Livres animés

Dernière mise à jour :3 janvier 2017

Ressources générales

L’excellent ouvrage de Jean-Charles Trebbi sur L’art du pop-up et du livre animé m’a donné grande envie d’explorer un peu le domaine du livre animé ou livre à système. Si l’article de Wikipedia est un peu maigre pour l’instant, il offre déjà quelques pistes tant dans son contenu que dans sa sélection de sites.

M’ont particulièrement servi les sites suivants :

sites francophones : Livres animés et Boutique du livre animé

sites anglophones : Movable book society et Pop up lady

site germanophone : Paperblog

site hispanophone : Pop up

Voir aussi

ces expositions :

Oh pop-up, organisée par Julien Laparade, du 10 novembre 2012 au 5 janvier 2013 dans 10 bibliothèques à Brest et Morlaix.

Quand les livres s’amusent au Musée de l’imprimerie de Lyon du 30 mars au 24 juin 2012, dont voici quelques images et une vidéo.

Pêle-mêle de livres-jeux à la bibliothèque municipale de Nantes

Livres en forme(s) pop-up & Cie à la bibliothèque de Toulouse

Pop up au Musée international des Arts modestes à Sète en 2003

The Great Menagerie : The Wonderful World of Pop-Up and Movable Books et  Pop-Up and Movable Books : A Tour Through Their History, deux expositions de la biblioothèque de l’universitété du Nord Texas

cette page internet :

Petite histoire du livre à système (mini thèse) par Simon Verrière sur le site de Lille III Jeunesse

ces ouvrages

David A. Carter et James Diaz, adaptation de Maryline Vesin et de Camille Baladi.  Pop-up : art et tetchnique. Toulouse : Milan et demi, 2015., version française de The Elements of Pop-Up, LA référence pour tous les concepteurs de pop-up !

Gaëlle Pelachaud

Livres animés : du papier au numérique, Paris : L’Harmattan, 2011, partiellement visible sur Google livres

Livres animés : entre papier et écran. Histoire / Techniques / Créations / Perspectives. Paris : Pyramyd, 2016, dont des extraits sont visibles sur le site de l’éditeur

Jean-Charles Trebbi. L’art du pop-up et du livre animé. Paris : Alternatives, 2012, déjà cité…

 Très bref panorama historique et thématique

Si le livre animé a connu un développement certain dans le cadre de la production pour la jeunesse depuis le XIXe siècle et notamment Le Livre joujou, premier livre à tirette créé pa Jean-Pierre Brès en 1831 (voir aussi ici), et même dès le XVIIIe siècle avec les livres à languettes ou Arlequinades de Robert Sayer, ses débuts se sont faits dès la fin du Moyen-Age dans les domaines scientifiques (anatomie, astronomie) et religieux, avec l’introduction de volvelles et volets :

XIIIe siècle

Matthew Paris, Chronica majora

XVIe siècle

Petrus Apianus,

Cosmographicus liber > voir E-rara et Gallica

Astronomicum Caesarum > voir E-rara, ETH-Biliothek, Gallica, Rarebookroom, Universität Wien

Andreas Vesalius, De humani corporis fabrica librorum

XVIIe siècle

Johann Remmelin, Catoptrum microcosmicum 

Christoph Leutbrewer, Excellente et facile methode pour se preparer à une confession générale de toute sa vie > voir le site de  Jean-Claude Bourdais, la Bayerische Staatsbibliothek, Google livres

 XVIIIe siècle

Emmanuel de Viviers. Calendrier perpétuel de lunaison depuis plusieures années > voir Asher books, Université de Toulouse

Ainsi, les livres animés ne s’adressent pas seulement à la jeunesse, et au XXsiècle, voire même dès le XIXe siècle avec le recueil dit des Portes et Fenêtres (Mœurs de Paris, par Arrondissements) inventées par Charles Philipon, certains les ont utilisés pour des publications nettement plus licencieuses, coquines et corsées comme l’Érotoscope de  Raymond Abigeo et Jean-Claude Peretz en 1970 ou, plus récemment, les XXX Rated de Philippe Ug et le Sade up de Frank Seka, livres à ne pas mettre entre toutes les mains !

 Typologie, techniques et vocabulaire

Divers par leurs contenus, les livres animés le sont aussi par les techniques mises en œuvre, lesquelles sont bien détaillées sur le site Livres animés, qui distingue deux grandes catégories de livres animés :

les livres en relief et les livres à tirettes, avec divers effets

effet de relief (carroussels, tableaux en relief)

effet de mouvement

effet de transformation d’image

 les livres sans relief ni articulation

livres à pages pliées

images à volets

images découpées superposées

livres à pages découpées

 livres découpés avec élément fixe

livres à pages transparentes

albums à languettes (pêle-mêles, harlequinades ou turn up books)

livres magiques ou livres à encoches

folioscopes ou flip books

Le livre de Jean-Charles Trebbi comporte dans ses dernières pages un intéressant dépliant de synthèses présentant les différents principes de pliages employés dans les livres animés : systèmes à plat, systèmes en volume, principes de reliures, multi-matière, ce qui donne une typologie quelque peu différente que je vous laisse découvrir.

Sur le vocabulaire du livre animé, voir le Glossary of pop-up terms sur le site Pop up lady (je n’en ai pas trouvé d’équivalent en français).

_________________________

Annexe

Sur les ouvrages de Petrus Apianus et du Père Leutbrewer, voir aussi cet extrait de la communication de Yann Sordet, Repérages et navigation dans l’espace du livre ancien :

Petrus Apianus, en allemand Pieter Bienewitz, fut professeur de mathématiques à Ingolstadt. Il dédie sa Cosmographie à l’empereur Charles Quint. Son but est de proposer un livre qui se substitue à la fois aux tables et instruments astronomiques, et qui permette en tout temps et en tout lieu de trouver la position des astres, de calculer les distances qui les séparent, ou encore de déterminer une longitude. Ce livre est un véritable instrument, équipé de volvelles (des disques gradués qui tournent sur un axe) et de parties dépliantes qui en font un volume à trois dimensions. Une de ces volvelles (photo 1 : fol. X ) permet notamment, à l’aide d’une table des latitudes des villes figurant en fin de volume, de déterminer la position du zénith par rapport à la position de l’observateur, tout en lui indiquant la partie de l’hémisphère céleste visible de ce point.

La Méthode de confession du Père Leutbrewer, communément appelée la Confession coupée par allusion à l’usage qu’elle requiert de son lecteur, fut imprimée pour la première fois à Bruxelles en 1677. Elle fait l’objet de nombreuses rééditions jusqu’au XVIIIe siècle, toutes de petit format (in-octavo ou in-douze) que l’on pourrait dire « de poche », car il s’agit d’un livre aisément transportable, conçu comme tel par son auteur. Ce petit livre, véritable manuel de la piété ordinaire et de la pénitence domestique, sert à faire son examen de conscience. Tous les péchés sont listés, organisés en dix chapitres correspondant aux dix commandements. Sur chaque page, les péchés sont imprimés sur des languettes horizontales prédécoupées, dont l’extrémité « volante » est glissée sous la marge de droite. Sa lecture doit être séquentielle : quand le lecteur s’estime coupable d’un des péchés recensés, il lui faut extraire la languette avec la point d’une aiguille, de façon à ce que son extrémité dépasse sur le bord de la page. Lorsque le lecteur se rend, ensuite, auprès de son confesseur, il lui suffit de feuilleter le volume pour retrouver les péchés dont il se doit confesser, les languettes correspondantes ayant été libérées. Cette possibilité de mémorisation et de tri fait de ce livre, à certains égards, l’ancêtre des machines mécanographiques à cartes perforées et de nos ordinateurs. Une fois pénitence accomplie, le lecteur repenti se contentera de réinsérer l’extrémité des languettes dans leur logement, et plus rien n’y paraîtra. Le livre se fait donc le miroir de l’âme, en perpétuelle évolution. Sur l’exemplaire présenté toutefois, un lecteur a coché certains péchés par une croix manuscrite dans la marge : un des avantages d’un tel manuel, qui est de pouvoir effacer aisément les péchés dont on s’est rendu coupable, s’en trouve donc par là annulé !

On peut considérer la Cosmographie d’Apianus et la Confession coupée du P. Leutbrewer comme des tentatives de rendre le livre flexible, de dépasser le cadre fixe et contraignant de la page. A certains égards, la Cosmographie pourrait passer pour une édition « multimédia », dans la mesure où elle laisse place au mouvement et à la pluridimensionalité, et où elle associe le texte, l’image et l’objet.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

2 réflexions au sujet de « Livres animés »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *