Épaminondas : petit inventaire à la Prévert

L’autre jour, je ne sais plus pourquoi, lors d’une conversation avec des collègues, le nom Épaminondas a été prononcé. Il évoquait vaguement pour moi un général grec dont je ne savais plus trop s’il était mythologique ou bien réel. Une rapide recherche sur internet me rappela qu’il s’agit d’un général thébain ayant vécu entre 418 et 362 avant l’ère commune qui libéra sa cité du joug spartiate et assura pour un temps l’hégémonie thébaine en Grèce(1). Sa mort à la bataille de Mantinée a constitué un thème classique des artistes des siècles passés(2).

Cependant d’autres résultats de ma recherche initiale me renvoient à un conte pour enfant : Épaminondas et sa marraine(3). L’histoire se déroule dans le Sud des États-Unis(4) et le héros en est un petit enfant noir qui, quoique très obéissant et appliqué, commet bien des bêtises en adaptant de façon inadéquate à une situation présente les recommandations qui lui avait été faites pour une situation précédente(5). C’est qu’il ne faut pas obéir sans réfléchir(6).

D’où ce personnage tient-il ce prénom surprenant dans un milieu de descendants d’esclaves qui ne sont vraisemblablement pas très au fait de l’histoire antique ? Il me faut introduire ici une comparaison avec ce qui s’est passé dans les Antilles françaises lors des abolitions de l’esclavage en 1794 et en 1848.

Le suffrage universel (masculin) implique l’attribution de patronymes à ces nouveaux libres qui ne possèdent que prénoms et matricules. La plupart sont analphabètes. Peu connaissent leur âge véritable. Fantaisistes et mesquins, quelques dizaines de secrétaires de mairie se lancent alors dans l’oeuvre de leur vie: donner des noms à ces nouveaux citoyens qu’ils ont toujours méprisés. L’entreprise se révèle souvent poétique, parfois vulgaire, volontiers astucieuse. Les patronymes des généalogies sont alors définitivement fixés : noms d’arbres (Bananier, Pommier, Manguier) de fleurs, d’oiseaux, (Aigle, Corbeau, etc.), exploitation d’une page du dictionnaire (Châtaigne, Chalumeau, etc.), noms de personnages illustres (Darius, Epaminondas, Charlemagne), anagrammes (Etilagé pour égalité, variante augmentée d’un suffixe avec Gatibelza, variante diminuée avec Galita, Etrebil pour liberté), insultes créoles à caractère sexuel, noms de lieux (Bordelais, Nankin, Anduze), surnoms, prénoms, noms africains réels ou fictifs, etc.(7)

Épaminondas fait ainsi partie d’une  série de noms de personnages de l’Antiquité gréco-latine qui donnent un éclairage sur  la personnalité  d’officiers d’état civil et sur l’influence l’enseignement classique à cette époque. Voir par exemple M. de Saint Cyr, qui inscrivit les nouveaux libres de Morne-à-l’eau en Guadeloupe sous les noms d’Alcibiade, Tacite, ou Archimède(8).  Il s’agit là de patronymes, mais certains ont pu être réutilisés comme prénoms aux générations suivantes, et c’est ainsi qu’un des premiers romans haïtiens s’intitule Thémistocle-Epaminondas Labasterre(9). La situation fut-elle la même aux États-Unis pour les anciens esclaves des États du Sud. ? Je serais tenté de le penser, même si je n’en ai pas la preuve formelle.

Pour conclure cet inventaire regroupant un général grec, un conte pour enfants, des questions d’anthroponymie et un roman haïtien, je voudrais signaler un jeu inventé en 1963 par Robert Abbott, où un pion peut se déplacer seul d’une case, mais où il peut aussi se déplacer en phalange, technique justement créée par le fameux stratège thébain(10).

_______________________________________

(1) Voir l’article de Wikipedia et son abondante bibliographie. Plusieurs biographies de ce personnage ont été écrites dès l’Antiquité. Si celle de Plutarque est perdue, celle de Cornelius Nepos est accessible Nimispauci. Pour les Temps modernes, voir l’ouvrage de l’abbé Séran de La Tour, Histoire de Scipion l’Africain et d’Epaminondas : pour servir de suite aux Hommes illustres de Plutarque, paru en 1752 et disponible sur Google livres. Enfin, vous trouverez de nombreuses anecdotes dans l’Encyclopediana ou Dictionnaire encyclopédique des ana parue en 1791 chez Panckoucke et consultable sur Gallica ou Google livres.

(2) Voir la base Joconde pour les sculptures de David d’Angers (premier grand Prix de Rome, 1811), d’Ambroise René Maréchal et de Louis Schweigheouser et le tableau de Laurent Pécheux. Une gravure d’Eugène Marc représentant la sculpture de David d’Angers est visible sur le site de la bibliothèque numérique de l’INHA. Le tableau d’Isaak Walraven est visible notamment sur Flickr, un dessin à l’encre Bartolomeo Pinelli dans un article de La tribune de l’art et les restes de la sculpture de Jean-Louis Van Geel, qui obtint le deuxième Prix de Rome derrière David d’Angers en 1811 sur Flickr encore. Peut-être ferai-je une chronique spécifiquet sur ce thème qui me semble plutôt riche.

(3) Ce conte de Sara Cone Bryant, immortel auteur de Souricettea été publié en 1907 avec des illustrations d’Inez Hogan et adapté en français en 1997 par Odile Weulersse pour les éditions du Pères Castor. Ces deux versions sont accessibles sur internet, la première sur les sites Fée Clochette et Notre enfant, la seconde parmi les Petits contes au coin du feu.

(4) Odile Weulersse transpose l’histoire en Afrique.

(5) Ce syndrome d’Epimondas – l’expression est de l’archiviste Marie-Anne Chabin dans Je pense donc j’archive : l’archive dans la société de l’information – a donné de quoi réfléchir à la psychanalyste Geneviève Cloutour-Monribot dans un article publié le 14 décembre 2011 sur Uforca.

(6)  Telle est la morale de l’histoire selon le sorcier consulté par Epaminondas dans la version d’Odile Weulersse.

(7) Cf. la page consacrée par l’Académie de Reims aux abolitions françaises de l’esclavage.

(8) Cf. Gérard Lafleur. « Le nom patronymique en Guadeloupe », in Généalogie et Histoire de la Caraïbe, numéro 32, novembre 1991, p. 426. cet article à suscité quelques commentaires du R. P. Maurice Barbotin dans Généalogie et Histoire de la Caraïbe, numéro 35, février 1992, p. 519.

(9) Frédéric Marcelin. Thémistocle Épaminondas Labasterre, Paris : P. Ollendorff / Société d’éditions littéraires et artistiques, 1901. Rééditions Port-au-Prince: Éditions Fardin, 1976, 1982, 1999 ; Port-au-Prince: Presses Nationales d’Haïti, 2005. Voir une brève présentation dans la Bibliothèque insulaire de Jacques Bayle et une bibliographie des ouvrages de cet auteur sur Potomitan, site de promotion des cultures et des langues créoles.

(10) Voir Wikipedia, l’incontournable JeuxSoc consacré aux jeux de sociétés ou La diagonale du fou, site plus spécifiquement consacré aux variantes des dames et des échecs.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *