Kouang-Tchéou-Wan (Guangzhouwan 廣州灣), une colonie française en Chine

En reprenant le Livres hebdo du 13 mars dernier après deux mois de confinement, j’ai repéré un ouvrage d’Antoine Vanière paru aux Indes savantes, Kouang Tchéou-Wan, colonie clandestine : un territoire à bail français en Chine du Sud (1898-1946).

Voici le résumé de l’ouvrage par l’éditeur (j’ai juste ajouté des liens dans le corps du texte) et vous trouverez plus loin un peu de documentation sur cet héritage des traités inégaux imposés à la Chine.

Continuer la lecture de Kouang-Tchéou-Wan (Guangzhouwan 廣州灣), une colonie française en Chine

Le temps des ouvriers

Je voudrais vous recommander chaleureusement Le temps des ouvriers, un fabuleux documentaire de Stan Neumann sur l’histoire du monde ouvrier européen du début du XVIIIe siècle à nos jours. Ses quatre parties sont actuellement visibles sur le site d’Arte et sur sa chaîne Youtube.

Le Temps de l’usine (1700-1820)

Le Temps des barricades (1820-1890)

Le Temps à la chaîne (1880-1935)

Le Temps de la destruction (de 1936 à nos jours)

Cinéma : quelques sites

Cette webographie comporte pour l’instant deux parties.

  • La première concerne les sites consacrés au cinéma. Peut-être faudra-il la diviser en sous-parties actualité, histoire, critique…
  • La seconde signale quelques plateformes proposant des films gratuits en ligne.

Je verrai ultérieurement si j’ai le temps d’aborder tel ou tel réalisateur ou tel ou tel film. Autant dire qu’il y aura des mises à jour.

Voir aussi mes chroniques abordant le cinéma.

Continuer la lecture de Cinéma : quelques sites

Rire pour résister au franglais

Le devoir de la comédie étant de corriger les hommes en les divertissant, j’ai cru que, dans l ’emploi où je me trouve, je n’avais rien de mieux à faire que d’attaquer par des peintures ridicules les vices de mon siècle.

Molière, Premier placet présenté au Roi. Sur la comédie du Tartuffe

Parler vous franglais ?  questionnait René Etiemble en 1964. Comme le mal n’a fait que perdurer et s’accroître depuis plus de cinquante ans, Gérard Cartier a publié l’an dernier aux éditions Obsidiane Du franglais au volapük ou Le perroquet aztèque. Il s’agit encore d’un pamphlet, à la fois fort instructif et désespérant, contre le snobisme imbécile qui consiste à farcir notre langue d’anglicismes inutiles doublonnant avec des mots français, comme nous le rappelle l’Académie française ou Le Figaro sur le mode dire ne pas dire. Cependant charges ou leçons se révèlent inefficaces face à ceux de nos contemporains qui s’acharnent à dispatcher ce qu’il faudrait répartir ou distribuer. Le plis est prit, hélas, depuis trop longtemps.

Continuer la lecture de Rire pour résister au franglais

Une phrase à méditer d’Antonio Gramsci

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.

Antonio Gramsci, Cahiers de Prison (1948-1951, cahier 3)

J’ai trouvé cette citation dans le numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine daté du 21 avril 2020. Abonnez-vous, c’est gratuit !

La citation exacte est :

La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés.

Mais il faut bien reconnaître que la première proposée a plus d’allure et de force.

George Sand et le choléra

À peine établie à Paris avec Solange, George Sand tomba de nouveau malade, et cette fois elle inspira plus de craintes encore à ses amis qui prirent la maladie pour un des premiers cas du choléra qui venait d’éclater à Paris. Elle écrit à sa mère : « Mes amis et mes portiers épouvantés ont décidé que j’avais le choléra ; le médecin a eu beau les assurer du contraire. Ils le croient et le croiront toujours. Deux de mes plus dévoués sont couchés dans mon salon, l’un par terre, l’autre je ne sais où. Je m’éveille et m’étonne beaucoup du grand aria que je vois autour de moi, car je vous assure que j’étais bien moins malade qu’ils ne me font. J’ai eu quelques symptômes du choléra, mais si légers, qu’une tasse de thé et des couvertures les ont dissipés et que j’ai dormi comme un sonneur jusqu’à midi[4]. » Il est à croire que ce choléra n’était pas bien effrayant et qu’en général George Sand avait des notions fort peu exactes sur cette maladie, car, lorsqu’elle écrivit un an plus tard, Lélia, dans une scène des plus importantes du roman, elle représenta son héroïne parlant philosophie avec ses amis au milieu d’une attaque trèsintense de choléra, et terrassant le pusillanime moine Magnus par la force de son esprit et de sa libre pensée. George Sand est sans doute l’unique romancière qui ait condamné son héroïne à souffrir de cette maladie si peu poétique ; il est fort probable qu’elle même ne l’a jamais eue et que c’est à tort que ses amis ont eu peur pour elle. Si nous nous sommes permis de citer ici ce passage peut-être peu intéressant de la lettre de George Sand à sa mère, c’est parce que nous avons voulu par là excuser quelque peu cette scène de Lélia absolument invraisemblable.

Wladimir Karénine, George Sand, sa vie et ses œuvres

Chroniques de la bibliothèque de Babel