Oulipien par anticipation (3)

Voici deux textes à double sens extraits de la Bibliothèque des calembours (cf. article Oulipien par anticipation (1) du 3 décembre 2009). L’auteur n’est pas mentionné. Je vous laisse en déchiffrer le sens caché.

Lettres à double sens,
SOIT QU’ON LES LISE LIGNE PAR LIGNE
ou
DE DEUX LIGNES EN DEUX LIGNES.

MADEMOISELLE ,

Je m’empresse de vous écrire pour vous déclarer
que vous vous trompez beaucoup si vous croyez
que vous êtes celle pour qui je soupire;
il est bien vrai que pour vous éprouver,
je. vous ai fait mille aveux, après quoi
vous êtes devenue l’objet de ma raillerie : ainsi
ne doutez plus de ce que vous dit ici celui
qui n’a eu que de l’aversion pour vous, et
qui aimerait mieux cent fois mourir que de
se voir obligé de vous prendre pour femme, et de
changer le dessein qu’il a formé de vous
haïr pleinement toute sa vie, bien loin de vous
aimer comme il vous l’a déclaré. Soyez donc
désabusée, croyez-moi; et si vous êtes encore
constante et persuadée que vous êtes aimée,
vous serez encore plus exposée à la risée
de tout le monde, et particulièrement de
celui qui n’a jamais été et ne sera jamais

votre serviteur,

A***

RÉPONSE.
MONSIEUR,

Soyez assuré que je vous reconnais bien
pour une personne qui n’est rien moins que
sincère, et je vous ai toujours regardé comme
un homme faux, haïssable et tout à fait in-
digne de mon estime. C’est donc inutilement
que vous m’écrivez d’une manière aussi incivile, et
que vous m’exhortez si fortement à être
désabusée. — Comment pourrais-Je donc être
constante, puisque vous êtes vraiment le seul
homme que j’aie en aversion, bien loin d’être l’-
objet de ma pensée, comme vous l’avez
faussement cru? Vous auriez, au contraire,
pu découvrir par toutes mes actions et
par ma haine, que j’étais loin d’avoir pour vous
des sentiments purs émanés d’un cœur sincère,
si vous aviez eu seulement le sens commun.
Je termine en protestant de n’oublier jamais
un affront si outrageant; et si, a l’avenir,
une personne aussi franche et aussi aimable
m’approchait pour me dire autant de faussetés
que vous, qui m’avez, dans toute occasion,
trahie, quoique au dehors vous m’avez toujours
témoigné l’amour le plus pur et le plus tendre,
je la traiterais, Monsieur, comme je vous traite;
vous qui avez été, qui êtes et qui serez toujours
un scélérat, de tous les hommes le plus in-
fidèle, de celui pour lequel je suis tout à fait
au désespoir d’avoir pu me dire

la servante,

R***

L’échange épistolaire ci-dessus est bien délicat et convenu, si on songe à un autre texte fort connu utilisant la même contrainte formelle, mais nettement plus crû une fois décodé : la lettre de George Sand à Alfred de Musset reproduite ci-dessous.

Cher ami,

Je suis très émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.
Nous causerons en amis, franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l’affection
la plus profonde comme la plus étroite
en amitié, en un mot la meilleure preuve
dont vous puissiez rêver, puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j’ha-
bite est bien longue, bien dure et souvent
difficile. Ainsi en y songeant j’ai l’âme
grosse. Accourrez donc vite et venez me la
faire oublier par l’amour où je veux me
mettre.

Votre poupée


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *