Le baron de La Hontan et son ombre

Dans une chronique du 8 mars dernier sur les dangers de la lecture, j’annonçais de prochaines chroniques sur les auteurs qui se sont heurtés à la censure et à l’intolérance religieuse au cours des siècles passés. J’avais laissé ce chantier de côté jusqu’à une chronique sur l’abbé Raynal en septembre dernier. J’y reviens maintenant pour le baron de La Hontan.

Biographie

Sa vie est ainsi résumée sur Weblettres

Le baron de La Hontan (1666-1716) : fils d’un gentilhomme ruiné du Béarn, il part à dix-sept ans pour le Canada, avec les troupes de la Marine envoyées par la France pour coloniser le pays et combattre les Iroquois. Participant aux expéditions militaires, il explore la région des grands lacs, découvre la vie des Amérindiens, et juge sévèrement les méthodes de colonisation. Il en ramène des récits de voyage qui connaîtront un grand succès au début du XVIIIe siècle (voir ci-dessous). En 1693, il remplit l’office de lieutenant du roi à Terre-Neuve. Il s’enfuit la même année et parcourt l’Europe. A la fin de sa vie, il se lie d’amitié avec Leibniz et termine ses jours à Hanovre.

Pour plus de détails, voir

Wikipedia

La bibliothèque indépendantiste (ajout du 22 février 2013)

Bibliographie universelle de Michaud dans Google livres,

Dictionnaire biographique du Canada en ligne

Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française

L’article de Henri Froidevaux « Un document inédit sur Lahontan » (Journal de la Société des Américanistes, 1903, vol. 4, n° 4-2, p. 196-203), disponible dans Persée, porte uniquement sur un épisode de la vie de La Hontan du temps où il était réfugié aux Provinces-Unies.

Bibliographie

Victor Hugo Paltsits. Bibliography of the writings of baron Lahontan. Chicago : A. C. Mc Clurg, 1905. In-16, paginé LI-XCIII. Separate from the Reprint of « La Hontan’s New voyages to North-America, edited by Reuben Gold Thwaites »

Œuvres complètes

Œuvres complètes, éd. critique par Réal Ouellet. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 1990. (Bibliothèque du nouveau monde)

Voyages dans l’Amérique septentrionale

Nouveaux voyages de M. le baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. La Haye : les frères L’Honoré, 1703. 2 tomes. Les 2 tomes sur >Gallica, et tome 1 sur Google.

Voyages du baron de La Hontan dans l’Amérique septentrionale. Amsterdam : chez François L’Honoré, 1705. Tome 1 sur Google.

Un outre-mer au XVIIe siecle : voyages au Canada du baron de La Hontan, Paris : Plon-Nourrit et Cie, 1900. Archive internet et Gallica.

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage

C’est l’œuvre la plus connue de La Hontan, celle qui a eu le plus d’influence sur ses contemporain avec son mythe du bon sauvage repris par Diderot ou Voltaire. Pourtant, comme le rappelle dans une chronique du 17 mars dernier Bertrand Galimard-Flavigny, ils sont généralement attribués à Nicolas Gueudeville.

Les éditions anciennes en ligne

Dialogues de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage, dans l’Amérique : contenant une description exacte des moeurs et des coutumes de ces peuples sauvages ; Avec les voyages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1704. Gallica, Google livres et Archive.org.

Suite du Voyage de l’Amérique, ou Dialogue de M. le baron de Lahontan et d’un sauvage de l’Amérique :contenant une description exacte des moeurs et coutumes de ces peuples sauvages, avec les voiages du même en Portugal et en Danemarc… Amsterdam : Vve de Boeteman, 1728. Gallica. Le catalogue de la BNF, qui se fie à Barbier, l’attribue à Nicolas Gueudeville.

Les éditions récentes

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé et Mémoires de l’Amérique Septentrionale, publiés par Gilbert Chinard. The Johns Hopkins Press, Baltimore, Maryland. A. Margraff, Paris. Oxford University Press, London, 1931. (cf. Bookinerie.com)

Dialogues avec un sauvage / introduction et notes par Maurice Roelens. Paris : Éditions sociales, 1973.

Dialogues de Monsieur le baron de Lahontan et d’un sauvage dans l’Amérique , éd. présentée, établie et annotée par Henri Coulet. Paris : Desjonquères, 1992. Réédité en 1993 et 2007.

Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé, texte établi et présenté par Thierry Galibert. Arles : Sulliver : 2005.

Des extraits sont proposés sur les sites suivants

Littérature Québecoise

Apophtegme

Séminaire de romanistique de l’Université de Fribourg

La réception

Voir ce qu’en disent des contemporains de La Hontan, comme Jacques Basnage dans le vingtième volume de so Histoire des ouvrages des sçavants (1704), Jonathan Carver dans Voyage dans les parties intérieures de l’Amérique septentrionale (1734) ou les auteurs du dix-huitième tome de la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savans de l’Europe, (1737). Dans ce dernier ouvrage, les fameux dialogues sont déjà attribués à Gueudeville.

Voir aussi des études récentes :

Paola Basile. La Hontan et l’évolution moderne du mythe du bon sauvage. Mémoire de maîtrise : Unversité McGill (Montréal), 1997. En ligne.

Réal Ouellet. « Lahontan et Exquemelin : deux exemples de dérive textuelle (XVIIe-XVIIIe siècles) », Tangence, n° 74, hiver 2004, p. 45-57. Erudit.

Et qu’en est-il de Nicolas Gueudeville ?

Pour le savoir, je vous renvoie à un article bien documenté de Wikipédia qui renvoie notamment à la Biographie rouennaise de Théodore Eloi Lebreton (1865), disponibe sur Google :

GUEUDEVILLE (Nicolas), ne en 1652, d’un médecin de Rouen , embrassa la vie monastique dans la congrégation des Bénédictins de Saint-Maur, et fit profession dans l’abbaye de Jumiéges, le 8 juillet 1671. 11 commençait à se distinguer dans la prédication, lorsque son esprit d’indépendance et la singularité de ses opinions sur les matières les plus respectables lui attirèrent les reproches de ses supérieurs. Pour éviter les punitions qu’on était sur le point de lui infliger, Gueudeville résolut de prendre la fuite , ce qu’il exécuta en escaladant les murs de son couvent.

S’étant retiré en Hollande, il y embrassa le calvinisme, se maria et alla ensuite s’établir à Rotterdam, où il se livra à l’enseignement de la langue latine. Comme il écrivait avec beaucoup de facilité, il songea à faire ressource de sa plume et publia à La Haye, en 1699, sous le voile de l’anonyme, une espèce de journal intitulé : Esprit des Cours de l’Europe, publication qui eut une grande vogue dans ce pays, à cause des traits satiriques qu’il contenait contre les ministres de France.

M. d’Avaux, notre ambassadeur, demanda et obtint, en 1701, la suppression de ce pamphlet périodique ; mais, après son départ, Gueudeville reprit sa publication sous le nouveau titre de : Nouvelles des Cours de l’Europe, et la continua avec succès tant que les circonstances lui fournirent les moyens d’amuser la malignité publique, ce qui dura jusqu’en 1710. La collection de ce journal se compose de dix-huit volumes in-12.

Les principaux ouvrages de ce publiciste, qui a beaucoup écrit dans tous les genres et fait un grand nombre de traductions , sont : le Grand Théâtre historique universel, Leyde , 1705 , 5 vol. in-fol., fig., traduction libre d’un ouvrage allemand d’Imhof ; Atlas historique, ou Nouvelle Introduction à l’histoire, avec un supplément par Limiers, Amsterdam, 1713-1721, 7 vol. in-fol. ; Eloge de la Folie, par Erasme , Leyde , 1713, in-12, traduction ; Comédies de Plaute , Leyde , 1719; Colloques d’Erasme , Leyde , 1750 , 6 vol. in-12 ; Traité de Corneille Agrippa sur la noblesse et excellence du sexe féminin , avec une traduction sur l’instabilité et vérité des sciences, Leyde ‘, 1726, 3 vol. in-8. Malgré le nombre de ses ouvrages, Gueudeville mourut à La Haye , vers 1720, dans un état voisin de la misère.

Voir aussi, sur ses idées politiques et sociales :

Myriam Yardeni. « Gueudeville et Louis XIV. Un précurseur du socialisme, critique des structures sociales louis-quatorziennes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, T. 19, n° 4 (oct. – dec., 1972), p. 598-620. Cet article, accessible sur Gallica, a été repris dans l’ouvrage du même auteur, Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières, 2005, p. 218 et suiv.

Aubrey Rosenberg. Nicolas Gueudeville and his work (1652-172?). La Haye : Martinus Nijhoff, 1982. Voir sur cet ouvrage une chronique de Michèle Mat parue dans la Revue belge de philologie et d’histoire, 1986 , vol. 64 n° 4, p. 865-866, disponible sur Persée.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.