Sic transit gloria mundi (2) Paul de Kock

Au panthéon des auteurs en vogue dans la première du XIXe siècle, Paul de Kock figure en excellente place. Généralement méprisé par les écrivains de haut parage qui le considèrent comme “ le romancier des cuisinières, des valets de chambres et des portiers ”, il est salué par le public comme un maître du comique, mais aussi de l’émotion : “ Avec lui, on rit, et on espère ”, selon les mots de Chateaubriand. Pourtant, dès les années 1880, les oeuvres de Paul de Kock sont oubliées, dédaignées par une génération moins soucieuse du bon rire français que de l’analyse de soi.

Ainsi s’exprime Florence Fix sur Fabula.org, le 11 juillet 2008, dans un appel à contribution pour un ouvrage collectif : Lectures de Paul de Kock. Cet ouvrage est encore à paraître, pour autant que je sache, et je serai bien curieux de le lire quand le moment sera venu.

Pour tout dire, j’ai appris l’existence de Paul de Kock (1793-1871) en lisant L’enfant du carnaval que Stéphane Audeguy a consacré à celui dont il fut en quelque sorte le continuateur : Pigault-Lebrun. Depuis, je m’informe.

Sa vie

Les informations sont assez faciles à trouver sur internet, une recherche dans Google nous renvoyant aux notices biographiques de Wikipédia ou de l’Encyclopédie universalis.

Les anciennes biographies universelles numérisées et disponibles en ligne ne sont pas à négliger. Voir par exemple la notice que lui consacre de son vivant, en 1836, la Biographie universelle des contemporains accessible sur Google livres.

Paul de Kock d’Eugène de Mirecourt, paru en 1856 et disponible sur Google livres et sur Gallica, est bien mince et présente, semble-t-il, quelques inexactitudes : alors que Paul de Kock est né en mars 1793 et que son père a été guillotiné en mai 1794, Eugène de Mirecourt prétend que la mère de l’écrivain était alors enceinte de lui ce qui lui aurait épargné l’échafaud, et écrit, en un raccourci mélodramatique exagéré,

Paul de Kock, avant de naître, sauva les jours de sa mère.

Mieux vaut lire les Mémoires de Ch.-Paul de Kock, écrits par lui-même et publiés par son fils en 1873, qui sont disponibles sur Gallica.

Son œuvre

Google livres et Gallica nous proposent de (très) nombreux titres : romans, nouvelles…  En donner le détail ici serait trop long. Allez y butiner.

Un excellent site québécois consacré à la chanson française Du Temps des cerises aux Feuilles mortes nous rappelle que le grand succès d’Yvette Guibert, Madame Arthur, a été écrit par de Kock près d’un un demi-siècle plus tôt.

Ce qui s’est écrit sur ses ouvrages

Ellen Constans, « Votre argent m’intéresse ». L’argent dans les romans de Paul de Kock, in Romantisme, 1986, vol. 16, n° 53, p. 71-82

Florence Fix

“ Une Médée d’Ancien Régime contre une Marie républicaine ”(Paul de Kock, Victor Hugo, Charles de Mérouvel), in Le Paon d’Héra, N°6 “ Médée ”, Laurence Le Diagon-Jacquin (éd.), Dijon, Éditions du Murmure, 2010, p.105-119.

« Quand Emma Bovary épouse le pharmacien : lectrices chez Paul de Kock » in Lectures de Paul de Kock, Marie-Ange Fougère et Florence Fix (éd.), Dijon, EUD, coll. Ecritures, à paraître.

Florence Lapeyronnie, Visages de femmes dans les romans de Paul de Kock, Limoges : Faculté des Lettres et des Scienceshumaines, 1989. Mémoire de maîtrise.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

2 réflexions sur « Sic transit gloria mundi (2) Paul de Kock »

  1. Les dates de Paul de Kock sont 21/05/1793 (et non 1791) 29/08/1871.
    > Voir son étude genealogique: http://gw.geneanet.org/sylvaino2_w?lang=fr&p=charles+paul&n=de+kock

    Le cercle de Généalogie des Lilas s’est intéressé à l’écrivain, jusqu’à produire 3 spectacles sur lui.
    > 05/06/2013 https://sites.google.com/site/genealilas/infos/les-infos/pdk3
    > 15/01/2013 https://sites.google.com/site/genealilas/infos/les-infos/pdkrevient
    > 11/05/2012 https://sites.google.com/site/genealilas/infos/les-infos/pdk

  2. Je vous remercie de me signaler cette bévue, dont j’ignore l’origine, d’autant plus que dans le reste de la notice, j’indiquais bien qu’il était né en 1793. Et merci aussi pour vos autres informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.