Napoléon (7) Uchronies orientales

Et si je revenais à un de mes sujets de prédilection : le triste sire qui nous tint lieu d’empereur. Il est vrai qu’avant de se faire sacrer à Notre Dame, Bonaparte fut Premier Consul et, avant cela encore, général victorieux de la Révolution. Victorieux, vraiment ? Parmi ses campagnes, celle d’Egypte conduit aux atrocités de Jaffa et à l’échec devant Saint-Jean-d’Acre de sorte que, malgré sa victoire à la bataille terrestre d’Aboukir, le général Bonaparte juge préférable de regagner la France, abandonnant au général Kléber le soin de tenir le pays avec une armée épuisée. Bref, le bilan de la campagne d’Egypte n’est pas, finalement, des plus reluisants pour le petit caporal.

Certes l’Institut d’Égypte est créé ainsi qu’une une revue scientifique, la Décade égyptienne, et l‘égyptologie et l’égyptomanie vont se développer avec la redécouverte de la civilisation pharaonique dans le sillage des travaux de Champollion et de Vivant Denon. Cependant, celui qui entretemps s’est proclamé empereur et a ravagé l’Europe d’Austerlitz à Moscou, garde au soir de sa vie le souvenir de ce fiasco militaire, alors qu’il nourrissait les ambitions d’Alexandre :

Saint-Jean-d’Acre lui ouvrirait les portes de la Perse, puis de l’Inde où il joindrait ses forces à celles Tippoo Sahib, un prince indien en rébellion contre les Anglais. Un message adressé par lui à Tippoo Sahib intercepté par les services britanniques avait d’ailleurs jeté l’alarme dans leur camp. Cette lettre les inquiétait d’autant plus qu’un de leurs agents à Francfort avait su, par les indiscrétions d’un Français, un certain Foujas de Saint-Fond, que l’expédition de Bonaparte consistait, « après avoir pris possession de certaines parties de l’Égypte, à poursuivre par l’Arabie, vers la Perse et l’Indus, à travers le fleuve, à peu près à l’endroit où Alexandre l’avait passé, et ensuite à avancer vers les possessions britanniques »

[…]

Il reviendra sur ce rêve fracassé, à Sainte-Hélène, confiant à Las Cases : « Saint-Jean-d’Acre enlevé, l’armée française volait à Damas et à Alep. Elle eût été en un clin d’oeil sur l’Euphrate… J’aurais atteint Constantinople et les Indes, j’eusse changé la face du monde. » Malheureusement, Saint-Jean-d’Acre, par sa résistance, stoppe ce rêve : « Un grain de sable arrêta ma destinée. »(1)

Ces rêves orientaux ont nourris les œuvres des auteurs d’uchronies depuis la chute de l’Empire, à commencer par Joseph Méry, auteur de la deuxième uchronie napoléonienne connue(2). Il s’agit d’une nouvelle  intitulée « Histoire de ce qui n’est pas arrivé », récit de la conquête de l’Orient par Bonaparte après la chute de la tour maudite de Saint-Jean-d’Acre, publiée initialement dans Les Nuits d’Orient : contes nocturnes en 1854(3).

Parue entre 2006 et 2009, la série Empire de Jean-Pierre Pécau et Igor Kordey appartient à cette tradition uchronique, puisqu’elle décrit un monde où, victorieux à Saint Jean D’Acre, Bonaparte a conquis l’Empire Ottoman et s’est lancé à la conquête des Indes. En 1815, alors que les Anglais enregistrent leurs premiers succès, les espions français Saint-Elme et Charles Nodier partent à la recherche du général fantôme responsable de ces désastres. Ils trouveront sur leur route Lady Shelley et une mystérieuse machine à cartes perforées…

L’épisode égyptien imprègne le monde de « L’Apopis républicain », nouvelle d’Ugo Bellagamba,

qui décrit la découverte sur Titan d’un observatoire que certains croient d’origine divine et d’autres de facture extraterrestre. Mais les Francs-Maçons prévoient de renverser Cyprien II Bonaparte et de tuer son fils, l’Aiglon, chef de l’expédition vers le satellite de Saturne dans cet univers où la religion égyptienne a permis à la dynastie napoléonienne de garder le pouvoir(4).

Appartient également à ces uchronies orientales la création supposée d’un foyer juif par le général Bonaparte plus de cent ans avant Lord Balfour. A l’origine de cette légende incertaine, une déclaration dont il serait soi-disant l’auteur, mentionnée dans le Moniteur Universel de Paris, à la date du 22 mai 1799, dans laquelle il invite tous les juifs de l’Asie et de l’Afrique à se ranger sous sa bannière en vue de rétablir l’ancienne Jérusalem. Des doutes  demeurent cependant sur le véritable auteur de ce texte dont une copie en allemand a été redécouverte en 1940. Je vous renvoie sur ce sujet à l’article de  Renée Neher-Bernheim(5).

__________

(1) Jean-Marie Rouart. Napoléon ou la destinée. Gallimard, 2012. Cité par Le Point.

(2) La première étant celle de Louis-Napoléon Geoffroy dont je vous ai déjà dit un mot dans une précédente chronique

(3) Cet ouvrage est disponible sur Gallica. L’édition de 1859 se trouve sur Gallica et Google. Récemment, la nouvelle a été rééditée sous format électronique par publie.net avec une préface de Philippe Ethuin. Fondateur du site ArchéoSF, chroniqueur à la revue Galaxies Science-Fiction et au site ActuSF et contributeur au site BDFI, ce dernier s’intéresse particulièrement à l’anticipation ancienne et à la littérature populaire : collaborateur de la revue Le Rocambole, membre de l’Association des Amis du Roman Populaire et administrateur du forum À propos de littérature populaire (cf. le site Babelio)

(4) Cf. Pierre-Paul Durastanti. La nouvelle a été initialement publiée dans Aventures Lointaines avant de paraître dans La cité du soleil et autres récits héliotropes.

(5) Cf. Renée Neher-Bernheim. « Bonaparte en Orient », in L’Arche, n° 153, novembre-décembre 2009. Disponible sur le site Israël vivra.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.