De Paris à Bucharest : causeries géographiques

Villeneuve-Saint-Georges, 1er août [1860]

Mon cher ami,

Vous êtes bien fidèle à votre titre et, chaque semaine, vous faites faire le tour du monde à vos quarante mille lecteurs. Grâce à vous, nous savons ce qu’il y a sous le pôle et ce qui se trouve sous l’équateur. Vous levez, d’une main fort peu discrète, les voiles dont l’Afrique centrale s’était jusqu’à ce jour enveloppée, et vous suivez pas à pas, sous toutes les latitudes, ces infatigables pionniers de la science, qui veulent achever la reconnaissance de notre globe, pour en livrer la possession au génie de la civilisation moderne.
Il est fort agréable de voyager si lestement et si loin. Vous pensez que ce ne le serait pas moins d’aller un peu plus près, et de laisser un moment les antipodes pour regarder autour de nous. L’Europe vous semble aussi curieuse à étudier que l’Australie ou le pays des Yakoutes et le Rhin ou l’Elbe ne vous paraissent pas moins intéressants que le fleuve Jaune ou le Mackensie. Je suis assez de votre avis, puisque je me propose de descendre le Danube durant quatre ou cinq cents lieues. Vous me demandez les notes que je ramasserai en courant ; je vous les enverrai volontiers, parce qu’après le plaisir de voir et de comprendre, il n’y en a pas de plus grand que de raconter à ses amis, et tout lecteur bienveillant en est un, ce que l’on a vu et ce que l’on a compris.
Seulement je vous préviens que je ne serai probablement le Christophe Colomb d’aucun nouveau monde. Je ne prétends découvrir ni l’Allemagne, ni l’Autriche, ni la Hongrie, pas même les Carpathes ou la Roumanie, comme Alexandre Dumas, à ma place, le ferait certainement. Je ne verrai que de vieilles choses. Il est vrai que le vieux vaut quelquefois le neuf ; il ne s’agit que de sa voir s’y prendre pour regarder

Suite de ce texte sur Gallica

Le texte ci-dessus est extrait de la lettre d’introduction au journal de voyage de Paris à Bucaret entrepris en août 1860 par Victor Duruy (1811-1894). Cet historien connu pour son Histoire des Romains et son Abrégé de l’histoire de France s’adresse à François Edouard Charton (1807-1890), l’éditeur du Tour du monde : nouveau journal des voyages. Ainsi que la lettre le souligne, l’hebdomadaire de vulgarisation géographique créé cette même année 1860 publie non seulement des relations de voyages dans des pays lointains, mais aussi en l’Europe – « Un mois en Sicile » par Félix Bourquelot – et en France – « Excursions dans le Dauphiné » par Adolphe Joanne et Élisée Reclus

Continuer la lecture de De Paris à Bucharest : causeries géographiques

Quand Disney s’inspire du prisonnier de Zenda

Que Walt Disney se soit beaucoup inspiré des contes européens, cela est bien connu depuis Blanche Neige et les sept nains en 1937. Par contre, se souvient-on que Bambi est à l’origine un roman de l’écrivain autrichien Felix Salten ou qu’il existe quelques similitudes entre Un yankee à la cour du Roi Arthur de Mark Twain, où le principal personnage se retrouve en plein monde arthurien à la suite d’un violent coup sur la tête, et Mickey à travers les siècles, dont le héros voyages Un autre exemple ? Voyez ci-dessous.

Mickey n° 16 : Bédéthèque | Journal de Mickey —- Mickey n° 17 : Bédéthèque | Journal de Mickey
Continuer la lecture de Quand Disney s’inspire du prisonnier de Zenda

Géographie et imaginaire : biblio-webographie

Les lieux imaginaires

Gianni Guadalupi et Alberto Manguel. Guide de nulle part et d’ailleurs à l’usage du voyageur intrépide en maints lieux imaginaires de la littérature universelle. Préface, André Dhôtel, traduction et adaptation, Patrick Reumaux. Éditions du Fanal. 1981. BU Tours.

  • Réédité sous le titre Dictionnaire des lieux imaginaires, Actes Sud, 1998, 2001 et 2002. BU Tours.
  • NooSFere
Continuer la lecture de Géographie et imaginaire : biblio-webographie

Autour de l’Intelligence Artificielle (IA)

A l’occasion de deux intéressantes conférences vidéos en ligne concernant l’intelligence artificielle organisées par BibDoc 37 le 11 avril 2024, j’ai glané quelques liens et j’en ai trouvé quelques autre. Je vous les propose ci-dessous, des fois que ce sujet vous intéresse.

Outre les généralités, ils se répartissent selon différentes thématiques :

  • IA et droit, car il ne faut pas oublier que je travail dans une bibliothèque universitaire à forte orientation juridique.

Quant à se demander s’il faut être pour ou contre l’IA, autant poser la même question sur l’imprimerie, la machine à laver ou l’électricité. Pour ne prendre que l’exemple de l’imprimerie, serait-t-elle condamnée pour permis la publication de Mein Kampf ou des Protocoles des Sages de Sion ? Ce qui importe, ce n’est pas la technique, mais l’usage qu’on en fait.

Continuer la lecture de Autour de l’Intelligence Artificielle (IA)

Les bibliothèques dans la transition écologique

Suit à une intéressante conférence en ligne de Reine Bürki organisée par BibDoc 37 autour de son livre Engager les bibliothèques dans la transition écologique (Enssib, 2023), j’ai récolter les quelques liens ci-dessous. Peut-être cela vous intéressera-t-il ?

Continuer la lecture de Les bibliothèques dans la transition écologique

Napoléon (17) Oraison funèbre de Buonaparte, par une Société de gens de lettres… [par Adrien-Jean-Quentin Beuchot]

L’Oraison funèbre de Buonaparte, par une Société de gens de lettres, prononcée au Luxembourg, au Palais-Bourbon, au Palais-Royal et aux Tuileries est parue en 1814, pendant la Première Restauration, alors que Napoléon se morfond à l’île d’Elbe. Ce n’est donc pas un véritable oraison funèbre, hélas, puisque les Cent Jours et Waterloo sont encore à venir… Par contre, le nom Buonaparte au lieu de Bonaparte figurant dans le titre indique assez clairement son caractère anti-bonapartiste.

Continuer la lecture de Napoléon (17) Oraison funèbre de Buonaparte, par une Société de gens de lettres… [par Adrien-Jean-Quentin Beuchot]

Catéchismes politiques

Les catéchismes politiques commencent à paraître sous la Révolution française avec les premiers catéchismes républicains. Il s’agissait d’éduquer les nouveaux citoyens, et cela avait beaucoup à voir avec l’instruction civique. Par la suite, les autres obédiences politiques feront aussi paraître les leurs, notamment à l’occasion d’élections…

Liste en chantier…

Continuer la lecture de Catéchismes politiques

Le chapitre perdu de Guerre et Paix

Le manuscrit du chapitre perdu de Guerre et Paix a été retrouvé récemment dans les archives de la famille Tolstoï. Ce chapitre, qui avait été supprimé au dernier moment par l’auteur avant la publication originale en 1869, offre un aperçu fascinant de la façon dont Tolstoï développait son intrigue complexe et ses personnages emblématiques.

Le chapitre perdu se situe à la fin du livre premier, après la bataille de Schöngraben. Tandis que Pierre Bezoukhov se remet de ses blessures, il se lie d’amitié avec un soldat de l’armée autrichienne capturé par les Russes. Ce soldat, nommé Franz, se révèle être un homme instruit et plein de sagesse, et les longues discussions entre Franz et Pierre deviennent le point central de ce chapitre perdu.

Dans leurs discussions, les deux hommes discutent de nombreux sujets, allant de la philosophie à la politique, et ils remettent en question les fondements des sociétés dans lesquelles ils vivent. Franz, qui a grandi dans une famille noble déchue, exprime un sentiment de dégoût envers la classe dirigeante et la guerre qui semble si dépourvue de sens.

Pierre, de son côté, se confronte à ses propres convictions, notamment en ce qui concerne sa place dans la société russe. Il commence à ressentir le besoin de s’engager activement pour rendre le monde meilleur. Cette conversation avec Franz marque donc un tournant décisif dans le développement du personnage de Pierre, qui devient désormais un fervent défenseur de la paix et un critique acerbe des injustices de son temps.

Malgré la richesse des idées exposées dans ce chapitre perdu, Tolstoï a finalement décidé de le supprimer de l’œuvre finale. On peut supposer que cette décision était motivée par le souci de ne pas alourdir l’histoire principale, qui est déjà dense et complexe. Néanmoins, la redécouverte de ce chapitre offre aux lecteurs contemporains une nouvelle perspective sur les thèmes fondamentaux de Guerre et Paix.

Dans l’ensemble, ce chapitre perdu de Guerre et Paix nous permet de mieux comprendre l’évolution des idées et des personnages de Tolstoï. Il enrichit notre expérience de lecture en nous donnant un aperçu plus complet de l’univers complexe de cette œuvre majeure de la littérature russe.

Sources du document

L’euthanasie et autres régulations démographiques dans les œuvres de science-fiction

Vu le bel avenir qui nous attend (effondrement écologique, guerre atomique, dégradations des conditions sanitaires et sociales), j’évoquais dernièrement devant des collègues la perspective peu réjouissante que soit voté d’ici quelques années une loi sur l’euthanasie obligatoire des plus de ** ans. Comme chacun se récriait sur le fait qu’une telle abomination puisse advenir dans nos irréprochables démocraties, je rappelais que bien des auteurs de SF, qui ont souvent une longueur d’avance sur les sociétés dont ils ne font qu’accentuer les tendances, ont évoqué cette éventualité et quelques autres d’une inspiration proche. En voici quelques exemples.

Continuer la lecture de L’euthanasie et autres régulations démographiques dans les œuvres de science-fiction

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search