Les funambules de la ritournelle et autres chanteurs négligés, oubliés ou rebelles

Depuis plusieurs mois, Patrice Delbourg et ses complices des Papous dans la tête font bénéficier les auditeurs dominicaux de France Culture de quelques portraits de funambules de la ritournelle, ce terme étant aussi le titre d’un ouvrage à paraître prochainement(1) et présentant

100 portraits de personnalités qui ont marqué la chanson française, par ordre chronologique, d’Aristide Bruant à la nouvelle chanson française, en passant par Aznavour, Lapointe, Renaud, Ferrat, Leprest, Sheller ou Brassens.

Parmi ces chanteurs qui ont connu une gloire plus ou moins durable, une audience plus ou moins étendue,  je voudrai vous citer les suivants, que je ne connaissais pas toujours, mais que j’ai reconnu en entendant leurs chansons :

Ricet Barrier, voix de Saturnin et de Barbapapa et immortel auteur des Spermatozoïdes (lire – écouter) ;

Jean Constantin,

Jacques Debronckart, dont je vous recommande les expatriés d’Adelaïde,  J’suis heureux, hymne caustique à la société de consommation, La religion, credo sceptique et athée, et ses Mutins de 1917, longtemps censuré en France où on ne badine pas avec l’héroïsme guerrier ;

Harry Fragson dont le Si tu veux Marguerite perdure  à travers son seul refrain (« Si tu veux faire mon bonheur, Marguerite, Marguerite, si tu veux faire mon bonheur, donne-moi ton cœur ») et qui fut un auteur-compositeur-interprète exceptionnel et introducteur du ragtime en France ;

 Georgius, dont je connaissais deux chansons sans en savoir l’auteur (Ca… c’est de la bagnole et Le lycée Papillon à faire écouter à tous collégiens, bacheliers et autres étudiants bachotant leurs examens) et dont j’ai découvert la chanson anti-hitlérienne, Il travaille du pinceau ;

René-Louis Lafforgue, chanteur libertaire et prolixte (Le pavé de ma rue, Julie la rousse, Le grand manitou, La fête est là)

Pierre Louki pour son Qui viendra me dire bonsoir

 Bref, je pense que le livre à paraître sera des plus intéressants.

Cependant, il est d’autres moyens de découvrir des chanteurs un peu oubliés, et en tout premier lieu en étant réceptif au hasard. N’est pas ce que l’on nomme la séprendipité ? C’est en regardant le film La guerre est déclarée que j’ai entendu  La fac des lettres de Jacqueline Taïeb et c’est en faisant une recherche sur Jacques Debronckart sur Youtube ou sur Songbird.me que j’ai rencontré Gribouille, étoile filante de la chanson française appréciée de Cocteau. Du reste un chanteur en amène souvent à un autre comme dans certains articles de Facile la musique ou d’Agoravox.

Et puisque j’en suis à parler de sites, en voici quelques uns pour exhumer ces chanteurs un peu oubliés ou négligés par les médias.

Chanson rebelle, site du chanteur Gérard Gorsse, où sont répertoriés de un grand nombre de ces créateurs hors système, dont beaucoup de vivants.

Les sites De la belle époque aux années folles et  Du Temps des cerises aux Feuilles mortes ont des noms qui se passent de commentaire et constituent de bonnes bases de données sur les chanteurs de ces années-là.

Encyclopedisque est une mine d’informations notamment sur les 45 tours : cette base de données a été créée par petite équipe de passionnés qui se sont rencontrés sur Bide & Musique, la webradio de l’improbable.

_________________

(1) Les funambules de la ritournelle : d’Aristide Bruant à Benjamin Biolay. Ecriture, à paraîre en septembre 2013.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

3 réflexions au sujet de « Les funambules de la ritournelle et autres chanteurs négligés, oubliés ou rebelles »

  1. merci pour cette page pleine de pistes pour la chanson française. je voudrais quand même vous dire que Gribouille a été mieux qu’une étoile filante ; moi qui suis née dans les années 5O, je l’ai entendue toute mon enfance à la radio.

  2. Entre la sortie de son premier 45 tours en 1963 et sa mort en janvier 1968 s »écoulent moins de 5 ans et elle n’avait pas 27 ans quand elle est morte. Alors elle n’est peut-être pas une étoile filante, mais sa carrière fut brève comparée à bien d’autres, et c’est bien dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *