Napoléon (9) Saint Napoléon et la religion impériale

Dans un précédent billet, je faisais allusion au culte impérial mis en place à partir de 1804.

Bref panorama

Outre la gloire miltaire dont est auréolé le général de la Révolution et l’empereur jusqu’à la campagne de Russie, l’un élément fondateur de ce culte est la fête nationale pour laquelle il choisit la date du 15 août, jour de son anniversaire et de la signature du Concordat, symbole d’un retour à l’ordre civil et religieux. Ce jour devient la saint Napoléon, du nom d’un obscur martyr du IVsiècle, Santo Neopolis (ou Neapolis), exhumé fort opportunément par le cardinal Légat Giovanni Battista Caprara à la grande satisfaction de l’empereur.

Désormais, l’Empire aurait son saint ! Il en fit également une date fétiche pour marquer ses réalisations ou ses libéralités. La Saint-Napoléon fut fêtée le 15 août 1806, pour la première fois.

Et ce ne fut pas un hasard, si la première pierre de l’Arc de Triomphe à Paris, fut posée le 15 août 1806. Le 15 août 1809, Berthier sera fait prince de Wagram, Davout, prince d’Eckmühl, Fouché, duc d’Otrante et Masséna, prince d’Essling. C’est encore un 15 août (1810) que fut inaugurée la colonne de la Grande Armée, place Vendôme à Paris et promulgué, le Code civil, dans le grand-duché de Varsovie. Le 15 août 1811, à Bercy, on posa la première pierre de la halle aux vins et le 15 août 1813, le canal de l’Ourcq fut ouvert à la navigation.

Extrait du site Napoléon 1er

Le clergé catholique se fait fort bien à l’idée de fêter l’empereur le jour même de l’Assomption et on peut lire dans le Journal des curés des 15 et 16 août 1809 :

Cent peuples divers se sont réunis au pied des Autels pour célébrer la naissance de celui que l’univers admire, par qui le Dieu des destinées change et refait, agrandit ou resserre, détruit ou conserve les Etats et leurs barrières, et leurs Chefs et leurs Lois.
La Terre raconte la gloire de Napoléon comme les Cieux racontent celle du Seigneur !

Comme l’écrit Gérard Oberlé dans une de ses chroniques, les catéchismes imprimés en 1806 comportent, en complément du quatrième commandement :

Nous devons à Napoléon Ier, l’amour, le respect, l’obéissance, la fidélité et des prières pour son salut. Honorer et servir notre empereur c’est honorer et servir Dieu lui-même. Ceux qui manqueraient à leur devoir envers notre empereur résisteraient à l’ordre établi par Dieu et se rendraient dignes de damnation éternelle.

Les protestants ne sont pas en reste, comme en témoigne le Service solennel d’action de grâces, célébré par l’église réformée consistoriale du département de la Seine, dans le temple de la rue St-Thomas-du-Louvre, à Paris, le vendredi 15 août 1806, anniversaire de la naissance de S.M. l’Empereur et Roi. Les francs-maçons quant à eux multiplient les loges placées sous le vocable de Napoléon et autres témoignages de dévotion impériale. C’est ainsi qu’ Auguste Mame, frère-maçon de la loge Saint-Napoléon de Gloire se fend d’un cantique d’une flagornerie finalement assez répandue à l’époque.

Pendant neuf ans, de toutes parts retentit un concert de louanges à la gloire de saint Napoléon et de l’empereur, lequel se trouve pratiquement déifié, comme dans l’œuvre d’Antoine Aubert datée de 1812 représentée ci-dessous. 

Napoleon-divin
« Astre brillant, immense, il éclaire, il féconde, Et seul fait à son grès tous les destins du monde ». Antoine Aubert

Même pendant les Cents jours, il se trouvera quelqu’un, resté d’ailleurs prudemment anonyme des fois que les Bourbons reviennent, pour écrire une sidérante Épître selon saint Napoléon.

Avec la Seconde Restauration, le culte napoléonien se fait clandestin et trouve d’autres moyens d’expressions (gravures ambigües, cannes séditieuses). Les survivants de la Grande Armée, démobilisés, entretiennent partout le souvenir de l’Empereur et dès 1823, Las Casas donne une image exemplaire de Napoléon dans son Mémorial de Sainte-Hélène. Cinq ans plus tard,  malgré la censure, Béranger présente dans Souvenirs du peuple un empereur proche du peuple et révéré de tous à l’égal d’un saint dont on conserve les reliques :

Bien, dit-on qu’il nous ait nui,
Le peuple encor le révère,
Oui, le révère.

[…]

Il part ; et comme un trésor
J’ai depuis gardé son verre.
Gardé son verre.
– Vous l’avez encor, grand’mère !
Vous l’avez encor !

 

Couplets

Sous la Monarchie de Juillet, la saint Napoléon revient à l’honneur, parmi les anciens soldats bonapartistes ralliés à Louis-Philippe. En témoigent les Couplets chantés dans une réunion d’anciens militaires pour fêter le Saint-Napoléon, 1834 (ci-contre). En 1840 a lieu le retour des cendres. La même année, Horace Vernet  livre au graveur bonapartiste Jean-Pierre Jazet un tableau destiné à être gravé, représentant Napoléon sortant de son tombeau,  allégorie de la résurrection du nouveau messie. L’image aura un grand succès. Localement, les élites bonapartistes réintroduisent  la fête qu’avait supprimé l’ordonnance royale du 16 juillet 1814. Ainsi fait en 1845 Jean Jaubert, maire Moulins-Engilbert, dans le Nivernais.

Après le coup d’Etat du 2 décembre 1851, Louis-Napoléon Bonaparte impose de nouveau le 15 août comme fête nationale en hommage à son grand oncle et comme ciment unificateur du Second Empire. Il est vrai que les Français étaient mûrs pour l’accepter, puisque dès le 15 août 1850, le prince-président de passage à Lyon reçoit ce touchant « compliment  d’une députation des Ecoles primaires »

C’est aujourd’hui saint Napoléon. Les Ecoles mutuelles de Lyon saluent le Président dé la République et souhaitent une bonne fête au neveu du grand empereur.

De nombreux documents datant des années 1850 et 1860 lient le 15 août à l’empereur et sa famille.

Famille-Napoleon3

Après la défaite de Sedan et la mort de Napoléon III, c’est encore un signe de ralliement pour les partisans de l’Empire qui viennent célébrer la fête du 15 août à Camden, en l’honneur du Prince Impérial et en 1882 la châtelaine de Rocquencourt dont la fille épouse le général Michel Napoléon Ney, 3e duc d’Elchingen, offre un vitrail représentant saint Napoléon à l’église Saint-Germain du Chesnay. Cependant, hors des milieux bonapartistes, ce saint et sa fête  semblent tomber dans l’oubli.Le 15 août redevient alors à part entière la fête de l’Assomption et le 14 juillet notre fête nationale.

Quelques douments disponibles sur Gallica

Je vous invite à découvrir les résutats de mes recherches dans Gallica avec les mots suivants dans le champ titre :

« saint napoleon »

15 aout empereur

« fete de l’empereur »

Vous serez édifiés par le contenu de la plupart des documents trouvés.

Bibliographie succincte

Saint-NapoSudhir Hazareesing, La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août, traduit de l’anglais par Guillaume Villeneuve, Paris, Tallandier, 2007. Vous trouverez plusieurs présentation de cet ouvrage sur la sites suivants : France culture ; Napoléon prisonnier ; Lavie des idées.

Jean Lucas-Dubreton, Le Culte de Napoléon. 1815-1846, Paris, Albin Michel, 1960.

Napoléon. Le Retour des cendres. Mort et Résurrection, catalogue de l’exposition du Musée de la Malmaison, Courbevoie, Musée Roybet-Fould, 1990.

Vincent Petit « Religion du souverain, souverain de la religion : l’invention de saint Napoléon », Revue historique 3/2012 (n° 663), p. 643-658. En ligne sur Cairn.

Bernard Richard « La Saint-Napoléon à Joigny (quand on célébrait la fête nationale le 15 août) », Napoleonica. La Revue 3/2011 (N° 12), p. 98-125. En ligne sur Cairn

Claude Van Hoorebeeck. La Saint-Napoléon et ses représentations. Editions de l’Hayette, 2012.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

3 réflexions sur « Napoléon (9) Saint Napoléon et la religion impériale »

  1. Parmi les représentations de Saint Napoléon on peut aussi citer la peinture murale qui orne le chœur de l’église Saint-Leu Saint Gilles de Saint-Leu-la-Forêt dans le Val d’Oise .
    Elle est l’oeuvre de Sébastien Cornu et s’intègre dans une peinture de trois saints, les deux autres étant St Charles Borromée et St Louis.
    L’église qui l’abrite a été reconstruite, à la demande du Prince -Président Charles-Louis-Napoléon Bonaparte, pour mieux abriter les dépouilles de son père Louis Bonaparte qui fut roi de Hollande ainsi que celles de ses deux frères Napoléon-Charles et Napoléon-Louis.
    Elle fut inaugurée le 31 octobre 1851.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *