Le Lotus bleu et les points cardinaux

Voici une case de la page 3 du Lotus bleu de Hergé :

Tout juste arrivé de Shanghai, le malheureux émissaire des Fils du Dragon vient d’être atteint par une flèche empoisonnée. Il danse et chante(1) en proférant des propos incohérents. Il semble avoir perdu le nord ! Pourtant, si je lis de plus près les paroles qui accompagnent sa gigue effrénée, je m’aperçois qu’elles correspondent aux quatre points cardinaux dans l’ordre où ils sont donnés traditionnellement en Chine(2) :

东西南北

dōng xī nán běi

est ouest sud nord

Il faut cependant préciser que les points cardinaux chinois sont au nombre de cinq, le dernier, mais non le moindre, étant le centre qui intervient déjà dans le nom de la Chine :

东西南北中

dōng xī nán běi zhōng

est ouest sud nord centre

Voir à ce propos cet extrait de l’ouvrage de Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie :

[…] Le syntagme chinois de fang n’est qu’imparfaitement rendu par « direction » ou « point cardinal ». Il signifie aussi bien le « lieu », la  « région », que le « côté », le « carré ». et plus généralement toute « figure géométrique quadrangulaire ». Il s’agit d’une étendue ouverte plutôt que d’un point fixe, néanmoins intégrable dans la géométrie. Cette conception en « aire » et non en « point », distincte de la tradition européenne, permet d’intégrer le « centre » aux quatre points cardinaux habituels, car ce centre ne peut cosmologiquement être réduit à un point et doit être considéré comme un espace, celui de l’empereur, celui de l’empire de Chine.  

Le syntagme chinois wufang, soit « cinq régions », ou bien « cinq orients » au sens d’orientation. désigne la totalité de l’univers, l’ensemble de la Terre, le carré, le « Grand Carrés » et, dans une acceptation géopolitique, l’« empire », c’est à dire la Chine elle-même. Son énumération se fait dans l’ordre suivant : Est, Ouest, Sud, Nord, Centre (dong, xi, nan, bei, zhong). Dans la tradition chinoise classique, les wufang sont  intégrés dans des séries complexes de symboles qui associent l’espace avec divers éléments : les météores, les couleurs, le corps humain, les montagnes, les notes, etc.

Cette fameuse théorie des « cinq éléments », ou mieux, des « cinq agents » (wuxing), articule la pensée et la métagéographie chinoises […](3)

L’absence du cinquième fang dans les paroles du dément ne désigne-t-il pas en creux le territoire futur des aventures de Tintin : la Chine, cet « empire ou pays du milieu » (zhongguo) ? Une chose est sûre : il faut relire Le Lotus bleu comme une introduction à la civilisation chinoise. Voici quelques pistes.

Pour apprendre le chinois en lisant  Le Lotus bleu.

Sur Moulinsard. La vie de château où vous découvrirez le sens de plusieurs inscriptions qui apparaissent au fil des pages. De nombreuses traductions vous sont aussi proposées sur A la découverte de Tintin. Il n’est pas inintéressant non plus de découvrir quelques extraits de traductions du Lotus bleu en chinois sur Ramou.

Voir aussi Patrick Mérand, Li Xiaohan. Le Lotus bleu décrypté. Saint-Maur : Sépia, 2009

Pour en savoir plus sur Le Lotus bleu.

Outre l’article de Wikipédia, Le monde de Tintin et les archives Tintin des éditions Atlas, j’ai repérés les références bibliographiques suivantes que je compte bien consulter prochainement  :

  • Jean-Michel Coblence (photagraphie : Yves Gellie), « Shanghai : le réveil du dragon », dans Tintin, grand voyageur du siècle,  numéro thématique de Géo.Hors-série, n° 1H, novembre 2000, p. 108-119
  • Pierre Fresnault Deruelle. Les mystères du Lotus bleu. Bruxelles : Moulinsart, 2006
  • Léon Vandermeersch, « L’empire du milieu », dans Tintin au pays des philosophes, numéro thématique de Philosophie Magazine.Hors-série, 8H, septembre 2010, p. 24-27

Voir aussi Shanghai et le dispositif du Lotus Bleu, une analyse du « Lotus Bleu » au prisme des concepts de Michel Foucault par Urbain, trop urbain visible aussi sur Dailymotion.

 _______________________________

(1) Ce chant ne figure pas dans la version initiale parue dans Le Petit Vingtième.

lotus-bleu-2(2) La transcription toung si nan pei donnée par Hergé (ou par Tchang Tchong-Jen dont on connait le rôle dans la genèse de cet album) est celle de l’Ecole Française d’Extrême-Orient.

(3) Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient : l’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard, 2012, p.55-56.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *