Un ami de Rousseau… et de Voltaire : Paul-Claude Moultou

Dans une chronique de G. Lenôtre intitulé Le fils de Rousseau, j’ai pu lire dernièrement le passage suivant :

[…] Thiébaut de Berneaud, l’auteur d’un Voyage à l’île des Peupliers, indiquait, en 1826, une autre piste qui semblait assez sérieuse, car elle avait pour point de départ un souvenir personnel difficile à mettre en doute : « Ma mère, dit-il, était connue par son enthousiasme pour Rousseau. En 1790, un jeune homme nouvellement arrivé dans le département des Vosges, où elle était fixée, se présenta à elle comme étant le fils du philosophe. Il déclara qu’il portait sur une épaule et au talon un signe que son père y avait imprimé avant de le mettre aux Enfants-Trouvés et que le secret de sa naissance lui avait été révélé à Genève par M. Moultou, l’ami le plus fidèle de Jean-Jacques. Son intention était de se rendre à Paris et de se faire reconnaître par l’Assemblée nationale : il était, en effet, porteur de lettres de recommandation de M. Moultou dans lesquelles étaient attestés les faits qu’il avançait. […] »

Les spécialistes de l’œuvre de Rousseau connaissent de longue date Paul-Claude Moultou (Montpellier, 1731 – Coinsins, 1787), pasteur protestant qui réussit l’exploit d’être à la fois l’ami du philosophe genevois et du patriarche de Ferney(1). Comme je ne fait pas partie de cette illustre corporation, j’ai récolté quelques informations sur le sujet.

Je n’ai malheureusement pas pu consulter en ligne l’ouvrage de Francis De Crue de Stoutz, L’ami de Rousseau et des Necker paru 1926(2) et la notice du Dictionnaire historique de la Suisse. est bien succincte. Quant à l’introduction que son arrière-petit-fils donne à la publication de la correspondance de Jean-Jacques Rousseau(3), elle trace de son aïeul un portrait  marqué par la piété filiale. Il n’en est pas moins intéressant. En voici quelques extraits, le texte complet étant accessible sur Archive.org, Online books et  Wikisource :

M. Moultou était originaire de Montpellier. Son père, qui appartenait à la religion réformée, se trouvant enveloppé dans les nouvelles persécutions dont les protestants eurent à souffrir sous le règne de Louis XV, l’emmena de sa ville natale, et le conduisit à Genève, où il fut élevé. Il s’y voua au saint ministère, et devint bientôt un des meilleurs citoyens de sa patrie adoptive. La liaison de Rousseau avec Moultou remonte, comme on peut le voir dans les Confessions, à l’époque d’un voyage que le premier fit à Genève en 1755 ; c’est à ce moment aussi qu’ils commencèrent à s’écrire ; leur correspondance fut dès lors des plus suivies, et ne cessa que bien des années plus tard, lorsqu’une hypocondrie profonde fit négliger à Rousseau les personnes mêmes qui lui étaient le plus dévouées. Les lettres que celui- ci adressait à Moultou, et qui font partie de la Correspondance dans les éditions des œuvres de Jean-Jacques, prouvent assez, par leur nombre et par l’importance des matières qui y sont traitées, la haute estime et la confiance sans bornes que le philosophe avait pour le ministre genevois.

[…]

Lors des troubles que la condamnation de l’Emile suscita à Genève, Moultou fut un des plus ardents défenseurs de Rousseau. Secondé par le professeur Jala-bert et par le colonel Charles Pictet, il chercha à agir sur le Conseil par tous les moyens que lui suggéra son attachement pour Jean-Jacques, afin de prévenir l’arrêt injuste qui condamnait au bûcher le livre de son ami. Tous ses efforts furent inutiles, et cet arrêt, dont il ne prévoyait que trop les funestes conséquences, ne tarda pas à être prononcé.

[…]

Peu de semaines seulement avant la mort de Rousseau, Moultou devint possesseur des manuscrits que le philosophe lui avait dès longtemps destinés. Le plus important de tous ces manuscrits, alors inédits était celui des Confessions, le même qui servit pour la première édition qu’on fit de ce livre fameux, et qui, depuis ce moment, a toujours été soigneusement conservé par les descendants de M. Moultou.

[…]

J’ai déjà parlé plus haut des relations simultanées qu’eut Moultou avec Rousseau et avec Voltaire. Les deux noms célèbres que je viens de prononcer me justi-fieront si, dans l’esquisse que je fais de la vie de mon arrière-grand-père, je reviens avec quelques détails sur les rapports de ce dernier avec le patriarche de Ferney. Le rapprochement de ces deux hommes eut un but entièrement philanthropique : ce fut la défense des protestants du midi de la France, alors injustement et cruellement persécutés. Le triste état dans lequel ils se trouvaient depuis la révocation de l’édit de Nantes leur avait attiré une sympathie presque universelle, et avait fini par leur créer de nombreux et de puissants amis. Voltaire, entre autres, venait d’élever sa voix en leur faveur ; ce fait, et le désir de travailler à la délivrance de ses coréligionnaires, lièrent Moutltou avec le philosophe, qui ne tarda pas à être captivé par les qualités aimables et par la vivacité d’esprit du prédicateur protestant.

La correspondance encore inédite de Voltaire et de Moultou serait digne, à bien des égards, d’être publiée.

[…]

Rousseau connaissait les motifs qui rapprochaient son ami du philosophe de Ferney ; il sut les apprécier et jamais il ne témoigna aucun déplaisir de cette liai-son. Ce qui le prouve, c’est que, deux jours après lui avoir remis ses manuscrits, Rousseau demandait à Moultou, qui le quittait :

« Où allez-vous, mon cher, finir votre matinée ?

— Chez Voltaire, lui répondit Moultou.

— Que vous êtes heureux, lui répliqua Rousseau, vous allez passer d’agréables moments*! »

Je ne saurais mieux faire, pour terminer ce que j’avais à dire sur M. Monltou, que d’emprunter encore les quelques lignes suivantes à un écrit de son fils, que celui-ci destinait à la publicité, mais qui, par diffé-rentes raisons, n’a jamais vu le jour : « Mon père a beaucoup fait pour la gloire des autres et peu pour la sienne. Sa plus grande ambition a toujours été de faire triompher la vérité. Il fut un des plus ardents défenseurs de sa patrie adoptive ; il y fut estimé de ceux dont il combattait les opinions, et aimé de ceux dont il défendait les droits. Il captiva, par l’élévation de son âme et par la bonté de son cœur, l’amitié de Rousseau, et, par les charmes de son esprit, celle de Voltaire. L’un et l’autre avaient su lire dans le cœur de mon père, et ils y avaient trouvé cette philanthropie qui lie les hommes et qui attache pour jamais à celui qui la possède. J’ai la douce conviction que mon père, avec une modestie bien remarquable dans un siècle d’orgueil, a fait faire un premier pas aux principes de tolérance qui existent actuellement dans une grande partie de l’Europe, sa correspondance, que j’ai sous les yeux, avec Rousseau, Voltaire, Montesquieu, l’abbé Raynal, Malesherbes, la duchesse d’Enville, Necker, Slaahope, son parent de Montclar, Delisle, Victor de Bonsteten, Vilvielle, le prince Eugène, Louis de Wurtemberg, etc. , m’assure que, s’il est mort sur cette terre par le fait de sa modestie, il vil là où il voulait vivre.»

« Je devais faire connaître au public celui dont les vertus captivèrent si fortement l’amitié d’Abauzit, de Rousseau et de Voltaire. »

M. Moultou ne survécut que peu à ses illustres amis. Sa mort prématurée empêcha qu’il ne fît connaître au public les écrits de Rousseau, dont il était le dé- positaire, et, après lui, son fils aîné ne s’occupa que de la publication des Confessions. Presque immédiatement après cette époque éclata en France la tourmente révolulionnaire de 89 ; les contre-coups inévitables qu’en ressentit Genève amenèrent dans la plupart des familles de cette ville une perturbation assez violente pour changer momentanément le cours de leurs occupations et la nature de leurs intérêts : ces événements firent oublier les manuscrits de Jean-Jacques, qui demeurèrent ensevelis au fond d’un tiroir pendant un temps assez considérable. Plus tard, M. G. Moultou eut un instant le projet de les publier, ainsi que la correspondance de Voltaire avec son père ; il fit, dans ce but, une préface dont j’ai emprunté le passage relatif au travail de Rousseau sur la Corse, et que j’ai placé, comme on le verra, en tête de ce travail. Cette publication fut encore arrêtée par un motif que j’ignore, et ce n’est que dernièrement, en parcourant avec un vif intérêt le portefeuille où se trouvaient renfermés les ouvrages inconnus jusqu’à ce jour du philosophe genevois, que je formai le projet d’en faire part au public et de compléter ainsi le recueil de ses œuvres.

Ce texte riche d’informations n’est pas pour autant exempt de quelques erreurs. Ainsi Moultou a-t-il survécut quand même neuf ans à ses illustres amis et il a eu le temps de s’occuper avec Pierre-Alexandre DuPeyrou et René-Louis Girardin de l’édition posthumes des œuvres de Rousseau, la Collection complete des oeuvres de J.J. Rousseau, citoyen de Geneve (Archive.org), parue entre 1780 et 1789. Celle ne s’est pas faite sans difficulté selon Raymond Birn(4).

La bibliothèque de Genève est détentrice de nombeux papiers de Paul Moultou (correspondances, notes, sermon) ainsi que des papiers de Jean-Jacques Rousseau dont Georges Streckeisen-Moultou lui a fait don(5). Parmi ces derniers, des lettres échangées entre le pasteur et le philosophe.

____________________________________________________________

(1) Certaine de ses lettres concernant ses visites à Ferney  figure de l’édition Besterman de la correspondance de Voltaire.et sont accessibles en ligne sur le site de The Voltaire Society of America.

(2) Francis De Crue de Stoutz, L’ami de Rousseau et des Necker : Paul Moultou à Paris en 1778. H. Champion, 1926. Sur cet ouvrage, je vous renvoie aux deux articles suivants :

 S. Etienne. « De Crue (Francis). L’ami de Rousseau et des Necker : Paul Moultou à Paris en 1778 », Revue belge de philologie et d’histoire, 1931, vol.10 n° 3,  p. 640. Disponible sur Persée.

Ernest Seillière. « L’éditeur des « Confessions » de Rousseau », Le Figaro. Supplément littéraire du dimanche, nouvelle série, n° 419, samedi 16 avril 1927. Disponible sur Gallica.

(3) Georges Streckeisen-Moultou. J.-J. Rousseau, ses amis et ses ennemis : correspondance  avec une introduction de M. Jules Levallois ; et une appréciation critique de M. Sainte-Beuve,… Paris : Michel-Lévy frères, 1865. 2 vol. ; in-8. D’après la notice de la BNF, l'”appréciation critique” de Sainte-Beuve est, en fait, l’étude sur Mme de Verdelin parue dans le Constitutionnel des 27 février et 6 mars 1865, et recueillie au T. IX des Nouveaux lundis. Cette notice est également accessible sur le site Valmorency.

(4) Raymond Birn. Les « Oeuvres complètes » de Rousseau sous l’Ancien Régime, Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, 1997, n° 41, p.231-264. Très partiellement visible sur Google livres.  

(5) Aubert Fernand, Catalogue des manuscrits de Jean-Jacques Rousseau qui se trouvent à Genève, Genève, 1938.  

 

 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.