Saint Saturnin, le premier disciple

A l’entrée de l’excellente exposition Tours 1500 qui s’achève ce dimanche, j’ai pu admirer trois tapisseries relatant des épisodes de la vie de saint Saturnin. Il y en avait sept ou huit à l’origine. Celles qui subsistent évoquent :

la vocation de Saturnin quand Jean Baptiste déclare dans un superbe phylactère (en latin, mais je donne la traduction) : “Moi je vous baptise dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’esprit saint” ;

les adieux de saint Pierre et de saint Saturnin ;

le martyre du saint en trois étapes, deux en arrière plan avec Saturnin qui chasse le démon, puis qui refuse de sacrifier un taureau dans un temple païen, et la dernière en avant-plan, avec le saint tiré par un taureau dévalant les marches du Capitole sur lequel éclate sa tête et son cerveau.

Le nom de ce personnage n’évoquait rien pour moi, si ce n’est certain caneton bavard de mon enfance gaullienne et pompidoulienne. Quant à le situer dans l’histoire du christianisme, j’ignorait complètement qu’il fut un disciple de Jean-Baptiste, avant de devenir celui de Jésus, très précisément son premier disciple, celui qui garde sa tunique lors du baptême dans le Jourdain.

J’avoue que le début du récit de sa vie telle qu’elle nous est dépeinte dans le tome XIII des Petits Bollandistes(1) me font un peu douter l’historicité ce personnage de même que son appartenance aux soixante-douze disciples de Jésus :

Saint Saturnin, premier évêque de Toulouse, était fils d’Egée, roi d’Achaïe, en Grèce, et de Cassandre, femme de race arabe et fille de Ptolémée, roi des Ninivites.

Ne trouvez-vous pas cette généalogie un peu surprenante ? En fait, il semble qu’a été plaqué sur le personnage historique d’un martyre du milieu du IIIe siècle une vie inventée pour donner à Toulouse une place éminente en faisant de son premier évêque un membre de la toute première communauté chrétienne. Peut-être s’agissait aussi de montrer que dès l’origine le message du Christ ne s’adressait pas seulement aux Juifs, mais aussi aux Gentils dont Saturnin est un parfait représentant par sa double origine.

De quand daterait cette légende  ? Voici ce que j’ai pu trouvé sur le site des Jacobins de Toulouse où sont présentées les tapisseries exposées actuellement à Tours :

La tenture relate l’histoire de saint Saturnin (appelé aussi Sernin), premier évêque de Toulouse, martyrisé en 250. Les premiers éléments écrits connus(2) concernant sa vie remontent au milieu du Ve siècle et se font l’écho d’un culte déjà ancien : Saturnin, chef de l’Église chrétienne de Toulouse refuse de sacrifier aux idoles devant le capitole de la cité ; pour son martyre, il est attaché à la queue du taureau prévu pour le sacrifice païen. Au milieu du IXe siècle, l’hagiographie du saint s’amplifie : non plus disciple des Apôtres mais du Christ, il part évangéliser l’Aquitaine mais aussi le Nord de l’Espagne. Au XIe siècle, sa légende est fixée définitivement, avec tous les miracles qui lui sont attribués. Saturnin assiste au baptême du Christ dont il garde la tunique au bord du Jourdain. Ayant reçu le Saint- Esprit en même temps que les Apôtres le jour de la Pentecôte, il suit saint Pierre à Rome qui lui donne la mission d’évangéliser la Gaule. À Toulouse, il guérit la fille du gouverneur romain Antonius qui était lépreuse, en la plongeant dans la piscine baptismale.

En 1516, une nouvelle compilation, due à Nicolas Bertrand est imprimée […]

C’est en 1525 que Jacques de Beaune, baron de Semblançay et Surintendant des finances du roi, passe commande des tapisseries pour l’église Saint Saturnin de Tours. Sans doute ne les vit-il jamais, son royal employeur et débiteur l’ayant envoyé se faire pendre au gibet de Montfaucon en août 1527.

Finalement, peu importe que Saturnin ait été réellement ou non le premier disciple du Galiléen, ou même qu’il ait ou non existé. Seul compte le fait que les chrétiens y aient cru pendant des siècles avec les conséquences que cela a pu avoir sur l’expression artistique  religieuse.

 ___________________________________________________

 (1) Autres sources sur saint Saturnin :

Pedro de Ribadeneyra. Les nouvelles fleurs des vies des Saints. Volume 2. Lyon : chez Jean & Claude Carterton, 1680 >> Google livres

Jean Durand. Les caractères des Saints pour tous les jours de l’année. Rouen : chez Eustache Viret, 1728 >> Google livres

(2) Il s”agit notamment de la Passio sancti Saturnini. Cf.  Wikipédia.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.