Autour de… Capital et travail, ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) par Ferdinand Lassalle


Le théoricien socialiste prussien Ferdinand Lassalle (1825-1864) a publié Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder: Capital und Arbeit en janvier 1864, année de sa mort tragique. Dans ce dernier écrit publié de son vivant, il s’en prend à son principal en­nemi, l’économiste libéral Hermann Schulze-Delitzsch (1808-1888), qu’il assimile à l’économiste libéral Frédéric Bastiat (1801-1850), et expose ses conceptions de l’économie dominées par l’idée d’association.

La première traduction française a été réalisée par Benoît Malon (1841-1893) et a eu deux éditions successives.

  • Ferdinand Lassalle. Capital et travail : ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) ; première traduction française avec une notice sur le développement du socialisme en France et en Allemagne et sur la vie de Ferdinand Lassalle par B. Malon. 2e édition. Paris : Derveaux, 1881. (Oeuvres complètes de Benoît Malon).

La bibliothèque universitaire des Deux Lions (Tours) conserve un exemplaire de la première édition parmi les ouvrage du fonds Elleinstein provenant de la bibliothèque de l’historien spécialiste du communiste Jean Elleinstein (1927-2002).

Quant à la deuxième édition, il ne vous a pas échappé qu’elle a été publiée parmi les Oeuvres complètes de Benoît Malon. C’est que Benoît Malon (1841-1893), le traducteur et commentateur de l’ouvrage de Lassalle n’est pas n’importe qui au sein le mouvement ouvrier. Il figure parmi les fondateurs de l’Internationale et les membres de la Commune de Paris et a collaboré a de très nombreux journaux et revues en France et à l’étranger.

Mais d’autres traductions existent. D’abord celle d’Eugène Montin, avec une préface et une biographie par le socialiste belge César de Paepe (1841-1890) dès 1881.

Enfin celle du journaliste et socialiste libertaire Victor Dave (1845-1922) et du syndicaliste et militant socialiste Léon Remy (1871-1910).

Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Georges Valois. La monarchie et la classe ouvrière. Paris : Nouvelle Librairie Nationale, [préf. 1909].

La bibliothèque universitaire des Deux Lions à Tours recelle dans son fond Elleinstein au moins deux ouvrages en rapport avec Georges Valois : l’ouvrage dont il est l’auteur, publié en 1909 et dont la notice figure ci-dessus, et Littérature et révolution, un livre de Victor Serge publié par la Librairie Valois en 1932.

Sur le surprenant itinéraire de Georges Valois, je vous renvoie à la chronique que j’ai consacrée à l’ouvrage de Victor Serge voici quelques années. Je remarquerai simplement que La monarchie et la classe ouvrière a été publié du temps de ses années à l’Action français, mouvement auquel il a adhéré en 1906, et peu avant la création du Cercle Proudhon en 1911 où il tentera de regrouper syndicalistes révolutionnaires et nationalistes maurrassiens dans l’espoir de réaliser d’une synthèse des deux mouvements.

Continuer la lecture de Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Herbier de Gallica

Renoncule âcre, Les Fleurs des prairies et des pâturages, E.-G. Camus, Paris, 1914 – Voir l’article consacré à la renoncule

Aux amis de la botanique et aux Gallicanautes, je voudrais signaler sur le blog de Gallica une catégorie intitulée Herbier de Gallica vous conviant à (re)découvrir les fleurs de nos campagnes à travers les collections numérisées de la célèbre bibliothèque en ligne. A voir absolument.

Voir aussi ma petite sélection d’herbiers anciens.

Autour des dictionnaires bilingues annamite-français et français-Annamite de Victor Barbier

Je viens de cataloguer ces deux ouvrages de Victor Barbier :

  • Dictionnaire annamite-français. Hanoi-Haiphong : Imprimerie d’Extrême-Orient, 1922.
  • Dictionnaire français-annamite. 3e éd. Hanoi-Haiphong : Imprimerie d’Extrême-Orient, 1924.

Tous deux portent le même ex-libris manuscrit : « Robequain Mars 1925 ».

Voici qui me conduit à me poser les questions suivantes

  • Qui est Victor Barbier ?
  • Qui estt Robequain ?
  • Ces dictionnaires ont-ils d’autres éditions et d’autres localisations et sont-ils numérisés ?
  • Quels sont les autres dictionnaires annamite-français et sont-ils numérisés ?
Continuer la lecture de Autour des dictionnaires bilingues annamite-français et français-Annamite de Victor Barbier

L’écologie dans la bande dessinée

Pour un panorama de la question

Parmi les 1087 thèmes proposés sur BDthèque pour explorer l’univers de la bande dessinée, s’en trouve plusieurs liés à l’écologie et à l’environnement :

Petite sélection personnelle

Je voudrais vous proposer ici quelques titres d’albums ou de séries qui me semblent particulièrement intéressants.

Continuer la lecture de L’écologie dans la bande dessinée

Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

En plus de vingt siècles d’histoire et de tradition spirituelle, mystique et théologique, le christianisme a d’abord vu la nature comme une création bonne dont Dieu a confié à l’homme l’intendance jusqu’à leur salut commun dans et par le Christ à la fin des temps. Mais à partir du XVIIème siècle la philosophie rationaliste instaure un dualisme méthodologique entre matière et esprit, tandis que le protestantisme et le jansénisme renforcent le hiatus entre nature et grâce. Ceci légitime la désacralisation de la nature et sa prise de possession utilitariste par l’homme, parfois en complicité mais souvent en conflit avec le christianisme.

L’émergence de l’écologie dans la deuxième moitié du XXème siècle a mis le christianisme au défi de renouer avec ses racines.

Je souhaite approfondir ici la question des rapports entre christianisme et écologie, rapidement évoquée dans Écologie et religion(s) : un peu de documentation. C’est que, comme le suggère la citation ci-dessus, l’anthropocentrisme despotique et destructeur auquel est souvent réduit la relation du christianisme et de la création n’est peut-être pas si caractéristique du message biblique. Après tout, les précédents de François d’Assise ou de Hildegarde de Bingen ne sont-ils pas là pour montrer qu’un autre rapport est possible entre les chrétiens et l’ensemble des créatures ? L’évolution des dernières décennies amène l’apparition d’une écologie chrétienne, dite écologie intégrale.

Continuer la lecture de Ecologie et christianisme : aux origines de l’écologie intégrale

Quand l’écologie entre en politique ou les deux origines de l’écologie politique : une webo-bibliographie

L’écologie est entrée en politique par deux voix différentes et parfois opposées : l’écologisme, né dans la société civile, va nourrir les premiers mouvements et partis écologistes pendant que les Etats vont tenter, avec plus ou moins de conviction et de sincérité, d’apporter une réponse à la crise environnementale.

Continuer la lecture de Quand l’écologie entre en politique ou les deux origines de l’écologie politique : une webo-bibliographie

Cartes des chemins de fers français d’hier… et d’aujourd’hui

Carte des chemins de fer de l’Ouest, 1870. Cliquez ici pour grossir sur Gallica

A mes parents

J’aime bien voyager en train. Je vis à Tours depuis plus d’un quart de siècle, mais mes parents habitaient Aix-en-Provence. Autant dire que jusqu’à une époque très récente j’ai souvent eu à faire l’aller-retour entre ces deux villes. Pour cela, j’ai toujours préféré le train à l’avion. C’est moins polluant et, en cas de gros pépin, on tombe de moins haut. J’avoue que les aéroports disparaîtraient, ça ne me ferait ni chaud ni froid et qu’à la terre vu du ciel, je préfère les paysages traversés depuis le plancher des vaches. J’irai même plus loin : il y a peu, j’ai pu apprécier l’allure tranquille des TER qui m’a un peu changé des TGV parfois trop véloces. Oui, j’aime bien voyager en train, même s’il existe toujours une part d’incertitude sur l’heure de départ et celle d’arrivée. Mais cela fait aussi partie du charme du voyage, ce qui en fait une des dernières aventures de l’homme moderne…

Continuer la lecture de Cartes des chemins de fers français d’hier… et d’aujourd’hui

Visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine

Une visite virtuelle de la bibliothèque Inguimbertine est depuis peu accessible en ligne.

Bonne occasion de (re)découvrir cette bibliothèque publique crée au milieu du XVIIIe siècle par Joseph-Dominique (en religion dom Malachie) d’Inguimbert, évêque de Carpentras, bibliophile et bibliothécaire. Elle est, avec la bibliothèque Séguier de Nîmes, le musée Calvet d’Avignon et la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence, une des quatre grandes bibliothèques publiques fondées par des érudits dans l’espace bas-rhodanien. Elle a du reste été la première à ouvrir dès 1735.

Tombeau d’Axel Kahn

Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes,
Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C’est vous qui le savez, sublimes animaux !
À voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse,
Seul, le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
— Ah ! je t’ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m’est allé jusqu’au cœur !
Il disait : « Si tu peux, fais que ton ame arrive,
À force de rester studieuse et pensive,
Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.
Gémir, pleurer, prier, est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t’appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »

Alfred de Vigny, « La mort du Loup », III

Le dernier message d’Axel Kahn
Son blog
Bibliographie de ses ouvrages

Chroniques de la bibliothèque de Babel

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search