Le Bon Genre n°65, Le Baiser à la Capucine

La gravure ci-dessus est identique à l’exemplaire que je possède. Elle appartient à la série Le Bon Genre, éditée par Pierre La Mésangère entre 1800 et 1822. En fait, Richard Le Menn – nous l’avons déjà rencontré à propos du Gôut du jour n° 29 – donne des détails précis tant sur cette série ainsi que sur le baiser à la Capucine représenté sur la gravure (cf. “Elégances françaises du XIXe siècle”, site La Mesure de l’Excellence). Je préfère donc lui laisser la parole avant d’y ajouter quelques précisions.

Continuer la lecture de Le Bon Genre n°65, Le Baiser à la Capucine

Le Goût du jour n° 29, L’Original

Image trouvée sur le site The Dayly Doll, à l’article “Charmant jabot”

La gravure ci-dessus ressemble comme une sœur à celle que j’ai chez moi, à ceci près que mon exemplaire porte en outre la mention “Le Goût du jour n° 29”.

Richard Le Menn en donne la description suivante : Le jeune homme porte les cheveux en arrière, une cravate attachée par un noeud sur un haut col, un jabot … ainsi qu’une châtelaine, comprenant un coeur, un carquois de Cupidon, un sceau … (cf. “Elégances françaises du XIXe siècle”, site La Mesure de l’Excellence).

Continuer la lecture de Le Goût du jour n° 29, L’Original

Rue des Filles-Dieu, 56, ou L’Héautonparatéroumène par Catulle Mendès

La couverture illustrée du recueil édité par Francis Lacassin est signée par Gino Starace. C’est celle d’une réédition de Monsieur Lecoq (Librairie Arthème Fayard, 1908), le roman d’Émile Gaboriau.

La première fois que j’ai lu Rue des Filles-Dieu, 56, ou L’Héautonparatéroumène, ce devait être en 2018 dans Premières enquêtes, un recueil de roman et nouvelles policières édité par Francis Lacassin, en 2008 chez Omnibus1. Parue initialement en 1895 chez G. Charpentier et E. Fasquelle, cette nouvelle policière de Catulle Mendès (1841-1909) a une grande originalité qui apparait dans son étrange sous-titre, l‘héautonparatéroumène, que seuls les hellénistes peuvent le décrypter, mais à l’époque de Catulle Mendès, ils étaient sans doute plus nombreux qu’aujourd’hui.

Vous ne l’êtes pas et vous souhaitez savoir ce que signifie ce mot ? Ce serait divulgâcher le fin mot de l’énigme. Allez, je vous donne quand même un indice. Une pièce de Sophocle parue dans la collection Série noire et mettant en scène un roi de Thèbes . Sinon, je vous conseille vivement de lire la nouvelle avant de passer à l’article ci-dessous.

_____________________________________________________________________

  1. Ce n’était pas un hasard si j’avais emprunté cet ouvrage. Outre Maximilen Heller, ce précurseur de Sherlock Holmes inventé en 1871 par Henri Cauvain, je savais que j’y trouverais cette nouvelle dont la référence m’avait été donné dans Du polar, un recueil d’entretiens de François Guérif avec Philippe Blanchet (Payot, 2013 ; Rivages, 2016).

La Commune en chansons

En guise d’introduction
Articles et listes commentées

“Vive la Commune !”, Chants de lutte et Révolution,

“La Commune de Paris – 150 ans – Une playlist”, Pointculture,

“Les plus belles chansons de la Commune de Paris”, Paris Lights Up, 10 février 2021. Une liste commentée que vous retrouvez aussi sur le site des Amis de la Commune de Paris 1871.

Audrey Viault. “Les chants de la Commune”, Le blog de Gallica, 28 mai 2021.

Conférence chantée d’Olivier Hussenet
Continuer la lecture de La Commune en chansons

Le Caravage est grand

J’ai vu cet après-midi Caravage, un beau film franco-italien réalisé par Michele Placido autour des dernières années de la vie de ce géant de la peinture italienne. Au début du récit, nous sommes en 1610, l’année même de sa mort et l’Ombre, un espion du Vatican, est chargé par le pape Paul V d’enquêter sur le peintre qui a fuit Rome quatre ans auparavant après avoir tué un homme lors d’un duel.

Continuer la lecture de Le Caravage est grand

Illustrateurs de science-fiction (1) Chris Foss

Au temps lointain de mon adolescence, je lisais beaucoup d’ouvrages de science-fiction(1). En me laissant puiser dans sa bibliothèque et m’abonnant à Fiction, ma tante m’avait fait découvrir ce domaine littéraire totalement ignoré de mes parents.

Ouvrage sur la chaîne Youtube Sci-fi Art

A la Noël 1978, elle m’avait offert 21st Century Foss, superbe ouvrage rassemblant de nombreuses illustrations de Chris(topher) Foss, dont celles conçues pour le projet d’adaptation de Dune par Alejandro Jodorowsky.

Continuer la lecture de Illustrateurs de science-fiction (1) Chris Foss

Musée grotesque n° 5, L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

De même que le traité d’Amiens, le traité du 30 mai 1814 fut suivi d’une véritable invasion pacifique. En 1814-15, comme en 1802-3, un grand nombre d’Anglais franchirent le détroit et vinrent se distraire en France (voir le Journal de Paris du 28 juin 1814). L’afflux des insulaires eut encore pour résultat la publication de nombreuses estampes satiriques. Mais tandis qu’en 1803 les caricatures contre les Anglais avaient un caractère nettement politique, celles qui parurent sous la Restauration ridiculisèrent surtout les moeurs des gens d’Outre-Manche

Extrait de la notice bibliographique de l’estampe à la BnF

Encore une gravure venue de l’héritage familial. Comme La Promenade à cheval présentée précédemment, elle a été publiée par Aaron Martinet (1762-1841), même si cela ne figure explicitement pas sur la gravure.En bas à droite de l’estampe, la mention “G. de Ca..” désigne le dessinateur et graveur Godissard de Cari, caricaturiste surtout connu par le Musée grotesque, un recueil de caricatures publié par Martinet sous la Restauration. L’exemplaire que j’ai en ma possession porte sur son bord supérieur “Musée Grotesque N° 5”. Je vous en donne ci-dessous une bien médiocre photographie…

Continuer la lecture de Musée grotesque n° 5, L’Arrivée. Un Anglais attaqué du Spleen, vient se faire traiter en France

Le Suprême bon ton n° 25, La Promenade à cheval, : à propos d’une estampe et de sa collection

Parmi les diverses estampes héritées de mes aïeux, La Promenade à cheval fait partie de mes préférées. Selon la notice de l’exemplaire accessible sur Gallica, elle aurait été éditée en 1815, et il est précisé sur la gravure “A Paris, chez Martlnet“. Il s’agit d’une maison fondée en 1796 par l’imprimeur-libraire Aaron Martinet (1762-1841), fils du graveur François-Nicolas Martinet (1731-1800?). Il sera actif comme libraire jusqu’en 1824, date à laquelle il se démet en faveur de son gendre Herménégilde-Honorat Hautecoeur (17.. -18..) ou à Étienne Rosier (17..-1842), les notices bnf.data étant un peu contradictoires sur ce point… Il continue à faire commerce d’estampes jusqu’à sa mort.

Continuer la lecture de Le Suprême bon ton n° 25, La Promenade à cheval, : à propos d’une estampe et de sa collection

La Martinerie à l’hôtel Gouïn

Fondé par trois soeurs passionnées de tapisserie, l’Atelier de la Martinerie investit l’Hôtel Goüin jusqu’au 8 janvier. Michelle, Pat et Jacqueline sont issues des Beaux Arts de Paris. Elles dessinent et créent d’extraordinaires tapisseries depuis 1956 à Ports-sur-Vienne, dans leur château de Hauteclaire. Leur univers onirique est notamment marqué par l’oeuvre du poète mystique Kabîr (1440-1518) qui était lui aussi tisserand.

Continuer la lecture de La Martinerie à l’hôtel Gouïn

Ressources sur le Maghreb et le monde arabe

La bibliothèque universitaire des Deux-Lions (droit – économie – géographie) de l’université de Tours vient de créer un carnet sur Hypothèses. Intitulé Ressources sur le Maghreb et le monde arabe, il a pour objet de valoriser et de faire connaître au public les ressources concernant cette aire géographique conservées dans ses collections. Il ne faudra pas vous étonner si certaines chroniques auront au début quelques ressemblances avec d’autres présentes sur Biblioweb. Je suis en effet un des rédacteurs…

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search