Démontages en règle (3) Voltaire contre l’auteur du livre des Trois Imposteurs

Dans quelques temps, je vous présenterai une chronique sur l’athéisme et notamment certains de ses textes fondateurs. S’y trouveront nécessairement le Testament du curé Meslier et le Traité des trois imposteurs. Voltaire connaît bien ces deux textes et particulièrement le premier pour en avoir réalisé en 1762 une édition d’extraits soigneusement choisis, où l’athéisme radical du curé d’Étrépigny est édulcoré en un déisme prudent.

Car le patriarche de Ferney n’est nullement athée, comme en témoignent l’article « Athée, athéisme » de son Dictionnaire philosophique. S’il est violemment opposé à l’Eglise catholique et à tous les clergés, il n’en appuie pas moins la morale et l’ordre établi sur la croyance en une déité. Aussi s’oppose-t-il à l’athéisme du Traité des trois imposteurs, qui, non content de faire le procès à charge de Moïse, Jésus et Mahomet, nie l’existence de Dieu.Un des vers le poème ci-dessous, Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer, souvent pris comme une profession de foi athée, est au contraire l’expression  du déisme de François-Marie Arouet.

Ecrit en 1768 ou 1769, date à lquelle il paraît une première fois dans une mince brochure de 4 pages, ce texte est repris en 1771 dans un recueil d’Epitres, satires, contes, odes, et pieces fugitives, du poete philosophe.Il figure dans le volume XI des Œuvres complètes parues chez A.-A. Renouard entre 1819 et 1825 et dans le tome X des Œuvres complètes  éditée par Louis Moland chez Garnier entre 1877 et 1885. La première fois que j’ai eu l’occasion de le lire, c’était sur le site de  The Voltaire Society of America.

 

Epître à l’auteur du livre des Trois Imposteurs

François-Marie Arouet de Voltaire

 

Insipide écrivain, qui crois à tes lecteurs
Crayonner les portraits de tes Trois Imposteurs, (1)
D’où vient que, sans esprit, tu fais le quatrième?
Pourquoi, pauvre ennemi de l’essence suprême,
Confonds-tu Mahomet avec le Créateur,
Et les oeuvres de l’homme avec Dieu, son auteur?…
Corrige le valet, mais respecte le maître.
Dieu ne doit point pâtir des sottises du prêtre:
Reconnaissons ce Dieu, quoique très-mal servi.
De lézards et de rats mon logis est rempli;
Mais l’architecte existe, et quiconque le nie
Sous le manteau du sage est atteint de manie.
Consulte Zoroastre, et Minos, et Solon,
Et le martyr Socrate, et le grand Cicéron:
Ils ont adoré tous un maître, un juge, un père.
Ce système sublime à l’homme est nécessaire.
C’est le sacré lien de la société,
Le premier fondement de la sainte équité,
Le frein du scélérat, l’espérance du juste.
Si les cieux, dépouillés de son empreinte auguste,
Pouvaient cesser jamais de le manifester,
Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer.
Que le sage l’annonce, et que les rois le craignent.
Rois, si vous m’opprimez, si vos grandeurs dédaignent
Les pleurs de l’innocent que vous faites couler,
Mon vengeur est au ciel: apprenez à trembler.
Tel est au moins le fruit d’une utile croyance.
Mais toi, raisonneur faux, dont la triste imprudence
Dans le chemin du crime ose les rassurer,
De tes beaux arguments quel fruit peux-tu tirer?
Tes enfants à ta voix seront-ils plus dociles?
Tes amis, au besoin, plus sûrs et plus utiles?
Ta femme plus honnête? et ton nouveau fermier,
Pour ne pas croire en Dieu, va-t-il mieux te payer?…
Ah! laissons aux humains la crainte et l’espérance.
Tu m’objectes en vain l’hypocrite insolence
De ces fiers charlatans aux honneurs élevés,
Nourris de nos travaux, de nos pleurs abreuvés;
Des Césars avilis la grandeur usurpée;
Un prêtre au Capitole où triompha Pompée;
Des faquins en sandale, excrément des humains,
Trempant dans notre sang leurs détestables mains;
Cent villes à leur voix couvertes de ruines,
Et de Paris sanglant les horribles matines:
Je connais mieux que toi ces affreux monuments;
Je les ai sous ma plume exposés cinquante ans.
Mais, de ce fanatisme ennemi formidable,
J’ai fait adorer Dieu quand j’ai vaincu le diable.
Je distinguai toujours de la religion
Les malheurs qu’apporta la superstition.
L’Europe m’en sut gré vingt têtes couronnées
Daignèrent applaudir mes veilles fortunées,
Tandis que Patouillet m’injuriait en vain.
J’ai fait plus en mon temps que Luther et Calvin.
On les vit opposer, par une erreur fatale,
Les abus aux abus, le scandale au scandale.
Parmi les factions ardents à se jeter,
Ils condamnaient le pape, et voulaient l’imiter.
L’Europe par eux tous fut longtemps désolée;
Ils ont troublé la terre, et je l’ai consolée.
J’ai dit aux disputants l’un sur l’autre acharnés:
“Cessez, impertinents; cessez, infortunés;
Très-sots enfants de Dieu, chérissez-vous en frères,
Et ne vous mordez plus pour d’absurdes chimères.”
Les gens de bien m’ont cru: les fripons écrasés
En ont poussé des cris du sage méprisés;
Et dans l’Europe enfin l’heureux tolérantisme
De tout esprit bien fait devient le catéchisme.
Je vois venir de loin ces temps, ces jours sereins,
Où la philosophie, éclairant les humains,
Doit les conduire en paix aux pieds du commun maître;
Le fanatisme affreux tremblera d’y paraître:
On aura moins de dogme avec plus de vertu.
Si quelqu’un d’un emploi veut être revêtu,
Il n’ amènera plus deux témoins sa suite (2)
Jurer quelle est sa foi, mais quelle est sa conduite.
A l’attrayante soeur d’un gros bénéficier
Un amant huguenot pourra se marier;
Des trésors de Lorette, amassés pour Marie,
On verra l’indigence habillée et nourrie;
Les enfants de Sara, que nous traitons de chiens,
Mangeront du jambon fumé par des chrétiens.
Le Turc, sans s’informer si l’iman lui pardonne,
Chez l’abbé Tamponet ira boire en Sorbonne. (3)
Mes neveux souperont sans rancune et gaîment
Avec les héritiers des frères Pompignan;
Ils pourront pardonner à ce dur La Blétrie (4)
D’avoir coupé trop tôt la trame de ma vie.
Entre les beaux esprits on verra l’union:
Mais qui pourra jamais souper avec Fréron?

 

Notes de Voltaire

(1) Ce livre des Trois Imposteurs est un très-mauvais ouvrage, plein d’un athéisme grossier, sans esprit, et sans philosophie.

(2) En France, pour être reçu procureur, notaire, greffier, il faut deux témoins qui déposent de la catholicité du récipiendaire.

(3) Tamponet était en effet docteur de Sorbonne.

(4) La Blétrie, à ce qu’on m’a rapporté, a imprimé que j’ avais oublié de me faire enterrer.

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.