Plagiaires et plagiés (2) Alphonse de Lamartine

Le Lac de Lamartine était sans conteste le poème préféré de ma grand-mère qui nous le récitait souvent . Elle eût été surprise d’apprendre qu’il doit le premier hémistiche de son vers plus célèbre à un obscur poète clermontois du XVIIIe siècle, Antoine-Léonard Thomas. Voici la dernière strophe de l’Ode au temps publiée par ce dernier en 1762(1) :

Ô Temps, suspends ton vol, respecte ma jeunesse ;
Que ma mère, longtemps témoin de ma tendresse,
Reçoive mes tributs de respect et d’amour ;
Et vous, Gloire, Vertu, déesses immortelles,
Que vos brillantes ailes
Sur mes cheveux blanchis se reposent un jour.

C’est aussi du XVIIIe siècle que date un vers promis à un grand avenir sous une forme à peine transforméeé par ce même Lamartine : « Un seul être me manque et tout est dépeuplé » de Nicolas Germain Léonard devient, dans L’isolement, « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé »(2)

Comme l’écrit Michel Mourlet

la poésie romantique […] a véritablement commencé  chez les poètes élégiaques du XVIIIe siècle, méprisés et méconnus, qui ont fourni en matériaux Lamartine et ses successeurs pour plusieurs décennies.

____________________________________________

(1)  Vous pouvez lire le texte en entier de ce poème sur le site Poésie française.

(2) Je voudrais ici corriger quelques inexactitudes et approximations traînant ici et là. A en croire Pascal Viyer, Lamartine aurait emprunté ce vers à Antoine-Léonard Thomas. En fait, voici ce que nous pouvons lire en exergue du roman épistolaire de Nicolas Germain Léonard, La Nouvelle Clémentine, Ou Lettres De Henriette De Berville, paru en 1774 et disponible sur Poésies.net :

“Un seul être me manque et tout est dépeuplé.”
Nicolas Germain Léonard.

Le vers serait donc bien de Nicolas Germain Léonard. A-t-il était écrit spécialement pour  La Nouvelle Clémentine ou figurait-il dans un ouvrage antérieur ? Thierry Maugenest écrit dans Les rillettes de Proust :

En 1770, dans un recueil intitulé simplement Poésies, un certain Nicolas Germain Léonard (1744-1793) signait le vers suivant : 

Un seul être me manque et tout est dépeuplé 

Une recherche dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France permet de constater qu’il existe bien un recueil de Nicolas Germain Léonard intitulé Poésies  pastorales paru en 1771 (et non 1770) chez Lejay à Genève et disponible sur Gallica. Serait-ce le livre recherché ? Reste à trouver le poème…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.