Sic transit gloria mundi (1) Pigault-Lebrun

enfant-carnaval

 Je viens d’achever la lecture de L’enfant du carnaval, livre consacré par Stéphane Audeguy à Pigault-Lebrun. Saviez-vous que cet auteur aujourd’hui oublié fut très célèbre en son temps et qu’il eut, sur des écrivains comme Stendhal, Balzac ou Flaubert, une grande influence ? Non ? Et bien, pour tout dire, moi non plus, jusqu’à ces derniers jours.

Voici pourtant une citation révélatrice de Stendhal.  A l’Américain qui, dans ses Mélanges (« La France en 1821»), le presse de lui dire ce qu’il sauverait en cas de naufrage s’il avait la perspective de vivre quelques années comme nouveau Robinson, sur une terre déserte, il répond tout simplement :

D’abord Pigault-Lebrun.

Plus proche de nous, mais déjà bien lointain, Paul Valéry écrit dans ses Cahiers :

Lu cinq ou six romans de Pigault-Lebrun. Grandes qualités. Le Prestissimo (aujourd’hui disparu) des Voltaire, Diderot, etc., s’y touve.

 Stéphane Audeguy attribue l’oubli de Pigault-Lebrun à un facteur principal : le mépris qu’affichent les spécialistes d’histoire littéraire et de l’opinion « éclairée » pour les auteurs légers. Or Pigault-Lebrun fut léger, voire même un peu leste. Un des écrits qui lui sont attribués, L’enfant du bordel, appartient à la littérature érotique. Il fait du reste partie des rares ouvrages de lui – ou publiés sous son nom – à avoir été réédités ces dernières années et à être ainsi disponibles en librairie.

Jérôme, texte établi et présenté par Shelly Charles, à la Société des textes français modernes en 2008. Shelly Charles est actuellement la grande référence sur Pigault-Lebrun, avec notamment deux articles :

« Pigault-Lebrun : tonner contre ! Les mauvaises lectures de Flaubert », Littérature, n° 131, septembre 2003, 18-36

« ’Pilotis for me’ : Stendhal et Pigault-Lebrun », dans Poétique de la pensée : études sur l’âge classique et le siècle philosophique : en hommage à Jean Dagen, réunis par B. Guion, S. Menant, M. S. Seguin et Ph. Sellier, éditions Honoré Champion, 2006

L’enfant du bordel,  à La Musardine en 1997 et aux éditions Zulma en 2002.

Le blanc et le noir : drame en quatre actes et en prose, en 2001 aux éditions l’Harmattan, dans la collection Autrement mêmes sur laquelle je reviendrai prochainement.

L’enfant du carnaval : histoire remarquable et surtout véritable, pour servir de supplément aux rhapsodies du jour, aux éditions Desjonqueres en 1992.

Un peu plus loin de nous, en 1978, paraissait, chez Baudoin, Le citateur, véritable entreprise de démolition des Ecritures qui eut un certain succès auprès des anticléricaux et des athées du XIXe et du XXe siècle. Il figure du reste dans la bibliographie du site Athéisme L’homme debout

Si nous remontons plus haut encore dans le temps, à l’aide du catalogue de la BnF, nous rencontrons les  dernières éditions de La folie espagnole en 1944, des Rivaux d’eux-mêmes à 1935, de Mon oncle Thomas à 1905…  Je ne cite ici qu’une faible partie d’une œuvre pléthorique qui commença en 1786 par la comédie Il faut croire sa femme  et se poursuivit pratiquement jusqu’à la mort de Pigault-Lebrun en 1835. De son importance et de sa notoriété jusqu’au seuil du XXe siècle, les 331 occurences du catalogue de la BnF, ainsi que les nombreux résultats de Gallica et de Google livres, donnent la mesure. Mais aujourd’hui, étant donnée la désaffection éditoriale dans laquelle il est tombé, c’est bien sous forme numérisée en ligne qu’il nous faut lire Pigault-Lebrun, à moins nous n’ayons un fonds ancien bien fourni à proximité ou des moyens conséquents pour acquérir de ses ouvrages en librairie ancienne. Internet a bien révolutionné la vie du lecteur curieux…

Mais au fait qui est Pigault-Lebrun ? Quelle fut sa vie ? Cela a-t-il une réelle importance ? Stéphane Audeguy ne fait qu’en effleurer les principaux épisodes. Quant aux sources dont nous disposons, elles se réduisent à une Vie et aventures de Pigault-Lebrun, sorte d’hagiographie laïque publiée peu après sa mort par son éditeur et ami Jean-Nicolas Barba. Cet ouvrage, communément attribué à Horace Raisson, fut en fait, d’après Barbier (Supercherie littéraires dévoilées),  rédigé par Louis-François Raban. Voici ce qu’en dit le Journal des Savants de l’année 1836 :

Vie et Aventures de Pigault-Lebrun (né à Calais, le 8 avril 1753, mort à la Celle, près de Saint-Cloud, le 34 juillet 1835 ) ; publiées par M. J.-N. B. Paris, imprimerie d’Ëverat, librairie de Barba, 1836; 375 pages in-8°, avec cette épigraphe : «On ne crée pas les caractères; il faut les prendre dans la nature , parce «que, hors la nature, il n’y a rien.» M. Botte. — M. Botte est le titre de l’un des romans très-nombreux de Pigault – Lebrun. Dans le cours d’une vie très agitée, il a publié plus de 90 volumes in-12, y compris ses pièces de théâtre, le Citateur, et sept tomes d’une Histoire philosophique et critique de la France. Les aventures de son orageuse jeunesse sont racontées fort au long dans le volume qui vient de paraître, et que l’on serait tenté de prendre pour le dernier de ses romans. L’histoire de sa vie littéraire depuis 1800 y est plus rapide et inoins complète. Le prix de ce volume est de 7 fr. 50 cent.

Vie très agitée, orageuse jeunesse : qu’est-ce à dire ? Je résume à grands traits et vous renvoie pour le reste aux notices biographiques accompagnant ses œuvres, aux biographies universelles, à Wikipédia, et au livre de Stéphane Audeguy.

Charles-Antoine-Guillaume Pigault de l’Épinoy nait le 8 avril 1753 à Calais. Son père, Guillaume Antoine Hippolyte Pigault de l’Épinoy, maire de la ville de 1767 à 1769 et auteur de Mémoires sur le Calaisis, est un notable éclairé partisan des idées nouvelles. Cela ne l’empêche pas de demander par deux fois des lettres de cachet à l’encontre de son fils.

La première fois, le jeune Charles, envoyé dans une maison de commerce à Londres, a séduit la fille de son patron. Celle-ci étant morte pendant leur fuite lors d’un naufrage sur les côtes de l’Irlande, il s’en retourne en France où son père le fait enfermé deux ans. A sa sortie de prison, il entreprend une brève carrière militaire entre 1774 et 1776, mais sa compagnie ayant été supprimée, il rentre à Calais où ses démêlés amoureux lui valent une seconde lettre de cachet et deux nouvelles années de prison. Après quoi il se entame une carrière théâtrale calamiteuse comme comédien et, ayant séduit et épousé la fille d’un ouvrier parisien, il vit avec elle en Hollande et en Belgique. Il écrit des pièces, dont Il faut croire sa femme en 1786, et commence à avoir du succès. Cependant, son père l’ayant fait porter comme mort dans les registres d’état-civil, cela donne lieu à un procès kafkaien à l’issue duquel Charles est confirmé comme mort, mais doit payer les frais.

Il prend alors le nom de Pigault-Lebrun et sa carrière d’écrivain prend son essor. Ici, la vie peut s’effacer derrière l’œuvre. Notons simplement qu’il sera l’ami du grand Talma, le bibliothécaire de Jérôme Bonaparte, le grand-père du dramaturge Emile Augier – encore une célébrité oubliée !


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.