Les bureaucrates se ramassent à la pelle et autres chansons de l’album « Pour en finir avec le travail »

En écoutant une émission consacrée à Guy Debord et la société du spectacle, j’ai entendu cette chanson chantée par Vanessa Hachloum, alias Jacqueline Danno

… extraite de Pour en finir avec le travail (1974), album de chansons détournées par les situationnistes produit par Jacques Le Glou. La vie s’écoule, la vie s’enfuit, autre chanson déjà signalée ce carnet, en est également tirée. : .

Ces « chansons du prolétariat révolutionnaire » ont été écrites par Guy Debord, sa compagne Alice Becker-Ho, Raoul Vaneigem, Étienne Roda-Gil et Jacques Le Glou. Elles sont chantées par Jacques Marchais, Jacqueline Danno et Michel Devy. Il s’agit pour la plupart détournements de chansons connues (Il est cinq heures d’après Dutronc-Lanzman, La bicyclette de Barouh-Lai devenue La mitraillette, Les bureaucrates se ramassent à la pelle d’après Prévert-Kosma, La makhnovstchina d’après A l’appel du grand Lénine…). L’bon dieu dans la merde, est la seule chanson historique : elle a été chantée par Ravachol en montant à l’échafaud.

Le disque a été réédité en 1998 par EPM, et à nouveau en 2008 sous le titre Les Chansons Radicales de Mai 68.

Ecouter l’album

Guy Debord à Radio France

Pour compléter ma documentation sur le situationnisme, voici quelques émissions concernant Guy Debord sur des chaînes de Radio France.

  • France Culture lui a consacré une série de quatre émissions dans le cadre des Chemins de la philosophie par Adèle Van Reeth en avril 2017.

Le savant fou

Quand j’étais enfant, j’écoutais souvent L’étrange docteur Clair, gravé sur un vieux 78 tours qui craquait un peu.

Je me souviens encore de cette chanson légèrement terrifique et j’ai découvert récemment que Georges Ulmer en était l’auteur et que Willy Louis l’avait aussi interprété, deux noms qui, je l’avoue, m’étaient parfaitement inconnus.

Continuer la lecture de Le savant fou

Essai sur l’indifférence en matière politique par Armand Granel

En ces temps où, paraît-il, l’indifférence en matière politique grandit avec l’abstention1, il peut être intéressant de voir ce qu’il pouvait être dit sur cette question voici 150 ans. En examinant une liste d’ouvrages du XIXe siècle proposés en don par la Bibliothèque municipale de Toulouse, j’y ai trouvé le titre suivant, dont il existe une version numérisée su Gallica : Essai sur l’indifférence en matière politique d’un certain Armand Granel, avocat. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais je le signale, à tout hasard…

  1. Encore faudrait-il être sûr que cette dernière est toujours l’indice d’une indifférence et non d’une grande exigence que le système politique actuel ne peut satisfaire…

Les ravages de la com’ : la Méjanes devient « les » Méjanes

Dernière idée brillante de… De qui au fait ? La mairie d’Aix ? Le directeur de la Méjanes ? Le service de com’ qui n’avait rien a faire ? Bref, si j’en crois le dernier numéro de Côté Méjanes, notre bonne vieille bibliothèque municipale portera désormais un nom au pluriel, histoire de bien montrer, s’il en était besoin, qu’elle est en fait constituée d’un réseau. Et puis, il faut bien donner du travail aux créateurs graphiques qui ont concocté le nouveau logo. L’argent utilisé pour ce genre d’opération de communication n’aurait-il pas pu être mieux employé ?

Peut-être aussi voulait-on justifier le « s » final de « Méjanes » hérité du père fondateur de la bibliothèque, laquelle a, depuis plus de deux siècles, porté ce nom sans que personne ne s’avise d’y toucher. Comme le rappelle Philippe Ferrand dans la Lettre aux Amis de la Méjanes

la Méjanes a la chance d’appartenir, depuis 1810, au cercle restreint des bibliothèques assez célèbres pour être identifiées par le seul nom de leur fondateur : la Bodleyenne (Oxford, 1602), l’Ambrosienne (Milan, 1609), la Mazarine (Paris, 1643), l’Inguimbertine (Carpentras, 1745). . Il est possible qu’elle soit la première et la dernière à mettre son nom au pluriel.

D’autres institutions, comme la Sorbonne (Robert de Sorbon, chapelain de Louis IX), auraient aussi de bonnes raisons d’adopter le pluriel, mais elles s’en gardent pour conserver le prestige de leur nom au singulier.

Mais après tout, il se pourrait bien que cette brillante idée tombe à l’eau face à la force de l’usage et à l’ancrage profond de la Méjanes dans la mémoire aixoise. La communication, ce n’est jamais que de l’éphémère et du futile. Seul importe ce qui demeure, une institution culturelle riche de deux siècles d’histoire et d’un fabuleux patrimoine.

Le cinéma invisible ou les films que vous ne verrez jamais

LA référence sur le sujet

Christian Janicot (dir.) Anthologie du cinéma invisible : 100 scénarios pour 100 ans de cinéma. Éditions Jean-Michel Place / Arte éditions, 1995.

Présentation sur Babelio, sur le site de L’Express et de Libération.

Continuer la lecture de Le cinéma invisible ou les films que vous ne verrez jamais

Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Après l’apocalypse dans la bande dessinée

Le site Bédéthèque propose de nombreux thèmes. Celui intitulé Après l’apocalypse présente près de 200 séries de bandes-dessinées – les classiques Jérémiah, Neige, Le Tranceperceneige, et d’autres moins connues – dont les histoires se déroulent après l’effondrement de notre monde, que celui-ci soit dû à l’apocalypse nucléaire, à l’épuisement des ressources, au dérèglement climatique, au chaos politique et j’en passe…

Continuer la lecture de Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Rechercher de documentation sur le cinéma, et plus particulièrement sur les films

Je voudrais vous donner quelques pistes pour rechercher des ouvrages sur les films. Pour cela, je partirai de ma propre expérience, non pas en tant que bibliothécaire, car les livres sur ce sujets manquent cruellement dans les bibliothèques juridiques, mais plutôt comme amateur de film, le terme de cinéphile étant exagéré dans mon cas, même si, depuis ma jeunesse aixoise, j’ai toujours eu un certain goût pour la fréquentation des salles de cinéma. Cela n’est pas vraiment surprenant, ma ville d’origine étant, après Paris, celle où cette activité culturelle est la plus importante en France. Plus tard, lorsque j’ai habité un peu longuement dans notre bonne capitale, je ne manquais pas de fréquenter les cinémas de la rue des Écoles et de la rue Champollion, ou encore à L’Épée de bois, rue Mouffetard. Ah ! la rétrospective sur le cinéma anglais de l’immédiat après-guerre : L’Homme au complet blanc et Noblesse oblige avec Alec Guinness ! Et que dire de celle consacrée à Eisenstein où j’ai découvert Alexandre Nievski et Ivan le Terrible.

Continuer la lecture de Rechercher de documentation sur le cinéma, et plus particulièrement sur les films

Une bibliothèque populaire modèle

Vous trouverez ci-dessous une satire de Louis Leroy parue dans Le Charivari du 5 août 1867. J’y ai ajouté des liens vers les versions numérisés des livres supposés subversifs qui y sont évoqués. J’y reviendrais peut-être plus longuement dans d’autres chroniques. De toute façon, une analyse de cette satire et de quelques autres textes du Charivari en faveur de la liberté de la lecture a été publiée par Agnès Sandras dans Bibliothèques populaires, carnet fort intéressant dédié à l’histoire des bibliothèques et de la lecture populaires…

__________________________________________________

Continuer la lecture de Une bibliothèque populaire modèle

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search