Voltaire injustement accusé de plagiat (pour une fois…)

Dans un précédent billet sur le plagiat, je vous avais indiqué entre autres choses les plagiats commis par Voltaire selon Fréron et signalés par Charles Nodier dans ses Questions de littérature légale: du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres.

Ainsi, l’auteur de Candide jouissait-il d’une solide réputation de plagiaire qui n’était du reste pas usurpée. Il n’était donc pas bien difficile de “charger la charrette” en lui attribuant des plagiats qu’il n’avait pas commis. Cette mésaventure lui advint à la Cour de Prusse, comme vous pouvez le lire dans l’extrait ci-dessous d’un ouvrage paru à Londres en 1827 sous la plume d’un professeur de langue (ce qui vous explique que les liaisons soient indiquées et certains e élidés pour indiquer la prononciation) :

Plagiaire-Voltaire
Le narrateur français; or, A selection of anecdotes, repartees & characters, in the French tongue, ouvrage d’Antoine Roy, paru à Londres en 1827

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.