Misanthropie littéraire. 2. Le Misanthrope de Juste Van Effen

 (Dernière mise à jour : 1er mars 2012)

Du périodique au livre

 Le Misanthrope est d’abord une feuille périodique à la manière du Spectateur d’Addison. Il parait  en 1711 et 1712 à La Haye. L’auteur en est Juste Van Effen (1684-1735), écrivain hollandais et polygraphe francophone dont la vie vous est résumée dans les notices ci-dessous. C’est sa première entreprise littéraire et elle eut alors un certain succès.

Des éditions, augmentées de la Relation de Van Effen en Suède, le reprennent  sous forme d’un ouvrage en 2 volumes in 8° en 1726 et en 1746. Cette dernière édition est accessible sur Google livres : vol. 1 ; vol.2.

L’ouvrage a été réédité en 1986 par James L. Schorr (Oxford, Voltaire Foundation). +

 Vie(s) de Juste Van Effen

Voir le Dictionnaire des journalistes (1600-1789 et les extraits suivants.

 EFFEN ( Juste Van ), né à Ulrecht le 21 avril 1684 d’un officier réformé, sans fortune. Il perdit son père au moment où il venait de terminer ses études et se vit le seul soutien de sa mère et de sa jeune sœur. La place de gouverneur du fils du comte de Walderin ne suffisant pas à ses besoins il se livra à son goût pour la littérature et rédigea le Misanthrope journal dont le Spectateur d’Addison lui avait donné l’idée et ensuite le Journal littéraire de la Haye. Il accompagna le comte de Walderin en Angleterre, en qualité de secrétaire et il obtint de lui la place d’inspecteur des magasins de Bois-le-Duc. C’est-là qu’il mourut en 1725. On a de lui le Misanthrope la Haye, 1711-1712, 2 vol. in-8° 2e édit. 1726, avec la relation du voyage de l’auteur en Suède 2″ Journal littéraire, la Haye, 1715 et années suivantes; 3° la Bagatelle ou Discourt ironiques , où l’on prête des sophismes ingénieux au vice et à l’extravagance pour en mieux faire sentir le ridicule, Amsterdam, 1718-1719, 3 vol. in-8°; Lausanne, 1743, 2 vol. in-12; 4° le nouveau Spectateur français, dont il n’y a que 28 numéros; 5° le Spectateur hollandais, Amsterdam, 1731-1735, 12 vol. in-8°; et plusieurs traductions hollandaises d’ouvrages anglais.

Extrait de l’ Encyclopédie catholique : répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers, t. 10, p. 764 sur Gallica  

EFFEN.(Juste Van), écrivain hollandais ; né à Utrecht, le 21 avril 1684, mort à Bois-Ie-Duc, le 18 septembre 1735.

— Bagatelle (la ) , ou Discours ironiques, ou l’on prête des sophismes ingénieux au vice et à l’extravagance , pour en faire mieux sentir le ridicule. Amsterdam, 1719-1722, 3 vol. in-12 ; 1742, 2 vol. in-12 ;  Lausanne, 1743, 2 vol. petit in-8. La prem. édit. est anonyme.


— Dissertation sur Homère et sur Chape lain, par J. P. de Cr. P. E. P. E. M. D. L. A.D. L. (Nouv. édit. ). La Haye, 1714, br. in-8.

Plusieurs personnes ont cru trouver, par les lettres initiales, que J.P. de Crouzas, professeur en philosophie et mathématiques de l’Académie de Lausanne , était auteur de cette Dissertation ; mais il est certain qu’elle est de Van Effen. Cet Opuscule, dans lequel Chapelain est mis fort au-dessus d’Homère, a été inséré dans les différentes éditions des «Chefs-d’oeuvre d’un inconnu ».

—  Essai sur la manière de traiter la controverse , en forme de lettre, adressée à M.de la Chapelle, avec la suite. Utrecht , 1730, in-8.

— Misanthrope (le). La Haye, 1711 et 1712, 2 vol. in-8. — Nouv. édit., augm. de la Relation de Van Effen en Suède. 1726, 2. vol. in-8. 

Le Misanthrope est une espèce de feuille périodique à la manière du Spectateur d’Addison , qui eut du succès.

— Petits (les) Maîtres, comédie en 5 actes. Amsterdam , 1719, in-8.

— Spectateur (le nouv.) français 

Il n’a paru de cet ouvrage que 28 cahiers, dont quatre sont employés à l’examen des écrits de Houdard de la Motte.

Indépendamment de ces ouvrages, Van Effen est encore auteur du Spectateur hollandais, en langue hollandaise, 1731—35, 12 vol., et a travaillé, de 1715 à 1718 , au Journal littéraire de La Haye; il a eu part au «Journal historique, politique et galant», commencé en 1719, et dont il n’a paru que quatre numéros ; on trouve plusieurs morceaux de lui dans la «Bibliothèque française » (de Du Sauzel ), et dans le « Je ne sais quoi » de Cartier de Saint-Philippe.

On lui doit aussi la traduction , de l’anglais, des divers ouvrages suivants : Essai sur l’usage de la raillerie et de l’enjouement dans les conversations (1710) , voy. SHAFTESBURY. — Les Aventures de Robinson Crusoé (1720), voy. FOÉ. — Le Conte du Tonneau (1721), voy. SWIFT. — Pensées libres sur la religion, etc. ( 1722 ) , voy. MANDEVILLE. — Le Mentor moderne (1723), voy. ADDISON.— Histoire métallique des dix-sept provinces des Pays-Bas (1732), voy. Van LOOK

Extrait de La France littéraire ou Dictionnaire bibliographique…, t. 3, p. 11 sur Gallica

EFFEN (Juste van), publiciste hollandais, né à Utrecht en 1684, mort à Bois-le-Duc en 1735. Réduit à nourrir sa mère et sa soeur, des que la mort prématurée de son père avait des laissées dans un état voisin de la misère, Effen entreprit bravement, en 1711, la publication d’une sorte de revue écrite en français, et qu’il intitula le Misanthrope. Cette entreprise eut quelque succès et se continua jusqu’au deuxième volume. Encouragé par ce début, Effen entreprit successivement, dans le même genre le Journal littéraire de la Haye (1715-1718), auquel il collabora pendant trois ans le Nouveau Spectateur français (1725, 28 numéros); le Spectateur hollandais (1731-1735, 12 vol. in-8°). En 1710, il suivit le prince de Hesse-Philippstal en Suède, d’où il revint bientôt à La Haye reprendre ses travaux littéraires; il habita ensuite Leyde, qu’il quitta pour suivre à Londres, comme secrétaire, le comte de Walderen, ambassadeur des Etats, et obtint, à son retour en Hollande, la place d’inspecteur des magasins de Bois-le-Duc. La Société royale de Londres l’avait admis au nombre de ses membres. Outre ses nombreux articles, on lui doit Parallèle d’Homère et de Chapelain (La Haye, 1714); les Petits-maitres, comédie en cinq actes (Amsterdam, 1719); Lettre à l’auleur de la Bibliothèque française (La Haye, 1723) ; Essai sur la manière de traiter la controverse (Utrecht, 1730, in-80), etc. Il a donné en outre un grand nombre de traductions, parmi lesquelles nous citerons les Aventures de Robinson Crusoé (1720), le Conte du tonneau, de Swift (1721); Pensées libres sur la religion, l’Eglise, de Mandeville (1722, 2 vol.); le Mentor moderne (1723, 3 vol.); Histoire métallique des dix-sept provinces des Pays-Bas, de Van Loon (1732, 5 vol. in-fol.), etc. La critique d’Effen est plutôt loyale que spirituelle et vive; elle se distingue par un défaut assez rare pour qu’on lui eu fasse une sorte de mérite : une indulgence poussée jusqu’à l’excès.

 Extrait du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français, historique, géographique, mythologique, bibliographique, t. 7, p.219-220 sur Gallica

La langue de Van Effen

 LE FRANÇAIS DE VAN EFFEN. — Dans les pages qui précèdent, il a été plus d’une fois question de Justus van Effen 2, moraliste et critique hollandais qui a le plus souvent écrit en français, bien que son oeuvre soit tout ce qu’il y a de plus hollandaise. Nous savons déjà qu’il n’a jamais été en France, mais il a pu fréquenter des Réfugiés français éminents, pour la plupart pasteurs de l’Eglise wallonne, et il a été gouverneur dans la maison de M”” Bazin de Limeville, une Française, établie à La Haye ; il a rempli successivement des fonctions pédagogiques dans des familles de l’aristocratie hollandaise et y a fréquenté plusieurs compatriotes distingués qui, comme il le dit plus d’une fois dans son Hollandsche Spectator, se servaient du français comme d’une langue maternelle. Que le français qu’il écrivait fût généralement considéré comme correct, c’est ce que prouve le fait que son Parallèle a”Homère et de Chapelain (1714), dans le Chef-d’oeuvre d’un inconnu, a même été, par des auteurs français, attribué, entre autres, à de Crousaz, professeur à l’Université de Lausanne. Il est vrai que Camusat, le rédacteur de la Bibliothèque française, est moins content du style et de la langue de van Effen : « Enfin, Monsieur, passez condamnation sur votre stile ; vous écrivez passablement pour un Etranger, mais le goût du terroir ne se perd jamais, et à vos transpositions forcées, à vos constructions louches, et à vos termes impropres et bas, nous reconnoitrons toujours que nôtre Langue ne vous est pas naturelle ». Sommé de donner des preuves à l’appui de son jugement, il ne trouve que trois observations à faire sur la langue du Misanthrope et de la Bagatelle, mais d’autre part, Prosper Marchand 1 à dressé une liste des fautes de français de van Effen. Il est certain qu’alors même qu’on tient compte de la différence d’époque qui, pour un lecteur d’aujourd’hui, rend le jugement difficile, le français de van Effen fait l’effet de manquer de spontanéité, et c’est ce qui, sans doute, motive la condamnation de Camusat, qui aurait été moins sévère, s’il avait su, par expérience, combien il est difficile d’apprendre à s’exprimer « passablement » dans un idiome étranger.

1. Dictionnaire historique.

2. Nous renvoyons pour ce paragraphe, une fois pour toutes, à la thèse de M. Elzinga, que nous avons déjà souvent eu l’occasion de citer.

Extrait de Ferdinand Brunot,  Histoire de la langue française, des origines à 1900, 1934, p.223-224

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.