuvres.

Aujourd’hui, de pauvres gens habitent ce théâtre, ayant leurs cahutes dans les cintres et sur l’arène. Il est hors de doute, ainsi qu’il appert de ces ruines, qu’Arles est très ancienne, si souvent célébrée dans, l’Antiquité. Au nord, autour des murs, coule le Rhône ; à l’orient et à l’occident, de très fécondes plaines ; au midi, jusqu’à Salon, une plaine stérile et pierreuse, occupée jadis par la mer.

 Plus loin, à six lieues d’Arles, il y a es Trois Maries, où reposent les corps de Marie-Cléophas, Salomé, Jacobée. Il y a là de remarquables salines. Au-dessus d’Arles, sur le Rhône, est situé Tarascon où repose le corps de la bienheureuse Marthe, celle qui fut sollicitée par les nombreux soins du service.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Les estampes japonaises de l’ukiyo-e au japonisme : tentative de webographie

Les informations sur les images du monde flottant (ukiyo-e) et leurs reproductions abondent sur internet, notamment sur les sites des musées et bibliothèques, ceux des marchands d’arts spécialisés ou non dans l’estampe japonaise et sur des blogs spécialisés dans le Japon et son patrimoine artistique. Je voudrais faire ici une sélection de quelques sites, à compléter au fil de mes découverte et de vos suggestions.

 

Introductions

L’article de Wikipédia sur l’ukiyo-e.

Le site Viewing japanese prints

Le blog Estampes japonaises

Le site Estampes japonaises – De l’Ukiyo-e au Shin-Hanga

 

Galeries et expositions en ligne

Les expositions :

L’estampe japonaises. Images d’un monde éphémère (BNF)

Estampes japonaises des Hautes-Alpes (Archives des Hautes-Alpes)

Images du monde flottant (Coconino World)

Les collections d’estampes japonaises du Brooklyn Museum

Les estampes proposées sur les sites de marchands d’art

ArtMeMo

Fuji arts

Galerie am Haus der Kunst Monika Schmidt

Japanese prints London

Tanakaya

Toshidama japanese prints

Ukiyoe artgallery

Ukiyo e gallery

La collection de Ross Walker sur Ohmi gallery

Les estampes proposées sur des sites sur le Japon comme Bushido

Voir aussi sur le site Painting

 

Techniques et glossaires

Ressources Wikipédia :

Catégories

Formats de l’ukiyo-e

Glossaire de l’ukiyo-e

Glossaire de l’Ukiyoe-artgallerie

Glossaire du blog Estampes japonaises

 

Artistes

Je renvoie ici à des sites sur ces artistes. Vous pouvez compléter avec les articles de Wikipédia.

Utagawa Hiroshige 歌川 広重 (1797-1858) connu aussi sous les noms d’Andō Hiroshige 安藤 広重 ou d’Ichiyūsai Hiroshige 一幽斎廣重.

Utagawa Hiroshige II (1826-1869)

Katsushika Hokusai 葛飾 北斎 (1760–1849) ; voir aussi ici

Utagawa Kuniyoshi (1798-1861)

Tsukioka Yoshitoshi 月岡 芳年 (1839-1892) connu aussi sous le nom de Taiso Yoshitoshi 大蘇 芳年

 

Thèmes

Outre les images érotiques ou shunga (images de printemps), auxquelles on les réduit trop souvent, les estampes japonaises ont abordé des thèmes aussi divers que le théâtre kabuki, illustré par l’éphémère Tōshūsai Sharaku, Utagawa Toyokuni et Hiroshige (série des 47 ronin d’après la pièce épique Chūshingura), les images de jolies filles (bijin-ga) chères à Utamaro et à Hokusai, les images d’oiseaux et de fleurs (kachō-ga) et les images de paysages (fūkei-ga) et autres « vues célèbres » (meisho-e) réalisées par Hokusai (Trente-six vues du mont Fuji) et Hiroshige (Les Soixante-neuf Stations du Kiso Kaidō).

Après l’ukiyo-e

Shin hanga

Sōsaku hanga

Influence artistique en Occident : le japonisme et ses suites

Articles :

Wikipedia

Université de Hong Kong

Metropolitan museum

L’histoire par l’image

Bibliographie sélective de la BNF

Yvonne Thirion, « Le Japonisme en France », Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1961, vol. 13, p. 117-130

Thèmes particuliers

Claude Monet et sa collections d’estampes japonaises :

Intermonet

Givernews

Giverny Village

Picasso et les images érotiques japonaises

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Les Anglais dans la Résistance

Un documentaire sur un aspect méconnu de la Résistance française : le rôle qu’y ont joué les agents du SOE – Special Operations Executive. Parmi eux, Richard Heslop « Xavier » que mon grand-père a eu l’occasion de croiser dans les maquis de l’Ain en ces sombres années.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

La Retirada et la Nueve : se souvenir des Républicains espagnols

Un collègue et ami, très au fait de l’histoire des mouvements syndicaux et de la gauche socialiste (au sens fort du mot…) et libertaire, me signale une rencontre devant avoir lieu au premier étage des Halles de Tours ce mardi  21 avril à 18 heures avec Evelyn Mesquida, auteur de La Nueve. Cette rencontre est organisée par la toute jeune association Retirada 37, fondée dernièrement pour faire vivre les mémoires et les valeurs des Républicains espagnols exilés.

Retirada ? Nueve ? Kezaco, demanderont peut-être certains d’entre vous. Un petit rappel s’impose.

Le premier terme, Retirada, désigne la calamiteuse retraite des Républicains espagnols au début de l’année 1939 vers la France généreuse et fraternelle de la IIIe République qui les parqua dans des camps en plein hiver sur les plages languedociennes… Vous trouverez de nombreuses infos sur ce sujet, notamment sur le site du Musée de l’histoire l’immigration et sur Nopasaran36.

Quant à la Nueve, il s’agit de la 9e compagnie du régiment de marche du Tchad, qui faisait lui-même partie de la 2e division blindée ou Division Leclerc. Cette compagnie comportait 160 hommes dont 146 républicains espagnols, souvent anarchistes.  Elle a participé à la libération de l’Afrique du nord et de la France, et notamment à celle de Paris, le 24 août 1944.

Pour plus d’informations, voir les bibliographies des articles Retirada et Nueve dans Wikipédia, dont, parmi les ouvrages récents :

Serge Barba, De la Frontière aux Barbelés : les chemins de la Retirada 1939, Trabucaire, 2009. Recension de cet ouvrage par Ralph Schor, Revue européenne des migrations internationales, vol. 26 – n°2 | 2010.

Joseph Bartoli, Laurence Garcia, Georges Bartoli, La Retirada : exode et exil des républicains d’Espagne, Actes Sud, 2009. Infos sur le sites de l’éditeur.

José Cubéro. Les Républicains Espagnols, La Retirada. Editions Cairn, 2013. Infos sur le site de l’éditeur.

Evelyn Mesquida, La Nueve, 24 août 1944 : ces Républicains espagnols qui ont libéré Paris, Paris, Le Cherche Midi,‎ 2011. Voir ci-dessous un entretien de l’auteur.

Paco Roca (trad. Jean-Michel Boschet, préf. Anne Hidalgo, post. Robert S. Coale), La Nueve : Les Républicains espagnols qui ont libéré Paris [« Los surcos del azar »], Paris, Delcourt, coll. « Mirages »,‎  avril 2014. Excellente bande-dessinée que j’ai eu le plaisir de recevoir à Noël…

Voir aussi les vidéos ci-dessous :

La Retirada, chapite 5 de La conquête de la République en Espagne 1931-2007, documentaire réalisé dans le cadre de Réalisons l’Europe, projet pédagogique audiovisuel du Collège André Malraux de Paron (Yonne). Voir ci-dessous l’ensemble de ce documentaire :

Alberto Marquardt, La Nueve ou les oubliés de la victoire, documentaire de 52 minutes, 2008 :

Louis Llech et Louis Isambert, L’exode d’un peuple, documentaire de  tourné à l’hiver 1939 sur l’exode des républicains espagnols dans les Pyrénées-Orientales. Voir un extrait (18 des 36 minutes que compte le film).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts