Arles selon… Jean Aicard (2)

Jean AICARD 1848-1921

Romancier, poète, membre de l’Académie française, Jean Aicard est un homme de la Provence centrale, l’actuel département du Var : né à Toulon, maire de son village Solliès-Ville, auteur de Maurin des Maures. Pourtant une partie de son œuvre est consacré au pays d’Arles : une part importante du recueil Poèmes de Provence et ses romans Le roi de Camargue et Notre Dame d’Amour.  

POÈMES DE PROVENCE

Poèmes de Provence, parus en 1873 chez A. Lemerre, suivie dès l’année suivante d’une édition revue et augmentée. Parmi les vingt-neuf poèmes parus dans cette dernière, nous avons choisi de reproduire « La ferrade » et « Arles ». dans leur intégralité. Cependant, dans le « Le Rhône » qui  figure aussi dans ce recueil, Jean Aicard évoque les Arlésiennes. En voici l’extrait :

Sans pouvoir t’ indigner le mistral te devance…
Ah ! tu voudrais marcher toujours plus lentement !
Et même, pour mieux voir le ciel de la Provence,
Tu voudrais un seul jour n’être qu’un lac dormant.

Car voici par essaims les belles filles d’Arles,
Leurs cheveux couronnés du large velours noir,
Le cœur pris au langage amoureux que tu parles,
Qui sur tes bords charmants viennent rêver le soir.

Tu reflètes le ciel et leurs yeux, leur visage,
Et leur sein rebondi comme un doux raisin mûr;
Et le mirage vert du riant paysage
Frissonne renversé dans tes reflets d’azur.

LA FERRADE

 Les taureaux de Camargue, errant à l’aventure,
Ardents comme autour d’eux la farouche nature,
Heurtant leur corne aiguë au tronc des tamarins,
Boivent à pleins naseaux, avec les sels marins,
La force et l’âpre orgueil des libertés sauvages,
Et parfois, dans les joncs désolés des rivages.
On les voit, effarant les oiseaux d’alentour,
Beugler vers l’infini leurs colères d’amour.

 Donc ils sont fiers, ils sont libres, et l’île est grande.
Un jour il faut aller les prendre dans leur lande
Et qu’ils sentent, vaincus, soumis au fer brûlant,
La marque de leur maître imprimée à leur flanc.
Des bouviers à cheval les lacent par les cornes,
Puis les traînent, la honte emplissant leurs yeux mornes,
Dans un cirque mal clos par des chars et des pieux.

Le taureau lent promène autour de lui ses yeux.
Dans un brasier le fer se chauffe à blanc. La foule
(Car l’homme est curieux même du sang qui coule)
Vient se presser autour du cirque trop étroit;
Parfois cent spectateurs se hissent sur un toit.
La Ferrade ! On y vient d’Arles; c’est une fête.

Les cornes en avant, baissant sa lourde tête,
Le taureau fait entendre un mugissement sourd,
Quand un jeune homme leste, au cou nerveux, accourt
Et saisit à pleins poings ses cornes redoutables.
A l’entour, sur les toits, sur les chars, sur les tables,
On frémit. Le lutteur, se sentant regardé,
Veut vaincre seul ; il veut, de sueur inondé,
L’œil luisant à travers sa chevelure noire,
Rouge, cambrant les reins et tordant la mâchoire,
Arc-bouté sur ses pieds, d’un brusque mouvement
Étendre tout du long l’animal écumant.
Le noir taureau secoue en vain l’homme qu’il traîne ;
Il recule; on entend son pied creuser l’arène ;
Sa queue ondule; il souffle et gronde à chaque pas,
Mais le dompteur le suit et ne le lâche pas.
Et les femmes, d’un œil fixe, les lèvres pâles.
Regardent en tremblant les deux superbes mâles.

 L’homme, un pied en avant, sent contre son genou
Par instants s’appuyer le mufle chaud et mou.
« Hourrah, l’ami! tiens bon, mon homme! » On l’encourage
Tandis que, maîtrisant l’animal fou de rage,
Sur les cornes, leviers vivants, l’homme hardi
Pèse; et l’ardent taureau qui résiste a roidi
Son cou large où le sang afflue avec la force.
La chemise en sueur moule les nœuds du torse.
Les deux efforts se font équilibre un moment :
Les champions égaux sont là, sans mouvement…
Oh ! comme alors le cœur vous bat, blondes et brunes !
On peut voir, au visage ému de quelques-unes,
Quels doux prix obtiendra le jeune et beau vainqueur !…
Soudain l’homme adroit cède, et d’un effort trompeur
Dans le sens même où tend la résistance aveugle,
Il abat le taureau qui s’allonge, et qui beugle
Couché sous le genou de son fier ennemi.

 C’en est fait! — Le vaincu gisant ferme à demi
Ses yeux pleins de regret de la lande marine,
Puis, frémissant, soufflant du feu de sa narine,
S’abandonne en silence aux morsures du fer.
Deux fois déshonoré, dans sa force et sa chair.

ARLES

Arles, tes Aliscamps sont pleins d’éclats de rire ;
C’est là que les amants aujourd’hui vont se dire
L’éternité de leurs amours :
Les sarcophages creux, aux deux bords de la route,
Sont leurs bancs familiers, et la Mort les écoute
Quand ils disent ce mot : toujours!

Oh ! qui d’eux ou de vous, tombeaux de pierre creuse,
Qui dit vrai ? Les amants ont la jeunesse heureuse.
Vous le néant du souvenir ;
Mais chaque Avril vieillit les amants; vous, les combes
Pleines de mousse humide où boivent les colombes,
Chaque Avril vous fait rajeunir.

O portiques, châteaux qui croulez, la lumière
Sur vos frontons noircis joue à travers le lierre,
Et vous fait paraître vivants.
Ruines, devant vous le passant cherche et songe ;
Est-ce la vie ou bien la mort, l’herbe qui ronge
Vos murs qui tremblent à tous vents ?

Sous les arceaux du cloître une servante alerte
Vient pour emplir sa cruche au puits ; la cour déserte
S’étonne du bruit de son pas ;
Toi, vieux puits, que sais-tu de la vie étemelle?
— « La corde lentement a détruit ma margelle,
Mais ma source ne tarit pas ».

Toi, cirque immense, où sont tes héros, tes athlètes
Qui voyaient autour d’eux tant de milliers de têtes,
Tant d’yeux attentifs, tant de mains ? —
Deux colonnes, voilà ce qui subsiste encore
Du théâtre où l’acteur sous le masque sonore
Rhythmait les larges vers romains…

Quoi! tout serait-il mort? Rien n’est resté d’un monde?
Taisons-nous, écoutons : cette terre féconde
Devient si dure en s’échauffant
Qu’émue au moindre choc elle sonne, elle vibre.
Et qu’on entend frémir son âme antique et libre
Même sous les pas d’un enfant.

Ne nommons pas la mort dans cette cité d’Arles
Où tu grondes, ô Rhône ! ô Mistral, où tu parles!
Où, sous l’azur toujours serein,
Le taureau camarguais dompté mugit de honte.
Où quand on met le pied sur la terre, il en monte
Un bruit fort comme un chant d’airain !


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *