Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle : 1815-1914

Je voudrais vous signaler cet ouvrage récent, le premier à paraître d’une série de quatre. J’ai déjà parcouru ce qui concerne les traductions du chinois – cela fera peut-être l’objet d’une future chronique… – et je le trouve vraiment très intéressant sur un aspect important de l’histoire culturelle de notre pays et de ses échanges avec le vaste monde.

A lire et à écouter :

le site de l’éditeur

l’article de Claire Placial sur le carnet Langues de feu

l’entretien sur If verso de Camille Bloomfiel avec Yves Chevrel, coéditeur du livre avec Jean-Yves Masson

les émissions La fabrique de l’histoire du 10 octobre et  Tire ta langue du 14 octobre sur France culture

la quatrième de couverture reproduite ci-dessous :

Depuis une quarantaine d’années, l’intérêt pour la traduction n’a cessé de croître en France, bien au-delà du monde universitaire. Pourtant, les traducteurs restent encore dans l’ombre de l’Histoire, et avec eux, ce fait pourtant incontestable qu’à côté des oeuvres écrites dans une langue, les traductions d’hier et d’aujourd’hui font partie du patrimoine de celle-ci.

Premier à paraître d’un ensemble de quatre volumes qui retraceront l’histoire des traductions en langue française depuis l’invention de l’imprimerie, cet ouvrage s’inscrit dans un ambitieux projet coordonné à l’université Paris-Sorbonne par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, professeurs de littérature comparée. Ni dictionnaire, ni encyclopédie, ni simple compilation de références, il se veut une véritable histoire : celle des oeuvres traduites, des traducteurs et des actes de traduction en langue française, dans tous les domaines où la traduction a joué un rôle, partout où le français a servi de langue de traduction.

Fruit de la collaboration d’une soixantaine de spécialistes qui se sont efforcés de rendre accessibles leurs recherches, ce volume qui traite du dix-neuvième siècle s’ouvre par l’examen de grandes questions d’ensemble (théories de la traduction, statut des traducteurs, place des traductions dans la production éditoriale…) avant de se pencher sur les traductions littéraires, par grands genres (poésie, théâtre, fiction…), et non littéraires, par grands domaines intellectuels (sciences, religions, droit, philosophie…). Le tout s’accompagne d’un index de près de deux mille traducteurs dont le rôle a été très largement méconnu jusqu’ici.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.