Les trois maris de Sainte Anne, les sœurs de Marie et leur progéniture ou la Sainte Parenté de la Vierge

(Dernière mise à jour : 28 janvier 2016)

La Sainte Parenté ou la Sainte Parenté de Sainte Anne, entourage de Hans Leinberger
Sainte Parenté, anonyme

Lors de la visite de l’exposition Tours 1500, je suis tombé en arrêt devant un groupe sculpté venu de l’église de Baugy. Attribué à Michel Colomb et vandalisé lors des guerres de religion (ou de la Révolution, je ne me souviens plus bien), il représente une Sainte Parenté. Comme nous allons voir, tout autant que celui de Bücherwurm abordé dans une précédente chronique, un tel titre peut renvoyer à plusieurs représentations.

Il peut s’agir de représenter les trois personnes d’Anne, de Marie et de Jésus, sous une forme trinitaire et intergénérationnelle (Sainte Anne trinitaire, les Allemand utilisant pour ce type de sujet l’expression Anna Selbdritt). A ces trois personnages centraux peuvent s’ajouter, Joseph et Joachim, voire même le Père et le Saint Esprit.

Ce peut être aussi une représentation de Marie avec l’enfant Jésus (et parfois Joseph) accompagnée en outre de sa cousine Elisabeth et de Jean-Baptiste, représentation dont on chercherait en vain une évocation dans les évangiles canoniques, et qui est une extrapolation à partir de la fameuse rencontre entre Marie et Elisabeth, : les deux cousines avaient coutumes de se rendre visite, il y a tout lieu de penser que leurs enfants ont eu l’occasion de se rencontrer bien avant le baptême dans les eaux du Jourdain. On emploie alors le terme de Sainte Famille élargie, la Sainte Famille proprement dite ne comportant que Marie, Joseph et Jésus.

Cependant, il existe une autre forme de Sainte Parenté qui s’organise autour de Sainte Anne, qu’il s’agisse d’un arbre généalogique semblable à l’arbre de Jessé ou, comme précédemment, une scène familiale. C’est à ce dernier type de représentation qu’appartient le groupe scuplté de l’église de Baugy. Pendant qu’Anne s’entretient avec ses trois maris (Joachim, Cléophas et Salomas), ses trois filles s’occupent de leur progéniture respective. Marie Cléophas et Marie Salomé ont au total six garçons qui tous feront partie des disciples du Nazaréen, soit parmi les Douze – Jacques le Majeur,(1) Jacques le Mineur, Jean l’Evangéliste, Jude Thaddée, Simon le Zélote -, soit parmi les soixante-dix disciples mentionnés dans les Actes des apôtres (Joseph Barsabas)

A la parenté proche peuvent s’ajouter les cousins de Marie, Elisabeth et Eliud, et leur descendance, Jean le Baptiste et Emin, père de Servais.(2) Cela donne lieu à de grandes réunions familiales, comme dans le retable de la Parenté de sainte Anne d’Auderghem ou dans ce tableau de Jan Baeger :

Jan Baegert, Die heilige Sippe, Dortmund Museum für Kunst & Kulturgeschichte

C’est en Allemagne que fleurit le genre de la Sainte Parenté (en allemand : die heilige Sippe). Lucas Cranach l’Ancien y excelle comme le montre des exemples trouvés ici et de peintures ou de gravures, le sommet étant sans doute le retable de la Sainte Parenté dont Naïma Ghermani fait une analyse dans sa thèse soutenue en 2004 à l’université Lumière Lyon 2. Je vous en donne ce passage, particulièrement éclairant sur l’origine du genre(3) :

Lucas Cranach l’Ancien, Heilige Sippe, 1509, Städelsches Kunstinstitut, Frankfurt

[…] Le tableau renouvelle un thème récent, mais très populaire depuis la vision de Sainte Colette en 1406, celui d’une parenté du Christ non plus davidique, éloignée et complexe 184 mais une plus immédiate centrée autour de Sainte Anne et de ses trois maris et qui puisait dans des Evangiles apocryphes du IIIe siècle (notamment le Protoévangile de Jacques) popularisés par la Légende dorée au XIIIe siècle. Deux groupes de personnes se dessinent selon les conventions iconographiques du retable : dans le panneau principal et au centre de celui-ci, les personnages saints articulés autour du corps du Christ-enfant et les spectateurs : au centre, la Vierge, Sainte Anne et l’enfant, selon les représentations d’Anna Selbdritt très courantes depuis le XVe siècle. Au dessus, les trois maris de sainte Anne (Joachim, père de la Vierge, Cléophas et Salomas) qui, accoudés sur une galerie surélevée, commentent d’après leur gestuelle la scène qui se déroule plus bas. Cette hiérarchie des espaces et des personnages en fonction de leur proximité généalogique au Christ se reproduit sur les panneaux latéraux, espaces dévolus aux donateurs, et délimite les espaces sacrés. 185

Si le culte de la grand-mère du Christ est particulièrement développé en Allemagne et notamment en Saxe, ce dernier connaît des variations et des développements autour des « trois Marie » qu’Anne aurait eu de trois mariages et surtout de ses trois époux. Depuis les XIV-XVe siècles hagiographies et iconographies brodent autour de ces deux triades qui révèlent l’intérêt pour la vie terrestre du Christ et son incarnation. En outre, l’extension du culte d’Anne est propulsée le concile de Bâle, (1431-1437) qui confère à la mère de la Vierge un rôle et une participation prépondérante dans la nature de la première âme rachetée et la matrice de la nouvelle Alliance. 186  […]

Je m’interroge sur les motivations réelles et la mentalités des créateurs de cette légende chrétienne au IIIe siècle, et de ceux qui l’ont réactivée et propagée à partir du XIIIe siècle avec la Légende Dorée, puis sainte Colette(4) jusqu’à la réforme tridentine et des personnes plus tardives comme Anne Catherine Emmerich. Un tel motif  ne renvoie-t-il pas à une conception inattendue de la première communauté chrétienne, celle d’un groupe soudé autour d’un fort noyau familial qui semble à l’opposé de l’ouverture que suppose le message universel christique et de certains passages des évangiles canoniques ? Est-ce parce que la Nouvelle Alliance ne pouvait reposer en premier lieu que sur une famille, comme celles successives de Noé et d’Abraham ? Veut-on donner à Jésus des « frères et sœurs » qui ne soient pas nés de Marie ni même de Joseph, mais seraient en fait des cousins, des membre de la parenté proche, conformément à la théorie hiéronymienne soutenue par l’Eglise catholique  ? Faut-il y voir une symbolique liée aux nombres ? Anne serait alors associée à 1, ses maris et sa triple descendance à 3, ses petits-enfants à 7 – et parmi ceux-ci, Jésus à 1, les fils de Marie Salomé à 2 et ceux de Marie Cléophas à 4, chaque chiffre étant le double du précédent… il y a de quoi élucubrer longtemps sur le sujet !

Toujours est-il que les chrétiens y ont cru et dans la société de la fin du Moyen-Age et de la première Renaissance, malheur à ceux qui osent en douter. Tel est le cas de Lefèbvre d’Etaples lorsqu’il publie en 1518 un opuscule dans lequel il met non seulement en doute l’existence de Marie Madeleine, dont il estime qu’elle résulte de la synthèse de trois personnes nommées Marie, mais il affirme en outre qu’Anne n’a eu qu’un seul mari, Joachim, et une seule fille, la Vierge. Pour ces affirmations contraires à la traditions, il ne tardera pas à être taxer d’hérésie.(5) Il en sera de même pour Henri Corneille Agrippa qui soutient ces vues concernant les maris et les filles d’Anne.(6)

Pour finir, voici un tableau généalogique tentant de restituer la parenté d’Anne. Il s’agit pour l’essentiel de la traduction d’un tableau trouvé à l’article “Heilige Sippe” du Heiligenlexikon.

Notez que les noms des personnes peuvent varier sensiblement d’un auteur à l’autre et que d’autres documents existent sur internet, souvent contradictoires. Voir par exemple sur le site  Qui était Anne Catherine Emerich ?

Plus d’informations sur ce sujet :

Plus d’œuvres artistique :

________________________________________________

(1) Au sujet de ce dernier en particulier et de la Sainte Parenté en générale, voir le chapitre 50 de l’Histoire du Hainaut de Jacques de Guyse disponible sur Google livres.

(2) Avec ce Servais, Servan, Servatius, nous sommes confrontés à un cas similaire à celui de saint Saturnin, à savoir un évêque des IIIe-IVe siècle identifié à un personnage de l’entourage proche de Jésus. Sur sa vie et sa légende :

  • André Du Val. Les nouvelles fleurs des vies des saints, et festes de l’année, par un solitaire, tome 1. Lyon : Veuve de C. Carteron, 1720. Disponible sur Google livres.
  • L. Campion. S. Servatius, évêque de Tongres, patron de Saint-Servan, in  Annales de Bretagne, 1903, vol.19  n° 3, p. 321-363, en ligne sur Persée.

(3) Naïma Ghermani. Construire le corps du prince : formes symboliques et pratiques politiques dans l’Allemagne du XVIe siècle.  Université Lumière Lyon 2, 2004. Voir : Chapitre 2. La figure du donateur : le portrait dans l’image pieuse.  A. Les retables saxons : la figure cachée du prince

(4) Dans une de ses visions, elle vit sainte Anne revêtue d’une gloire incomparable et entourée de sa sainte postérité, et elle entendit ces paroles : “il est vrai que j’ai eu trois maris : mais ma postérité a enrichi des plus précieux ornements l’Eglise triomphante et l’Eglise militante”…

(5) De Maria Magdalena, triduo Christi et ex tribus una Maria discep tatio, cum epistola J. Chchtovei ad Fr. Molinum (Paris, 1518, in-4°). Version corrigée d’un opuscule paru en 1517. Sur les travaux exégétiques de Lefèbvre d’Etaples, voir l’article de Victor Carrière : Libre examen et tradition chez les exégètes de la Préréforme (1517-1521) , in Revue d’histoire de l’Église de France , 1944,   vol.   30   n°   117, p. 39-53, en ligne sur Persée.

(6) Vous trouverez le récit de ses démêlés dans les ouvrages suivants :

  • Pierre Bayle. Dictionnaire historique et critique, tome 1. 3e éd. Rotterdam : P. Brunel, 1740. Disponible sur Google livres.
  • Louis Ellies Du Pin. Nouvelle bibliotheque des auteurs ecclesiastiques […], vol. 14. Paris : Andé Pralard, 1703. Disponible sur Google livres.
  • Louis Moreri. Le Grand dictionnaire historique […], tome 1. Paris : Jacques Vincent, 1732. Disponible sur Google livres.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.