Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun

Voici bientôt quatre ans, j’ai consacré une chronique à Pigault-Lebrun, auteur de pièces de théâtre et de romans qui, pour être légers, n’en ont pas moins eu un réel succès en son temps et même plusieurs décennies après sa mort. J’avais également découvert qu’il avait écrit un recueil de citations contre la religion chrétienne intitulé Le Citateur, publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Comme je préparais alors une webographie sur l’athéisme, j’avais entrepris d’en faire la liste et de repérer celles qui étaient disponibles en ligne. Puis j’avais laissé cela parmi les très nombreux brouillons qui constituent la partie immergée de ce blog.

Voici quelques jours, j’ai voulu reprendre cette recherche et j’ai découvert, parmi les apostilles consultables sur le site des éditions Plein chant, un intéressant parallèle entre Le Citateur et Le Petit citateur, ce dernier ouvrage ayant pour auteur un certain Jules Choux. Je vous en donne ci-dessous un extrait pour servir d’introduction à la liste des éditions du Citateur, laquelle fera l’objet de mises à jour.

   Le Citateur, par Pigault-Lebrun (Jean-Nicolas Barba, libraire, palais du Tribunat, derrière le Théâtre-Français, n° 51) parut pour la première fois en 1803 (2 volumes in-12) et le fils de Jean-Nicolas Barba, Gustave, installé rue de Seine, en donna une nouvelle édition en 1830, précédée de cet avertissement: «Il existe dans le commerce une contrefaçon entièrement tronquée, publiée dans le format in-8°. Je déclare que cet ouvrage étant ma propriété, je poursuivrai [etc.]». En 1811 déjà avait paru une contrefaçon, mais en 2 volumes in-12, sous la fausse rubrique de Hambourg, à Paris en réalité. Le Citateur fut souvent réimprimé, mais restait rare car les dévots s’appliquaient à le détruire puisque il avait été mis à l’index, condamné par un décret du Saint-Office, le 22 novembre 1820, puis le 20 janvier 1823. Le Petit Citateur de Jules Choux parut pour la première fois en 1869, publié dans la clandestinité à Bruxelles, sous la fausse rubrique de Paphos. On serait tenté d’en attribuer la publication à Jules Gay, mais sans preuve. Dans la mesure, néanmoins, où il sera publié une seconde fois par Jean Gay, le fils de Jules, en 1881, sous la raison éditoriale Gay et Doucé, avec la même fausse rubrique: Paphos, on peut croire que Jules Gay en fut l’éditeur.

Si Le Petit Citateur fut publié successivement par Jules Gay puis par son fils, il est curieux de constater que Le Citateur fut également publié à Bruxelles, et par Jean Gay, ce qui montrait que les deux livres s’adressaient aux mêmes lecteurs, les curieux amateurs de livres clandestins. Cela en 1879, dans une collection nommée «Bibliothèque verte». Pour attirer plus de curieux encore que n’en attirait le nom de Pigault-Lebrun, Jean Gay voulut innover; il s’explique, dans un avant-propos signé G[ay]. D[oucé]:

«Voulant modifier le ton criard qu’offre l’impression en encre noire sur papier blanc, après avoir étudiés les diverses impressions faites sur papiers nuancés et celles en encre de couleurs, nous avons reconnu que l’encre verte foncée était préférable à toute autre.

Nous publions donc le présent livre en encre verte, et s’il reçoit un bon accueil du public lettré, comme nous l’espérons, nous nous proposons de le faire suivre par une série d’ouvrages curieux.»

Mal lui en prit, car un critique littéraire de la revue mensuelle d’Octave Uzanne n’apprécia guère: «Je ne parlerai que pour mémoire d’une réimpression du Citateur de Pigault-Lebrun. Obéissant à une ingénieuse fantaisie, les éditeurs avaient demandé à l’imprimeur une impression en encre verte, mais cet essai n’a pas réussi» (Le Livre, janvier 1880, «Correspondances étrangères», p. 16).

Lorsque Jean-Nicolas Barba édita les Œuvres complètes de Pigault-Lebrun, de 1822 à 1824, en 20 volumes in-8°, il s’abstint d’y inclure Le Citateur et La Folie espagnole. Qu’à cela ne tienne, la Bibliothèque des Curieux, équivalent affadi de Gay et Doucé, à cette différence près qu’elle était légale, publia les deux titres dans le même volume.

Dans la liste ci-dessous sont donnés le nom de l’éditeur, la date des éditions repérées et éventuellement le lien vers une version numérisée.

 

Barba

Les marchands de nouveautés

  • 1834
  • 1836

Gay et Doucé, 1879

Degorce-Cadot, 1887

Librairie de la Bibliothèque Nationale

R. Baudouin, 1978


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion sur « Le Citateur, un traité d’athéologie de Pigault-Lebrun »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.