Plagiaires et plagiés (1) Molière

 Le sujet de cette chronique étant bien connu, je me contenterai d’un bref survol, en laissant de côté l’affaire Molière / Corneille, qui ne relève pas à proprement parler du plagiat, mais se plutôt de la supposition d’auteur. Sur les diverses “sourcess” utilisées par Molière pour chacune de ses pièces, je ne saurais trop vous conseiller les sites Molière 21 et Tout Molière.

Des nombreux emprunts faits par Jean-Baptiste Poquelin à d’autres auteurs, le plus connu est sans doute la scène VII de l’acte II des Fourberies de Scapin dont l’effet comique reposant sur la répétition d’une expression devenue depuis commune (Que diable-allait-il faire dans cette galère ?) est très fortement inspiré d’une scène du Pédant joué de Cyrano de Bergerac(1).Edmond Rostand s’en est d’ailleurs souvenu dans sa célèbre pièce, ‘acte V, scène VI :

Ragueneau
Ah ! Monsieur ! …

Cyrano
                             Ragueneau, ne pleure pas si fort ! …
qu’est-ce que tu deviens, maintenant, mon confrère ?

Ragueneau
Je suis moucheur de… de… chandelles, chez Molière.

Cyrano
Molière !

Ragueneau
                 Mais je veux le quitter, dès demain ;
oui, je suis indigné ! … hier, on jouait Scapin,
et j’ai vu qu’il vous a pris une scène !

Le Bret
                                                            Entière !

Ragueneau
Oui, monsieur, le fameux : “que diable allait-il faire ? …”

Le Bret
Molière te l’a pris !

Cyrano
                                chut ! Chut ! Il a bien fait ! …
la scène, n’est-ce pas, produit beaucoup d’effet ?

Ragueneau
ah ! Monsieur, on riait ! On riait !

Cyrano
                                                     Oui, ma vie
ce fut d’être celui qui souffle, -et qu’on oublie !
(à Roxane.)
Vous souvient-il du soir où Christian vous parla
sous le balcon ? Eh bien ! Toute ma vie est là :
pendant que je restais en bas, dans l’ombre noire,
d’autres montaient cueillir le baiser de la gloire !
C’est justice, et j’approuve au seuil de mon tombeau :
Molière a du génie et Christian était beau !

Deux anecdotes tirées de l’ouvrage d’Alfred Mortier, Dramaturgie de Paris, chap. IX « Plagiat et imitation », p. 333 et suiv., Ed. Radot, 1917, disponible dans Gallica..

Oui, c’est un art fort difficile que d’imiter, et les Précieuses ridicules nous fournissent un exemple bien curieux à cet égard : Molière en avait emprunté l’intrigue — peu de gens le savent — à une pièce du sieur Samuel Chappuzeau, le Cercle des femmes, représentée trois ans auparavant. On y voyait une jeune prétentieuse ne s’occupant que de livres el de sciences. Un des savants qui fréquentent chez elle lui fait une déclaration qui est mal reçue. Piqué de ce refus, le savant fait habiller superbement Germain, un de ses disciples. Celui-ci est fort bien accueilli par la dame. Mais des archers viennent saisir Germain au collet et l’emmènent en prison pour dettes. Et la dame demeure toute honteuse d’avoir été la dupe d’un pareil maroufle.

Il est aisé de voir de combien Molière a enrichi la matière.

Mais le plus singulier de l’affaire est que Chappuzeau, frappé du succès et de la supériorité de la pièce de Molière, en refit une autre d’après son imitateur, et  la donna deux ans plus tard sous le titre de l‘Académie des femmes(2).

Rien, ce me semble, ne démontre plus fortement la maîtrise et l’originalité de Molière imitateur, que cet hommage de l’imité.

Une autre attestation du génie qu’il faut pour imiter en maître, je la trouve dans ce chef-d’oeuvre qui a nom l’Ecole des femmes. Molière en a recueilli tous les éléments dans la quatrième Nuit de Straparole et dans une nouvelle de Scarron, la Précaution inutile(3). Cependant, un an avant lui, un acteur, nommé Dorimon avait puisé aux mêmes sources sa comédie de l’ Ecole des cocus.

Il est piquant de comparer les deux pièces. On y aperçoit ce qu’un auteur médiocre et un grand homme peuvent tirer de ressources identiques(4). Et je ne connais pas d’argument qui prouve mieux ce que j’avançais sur l’imitation.

________________________________________

(1) Vous pouvez lire le texte de ces deux scènes sur Molière 21 ou sur Cyrano(s) de Bergerac. Voici ce qu’écrit Charles Nodier dans ses Question de littérature légale :

C’est en effet un délit dont on se fait si peu de conscience, que Virgile se flattoit d’avoir tiré des paillettes précieuses du fumier d’Ennius ‘, et que Molière, en parlant de deux scènes très ingénieuses des Fourberies de Scapin qui avoient fait rire tout Paris dans le Pédant joué de Cyrano, s’excusoit de ce larcin, en disant qu’il est permis de reprendre son bien où on le trouve’

Il ajoute dans une note de bas de page :

 Cyrano lui-même, qui passe à bon droit pour un écrivain fort original, a visiblement emprunté son Pédant joué au Candelaïo de Giordano Bruno Nolano; et Molière lui avoit déjà l’obligation de ce plaisant personnage qu’il a mis en scène avec plus de goût dans le Dépit amoureux et dans le Mariage forcé. Au reste , il pourroit bien l’avoir pris à la même source, car il a tiré littéralement du Candelaïo la scène burlesque de la leçon de M. Bobinet dans la Comtesse d’£’scarbagnas.

(2) Voir l’article consacré à Chappuzeau dans Wikipédia. Voir aussi Tout Molière.

Le Cercle des femmes, entretiens comiques tirés des Dialogues Erasme, Lyon, 1656, disponible Gallica

L’Académie des Femmes, Paris, 1661, disponible Gallica

(3) Voir la notice consacrée à cette pièce par Tout Molière où il est précisé que La précaution inutile est traduite d’un conte espagnol de Doña Maria de Zayas. Selon la même source,

il semble que le poète ait eu connaissance d’une pièce de Hurtado de Mendoza, El Marido hace mujer (environ 1728) — pièce déjà utlisée pour L’École des maris.

(4) Si médiocre que soit Dorimond,  Molière n’en à pas moins utilisé son Festin de pierre pour écrire son Don Juan (cf. Molière 21).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.