Felix qui potuit rerum cognoscere causas…

Felix qui potuit rerum cognoscere causas,
Atque metus omnes et inexorabile fatum
Subjecit pedibus, streptitumque Acheronis avari.

 Ces quelques vers, extraits du livre II des Géorgiques de Virgile, figurent à la fin du dernier chapitre du Traité des Trois imposteurs Il n’est pas rare de les voir cités dans des textes d’auteurs aussi divers que Voltaire et Monseigneur Dupanloup, du temps où les humanités classiques étaient encore dominantes et respectées.

Je voudrais simplement vous proposer ici quelques unes des traductions qui en ont été données aux cours des trois derniers siècles. Comme vous le constaterez, elles ont plutôt gagné en sobriété. 

Celle de l’abbé Jacques Delille (1738-1823), disponible sur Remacle :

Heureux le sage, instruit des lois de la nature,
Qui du vaste univers embrasse la structure,
Qui dompte et foule aux pieds d’importunes erreurs,
Le sort inexorable et les fausses terreurs ;
Qui regarde en pitié les fables du Ténare,
Et s’endort au vain bruit de l’Achéron avare !

Celle Louis-Étienne Héricart de Thury, figurant  parmi les inscriptions des catacombes et reprise dans l’ouvrage de Xavier Ramette et Gilles Thomas, Inscriptions des catacombes de Paris: Arrête ! C’est ici l’empire de la mort :

Heureux celui qui, remontant à la source des choses, s’est défait de toute crainte, qui se rit du destin, et qui – sous ses pieds – a mis les frayeurs de l’insatiable Achéron.

Celle d’Auguste Sommer parue en 1853 et disponible sur le site de Latin, grec, juxta :

Heureux celui qui peut connaître les premières causes des choses ! Heureux celui qui a mis sous ses pieds les vaines terreurs des mortels, l’inexorable Destin et le bruit de l’avare Achéron !

Celle Maurice Rat, parue en 1932 et disponible sur Remacle, Itinera electronica et Bibliotheca classica selecta :

Heureux qui a pu connaître les causes des choses et qui a mis sous ses pieds toutes les craintes, et l’inexorable destin, et le bruit de l’avare Achéron !

Celle de M.T. figurant sur le site de l’académie de Nancy-Metz :

Heureux qui a su connaître les lois des choses,  terrasser toutes les peurs, l’intraitable destin, le tapage de l’Achéron vorace !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts


4 réflexions sur « Felix qui potuit rerum cognoscere causas… »

  1. Je propose une présentation sous-titrée qui n’est pas une traduction mais qui vise, comme les sous-titres d’une présentation en VO, à faire comprendre avec précision l’original. J’en rappelle le principe : si on ne tient pas compte des retraits, on retrouve l’ordre latin d’origine qui est respecté ainsi. Pour utiliser les retraits qui permettent de trouver l’ordre du français, on commence par lire la colonne de gauche (sans retrait) : « Heureux qui a pu étudier », puis la colonne avec un retrait « les raisons », puis celle avec deux retraits « des choses ». On repart à gauche avec un nouveau paragraphe, même si la phrase n’est pas finie comme ici.

    On trouvera de nombreux exemples de présentation sous-titrée sur mon carnet, La question du latin à l’adresse http://enseignement-latin.hypotheses.org/table-des-matieres#soustitr

    Felix qui potuit
    Heureux qui a pu
    __________rerum
    __________des choses
    cognoscere
    étudier
    _____causas
    _____les raisons

    Atque
    et [qui]
    _____metus omnes et inexorabile fatum
    _____toutes les anxiétés et la destinée implacable
    Subjecit pedibus
    mit [à ses] pieds
    _____streptitumque Acheronis avari
    _____et le tumulte de l’Achéron avide

  2. Aujourd’hui avocat honoraire de 82 ans, j’évoque ici avec nostalgie la mémoire d’Henri Solus, qui fut mon professeur de “droit judiciaire privé” – c’était l’appellation qu’il préférait à “procédure civile” – quand j’étais étudiant en licence en droit, ce qui nous ramène au milieu des années cinquante. C’est lui qui nous a fait connaître ce vers, insistant sur la forme passée de potuit qui implique un effort de recherche scientifique. Il se bornait ensuite à rappeler ce vers sous la forme résumée de felix qui potuit, chaque fois qu’il entamait l’historique des réformes et des raisons qui avaient amené à telle règle de droit.

  3. « Felix qui potuit rerum cognoscere causas ! »
    Le Vedânta dit également : « Quand le Soleil de la Connaissance spirituelle se lève dans le ciel du cœur, il chasse les ténèbres, il pénètre tout, enveloppe tout, et illumine tout. Celui qui a fait le pèlerinage de son propre « Soi », un pèlerinage dans lequel il n’y a rien concernant la situation, la place ou le temps, qui est partout, dans lequel ni le chaud ni le froid ne sont éprouvés, qui procure une félicité permanente et une délivrance définitive de tout trouble ; celui-là est sans action, il connaît toutes choses, et il obtient l’Éternelle Béatitude. »
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.