Le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon

La Médiathèque de la Communauté urbaine d’Alençon vient d’ouvrir sa bibliothèque numérique qui comporte notamment le fonds d’Adhémard Leclère, administrateur colonial au Cambodge entre 1886 et 1911. Cette collection se compose de 36 dossiers manuscrits, rassemblés par Adhémard Leclère, sur l’histoire, la religion, l’économie et la société khmère, et d’ouvrages sur la littérature, les sciences, l’histoire, dont celle de la ville d’Alençon, la politique, l’art, la religion et l’orientalisme.

Nous avions déjà rencontré Adhémard Leclère dans une précédente chronique sur le conte de Cendrillon chez les Chams et d’autres contes du Cambodge.

Voir aussi mes autres chroniques concernant le Cambodge.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Jean Stouff (20 août 2014). Le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon. Biblioweb. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/lz8d


4 réflexions sur « Le Cambodge dans le fonds Adhémard Leclère de la bibliothèque d’Alençon »

  1. Bonjour,
    Faisant une recherche sur le Cambodge en 1885-1886, je cherche à consulter l’ouvrage d’Adhémard Leclère ci-dessous :
    Mes souvenirs. 9. [Mise en forme du carnet de voyage 1886-1893] . La 1ère de couverture s’affiche à l’écran mais la lecture numérique est impossible.
    Je suppose qu’il faut s’abonner sur votre site, mais je ne trouve aucun lien permettant de le faire.
    Merci de bien vouloir m’y aider,
    C. Nielly

  2. Bonjour,

    Visiblement vous avez accéder au fonds Adhémar Leclère à partir de la chronique que j’y ai consacrée sur mon blog. En fait, je n’ai fait que relayer une information et ce fonds ne dépends pas de moi… Je vous conseille de vous adresser à la bibliothèque d’Alençon, car c’est d’elle dont dépend ce fonds numérisé.

    J’ai quand même regardé. Je pense que la difficulté vient de ce que le document a été numérisé feuille à feuille et non comme un tout. Du coup on doit interroger les pages une à une. C’est vrai que ce n’est pas très commode, c’est sûr…

    Bien cordialement,

    Jean Stouff

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.