Les Mille et un jours

Contes orientaux ou supercherie littéraire ?

Les Mille et un jours, contes persans paraissent en cinq volumes en 1710, 1711 et 1712. L’ouvrage se présente comme la traduction d’un manuscrit que l’orientaliste François Pétis de La Croix aurait reçu le « Dervis Moclès » (le derviche Fidèle), ce dernier ayant traduit et adapté en persan des récits indiens connus dans une version en langue turque, sous le titre d’al-Farage bada al-schidda. Le conte-cadre est l’histoire d’une princesse du Cachemire, Farrukhnaz, qui, à la suite d’un songe où elle a vu un cerf abandonner une biche dans un piège,

juge les hommes par ce cerf et est persuadée que ce sont tous des ingrats et des perfides.

Elle sera désabusée de cette opinion par la nourrice Sutlumemé grâce aux histoires que celle-ci lui raconte pendant mille et un jours. Ces Jours sont comme un miroir des Mille et une nuits, où un calife prévenu contre les femmes est guéri par les récits de Shérhéazade. Comme le fait remarquer malicieusement Pétis de La Croix lui-même, 

Il est à croire que l’un de ces ouvrages a donné l’occasion de faire l’autre.

S’il se présente comme le traducteur de cet ouvrage, Pétis a demandé le concours de Le Sage pour en parfaire le style. Selon Paul Delarue,

ils ne se firent pas faute d’ajouter des éléments inventés.

Avant de mettre en cause l’imagination du seul Le Sage, Bertand Galimard-Flavigny fait aussi une remarque lourde de sous-entendus :  

Ces textes étaient, dit-on, traduits du persan par François Pétis de la Croix (1653-1713), mais on n’en retrouva jamais le texte original.

Katia Zakaria quant à elle rappelle nettement

le statut particulier de l’ouvrage qui en fait un objet qui intéresse tout autant les spécialistes des littératures orientales que ceux de la littérature française : il se tient à mi-chemin entre la création littéraire, la traduction, l’adaptation et la supercherie.

Bref, l’authenticité de ces contes est sujette à caution. 

Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les contes orientaux firent l’objet d’un véritable engouement à la suite de la parution des dix volumes des Mille et une nuits, contes arabes traduits par Galland. Cela eut pour effet une multiplication de textes qui n’avaient d’arabes, persans, chinois, etc, que le nom. Et alors que les contes populaires français ou européens étaient méprisés par les classes cultivées, ils fournissaient pourtant la matière de bien d’écrits prétendûment exotiques comme Les Aventures d’Abdalla, fils d’Hanif de l’abbé Jean-Paul Bignon, parues en 1712 et 1714 et sept fois rééditées dans le siècle, ou les recueils tartares, mongols, chinois… et péruviens  de l’avocat Thomas Simon Geulette. 

 Editions anciennes disponibles en ligne

Les Mille et un jours connurent eux aussi un certain succès avec plusieurs éditions aux XVIIIe siècle, et furent même complétés et transformés XIXe siécle, comme nous pouvons le voir à la lecture des notices bibliographiques ci-dessous. Je me limite à signaler ici les éditions accessibles en ligne. Pour une liste plus complète, voir le catalogue de la BnF, même si toutes les éditions françaises n’y figurent pas (voir celle de 1828 chez Dauvin).

Les Mille et un jours, contes persans / traduits en français par M. Petis de La Croix. – Amsterdam ; Paris, 1785. – 2 vol. ; 8°. – (Le cabinet des fées ; ou Collection choisie des contes des fées et autres contes merveilleux ; 14-15)

Disponible sur Gallica.

Les Mille et un jours, contes persans / traduits en français par M. Petis de La Croix. – Genève : Barde, Manget & Compagnie ; Paris : Cuchet, 1786. – 2 vol. ; 8°. – (Le cabinet des fées ; ou Collection choisie des contes des fées et autres contes merveilleux ; 14-15).

Disponible sur Google livres : vol.1 | vol.2 : ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3

(Au sujet du Cabinet des fées, compilation publiées de 1785 à 1789 à Genève et à Amsterdam, voir chronique)

Les Mille et un jours, contes orientaux / traduits du turc, du persan et de l’arabe, par Petis de la Croix, Galland, Cardonne, Chawis et Cazotte, etc. Avec une notice de M. Colin de Plancy. Ornés de dix belles gravures dessinées et ornées par nos premiers artistes – Paris : Dauvin, 1828. – 5 vol. ; 8°.

Disponible sur Google livres (tome 1 uniquement).

Cette édition ne figure ni dans le catalogue de la BnF ni dans le SUDOC, mais bien dans le Catalogue collectif de France qui nous permet d’en situer un exemplaire à la bibliothèque municipale de Troye.

Ce qu’en dit Bertrand Galimard Flavigny :

En 1828, chez Dauvin, libraire-éditeur à Paris, parut, en effet, Les Mille et un jours, contes orientaux, traduits du turc, du persan et de l’arabe, par Petis de la Croix, Galland, Cardonne, Chawis et Cazotte, etc. Tous ces auteurs avaient disparus au moment de la parution de ce recueil. C’est sans doute la raison pour laquelle, il fut demandé à Jacques Collin de Plancy (1793-1881) qui ne connaissait par l’Orient, mais était expert en esprits et démons de toute sorte, d’en rédiger une introduction.

Les Mille et un jours, contes persans / traduits en français par Pétis de La Croix, suivis de plusieurs autres espèces de contes traduits des langues orientales. Nouvelle édition accompagnée de notes et notices historiques par A. Loiseleur Deslongchamps, publiées sous la direction de M. Aimé Martin. – Paris : A. Desrez, 1838. – 1 vol.(706 p.) ; in-8° .

Disponible sur Gallica et sur Google livres.

Les Mille et un jours, contes persans, turcs et chinois / traduits par Petit de la Croix, Cardonne, Caylus, etc. augmentés de nouveaux contes traduits de l’arabe par M. Sainte-Croix Ajpot,… Ed. illutrée. – Paris : Pourrat, 1844. –  1 vol. (434 p.) ; 8°.

Disponible sur Google livres.

Les Mille et un jours : contes persans / traduits en français par Pétis de Lacroix… Nouvelle édition accompagnée de notes et de notices historiques / par A. Loiseleur-Deslonchamps ; publiée sous la direction de M. L. Aimé-Martin. -Paris : C. Delagrave, DL 1879. –  1 vol. (706 p.) ; 4°.

Reprend l’édition de 1844.

Disponible sur Gallica 

Bibliographie succincte

Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze, Le Conte populaire français, Maisonneuve & Larose, 1997. Rééidition  en un volume  des 4 tomes publiés entre 1976 et 1985. Voir l’excellente introduction.

Betrand Galimard-Flavigny, « Les mille et un contes de Shéhérazade ». in Canal Académie, 1er juin 2006. 

Betrand Galimard-Flavigny, « Les mille et un jours, autres contes », in Petites affiches, 22 février 2010, n° 37. Cette chronique se réfère à la vente d’un exemplaire de l’édition de 1848.

Franz Hahn, François Pétis de La Croix et ses Mille et Un Jours, Rodopi, Amsterdam-New-York, 2002, 189 p. Cet ouvrage est la publication d’une thèse de l’université de Zurich (1999).

Voir sur cet ouvrage les articles

de Christelle Bahier-Porte, in Féeries, 2|2005, p.302-306 

de Christophe Balay, in French Studies, 2005, vol.59-3, p.402-403

François Pétis de la Croix, Les Mille et un jours, contes persans, texte établi, avec une introduction, des notices, une bibliographie, des jugements et une chronologie par Paul Sebbag, Phébus, Paris, 2003, 670 p.  Réédition d’un ouvrage paru en 1981 chez Bourgois.

Voir sur cette édition critique  l’article de Katia Zakaria, in Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 103-104 (juin 2004),


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

3 réflexions sur « Les Mille et un jours »

  1. … « Comme le fait remarqué malicieusement Pétis de La Croix lui-même, »…
    ou : comme le fait remarqueR ? ☺☺ ☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.