Archives par mot-clé : Bibliophilie

Du danger que fait courir la superstition du livre à la culture intellectuelle par Louis Dimier

Parmi les références bibliographiques sur la psychologie du livre signalées dans la thèse complémentaire de Gilles Varet Histoire et Savoir : Introduction théorique à la bibliographie (Les Belles Lettres,  1956), à côté de l’ouvrage fondateur du bibliologue Nicolaï Roubakine paru en 1922 aux éditions Jacques Povolozky, j’ai remarqué un article de l’historien de l’art Louis Dimier dont le titre me laisse songeur. Je soumets à votre attention :

Louis Dimier. « Du danger que fait courir la superstition du livre à la culture intellectuelle ». Congrès international des bibliothécaires et des bibliophiles tenu à Paris du 3 au 9 avril 1923. Paris : Jouve, 1925. P. 336-343.

Et grand merci à la bibliothèque numérique de l’ENSSIB qui permet de consulter en ligne ces classiques de la bibliothéconomie.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un abécédaire de livres

Alors que je préparais ma chroniques sur les abécédaires, mon amie Marie-Françoise m’a suggéré de composer un abécédaire avec des livres dont le titre ne ferait qu’une seule lettre. Si l’idée est moins originale que nous pouvions l’espérer, la liste oulipienne ci-dessous peut être considérée comme le programme polyglotte de lectures futures ou le catalogue d’une collection bibliophilique virtuelle. En cliquant sur les images des couvertures, vous pourrez lire soit un extrait, soit une présentation de l’ouvrage en des langues variées… Continuer la lecture de Un abécédaire de livres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Reliures et autres explications

D’habitude, j’évite de faire passer les message commerciaux, mais , ayant reçu le courriel ci-dessous, je suis allé visiter le blog de son auteur, Reliures et autres explications, et j’y ai retrouvé des curiosités qui sont aussi les miennes. Alors… et puis j’ai aussi quelques raisons familiales de m’intéresser à cet art du livre (si d’aventure vous trouvez des reliures signées Mazel-Stouff, faites le moi savoir…).

Atelier de reliure restauration de livres anciens
Sandrine Salières Gangloff
Siren 445 172 125

8 rue du château
41800 Trôo.
02 54 85 22 08
atelier.troo@orange.fr

http://reliure-bibliophilie.blogspot.fr/

Je propose aux personnes qui souhaitent se perfectionner dans la compréhension de l’architecture du livre, d’en comprendre toutes les articulations qui font que cet objet est d’abord une entité matérielle qui conserve, diffuse et embellit le savoir, plusieurs solutions adaptées à votre demande.
Nous travaillons sur des livres brochés que vous amenez que nous relirons. Le cas échéant, il y a dans l’atelier des livres qui seront offerts avec le stage.
-Deux semaines de stage d’initiation à la reliure: Réalisation de plusieurs structures, au maximum 4 ( bradel, reliure toile, emboitage, structure japonaise)
-Trois jours d’initiation: Réalisation d’une structure voir deux.
Il est nécessaire d’avoir un minimum de compétences manuelles.
C’est une bonne préparation à des études plus théoriques des métiers du livre, une préformation à d’autres formations en restauration du livre, une bonne approche pour les personnes travaillant des les fonds anciens et les archives.

Je me tiens à votre disposition pour des renseignements pour le déroulement des stages et sur les tarifs.
Convivialité assurée.
Pas plus de trois personnes par sessions.
début des stages : Printemps 2014.

très cordialement,

Sandrine Salières Gangloff.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les curiosités théologiques et religieuses de Gustave Brunet

La fréquentation des bibliographes du XIXe siècle est pleine de surprises agréables. Prenez par exemple la liste des ouvrages de Pierre Gustave Brunet. Nous l’avons déjà rencontré plusieurs fois, pour des ouvrages sur les apocryphes, les fous littéraires, les supercheries littéraires… Histoire, littérature et bibliophilie ont occupé sa longue carrière qui  va de La Papesse Jeanne. Étude historique et littéraire (1832)  aux suppléments apportés à deux références incontournable pour le bibliophile et l’historien du livre : le Manuel du libraire et de l’amateur de livres (t.7 et 8, 1878-1880) de son homonyme, Jacques Charles Brunet, et les Supercheries littéraires dévoilées et au Dictionnaire des ouvrages anonymes de J. M. Quérard et A. E. Barbier (1889). Sur plus de cinquante ans, nombreux sont les livres publiés seul ou en collaboration, sous son nom ou sous le  pseudonyme de Philomneste Junior.

Il semble avoir eu quelque intérêt pour la religion puisque, outre sa Papesse Jeanne et ses deux publications sur les apocryphes, il a également participé à un ouvrage intitulé Les livres sacrés de toutes les religions sauf la Bible publié par l’abbé Migne (1865-1866 , Gallica). Avant cela il avait publié des Curiosités théologiques, par un bibliophile (1861, Archive.org et Google). Ce dernier ouvrage a fait l’objet d’une réédition en 2010 chez Kessinger Publishing. Il se divisent en trois parties : la première concerne le judaïsme et le christianisme ; la deuxième les opinions étrangères au christianisme ; la troisième divers ouvrages singuliers relatifs à la religion dont une table est dressée à la fin de l’ouvrage.  En voici quelques extraits.

La taille d’Adam était d’abord si gigantesque que sa tête touchait le ciel. Les anges , étonnés, murmurèrent et dirent qu’il y avait deux êtres souverains, l’un au ciel, l’autre sur la terre. Alors le Seigneur mit la main sur la tête d’Adam qui se trouva réduit à une stature de mille coudées. Adam avait d’ailleurs été créé double et hermaphrodite.

[…]

Les Orientaux et les rabbins ont avancé bien des contes au sujet du serpent; on a prétendu qu’avant son crime il avait quatre pieds, qu’il était ailé et d’une beauté admirable. Les artistes lui ont souvent donné une tête humaine lorsqu’ils l’ont représenté dans le paradis terrestre; c’est ainsi que l’a dépeint au Vatican le pinceau de Raphaël. Pierre Comestor affirme qu’il marchait debout comme l’homme; Bède dit qu’il avait le visage d’une jeune fille (virgineum habens vultum). Il se montra à Adam sous la forme d’un paon et à Eve sous celle du serpent, à ce que prétendent des écrivains musulmans qui ajoutent qu’expulsé du paradis, il fut relégué à Confish , ville de l’Euphrate; d’autres_ disent qu’il eut pour lieu d’exil le désert de la Haute-Egypte, et un voyageur qui n’est pas toujours digne de foi, Paul Lucas, prétend l’y avoir rencontré.

[…]

L’histoire d’Abraham a de même été surchargée de détails apocryphes. Le roi de Babylone, Nemrod,voulut le faire brûler vif; le bûcher dans lequel le patriarche fut jeté occupait une place immense. Pendant plusieurs années, la population de Babylone et des contrées voisines avait été occupée à apporter du bois; lorsqn’on y eut mis le feu, il devint impossible d’en approcher de plusieurs lieues à la ronde. Ce fut le diable, instigateur principal de cette scène, qui, se montrant tout à coup déguisé, offrit de fabriquer une machine avec laquelle on lancerait de loin Abraham. La machine ayant été construite, on jeta le patriarche au milieu du braser; mais de si grands préparatifs ne tournèrent qu’à la confusion du démon et de ceux qu’il faisait agir. Non seulement le feu perdit de sa vertu, mais Dieu suscita une source d’eau fraîche, qui donna à Abraham des forces nouvelles; on ajoute même que le brasier se convertit en un jardin de roses. Voir Kessaï, Histoire des Patriarches, manuscrit arabe de la Bibliothèque impériale, et le Koran, chap. XX, V. 68.

[…]

Quelques docteurs musulmans ajoutent que divers animaux auront le privilége d’être admis dans le paradis; ce sont le bélier d’Abraham, le mouton d’Ismaël, la vache de Moïse, le poisson de Jonas, la fourmi et la huppe (1) qui figurent dans l’histoire fabuleuse de Salomon, et le chien des Sept-Dormants (2).

(1) La huppe joue un grand rôle dans les récits dont les Orientaux ont surchargé l’histoire de Salomon ; le monarque hébreu avait choisi cet oiseau pour son compagnon inséparable, parce que son regard traverse la terre comme si elle était un morceau de cristal. La huppe pouvait aussi, toutes les fois que le roi était en voyage, indiquer les sources qui fourniraient l’eau nécessaire a la boisson et aux ablutions prescrites par la loi. La reine des fourmis eut de son côté avec Salomon des conférences sur des questions de religion et de morale. Voir G. Weil, Biblischc legenden der Muselmänner, 1815, et le Dictionnaire des livres apocryphes, t. lI, col. 851, faisant partie de l’Encyclopédie théologique publiée par Pabbé Migne.

(2) On donne habituellement le nom des Sept Dormants a sept chrétiens du troisième siècle lesquels furent mis à mort pour la foi chrétienne. Cet événement arriva a Ephèse, et l’Église en célèbre encore la fète le 27 juillet. Plus dc deux siècles après, vers l’an 479 de notre ère, leurs corps ayant été trouvés dans une caverne où ils avaientété enfermés, on les en retira, et on les exposa a la vénération des fidèles. La légende, en parlant de leur mort, avait dit, suivant la locution ordinaire, qu’ils s’étaient endormis dans le Seigneur. Le vulgaire prit occasion de là pour dire que ces martyrs n’étaient pas morts, qu‘ils s’étaient cachés dans la caverne, et qu’ils se réveillèrent enfin après deux siècles, au grand étonnement des spectateurs. On montre encore à Ephèse le lieu où ce prétendu miracle eut lieu. Un chien avait accompagné les martyrs dans leur retraite; il partagea la célébrité de ses maîtres, et on supposa qu’il était resté pendant tout ce temps sans boire ni manger, pour garder leurs personnes. Ce récit est regardé comme parfaitement authentique parmi les musulmans tout comme parmi les chrétiens orientaux. En Perse, on célèbre tous les ans la fête des Sept-Dormants, et pour récompenser le chien de son zèle on lui a confié le soin de veiller sur les lettres et les correspondances, et on écrit son nom : Kitmir, sur les dépêches. llahomet a parlé des Sept-Dormants, qu’il appelle les gens de la caverne, ce qui a fait donner a la sourate XVlll du Coran le titre de sourate de la Caverne. Leurs noms, considérés comme des talismans, sont gravés sur des pierres grecques et arabes; trois d’entre elles sont reproduites dans l’ouvrage de M. Charton : Voyageurs anciens et modernes, t. II, p, 76. Voir la Légende dorée, les Acta sanctorum, t. Vl de juillet,p. 375; la Dissertatio de sanctis Septem Dormientibus, Romæ, 1741, etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (7) Formats du papier

J’ai repris mon billet sur les formats des livres où figurait cet extrait du site Papiers Nickelés : il a plus sa place ici. Je vous conseille la visite de ce site si vous vous intéressez à l’imagerie populaire, au dessin imprimé et au patrimoine papier :

Dans les bibliographies ou les ouvrages de bibliophiles on lit souvent des mentions qui restent mystérieuses pour bien des béotiens. Elles indiquent les formats des papiers, des originaux par exemple ou des gravures. En 1972, une norme AFNOR a tout uniformisé en ce domaine, avec des mentions plus simples et faciles à retenir, au détriment d’une certaine diversité et d’une certaine poésie.

Fi donc de nos A3, A4, A5, etc, prenons garde d’oublier ce que signifaient les appellations anciennes, dont nous avons besoin pour identifier les œuvres, par exemple dans un catalogue ou une vente.

Ces appellations faisaient souvent allusion au filigrane visible par transparence ou bien à l’origine du papier, le nom du moulin par exemple. Du coup, les dimensions pouvaient varier selon la région d’origine, à quelques millimètres près. A titre indicatif, voici à quoi cela correspond en moyenne, par ordre décroissant de format.

Grand monde 900 x 1200 mm
Quadruple carré 900 x 1120
Double jésus 760 x 1120
Grand aigle 750 x 1120
Aigle 700 x 940
Atlas 650 x 940
Journal 650 x 940
Petit aigle 600 x 940
Grand colombier 630 x 900                
Grand soleil 600 x 800
Colombier affiches 600 x 800
Double carré 590 x 900
Grand jésus 560 x 760
Jésus ordinaire 550 x 720
Petit jésus 520 x 680
Raisin 500 x 650
Petit raisin 490 x 640
Cavalier 460 x 620
Carré 450 x 560
Coquille 440 x 560
Ecu 400 x 520
Double cloche 390 x 580
Couronne édition 370 x 470
Couronne écriture 360 x 460
Aux armes 350 x 445
Tellière 340 x 440
Florette 320 x 400
Pot 310 x 400
Ecolier 310 x 400
Cloche de Paris 290 x 4

 Voir aussi le tableau proposé Charles Moïse Briquet, grand spécialiste des filigranes (trouvé sur le site de Jean-Pierre Gouy Maison de l’imprimerie et du papier) :


Voir aussi le tableau de Charles Mortet (Le Format des livres. Paris, Librairie Champion, 1925) qui fait le rapport entre les pliures des feuilles de différents formats et le format des livres (trouvé sur le Guichet du savoir) :

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (6) Filigranes

Pour compléter ma précédente chronique sur le papier, je souhaite vous proposer quelques références sur les filigranes. Dernières mises à jour : 21 février 2013.

 

Quelques articles en ligne pour une première approche

Filigrane, un article de Wikipédia

Deux chroniques de Bibliomab :

Les filigranes dans les livres anciens

Filigranes dans les livres anciens : un portail et un Briquet pour vous aider

Filigranes et transparences, un aperçu historique par Jean Pierre Gouy

 

Quelques répertoires, collections et banque de données

Deux grands répertoires papier :

Charles-Moïse Briquet, Les filigranes, dictionnaire historique des marques de papier dès leur apparition vers 1282 jusqu’en 1600, qui a eu quatre éditions en français de 1907 à 1997 :

1e édition : 1907 à Genève (les 16 112 filigranes sont reproduits en taille réelle ; 4 volumes)

2e édition : 1923 à Leipzig (ajout d’une notice biographiqu sur C.-M. Briquet par le Dr John Briquet ; filigranes en taille réelle; 4 volumes)

3e édition : 1977, fac-similé de l’édition de 1923 (taille des filigranes a été réduite; 4 volumes).

4e édition : 1997, autre fac-similé de l’édition de 1923 ( tailles toujours réduites; 4 volumes).

Une présentation de l’ouvrage figure dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1910, tome   71, p. 643-645. Accessible sur Persée.

 Ses ouvrages sur les filigranes et le papier sont répertoriés sur Wikipédia

Voir la banque de données Briquet Online, fruit d’une coopération entre l’Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Kommission für Schrift- und Buchwesen des Mittelalters et le Laboratoire de Médiévistique Occidentale de Paris..

Gerhard Piccard, Die Wasserzeichenkartei Piccard im Hauptstaatsarchiv Stuttgart. Stuttgart 1961-1997, Findbuch I-XVII, 25 vol.

Voir  les banques de données

Piccard Online sur le site de la Hauptstaat Archiv Stuttgart.

Piccard Print Online de l’Ösrerreichische Akademie für Wissenschaft

Thomas L. Gravell et George Miller. A Catalogue of American Watermarks 1600-1835. New York & London: Garland Publishing, 1983.

Voir la banque de données The Thomas L. Gravell Watermark Archive

 Quelques banques de données en ligne des institutions suivantes :

Archives municipales de Toulouse : Filigranes anciens

Dutch University Institute for Art History : NIKI – Watermak Database

Kommission für Schrift- und Buchwesen des Mittelalters der Österreichischen Akademie der Wissenschaften :

WZMA – Wasserzeichen des Mittelalters  

 L’Österreichische Akademie der Wissenschaften abrite aussi sur son site le projet européen Bernstein Consortium (voir aussi The Memory of Paper) avec une de ses bases de données :

WIES − Watermarks in Incunabula printed in España

 Koninklijke Bibliotheek : WILC – Watermarks in Incunabula printed in the Low Countries

Ces banques de données proposent souvent, outre des répertoires de filigranes, des bibliographies bien fournies.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (5) Vocabulaire

Le monde du livre ancien sous ses divers aspects se distingue par un vocabulaire bien particulier, obscur aux non-initiés. Pour vous aider à mieux comprendre ces termes si particuliers, j’ai rassemblé ici quelques ressources en ligne classées selon leur domaine particulier (bibliophilie, papéterie, typographie, reliure). Cette sélection fera l’objet de mises à jour selon mes découvertes et vos suggestions éventuelles. (Dernière mise à jour : 25 octobre 2012)

Vocabulaire de la bibliophilie

ABC de bibliophile de Bibliopolis.

Glossaire de la librairie Christophe Hüe

Lexique du Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne

Petit glossaire de bibliophilie de Galaxidion.

Le vocabulaire du livre ancien du cabinet Pierre Poulain

Christian Galantaris. Manuel de Bibliophilie. Du goût de la lecture à l’amour du livre, et, Dictionnaire suivi d’observations sur la bibliographie et d’une bibliographie sélective. Préface de Michel Déon. Paris, Éditions des Cendres, 1997. 2 volumes grand in-8, 312 pp + (2) ff et 343 pp + (2) ff, broché. Plus d’information sur Liberlibri.

 Vocabulaire du papier

Vocabulaire du papetier sur le site du Moulin du Verger

Vocabulaire de la typographie

e-Encyclopedie de typographiedu site Imprimeur.com

Lexique de la typographie sur le site C-extra.

Lexique sur Planète typographie, un des site de Jean-Christophe Loubet del Bayle.

Billets sur le vocabulaire typographique  sur le blog de Muriel Paris, Typomanie.

Typographie: un peu de vocabulaire sur le blog de Philippe Roy, Les Chemins obscurs.

Eugène Boutmy. Dictionnaire de l’argot des typographe. Paris : Flammarion et Marpon, 1883. Disponible sur le site de Synec-doc.

Jean Dumont. Lexique typographique, Complément du Vade-mecum du typographe, Bruxelles : Imprimerie Leempoel, 1917. Disponible sur Archive.org.

Voir la bibliographie sur le sujet réalisée par Orthotypographie.

Vocabulaire de la reliure

Lexique du site de Delphine Dejean, Le livre dans la peau

Vocabulaire du relieur sur le site du Moulin du Verger

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (4) Héraldique et livres anciens

Prévoyant le cas où vous pourriez être un jour  confronté au problème de l’identification des armoiries d’une reliure, j’ai glané sur internet ou sur les rayons de mes bibliothèques habituelles les quelques ressources ci-dessous. Une telle liste ne pouvant être que lacunaire, toute suggestion sera la bien venue.

Commençons par un document imprimé consulté voici quelques mois.Yves Devaux dans « Héraldique et bibliophilie : dix siècles d’art et d’histoire » (Arts & métier du livre, n° 274, sept-oct 2009, p.34-41) fait une présentation synthétique des principaux ouvrages de références sur la question.

Suivent deux ouvrages initialement imprimés et désormais disponibles en ligne.

Michel Popoff est l’auteur d’une Bibliographie héraldique internationale (Le Léopard d’Or, Paris, 2003) qu’il a gracieusement mis à la disposition de la Société française d’héraldique et de sigillographie

L’Armorial général de France dressé par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica. A propos, de quoi s’agit-il ? Voici quelques informations glanées sur le site de la BNF :

L’Armorial général de France ou Armorial d’Hozier, né d’un édit de 1696 portant obligation à tous les sujets du roi de faire enregistrer leurs armoiries, fait aujourd’hui fonction d’armorial quasi officiel de l’Ancien Régime. Il contient plus de 115000 armoiries familiales classées par provinces et 3000 armoiries de villes et communautés. Il regroupe trois séries de manuscrits :

deux séries de textes qui donnent une description des armoiries – l’Armorial général cotes « Français 32146 à 32193 » et l’exemplaire dit « authentique » cotes « Français 32194 à 32227 »,

une série d’illustrations : les blasons coloriés cotes « Français 32228 à 32262 ».

Textes et blasons sont complémentaires. Ils sont classés par provinces puis par généralités.

Il existe deux tables imprimées pour les séries de textes et une table manuscrite pour la série des blasons :

PARIS, Louis, Indicateur du Grand armorial général de France : recueil officiel dressé en vertu de l’édit de 1696, publ. sous la dir. de Louis Paris, Paris, Mme Bachelin-Deflorenne, 1865. Document numérisé

ROBERT, Ulysse, Indicateur des armoiries des villes, bourgs, villages, monastères, communautés, corporations, etc. contenues dans l’Armorial général de d’Hozier, Paris, A. Picard, 1879.
Salle X – Ouvrages de référence par discipline [929.6 ROBE i]

Table des blasons coloriés de l’Armorial général de France
Cette table manuscrite en deux volumes reprend le classement des familles par province et généralité : il vaut donc mieux connaître l’origine géographique de la famille pour ne pas avoir à dépouiller l’ensemble des volumes.
Salle de références de Richelieu [017 MSS HOZI B1-B2]

Pour toute recherche sur les ressources généalogiques du département des Manuscrits :

GERARD, Jean-Philippe, Répertoire des ressources généalogiques et héraldiques du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Versailles : Mémoire et documents, 2003 Salle de références de Richelieu [929.1 GER] Manuscrits occidentaux [8° IMPR 8836 double], à demander à la banque de salledressé en vertu de l’édit de 1696 par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica.

Le billet Identifier les armoiries d’une reliure de Pierre Margige, alias aka Reup comporte notamment une étude comparative des meilleurs outils en ligne sur ce thème :

Les meilleurs outils :

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T1 (Maisons souveraines, Femmes & Personnalités ecclésiastiques).

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T2 (Les autres)

Les plus : Assez complet, et spécialisé dans le domaine qui nous intéresse. En fin de volumes, des index des pièces et meubles très utiles.
Les moins : En mode image seulement sur Gallica, et de mauvaise qualité (on n’y voit pas grand chose sur les illustrations). Recherche par mot impossible, donc.

La base Provenance des livres anciens de la bibliothèque de Lyon

Les plus : Richement documentée, spécialisée, illustrée d’excellentes photographies, moteur de recherche efficace, facile d’utilisation… Un modèle.
Les moins : Par nature restreinte aux seules collections lyonnaises, donc parfois insuffisamment riche.

La base blasons sur Euraldic.com

Les plus : Reprend les armoriaux de Rietstap, d’Hozier, et plein d’autres. Le plus riche que j’ai trouvé (il revendique 150.000 blasons !).
Les moins : Une très longue liste triée par noms, sans moteur de recherche.

Le site Armorial général [Ce site semble désaffecté. JS 21/10/2011]

Les plus : Moteur de recherche avancée intégré, nombreuses illustrations.
Les moins : Moins riche que le précédent, et parfois très, très lent, voire inaccessible.

Le site Héraldique Européenne

Les plus : Illustré, organisé, avec des informations sur les détenteurs des blasons.
Les moins : Illustrations modernes et normalisées, parfois éloignées des armoiries anciennes trouvées. Beaucoup moins complet que les autres, et organisation figée donc parfois difficile de s’y retrouver.

Pour effectuer des recherche dans les bases gratuites de blasons, Il a même concocté un moteur Google personnalisé : Akareup-Blasons

Pour approfondire sur l’héraldique en général :

Art du blason et identité graphique

Le hérault d’armes avec son traité d’héraldique où vous trouverez entre autre une bibliographie et des liens

Le site de Laurent Garnier avec son

Les signets BNF sur ce thème

Et ne pas oublier le Traité d’héraldique de Michel Pastoureau.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (3) Formats des livres

(Dernière mise à jour : 28/11/2011)

Pour commencer : le panorama général donné sur Bibliomab.

Pour approfondir : le livre d’Edouard Rouveyre, Connaissances nécessaires à un bibliophile

Pour préciser quelques questions de vocabulaire :

Cette définition donnée par le glossaire du bibliophile de Galaxidion :

Format

Forme et dimension d’un livre, souvent désignées par les termes: in-folio, in-quarto, in-octavo, etc., Ces termes font référence au nombre de plis dans la feuille imprimée.
Ainsi, in-folio désigne la feuille pliée en deux et formant 4 pages; in-quarto désigne la feuille pliée en quatre et formant 8 pages; in-octavo désigne la feuille pliée en huit et formant 16 pages; etc. Comme le format de la feuille d’origine est variable, la dimension obtenue au pliage l’est aussi.
Les principaux formats de papier sont les suivants, par ordre croissant : pot, couronne, écu, coquille, carré, raisin, jésus, colombier. Ces appellations proviennent des motifs qui étaient autrefois filigranés dans le papier, suivant le format. On parlera donc, pour plus de précision, d’in-octavo jésus, in-octavo couronne, etc. Pourtant ces termes sont de moins en moins utilisés par certains libraires et bibliographes. De nos jours, ceux-ci préfèrent indiquer les dimensions d’un volume en centimètres.
Cependant, voici une désignation moins approximative pour les amateurs de précision :

  • in plano : très grand format ; feuille à plat non pliée
  • in folio : format atlas ; feuille pliée en deux, soit une fois
  • in quarto : format grand cahier ; feuille pliée en 4 soit deux fois
  • in octavo : format petit cahier d’écolier ; feuille pliée en 8 soit trois fois
  • in douze, in seize, in dix-huit : format livre de poche ; feuille pliée en seize ou subdivisée en 6/6 ; 8/4 ; 14/4 ou 12/6 soit quatre fois
  • in vingt et quatre, in trente et deux : très petits formats
  • au-delà on désignera ces ouvrages sous le terme  » minuscule « . Il sera dès lors approprié d’en donner un format en centimètres (on peut toutefois rencontrer des formats très réduits restitués en termes classiques, par exemple, in-364.

Cette précision donnée par Le blog du Bibliophile :

Pour simplifier et codifier les formats, on utilise depuis le 19ème une côte moyenne appelée « format bibliographique », et qui est la suivante, pour les principaux formats:

(la dimension est celle de la hauteur du livre)
Grand in-folio : plus de 40 cm
In-folio : moins de 40 cm
In-4 : moins de 30 cm
In-8 : moins de 25 cm
In-12 : moins de 20 cm
In-16 : moins de 16 cm
In-18 : moins de 14 cm
In-32 : moins de 10 cm.

Voir aussi ce qui concerne le format du papier dans la papeterie ancienne.

 

 

 

 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Classer les livres anciens : la classification « Brunet-Parguez-Coulouma »

La classification Brunet, du nom de l’immortel auteur du Manuel du libraire et de l’amateur de livres, m’est un peu familière. Je me souviens l’avoir utilisée pour analyser le contenu de collections provençales du XVIIIe siècle, et notamment de celle du Marquis de Méjanes, du temps où je préparais mon mémoire de DEA sur les Bibliothèques privées en Provence occidentale au siècle des lumières. Mais cela fait bien longtemps : bientôt vingt ans…

Voici qu’un message trouvé dans bibliopat me l’a remise en mémoire :

Bonjour,

la bibliothèque municipale de Senlis vient de mettre à jour la consultation en ligne de son catalogue des fonds anciens.

Outre les accès traditionnels par auteur, titre et titre uniforme, une navigation thématique basée sur la table « Brunet-Parguez-Coulouma »a été mise en place.

La consultation est accessible directement à l’adresse suivante : www.bmsenlis.com/sitebmsenlis/fda/index.php

Au nom du fameux libraire ont été joints ceux de deux éminents bibliothécaires. Voici ce qu’en dit Le guichet du savoir de la bibliothèque municipale de Lyon :

La classification systématique Brunet-Parguez est utilisée pour classer les livres anciens. Il s’agit de la Table du manuel du libraire et de l’amateur de livres de Jacques-Charles Brunet, codée en vue de son utilisation sur ordinateur par Guy Parguez, bibliothécaire à la Bibliothèque municipale de Lyon » en 1968.

Note sur le codage de la table de Brunet en vue de son utilisation par ordinateur :

Alors que les bibliothèques universitaires classent en rayons leurs livres d’après le sujet, il serait souhaitable de pouvoir retrouver, au moins en catalogues, les livres anciens traitant une question donnée, autrement dit d’ajouter sur la fiche d’un ouvrage, la ou les notations qui lui reviendraient dans un classement systématique, ce qui permettrait de coder également une bonne partie des vedettes de forme.

Il s’agit de choisir un système qui permette assez facilement de noter certains sujets particulièrement étudiés dans les siècles passés et plutôt mal traités dans les classifications actuelles ; par exemple diverses questions religeuses (Ouvrages concernant les anges et les démons, Traités de Théologie morale, Catéchismes, etc.), scientifiques (Alchimie, Médecine spagirique, Astrologie), historiques (Récits de voyage concernant un pays déterminé), héraldiques, certains sports (jeu de paume etc.), et qui puisse également rendre compte de certaines manières actuelles de concidérer les anciens sujets

Il a semblé que la cinquième édition du Brunet, Jacques-Charles Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres. Paris, Didot 1865, répondait assez bien à ces préoccupations.

Elisabeth Coulouma a repris cette table dans le Cadre de classement systématique du catalogue des livres anciens imprimés.

Classification Brunet-Parguez parmi les outils et sites internet de références du du Guide méthodologique du SUDOC.

Guy Parguez travaillait à la bibliothèque municipale de Toulouse. Voici ce qui est dit de sa classification dans l’article d’Élisabeth Coulouma et Christian Peligry, « Le fonds ancien de la bibliothèque municipale de Toulouse », BBF, 1982, n° 12, p. 699-705, disponible sur le site de l’ENSSIB :

Le catalogue systématique utilise le cadre de la table du Manuel du libraire de Brunet, codée par MM. Parguez et Martin. Chaque rubrique est affectée d’un indice numérique et alphabétique, qui pourrait entrer en mémoire dans le cadre de l’automatisation du catalogue collectif des livres anciens. Ce système qui est celui des libraires de l’ancien régime, convient mieux aux fonds anciens et aux livres du XIXe siècle, que les classifications modernes. En cas de doute pour une indexation, on peut toujours se référer au Manuel et à sa table. Mais Brunet ne recense que des « livres » proprement dits, il ne dépouille pas les recueils factices ; on obtient une sorte de macro-documentation. L’intérêt de notre catalogue documentaire est de représenter tout le le fonds ancien, y compris brochures, feuilles volantes, estampes. Ce faisant nous utilisons en définitive ce cadre avec une conscience moderne : en l’absence de « facettes » et de « sous-facettes », nous donnons plusieurs indices à un même ouvrage, l’un analysant la forme, l’autre le contenu général, parfois un 3e ou 4e indice, précisé ou non d’un mot matière ou d’une date, privilégiant un point de vue particulier, ou une partie du document d’intérêt local. En subdivisant peut-être exagérément ce catalogue systématique, nous avons tenté de suppléer l’absence d’un catalogue analytique. Notre projet serait d’adjoindre au catalogue un mode d’emploi sous forme de liste de renvois d’orientation et renvois au fichier auteurs-anonymes, et d’index de mots-clés. Depuis sa rédaction initiale, la Table de Parguez a donc été sensiblement modifiée à Toulouse ; dans le cadre d’un catalogue collectif, si d’autres bibliothèques ou des bibliographes l’utilisaient, il faudrait unifier ou coordonner les pratiques et préciser les interprétations.

Voir aussi ce qui concerne la classification, l’indexation et et les recherches thématiques de l’article suivant : « Recensement des livres anciens des bibliothèques françaises », BBF, 1971, n° 1, p. 1-32, disponible sur le site de l’ENSSIB.

Quant au Manuel de Jacques-Charles Brunet, dont la 1ère édition est de 1810, vous trouverez sur Gallica sa 5e édtion en 6 volumes (1860-1865) et les 2 volumes du supplément (1878-1880). Voir notamment sa table méthodique, contenu dans le tome 6. Celle-ci peut aussi être consultée dans Google livres.

Il faut rappeler que Brunet n’est pas à proprement parler l’inventeur de cette classification en 5 classes (théologie ; jurisprudence ; sciences et arts ; belles lettres ; histoire), mais qu’il repend la classification utilisée par les libraires de Paris au XVIIIe siècle et notamment par Guillaume-François Debure, libraire du quai des Augustins, dans sa Bibliographie instructive, ou Traité de la connaissance des livres rares et singuliers (1763-1768). Vous pouvez la consulter sur Archive.org. C’était une source essentielle pour des bibliophiles des Lumières comme le Marquis de Méjanes qui y avait constamment recours pour ses acquisitions.

 Voir aussi cet article de Bibliomab sur les classifications des livres anciens.

Annexe. Les principales classes de la table « Brunet-Parguez-Coulouma »

1 RELIGION

11 ECRITURE SAINTE

12 LITURGIE

13 CONCILES

14 SAINTS PERES ou Pères de l’Eglise

15 THEOLOGIENS

16 OPINIONS SINGULIERES

17 RELIGION JUDAIQUE

18 RELIGIONS DES PEUPLES ORIENTAUX

19 APPENDICE SUR LA THEOLOGIE

2 – DROIT ET JURISPRUDENCE

20 INTRODUCTION

21 DROIT DE LA NATURE ET DES GENS

22 DROIT POLITIQUE

23 DROIT CIVIL ET DROIT CRIMINEL

24 DROIT CANONIQUE OU ECCLESIASTIQUE

3 – SCIENCES ET ARTS

30 INTRODUCTION, DICTIONNAIRES et MELANGES

31 SCIENCES PHILOSOPHIQUES

32 SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES

33 SCIENCES NATURELLES

34 SCIENCES MEDICALES

35 SCIENCES MATHEMATIQUES

36 APPENDICE AUX SCIENCES : SCIENCES OCCULTES

37 ART

38 ARTS MECANIQUES ET METIERS

39 EXERCICES GYMNASTIQUES

4- BELLES-LETTRES

41 LINGUISTIQUES

42 RHETORIQUE

43 POESIE

44 THEATRE, POESIE DRAMATIQUE

45 OEUVRES LITTERAIRES ET FICTION EN PROSE

46 CRITIQUE LITTERAIRE ,  PHILOLOGIE

47 EPISTOLAIRES

48 POLYGRAPHES

49 COLLECTIONS D’OUVRAGES, EXTRAITS et MELANGES

5 – HISTOIRE ET SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

51 PROLEGOMENES HISTORIQUES

52 HISTOIRE UNIVERSELLE ANCIENNE ET MODERNE

53 HISTOIRE DES RELIGIONS ET DES SUPERTITIONS

54 HISTOIRE ANCIENNE

55 HISTOIRE MODERNE

56 SCIENCES AUXILIAIRES DE L’HISTOIRE

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts