Dom Calmet et les vampires

Je vous ai déjà parlé des chroniques bibliophiliques de Bernard Gallimard-Flavigny. J’ai découvert dernièrement que, outre ses interventions sur Canal Académie en tant que bibliologue, il a aussi un blog depuis le mois de février dernier.

Parmi ses billets, celui du  20 mars, intitulé Le moine et les vampires, porte sur l’érudit bénédictin Augustin Calmet (1672-1757) et sa Dissertation sur les apparitions des anges, des démons et des esprits et sur les revenans, et vampires de Hongrie, de Bohême, de Moravie et de Silésie (Paris, de Bure, 1746, in-12).

Sur la vie de cet éminent savant, je vous renvoie aux sources suivantes

  • Sa biographie dans Wikipedia où vous trouverai aussi une bibliographie de ses ouvrages.
  • Les habituelles biographies universelles publiées au cours du XIXe siècle et disponibles sur Gallica ou Google livres.
  • La vie du très-révérend père D. Augustin Calmet, abbé de Senones, avec un Catalogue raisonné de tous ses ouvrages…. par Dom Augustin Fangé (1709-1784), neveu de Dom Calmet (cf. Essai philologique sur les commencemens de la typographie à Metz, et sur les impimeurs de cette ville par Guillaume Ferdinand Teissier). Paru à Senones chez Joseph  Pariset en 1762, cet ouvrage est disponible en trois exemplaires sur Goole livres : ex.1 : ex.2 ; ex.3.

Je voudrais m’attarder ici sur les écrits de ce bénédictin au sujet des vampires et sur ce qu’en ont dit ses contemporains.

Les ouvrages de Dom Calmet sur les vampires

Google livre met à notre disposition les deux premières éditions de la Dissertation, celles de 1746 et 1749, à Paris, chez Debure.

En 1751 paraît chez le même impimeur une nouvelle version complétée et corrigée, le Traité sur les apparitions des esprits et sur les vampires ou les revenans de Hongrie, de Moravie, & c., dont les deux volumes sont consultables tant sur Google livres que dans Gallica.

D’après le catalogue de la BNF, nous avons ensuite, pour le XVIIIe siècle, une traduction allemande publiée à Augsburg en 1757 et une réédition du Traité parue en 1759 à Senones, chez Joseph Pariset, l’imprimeur qui publie trois ans plus tard la Vie de Dom Calmet écrite par son neveu.

Ensuite,  plus rien semble-t-il jusqu’en 1986, date à laquelle l’éditeur J.Millon publie  Dissertation sur les revenants en corps, les excommuniés, les oupires ou vampires, brucolaques, etc., 1751 présenté par Roland Villeneuve, qu’il réédite en 1998. Il s’agit d’une réédition, sous un nouveau titre, du Traité de 1751. Elle paraît dans la collection Atopia où ont été exhumés d’autres traités de démonologie, comme Le marteau des sorcières ou le Discours de la lycanthropie.

Cependant l’ouvrage de Dom Calmet figure aussi, sous forme d’extraits, dans des anthologies grand public. Une bibliographie trouvée sur un site dédié aux vampires nous en donne deux exemples :

Histoire de vampires, LGF, 1971 (Le Livre de poche n° 3198). Cette anthologie très éclectique présentée par Roger Vadim a d’abord été publié chez Robert Laffont en 1961 (plus d’informations sur Index SF).

Vampires : une anthologie, Bartillat, 2008. Il s’agit d’une sélection réalisée par Francis Lacassin.

 Réactions des contemporains de Calmet

Ses rétracteurs les mieux connus sont l’abbé Lenglet-Defresnoy avec son Traité historique et dogmatique sur les apparitions, les visions & les révélation particulières, disponible sur Google livres (tome 1 ; tome 2) et Voltaire avec l’article « Vampire » du Dictionnaire philosophique accessible sur Voltaire integral, dans Google livres (ex. 1 ; ex. 2 ; ex. 3) et dans Gallica.

Une défense inédite jusqu’à aujourd’hui de l’ouvrage de Calmet, Réflexions sur le Traité des Apparitions de dom Calmet, par Dom Ildefonse Cathelinot, est parue chez J.Millon. Voici ce qu’en dit l’éditeur.

En 1746, dom Augustin Calmet, Bénédictin connu dans l’Europe entière pour ses travaux d’exégèse biblique, publia la première édition de son Traité des Apparitions, qui réinstallait au cœur de la culture savante des Lumières tout un monde surnaturel qu’on croyait aboli. L’ouvrage essuya une vague de critiques, notamment de la part de Voltaire, et un confrère de dom Calmet, dom Ildefonse Cathelinot, prit la plume pour rédiger une série de Réflexions et remarques, demeurées inédites jusqu’à ce jour. Elles rappellent avec énergie aux philosophes et aux théologiens, tentés par un rationalisme réducteur, que le surnaturel fait partie de l’ordre du monde : quels que soient les progrès accomplis dans l’interprétation des faits, il demeurera toujours un noyau de récits mettant en scène des Anges, des Démons et des apparitions qui se révélera irréductible à l’explication, sauf à admettre qu’Anges, Démons et apparitions sont bien des catégories de la réalité, et non des fictions. Conservée dans un manuscrit unique, l’apologie de dom Cathelinot est ici publiée pour la première fois.

Aller plus loin

Une analyse récente de l’ouvrage figure dans l’ouvrage d’Emmanuelle Sempère, De la merveille à l’inquiétude : le registre du fantastique dans la fiction narrative au XVIIIe siècle (Bordeaux, 2009), dont e larges extraits sont consultables sur  Google livres.

3 sites sur le thème des vampires, pas seulement sous leur aspect sanguinolant, avec des bibliographies et des textes parfois bien intéressants :

Vampires, les enfants de Séléné

Histoires de vampires

Oscurantis

Enfin, à titre d’indication, une simple recherche sujet à « vampires » dans le catalogue du Service commun de la documentation de l’université de Tours  (après tout, c’est là que je travaille) ne donne pas moins de 24 résultats. Il faut que j’aille y voir de plus près…


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *