Traité des trois imposteurs

Felix qui potuit rerum cognoscere causas,
Atque metus omnes et inexorabile fatum
Subjecit pedibus, streptitumque Acheronis avari.

(Virg. Georg. Liv. 2.)

 

Bref aperçu historique

Voici un livre légendaire, fort prisé des athées, anticléricaux et autres libertins pour son contenu réputé irreligieux et blasphématoire. Son thème remonterait, selon Louis Massignon, à des arguments de propagande religieuse employés par Abû Tâhir Sulaymân (907-944), troisième souverain du royaume qarmate de Bahrayn :

En ce monde, trois individus ont corrompu les hommes, un berger, un médecin et un chamelier. Et ce chamelier a été le pire escamoteur, le pire prestidigitateur

Dans l’Europe chrétienne, une légende noire court depuis le XIIIe siècle à propos un ouvrage intitulé De tribus impostoribus, attribué à de nombreux auteurs (Averroès, Frédéric II, l’Arétin…). Cependant, il semble qu’il n’a jamais existé, du moins  jusqu’au début XVIIIe siècle. C’est ce que tend à prouver Bernard de La Monnoye dans sa Lettre au président Bouhier sur le prétendu livre des Trois imposteurs, dont la parution en 1712 suscite une controverse avec Jean Rousset de Missy  (voir les études ci-dessous).

Vers la même époque paraît La Vie et l’esprit de M. Benoit Spinoza. Cet ouvrage, prétendument traduit du latin d’après un manuscrit volé dans la bibliothèque du Prince de Saxe, a fait été rédigé en français et publié en 1719 en Hollande. Il prend dès 1721 le titre de Traité des trois imposteurs. Attribué à Jan Vroesen, Jean Maximilien Lucas ou, encore une fois, Jean Rousset de Missy. Il connaît de nombreuses éditions, dont une en 1768 par le baron d’Holbach. Cette dernière fait l’objet d’une vive critique de Voltaire et de ce commentaire peu amène de Friedrich Melchior Grimm dans sa Correspondance littéraire, philosophique et critique :

La presse de Marc-Michel Rey d’Amsterdam, qui produit tous les mois quelques ouvrages contre la religion chrétienne, nous a fourni en ces derniers temps un livre intitulé Traité des Trois Imposteurs. Vous savez qu’on désigne communément par cette qualification Moïse, Jésus-Christ et Mahomet, et qu’on prétend qu’un livre sous ce titre a existé depuis plusieurs siècles, mais qu’il y a des érudits qui soutiennent que ce livre n’a jamais réellement existé. Quoi qu’il en soit, la rapsodie faite en Hollande sur ce sujet et sous ce titre existe indubitablement. Je ne lis point les drogues du magasin de Marc-Michel Rey, parce que j’en redoute l’ennui. Il faut que l’auteur des Trois Imposteurs ait voulu faire maison nette, et réformer le maître avec les valets.

C’est également au XVIIIe siècle que paraît une version intitulée De tribus impostoribus, anno MDIIC, vraisemblablement publiée vers 1753 sous la date fictive de 1598. Elle aurait été écrite dès 1688 par le juriste allemand Johan Joachim Müller. Ce texte semble avoir connu une moindre notoriété que celui édité par le baron d’Holbach, comme nous le verrons dans la bibliographie ci-dessous.  

 

Quelques éditions 

Manuscrits

Les dizaines de manuscrits connus du Traité des trois imposteurs sont ainsi ramenés à quatre grandes « familles » par Françoise Charles-Daubert, et ces manuscrits continuent à être composés et diffusés après la publication, sans doute par les soins de Jean Rousset de Missy, d’une première version en 1719.

Antony McKenna

Manucrits existants

Celui signalé dans Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, ou Notices sur leur ancienneté, leurs auteurs, les objets qu’on y a traités, le caractère de leur écriture, l’indication de ceux à qui ils appartinrent, etc (Lyon, 1812)

981. Des trois imposteurs, livre traduit du latin en français, avec une préface historique sur l’auteur de cet ouvrage dangereux. — 1760, in-4° de 92 pag. vél.

Ce manuscrit vient de la bibliothèque de M. Adamoli. L’écriture en est correcte et encadrée dans des lignes. Le livre des trois imposteurs fut attribué à Pierre Arétin, à Bernardin Ochin, à l’Arabe Averroés, et plus communément au malheureux Pierre Desvignes, chancelier de Fréderic II, et à qui celui-ci fit crever les yeux.

L’auteur de la préface du manuscrit attribue l’ouvrage à ce dernier qui le composa-, suivant lui, en 125o, par ordre de son maître, en haine de la cour de Rome et de la religion chrétienne.

Une opinion assez accréditée est que le traité De tribus impostoribus, a pour auteur Straubius qui s’est caché sous le nom du chancelier de Fréderic, et a cité, en faisant imprimer son livre pour la première fois, en 1746, une ancienne édition sans titre, qu’il prétend être de 1598, mais qui n’existe pas.

[à compléter]

Traité des trois imposteurs / Esprit de Spinoza

1719 : La vie et l’esprit de M. Benoît Spinosa. La Haye,1719. Voici ce qu’en dit Jacques-Charles Brunet dans son Manuel du libraire et de l’amateur de livres :

Cet ouvrage dont les exemplaires se trouvent difficilement, surtout en papier fort, est attribué à Lucas , auteur des Quintessences contre Louis XIV; mais Prosper Marchand (Dictionnaire , t. I , p. 325) doute qu’il ait été composé par cet écrivain , et il cite plusieurs autres personnes à qui on l’a également attribué […]

1768 : Traité des trois imposteurs. Yverdon ; impr. du pofesseur Felice, 1768. Figure en format htm sur le  site de Gianluca Mori et en format image sur Google livres. Voir la notice de Barbier.

1775 : Traité des trois imposteurs. S.l. : s.n., 1775. En ligne sur Google livres.

1776 : Traité des trois imposteurs. Amsterdam : s.n., 1776. En ligne sur Google lives.

1777 : Traité des trois imposteurs. S.l. : s.n., 1777. En ligne sur Google livres. Les éditions de 1932 et 1973 s’y réfèrent. 

179? :  Traité des trois imposteurs. S.l. : s.n., [179?]. En ligne sur Gallica.

1793 : Traité des trois imposteurs. En Suisse, 1793

1932 : Traité des trois imposteurs. Moïse, Jésus-Christ, Mahomet. Paris: Éditions de l’idée libre, 1932, 160 p. Une édition électronique existe sur le sites des Classiques en sciences sociales.

1973 : Traité des trois imposteurs : manuscrit clandestin du début du XVIIIe siècle (éd. 1777) / présenté par P. Retat. Saint-Etienne, Universités de la Région Rhone-Alpes, 1973. (Collection : Images et témoins de l’âge classique ; v 3). Reprint de l’édition de 1777.

1991 : Traité des trois imposteurs : Moïse, Jésus-Christ, Mahomet, attribué au Baron d’Holbach,préface Pierre Naville. Paris, Edition de la Passion, 1991.

1994 : Traité des trois imposteurs. La vie et l’esprit de Spinoza, éditée par Silvia Berti, préface de R.H. Popkin. Turin, 1994

1999 : Le Traité des trois imposteurs et L’Esprit de Spinosa. Philosophie clandestine entre 1678 et 1768. Textes présentés et édités par Françoise Charles-Daubert, Oxford, Voltaire Foundation, 1999. Collection : Libre pensée et littérature clandestine, n° 8

2001 : L’esprit de Spinoza, Traité des trois imposteurs, Moïse, Jésus, Mahomet.  Paris, Max Milo Editions, 2001

De tribus impostoribus de Johan Joachim Müller

D’abord attribué au duc de la Vallière et à l’abbé de Saint-Léger. Selon Renouard,

c’est l’ouvrage d’un homme que sans doute on eût brûlé s’il avoit avoué son livre , mais qui professe le déisme, et n’est ni plus ni moins impie que beaucoup de gens de nos jours qui se croyent les personnes les plus irréprochables en matière de religion.

1861 : De tribus impostoribus; M.D.IIC.,  texte latin latin, collationné sur l’exemplaire du duc de La Vallière… par Philomneste junior (Gustave Brunet). Paris, Jules Gay, 1963.  En ligne sur Google livres. Réédition italienne de 1864 disponible sur Ebookbrowse.

1867 :  Le traité des trois imposteurs (De tribus impostoribus; M.D.IIC.), traduit pour la première fois en français, texte latin en regard… par Philomneste junior (Gustave Brunet). . Bruxelles, A. Bluff, 1867.  En ligne sur Gallica et sur Google livres.

Editions conjointes des deux ouvrages

2002 : L’art de ne croire en rien, Geoffroy Vallée ; préface Raoul Vaneigem ; suivi de Livre des trois imposteurs, édition Raoul Vaneigem. Paris, Rivages, 2002. Outre les deux ouvrages se présentant comme livre des trois imposteurs, il contient aussi celui de Geoffroy Vallée : Béatitude des Chrétiens ou le Fléau de la foy.

 

Quelques études sur le sujet

1712 : Bernard de La Monnoye dans sa Lettre au président Bouhier sur le prétendu livre des Trois imposteurs, écrite au début des années 1790, mais imprimée pour la première fois dans le tome IV de ses Menagiana en 1712, puis reproduite sous une forme pluso ou moins abrégée (Sentiments sur le Traité des trois imposteurs) dans de nombreuses éditions du Traité des trois imposteurs, En ligne sur Google livres. L’auteur y nie l’existence du livre des Trois imposteurs.

1716 : Jean Rousset de Missy (sous le pseudonyme de Pierre-Fréd. Arpe). Réponse à la Dissertation de M. de La Monnoye sur le livre des Trois Imposteurs. La Haye, Henri Scheurléer, 1716. Repris  dans la livraison de Menagiana de 1717 et du Traité des trois imposteurs (cf. Barbier). En ligne sur Google livres. L’attribution de l’ouvrage à Jean Rousset est due à Prosper Marchand qui réfute l’attribtion à Pierre-Frédéric Arpe, auteur d’une apologie de Vanini (cf. Quérard) . Il est à noter que Jean Rousset de Missy fait partie des auteurs auxquels a également été attribué le Traité lui-même. La Réponse en donne d’ailleurs une description détaillée avant même qu’il ne soit imprimé, l’auteur prétendant avoir eu le manuscrit en main. A ce compte, il ne s’agit plus d’une étude, mais d’une réclame…

1758 : Prosper Marchand. « Impostoribus (Liber de tribus), sive tractatus de vanitate Religionum » in Dictionnaire historique, La Haye, 1758, t. 1, pp. 312-329, réédité par J. Dean, en Appendice de : Heterodoxy, Spinozism, and free Thought in early-eighteenth-century Europe. Studies on the Traité des trois imposteurs,  Silvia Berti, Françoise Charles-Daubert et Robert H. Popkin, Dordrecht, éds.-Boston-London 1996, p. 477-524. En ligne et en français sur Verboden geschriften, Google livres

1783 : Augustin Calmet,  « Imposteurs » in Dictionnaire historique, critique, chronologique, géographique et littéral de la Bible

1819 : Antoine Augustin Renouard. Deux notices sur le De tribus impostoribus, anno MDIIC  et sur le Traité des trois imposteurs, in Catalogue de la bibliotheque d’un amateur… Volume 1. En ligne sur Archive.orgGoogle livres.

1861 : Gustave Brunet. « Notice bibliographique sur le traité De tribus impostoribus ». Cette notice de 55 pages constitue le début de son  édition latine et de son édition bilingue du De tribus impostoribus; M.D.IIC. En ligne sur Google livres et Gallica.

1920 : Louis Massignon, « La légende de tribus impostoribus et ses origines islamiques », Revue de l’Histoire des Religions, t. 82, 1920, p. 74-78. Repris in Massignon, Louis, Opera minora, éd. P. Youakim Moubarak, Paris, PUF, 1969, 3 vol. (réédition de l’édition de Beyrouth, 1963), vol. 1, p. 82-85.

1974 :  Jeroom Vercruysse. « Bibliographie descriptive des éditions du Traité des trois imposteurs », in Vrije universiteit Brussel», 1, 1974-1975, p. 65-70

1989 : François Charles-Daubert. «Les principales sources de L’Esprit de Spinosa, traité libertin et pamphlet politique », dans Lire et traduire Spinoza (Groupe de recherches spinozistes, Travaux et documents, ndeg. 1). Paris, PUPS, 1989, p. 61-107, et l’annotation de son édition du Traité des trois imposteurs, Paris 1996.

1991 : Silvia Berti. « Jan Vroesen, autore del Traité des trois imposteurs ? », Rivista storica italiana, CIII (1991), n° 2, p. 528-543

1993 : Miguel Benitez. « La diffusion du Traité des trois imposteurs au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1993, 40 (1), p. 137-151.

1996 :

Heterodoxy, Spinozism, and Free-Thought in Early Eighteenth-Century Europe. Studies on the «Traité des Trois Imposteurs», Silvia Berti, Françoise Charles-Daubert, , Richard H Popkin,  éds. Dordrecht/Boston/Londres, Kluwer, 1996.

Antony McKenna . « Les manuscrits philosophiques clandestins de l’Age classique: bilan et perspectives des recherches », XVIIe Siècle, n° 192 (1996), p. 523-535. En ligne sur le site de Gianluca Mori.

1999 : Françoise Charles-Daubert. Le « Traité des trois imposteurs » et « L’Esprit de Spinosa »: philosophie clandestine entre 1678 et 1768. Voltaire Foundation, 1999

2003 : Patrick Marcolini. « Le De tribus impostoribus et les origines arabes de l’athéisme européen», Les Cahiers de l’ATP, octobre 2003. En ligne sur Omphalos & Metanoia, C’est à dire

2008 : Catherine Gobert. « Remarque sur la généalogie de l’Histoire des Ajaoïens et du Traité des Trois imposteurs / L’Esprit de Spinosa », in Voltaire et les manuscrits philosophiques clandestins, numéro spécial de La Lettre clandestine, n° 16, 2008. Partiellement en ligne sur Google livres

2009 : Georges Minois, Le traité des trois imposteurs. Histoire d’un livre blasphématoire qui n’existait pas, Paris, Albin-Michel, 2009.

A voir aussi

Les articles « Imposteurs » de certaines éditions des dictionnaires de Louis Moreri, d’Augustin Calmet ou de Sylvain Maréchal

L’article de Wikipédia

Dossiers du Grihl, les bibliographie suivantes sous la responsabilité de Jean-Pierre Cavaillé

Bibliographie : Libertinage, libre pensée, irréligion, athéisme, anticléricalisme – 1  Bibliographie des travaux d’historiographie et de critique  09 février 2013

Bibliographie : Libertinage, libre pensée, irréligion, athéisme, anticléricalisme – 2 Bibliographie des travaux d’historiographie et de critique  09 février 2013

Bibliographie : Libertinage, libre pensée, irréligion, athéisme, anticléricalisme – 3 Sources et sites web consacrés à ces questions  25 janvier 2013

La Lettre clandestine propose de nombreux articles et bibliographies sur le sujet, comme par exemple :

« Sur les premières recherches  concernant les Trois Imposteurs », La Lettre clandestine, n° 2, 1993. En ligne sur Google livres.

 

Ne pas confondre

Le titre des Trois imposteurs a été utilisé pour attirer le chaland bibliophile vers des ouvrages ne portant pas sur Moïse, Jésus et Mahomet, mais dans un esprit de polémique philosophique ou littéraire. Voir par exemple le Vincentii Panurgi Epistola de tribus Impofloribus de Jean Morin, paru en 1654 à Paris et dirigé contre Gassendi, Neuré et Bernser, ou un autre, paru à Kiel en 1680 où les trois imposteur sont Edouard Herbert, Thomas Hobbes et Baruch Spinoza (cf. Anti-Baillet).


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Traité des trois imposteurs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *