Ils parlent d’écriture

Qu’est-ce qu’écrire ? Bien des écrivains ont tenté de répondre à cette question. En attendant de vous proposer une chronique un peu développée sur ce thème, je vous convie à consulter la petite anthologie que ma collègue Justine Coffin propose sur son blog, L’Echo scriptural.

Et si vous avez l’occasion de mettre la main dans une bibliothèque ou chez un bouquiniste sur L’Art d’écrire, empruntez le, achetez le, volez le. Ce remarquable recueil de textes arabes et français, italiens et chinois, allemands et peuls, mexicains et suédois… de Valmiki à Le Clézio, publié chez Seghers en 1970 par Étiemble et sa femme n’a pas été réédité depuis…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La place des femmes dans la science-fiction

Ce thème mériterait sans doute d’être développé. Pour l’heure, je vous propose cette sélection d’articles trouver sur le site de l’excellentissime magazine Usbek & Rica.

Sur les auteurs féminins de SF

Yannick Rumpala. Ce que la science-fiction doit aux écrivaines

Benjamin Hourcade. Science-fiction : pourquoi il faut absolument lire Ursula Le Guin

Sur l’image des femmes dans la SF

Philothée Gaymard. La Servante écarlate, un manuel pour les dystopies du XXIe siècle

Annabelle Laurent . Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Désobéir

Je lis actuellement Désobéir, un intéressant essai de Frédéric Gros paru chez Albin Michel en septembre dernier.

Au fil des chapitres, de la soumission à la rébellion, de la subordination au droit de résistance, du conformisme à la transgression, du consentement à la désobéissance civile… … l’auteur nous invite à découvrir les différentes visages de la désobéissance, mais aussi son revers, l’obéissance, ce terreau de la banalité du mal illustrée pendant l’année 1961, chapitre central de l’ouvrage, par le procès EichmannContinuer la lecture de Désobéir

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le rapport Brazza ou le beau temps des colonies…

Le 7 juin prochain doit paraître aux éditions Futuropolis Le Rapport Brazza : le premier secret d’État de la « Françafrique » avec Tristan Thil au scénario et Vincent Bailly au dessin. Voici la présentation qui en est faite sur le site de l’éditeur :

Une enquête passionnante sur le premier secret d’État de la « Françafrique ». Envoyé en mission au Congo, en avril 1905, l’explorateur Pierre Savorgnan de Brazza rédige, contre l’attente du gouvernement, un véritable acte d’accusation de la France coloniale. Jugé trop explosif, inacceptable et scandaleux, le rapport est oublié dans un coffre-fort du Ministère des Colonies. Jamais publié, on le croit perdu. Un dossier, en fin de volume, donne la parole à Catherine Coquery-Vidrovitch, l’historienne qui l’a retrouvé.

Continuer la lecture de Le rapport Brazza ou le beau temps des colonies…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La bibliothèque diplomatique numérique du Ministère des Affaires étrangère

Un site à découvrir

C’est grâce à un article d’Annick Richard dans le carnet de la médiathèque de la MMSH que j’ai découvert cette bibliothèque numérique lanée le 12 mars 2018 par le Ministère des Affaires Étrangères. Je vous invite à lire aussi la présentation faite dans la lettre d’information de Gallica, cette nouvelle ressource en ligne étant développée dans le cadre du dispositif Gallica en marque blanche.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sur Joseph Déjacque

Dernièrement, un collègue m’a demandé si je connaissais Joseph Déjacque. J’avoue que je ne savais rien  cet écrivain anarchiste. Il est pourtant l’auteur d’À bas les chefs ! dont le titre ne peut que me plaire même si ce n’est pas celui d’origine… et l’inventeur du néologisme « libertaire » dont il se servit pour le titre de son journal, Le Libertaire dont 27 numéros sont parus à New York de juin 1858 à février 1861. Car Déjacque fut un exilé ayant fuit le gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte et réfugié longuement aux Etats-Unis, où il signe le manifeste inaugural de l’Association internationale des travailleurs (AIT). Bref, une personnalité plutôt intéressante, qui s’oppose, parmi les anarchistes, au misogyne Proudhon, et, parmi les proscrits, au modéré  Victor HugoContinuer la lecture de Sur Joseph Déjacque

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (13) Le coup d’état du général Malet (23 octobre 1812)

Le brave Malet dont je viens de parler, ancien républicain, avait depuis plusieurs années cherché à conspirer contre le despotisme impérial ; c’est même à cette occasion qu’au mois de juillet 1808, Bonaparte crut pouvoir m’envelopper, avec quelques amis, dans une accusation capitale. […]. Malet, enfermé depuis avec des royalistes, sembla donner leur couleur à son audacieux coup de main [d’octobre 1812] ; mais, au tribunal où il fut interpellé par le président : « Le défenseur des droits de son pays, » répondit-il, « n’a pas besoin de défense ; il triomphe ou il meurt.»

Mémoires, correspondance et manuscrits du général Lafayette.

Voici quelques années, j’ai découvert par hasard la tentative de coup d’état de Malet contre Napoléon. C’était en lisant à la bande dessinée de Nicolas Juncker, parue en 2005 aux éditions Treize étranges avant d’être rééditée chez Glénat en 2010. Bien évidemment, il s’agit d’une version romancée des évènements, mais ce roman graphique de 160 pages n’en a pas moins le mérite de rappeler un évènement un peu oublié des livres retraçant l’histoire du Premier Empire. Continuer la lecture de Napoléon (13) Le coup d’état du général Malet (23 octobre 1812)

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Chroniques de la bibliothèque de Babel