Pierrone la Bretonne, compagne de Jeanne d’Arc

En faisant une recherche sur Jeanne d’Arc – vous savez, la bonne Lorraine qu’Anglais brûlèrent à Rouen et qu’un certain parti politique a hélas enrôlée sous sa bannière tricolore – je fus fort ébahi d’apprendre qu’elle avait suscité des adeptes en la personne de prophétesses venues se joindre à son entourage comme Catherine de la Rochelle et Pierrone la Bretonne. Cette dernière a eu un sort similaire à celui de la native du Barrois, puisqu’elle fut brûlée vive le 3 septembre 1430 sur le parvis de Notre-Dame de Paris, quelques mois avant le bûcher de Rouen (cf. Journal d’un bourgeois de Paris).

Après son exécution, Pierrone tombe dans un oubli profond d’où la tire Narcisse Quellien(1) à la fin du XIXe siècles suscitant publications, polémiques etc. car cet auteur ne s’est pas embarassé pour inventer certains détails quand ceux-ci manquaient dans les archives (Pierrone rebaptisée Perrinaïc ; naissance supposée à Guranhuel…). Il lança non sans talent à partir de 1891 une vaste campagne afin d’en faire une héroïne nationale, tentant en particulier de susciter une souscription publique pour l’érection d’une gigantesque statue de bronze en son honneur sur un piédestal de 60 pieds au sommet du Menez Bré. Arthur de La Borderie et d’autres historiens n’eurenl aucun mal à dévoiler la mystification et la campagne prit fin en 1895 aussi vite qu’elle avait commencé (cf. Institut culturel de Bretagne).

Mais il n’empêche que Pierrone la Bretonne a belle et bien existé, même si elle différait sans doute l’image qu’en a donné Quillien. Voici quelques lectures pour vous faire une idée sur la question.

Narcisse Quellien. Perrinaïc, une compagne de Jeanne d’Arc. Paris, Fischbacher, 1891.

Voir le compte rendu par Gemain Lefèvre-Pontalis,  Bibliothèque de l’école des chartes, 1892, vol. 53, p. 162-164.

W. Pascal-Estienne. Perinaïk. Une Bretonne compagne de Jeanne ďArc. Étude historique. Préface de Lionel Bonnemère. 2e édition. Paris, Camuel, 1893.

Voir le compte rendu par Gemain Lefèvre-Pontalis,  Bibliothèque de l’école des chartes, 1895, vol. 56, p. 168-171.

Arthur de La Borderie. « Une prétendue compagne de Jeanne d’Arc ; Pierrone et Perrinaïc », Le Correspondant, 1894, t. 139 = t. 175, p. 898-912.

Edmond Biré. « Choses de Bretagne » in Dernières causeries historiques et littéraires. Lyon, E. Vitte, 1898.

Voir aussi 4e édition (1927)

Le P. Stephen CoubéJeanne d’Arc et la France. Paris : P. Lethielleux, [1910]

Charles Le Goffic. « La vraie Perrinaïc » in L’âme bretonne. Paris, H. Champion, 1910.

___________

(1) Après quelques précurseurs comme Jules Michelet ou Anatole France dont La vie de Jeanne d’Arc paraissait alors dans la Revue des familles.



Citer ce billet
Jean Stouff (2014, 10 juin). Pierrone la Bretonne, compagne de Jeanne d’Arc. Biblioweb. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lz8a

Une réflexion sur « Pierrone la Bretonne, compagne de Jeanne d’Arc »

  1. passionné d histoire depuis mon plus jeune age
    je me souviens avoir eu en mains un livret d histoire (prix des écoles de Paris de mon père) ou au chapitre délivrance d ‘Orléans par Jeanne D Arc, elle apparait avec à ses cotés une jeune femme en armes et armure tete découverte et tenant sa bannière…
    coincidence? ou clin d oeil d un initié de la présence de Pierrone ou de Catherine…cordlmt
    jluc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.