La Belle et la Bête

Paru d’abord en 1740 dans un recueil de contes de Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins, ce conte n’a connu la célébrité que lorsqu’il fut abrégé par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont dans son Magasin des enfants en 1756, laquelle a supprimé notamment toute la seconde partie où Madame de Villeneuve relatait la querelle des fées expliquant l’origine royale de la Belle. Cette dernière version servira de base à la plupart des adaptations ultérieures.

Edition du Cabinet des fées disponible sur Gallica.

Paul Remy. « Une version méconnue de « La Belle et la Bête » ». Revue belge de philologie et d’histoire, t. 35 n° 1 (1957), p. 5‑18, en ligne dans Persée.

Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p.

Compte-rendu de l’ouvrage : Anne Defrance. « Madame de Villeneuve, La Jeune Américaine et les contes marins (La Belle et la Bête), Les Belles Solitaires – Madame Leprince de Beaumont, Magasin des enfants (La Belle et la Bête), édition critique établie par Elisa Biancardi, « Bibliothèque des Génies et des Fées, vol. 15 », Paris, Honoré Champion, 2008, 1636 p. » Féeries. Études sur le conte merveilleux, XVIIe-XIXe siècle, n° 6 (2009): p. 255‑258, en ligne dans Revues.org.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

2 réflexions au sujet de « La Belle et la Bête »

  1. c’est en 1756 et non 1757 que Madame Leprince de Beaumont a publié sa version.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *